L'écho d'Anvers

501 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1914, 26 Oktober. L'écho d'Anvers. Konsultiert 23 Juli 2019, https://hetarchief.be/de/pid/sn00z71z1n/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

No. 17. Lundi 26 Octobre 1914. 10 centimes. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît à Midi. „ Direction-Rédaction : ARTHUR DE GERS. Paraît à Midi. Bureaux: Bergen=op=Zoom, Boschstraat 68. Pour l'expatriation. Samedi dernier, le cercle des réfugiés Belges, a tenu une réunion à 2 V2 heures de l'après midi, concernant les facilités è donner aux belges,qui'voudraient et sont aptes à tenir un emplo ou exercer un métier à l'étran-ger.Toutes les personnes qui désirent s'expatrier doivent se présenter au local «rIn de Zwarte Ruiter », Korte Hoogstraat, 14 a Rotterdam, montrer leurs pièces d'identité, établissant avair tout leur nationalité Belge : è l'inscription il est perçu une somme de 25 cents. Le comité a écrit dans le mid de lav France aux grands industriels, aux importantes maisons de commerce pour connaître les places vacantes. Pour ,1e mom.ent, on n'expatriera que vers le Sud de h France ; si les demandes sonl " trop nombreuses, et dépassem le chiffre des places vacantes, le comité s'adressera dans le même sens aux firmes similaires er Angleterre. Des notabilités se sont rendues à La Haye, pour obtenir le transport gratuit par vapeur jusqu'ai Hâvre de toutes les personnes acceptées. Il est évident que chaque départ aura lieu dès qu'or aura atteint le nombre requis pour organiser le voyage par mei gratuit. Au sujet de ces démarches les intéressés seront probablement fixés aujourd'hui, à la réunion qui se tient 'au local ci-dessus. Tous les postulants devront être porteurs de la feuille d'identité qui leur a été délivrée Nous continuerons à tenir nos lecteurs au courant des 1 ésultats acquis par le comité. Si possible, dès que les postulants sont acceptés, nous tâcherons de publier les noms des familles qui s'expatrient et k ville où elles vont se créer ur nouveau foyer. Souhaitons à ce comité bonne chance et des résultats fructueux dans leur belle initiative el heureuse tentative de secourii le Belge, capable de gagner ss vie partout. Arthur de Gers. En Belgique. Hubert Melis, secrétaire communal D'après des nouvelles qui nous sont parvenues hier d'Anvers, i' paraît què le poète Hubert Mélis qui - dans ces circonstances difficiles - a assisté le bourgmestre sans relâche, xjent d'être nomme! secrétaire communal de la ville d'Anvers. On voyage d'Anvers à Bruxelles en auto, Voici les conditions imposées par les Allemands : 1. Sont admises les personnes qui ont obtenu un permis di commandant Allemand siégeanl à l'hôtel de ville d'Anvers. 2. Le prix du voyage doit être payé d'avance à la garde de l'hôtel de ville. 3. Voici les prix, coupon simple : Anvers - Malines 10 1rs Anvers - Bruxelles 25 frs ; Malines - Bruxelles 15 frs. 4. Les départs ont lieu tous les jours, au besoin deux fois par jour ; les heures sont annoncées à la garde de l'hôtel de ! ville : (le matin à 11 heures - l'après-midi à 5 heures). ; 5. Les voyageurs sont obligés ' de signer une liste ; le public : peut consulter cette dernière à L la garde l'hôtel de ville, de 9 à 1 heure et de 4 à 7 1/2 heures. 6. L'heure de départ est annoncée à chaque voyageur qui a acquitté le prix du trajet. On ! doit être au « Deutsche Kom-» mandatùr » d'Anvers, une demie " heure avant le départ. 7. Comme bagages, seules les L petites valises sont admises ;~eltes : sont soumises à un tarif spécial. 8. Les enfants en-dessous de 1 10 ans payent .moins, mais ne sont admis epre s'il y a de la | place. 5 9. Le récipissé de la somme payée sert de coupon. , Avis aux Corps spéciaux de la garde-civique. | Quelques membres des corps ; spéciaux de la garde-civique d'Anvers, ont pris l'initiative de se réunir , Mardi 27 octobre à midi . au «Nederlandsch Koffiehuis», 1 Grand' place, Bergen op Zoom, ; afin de discuter les dispositions ■ à prendre pour un retour éven-t tuel à Anvers, mÊÊÊommmmmimimmmmmmmw—Bmmmmu m i i ——;a——— Dos îtlégrHiHS. ' La neutralité du Portugal. LISBONNE, 24 octobre. — Le Portugal garelera sa neutralité, ! vu ses difficultés d'ordre intérieur ; Les ministres Belges, s HAVRE, 24 octobre. Tous les ministres belges sont ici, excepté ■ M. de Brocqueville qui se trouve ■ avec le Roi au front. Il y a ici 225 employés du gouvernement i belge et 125 gendarmes. La Turquie dans le conflit? . BERLIN, 24 octobre. Le gouvernement Turc a atti-; ré l'attention du cabinet Serbe • sur le fait que maigre les conventions de la paix entre la Serbie et la Turquie, des ma-hométans sont forcés de servir dans l'armée serbe. La Turquie demande qu'on agisse immédiatement. Melcicourtpris par les Français PARIS, 25 octobre (officiel). Toutes les attaques de l'ennemi, de la mer jusqu'à l'ouest d'Atrecht ont été repoussées. A l'ouest d'Argonne nous prîmes Melcicourt, qui domine les routes de Varennes à la vallée | de l'Aisne. Sinon, il n'y a pas de nou-1 velles. Le commerce : huiles et coton. WASHINGTON, 25 octobre. 1 Les Etats Unis d'Amérique tâ-i cheront de s'entendre avec les états belligérants d'Europe pour l'exportation d'huiles et de coton i sur des navires neutres, même ; si ces marchandises sont destinées aux pays en guerre. Pertes Allemandes. PETROGRADE, 25 octobre. Le correspondant du « Daily News )) à Petrograde prétend ! que les pertes des Allemands clevant Varsovie peuvent être ; estimées à 200.000 hommes. En Afrique. LE CAP, 24 octobre (Reuter). Maritz, dont la troupe de révoltés compte à peu près 1000 hommes, plus 70 artilleurs allemands, tâcha de se retirer dans l'Afrique Occidentale Allemande, mais sa retraite fut coupée par une colonne Anglaise. Maritz a tenté de se rendre moyennant pardon et pleine liberté, mais cette offre a été refusée. LONDRES, octobre. Le diiecteur Anglais des télégraphes, à Londres, vient de couper toutes les communications téléphoniques avec tous les sujets Allemands, question de prudence, afir d'éviter tout acte d'espionnage' AMSTERDAM, 24. octobre. — Des rumeurs courent sur la fabrication, par rAUpmagne, d'une artillerie dont le calibre surpasse encore les fameux „42 cm." Ces obusiers couvriraient une distance de 40 K.M. Suivant les uns, ils seront utilisés devant Belfort, suivant les auties on s'en servira pour canonner, du continent, la côte anglaise. La contrebande. BARCELONE, 25 octobre. La douane française a saisi une quantité importante de couvertures, fabriquées en Catalogne, et expédiées à une maison suisse. Il paraît qu'elles étaient destinées à i'armée Allemande. Le gouvernement espagnol vient d'interdire l'exportation des chevaux et des mulets. L'aviation. VARSOVIE, 25 octobre. Pendant la marche des troupes allemandes sur Varsovie, les aéroplanes ennemis nous rendirent régulièrement visite. Tous les jours des avions survolaient la ville de Varsovie. Les dégâts matériels sont peu importants, toutefois il y a beaucoup de morts et blessés à déplorer. Le 19 octobre dernier les allemands jetèrent 14 bombes : 9 personnes furent tuées et 56 blessées, parmi lesquelles plusieurs femmes et enfants. Un autre jour, les bombes tuèrent 44 personnes, dont 9 soldats. Enfin la dernière fois, les bombes des aviateurs tuèrent 62 personnes, tous des habitants paisibles de la ville, et pas mal d'enfants imprudents accourus en rue, Les exploits du Karlsrube. TENERIFFE, 25 octobre. Voici la liste des vapeurs coulés par le croiseur allemand „ .1^ v. . \\ JLVC4.J. IOJL U.JLJ.Ç/ // . Tonnes Strathroy 2,807 Maple Branch 2,761 Highland Ilope 3.323 Indrani Cornish City 2,431 Rio Iguassu 2,442 Farn 2,735 Niceto de Larrinaga 3,173 Cervantes 2,932 Pruth 2,867 Lynrowan 2,098 Maria 3,649 Condor 1,958 L,e «uryau». LONDRES, 25 octobre. Le torpilleur Anglais « Dryad» qui était échoué à la côteNorc de l'Ecosse, a pu être renfloué Sir Frencl;, Le général French a célébré le 1 octobre le soixante-deuxième anniversaire de sa naissance ei tous les journaux anglais publient des notices biographiques de l'illustre homme de guerre qui a couvert de gloire sor pays dans cette guerre de géants Il naquit à Ripplevale près de Douvres dans le Kent, et comme beaucoup de grands généraux anglais il est d'origine irlandaise Son père appartenait à la marine Il commença aussi sa carrière dans la marine, à laquelle i appartenait quandéclatalaguerre franco-allemande, mais en 187-4 il devint capitaine dans un régiment de hussards. A 37 ans il devint colonel el il vit pour la première fois le feu sous Lord Walseley, dans la campagne du Nil en 1885. Mais il attira surtout l'attention de ses chefs dans les manœuvres qui précédèrent immédiatement la guerre des Boers. Il lut nommé général-major et chargé du commandement de la division de cavalerie du Natal. Il remporta la victoire d'Elandslaagte et il parvint à s'échapper de Ladys-mith, la veille du siège. Pendant plusieurs mois il tint les généraux Delarey et de Wet en échec dans le district de Coles-berg dans la Colonie du Cap, des attaques de flanc et des ruses de guerre magistralement exécutées furent les signes dis-tinctifs de sa tactique. En simulant des défaites, il amena les Boers dans la direction du Sud et les empêcha de coopérer avec leurs alliés de l'Etat libre d'Orange ; ainsi il fit réussir avec succès les plans de Lord Roberts. Il remporta un grand succès en débloquant Kimberley. Ses cavaliers galopèrent à travers les lignes ennemies, et sa enarge finale dispersa l'armée Boer. Il tourna l'armée de Cronje et contribua à la victoire décisive de Paardenburg. Ces mouvements et ceux qui les suivirent, eurent leur succès culminant à Diamond-Hill, où une force supérieure en nombre fut retenue pendant quarante-huit heures, et ils furent comparables à la retraite qu'il exécuta sur le continent. Sa réputation comme l'un des meilleurs généraux de cavalerie était désormais établie. Pendant la paix, Sir French s'occupa surtout de l'organisation de l'armée, il fit établir le principe, que dans les promotions, on aurait p;us égard aux services rendus à l'ennemi, qu'aux capacités administratives. En 1911 il devint chef d'état-major et obtint le grade de Feld-Maréchal. Bientôt un dissentiment avec le ministère de la guerre, lui fit demander sa retraite, mais quand on eut besoin de lui pour diriger les opérations actuelles, on le rappela à l'activité. On sait les difficultés qu'il rencontra sur le champ de bataille de Mons, et il acquit unê gloire impérissable en les surmontant. L'honneur et la gloire de l'Angleterre sont placés en de bonnes mains. Le Courrier. Dépêches de Nuit A l'Ouest. PARIS, 25 octobre : 11 heures. La bataille violente entre Nieuport et La Lys continue. LES ALLEMANDS ONT REUSSI A TRAVERSER L'YSER ENTRE DIXMUDE ET NIEUPORT.' A l'ouest et au sud de Lille, ^ 7 les attaques de l'ennemi ont été | repoussées. [ Au nord-ouest de Soissons et ' dans le territoire de Craonne, les Français firent quelques progrès. i Sur les hauteurs de la Meuse, un violent duel d'artillerie est engagé. En Woevre, l'artillerie lourde française vise .es principales routes de liaison des Allemands vers St Mihiel. En Argonne, on a constaté que tout un régiment d'infanterie Allemande a été décimé dans les bois au cours d'un combat au Nord de Galade. LONDRES, 26 octobre. Le correspondant du « Daily Chronicle», qui suit l'armée belge dit que la* bataille à l'extrême aile gauche, près de Nieuport, continue à l'avantage des alliés et que les Allemands se retirent au Sud d'Ostende. Quoique de petits détachements ennemis aient réussi à passer l'Yser, au sud de Dix-mude, ce fait ne prouve pas que les Alliés ont été battus en ces points. Une proclamation du Roi Albert. LONDRES, 26 octobre. — Le gouvernement Belge édite un journal offreiel intitulé «Le Courrier de l'Armée». Dans le dernier numéro paru le Roi Albert s'adresse à son armée et dit entre Autres : Quoique pour le moment la joeigique soit occupée par l'ennemi, notre pays a conservé partout l'estime de son union et son prestige : voilà pourquoi l'indépendance de la Belgique est assurée plus que jamais. En Afrique. JOHANNESBURG, 25 octobre. Une nouvelle poignée de révoltés de la bande Maritz vient d'être capturée aujourd'hui. A louer. RririojicEs. Mr. EEMAN, garde civique d'Anvers, demande nouvelles de Mme L. Penasse. 2 Madame FERONT et son fils de Bruxelles, rue de Chamberg 102, désire avoir des nouvelles de son Mari Jules Féront, Sous-Lieutenant Ire division d'armée, Parc du génie, Pontonniers. Habite actuellement Stationstraat L 11 Bergen-op-Zoom chez Wed. Dobbelman. 3

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel L'écho d'Anvers gehört zu der Kategorie Oorlogspers, veröffentlicht in Bergen-op-Zoom von 1914 bis 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume