Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes

300 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1918, 05 Oktober. Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes. Konsultiert 21 August 2019, https://hetarchief.be/de/pid/w37kp7vj0h/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

MOSSE GAZETTE VEUT L DJOU TOTES LES SAMAINNES ADMINISTRATION-RÉDACTION: SOESTERWEG 169» AMERSFOORT „ ! ABONNEMENTS MENSUELS comite de Red action j tt/-\t t a tvttm? Officiers et Civils 25 cents * HUIjJjAJN USh Travailleurs 15 „ G. FONTAINE — E. LAMBRECHT — L. MARTIN I ■p-p . "^crp^j, Officiers et Civils 75 centimes » 5 <0 xvAIN Sous-officiers et soldats 45 centimes Honneur et Famine! Patois Namurois. Nos estans todis so l'influence do manque di viiande, di canadas, di poain et di totes ses dinrées qu'in timps d'paix nos estinnes habitués di veie dissus nosse taufe comme ne garniture oblidgie. Les cias d'nos autes qui ont co des censses feyent nu des kilomètes po trover saquants canadas qui payent-nu au poèds d'argint, et veyent-nu leus derainnes sipaugnes s'en' aller ! Les timps. sont trisses po nos autes et din les circonstances où qu'nos estans i n'faut nin s'ewarer si tortos, ostans l'onque qui l'aute, nos nos rafïians di veye li paix. C'esse-t'one affaire conneue qui po faitdes bons soudards i faut d'abaurd leu rimpli l'vinte. One panse ronde fait l'tiesse tchaude; et si on vout trover one miette d'energie et d'enthousiasse au mitant d'nos autes, y faureuve d'abaurd qu'on sondge a rimpli nos stoumacs. D'après les convintions d'La Haye les saudarts pri-sonnis ou bin internés du vent-nu iesse mis „ dessus l'pîd" des cias do pays ousse qui s'troufent. Sins sondgi a volu interpreter ni comprinde mia qu'one aute ci qui ces mots volent nu dire (les grands monsieus sont si malaugies a comprinde, y n'digent nu jamais ci qui volent nu dire !) y chonne portant qui les internés duvent-nu yesse mis a l'même ration qui les soudards di l'armée nationale di c'pays-ci. Et si on observeuve les conditions d'el fameuse convintion de La Haye, nos serinnes contints. Les soudards di c'pays-ci riçu-vent-nu d'el viande, one ration d'poain qui sins awet rin d'trop, est sérieusemint pu pèsante qui l'nosse. On nos dirait quiquefie qui fatiguent-nu avou leus exercisses et l'ètraînemint à l'guerre. Min nos autes, nos volans bin nos fatiguis au travail, nos n'fiàns qui dè d'mander à travailli ! Qu'on nos mette à ci qu'on vout, mins qu'on n' nos leyent nin crever d'foaim. Quand on nos dit qui nos avans li même ration qui les civils, ça n'est nin vrai, passe qui y gn'a pont di Hollandais, si malheureux qui seuye, qui n'euchent l'occasion di s'acheter saquants affaires dont l'commerce est co libe, et di qwè y pout co fait on repas. Nos autes ça n'est nin possibe ; nos n'avans pont d'caurs po l'fait et y gn'a pont d'botiques d'oviette pos nos autes qui estans des ètrindgires. Oï ! qu'on nos donne do travail, mins qu'on n'nos leyent nin morus d'foaim. Nos savans bin qu'on s'occupe di nos, on nos a parlé d'paquets commes les camarades prisonnis au pays des bourrias. Min divan qui nosse gouvernumint ni s'occupe di nos autes en èvoyant des paquets (qui duvent nu arriver po tortos si on vout fait one saqwet d'jusse) y faureuve qui nos riçuvinnes ci qu'nos avans droët. Nos volans travaillis. Ci n'est nin di nosse faute si on n'vout nin nos èployïs, mins qu'on nous donne à mougni comme il est convenu dins les conventions internationales ! Sins volu attirer l'attention dissus nos autes, qu'on nos permettent portant di dire, qui c'est grâce à nos qui les camarades di l'Yser si couvent-nu audjourdu di gloëre et d'honneurs. Et qui oblidgis di nos sacrifiys por zelles, nos estans morfondus po l'ino-mint di d'meurer les moains din nos potches quand les camarades riprindent-nu nosse pays! Qu'a vans-nos fait po awet mérité one pareille punition! Nos avans „djusqu'au d'bout" fait nosse divoër di saudarts. Nos l'avans fait djusqu'à choësi l'internemint plutôt qui di d'meurer on trophée po les Boches. Et à c't'heure, one punition qui nos n'avans nin méritée commince po nos autes! Les camarades sont-ce t'à l'attaque, y tapent-nu d'ssus, et nos allans les veyent arrachi aux bourrias nosse bia pays martyre. Et nos n'serans nin là I Nos n'pourans nin iesse d'el danse, et nos n'arans nin l'honneur et surtout l'bounheur di travailli avou z'elles à l'délivrance. Et bin, si c'est vraie qui gn'a des coupabes parmi nos autes, ça n'est nin djusse qui les cias qui n'elles sont nin payent por z'elles. Nos estans soudards, nos a va us pierdu l'droët di nos batte pas nosse t'internemmt ; qui les camarades do front pinsent à l'punition qui nos éprouvans à c't'heure DEUXIINME ANNEE No. 9 PRIX: 3 CENSES ET DMÉIE 5 OCTOBE 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes gehört zu der Kategorie Oorlogspers, veröffentlicht in Amersfoort von 1917 bis 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume