Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires

181 0
close

Warum möchten Sie diesen Inhalt melden?

Bemerkungen

senden
s.n. 1915, 06 Juli. Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires. Konsultiert 23 Mai 2019, https://hetarchief.be/de/pid/xd0qr4ps3c/
Text zeigen

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

ANVERS, Mardi 6 Juillet 1915 Le numéro 10 centimes Cinquante-huitième Année - No 17.351 DIRECTION & RÉDACTION : VLEMINCKX, 14 ,^\ ANVERS ûi1 i — Téléphone 3761 séS^V LLOYD ANVERSOIS Seul Journal Maritime quotidien émanant des Courtiers de Navires Annonces : 25 centimes la petite ligne. — 50 centimes la double ligne 1 franc la ligne sur double colonne Adresses industrielles 50 centimes Émissions et Annonces financières : Prix à convenir Les annonces sont mesurées au liynomètre. — Les titres se paient d'après l'espace qu'ils occupent Observations météorologiques de M. F. Agthe, opticien, rue Léopold, 51. Anvers, 6 juillet, 1915, 10 h. du matin. — Baromètre 766 — Thermomètre cent (max) 1-27. —Thermom cent. îmin.l ! 15,5.— Pluviomètre—m/m.—Vent.O.-S.-O. — Prévision: Nuageux. Astronomie / juillet Le\er du soleil .... 3 h. 37 m. matin — ' 3,37 ; Coucher du soleil 7 „ 57 „ soir = (19 57) Lever de la lune — . — „ soir = (—.—) Coucher de la lune .... 4 4 „ soir - '16 4) Nouvelle lune le 12 juill. • 9 „ 31 „ matin — ( 9.311 Premier quartier le 19 juill. • 9 „ 9 „ soir = (21. 9) Pleine lune le 26 juill. . . • 12 „ 11 „ matin — (12.11) Dernier quartier le 2 août . . 9 .. 27 „ soir -= (21.27) Haute marée à Anvers Matin Soir ? juill. 10 h. 59 m. - '10 h. 59) I 11 h 36 m '23 h. 36) 8 juill. — h. - m. = h.—) 12 h. 13 m. 12 h. 13) 9 juill. — h. 48 m. - (—h 48) | I h. 23 m. - 13 h. 23) (Heure belge). Hauteur du Rhin Cologne 6 juill 2,31 m Strasbourg 1 juill. — m iluningen 1 . 2,85 „ Lauterbourg „ — Kehi .. — .. Max au — „ Mannheiir 4,25 „ Germersheiin „ — Caub 5 „ 2,69 Mayence „ î ,42 Kuhrort „ 1,36 „ Bingen „ 2,10 .. Duisbourg 1 „ 1,18 .. Coblence „ 2,31 „ Waldshiit — „ 'Diisseldorf „ 1,87 Lobith „ 10.78 „ Hauteur du Main Hauteur du Neckar f rancfort 1 juill. 2,—m. Heilbronn 1 juill. 0,50 m Hauteur de la Moselle Hauteur du Bodensee [rêves 1 juill. 0.13 m. Constance 5 juill. 4,29 m. Port d'Anvers ARRIVAGES DU 5 JUILLET Steamer Union 3, de Bruxelles. » Telegraaf VI, de Bruxelles. » Telegraaf III, de la Hollande. » Telegraaf 1, de la Hollande. Bateau-moteur Rosalie, de Boom. » Scheldestroom, de Baesrode. » Artois i, de Louvain. » Eclair VII, de Bruxelles » Regina, de Gand. » 1'. 1. 77, de la Hollande. Kromhout 12, de la Hollande. Allège Bayern 15, de Hoboken. » Stanislas, de Calloo. » l)i: 5 Gebroeders, de Baesrode. » Rosalie II, de Mal in es. » Victor, de Bruxelles. » Charlotte, de Bruxelles. » Deux Frères, de Bruxelles. » Pétrus, de Louvain. » Constant, de Louvain. » Fontenas 5, de Turnhout. » Julienne, de Gand. » Sophie Thérèse, de Gand. » Tolk, de Roulers. » Zélateur, de Liège, » Quatre Frères, de Liège. » Adeline, de Liège. « St. Léonard, de Liège, » Evariste, de Liège. » Julienne, de Seraing. » Goliath, de Tilleur. John Bull, de Charleroi. ». Providence, de St. Ghislain. » Ménam, de Mons. » Glaneur, de .Mons. » Zurlinden, de St. Ghislain. » Vlinder, de la Hollande. » NooRDSTER 5, de la Hollande » Jan Blockx, de la Hollande. » Voss ,& Langen 5, de l'Allemagne. » Rhbnania 16, de l'Allemagne. DEPARTS DU 5 JUILLET Steamer Telegraaf 1, pour Bruxelles. » Telegraaf VI, pour la Hollande. Allège Vigilance, pour Lillo. » Baldur, pour Burglit. » Franco-Bei.ge, pour Merxèm. » Laissez-Dire, pour Merxem. » Rumonda, pour Merxem. » Albert, pour Schooten. » Marguerite-, pour Schooten. » Janic, pour Raevels. » Victor, pour Moll. » Charlotte, pour Moll. » Corine, pour Beersse. » Mon Idée, pour Beersse. » Port de Mer, pour Turnhout. » Jonge Gustaaf, pour Charleroi. » Wéser, pour Charleroi. » Autre Avenir, pour Char.eroi. » Deux Frères, pour Charleroi. » Malvina, pour Charleroi. » Maria, pour la Hollande. » Ik Volg 2, pour la Hollande. » Ik Volg, pour la Hollande. VILLE DANVF.RS EMPRUNT DE CONVERSION 1887; lGlmo Tirage pour primes et amortissement Les bourgmestre et échevins préviennent lies intéressés qu'il sera procédé le samedi 10 juillet prochain, A il heures du matin, au 161mo tirage pour primes et amortissement de l'emprunt susmentionné.Le remboursement des obligations sorties se fera à partir du juillet 1916. Anvers, le 29 juin 1915. Par ordonnance : Le secrétaire, Le bourgmestre, H. Melis. _ Jan De Vos. Banque Nationale de Belgique AVIS Les pensions civiles sont payables à la Banque Nationale depuis le 5 juillet et les pensions militaires seront payées à partir du '7 juillet. Bureau de prisonniers à Berne (Suisse) Au cours des dernières semaines, le bureau' de secours aux prisonniers de guerre, à Berne, a dû successivement organiser plusieurs divisions nouvelles. Il comprend actuellement les organes suivants : 1° Secrétariat général, direction, répartition des secours ; 2° Expéditions ; 3° Abonnements de pain ; 4° Abonnements de vivres ; 5° Envois d'argent ; ' 6" Office d'informations. La correspondance doit être adressée au secrétaire général, place Bubenberg, 13, à Berne. Affranchir à fis 0,25. Les particuliers qui demandent l'intervention de l'office d'informations doivent joindre un coupon-réponse ou un timbre de frs 0,25. Actes déposés Vincent Moni et Co, société en commandite simple, à Bruxelles. — Constitution. Il a été formé à Bruxelles, entre Mr Vincent Moni et divers commanditaires, une société en commandite simple sous la raison sociale Vincent Moni et Co. ■ Mr Vincent Moni est seul associé commandité indéfiniment'respdnsable. Les autres associés, simplet commanditaires; ont versé' dans la è'aisse' so;-éiale ïe montant de la commandite, soit 5000 francs. La société a pour objet la fabrication ët le commerce de produits alimentaires. Elle a' été constituée pour un terme de dix années qui à pris cours le 15 mai 1915 pour finir le 15 mai I9ft>. La gestion et la signature appartiendront à Mr Vincent Moni qui ne pourra s'en servir que poulies affaires de l'association. La signature (Vincent Moni et C°) ne pourra être déléguée sans l'autorisation de la majorité des commanditaires.V. Moni. (Déposé au greffe du tribunal de commerce de Bruxelles le, .22 mai 1915.) Crédit National de Belgique société coopérative, à Bruxelles. — Statuts. Art. 1er. La société est coopérative ; elle prend la dénomination de Crédit national de Belgique. Son siège est à Bruxelles, ce terme comprenant l'agglomération bruxelloise. Il est établi actuellement, 99, rue Royale. Art. 2. Eu considération des difficultés économiques actuelles, voulant venir en aide aux commerçants, aux particuliers, aux communes, aux sociétés commerciales ou autres, favoriser la reprise du travail et alléger ainsi le budget de la bienfaisance publique, la société a pour objet principal de mettre à la disposition de ses associés ou de tiers, une ouverture de crédit sous quelque forme que ce soit, et ce moyennant un intérêt ou une commission à déterminer par le conseil d'administration. Notes de jurisprudence VENTE A REMERE Le Code civil limite à cinq ans l'action en rachat ; il n'est pas permis de la stipuler pour un temps plus long. Si elle a été stipulée pour un plu^j long ternie, elle est réduite à ce terme. Le ternie fixé par les parties est de rigueur et ne peut être prolongé par le juge. Faute par le vendeur d'avoir exercé son action en réméré dans le délai prescrit, l'acquéreur, de plein droit, demeure propriétaire inconnnutable, sans qu'il soit tenu de mettre le vendeur en demeure ou n'obtenir jugement. LES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET LA GUERRE lîn ouvrier a été tue le 28 janvier dernier pendant qu'il travaillait pour le compte de la Société Saint-Léonard. Sa veuve prétendait qu'on doit prendre pour base de l'indemnité qui lui est due, non pas le salaire effectivement gagné pendant la guerre, mais le salaire plus élevé qu'il aurait gagné si la guerre n'était pas survenue ; que la réduction du nombre de journées de travail qui a été décrétée par la société doit être considérée comme un chômage involontaire et que l'ancien contrat de travail subsiste en droit. Un juge de paix à Liège a rendu une isentence qui déclare ce système mal fondé, et opine que patrons et ouvriers, contraints par les circonstances, sont censés avoir fait un nouveau contrat, puisque les anciennes conditions de travail ne pouvaient plus susbsister ; que le principe primordial de la loi est que les indemnités en cas d'accident doivent être-fixées sur la base de la rémunération effective allouée à l'ouvrier en vertu de contrat pendant, l'année qui a précédé l'accident dans l'entreprise où celui-ci est arrivé. Le régime de guerre actuel frustre donc la veuve de 25 %. ACCIDENT MORTEL Dans l'affaire d'accident mortel qui s'est produit à Termonde, — jeune batelière tuée, frappée au cou par un coup d'amarre métallique qui s'est rompue an moment où on la déroulait de la bitte autour de laquelle elle avait été passée, — le ministère public, dans l'avis qu'il a donné à la 2me chambre civi'le, a conclu à ce que la partie demanderesse soit autorisée a établir par témoins devant le tribunal les faits d'imprudence de l'agent préposé à la manœuvre, faits cotés par elle et que nous avons indiqués m rendant compte des plaidoiries dans cette affaire dans le numéro du Lloyd Anversois du 20-21 juin, et réserve à la partie défenderesse la preuve contraire. ACCIDENT DU TRAVAIL Un ouvrier, d'un certain âge, victime d'un acci dent de travail, a été atteint de cataracte à l'œil gauche. 11 soutient que c'est une conséquence des lésions qu'il a subies. La partie adverse soutient que l'intéressé avait des dispositions, que peut-être les lésions reçues ont tout au plus activées et qu'il s'agit plutôt de cataracte sénile ou autre. Le ministère public, dans l'avis qu'il a donné en la cause, estime que le tribunal doit recourir aux lumières d'hommes de l'art pour s'éclairer en cette matière, et conclut à la désignation d'un collège d'experts, qui présenteront un rapport motivé sur la situation du demandeur et les causes de l'infirmité. Evénements de Mer SINISTRES, AVARIES, ETC. Boduognat. — Londres, 4 juillet. — Le steamer belge Boduognat a été coulé près de Scilly. L'équipage se composant de 18 hommes ^est sauvé et a été débarqué à Falmouth. Craigard. — Londres,-5 juillet. Le steamer Crai-gard (3286 tonnes), allant de Galveston au Havre avec du coton, a été coulé près de Scilly. Gadsby. — Londa^es, o juillet. — Le steamer Gadsby, de West Hartlepool (3497 tonnes), a été torpillé aux environs de Cornwallis. Italia-Atlantide. — Almeria, 2 juillet. — Par suite d'un brouillard le voilier Italia a été éperonné par le vapeur Atlantide. L'Italià a-coulé. L'équipage a été sauvé. Larchmore. — Londres, 5 juillet. — Le vapeur Larchmore, allant de Cardiff à Bombay avec du charbon, a été coulé à coups de canon près de la pointe' Sud-Ouest, de Cornwallis. Le navire a tenté d'échapper et, pendant, la poursuite, un matelot a été tué. Lomas. — Londres, 3 juillet. — .C'est le chalutier belge Gaby qui a ramené à Milfordhaven l'équipage du vapeur Lomas, torpillé par un sous-marin allemand. (Voir Lloyd Anversois du 3 courant.) Renfrew. — Londres, 5 juillet. — Le vapeur Re.n-frew, en route de Marseille pour Cardiff, a été toi-pillé près de Cornwallis. Richmond. — Londres, 4 juillet. — Le steamer anglais Richmônd a été torpillé dans la Manche. L'équipage est débarqué à Plymouth. BELGIQUE LES VICINAUX AU PAYS DE CHARLEROI La Société nationale des chemins de fer vicinaux étudie de nouveau la possibilité de créer un tronçon de cinq kilomètres de voie ferrée en vue de relier les lignes du Centre, à Fontaine-l'Evcque, et de Charleroi, à Marchienne-au-Pont. La route, très vilaine sur cette distance, possède un trottoir encendré avec bordure en saillie, une chaussée grossièrement pavée et un malheureux accotement tout raviné et « incarrossable ». En utilisant cet accotement pour l'installation de la. ligne vicinale, on améliorerait certainement beaucoup la route de Fontaine à Marchienne. Mais comme les services communaux ont établi leurs canalisations d'électricité et de distribution d'eau, sous ce même accotement, on refuse de le céder aux vicinaux. D'autre part, on fait des difficultés également pour la cession du trottoir encendré, déjà trop étroit pour la circulation des piétons. Au début des pourparlers, on avait pensé que l'exploitation de ce nouveau tronçon aurait pu être entreprise pour le 1er septembre ; actuellement, il est à craindre que les travaux — évalués à 600.000 francs — ne soient pas terminés cette année. Une autre ligne, celle de 'Gilly-Sàrt-Allet à Fleu-rus, par Ransart et WQngçniés, qui doit faire la jonction des réseaux de' Charleroi et de Namur, va être mise ên construction sous 'peu. Deux antres, lignes'sont encore à l'étude ; elles auraient leur point initial à Châ^eliiieaïï, leur point terminus à Taminés et a Wanfercéè-Baulet. Le coût total .de ces trois dernières lignes est évalué approximativement à 1.500.000 francs. La navigation à Liège LE TRAFIC FLUVIAL Comme les autres industries, la batellerie chôme à Liège ou à peu près. Avant la guerre le trafic sur la Meuse était extrêmement important. Le public non initié, voyant défiler du haut d'un quai quatre ou. cinq allèges derrière le petit remorqueur qui les toue vaillamment, ne se doutait guère que chaque bateau contient 300 tonnes — la charge de 30 wagons par conséquent — et que leur massive étrave, avant les flots de la Meuse, avait fendu ceux du Rhin ou de l'Escaut. Aujourd'hui le transport est restreint au transport à Liège des vivres destinés au Committee for Relief in Belgium. Examinons les causes de cette réduction considérable des transports fluviaux. En premier lieu beaucoup d'usines, privées d'exportation, chôment à peu près complètement. ; or, les produits métallurgiques du bassin formaient la principale cargaison des chalands. Ce motif primordial n'est pas le seul. Les formalités rendues nécessaires par l'état, de choses actuel sont singulièrement compliquées et peuvent être modifiées du jour au lendemain suivant les circonstances. Chaque batelier doit être muni d'un passeport et le bateau pourvu d'un permis de navigation. Les taxes sur le batelage sont plus élevées sous le régime fiscal actuel que sous l'ancienne administration. Ce n'est pas tout : pour les marchandises exportées, uri cautionnement doit être versé, d'où immobilisation de fonds dépassant parfois les capitaux disponibles de l'armateur. Des mesures spéciales visent aussi l'équipage quand il s'agit d'exportation vers la Hollande. Pour chaque homme âgé de moins de 45 ans, le capitaine a à fournir une garantie de 1000 francs et il est terni personnellement responsable des actes délictueux posés par ses subalternes : transport de lettres, de journaux non autorisés, etc. Evidemment les passeports sont rigoureusement exigés. Une autre raison majeure du ralentissement du trafic fluvial est la concurrence que lui fait l'administration des chemins de fer. Les bateliers sont les seuls évidemment à se plaindre de cet abaissement du prix des transports par voie ferrée. Voici comme démonstration un exemple : pour les vivres du Committee for Relief in Beigium le tarif des chemins de fer est de 5 centimes par tonne-kilomètre. Le prix de transport d'im wagon de farine de 10.000 kilos de Liège à Huy (la distance est de 30 kilomètres) est de 15 francs. Les bateaux ne sauraient atteindre un pareil minimum. En effet, aux frais généraux, traitement du personnel et taxes perçues, il faut ajouter le prix de la consommation de charbon et d'huile. La houille vaut actuellement 22 francs la tonne au lieu de 18 avant, la guerre; l'huile cote maintenant 2 à 3 francs, tandis qu'elle Valait 45 Centimes»l'an passé, ce qui s'explique par le réquisitionnement des stocks. L'emploi d'une file d'allèges remorquées abaisserait évidemment le prix de revient, mais il est très difficile de s'en procurer et d'avoir des charges complètes. La navigation fluviale rachète pourtant ces inconvénients par un avantage important. L'armateur peut garantir le transport dans un temps déterminé. L'administration des chemins de fer ne peut, par suite de son utilisation avant tout militaire, fournir aucune certitude quant au délai de livraison. C'est ainsi que des vivres destinés par île Committee for Relief in Belgium au magasin central de Huy sont restés naguère plusieurs jours en panne à Kinkem-pois. Ni les expéditeurs-, ni le destinataire n'avaient su ce qu'était devenu l'envoi. Aussi fit-on l'essai de transport par bateau-mouche. Partie à 10 heures de Liège, la cargaison était à quai à Huy à 2 heures, ce qui permettait d'expédier les vivres suivant la. demande journalière. Mais le prix de revient élevé de ce système de transport ne permit point de le continuer malgré ses très grands avantages ; on en revint au chemin de fer. L'exemple que nous fournissons est très caractéristique dans le cas particulier de vivres. Il serait moins démonstratif, mais palpable pourtant, s'il s'agissait, d'autres marchandises. ANGLETERRE Londres, 3 juillet. — L'intensité du trafic commercial-maritime amène une hausse extraordinaire du prix des navires. C'est ainsi qu'en Angleterre un steamer grec, construit il y a treize ans, a été vendu £ 75.000, soit environ £ 10 par tonne de déplacement, alors qu'avant la guerre la moyenne de vente à la tonne s'élevait à .£ 3 seulement. Un autre bâtiment, qui avait été cédé en novembre dernier pour £ 20.000, vient de changer de main au prix de £ 45.000, et il est certain dès à présent que le propriétaire actuel peut déjà réaliser un joli bénéfice s'il veut vendre son navire. SUISSE LA CIRCULATION DES CHEMINS DE FER SUISSES A LA FRONTIERE L'administration des chemins de fer «suisses fait connaître officiellement que la circulation des trains de voyageurs vers Constance est complètement arrêtée.Hydrographie et balisage Alors que, sur les côtes de France, la navigation, si contrariée qu'elle soit par les coups de vent d'hiver, suit son cours pendant les douze mois de l'année, la glace, la malencontreuse glace, vient, avec la mauvaise saison, obstruer les ports et ceindre les côtes de l'infranchissable ceinture blanche sur toute l'étendue des golfes de Riga et de Finlande. Pendant tout l'hiver et au début du printemps, les navires restent emprisonnés derrière les jetées et la vie de la marine de guerre, comme celle de la marine de commerce, demeure suspendue par une grève périodique des éléments. Les expressions russes qui définissent cette saison sont très significatives : la fermeture (zakrytie) et l'ouverture (otkrytie) de la navigation. Le seul port qui reste praticable en tout temps est celui de Liban, situé à 45 milles au nord de la frontière allemande. On conçoit que des dépenses considérables aient été faites pour permettre à une flotte entière, commerciale ou militaire, de s'y abriter et d'y séjourner. Dès le mois de novembre, à l'entrée du golfe de Finlande, un peu plus tard au fond de ce golfe, marins, pilotes, météorologistes, gardiens du phare, tout le monde veille attentivement l'arrivée de la glace, depuis Polangen, dans le sud, jusqu'à Uta, dans le nord. Il s'agit, en effet, de ne point laisser surprendre les navires en partance et de prévenir rapidement ceux qui rentrent au port ou descendent en Baltique. Ce service d'informations est des mieux organisés. Tous les phares sont pourvus, non seulement du télégraphe, mais encore du téléphone. Les bateaux-feux ou phares flottants, ancrés au large près des bancs, sont presque tous pourvus d'un propulseur à vapeur, et, dès les premiers glaçons ils rallient d'eux-mêmes le port voisin. De plus,, lorsque la violence du vent, au cours de la saison de navigation, les met en danger de chasser,c'esVà-dire -d'être poussés et échoués sur les bancs, ces navires allument les feux, prennent la mer et croisent dans le voisinage en attendant la fin du mauvais temps. Donc, dès que l'ennemi — c'est à-dire la glace — est signalé, vite on hisse des signaux de convention en différents points de la oôte, qu'elle y ait déjà fait ou non son apparition, Les ports indemnes sont prévenus sur-le-champ, et la coloration des phares avancés est aussitôt Changée. Tel feu, qui montrait en temps normal des éclats blancs, projette des éclats rouges après réception de l'avis, émettant à grande distance le conseil d'être prudent Dans les chenaux importants, les navires,, brise-glaçes (iiodokois). fendent ou écrasent la~ glace quanti elle devient compacte (sploschnyi) e; maintiennent libre un passage de largeur convenable. Ils relèvent, avant qu'ils soient emprisonnés, tous les flotteurs (perches et bouées) qui signalent les bancs sous-marins, et qui constituent l'ensemble de ce qu'un appelle, en marine, le balisage. Le balisage russe diffère de ceux des autres pays et en particulier du balisage français. Ne comprenant qu'un nombre restreint de bouées, il est, en majeure partie, constitué par des perches flottantes retenues au fond de l'eau par une chaîne et une ancre. Lestées à leur partie inférieure, elle émergent de quelques mètres et sont surmontées d un ou ite deux balais, parfois d'une boule ou d'une croix. La couleur et la iorine de l'objet, ou voyant, qui termine la perche, déterminent le côté où elle doit être laissée quand ou passe auprès d'elle. C'est ainsi qu'une perche blanche, avec un balai noir à pointes en bas, doit toujours rester dans le sud : une perche rouge, avec balai rouge, à pointes en haut, Uans le nord. Les côtés Est ou Ouest sont indiqués par deux balais à pointes convergeines dans le premier cas, divergentes dans le second ; la croLx. indique que l'on peut passer indifféremment de n'importe quel côté. En France, on n'a que deux directions, droite ou gauche, et on indique les jonctions, bifurcations et dangers isolés ; de plus, les perches sont implantées dans la roene môme ou sur le sable. On conçoit que le système russe soit plus robuste et plus économique, en même temps que plus complet. Une perche lisse et flottante offre, en effet, moins de prise aux vagues, part donc moins facilement en dérive qu'une bouée ou une perçue fixe. Le prix en est moins élevé, ea comparaison de certaines bouées en tôle qui arrivent, comme celles de l'embouchure de la Seine, à coûter plusieurs milliers de francs. Les Russes emploient, enaque fois ^qu'ils le peuvent, un procédé également fort économique pour indiquer à terre les alignements ou directions fixes que les navires doivent suivre au large, entre les nauts fonds. En pareil cas, on élève généralement, sur deux points qui détenuiueut la direction voulue, des constructions appaie'nies. 11 n'est pas un touriste qui n'ait remarqué sur la côte ces pyramides en maçonnerie soigneusement peintes en rouge ou en blanc et qu'il a peut-être prises pour des monuments commémoratifs de. naufrages célèbres. Ce sont des balises-amers, qu'on fait grandes et fortes pour qu'on les voie de loin. Les Russes, eux, mettent à profit les forêts denses de pins et de mélèzes qui s'avancent jusqu'au bord de l'eau. Ils tracent d'abord, dans la forêt, un sentier aligné par des arpenteurs ; puis, de chaque côté, ils abattent les arbres jusqu'à frayer une sorte de chemin de chasse (prosiéka). Et les navires, voyant de la mer une clairière se démasquer du réseau continu de verdure, mettent le cap dessus, pour suivre la direction de l'axe. Le bois abattu est utilisé, et la seule dépense d'entretien se borne à la coupe des nouvelles pousses. Tel est, dans ses grandes lignes, le balisage des côtes russes : il ne manque pas d'ingéniosité dans sa simplicité même. PARTIE COMMERCIALE CAFE Rotterdam, 5 juillet. — Cote à terme Santos, juill., auj., 38 3/8; préc., 38,—. Good ord. Java, 49,— c. ; supérior Santos, 40 1/2 c. Amsterdam, 5 juillet. — Cote à terme : Santos, juil., auj., 38 1/4 ; préc., 38 1/4. Le Havre, 5 juillet. — Recettes au 3 juillet : à Rio, 12.000 b. ; à Santos, 51.000 b. Rio-Janéiro. Cours du change sur Londres, 12 23/32 d. Rio-Janeiro, 3 juillet. — Statistiques hebdomadaires.Cette sem. Sem. préc. (balles) Arrivages hebdomadaires . . 20.000 38.000 Stock 10.000 274.000 l'ransb. hebd. vers : Amérique du Nord — 9.000 Hambourg . — — Pays-Bas — — Autres pays d'Europe .... 30.000 4.000 Ventes réelles — — Prix du N° 7 N. Y. st. . . 4.775 r 4.825 r Change sur Londres .... 12:23/32 d 12 11/16 d Santos, 3 juillet. — Statistiques hebdomadaires : Cette sem. Sem. préc. (balles) Arrivages hebdomadaires . . . 79.000 109.000 Stock 529.000 483.000 Transb. hebd. vers : Amérique du Nord 73.000 — Hambourg — — Pays-Bas 18.000 — Autres pays d'Europe . . . 59.000 3.000 Ventes réelles 127.000 52.000 Prix du N° 4 st. 5.750 r 5.600 r Prix du N" 7 st. . . . . . . 4.750 r 4.650 r GRAINES OLEAGINEUSES Duluth, 3 juillet. — Graines de lin. On cote : juill., auj., 1,74 c. ; préc., 1,73 c. ; sept., auj., 1,77 1/2 c. ; préc., 1,77 c. INFORMATION* FINANCIERES COURS DU CHANGE Rotterdam, 5 juillet, — Londres, fl. 11.95 1/2. Berlin, fl. 50.721/2. Paris, fl. 44.35. Nederlandsch-lndische Handelsbank, à Amsterdam. — Le dividende a été fixé à fl. 15 par action de II. 150 et à fl. 100 par action de fl. 1000, payables contre, remise du coupon n° 52 des actions de fl. 150 et le coupon n° 15 des actions de fl. 1000. Le coupon n° 29 des parts de fondateur est payable par fl. 604,33. ASSEMBLEES DE SOCIETES Cultuur- en Mijnbouw Maatschappij « Java-Sumatra », à La Haye. — L'assemblée générale des actionnaires se tiendra le vendredi 16 juillet 1915, à 2 3/4 heures de l'après-midi, aux bureaux de MM. A. Van Hoboken & C°, Wynhaven, 102, à Rotterdam. Nouvelles de mer MOUVEMENT DES STEAMERS ET DES VOILIERS Rotterdamsche Lloyd Le st. Arakan a quitté Batavia le 2 courant, à destination de Rotterdam. Le st. Gorontalo, allant de Rotterdam à Java, a passé Sagres le 4 courant. Le st. Jacatra, allant de Norfolk à Java, a passé Corvo le 2 courant. Le st. Madioen, allant de Rotterdam à Sydney (Canada), est arrivé à Deal le 4 courant. Le st. OphïR, allant de Java à Rotterdam, a passé Perim le 3 courant. Holland-Amerika-Lljn Le st. Soestdijk, allant de Rotterdam à Boston et Philadelphie, a passé Scilly le 3 courant. Stoomvaart Maatschappij Nederland Le st. Timor, allant d'Amsterdam à Java, a passé Gibraltar le 2 courant. Koninklijke Hollandsche Lloyd Le st. Frisia, allant de Buenos-Ayr.es à Amsterdam, a quitté Bahia le 3 courant. Le st. Hollandia, allant de Buenos-Ayres à Amsterdam, est arrivé à Falmouth le 4 courant. Le st. Tubantia est arrivé à Buenos-Ayres le 3 courant, venant d'Amsterdam. Le st. Zaaxland, allant de Buenos-Avres à Amsterdam» a passé les îles du Cap Vert le 3 courant. Koninklijke WesMndische Maildienst Le st. Lodewyk van Nassau, allant, de Paramaribo à Amsterdam, a quitté Las Palmas le 3 courant.. Le st. Oran.ie Nassau est. arrivé à New-York le.3 courant, venant des Indes Occidentales, Nieuwe Waterweg, 5 juillet Sabang, 30 juin. Parti pr Arrivés de Rijsbergeu (s). Rotterdam Leander (s), Kirkenaess venant de Bassein. Ary Scheffer (s), Havre Bombay. 28 juin. Arr.de Avocet (s), Manchester 27 Dido (s), Hull Nordland s), Narvik 28 Khyber(s), Londres Parti pour Singapore, 28 juin. Parti pr Nederland (s), Newcastle Ningchow (s), Londres Ymuiden 5 juillet. Arr.de venant du Japon. Dana (s), Sundsvall Manille, l juillet. Arr. de Amsterdam (s), Leitli Tjiliwong (s), — , ,, Par» Pour Hongkong, 29 juin Arr.de Nicolaas s). Newcastle », J M* . , Nieuwediep, 4 juillet. Londres c* i- i ï Par|is P°ur Saigon. 29 juin. Arr.de Starling (s), Londres ^hili (g)J Maria Adriana, Ilylkema Yokohama à Marseille Londres .... Londres, 4 juillet. Parti pr Haiphong, 28 juin, parti pr Breda (s). Rotterdam Ursula (s). Marseille Deal. 3 juillet. Parti pr Negapatam, 25 juin. Parti pr Themis (s), Cadix St. Michael (s), Londies venant d'Amsterdam. Shanghai, 30 juin. Arr de Oungeness, 4 juillet Montrose (s). Liverpool Passés (5e Yokohama, 29 juin. Parti pr i Apotlo (s), Yang Tsze (s), Liv'pool Lisbonne à Amsterdam „ „ * „ ,. 4 Sirius (s), Melbourne, 29 juin. Parti pr B.-Ayres à Amsterdam Medina (s), Londres Lizard, 4 juillet Passés de Sydney, 2 juillet Arr.de Mizar (s). Van Overstraten (s), Rotterdam à Gulfport Brisbane Pomona (s). Barbades, 3 juillet. Arr.de Amsterdam à Swansea 22 juin. Scyihian(s), Swansea, 2 juillet. Arr.de Liverpool Venus (s), Rotterdam 2 juill. Eibe gen s), Glasgow 20 juin. Arr.de Santos Dina Henderika Eggens. Parti pour Faio 3 juillet. Eiber^en (s), Bordeaux. 2 juillet. Parti pr New-Orleans Johanna (s), New-York, 3 juillet. Arr de Mumbles (p. o.) 29 juin. Haminershus (s), Sundsvall, 2 juillet. Parti pr Christiania Para (s), Rotterdam : 0 Chicago (s), Bordeaux Sagres, 4 juillet. Passé de Partis pour Atlas (s), 29 juin.Kura (s), Manchester Amsterdam à Gênes Cheniston (s). St.Nazaire Huelva, 2 juillet. Parti pr Euterpe(s!, Bordeaux Wieringen (s), New-York 1 juill. Van Hogpndorp (s), Malte. 3 juillet. Arr.de Jamaique Mydrecht s). Port-Arthur 3 Pollux (s) Malte Livourne, 4 juillet. Air.ce Philadelphie 29 juin. Danae (s), Savône Parti pour Civita Vecchia, 1 juillet Missouri (s), Londres Arrivé de Boston, 29 juin. Arr.de veerhaven (s), Newcastle Rubv (s), Londres Patras 4 juillet. Parti pr ^ x Parli P011^ Tellus (s) Amsterdam „ Etoman (s) Liverpool Aden 29 juin. Arr.de Québec, 29 juin. Arr. de Montebello (s). Hull Michigan (s). Liverpool reparti pour Bombay. Sydney (C -B ), 29 juin. Kajo Maru (s), Saigon Parti pour reparti pour Marseille. VVladimir Reitz (s) Parti pour Glasgow Persia (s), Sydney Buenos-Ayres, 1 juillet, venant de Londres. Parti pour St-Michael's. 29 juin. Arr. de Eemdijk s\ Rosaiio Avesta (s). Gothemboiug Bahia Blanca, 1 juillet, reparti pour Valparaiso. Parti pour Cap Lopez. 3 juillet. Arr. de Alioth (s1, Rosario Parkhaven (s), Rosario, 4 juillet. Arr.de Sierra Leone Kelbergen (s), B.-Ayres Cape Town, 29 juin. Parti pr ^ Parti ,t10ur Marathon (s), Londres Beekbergen (s), R dam venant de Brisbane. San Nicolas 3 juillet. Kurrachee, 27 juin. Parti pr ^ Parti Pnur Westmoor (s), Gibraltar Sophie H. (s), Rotterdam Compagnie Rurale Anversoise MM. les actionnaires sont priés d'assister à l'AS-SEMBLEE GENERALE ORDINAIRE de notre société qui se tiendra le jeudi 15 juillet prochain,à 11 heures du matin (heure belge), au siège social, 23, place de Meir, à Anvers. ORDRE DU JOUR : 1° Rapport des administrateurs et rapport des commissaires sur le bilan au 31 décembre 1914 ; 2° Adoption du bilan et du compte de profits et pertes ; 3,° Décharge aux administrateurs et aux commissaires ; 4° Nominations statutaires. Pour prendre part à l'assemblée, MM. les actionnaires devront se ' conformer à l'article 32 des statuts.Transports pour toute la Belgique de marchandises par service accéléré et à prix réduits N îinfPQQPr ' 65, RUE SANDERUS, ANVERS. La maison s'occupe des formalités de sortie. Beurt Charles Opdebeeck & Co ANVERS BREE, MAASTRICHT, LIÈGE REMISE ET PRISE A DOMICILE En charge bateau moteur " FRANÇOIS „ pour partir samedi 10 courant (s. i.). Pour conditions et frets s'adresser à CHARLES OPDEBEECK & Co, 36, Grande Montagne aux Corneilles, ANVERS. Mannheimer Lagerhaus-Gesellschait (Agence Générale) En charge pour DUISBURG-COELN le bateau MANNHEIM 28 A suivre par des départs réguliers Pour frets avantageux pour TOUTES LES DESTINATIONS RHÉNANES s'adresser aux bureaux Canal au Sucre, 5, Hansa Huis- KARL SCHROERS - VOSS & LANGEN (ARMEMENTS RHENANS) Forfaits pour toutes quantités et toutes destinations. En charge : " VOSS & LANGEN 5 " Pour DUISBURG - RUHRORT - DUESSELDORF-NEUSS-UERDIN GEN-CREFELD Départs : Tous les 5 à 6 jours, sauf imprévus. Pour frets s'adresser : 35, QUAI VAN DYCK, (Entrée rue Sanders,2)

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
Dieses Dokument ist eine Ausgabe mit dem Titel Lloyd anversois: journal maritime emanant des courtiers de navires gehört zu der Kategorie Financieel-economische pers, veröffentlicht in Anvers von 1858 bis 1979.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Zufügen an Sammlung

Ort

Zeiträume