La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

362522 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1915, 02 Januar. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Konsultiert 23 Mai 2019, https://hetarchief.be/de/pid/dr2p55fw4b/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Samedi 2 et Dimanche 3 Janvier 1915 wsxz--- ' : —•r:'^y.rr^?T<:-ggaisa>u»uiu^^Tyg?TOrg38^JUiiawvv?L.yi"jiuujfcs3t"y.". r VTr>-rr^v>jjBîJirT^ro»iv N° 58 Dimanche 3 soi-. LA BELGIQUE ADMiNISTRATiON ET RÉDACTION t5s Rue Koatagiie-<i<>8ioo, S, BES"5JXEiJH^BlS Bureaux : de 10 à 12 et de 15 à 17 heures JOURNAL QUOTIDIEN LE NUMÉRO : lO CENTIMES [ La petite ligco fr. 0.40 ARf!ONCES ) Réclamo aTaut les annonces ..... 1.00 j Corps du journal 2.00 f Nécrologie 2.00 LA GUERRE 152™ et 153 jour de guerre avoirs dit qu'il n'y avait aucun motif de faàre crédit iux dépcclira de Genève et de Bucarest tjui parlaient d'une évacuation imminente de Varsovie par les Russes : notre opinion a été partagée depuis kns par la presse internationale sans en excepter celle d'cratre-Rhin. La « Gazette de Midi i> de Berlin a écrit en effet, dans son numéro d'hier, qu'aussi longtemps que les Russes maintiendront leurs positions sur la Rawka et la Bzura, Varsovie ne sera pas menacée. Or, si les communiqués publiés ci-contre constatent qu'on se bat avec acharnement sur tout le front en Pologne, ils ne font mention d'aucune modification notable des positions respectives des belligérants. Ce ne sont certes pas de celles où les Russes sont installés sur la rive droite de la Bzura que les Allemands auront le plus vite raison. Cette rivière — peut on appeler de œ nom un cours d'eau qui véhicule de la boue sur à peine 50 mètres de large? — coule au milieu de rives escarpées qui en rendent le passage très difficile. A certains endroits, ta rive en est presque verticale et haute de dix mè-îres; à d'autres, une pente douce offre un magnifique Jerrain pour lVrtillerie et les fusils ; à d'autres en-:ore, des bois permettent de dissimuler aisément des batteries de mitrailleuses. Les Russes peuvent, dans ces conditions, opposer >sr la Bzura une résistance stérieuse, et couvrir assez efficacement Varsovie pour jamais songer à évacuer volontairement la place à tout le moins avant que leur résistance soit brisée. Leurs '"'.-.-"îabfes qualités défensives se manifeste 'Jours opiniâtrement tout le long du front er. g ne. D'après les précisions nouvelles qu'apportent les dépêches officielles, ce front peut comme précédemment se délimiter avec une très suffisante exactitude au moyen d'une ligne nord-sud et presque directe, constituée par la Bzura et la Rawka, quittant ce dernier cours d'eau à Rawa pour aller, par Iirowlodi.Ooochno et l'ouest de Kiel-*> rejoindre la Nida à l'endroit où s'infléchit brus-Twement vers l'ouest edtte rivière dont elle suit enfin fa rive droite jusqu'à la Vistule. * « Les combats les plus acharnés continuent à se livrer sur ce front aux enviions de Bolimow, localité sitiiée sur la Rawka à 10 kilomètres au nord de Skierniewice et au sud d'Inowlodz, dont nous «vons il y a deux jours fait ressortir l'importance .stratégique. Une action sérieuse s'est également engagée au sud de Malogoszcz, localité pour la première fois citée qui se trouve à peu près au confluent de la Nida et de la Lozosina, à environ 20 kilomètres à l'ouest de Kielce. Comme raison subsidiaire de l'absence de toute décision, notons qu'un épais brouillard a entravé ces derniers joues l'activité des opérations en Pologne. En Galicie et dans les Carpathes, Pétrograd signale !e développement de son offensive, à laquelle Vien-.ie affirme que les Autrichiens résistent énergique-œent. En fait, les indications géographiques four-oies paT les divers communiqués font reconnaître que la ligne de bataille reste très approximativement telle que nous avons délimitée ici vendredi dernier. II ne faudrait pas en inférer que les choses vont nécessairement rester en l'état, dans ces régions où les opérations revêtent un caractère particulièrement intéressant et où il est notoire que les Russes se sont à leur tour renforcés. En ce qui concerne les engagements dans l'ouest îles Carpathes, engagements auxquels nous avions récemment été d'avis qu'il ne fallait momentanément attacher qu'une importance secondaire, il est utile de souligner la persistance de l'activité russe. Le communie!'.:' frichien signale aujourd'hui qu'elle a redoublé t. igueur, cmcoïe qu'elle n'ait atteint aucun résultat notable, depuis l'est du col d'Uzsck jusqu'en Bukovine, c'est-à-dire dans les vallées de la Latorcza et de la Nagy-Ag — qui coulent respec-tivesuent dans les comitads de Bereg et de Mara-®3ros — pas plus que dans le bassin de la Suczawa, affluent du Sereth, et de la Czeremosz supérieure, affluent de la Pruth. . * Les communiqués des armées alliées relatifs aux opérations poursuivies sur le front franco-belge — cl.cs durent depuis trois semaines — continuent à être très substrmtiels.Toutefois il y manque toujours 1 annonce cl u:i fait sensationnel capable de modifier fondamentalement les positions des armées et de constituer à l'un des belligérants un avantage vraiment significatif. Aujourd'hui encore, après avoir passé en revue de ïombreux engagements et épingle les résultats pro-îresEifs anacrscés de part et d'autre, nous cher àons vainement à découvrir l'indication du plsn fensemble qu'on souhaiterait voir déterminer la succession dos opérations en apparence décousues iuxqu<?ile3 nous assistons. Cependant, en dépit de leur caractère peu transcendant, leur persistance et leur multiplicité doit faire admettre qu'il y a quelque chose de changé sur le front franco-belge le long duquel les armées en présence sont restées si longtemps immobilisées. _ Il se révèle, en somme, que les Alliés cherchent visiblement, par leurs attaques répétées, à se rendre compte de la plus ou moins grande capacité de ré-, ««tance de leur adversaire, en vue d'en tirer d'uti-'esCTiseierrements pour les opérations de plus granfli* si-vergure. . t ** * Pendant Sa tempête A*s conwnuniquéa officiels de® belligérants ont annon-» déîà la dernière' tempête avait rendai le» opérur-quasi impossibles. A ce* sujet, le correspondant en ^ f Daily News » écrit que- la vue était, coupé** sw la tenam des Opérations par les nuages de sable soulevés par l'ouragan : chaque grain de sable perçait la vj**rU comme une aiguille. Les parties d-e la contrée inonda avaient l'aspect d'une mer en furie. Un régiment marchant au front fut mis en débandade par la popote qui renversait lès soldats comme des quilles. £*°®Jtracteurs automobiles et des wagons de chemin g? fer furent renversés. Dépêches diverses Ymuiden, 31 décembre : Un chaixrher à vapeur vient d'arriver au port ayant 4 son bo-rd_ le lieutenant de marine anglais Hawlett, piateux qui avait participé à, l'attaque mariné anglaise pur U us h aven. L'officier avait disparu, tandis que les Vaisseaux anglais retrouvaient son appareil flottant à la dérive. L'aviateur avait dû descendre en mer par suite du ùianquo d'essence et avait été ij^cusdUi pair le bateau hollandais qui vient de l'amener. • « Londres, 31 décembre : Un grand vapeur a sombré, à hauteur do Flainbcrough Eead, en touchant une mine flottante. On ne connaît pas sa nationalité et on craint qu'il ait péri corps et biens. * • Londres, 31 décembre : Un télégramme du- Lloyd reçu de Portheawe, port du oomté de Glamorgan, annonce que de nombreux casques de soldats égyptiens et indiens ont écho né sur le rivage. On croit qu'un transport aurait sombré, mais on n'a aucune nouvelle à ce propos. * # * ^/Londres, 30 décembre : La Chambre des lords reprendra ses travaux le 5 janvier, tandis que la Chambre des communes ne se réunira que le 2 février. Contrairement à ce que l'on pensait, la première séance de la haute assemblée ne sera pas de pure forme. Des questions seront posées au gouvernement, qui nécessiteront sans doute des déclarations de sa part. * _ Londres, 31 décembre : L'Agence télégraphique de Pétrograd donne un dé-__ menti à la nouvelle suivant laquelle la Russie aurait offert au Japon la cession de la moitié de l'île de Saka-line en échange de- canons lourds. * * Rom- , décembre : jUn <: v^o. sous les drapeaux la seconde caté- ®ric chiSi -S95 pour une durée de six mois, soit nu.- ia première catégorie déjà îjbpelée s'élevait a fSO/C30 hommes. * * Tokio, 31 décembre : La date des élections pour la nouvelle Chambre a été fixée au 27 mars nrocham. * * * Paris, 31 décembre : On assure de source italienne sérieuse que les mesure» militaires prises à la cote albanaise n'ont d'autre but que d'assurer la -sécurité à Valona et de protéger la viilcv, dont la possession a une grande importance pour l'Italie, contre tout coup de main. « * Londres, 31 décembre : Le gouvernement vient de fixer, à partir de ce jour, la prime pour les assurances maritimes contre les risques de guerre a i guinée pour cent. Cette prime était de 5 guinées le 5 août lorsque le gouvernement a ouvert officiellement ses bureaux pour les assurances de guerre. Depuis, elle était descendue à t i/o * * * Washington, 2 janvier : Le sénateur WaLsh. a déclaré que 31 navires américaine chargés de 13,320 tonnes de cuivre américain ont été arrêtés depuis le commencement de la guerre. Les cargaisons ont été saisies et 9.000 tonnes- die cuivre retenues à Gibraltar. L'orateur est convaincu qu'un échange de 1 V11AC n Tll£Tr> Îfîl lac rl 1 f A/">n Hat. * * Pretoria, 1er janvier : Le Gouvernement fait savoir qu'il a l'intention d'utiliser pour la défense du pays les forcee_se trouvant légalement sous lè® armes spécialement contre le Sud-ouest Africain allemand; et die ne point ©e contenter exclusivo-• ment de volontaires. Le recrutement de© volontaires n'est pas suffisant pour la tâche à accomplir. Une proclamation rappelle la première et d-euxièm-e classes de la réserve nationale de tout le Transvaal, à l'exception du district du Witwatersrand et du nord-ouest de la colonie du Cap jusqu'à la frontière allemande. * * Lisbonne, 29 décembre : Le Parlement portugais continue à siéger, conformément au désir du chef de la majorité, bien que par suite de la démission de nombreux députes le quorum ne soit plus atteint. L' « Intransigeante », l'organe du socialiste Maehado Santos, a été saisi parce qu'il préconisait la résistance organisée. * * * Sofia, 31 décembre : Divers journaux bulgares demandent l'occupation militaire des rives du Danube jusqu'à la Morawa pour répondre au refus de la Serbie de laisser passer librement sur le Danube certains transports venant de la Hongrie et destinés à la Bulgarie. La Serbie n,urajfc motivé son refus par le fait au entre Prahova et Orjavo on aurait placé des mines. On sait que Prahova est le port d'entrée des transports russes pour la Serbie. * * yienne, 30 déoembre : La « Correspondance Sud-slave > dit qu'autour de Ba-toum se sont concentrés 3,000 Kurdes irréguliers. Les troupes régulières turques avancent : Batoum n'est qu'une forteresse de troisième raner. * * » Melbourne, 31 décembre : #Les Australiens ont occupé l'île de Bougainville et hissé le drapeau anglais. L île de Bougainville est la plus grandes des îles Solomon de l'archipel Bismarck. * * Paris, 31^ décembre : Les services de la Banque de France sont rentrés à jParis. Le Conseil d'Etat est également revenu dans la #•*•# " Wellington, 30 décembre : Le ministre de la guerre déclare que la Nouvelle-Zélande enverra tous les mois des renforts au cont-in-irent Qu'elle a envovés en Eurone. * * * Lisbonne, 30 décembre : Un télégramme d'Angola annonce que, lors de l'&tta* •que de Naulila par les Allemands, les Portugais ont -eii ;6 officiers tu-és, blessés ou manquants. Les pertes des troupes no sont pas encore établies. * Rotterdam, 31: décembre : Seileputte, ministre des travaux publics, accompagné de M. THerckx, commissaire d'arrondissement, a visité Amersfoort et Zeist. Il s'est rendu successivement aux iceatix «yni aV>Fîb«ct les réfugiés. Ensuite, ac-■ compagne de M. le général Kneil, le ministrera été reçu 'm camp de Zeist et a longuement parcouru les divers « * M Rome, 31 décembre : On mande de Rome que- parmi les sénateurs qui seront nommés au nouvel au, figure le nom de M. Guillaume Marconi, l'organisateur bien connu de la télégra- Le Caire, 31 décembre : Lee autorités militaire® ont décidé de considérer comme égyptiennes toutes les personnes de nationalité ottomane qui voudraient abandonner cette nationalité pour acquérir la nationalité égyptienne. Ne pourront bénéficier de cette mesure ceux qui ont servi dans l'armée OttrtnuuM. COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués allemands Berlin, 1er janvier (Officiel du grand qua?iie7 péri bal) : Pendant le mois de décembre, nos troupes combattant dans l'Argonne ont fait au total 2,950 prisonniers non blessés; elles ont capturé 21 mitrailleuses, 14 lance-mines, 2 canons-revolvers et un mortier •de bronze. * * * Berlin, 2 janvier. (Officiel, d'hier midi) : Théâtre de la guerre à 1* Ouest : Rien d'essentiel ne s'est produit près de Nieu-port. Par suite de la hauteur très élevée de l'eau, on a renoncé à reprendre Saint-Georges complètement détruit par l'artillerie ennemie. A l'est de Bé-thune et au sud du canal nous avons enlevé une tranchée aux Anglais. Dans l'Argonne, nos attaques ont avancé. A nouveau 400 prisonniers, 6 mitrailleuses, 4 lance-mines et de nombreuses armes et munitions sont tombées entre nos mains. Notre tir a mis le feu à un camp français situé au nord-ouest de Saint-Mihiel près de Lahaymeix. Les attaques près de Flirey et à l'ouest de Sennheim, qui se sont renouvelées hier, ont été toutes repoussées. Théâtre de la guerre à l'Est : A la frontière de la Prusse orientale et en Pologne, la situation est restée inchangée. Le fort brouillard empêche les opérations. * Berlin, 2 janvier (Officiel de ce midi) : Théâtre de la guerre dans l'Ouest. — Le.-, attaques ennemies contre nos positions et les dunes de Nieuport ont été repoussées. Dans l'Argonne, nos troupes ont fait de nouveaux progrès sur tout le front. Des attaques violentes françaises, au nord de Verdun -ainsi que contre le front d'Ailly-Apremont au nord de Goanery, ont été repoussées avec de fortes pertes pour les Français. Trois officiers et 100 soldats ont été faits prisonniers. Nos troupes ont réussi à prendre en. entier le Bois Brûlé autour duquel il y a eu une lutte acharnée. De petits combats au sud-ouest de Sarrehourg ont eu le succès désiré par nous. Les Français bombardent systématiquement depuis quelques jours les lo-cnîîtés derrière notre front. *Dcns !e campement d'une de nos divisions, ils ont réussi à tuer cinquante habitants. Le bulletin officiel français annonce que les Français ont avancé pas à pas dans le village de Stein-b?.ch. De notre côté, aucune maison de Steinbach n'a été perdue. Toutes les attaques françaises contre cette localité ont été repoussées. A la frontière de la Prusse orientale, la situation ' n'a pas changé. A l'est du secteur de la Bzura-Raw-ka, nos attaques ont avancé par un temps assez favorable. En Pologne, rien n'est changé à l'est de Pilica. Berlin., 2 janvier : La « Norddeutsche Allgemeine Zeitung » écrit : « L'Agence Heufcer répand la nouvelle que l'Allemagne aurait fait savoir officiellement au département d"'Etat à Washington que l'autorisation des consuls américains en Belgique dépendrait désormais de l'autorisation des-autorités militaires et qu'il serait désirable de rappeler provôsoiremeEt quelques consuls américains. Cette nouvelle est inexacte-. Le gouvernement allemand, a fait savoir, non seulement an gouvernement américain, mais encore, à tous les gouvernements neutras et alliée, que l'exéquatur des anciens consuls dans les territoires ennemis occupés-par •l'armée allemande — pas seulement en Belgique: par conséquent — n'était pas considéré comme valable pour lui. Toutefois les gouverneraento ont été en même temps avisés qu'on se rendrait volontiers à leur désir éventuel relativement à l'agréation de leur consuls. Naturellement, il faudrait exclure provisoirement les territoires dan© lesquels s'effectuent encore deis opérations militaires et ne nommer consuls que des personnalités don l'attitude est germanophile ou tout au moins complètement neutre. A ces informations n'était point jointe la demande de rappel des anciens consuiîs. En réalité, un certain nombre do consuls restent provisoirement en fonctions en Belgique^ sans qu'il y soit fait objection : le consul général américain à Anvers, par exemple, a repris son activité immédiatement après la conquête de- la ville sous la protection militaire aLlemandie. A Liège, un consul néerlandais, qui du reste est. Belge, a été admis expressément à- la. -demande du gouvernement des Paj's-Bas. On peut s'attendre à la nomination d'autres consuls en province et à Bruxelles, niais on ne peut pae espérer que Je. gouvernement allemand' admettra comme consuls, dans les territoires occupés de ta Belgique, des sujets belges dont l'attitude leur est ! visiblement hostile. Ce point est spécialement important, étant donné que jusqu'à .présent environ 3C0 sujets belges étaient accrédités -en Belgique comme consuls honoraires des Alliés et des Etats neutres. * * * Vienne, 2 janvier. (Officiel) : Les oombats dans les Carpathes et dans la Bukovine continuent et n'ont pas amené de changement hier. Dans la région de la Biala et au sud de Tar-now, pendant la journée eit la nuit, des attaques ennemies ont été repoussées avec de grandes pertes pour l'adversaire. Nos troupes ont fait 2,000 prisonniers et oot pris 6 mitrailleuses. Au nord de la Vistule, un brouillard intense et continuel entrave l'activité des combats. Ainsi, ou bien le cakne règne ou bien de petits progrès seuls sont enregistrés. Siir le théâtre de la guerre dans le sud, il ne s'est rien pa99é. A : Communiqués des armess allîéss Paris, 30 décembre. (Communiqué officiel de 15 heures) : En Belgique, nous avons gagné un peu de terrain dans la région de Nieuport, en face des polders au nord de Lombaertzyde. L'ennemi a violemment bombardé Saint-Georges, localité que nous avons mise en état de défense. Nous avons enlevé un point d'appui allemand au sud-est de Zonnebeke sur la route de Becelaere à Passchendaele. De la Lys à l'Oise il n'y a rien à signaler. Dans la vallée de l'Aisne et la contrés de la Champagne, l'ennemi déploya une recrudescence d activité, qui se fit jour surtout par un violent bpmbar.Gement auquel notre artillerie répondit avec efficacité. Dans l'Argonne, nous avons fait de légers progrès dans 'a région de Le Four de Paris. ! Entre l'Argonne et la Moselle, il y a eu une canonnade sur tout ie front, particulièrement intense sur les Hauts cîe Meuse. Dans les Vosges, l'ennemi a fait sur la Tête de < F aux une attaque qui a été repoussée. : Dans la haute Alsace, nous consolidons nos posi- ! tions. i Notre artillerie lourde a réduit au silence des mortiers allemands qui bombardaient le Haut-Aspach. « * * Paris, 30 décembre. (Communiqué officiel de 23 heures) : Aucun incident spécial à signaler, sauf de légères canonnades dans la région d'Arras et sur les Hauts de Meuse. Nous avons fait quelques progrès en Champagne. Le mauvais temps sévit toujours sur la plus grande partie du front. * * Paris, 31 décembre. (Communiqué officiel de 15 heures) : De la mer à l'Aisne, la journée a été très calme, avec duel d'artillerie sur certains points du front. Dans la région de la Champagne, à l'ouest de la ferme d'Alger, au nord du district rémois de Sil-lery, l'ennemi a fait sauter deux de nos tranchées dans la nuit et effectué contre elles une attaque qui a été repoussée. Au nord de Mesnil-les-Hurlus, nous capturâmes quelques sections de la deuxième ligne de défense de l'ennemi. Dans la même région, au nord de la ferme de Beauséjour, nous enlevâmes également quelques tranchées. L'ennemi fit une contre-atatque, mais fut repoussé, et, prenant l'offensive à notre tour, nous gagnâmes du terrain. Dans la même région, et plus à l'est, des forces allemandes qui s'avançaient pour effectuer une contre-attaque sur nous furent prises sous le feu de notre artillerie et se dispersèrent. ^ Dans l'Argonne, vers Fontaine-Madame, nous fîmes une légère avance en faisant sauter une mine et en occupant le creux ainsi formé. Entre la Meuse et la Moselle, dans la région du bois de Mortemart, environ 150 mètres de tranchées tombèrent entre nos mains. Dans la Haute-Alsace, nos troupes sont entrées à Steinbach et ont enlevé la moitié du village maison par maison. * * * Paris, 31 décembre. (Camnmniqiti officiel de 23 heures) : Hier au soir une attaque de l'ennemi, qui tentait, après une vive fusillade, de déboucher du bois de Forges sur la rive gauche de ia Meuse, a été re-poussée.Les positions dont nos troupes s'étaient emparées à Steinbach ont été maintenues. Sur le restant du front il n'y a rien d'intéressant à signaler. * * Pétrograd, 29 décembre ( Communiqué dit quartier gésiêta'l de Varmée ciu Caucase) : Dans la région drOTtinsk, nos troupes, prenant l'offensive, ont occupé Merdenek. Près de Saryka-misch nous avons engagé une colonne ennemie. Dans la direction de Khorazan, un grand nombre d'attaques par les Turcs furent repoussées. ** Pétrograd, 30 décembre. (Communiqué officiel ' du grand état-major général) : Sur la rive gauche de la Vistule, le calme a prédominé, sauf dans les régions de Bolimow et de Inowlodz et au sud de Malogoszcz, où des co-m-' bats acharnés continuent. Les Allemands, prenant l'offensive à Bolimow, sous un feu meurtrier de notre part,, ont fait une i irruption dans le village de Borginow et attaqué nos tranchoes. près de Gumine; mais nos troupes, par ■ une contre-attaque ont repousse l'ennemi., Près^ d'Inowiicdz, nos troupes ont capturé des : tranchées ennemies au sud de Possade. Au suid de Malogoszcz: une attaque de l'ennemi à la suite d'un long bombardement a été repoitssée par notre artillerie près du village, de Bokhinetz. L'ennemi s'était emparé de nos retranchements,, mais il a dû les abandonner à la suite de notre contre-attaque.Dans la Galicie occidentale,, nos troupes avancent.Nous avons avancé au sud de Lisko, près de Gor-jaziko.Nous avons repoussé des contre-attaques ennemies dans les Carpathes dans le col d'Uzsjok, ainsi que de nouvelles sorties de la garnison de Prze-mys-L * * PétrogTad, 30 décembre.{Communiqué officiel de Vétat-major de l'armée du Caucase) : Le combat continue près de Sarykamysj contre de grandes farces turques. Le feu de notre artillerie a dispersé une colonne turque. Une partie des troupes turques rassemblées dans ij la région ciu col de Yalagcestsjam^agdat, se dirige vers Ardahan. * . Nisch, 30 décembre (Communiqué officiel) : Deapis l'occupation de Belgrade, il n'y a rien eu à signaler sur aucun des fronts de bataille, si ce n'est avant-hier. Ce jour-là l'ennemi, couvert pax le feu de son artillerie et de son infanterie, tenta de : débarquer sept canots pleins de soldats suc l'île de I Skelaxtskada, an dessus d'Obrenovatz. > Nos troupes dans l'île reçurent l'ennemi par un feu très vif, blessant ou tuant cinquante de ses hommes, et faisant prisonniers un officier et vingt sol-date."l * m Cettigné, 30 décembre : Les Autrichiens ont attaqué hier les Monténégrins f le long de tout le front dans l'Herzégovine. i rois a-c-ropî anc volé le camp monténégrin 1 Gratovo. Ils ont i;; .• .1 de leurs mitrailleuses et jeté des bombes, mais sans aucun résultat. * * * Londres, 2 janvier (officiel) : Le vaisseau de ligne anglais Formidable a coulé hier patin dans ia Jilanche : 71 hommes de son équipage ont )te sauvés par un petit croiseur. 11 est possible que 1 autres survivants . ' -'té pris à bord d'autres na-cs^ enco^c -'U si le naufrage doit être it«,nbué à une mine o ,1 une torpille lancée par un ;ous-marin. Le J: ormidable est un ancien vaisseau de ligne lancé m 1S9S, dont lo déplacement était de 15,2-10 tonnes. Son irmement comprenait 4 canons de 30.5 cm., 12 de 15 :m., 18 canons légers et 4 lance-torpilles. Il était d'yne orce de 15,000 .iIP, sa vitesse de 18 miles marins, s"ôn ,qurpage de 760 hommes. Le Formidable appartenait i ia cinquième escadre de vaisseaux de ligne : il a été ïité plusieurs fois parmi les navires qui ont bombardé a côte beige en ces derniers temps. — LES FAITS OU JOUR On sait que le steamer néerlandais Leersum a somibré lans la mer du Nord en touchant une mine. La catastrophe s'est produite au moment où le vapeur se préparait ï porter secours à un navire qui venait de sauter par ! explosion d'une mine. Le capitaine du Leersum croit que tout l'équipage de ce bâtiment a péri. Il ajoute lu'il a vu encore un second navire sombrant par l'explosion d'une mine flottante et qui a péri corps et biens. correspondant à Berne du « Petit Parisien » avait ailirmé que Le ministre d'Etat du Grand-Duché, M. Éy-;chen, avait suggéré au Conseil fédéral suisse l'initiative d une intervention en farerrr de îa paix entre la brvance et l'Allemagne, mais que Le Conseil fédéral avait i&ciine oetfce proposition. Le correspondant av-oit ajouté 511-9 H. Eyschen avait fait une démarche an a k> tnv- auprès'du gouvernement hollandais, en lai: •• m-comme argument principal qu'actuellement auc-is^ dt. Etats belligérants n'étant vainqueur, l'heure était pro pice par suite pour une intervention. M. Eyschen vient de démentir cette information. Il déclare n'avoir fait la proposition- qu'on $rri prête ni a la buisse ni a la Hollande. Le bruit a pu' s'en accréditer peut-être par le fait qu'il y a quelques semaines, au cours d'une conversation tenue à Berne, il a dit que des iemarches en vue de la paix seraient évidemment prématurées en ce moment, mais qu'elles deviendraient nécessaires à plus ou moins 'bref délai pour les pays neutres en raison des graves dommages qui leur sont causes. La Convention de La Haye de 1907 a dit expressément que les offres de médiation ne pouvaient être considérées par aucun des belligérants comme un acte peu amical. Mais il ne faudrait pas attendre jusqu'à c© qu'il 30i;t: trop tard, étant donné qu'alors comme en 1Ô71, le vainqueur éliminerait inexorablement toute immixtion, des tiers. Le gouvern-emont néerlandais a restreint jusqu'à nouvel ordre, par arrêté du 23' dêceiïibre, l'exportation du bétail. La presse hollandaise fait ressortir que cette mesure aura pour effet de montrer le désir qu'a la Hollande d'observer une stricte neutralité. Les journaux expri-pent aussi l'espoir qu'elle contribuera a abaisser quelque peu le prix de la vie. Les exportations de bétail antérieurement faites avaient en effet causé une •rJensibl-e augmentation du coût de la viande dans les Pavs-Ra.-?. On api>reccî que le gôîiv^a®éitu*^ëTge: nrèiCi^rslî,,ac cord avec certains philanthropes des Etats-Unis qui vou-ciraient orser nu moavemejîfc d'émigration des fermiers belges aux Eiate-Unis. maintenant- ou auprès la guerre. ; Le gouyernenient belge a fait remarquer au département de i'Intéricïîr. qu'après La cessation des hostilités .; la Belgique aurait be?oin de ses fermiers, et que dès a i crése-n-t des m-e-sures étaient prisée- pour permettre» aux fermiers ruinés, ou à ceux ayant quitté le pays, de re-prendre leurs occupations. Par suite de cette opposition, le gouvernement des Etats-Unis ne- prendra pas le-s meeuies qui lui avaient été suggérées, pour l'a création de fermes destinées aux Belles »\auvrrs. L'ex-sulton Abdul ITamid a été traupféré à Brussa. Détrôné le 27 avril 1G05, il avait été d'abord, enfermé à la viîia Allatini à Salon i que. Quand éclata la guerre bal-kanique> il fut. transféré, en octobre 1012, à Constanti-nople, où if sciot:rtt» au cli.lteau de Beyîerbey sur le Bosphore. Sa r;ouv>-8£© yésidîerîee à Brussa se trouve à 20 kiï-o-mêtres au snd de ia eôi-e méridionale de la mer de Ikannara fi est- ;>•? ehef-1 ir.u du viiayei Chodawendji-kar en Àsie-îîiueure. Le Roi d'Italie a octroyé au chef du cabinet- Salandra la plus, grands distinction dont il dispose, à savoir l'or-ire de l'Annonciade.. Les aviateurs français Garros, Brindiejioaic dos Moulinais et Paulmâer, servant op-mme sous-officiers, ont été promus au grade- de sous-lieutenant. On mande de» Swansca que le grand voilier allemand Melporaene, capturé en haute mer par la flotte anglaise, vient «Tarriver à Swansea arec un chargement de 3.05^ f-oitn es de nitrate. Le- Meïpasnène se rendait à Hambourg; sa cargaison fVfît. fMit.irnpf» à. 7-W Prn.v.^« of: lo \ rk"Vi tVonnc Suivant des déclarationjs recueillies à la meilleure source, il est absolument inexact que la Suisse ait été sollicitée d'offrii- sa médiation aux Etats belligérants. Il c-st très douteux que Le Conseil fédéral consente à prendre en considération une. demande- de cette nature, à moins qu'elle n-e soit bilatérale, car il considère toute intervention prématurée dans l'état actuel des choses. Un sont que 1 amiral anglais pnnoe Louis de Ratten-berg s'-est démis de ses fonctions do premier lord naval de l'amirauté et- s'est résolu à ne prendre de service actif pendant la. durée- de la guerre. La. soldo d'iui amiral -en une teBe situation a été fixée en 1912 à 3 livres 7 «shillings'. 03 fr. 75) par jour, soit 30,000 francs par an; maia, en ras&em des services exceptionnels rendus par Ee prince-» sa soMe>. d'inactivité a été portée à 2,0>^0 livres (50,000 francs). , Le vapeur américain Batisoan est arrivé de Pliiladel- -s J)hie à Rotterdam, chargé de 6".7^ tonnes de seigle, des- t linées au ravitaillement de la Belgique. L'administration allemande en Belgique a, par décret du 17 décembre, aboli tous -droits d'entrée sur la farine provenant des céréah?s-4»pwbées parole Comité National de Secours et cTAlimentation. Dix-huit survivants du steamer hollandais Leersum, qui <1 sombré il y a quelques jours dans la mer dn Noro' en touchant une mine, sont arrivés hier à ïïull. Un© explosion s'est produite, le jour de Noël, à Ton Ion, dans un atelier do pyrotechnie appartenant à l'administration de la marine. Plusieurs ouvriers ont ét; blessés, mais F accident n'a pas eu autres suite? tr-Aa.TTP.cj Le gouvernement russe a ordonné la confiscation d* l'usine à gaz de Varsovie, qui appartient à une compagnie alleanande. Les magistrats municipaux en procédant à 1 . taire diu coffre-fort de la compagnie y ont trouvé un£ ; somme de 4,500,000 franos en or.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume