Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire

322 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1915, 12 August. Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire. Konsultiert 23 Juli 2019, https://hetarchief.be/de/pid/g15t72br51/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Jeudi 12 août 19i.j JEr centimes le numéro 39rne année — N° '2'24 JOURNAL DE GAND ABONNEMENTS : BELGIQUE : S fr. par an ; \ fr. pour six mois ; fr. pour trois mois Pour l'étranger, le port en sus RÉDACTION & ADMINISTRATION : -, RUE DE FLAN1RE, 3, GAND TÉLÉPHONE 665 ANNONCES : Voir le tarif au bas de la dernière page du journal. LA GUERRE Sur ie front occidental Communiqué ofliciel allemand Berlin, 10 août (midi). — A l'est d'Ypres des iorces considérables anglaises parvinrent à s'emparer de la partie ouest de Hooge. Des explosions de mines dans la région de la ferme de Beauséjour, en Champagne, soni restées ineffi-I «ces. Après la destruction du viaduc à l'ouest k iitDammerkirch par notre artillerie, le 30 mai, I .français ont jeté un pont en établissant un .min de fer contournant, sur le Larg, au sud /Ansbach. Le pont récemment terminé a été détruit hier par une pleine portée de notre artillerie. A la lisière méridionale du bois de Hessen, à l'ouest de Verdun, un ballon captif français a été abattu. Le 9 août, à 11 heures du soir, un aviateur ennemi a jeté des bombes sur Cadzand (sur territoire hollandais) dans le voisinage de la frontière belge. Entre Bellinghen et Rheinweiler (au sud de Mullheim, en Bade), un aéroplane français a dû atterrir dans le feu de nos canons je défense. Le pilote et l'observateur ont été laits prisonniers. Près de Pfirt un aviateur ennemi s'évada, forcé par notre feu, sur territoire suisse. Communiqués officiels français Paris, 9 août (après-midi). — En Artois la nuit; a été mouvementée dans le secteur au nord d'Arras. Une attaque ennemie au nord de la station de Souciiez a été repoussée. Dans le secteur de Neuville-St-Vaast, à l'est de la route de Lille, l'ennemi, après avoir fait exploser une mine, a violemmentbombardé nos positions et a essayé de sortir de ses tranchées; il a été arrêté par les feux d'infanterie et d'artillerie. En Argonne, près de la route Vienne-le-Châ-leau-Binarville, l'ennemi a attaqué à coups de ! grenades et de pétards nos postes avancés et les tranchées voisines ; il a été arrêté par notre feu. Dans la partie orientale de la forêt, depuis la Haute-Chevauchée jusqu'à Vauquois, lutte à coups de bombes et de grenades et. fusillades pendant.une partie de la nuit. Dans les Vosges, une nouvelle attaque enne-I raie contre nos positions du Linge, qui a été prononcée vers une heure dans la nuit, a échoué. Paris, 9 août (soir). — Journée relativement calme sur l'ensemble du front. Actions d'artillerie en Artois, entre la Somme et l'Oise et dans la j vallée de l'Aisne. Reims a été bombardé. En Argonne, vers la Fontaine-aux-Charmes, j l'ennemi a tenté d'enlever nos postes d'écoute. Dans les Vosges, simple canonnade. I Lundi matin, une escadre d'avions de bom-tadement, escortée par des avions de chasse, I Bipartie pour bombarder Saarbruck. Les cir-' constances atmosphériques étaient défavorables; 'lesvallées couvertes de brume et le ciel nuageux. Malgré ces difficultés, plusieurs avions ont atteint leur but, lançant sur les objectifs des obus de tous calibres. Bombardement de Popering-he le Nouvelliste de Lyon annonce que, samedi, Poperinghe a été bombardé durant une heure ! par l'artillerie allemande, 22 grenades sont tombées sur la ville. Après le dixième coup, il y eut une pause. La population crut que le bombardement avait pris fin. Quelques minutes plus tard, le feu recommença et occasionna des dommages considérables. Le général Sarrail L'agence Havas publie la nomination du général Sarrail en qualité de généralissime des armées françaises d'Orient. On se souvient que le Journal de Genève ______ I avait relaté il y a peu de jours la mise en disponibilité du général Sarrail, qui commandai! dans les Argonnes, et son remplacement par le général Maudhuy. Le général Sarrail remplace aux Dardanelles le général Bailloud qui n'avait succédé que pai intérim au général Gouraud, grièvement blessé C'est le général Humbert qui a pris sa place sut le front de l'armée à l'est. Sur le front oriental Communiqué officie! allemand Berlin, 10 août. — Sur le front ouest de Kow-no l'attaque fut poussée, dans des combats continuels, plus près de la ligne des forts. A cette occasion nous avons fait quelques centaines de Russes prisonniers et pris quatre canons. De; troupes de l'armée du général von Scholtz on débordé, hier après-midi, la ligne du fort dt Lomza, prirent d'assaut la ligne du fort IV e s'emparèrent au lever du jour de la forteresse, Au sud de Lomza, ja route vers Ostrow a été franchie en combattant. Ostrow est encore ans mains de l'ennemi. Depuis Bojany, à l'ouest de Brok, jusqu'à l'embouchure du Bug, nos troupe; ont atteint ce fleuve. Depuis le 7 août 23 officier; et 10,000 hommes ont été faits prisonniers ici, A l'est de Varsovie, l'armée du prince Léopolc de Bavière est arrivée près de la route Stanisla-wow-Nowo-Minsk.L'armée du lieutenant-général von Woyrsch a atteint, dans sa poursuite, la région au nord et à l'est de Zelechow. Elle prit contact avec l'aile gauche du groupe d'année du général feldmaré-chal von Mackensen qui s'avançait venant du sud. Sur le front d'Ostrow jusqu'au Bug, les arrière-gardes ennemies furent refoulées sur leurs forces principales. Communiqué officiel autrichien Vienne, 10 août. — L'ennemi en retraite du front de la Vistule est poursuivi. Des forces austro-hongroises et allemandes ont déjà franchi, hier, entre le chemin de fer Iwangorod-Lukow à la localité de Garwolin, la grande route de Varsovie-Lublin, dans la direction est. La rive gauche du Wierpz et la rive droite de la Vistule ont été débarrassées dé l'adversaire.Nos troupes ont franchi le Wierpz, vers le" nord-est et le nord. Les champs de combat de Lubartow et de Miechow portent des traces de la fuite accélérée de l'ennemi. Le nombre de prisonniers faits par l'armée de l'archiduc Joseph-Ferdinand, atteint 8,000. Entre le Wierprz et le Bug, le combat continue. Au Dniester, en amont d'Uscicezko, nos troupes ont culbuté les Russes sur plusieurs points, où nous avons fait 1,600 prisonniers et pris 5 mitrailleuses. Communiqués officiels russes W. T. B. St-Pétersbourg, 8 août. — Entre la Duna et le Njemen les combats se sont poursuivis le 6 août sans réel changement. Près de Kowno l'ennemi a attaqué les premiers ouvrages détensils de la place sur la rive gauche du Njemen. Nos batteries lourdes ont tiré activement. Près d'Ossowietz, le matin du 6, l'ennemi commença un feu violent et chassa d'épais nuages de gaz asphyxiants devant lui. 11 entreprit l'assaut des ouvrages fortifiés et s'empara d'un ouvrage près de Sofna. Au Narew violente bataille. Sur les routes vers Ostrow, l'ennemi réussit le 6 août, après une série d'engagements sanglants, à avancer un peu et à étendre le terrain qu'il occupait. Nous avons repoussé les attaques ennemies, dans la région de Serock, le soir du 5 août. A la Vistule, canonnades. Notre artillerie lourde a bombardé, la nuit du 6, des ponts en construction à la Vistule. Entre Vistule et Bug violents combats er Kurow el Kotsk et sur la rive droite du Wiej: au nord de Lenczna. W. T. B. St-Pétersbourg, 9 août. — Sur routes à l'est de Ponewiesch, les combats poursuivent, sans réel changement. Sur la lig du Narew, l'ennemi dirige sans répit de violer attaques sur tout le front, la masse principale ses effectifs étant dirigée contre le secl Lvenja-Ostrow. A la rive droite de la-Vistule moyenne, pas combats importants le 7 août. A gauche du Wieprz, violents combats d rière-garde. Entre Wieprz et Bug, aucun changement. Au Bug supérieur, à la Zlotà-Lipa el Dnjestr, duels habituels d'artillerie. Sur Se front itâSo-autrkhH Communiqué officiel autrichien Vienne, 10 août. — Hier, la partie méridion du plateau de Doberdo élait prise partiellem sous un violent feu d'artillerie. Noire artille riposta avec succès. Dans la région de Pla une activité d'artillerie plus violente régna ég; ment. Une tentative exécutée par de l'infante ennemie plutôt faible, pour pénétrer dans i positions près de Zagora, q échoué. A la fr tière de la Carinthie, de petits détacheme ennemis attaquèrent vainement sur plusie points. Devant nos positions sur le Bladn Joch, l'ennemi abandonna plus de 100 tu Dans le territoire de frontière du Tyrol, une nos patrouilles a repoussé une demi-compag ennemie sur le Cresla Bianca (territoire Cristallo) et lui infligea des perles sensibles s; perdre elle-même un seul homme. A l'ouest Daone, au Lavanech, il y a eu, dans la nuit 8 août, un violent feu d'infanterie, auquel ton fois aucune de nos troupes ne participait. Communiqué officiel italien W. T. B. Rome, 8 août (soir). — Dans région de Tonale, nos, détachements d'alpii s'avançant sur la crête du rocher, qui s'éte du Sud jusqu'au Vaile dell Monte (Alto Toi ont surpris, à l'aube du 7 août, des trouf retranchées au Sud du Punta di Ercavallo. Dans la vallée Sexten (Cadore), après un I prolongé de notre artillerie moyenne, no infanterie a fait peu à peu reculer l'ennemi. E a atteint le fronl du Monte Nero jusqu'au vers; sud de la vallée Burgs et s'y est fortifiée. L'ennemi tenta encore de placer des obslac mobiles de fil de fer devant nos lignes. Notre artillerie a bombardé une colonne enr mie marchant de Develaki à la frontière. Aux Dardanelles Communiqué ofliciel turc Conslantinople, 9 août. — Un de nos hydr planes a coulé ce matin à 5 h. 50, par des bo; bes, un sous-marin ennemi devant Bulair. , nord d'Ari Burnu, nous avons repoussé des : taques répétées de l'ennemi1 et lui avons infli des pertes. Près de Sedd-ul-Bahr, nous avo détruit une installation de lance-bombes enn mie. En mer ; Londres, 9 août. — D'après Lloyd, le vape Malmland, 3.676 tonnes, le vapeur Glétira | 1.092 tonnes, de Belfast, et le vapeur de pêc tre Océan Queen, ont élé coulés. Les équipages rz, ont été sauvés. les Copenhague, 9 août.— On annonce de Chris-se tiania au Bureau Ritzau : D'après des nouvelles ,-ne arrivées ici, le croiseur auxiliaire anglais hulia (es (7.900 tonnes) a été torpillé hier soir au nord (je de Bodoc en entrant dans le Vestîjord. Le îur vapeur suédois Goesteland alla à Narvik avec 80 hommes de l'équipage. Environ 72 hommes (le ont été débarqués à Heliigvaerk. Les autorités militaires ont pris les mesures de circonstance, ar- » * » Christiania, 9 août. — La barque en fer norvégienne Norman (995 tonnes), chargée de lest au de bois, donc de contrebando, a élé coulée en roule pour le Tyne par un sous-marin allemand en travers d'Arendal, à 6 milles de la terre. Em Hollande Pénurie de cuivre ale On mande de Rotterdam que le manque de ( cuivre va sous peu forcer la plupart des fabri-rje ques de clichés à chômer. Le Trust Néerlandais d'Outre-Mer avait obte-,le- nu.il y a quelque temps, une certaine quan'ité |je de cuivre de l'Angleterre, mais on ne sait encore los si le trust réussira cette fois dans ses démarches, jn- ■ .— % ECHOS er- ~s* Un Mathusalem du Nord de ,]je La Norvège partage avec la Bulgarie la répu-^ talion de posséder proportionnellement à sa ponts Pu'a''orl 'e P'ns grand nombre de centenaires, de Un i°urnaI norvégien très sérieux, le Stuvanger du Aftenblad, assure qu'à Poucksness, sur les îles ^ de Loffoden, un pêcheur, nommé Abel Eliasseu, vient d'atteindre sa 119""' année. Eiiassen serait, en effet, né eu 1796, se serait marié trois fois, la troisième fois à l'âge de 96 ans, et serait encore encore vert et bien portant. la II aurait vu neuf rois norvégiens se succéder is, sur le irôfle: Son rêve serait de vivre encore nd assez longtemps pour voir la fin de la grande :e) guerre, dont il suit passionnément toutes les pé->es ripéties... Un Jardin zoologique en faillite tl,e La Societa per l'esercizio del Giardino Zoolo-11e g'co a Rome; qui se débattait déjà avant la guer-,nj re au milieu de graves difficultés financières, vient de déposer son bilan. gs On a donc été obligé d'apposer les scellés sur les biens de cette sociélé, notamment sur les cages des bêtes fauves. Il paraît que cetle pro-le" cédure n'a pas été sans quelques inconvénients, car les lions, les tigres, les léopards, les jaguars et autres seigneurs peu commodes ne mon-traient nulle disposition à laisser coller des bandes multicolores sur les portes de leurs cachots. Les pilules rapportent ! 0 La fabrication et le commerce des spécialités pharmaceutiques semblent nourrir leur homme 11 en Angleterre ; du moins on arrive à cette con- 1 ~ clusion en apprenant que M. James Crossley =e Eno, le propriétaire de l'Eno's Fruit Sait, a l,s disposé, par testament, d'une fortune d'environ e" 40 millions de francs. Il a laissé à tous ses employés des donations variant entre 625 et 7,500 francs. Et cela n'est pas un cas isolé. Ainsi l'inventeur des « Pilules Pink pour personnes pâles » a laissé à ses héritiers la fortune ur respectable de 34 millions de francs, et le pro-ve priétaire de 1' « Emulsion Scott » avait amassé la ie somme de 4 1/2 millions de francs I Chronique Gantoise ALGEMEEN KUNSTVERBOND voor beide Vlaauderen. — Tombola artistique. (Second tirage). - Liste des prix : 10798, 12 danses favorites, Vander Meulen. — 11274, Tête d'homme, Sarteel. — 12103, Rhododendroms, Mad. Van Beveren. — 12312, Zeelandaise, Mad. Willaert. — 13664, Liseuse, Mad. Vande Putte. — 13788? Inga Horne, Mad. Logeman. — 13920, Matin d'été, P. Hoste. — 14402, Soir dans la Cam-pine, J. Miry. — 14693, Vallée d'Yser, A. Heins. — 15158, Paysage, Ed. Roelant. — 15584, Marine, A. Cogen. — 15814, Bateaux, Mad. Leboucq.— 15818, Nature morte, Mad. Cauterman. — 16020, Cabane de garde-bois, A. Dutry. — 16915, « Vlaanderen 1530 », V. Fris. — 17057, Nature morte, H. De Praet. — 17937, « Zwellende Botten », I. Van Beughen. — 17945, Jeux d'enfants, Aug. Boute. — 19674, Nature morte, M"1' Acart. — 20353, Nature morte, P. De Vos. — 20554, Marine, Ceupens. — 21681, Fruits, Mad. Haut. — 21807, Nuage, J. Boulez.— 21906, Toits, Aug. Desmet. — 22132, Bords de la Lys, Vanden Abeele. — 24535, Près de Nieu-port, Alb. Devos. — 24565, Chrysanthèmes, De Buck. — 52662, Œuvres musicales, M. Hen-derick. — 25688, Tête d'étude, V. Lorein. — 25704, Damnation de Faust, C. De Porre. — 27625, Fleurs. Mad. Vindevogel. — 27935, Album pr la jeunesse, Potjes. — 27946, Zoute, A. Heins. — 29143, 12 nocturnes, Fr. Devos. — 29412, Marine, R. Voortman. — 29528, Vlaam-schezanger, L. Lambrechts. —30101, Paysage, Mad. A. Dutry.— 30682, Bâtisseur, J. Cantré.— 30930, Doux moments, Van Belle. — 31535, Soir (litho), Servaes. — 31844, Knocke, A. Heins. — 32026, Tony, Mad. Logemàn. —-32050, Les ouvriers, Chabot. — 32503, Pauvre petit, Ph. Smets. — 32782, Dans la prairie, De Keukelaere. — 33101, Vue sur la Coupure, Mad. Deweert.— 33450, Maisons ensoleillées, P.Goris. — 33982, Jeune fille au vieux casque, P. Heckers. — 34344, Eros, Minne-Verre. — 34501, Quai des Tuilleries, M. Callewaert. — 34530, Tête de nègre, K. Vande Waile. —35411, Soir d'hiver, J. De Coster. — 35651, Tête d'étude, A. Martens. — 36380, Matin de mai, M"" Plateau.— 36512,Liseuse, M"'' De Sutter.— 36871, Soir à Scheveningen, H. Leroy. —37532, Slag bij Kortrijk, V. Fris. — 37865, Effet de Soleil, A. Saverys. —37936, La ferme, O. Malfait. — 38086, Prairie ensoleillée, O. Soudan. — 38183, Esquisse, H. Goossens. — 38361, Encrier en fer forgé, Verlé. — 38970, Bois, A. Dutry. — 39425, Poupées, Mad. Voortman. — 40215, Beauté,VandeMeersche. - 40696, Eté.F.Pycke; — 41187, Œuvres musicales, T. Desutter. 41813, Rêve et réalité, D. Ingels. 42414 « Brugsche Calfvei », V. Fris. — 42714, Bas relief, H. Thiery. — 43551, Œuvres cho'isies, Potjes. —44651, « Bronnen » (romans), V. Fris'. — 45289, Fleurs, M"f Coupé. — 46335, Moulin, R. Voortman. — 46409, Chrysanthèmes, Mad. Jonnaert. — 48233, L'Araignée, K. De Bondt. — 48433, H. Conscience, L. Lambrechts. — 48647, Jardinet, Vande Veegaete. — 48879, Menton, Mad. Voortman. — 49783, Vase, Maes fr. — 49805, Pauvre femme, P. Hoste. Les prix peuvent être retirés jusqu'au 30 août pr", Marché aux Poulets, n° 7, tous les jours ouvrables de 4 à 5 heures (après-midi). Les œuvres non enlevées à cetle date seront ; vendues de la main à la main au profit du fond de secours aux artistes. THÉÂTRE NÉERLANDAIS. — Dimanche prochain, 15 août, le Cercle instrumental gantois, qui, en temps de paix, convia chaque dimanche soir la population à un concert artistique à la Place d'Armes, organise une audition l Feuilleton du Journal de Gand 64 ILe Comte DE MONTE-CRISTO PAR ALEXANDRE DUMAS — Non, non, rassurez-vous, la famille est complètement, le dernier comte Spada, ^ailleurs, m'a fait son héritier; en me léguant Ce bréviaire symbolique il m'a légué ce qu'il I contenait; non, non, tranquillisez-vous : si nous "étions la main sur cette fortune, nous pourrons en jouir sans remords. Et vous dites que ce trésor renferme... ~~ Deux millions d'écus romains, treize mil-"ons à peu près de notre monnaie. — Impossible! dit Dantès effrayé par l'énor-■nité de la somme. Impossible! et pourquoi? reprit le vieil-'ard La famille Spada était une des plus vieil-'as et des plus puissantes familles du xv' siè-c'e. D'ailleurs, dans ces temps où toute spécula" ,lon et toute industrie étaient absentes, ces ag-glomérations d'or et de bijoux ne sont pas ra res, il y a encore aujourd'hui des familles romaines qui meurent de faim près d'un million en diamants et en pierreries transmis par majorât, et auquel ils ne peuvent toucher. Edmond croyait rêver : il flottait entre l'incrédulité et la joie. — Je n'ai gardé si longtemps le secret avec vous, continua Faria, d'abord que pour vous éprouver, et ensuite pour vous surprendre;' si nous nous fussions évadés avant mon accès de catalepsie, je vous conduisais à Monte-Cristo; maintenant, ajouta-t-il avec un soupir, c'est vous qui m'y conduirez. Eh bien! Dantès, vous ne me remerciez pas? — Ce trésor vous appartient, mon ami, dit Dantès, il appartient à vous seul, et je n'y ai aucun droit ; je ne suis point votre parent. — Vous êtes mon fils, Dantès! s'écria le vieillard, vous êtes l'enfant de ma captivité; mon état me condamnait au célibat ; Dieu vous a envoyé à moi pou- consoler à la fois l'homme qui ne pouvait être père et le prisonnier- qui ne pouvait être libre. Et Faria tendit le bras qui lui restait au jeune homme qui se jeta à son cou en pleurant. XIX LE TROISIÈME ACCÈS Maintenant que ce trésor qui avait été si • longtemps l'objet des méditations de l'abbé pou vait assurer le bonheur à venir de celui que Faria aimait véritablement comme son fils, il avait encore doublé de valeur à ses yeux; tous les jours il s'appesantissait sur la quotité de ce trésor expliquant à Dantès tout ce qu'avec treize ou quatorte millions de fortune un homme dans nos temps modernes pouvait faire de bien à ses amis; et alors le visage de Dantès se rembrunissait, car le serment de vengeance qu'il avait fait se représentait à sa pensée, et il songeait, lui, combien dans nos temps modernes aussi un homme avec treize ou quatorze millions de fortune pouvait faire de mal à ses ennemis. L'abbé ne connaissait pas l'île de Monte-Cristo, mais Dantès'la connaissait : il avait souvent passé devant cette île, située à vingt-cinq milles de Pianosa, entre la Corse et l'île d'Elbe, et une fois même il y avait relâché. Cette île était, avait toujours été et est encore complètement déserte; c'est un rocher de forme presque conique, qui semble avoir été poussé par quelque cataclysme colcanique du fond de l'abîme à la surface de mer. Dantès faisait le plan de l'île à Faria, et Faria donnait des conseils à Dantès sur les moyens à employer pour retrouver le trésor. Mais Dantès était loin d'être aussi: enthousiaste et surtout aussi confiant que le vieillard. 1 Certes, il était bien certain maintenant que i Faria n'était pas fou, et la façon dont il étai arrivé à la découverte qui avait fait croire à si folie redoublait encore son admiration pour lui mais aussi il ne pouvait croire que ce dépôt, ei supposant qu'il eût existé, existât encore, et quand il ne regardait pas le trésor comme chi mérique, il le regardait du moins comme absent Cependant, comme si le destin eût voulu ôtei aux prisonniers leur dernière espérance el leui faire comprendre qu'ils étaient condamnés- i une prison perpétuelle, un nouveau malheur le> atteignit : la galerie du bord de la mer, qui depuis longtemps menaçait ruine, avait été reconstruite; on avait réparé les assises et bouchl avec d'énormes quartiers de roc le trou déjà ; demi comblé par Dantès. Sans cene précaution qui avait été suggérée, on se le rappelle, au jeune homme par l'abbé, leur malheur étaii bien pius grand encore, car on découvrit leur tentative d'évasion, et on les séparait indubitablement : une nouvelle porte, plus forte, plu? inexorable que .les autres, s'était donc encore refermée sur eux. — Vous voyez bien, disait le ieune homme avec une douce tristesse à Faria, que Dieu veut m'ôter jusqu'au mérite de ce que v >u:; appelez mon dévouement pour vous. Je vous ai promis de rester éternellement àvec vou;;, et ie ne suis plus libre de ne pas tenir ma promesse; ie n'aurai pas plus le trésor que vous, et nous ne sor- I tirons d'ici ni l'un ni l'autre. Au reste, mon véritable trésor, voyez-vous, mon ami, n'est pas celui qui m'attendait sous les sombres murailles de Monte-Cristo, c'est votre présence, c'est notre cohabitation de cinq ou six heures par jour, malgré nos geôliers, ce sont ces rayons d'intelligence que vous avez versés dans mon cerveau, ces langues que vous avez implantées dans ma mémoire et qui y poussent avec toutes leurs ramifications philologiques. Ces sciences diverses que vous m'avez rendues si faciles par la profondeur de la connaissance que vous en avez e: la netteté des principes où vous les avez réduites, voilà mon trésor, ami, voilà en quoi vous m'avez lai; riche et heureux. Croyez-moi et consolez-vous, cela vaut mieux pour moi que des tonnes d'or et des caisses de diamants, ne fussent-elles pas problématiques, comme ces nuages que l'on voit le matin flotter sur la mer, que l'on prend pour des terres fermes, et qui s'évaporent, se volatilisent et s'évanouissent à mesure qu'on s'en approche. (A suivre).

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire gehört zu der Kategorie Liberale pers, veröffentlicht in Gand von 1856 bis 1923.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume