La métropole: journal quotidien du matin

201 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1914, 31 August. La métropole: journal quotidien du matin. Konsultiert 16 Juli 2019, https://hetarchief.be/de/pid/h98z89348c/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Extrait de LA MÉTROPOLE du 31 août 1914 Le Parlement Anglais et la Belgique Une journée inoubliable pour notre pays Paroles historiques — Nous venons de recevoir le compte rendu o.Viciel des séances de la Chambre des Lords et de la Chambre des Communes dans lesquelles a été discuté l'ordre du jour d'admiration et de sympathie de la nation Anglaise pour la Belgique. Les paroles qui ont été prononcées au Parlement Britanique empruntent au caractère de cette auguste institution, et à la personnalité des c rganisateurs une solennité et une importance qui doivent les faire inscrire en lettres d'or dans notre histoire. Bemereions-en, avec émotion nos nobles protecteurs et alliés. Les paroles de sympathie sont un grand réconfort, pour tous dans la terrible épreuve que nous traversons et nous savons d'ailleurs que les paroles anglaises ne sont pas simplement des « mots » mais se traduisent en « actes ». A la Chambre des Communes Séance du 27 août 1914 MONSIEUB ASQUITH (premier ministre) : Peu de mots sont nécessaires pour recommander à la Chambre l'Ordre du jour dont les termes vont être lus dans quelques moments devant elle. La guerre qui ébranle actuellement jusqu'à ses fondations tout l'équilibre européen, est sortie d.utië querelle dans laquelle l'Angleterre n'était en aucune manière intéressée. Nous luttâmes de tout notre devoir, comme chacun le sait, pour empêcher qu'elle ne se déchaînât (applaudissements), et quand cela ne fut plus possible, pour limiter son développement. Il est de toute importance, je crois, qu'il soit clairement entendu quand et pourquoi nous sommes intervenus. Ce fut seulement quand nous fûmes placés dans l'alternative de respecter ou de violer des engagement solennels, que nous avons tiré le glaive. Nous ne regrettons pas cette décision. (Longs applaudissements). Cette décision fut celle qu'aucune grande nation, ayant le respect d'elle-même, n'eût pu repousser sans honte, et moins que toute autre, une nation nourrie comme la nôtre, dans le respect des formes et de la liberté. Nous étions liés par une obligation, simple et nette, d'assurer l'indépendance menacée d'un petit état neutre. La Belgique n'avait pas d'autres intérêts à défendre que l'intérêt suprême de tout Etat, grand o.u petit digne de ce nom : la défense de son indépendance et de sa vie même en tant que nation. (Longs applaudissements). L'histoire nous apprend que le devoir de maintenir de tels principes qui sont après tout la source même de la civilisation et du progrès a reposé souvent, et dans des moments critiques sur des nations petites par leur territoire, mais grandes dans leur courage et leur volonté, telles Athènes et Sparte, les cantons Suisses, les Pays-Bas. Jamais j'ose le dire, ce devoir n'a été plus bravement accepté et accompli avec plus de générosité et de courage, qu'il ne le fut en ces dernières semaines par le peuple Belge et son Boi. (Longs applaudissements).

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel La métropole: journal quotidien du matin gehört zu der Kategorie Katholieke pers, veröffentlicht in Anvers von 1894 bis 1974.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume