Le bruxellois: journal quotidien indépendant

241 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1915, 18 August. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Konsultiert 22 April 2019, https://hetarchief.be/de/pid/2j6833pf3c/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

J 2me An né s - N° 32 TIRAGE 75.00( CINC CENTIMES Edon B M Rr.RFHI !R AflUT 1915 Le Bruxellois ABONNEMENTS : 13 6 12 Mois Bruxelles et Faubourgs . . . 2 fr. 4 fr. 7 fr. 12 fr. Province et Etranger 3.50 8.50 10.00 30.00 Journal QiioTdLien Xrra.c&ésigaeia.cl.si.aa.'t Rédaction, Administration, Publicité Bureaux de vente pour Bruxelles et Banlieue) BRUXELLES ! 45, RUE HENRI IVJS 15, RUE DES TEINTURIERS Rédacteur en Chef : Marc de SAl Directeur de Vente s A. Gilliard / Faits-Divers et Echos ... la ligr.e fr. 2.00 \ Nécrologie, Annonces commerciales » » 1.00 ANNONCES Annonces financières » » 0.50 1 Petites annonces ... la petite ligne » 0,20 » » ... la grande ligne » 0.40 la situation anx Balkans La Quadruple Entente et les Puissance centrales >-nt fait chacune de nouvelles di marches diplomatiques au cours du mois de: nier; mais on c.'nnait peu de choses de e< négociations. La récente rencontre des lion mes d'Etat d'Allemagne et d'Autriche .Vienne se rattache au problème balkan que. La solution demeure en suspens. Le Etats neutres des Balkans voient dans cett guerre une occasion unique pour réalise entièrement leurs aspirations nationales < obtenir le maximum de bénéfice, avec u. minimum d'efforts et do risque. Le J ouf nal des Débats dit à ce sujet qu ia Quadrupliez ne doit pas escompter I concours des Etat.; des Balkans, tant que 1 situation militaire ne ser, pas éclaircie Seulement plus le temps s'écoule, mieux cj reconnaît les mobiles de leur politique. En ce qui concerne les promesses, les deu: groupements en conflit offrent chacun à I; Roumanie des compensations assez impor tantes. Ainsi, d'après le correspondant di Times, à Bucarest, l'Autriche a fait de; propositions précises au gouvernement rou main. Si la Roumanie garde une neujfcraliti bienveillante envers les \Puissances Centra les ou si elle prête son appui militaire, l'An triche s'engage à entreprendre contre lt Russie la conquête de la Bessarabie, qui se ra entièrement cédée à la Roumanie. En outre, de l'autonomie accordée à la Transylvanie, l'Autriche cède à la Eoumanie Ir Bukovine jusqu'au Sereth. La Quadruple Entente approuve les demandes légitimes de la Eoumanie qui réclame la partie basse de la Bessarabie. Ls Russie, malgré la pression de la France et de T Angleterre, n'a encore cédé de ce côte qu'une rectification insignifiante de frontière. La Roumanie a décimé ces concessions dérisoires. Les Russes, par contre, offrent à la Roumanie la Transylvanie et la Bukovine autrichienne. M. Jean Bratiano, le président du Conseil, évite de se laisser entraîner à céder à la première influence. Quant à la Bulgarie, dit le Journal det Débats, les dispositions ne se sont pas modifiées et ne se modifieront pas sensiblement tant que les Alliés ne seront pas maîtres des Détroits. Plus on sollicitera le concours bulgare contre la Turquie, plus nous nous éloignerons du but. La perspective de la prochaine possessio des Détroits entre les mains des Alliés pourra seule décider les pays balkaniques, et donc la Bu'garie à prendre part au conflit. Les journaux bulgares assurent que M. Radoslavoff, répondant aux démarches de la Triple Entente, a posé, comme condition à l'intervention de la Bulgarie dans la guerre le respect du principe des nationalités. C'est en vertu de ce principe qu'il réclame la Macédoii; serbe et une grande partie de la Macédoine grecque (Kavalla S-eres Draina). Le problème est de savoir s'il sera possible d'amener ej ce cas une transaction entre les pays balkaniques. Voici comment la Politique de Bucarest examine la que-tion : L'attitude de la Grèce et de la Serbie est nette. Les déclarations de leurs liommet d'Etat, le langage de leurs journaux, sont d'une fermeté telle que les projets de ls Triple Entente ne peuvent pas trouver Ion accueil auprès de ces pays. Ils ne veulent même pas entendre parler de négociation.' au sujet, d'un problème qu'ils considèrent comme définitivement résolu. Les journaux de Nisli écrivaient defiuère-ment encore ejue la Serbie est résolue à entreprendre une deuxième guerre contre 1; Bulgarie plutôt que de se résigner à leurs prétentions. D'après des informations sérieuses, tel se-rait aussi l'avis dominant dans les sphère.-militaires compétentes. D'autre part, certains fiurnaux sell es écrivaient que le gou reniement de M. Packitch irait jusqu'î conclure une paix séparée avec l'Autriche Hongrie si la diplomatie de la Triple Enten te continuait à exercer sur lui une forte près-sion en faveur de la Bulgarie. La Grèce non plus n'est pas favorable aus desseins de la Triple Entente au détrimen de son intégrité territoriale. Personne n'ignore que le conflit surgi entre la couronn< et M. Venizelos portait, surtout, non pas su: l'opportunité d'une intervention armée dv pays dans le cor.fiit européen, mais sur h question de concessions territoriales à fair< à la Bulgarie. r -, le résultat des élections fut tel que même revenu au pouvoir, l'ex-premier mi aistre ne pourra pas tenir ses engagements non formels d'ailleurs, envers les Alliés. ;s Les efforts de l'Entente pour amener u i- accord entre le-': Etats balkaniques sur la bc se de satisfaire* les intérêts bulgares, sem ;s blent voués à un échec complet et les dispe t- sitions de la Grèce et de la Serbie sous c à rapport, n'ont nullement changé. Mais ce qui rend impossible un arrange s ment, c'est la demande de la Bulgarie el'oc e cuper immédiatement les territoires qui lu r seraient cédés. Une telle exigence ne con t vient pas aux Cabinets d'Athènes et de Nish u La Russie annonce qu'un nouveau ininis tre arrivera prochainement en Bulgarie pou e concilier et faire des offres en vue de la ra e mener aux Alliés. a. D après les dernières dépêches la cessioi . de toute la Macédoine, y compris Monasti: î et Uskub, à la Bulgarie, a produit de sérieu ses divergences de vues, au sujet de la ré c ponse à donner, entre M. Pacliitch et les au i très ministres serbes. Quant à la Turquie, elle a cédé à la Bul-i garie le territoire situé à l'ouest et au norc s d'Andrinople (Earagatsch) et du chemin d< - fer de Dedeagatsch. Le traité relatif à cette ; concession a été signé la semaine passée en- - tre ces deux pays. - j En Grèce, certains milieux sont d'avis i qu'il faut agir au mieu- de ses intérêts en ■ restant neutre. La sympathie que la masse - manifestait pour l'Entente, paraît changée. Les vues opposées entre la Grèce et l'Italie éloignent l'espérance d'une intervention du peuple hellénique à côté r'es Alliés. ^ Même si l'Italie lui cède Smyrne, en Asie Mineure, la Bulgarie exigera des territoires équivalents en Macédoine, ce qui sera pour la Grèce un nouveau sacrifice douloureux. Le premier ministre grec semble abandonner le gouvernement. Le roi a extirirn» '--désir de rewioir m. Venizelos, sans disou-elre toutefois la Chambre. Une action sérieuse de la part des Etats balkaniques n'aura pas lieu tant que la situation ne sera pas claire. Aussi, dans un article récemment publié sous la signature du comte Monts, ancien ambassadeur allemand à Rome, on révèle l'existence d'une entente entre l'Angleterre et la Russie aux termes de laquelle l'Orient est partagé en deux moitiés. La Russie aurait les mains libres dans les Balkans, la Ga-licie, la Hongrie, la mer Noire, qui deviendrait Mare Clausuvi, et la maîtrise des bouches du Danube. L'Angleterre recevrait les îles près des Dardanelles (dont elle vient déjà d'occuper Mytilène), et élargirait son emuire d'Egypte. D'autre part, le Popolo d'Italia confirme l'existence d'un traité entre la Triple Entente, selon lequel, en cas de victoire, seule la Russie aurait le droit d'entretenir une flotte dans la mer Noire et dominer Constan-tinople et la mer de Marmara. TJn tel traité ou projet de traité va à l'encontre des intérêts, non seulement des Etats balkaniques, mais do l'Italie elle-même. Thomas JONESCO. La Guerre Communiqués Officiels ALLEMANDS Théâtre de la guerre de l'Ouest Berlin, 17 août. — Devant Ostende, notre artillerie de la côte a repoussé deux destroyers ennemis. Dans l'Argonne orientale, une tranchée a été prise près de la Fille-Morte, Près de Bapeaume, un aéroplane anglais est tombé en nos mains. Les occupants, deux officiers ont été faits prisonniers. Théâtre de la guerre de l'Est Groupe J' .rmép du jiiéral feldnuftéclial voiiy Hindenburg : D'autres combats dans la région de Ku-• puchky ont été heureux ; 62 -J hommes, dont . 3 officiers, tombèrent dans nos mains. Des . troupes de l'armée du lieutenant général von Eichhorn, ont pris d'assaut les forts du sec-: teur sud-ouest du front de Kovno, entre le : Niémen et la Jessia. Plus de 4,600 Russes ■ ont été faits prisonniers, 2i0 canons et un > autre nombreux matérieJ ont été pris. Les : armées des généraux ion Scholtz et von i Gallwitz ont refoulé Vadversaire dans des i combats ininterrompus. Plus loin, dans la qi- > rection est] 1,S00 Pusses, dont 11 officiers, ont été faits prisonniers ; un canon et 10 mi- , trailleuses ont été amenés. Au frond nord-est - de N owo-Georgieivsk, un grand fort et deux , ouvrages intermédiaires ont été pris d'assaut. Sur le restant du front, nous sçm- mes parvc ii, presque partout à refoule l'adversaire us loin. 2,400 prisonniers en été faits et canons et d'autre matérie \ pris. Les groupe de l'armée du général feld 11 maréchal Pri ;<> Léopold de Bavière et d', - général feîdin^çhal von Mackensen con ■- tinuent leurs [lyrès victorieux. Dans son co?\ .unique officiel du 16 août e la direction deflrmcc russe prétend que de avant-gardes ses ont / n$ le 13 août,pri - de Donajow, < a Zlota-Lipa, deux rangée - de tranchées a mandes et ont abattu leur 1 défenseurs. N• troupes qui combattent su ■ ce point n'ont .nnaissanee que d'une entre ■ prise de patro lies qui eut lieu dans la nui - du 12 au 13 ao t, entreprise qui échoua com i' plètement et < l'occasion de laquelle, l'ad - versaire abancLina devant notre position morts et 2 blcs&s, sans nous infliger la moin i dre perte. jfufBIGHIENS Théàt:3 de la guerre russe Vienne, 16 ao 't.— Dans la région à Voues du Bug, la pou: iite des Russes continue ra pidement. Les orces austro-hongroises s'a vançant au et: ire des armées coalisées s k sont mises sur FV talons de l'ennemi se reti . rant à l'ouest dis Biala, au delà de la Klikau ka. Les divisidf de l'archiduc J oseph-F ei dinand ont attemt le soir, en combattant, l région au sud ef.sud-ouest de Biala, jetèrer, dans la nuit unjpont sur la Krzna et travei sèrent celle-ci ce matin tôt. Des arrière-gai des ennemies furent attaquées et culbutées l où elles s'arrêtaient. Les troupes du génére von Iiovess ont refoulé l'adversaire au del de la Kliha icka, supérieure. Dans la région de Biala et vers Brest-L, towsk on aperçoit de nombreux incendu étendus. Près de ]Yladimir-Wolynsky, o nous avons pri* pied ferme sur plusieui points sur la n ce est du Bug et en Galici orientale, ht '—t. o * en* '"7. v""5" juîrie italien Au froft du 'Jyrol, l'artillerie lourde ci nemie ouvrit hier de nouveau le feu, apri un intervalle assez long, contre nos ouvre ges,notamment particulièrement contre ceu au défilé du Tonal et contre les plateaux à Lavarone et Folgaria. Des tentatives d'atte ques italiennes à la route de Tonal et contr la position de Pcpena (au sud de Schluseï bach), ainsi que dans le territoire de Dre, zinnen, ont été repoussés. Les nouvelles atte ques de l'ennemi dans le front du territoir de la côte, dans la région au sud du Km < une poussée en avant contre la partie saii lante du plateau de Doberdo, ont égalemer échoué. Evénements sur mer Un de nos hydroplanes a jeté le 15 août ans l'après-midi,des bombes sur quatre fort de la côte de Venise; toutes les bomlîes, l'exception 'd'une seule, explosèrent à l'inti rieur des forts. Des cinq aviateurs qui s'e talent élevés à la poursuite, deux ont été foj cés par le feu des mitrailleuses à retourne et à atterrir. Deux renoncèrent à la poursuit après quelque temps, tandis que le démit aviateur suivit notre aéroplane jusque pri de la côte d'iitrie où il dut retourner san avoir obtenu aucun résultat. Notre hydroplc ne est rentré indemne malgré un violen bombardement par les navires de guerre er, nemis et les forts. D'après un com,muniqué officiel italier, notre TT. 3 a été coulé le 12 août dans l'A driatique méridionale; le second officier t 11 hommes du sous-marin ont été sauvés e faits prisonniers. ITALIENS liome, 15 août. — Dans ta vallée de l'Et.-ch. » train blindé armé de canons de petit calibre i de mitrailleuses, a tenté de pousser vers notre gai de Serravallc, mais il fut repoussé.'De petites a taques contre nos positions au Monte Maggio si le ha%it plateau au nord-est d'Arsiero eurent même sort. Dans la vallée de Popane, l'ennev exécuta un assaut, avec des fWres considérable contre nos positions, mais il dut toutefois recuit après un vif combat. Dans la vallée de Sextenlt ouvrages de barrage ennemi ni ripostèrent pli le 13 août à notre Jeu d'artillerie. L'infanterie f i alors avancée p'us loin et atteignit la pente d Scikofel et du Cresta liossa. De même, notre ii far.terie, appuyée par le feu de nos lourdes batt ries de campagne, parvint à faire des progr, dans le bas fond du Flitsch et dans la région d " Honte Xsro. Une attaque a été tentée par u train blindé, armée d'artillerie légère, contre l'ai gauche extrême de nos positions, au sud-est '■ Monfalcone, mais elle resta inefficace. FRANÇAIS Paris, 16 août (15 heures). — Au cours de ■ nuit canonnade intermittente dans la région c Souchez et sur le plateau de Nouvron, au nord c l'Aisne. Combats à coups de grenades et de bon bes dans le secteur de Quennevi!res et dans l'A gonne occidentale. Dans les Vosges un coup de m ne sur une tranchée ennemie, entre Burnhaupt Bas et Ammerzwciler, noi/s a permis de faire qut r ' ques prisonniers et de prendre deux lance-bombe f et une mitrailleuse. I Paris, 16 août (S3 heures). — "Violente lutt d'artillerie pendant toute la journée sur un graiii _ nombre de points du front. Nos batteries ont cous l ù l'ennemi des pertes sensibles dans la région d. Quennevières et arrêté son bombardement sur i plateau de Nouvron. Elles ont endommagé les tra vaux ennemis au nord du Godât (entre Berry-au > Bac et LoivreJ. L'ennemi ayant encore envoyé de s obus sur Saint-Dié, nous avons tiré sur les gazo s mitres de Sainte-Muric-dux-Mines qui ont fai s explosion. Un autre tir de rep é saille s a détermtiu s l'incendie d'uire fabrique ali'mande à l'est d r Munster. RUSSES 1 Pétro'jraJc, 16 août. — Dans la région de Bigi. - pas de changement. Dans la direction de Jakob - stadt et de Duiiaburg, les combats du 13 au 1. i août augmentèrent en violence. Au front entre i Narcw et le Bug, nous avons repoussé des atta ques acharnées des Allemands. A la rive gauch dv Bug, l'ennemi prononça le 13 et H août un vigoureuse offensive contre îïos positions le loni du chemin de fer Szedlcz-Lukow. Nous arrêtâme t ce mouvement, fîmes le 14 août SÛO prisonnier allemands et autrichiens et prî.nes quelques mi trailleuses. A Nowo-Gcorijicwsk, les fortification ont été bombardées avec des canons de gros eau e bre par l'ennemi qui prononça également une sé rie d'attaques partielles contre plusieurs secteur ' de la fortification. Les attaques ont é-ié repous sées. Sur la rive droite du Bug, aucun change a ment essentiel. A la Zlota-Lipa, au sud d'Ujunou. t nos avant gardes ont entrepris, le 13 août une re -- connaissance contre les Allemands ; elles ont de truit leurs obstacles d'approche et enlevé deu. ù tranchées. Au Dniester, il y a eu le 13 août e 7 dans la nuit suivante, dans la région de l'embou \ chure de la Strypa et de la Zlota-Lipa, des com a bats partiels que les Autrichiens appuyaient d'u feu violent de canons de campagne et de forlt ~ ressc. s Pétrograde, 16 août. — Feu d'infanterie dan ù la région de la côte d'Olty. Dans la vallée de Pot ■s sa, nous avons repoussé dans la journée, des atto e ques des Turcs et leur avons infligé de grande pertes. Feu d'infanterie au sud de Karoderbenl -#vv Wv ïI WTC OJ UTff—îX ( ments eut à soutenir un combat après lequel ' occupa Melazgert. Au cours d'une journée; non s fîmes 200 prisonniers.Dans la direction vers TT'ar un de nos détachements a eu un combat avec de S Kurdes, les défit et prit beaucoup de prisonnier: e Sur le restant du front, pas de changement. - TURCS e Constantinople, 17 août. — Sur le fpon •_ des Dardanelles, l'ennemi, qui a débarqu depuis les 6 et 7 août, cinq nouvelles divi e sions, prononça avec ces renforts une attacju t contre nos positions. Grâce à la résistance hé roïque de nos troupes et leurs contre-atta t ques, l'ennemi n'obtint aucun résultat, quoi qu'il eut perdu la moitié de ses nouvelles for ces. Il se maintient seulement sur les pente , de la rive. s Le 15 août, nous avons refoulé dans les en à virons de Anafartas une attaque ennemie et :- infligeant à l'adversaire des pertes considé :- rables. Nous avons fait prisonniers un capi - taine et quelques soldats; deux mitrailleuse r ainsi qu'une quantité de fusils furent con e quis.Nos trouves occupent actuellement par r tout des positions qui dominent celles d~ s l'ennemi. s Notre artillerie a touché un torpilleur tn nemi devant Ari-Bnmu qui s'est éloigné ei t brûlant. A Sedd-ul-Balir, nous avons fait explose une mine sur notre aile droite à une clistanci , de 2 à o mètres devant la position ennemie - l'explosion a fait écrouler la position ennemi, t avec son lance-mines et ses obstacles en fil t de fer barbelés. L'ennemi riposta pendan toute la nuit avec une prodigalité inutile d. munitions.- Sur les autres fronts, rien de particulier t signaler. Dernières Déoèches x ;; LE BLOCUS Christiania, 16 août. — Le vapeur Albes 's en route d'Arcliangelsk vers l'Angleterre,e !S chargé de bois, a été torpillé samedi, à Stat ' L'équipage a eu le temps de s'embarque dans les bateaux et a débarqué à Ormesund 5_ Le navire était assuré pour 300,000 cour jn :î nés et la cargaison pour 107.000 couronne u contre les dangers de guerre. FRANCE. — Le dernier conseil de guerre ^ On télégraphie de la Haye que le demie conseil de guerre tenu à Calais, n'a about à aucune décision touchant l'offensive sur 1-front, occidental. On attendrait d'abord l'ar rivée de nouveaux contingents anglais. I. ;e généralissime J'offre n'assistait pas à ce con r_ FRANCE. — Seconde campagne d'hiver i- Lyon, 16 août. — On annonce de Paris m le Progrès : La commission de l'armée du Sé l- nat a chargé sa sous-commission pour l'ap s provisionnement de l'examen des préparatifs à une nouvelle campagne d'hiver. Les i sénateurs Cauvin, Lobert, Richard et Cher-l son sont chargés d'entreprendre à cet effet un voyage sur tout le front. ^ ANGLETERRE. — La prise > Varsovie ei l'opinion Zurich, 16 août — Le con ;pondant à s Londres de la Zuricher Post écrit : On ne - nie pas ici que la prise de Varsovie a eu lieu ! dans un moment critique. En raison de l habileté que les Allemands possèdent dans la position e, dans l'utilisation des forteresses, l'opinion publique reconnaît les avantages que les puissances centnJp ont acquis. i Dans le peuple, on tâche de répandre l'im- ■ pression que la campagne russe en Pologne ' russe sera un second 1812-, mais les cercles 3 intelligents reconnaissent que 1812 et 1915 sont deux époques différentes à tous les I points de vue. Le réseau de chemins de fer, , immédiatement construit par les Allemands s rend très improbable le renouvellement- des s événements qui se sont déroulés lors de la - retraite de Napoléon en 1812. s ANGLETERRE. — Le recensement national Berlin, 17 août. — Comme l'annoncent s différents journaux du matin, d'apiès le - Nieuwe Rotterdamsche •Courant, l'inscrip- - tion au registre national en Angleterre a j provoqué une grande inquiétude chez les ouvriers irlandais. Quoique cette inscription fut libre pour les Irlandais, le? ouvriers ir- f landais craignent toutefois qu'on ne veuille . ainsi les obliger à prendre du service mili-. taire. i ANGLETERRE. — Les pertes Londres, 15 août. — La dernière liste des s pertes contient les noms de 58 officiers et 580 hommes. - ANGLETERRE. — Le véritable but s de la guerre d'après un lord anglais .1 Amsterdam. 14 août. — Contrairement à II la déclaration du gouvernement et de la s presse qui affirment au peuple anglais que , l'xlngleterre combat pour la liberté et les s droits les plus nobles de l'humanité, lord • Linlithgow ose dire la vérité. Dans une lettre aux journaux au sujet de la guerre, il dit qu'on ne doit pas se laisser induire en er- ^ reur par la guerre sur terre; les plus grands , soucis ne feront pas perdre de vue la flotte ^ allemande aux yeux des Anglais. Aucune paix n'est possible pour l'Angleterre si elle ne consacre pas la destruction compdète de l'Allemagne comme puissance maritime. C'est à la condition seulement que la flotte allemande disparaisse qu'il y aura encore ~ pour l'Angleterre un avenir digne de son existence. RUSSIE. — L'évacuation de Riga l D'après une dépêche de Pétrograde à . l'agence Havas, la ville de Riga est corn-plètement évacuée. Les Ru-^es ont même s'emporté les mils'des tramways. Les toitures .1 en cuivre ont été toutes enlevées, de même . que la statue gigantesque de Pierre-le-31 Grand. Aucune fabrique ne travaille plus. - RUSSIE. — Jusqu'à 35 kilomètres de Brest-Litowsk 1 "Nuremberg, 1G août. — Comme on l'annonce de Vienne à la Nurnberger Zeitung, le quartier de la presse impériale et royale publie : Les alliés se sont avancés jusqu'à ^ 35 kilomètres de Brest-Litowsk. s RUSSIE. — Brest-Litowsk tiendra-t-il? t Berlin, li août. — Très résolus, brisant 3 toute résistance, nos armées du nord-ouest, de l'ouest- et du sud s'approchent de la forti- î fication de Brest-Litowsk, où l'armée principale russe pense faire apparemment la dernière tentative pour arrêter la marche progressive des armées coalisées. Un vieil officier écrit au Berliner Lokal Anzeiger. Il est dit dans sa lettre : « Brest-Litowsk est-il approprié à une pareille résistance ? Situé dans un granil vallon, qui s'étend de l'ouest ■ a l'est entre les sommets des hauteurs rus- l 4 ses occidentales et méridionales et qui est • traversé par le Prépel, avec ses affluenst et r comblé par les marécages de Rokitne, Brest- • là towsk a sa défense principale dans les ma- -" récages susdits. Les ouvrages de fortification 3 ne peuvent être considérés connue répondant en partie seulement aux exigences modernes. 1 En ce qui concerne les marécages de Rokitne, c, on se demaneTe s'ils offriraient encore ac-i i tuel'lement les mêmes grosses difficultés J fl11 il 7 a quelques dizaines d'années, car les - géog'raphe- nous assurent que le gouverne-:- ment russe a beaucoup fait à l'époque ac-. tuelle pour dessécher cet énorme terrain marécageux.RUSSIE. — Evacuation de Brest-Litowsk? i Bucarest, 14 août. — L'Umversal annon- - ce : Brest-Litowsk est évacué par les Russes. - lies chemins de fer transportent jour et nuit

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Le bruxellois: journal quotidien indépendant gehört zu der Kategorie Gecensureerde pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1914 bis 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume