Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle

592 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1914, 01 August. Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle. Konsultiert 22 Mai 2019, https://hetarchief.be/de/pid/n00zp3x10c/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

CINQ centimes pour la vent( ANVERS-BOURSE Finances, industrie, commerce, économie politique, variétés JOURNAL QUOTIDIEN DU SOIR F Premier bulletin spécial du î août 1914 publié à onze heures du matin LA GUERRE AUSTRO SERBE L'ASSASSINAT DE M. JAURÈS Dépêches arrivées ce matin L'escompte en Belgique ■ Bruxelles, le 31 juillet. — La Banque nati vient d'augmenter son taux de 1 %. ^B-'Angleterre prend ses précautions aux lnd< I k Calcutta, 1er août. — On prend des préca H ions militaires. L'artillerie de la garnis* I l'est rendue au fort de Ghimgrikhul en av I ne Hooghli. Grande activité militaire au Canada i i Ottawa, 1er août. — Il y a une grande ac I lité au département de la milice où les of I tiers de l'état-major attendent une divisi( I le 20,000 qui seront mobilisés pour I service actif. Cette mesure rendra nécessai I la mobilisation de la 2e division. Le pli M gnuid enthousiasme règne. Les colonels t ^Klusieurs régiments de milice reçoivent d de service. 1 Un dernier effort de l'Angleterre. P< ■ d'espoir. L'Allemagne récalcitrant ■ Saint-Pétersbourg, 31 juillet. — Neuf heur ^Boir. — L'Angleterre fait un dernier effo ^ftour trouver une formule qui soit acceptab Hpar les parties intéressées. Mais il y a p( ^■l'espoir que ses efforts réussissent. L'Allem ^«;ne est jusqu'ici récalcitrante. Un ukase ii ordonne de mettre en état de guerre ^^■Finlande) ;:insi qnè les eaux territoriales < B;i Finiande. NOUVELLES ALARMISTES ■Ultimatum allemand à la Russie et à la Frant I Home, 1er août. — L'Agence Stefani noi H transmet la note suivante : « Un supplémei h (lu Giornale d'italia attribue par erreur cet h nuit à l'agence Stefani une dépêche de Sain ■ Pétersbourg sous le titre : « Un ultimatum ( H l'Allemagne à la Russie », et une autre sbi h lé titre : .< Un ultimatum de l'Allemagne à ■ France ». \ I L'Agence Stefani n'a aucunement commuii H qui' les dites dépêches. K l.e Giornale, dans un supplément suivai rectifie l'erreur en déclarant que les deux d Pêches n'appartiennent pas à l'Agence Stefai: h 'liais sont des nouvelles parvenues direct ■ ment de Paris et de Saint-Pétersbourg a ■ Giornale d'Italia. Une batterie autrichienne JB détruit Belgrade Nisch, 1er août. — Les batteries de canor ■ de siège autrichiennes placées sous la pos I | tion de Smelin commencent à détruire 1( Irisons de Belgrade. Du côté ouest on ei tend uoe forte canonnade. Une usine méta j>ui"gique et le monopole des tabacs ont éi détruits et, même, la cathédrale a été ei dommagée. La loi sur le repos du dimanche suspendue en Autrich Vienne, l^r août. — La Gazette de Vienne qt Paraîtra demain publie un décret impérir autorisant le ministre du commerce, pendar k durée de la crise actuelle, à suspendr complètement ou en partie les effets de 1 'oi sur le repos du dimanche et des Jours f< "es- Le ministre a aussitôt fait paraître u arrêté suspendant les effets de la "loi jusqu' Nouvel ordre. Le prix des denrées en Angleterre Newcastle, l°r août. — On signale l'augmer ption du prix des denrées alimentaires. Le Urines ont augmenté de 4 shillings par sa( « (Service de Enthousiasme à Vienne ! 0- Vienne, 31 juillet. — Un grand enthousiasn règne dans tout l'empire depuis l'ordonnan de la mobilisation partielle. Cet enthousiasn s'est manifesté aujourd'hui d'une manié encore plus forte parmi la population sa: distinction de nationalité, de rang et de re gion. Les manifestants ont acclamé l'emp u- reur et les souverains alliés. m il Les communications navales entre l'A glcterre et Saint-Pétersbourg interror pues. Saim-Petersbourg, 1er août. — Les coinni 1_ uications par vapeur entre l'Angleterre |n Saint-Pétersbourg sont interrompues, le " 1 .e Le taux des assurances maritimes au Cs 3s Lf. Cap, 1er août. — Le taux des assurant-, maritimes monte rapidement partiouïièreme pour les navires allemands. Plusieurs de c vaisseaux se trouvent au Cap. On croit que m la situation empire ces navires quitteront 1 eaux britanniques pour se rendre sur les cot portugaises. 3s rt î® Divers renseignements :l_ Paris, 1 Août. — Voici divers renseignemen ia que nous avons reçus de nos correspondants le « La crise ouverte par l'ultimatum que l'A triche-Hongrie a adressé à la Serbie, il y huit jours, a rapidement pris, du fait de l'A. lemagne, des proportions excessivement gr ves. « Nous apprenons que,depuis le 25 juillet ju qu'à ce jour, les Allemands ont placé des fc ces considérables à l'est de Thionville et < !e Metz.Les avants-postes formés de troupes nor is Ureuses bordent immédiatement notre fro it tière. Des patrouilles circulent sur celles-ci te quelques cavaliers allemands ont même pén t- tré pendant quelques instants sur notre teri Le toire.Nous savons également que d'autres act is graves ont été commis. Les communicatioi a télégraphiques et téléphoniques ont été co pées. Les routes ont été barrées et interdit 1- par. les soldats. De nombreuses autonrobilist voyageant en touriste ont vu leur voiture co fisquée. Des voies ferrées sur le territoire ail e! mand et a proximité de la frontière ont é \. détruites et des mitrailleuses placées en tr e- vers. Trois locomotives appartenant à la cor Ll pagnie des chemins de fer de l'Est ont été a vêtées à Montreu-Vieux, et une quatrième ■\manvilliers, et mises dans l'imposibilité c rentrer en France.Il n'existé plus, à l'heure a tuelle, de transit entre la France et l'Ail i magne. I Nous croyons savoir que le conseil des in lS nistres a délibéré de ces faits et a envisagé h i- mesures qu'elles comportent. iS i i Conférence du gouvernement anglais avec les banquier Londres, 31 juillet. — M. Asquith et M. Lloy George ont conféré se soir avec les représeï tn.nts de la Banque d'Angleterre et des princ pales banques. Ils ont estimé que la situatio e île nécessite aucune modification au régiir actuel de la situation monétaire, mais il ei d entendu qu'on n'hésitera pas à opérer si U d circonstances l'exigent. e j f La presse allemande est a très pessimiste îl Berlin, 1er août. — Le Lokal Anzeiger écr ai sujet des dépêches échangées entre le tsa et l'empereur Guillaume : Le tsar ayant écrit à l'empereur Guillai me d'user de ses bons offices, le souverain a i- leniaud s'est rendu à ce désir. L'empereu s Guillaume a ensuite poursuivi ses effort dans ce sens, malgré la mobilisation partiell 'Agence Havas) de l'armée russe, et bien qu'on eût l'impres sion que les sentiments de la Bussie n'étaien ie nullement pacifiques. La nuit dernière en ce core l'action conciliatrice de l'empereur Gui! ie laume grâce aux efforts de sir Edward Gre; [*e s'exerçait suivant une formule qui laissai l.s bon espoir. La mobilisation totale de l'armé ll" russe doit donc être considérée comme un< e" provocation des plus nettes. Il convient en core de faire remarquer que ces jours der niers des rumeurs relatives à l'attitude mena çante de la Bussie sur la frontière allemand étaient parvenues à la connaissance de l'eru pereur de sorte que le souverain a donné un< preuve toute particulière de loyauté à'I'égarc du tsar en n'abandonnant pas le rôle que ce lui ci l'avait prié d'accepter. La Bussie a ré Ll" pondu à cette confiance de la façon la plu et outrageante. L'empereur Guillaume s'étai montré jusqu'ici le prince de la paix, la Bus sie va maintenant trouver dans le descendait de Frédéric-le-Grand le prince de la guerre. P Voici maintenant ce qu'écrit le Berlinei iS Tageblatt : it « La Bussie et. son alliée ne peuvent plu ïs douter que l'Allemagne est fermement décidé* si à ne pas reculer devant la menace de la Bus ?s sie et, malgré son amour de la paix, tirer d« 2s 1m situation actuelle toutes lés conséquence qu'elle comporte. Nous devons envisager 1: gnerre menaçante comme un malheur épou VMut-'ble qui va éclater sur des centaines di millions de paisibles citoyens ». Du Lokal Anzeiger : ts .< L'empire allemand prendra les armes s'i : y est contraint. Chacun fera son devoir con i. fiant dans sa force et dans la justesse dé 1; a cause pour laquelle il se défend. La victoir 1- suivra le drapeau allemand ». a La Ci \zktte de Vos écrit : s >• Dans la situation où nous nous trouvons r il est du devoir de tous les citoyens d'oublié le leurs différends d'opinion en ce qui concerm n la politique extérieure. Us doivent être una a nimes à marcher au combat pour leur patrii et menacée. é-'i-îs Trois décrets de M. Poincaré ,s Paris, 31 Juillet.— Les ministres se sont réu 3l_ nis pour la troisième fois ce soir à huit heure: — et demie à l'Elysée sous la présidence de M Poincaré. Les délibérations se sont prolongée: J' jusqu'à minuit. Le président de la république p." a signé trois decrets. te i- "1° Decret relatif à la prorogation des pro i- têts et des échéances jusqu'au 31 août. r_ « 2° Décret relatif à la prohibition de la sor à tie des farineux et divers produits du sol et d< le l'industrie. c_ « 3° Décret relatif à la levée des droits d( e. l'importation des blés et des farines. « Le conseil s'est en outre occupé de la situa j. tion extérieure. » ÎS L'Italie ne prend pas encore de mesures militaire: Bome, 31 juillet. — La Tribuna déclare que S contrairement aux bruits que l'on a fait cou rj rir, le conseil des ministres tenu ce matin z discuté au sujet de la situation, mais n'a dé j cidé aucune mesure avant un caractère mili n taire-et Un navire qui trompe la surveillance militaire Ymuiden, 31 Juillet. — La surveillance mili taire ayant été relâchée, le navire Arad esi parti pour Amsterdam. t r Décision des banquiers français Paris, 31 Juillet. — Au sujet de l'échéance i- d'aujourd'hui des effets les banquiers ont dé cidé de s'engager dans le cas où il ne serail r pas appliqué de moratorium de disposer dans s le but de procéder à des reports des sommes e qui leurs ont été remises jusqu'à aujourd'hui à quatre heures de l'après-midi par l'union t ds dépôts et des caisses. L'Autriche rappelle le landsturm t Vienne, 31 juillet. — Les journaux dé Vienne 3 et de Budapest publieront demain ce qui suit : « D'après une communication officielle du 31 juillet, l'empereur a ordonné la mobilisation générale de l'armée et de la marine de guerre et des deux landwehr, ainsi que le rappel sous les armes du landsturm. Ce décret 3 est motivé par la mobilisation ordonnée par la Bussie. Cette mesure n'a aucun caractère | agressif. Il ne s'agit que d'une mesure de précaution pour protéger absolument la monarchie.»L'assassinat de M. Jaurès t Paris, 1 Août. — De la rue du Croissant d'où » est partie l'ambulance qui a emporté Jaurès { jusqu'à son domicile Villa de la Tour, une soixantaine d'hommes, tête nue, accompagnè- > rent le leader, socialiste, poussant de temps i en temps des cris de : Vive Jaurès, et. annon-1 çant à "tous les promeneurs qu'arrêtait ce défilé : On vient de tuer Jaurès ! On craignait, ^ au départ, des manifestations. Aussi, un pelo-' ton de gardes républicains à cheval suivait le cortège. Mais, arrivé place Vendôme, il fit de- > mi-tour, et seuls quelques agents cyclistes continuèrent la route. Arrivée à la Villa de la Tour, l'ambulance pénétra dans la villa, dont les portes furent immédiatement fermées.Puis, 1 le corps fut transporté au domicile du défunt avec l'aide des jeunes gens qui avaient été 1 choisis •parmi tous ceux qui voulaient aider à • ce transport. Cependant, la foule attendait à l'extérieur maintenue par un service d'ordre. Les voisins avaient ouvert leurs fenêtres et regardaient. Un médecin qui avait accompagné le corps fut pris d'un court évanouissement. Enfin, l'ambulance partit et la foule se dispersa sans incident. *♦* Paris, 1er août. — MM. Viviani, Augagneur, Malvy, Benaud et d'autres membres du gouvernement se sont rendus ce soir à minuit après le conseil des ministres au domicile de M. Jaurès pour saluer la dépouille mortelle du député socialiste. **♦ | Baoul Villain, qui. est né à Beims le 19 sep-| tembre 1^85, demeure 44, rue d'Assas. C'est le fils du greffier du tribunal civil de Beims. Sa mère est enfermée depuis une vingtaine d'années dans une maison d'aliénés. Sur lui, deux revolvers ont été trouvés. Une proclamation du gouvernement français Paris, 31 juillet. — Le gouvernement a décidé de faire afficher sur les murs de Paris la proclamation suivante : Citoyens, l'u abominable attentat vient d'être commis. M. Jaurès, le grand orateur, qui illustra la tribune française, a été lâchement assassiné.Je me découvre personnellement au nom de mes collègues devant la tombe si tôt ouverte du républicain socialiste qui a lutté, pour de si nobles causes et qui en ces. jours difficiles a dans l'intérêt de la paix soutenu de son autorité l'action patriotique du gouvernement. Dans les graves circonstances que la patrie traverse, le gouvernement compte sur le patriotisme de la classe ouvrière et de toute la population pour observer le calme et ne pas ajouter aux angoisses publiques par une agitation qui jetterait la capitale dans le désordre. L'assassin est arrêté. Il sera châtié. Que tous aient confiance dans la loi, et que nous dpnnions à ces heures de péril l'exemple du sang-froid et de l'union. Pour le conseil des ministres, le président, du conseil, (Signé) : Bené Viviani. Imprimerie Vve Geo. Kôhler, Anvers

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Anvers-bourse: journal financier paraissant tous les jours de bourse officielle gehört zu der Kategorie Financieel-economische pers, veröffentlicht in Anvers von 1889 bis 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume