L'indépendance belge

124 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1918, 05 Februar. L'indépendance belge. Konsultiert 22 April 2019, https://hetarchief.be/de/pid/dz02z13t2m/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

89e année No 31 L' INDÉPENDANCE ROYAUME-UNI : ONE PENNY 1 BELGE. CONTINENT : 15 CENTIMES (HOLLANDE : 5 CENTS) - ■c. ^^i ADMINISTRATION ET REDACTION: BUREAU A PARIS: TUDOR HOU SE, TUDOR ST., E.C. 4. 11, PLACE DE LA BOURSE. TELEPHONE: CITY 3S60 TELE.: 311-57 et 238-75 MARDI 5 FEVRIER 1918 En vente à Londres à 3 h. le lundi 4 février '3 MOIS, 9 SHILLINGS. ABONNEMENTS : 6 MOIS. 17 SHILLINGS. CONSERVATION PAR LE PROGRES. .1 AN, 32 SHILLINGS LA SITUATION Lundi, midi. Des troupes du front oriental soigneusement sélectionnées, ont été envoyées en Belgique, où certaines provinces, et notamment le Limbourg, ont été transformés en véritables casernes. Les Allemands ont concentré là et à l'arrière immédiat de leur front occidental, de 180 à 190 divisions, dont 115 sont déjà en lignes de combat, les 65 à 75 autres étant tenues en réserv-e. Disposant d'un tel "matériel humain," il est évident que l'-état-major allemand prépare un mouvement offensif, sur un point qu'il est difficile d'établir pour le moment ; toutefois, les raids î'.écuté en Flandre et sur les fronts de Cambrai et de l'Aisne, trahissent clairement les intentions de nos ennemis. Au jours de cës.deux derniers jours encore, le? troupes britanniques ont repoussé plusieurs de ces i&ntatives dans le secteur le Poelcappelle, à l'est du bois de Polygone et au sud de Lens, et l'activité de l'artillerie ennemie a été grande dans la région d'Ypres, au sud d'Armentières et dans le voisinage de la route d'Arras à Cambrai. Nos amis ne restent évidemment pas inactifs, et leur réaction a été généralement heureuse; C'est ainsi qu'un coup de main exécuté par des troupes de L'verpool au sud-est d'Armentières, a été oouronnà de succès et qu'ils ont capturé de nombreux prisonniers dans le secteur de Méricourt. - Les troupes françaises se sont également assuré de nombreux succès dans des opérations secondaires, au cours de ces derniers jours, notamment au nord du bois Mortier (Aisne), au sud-ouest de Courtecon et elles ont refoulé, des tentatives allemandes au sud de Lombâert-syde, sur la rive droite de la Meuse, en Lorraine et en Alsace. Depuis le succès italien sur le plateau 1 Asiago, au commencement de la semaine dernière, le calmp prévaut sur le :ront méridional, où à part une activité l'artillerie et des opérations de patrouilles, il n'y a rien à signaler. En Palestine, les troupes du général Mlenby ont avancé leur ligne près 1 Anutieh, à 19 kilomètres de Jérusalem. En Mozambique, les colonnes britanni-jues et portugaises ont exécuté de nombreuses opérations, chassant devant elles es détachements ennemis, notamment lans la vallée de la Lugenda. La co-onne britannique, partie de Port ^melia, a capturé un poste allemand, où 'lie s'est emparée de 30,000 kilogram-nes de vivres. D'après des nouvelles parvenues en Hol-ande et en Danemark, les grèves en, Al-emagne sont en déolin et on s'attend ,à es -voir bientôt complètement terminées. 1 y a eu quelques troubles dans les fau->ourgs de Berlin, jeudi et vendredi; des ■oitures de tramways ont été arrêtées et enversées dans les rues pour former des >arricades, mais la police vint aisément . bout des perturbateurs. Sept usines de Berlin ont, été places sous le contrôle militaire et les gré-'istes ont reçu l'ordre de reprendre le ravail au plus tard aujourd'hui, à heures du matin, faute de quoi ils se-ont punis d'après les règlements mili-aires. ïïerr Dittmann, député socialiste ndépendant, aurait été arrêté pour avoir enté de prendre la parole à une réunion le grévistes. La Bourse -de Berlin n'a attaché que >eu d'importance au mouvement gréviste t les derniers cours cotés ne diffèrent pe peu de ce qu'ils étaient avant la :rève. ^ Le gouvernement allemand avait d'ail-eurs, dit le "Times," pris certaines pré-autions pour réduire le danger au mi-timum. Le service de surveillance dans es usines avait été .réorganisé et confié . des gens sûrs afin de prévenir les atten-ats et l'es actes de sabotage; d'autre 'art, o-n avait rappelé de l'armée un ;rand nombre d'employés, de commerçants et d'autres éléments bourgeois, et >n avait formé des unités'spéciales qu'on ivait mis en garnison dans les villes in-lustrielles.Il n y a rien de bien neuf à Brest-Li-ovsk, où la discussion a oontinué au sujet lu rôle à jouer par les deux délégations l«i prétendent représenter l'Ukraine. Il < été question aussi de la représentation e la Pologne, mais ce point a été remis i une date ultérieura. Au Sobranié bulgare, le premier mi-i nistre Radoslavoff, tout en déclarant que la Bulgarie aspire à conclure la paix, a exposé ses desiderata, qui ne sont rien moins que la fconquête de la Dobroudja et de la Moravu, ainsi que celle de 'a Macédoine. On serait tenté d'ajouter : Et avec cela ? Les représentants des Alliés se sont réunis à Versailles et ont arrêté les termes de la déclaration que yoici : "Le Conseil Suprême de la Guerre a examiné avec la plus grande attention les déclarations récentes du Chancelier allemand et du ministre des affaires étrangères austro-hongrois, mais n'a pu y reconnaître aucun indice de rapprochement réel vis-à-vis, des conditions mode--rées établies par les Gouvernements Alliés. Sa oonviçtion s'est fortifiée encore par l'impression produite par le contraste entre les raisons idéalistes dont faisaient profession les Puissances Centrales pour amorcer les négociations en cours à Brest-Litovsk et leurs .plans de conquête et de spoliation actuellement dévoilés. "Considérant cette situation, le Conseil Suprême de la Guerre a décidé que l'unique devoir des Alliés est de poursuivre, avec la plus grande vigueur et la coopération la plus intime et la plus efficace, leur effort militaire jusqu'à l'époque où les résultats de cet effort auront amené chez les Gouvernements et .les Populations ennemies une modification d'esprit qui justifierait l'espoir d'une conclusion de paix, sur des bases qui n'entraîneraient pas, vis-à-vis d'un militarisme agressif et. impénitent, l'abandon de tous lés principes de liberté, do justice'et de respect des lois entre nations, que les Alliés ont'décidé de défendre. ""A cette fin, les décisions prises parle Conseil Suprême de la Guerre comprennent, non seulement une ligne de con-drite militaire générale, à poursuivre par les Alliés sur tous les théâtres de la guerre, mais surtout la coordination plus étroite -et plus efficace, sous la direction du consei}, de tous les efforts, de la part des Puissances engagées dans la lutte contre les empires du Centre. "Les attributions spéciales du conseil ont été élargies, et les principes d'unité dt conduite et d'action, qui ont été d'abord arrêté à Rapallo en novembre, ont encore été largement développés sous une forme plus concrète et plus pratique. "Sur toutes ces questions, après un échange de vue le plus large, un accord complet a été établi, tant en ce qui concerne la ligne de conduite à poursuivre que les mesures nécessaires à l'exécution du programme. "Les Alliés sont unis de cœur et de volonté, non pas par des sentiments déguisés, mais par une franche résolution de défendre la civilisation contre une menace sans scrupule de brutale domination. Cette unanimité, confirmée par une entente plus complète, tant dans la ligne de conduite militaire à poursuivre qute dans les hiesures nécessaires à son exécution, leur permettra de s'opposer à la violence de l'assaut de-l'ennemi, avec fermeté, confiance, une énergie sans limites, et avec cette assurance que ni leur forces, ni leur fermeté ne pourront fléchir. Les admirables soldats des libres démocraties se sont couverts de lauriers dans l'histoire, par leur valeur incommensurable. Leur magnifique héroïsme et aussi la noble vaillance avec laquelle nos .populations civiles subissent leur charge d'épreuves et de souffrancès, témoignent de la puissance de ces principes do liberté qui couronneront les succès militaires des Alliés avec la gloire d'un triomphe moral immense." C'est, on le voit, une déclaration aussi claire qu'énergique. En même temps, de Washington, on apprenait que les Etats-Unis donnaient pleins pouvoirs au Conseil des Alliés pour la prise et exécution de toutes les décisions nécessaires relatives aux opérations militaires. Un ministre est en route pour Paris, de7 sorte que ces décisions ne devront plus attendre l'approbation ou la désapprobation du cabinet. Inutile d'insister sur le côté pratique de cette importante mesure. \ En Irlande, l'élection de South Ar-magh, qui était très vivement disputée, 3'est terminée par triomphe du candidat nationaliste qui, sur 3,500 votants, .'emporta de 1,000 voix sur son concur rent, qui était un Irlandais emprisonné en Amérique, appuyé énergiquement par les intransigeants. C'est là un symptôme très satisfaisant d'un arrêt du courant en faveur des Sinn Feiners, et il serait à souhaiter que oe soit un indice d'une taeilleure disposition des esprits à l'égard des propositions bienveillantes d'un juste accord présentées par le gouvernement. Le monde entier applaudirait à une. équitable solution du problème irlandais. LA GUERRE EUROPEENNE SUR LE FRONT OCCIDENTAL SUR LE FRONT BELGE Le dernier communiqué hebdomadaire Pendant la semaine écoulée, l'activité d'artillerie s'est principalement exercée dans les régions de Dixmude et de Merc-kerri. Nos batteries ont vigoureusement pris à partie l'artillerie ennemie et bombardé les organisations défensives de l'adversaire. Dans les environs d'Ascboop, une de nos patrouilles a surpris un poste ennemi ; à. l'issue d'une lutte corps à corps, elle a ramené deux prisonniers dans nos lignes. Une reconnaissance ennemie a été repoussée par fe feu dans la région de Ramscapelle. Au cours de bombardements nocturnes par avions, des torpilles ont été lancées par les Allemands vers Adinkerke. Mil-gré la brume, notre aviation a été assez active. Nos appareils de chasse, protégeant des missions de surveillance et de photographie, ont accompli de nombreux raids .offensifs, dans les lignes ennemies. OPERATIONS NAVALES Un transport britannique coulé Le transport armé "Louvain" (1,839 tonnes) de la flotte britannique a été torpillé et coulé par un sous-marin allemand, le 21 janvier, dans la Méditerranée orientale. Sept officiers et 217 hommes ont été noyés. OPERATIONS AERIENNES -o- LES RAIDS SUR LONDRES Le nombre total des victimes Le nombre total des victimes de l'attaque aérienne de lundi dernier dans tous les districts survolés est de 231, dont 58 tués et 173 blessés. Dans un. seul abri 30 personnes ont été tuées et 91 blessées. De plus, quatre personnes ont disparu depuis que l'attaque s'est produite, et leurs cadavres n'ont pas. encore été retrouvés. Le nombre total des victimes causées par le raid de mardi dernier est de 20, dont 10 tués. L'ATTAQUE SUR PARIS 255 victimes Le nombre total des victimes faites au cours de l'attaque de mercredi dernier sur Paris est de 255, qui se répartit comme suit : Tues, à Paris, 33, dont 11 femmes et 2 enfants ; faubourgs, 16, dont 3 femmes et 3 enfants. Blessés, à Paris, 134, dont 50 femmes et 10 enfants ; faubourgs, 72-, dont 38'femmes et 7 enfants. C'est un avion de l'escadrille 464. ayant à bord le sergent Vergnes et le mitrailleur F. Billard, le dessinateur humoriste, qui, montant la garde, à 3,000 mètres d'altitude, du côté de Vin-cennes, a abattu l'aviatik allemand. Ce dernier fut atteint de deux balles tra-ceuses de la mitrailleuse de Èillarfl, et prit feu. Raid en Flandre Une dépêche envoyée de la frontière belge à Amsterdam signale le bombardement de Zeebrugge par la voie des airs. Le port de Bruges a également été attaqué et plusieurs autres raids ont ,eu lieu dans le nord de la Flandre. 10 avions allemands au tableau Les pilotes britanniques ont jeté, samedi, quatre tonnes'd'explosifs sur divers objectifs et notamment sur la gare et les ateliers de chemin de fer de Valen-ciennes.Cinq appareils ennemis ont été ahat-tus au cours de combats dans les airs et ;inq autres ont été forcés d'atterrir en k mauvais état. Un seul appareil britannique n'est pas rentré. Dans la nuit de samedi à dimanche des aérodromes et des logements ennemis ont également été bombardés. De leur côté, les aviateurs de la marine britannique ont bombardé l'aérodrome de Varssenaere, dans la matinée de samedi. • .* LES EVENEMENTS EN RUSSIE Les Juifs veulent être représentés à Brest Le bureau de la presse juive de Stockholm a publié la communication suivante : Le bureau de lk .fédération sioniste / néerlandaise a lancé une protestation contre le fait qu'aucun représentant des Juifs n'assistait aux négociations de paix de Brest-Litovsk. Cela semble incompréhensible à l'opinion publique juive, étant donné que la délégation russe à Brest-Litovsk a proclamé le principe de libre choix de sa destinée pour toutes les nationalités. Le peuple juif serait-il exclu du bénéfice de ce principe? Le silence opposé à la question juive par la délégation allemande jette un jour singulier sur la valeur des déclarations faites il n'y a pas longtemps par le sous-secrétaire pour les affaires étrangères, baron von dem Bussche, au sujet de la Réalisation des aspirations nationales des Juifs. Il y a aussi la question de l'avenir de là Palestine. Le peuple juif a sans doute le droit d'être entendu avant que cette paix soit conclue et les cercles israélites envisagent sérieusement la question d'une délégation juive spéciale à Brest-Litovvsk. Les maximalistes prennent Oranbourg D'après un message de Samara,' les troupes maximalistes ont pris la ville d'Orenbourg- ; !e» troupes cosaques ?du général Dutoff auraient lui, abandonnant leurs armes, et le général lui-même eh fut réduit à s'échapper. AUTOUR de la GUERRE ALLEMAGNE — Un télégramme semi-officiel de Berlin dit qu'il est à présent à peu près certain que les grèves seront terminées aujourd'hui lundi. Ce résultat satisfaisant a été obtenu en grande partie par le rappel, par les commandants de plusieurs corps d'armée, de soldats en congé la semaine dernière et qui, croit-on, furent mêtés à la grève. Le commandant en chef du Brandebourg annonce que quiconque est convaincu de fomenter des grèves est passible d'un an d'emprisonnement.— On annonce de Berlin que la firme Krupp a acheté l'Agence Télégraphique Wolffiqui a battu tous les records en matière ae fausses nouvelles. Elle a également créé deux nouvelles sociétés, l'une peur les dépêches télégraphiques étran-' gères, l'-autre pour la concentration de la publicité allemande à l'étranger afin de pouvoir exer.cer une pression sur certains journaux. — Au cours d'une interview, Herr Erzberger, leader du parti du Centre, a déclaré : "La déclaration du Chancelier a été trop négative. Nous restituerons la Belgique aussitôt que l'intégrité des Puissances Centrales sera garantie. Le point de vue du gouvernement doit rester le même que celui de Bethmann-Hollweg en 1914. Une injustice a été commise envers la Belgique, mais, évidemment^^lle sera réhabilitée après la guerre. C'est, en réalité, l'avis de Hertling, mais en parlant au monde entier il ne peut parler comme un diplomate. "Trois expèces d'indemnités doivent êtijs envisagées : j.n première pour dommages causés pendant l'invasion; ceux-ci sont peu importants et seront pays par l'Allemagne; la seconde, pour le dommage causé par le creusement de tranchées. Les deux parties en sont responsables et ils seront à payer par un fonds international; la troisième indemnité concerne les Approvisionnements pris par l'Allemagne; cela est permis.par les lois internationales, et la compensation ne s'impose pas; mais peut-être un arrangement est-il possible." Un compromis sur la question d'Alsace-Lorraine est impossible, mais Herr Erzberger finit par dire que peut-être l'Allemagne pourrait cependant examiner la question, mais il se montra adversaire de compensation coloniales. ( ARGENTINE — On vient seulement d'apprendre à Buenos-Ayres le torpillage du steamer "Ministro Iriondo." On dit qu'il naviguait sous pavillon étranger. — Les attachés militaires argentins à Berlin et à Vienne, ainsi que Le major •Jvinkelin, correspondant du journal "La Naçion," actuellement en Allemagne, ont reçu lfordre.de rentrer en Argentine. — La note du gouvernement argentin, en réponse à la note du Pérou annonçant la rupture des relations diplomatiques de oe pays avec l'Allemagne, déclare que cette mesure est conforme à la loi internationale relative à la conservation de la souveraineté nationale. — Une autre note argentine, en réponse à celle de l'Uruguay, r'elative également à la rupture diplomatique de oe pays avec l'Allemagne, est rédigée dan3 le même sens. ^ BELGIQUE — Les Allemands viennent de nommer conservateur en chef a la* bibliothèque royale à Bruxelles, M. Devreese, professeur à l'université embochée de Gand. FRANCE — Un incendie s'est déclaré aux usines de munition de Moulins, dans le département de l'Aisne, à la suite d'une série d'explosions dans les ateiiers de chargement des obus. Dix personnes ont été tuées et 30 blessées. Fort heureusement le magasin à poudre, qui se trouvait à proximité, a pu être'préservé. — A la suite d'un vote défavorable de la Chambre française, M. Godart, sou--secrétaire d'Etat pour les services médicaux, a" donné-sa démission. GRANDE-BRETAGNE — M. Lloyd George et sir William Ro-bertson sont rentrés de Versailles.' — Les nouvelles dispositions- relatives a l'alimentation dans les hôtels sont entrés en vigueur : plus de viande a.u déjeuner du matin; quantité de viande par personne par personne au lunch et au dîner : 3 onces (avant la cuisson et os compris) ; ration de graisse par personne : 1| once, dont la moitié seulement peut consister en beurre ou margarine; pas de lait comme boisson; obligation d'apporter son sucre pour les boissons, sauf pour les résidents permanents; quantité de pain, cake, etc., réudite à 1-J once peur l'afternoon tea. — La mission finlandaises quitté Londres pour Paris; elle n'a; pas obtenu la reconnaissance formelle, mais la Grande-Bretagne l'a reconnue de fait. ITALIE Fr. 2,790,000,000 ont été souscrits en Italie à l'emprunt de guerre italien, jus'-qu'à la date de samedi dernier. Dans cette somme il y a Fr. 2,050,000,000 d'argent nouveau. — Ub grand nombre de journaux se prononcent en faveur d'un accoid formel avec les Yougoslaves, tandis que certains, sans rejeter absolument pareil accord, expriment une certaine méfiance, qu'ils expliquent notamment par le fa-ij; que, dans le passé, le mouvement yougoslave se serait parfois montré plus anti-italien qu ' anti-autrichien. Le "Giornale d'Italia" croit, avec 'e baron Sonnino, que cette question aurait dû être remise à plus tard et dit que "le Gouvernement de Rome a laissé entendre clairement et de mille façons qu'il ne serait pas difficile de trouver un moyen de conciliation entre nos droits et ceux des autres." Il est cependant certain que la position du baron Sonnino a été ébranlée par la discussion de cette question. — Le 26 janvier, S. E. M.-Nit-ti, ministre du Trésor italien, a commencé â Gênes son tour de conférences en faveur du quatrième,emprunt italien. Son appel au monde financier et industriel fut lancé dans la grande rotonde du Palais de la Bourse, où une foule énorme s'était réunie autour de l'orateur. Parlant avec une grande franchise et une simplicité digne de l'heure grave, M. Nitti a exposé brè-vement la situation financière italienne et la nécessité absolue de vaincre en soutenant et prolongean la guerre jusqu'à la victoire. Les paroles efficaces de l'orateur auront sans aucun doute un résultat imposant de volonté populaire dans la souscription du petit dépôt d'épargne qui,-largement, s'ouvrira aux besoins de la nation. " A la réception du soir à la Chambre Suite a Sa 4e page, 2e colonne

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel L'indépendance belge gehört zu der Kategorie Liberale pers, veröffentlicht in Bruxelles von 1843 bis 1940.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Themen

Zeiträume