Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire

773302 0
25 November 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 25 November. Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire. Seen on 21 August 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/p26pz5339d/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

i Mercredi 20 novembre ivïfi JU eeséitees le niimw m™ maée —S^S29 JOURNAL DE GAND ABONNEMENTS : BSLûIQUB : 15 francs par an ; 7-50 francs pour six moi» j 4 francs pour trois mois Pour l'étranger, le port en sus REDACTION & ADMINISTRATION : 3. RUE DE FLANDRE, 3, GAND TÉLÉPHONÉ 666 ANNONCES < Voir le tarif au bas de la dernière page du journal. LA GUERRE I AVtS lattire l'attention de la populaire la Belgique sur le tait que lente et la propagation de jour-Ixet de toutes nouvelles repro-ftes par impression ou de toute itre manière, qui ne sont pas [ressèment autorisées par la [sure allemande, est sévèremenl fendue. Chaque contrevenanl ja ,mmédiatement arrêté et puni imprisonnement de longue du- Bruxelles, le 4 novembre 1914. Le Gouverneur général er Belgique, Baron van der GOLTZ, Feldmaréchal. AVIS IMPORTANT Les personnes qui veulent circu en dehors des communes corn tes dans le Territoire Allemanc [opérations, ainsi que celles qu sirent y entrer et en sortir doi-[tse munir d'un passeport mili te. bans le rayon des Etapes d< Émêe Allemande on peut circu là pied sans un laisser-passer d( b. du matin jusqu'à 8 h. du soi) jure allemande). Les autorités communales soni [gées de se renseigner auprès l'autorité militaire allemande là |sproche pour se rendre comp pu territoire des opérations el Da limite du rayon d'Etape. Soute circulation en Automobik |Motocyclette est absolumen' ferdite à la population civile sui X le territoire occupé par l'ar-k allemande. Pour voyager en dehors de; inmunes dans tout le rayon d« Imée allemande en vélo, à che-lou en voiture (excepté charet-[à bras) il faut une autorisatior jciale. Pour obtenir un laisser-passeï lut s'adresser à l'autorité alle-Bide la plus proche. Peux qui demandent un laisser Iser sont obligés de présenter i Btorité militairecompétente un< [te d'identité délivrée par l'auto-I communale. Cette carte doi [munie de la photographie di keur. Surcettecarted'identité le repré tant de la commune certifier; [ sa propre signature et par 1< jau communal que le sollicitan [laisser-passer mérite complè-mt confiance et qu'il désire faire loyage dans ie seul but qui 3 E; indiqué. laisser-passer ne sont valais qu'avec le sceau de l'autoriti Hitaire allemande, et si le por ira sur lui la carte d'identité d< commune. Sur le laisser-passer allemanc [exactement indiqué le but et 1; fée du voyage ainsi que la rout< [livre. Us autorités communales fe [t connaître que l'autorité alle-[nde cesserait complètement d< Ivrer des laisser-passer à tout< [commune où un de ses habiterait un usage abusif de sor [ser-passer quant à la route, 1< F ou le but du voyage et prin plement en transmettant de: pelles militaires. poutre lacommuneelle-mêm< ppunie d'autres peines. 11 y a lieu toute une commun! responsable de l'abus fait d'ur ser-passer, et il peut entraînei plus graves conséquences nme la famine, le chômage, etc |°us les habitants de la Belgi- r que peuvent être sûrs que du côté allemand tout sera fait pour que le commerce belge marche normalement et pour que les vivres ne manquent pas et que le chômage cesse. Le décret ci-dessus est à porter à la connaissance de chaque citoyen de la commune. Le Commandant militaire Allemand. LA SITUATION Le hurlement des vents du Nord, les premiers tourbillons de neige, la morsure d'acier de la gelée annoncent,sansaucun doute, un hiver, au moins prématuré. Et cette saison nouvelle, qui succéda à la précédente brusquement et sous transition, créera pour les ■ événements de guerre une situa-( tion nouvelle. 1 Nouvelle, tout au moins sur le ' front occidental où nous assistons, ■ depuis si longtemps, à une guerre de positions. : Cette situation est probable- ■ ment déjà acquise depuis quelque : temps sur le front oriental, théâtre d'un conflit armé, pius conforme à l'idée de nous nous en faisions, à une guerre avec plus de péripéties émouvantes, une guerre enfin plus romanesque. Disons eu passant que cet ordre de choses est établi par la longueur démesurée de ce front — 3 fois celui du : nôtre — qui ne permet pas aux ; belligérants de se terrer l'un en face de l'autre, plus efficacement à l'abri ainsi que dans certains forts, jadis réputés. 1 Nous disions donc que la neige 1 est tombée drue chez nous; mais elle recouvre déjà, depuis quelque temps, d'une couche très épaisse, 1 les ballons des Vosges. Un brouillard, rideau épais, plane sur les retranchements de l'Aisne. Et ces circonstances entravent, pour les deux partis, leur jeu d'observa-" tion; si bien qu'il semble indiquer 1 que le temps des surprises est : peut-être arrivé. Le public, impatient d'assister : au dénouement, s'est rendu trop peu compte que tout imprévu avait été jusquàce moment impossible. 11 comparait la rapidité des coups de 70-71, à la maladie ; de langueur qui s'est, en apparence, abattue sur les deux lignes ennemies. En réalité, cette guerre : n'est, à aucun point de vue, à comparer à n'importe quelleautre. Elle est unique et nous espérons qu'elle le restera. Et pourquoi toute surprise fut- ■ elle jusqu'ici impossible? A quoi ' attribuer cette inertie apparente? C'est que les corpsd'armées — qui I naguère encore avançaient jus-1 qu à un certain point à l'aveuglette — disposent maintenant d'un sens supplémentaire : la vue. Leur œil, c'est l'avion. Pas un mouvement de la force ennemie ne peut s'effectuer sans que l'avion ne le remarque et ne le signale dans les rangs des siens. C'est lui, la cause de ce genre de guerre qui se fait pour ainsi dire d'une maison à celle d'en face. Certes, sur ce front immense, qui s'étend de la frontière suisse à la mer du Nord, l'occasion a été trouvée, pour l'un ou pour l'autre, de rompre parfois la ligne de l'adversaire.Mais à peine avait-on pris, à cet effet, les mesures requises: amener des renforts de troupes, rassembler artillerie et mitrailleuses, que ■ ces préparatifs étaient signalés j d'en haut. A l'autre parti, alors, de s'efforcer de résister à l'attaque et de prendre les dispositions opportunes.Sous la protection de la nuit plus d'une tentative fut risquée; mais souvent l'intention était trahie avant le commencement de l'exécution. Maintenant le brouillard intervient, l'obscurité descend très tôt. Le jour court et peu clair, les nuits longues et opaques viennent au secours des généraux. 11 paraît qu'à l'Aisne les tranchées ne sont plus éloignées que de 50 à 300 mètres, des fils de fers barbelés du parti adverse. Mais nous savons que jusqu'à ce jour l'occasion ne fut pas encore donnée à un des deux adversaires de briser, avec une force suffisante, les lignes de l'autre. La saisonquicommence portera peut-être en elle des imprévus et permettra à l'un ou à l'autre de faire un coup décisif, qui pourrait se répercuter sur toute la ligne et hâter la solution du problême angoissant. Jusqu'à présent chaque pouce de terrain, chaque pan de mur n'a été conquis ou repris que grâce à des sacrifices énormes. Si bien que cette guerre qu'un paysan intitulait malicieusement de « guerre de taupes» est en même temps, une lutte de titans. Les circonstances actuelles hâteront peut-être le dénouement. H. B. Nouvelles militaires Le « Bruxellois » du 21 novembre nous apprend que, par arrêté royal du 5 novembre, les officiers ci-après désignés ont été ra3rés de l'Ordre de Léopold pour avoir franchi la frontière hollandaise sans y avoir été contraints par les événements : le major de réserve Vanhée, les capitaines-comman-dants Delaunoy et Halkin, du 12" régiment de forteresse Par le même arrêté royal, la croix militaire de ie classe est retirée aux officiers ci-dessus, pour le même motif ; La décoration militaire est retirée au capitaine en second Lange, du 12* de ligne de forteresse pour le même motif. De même, la décoration commémorative de Léopold 11 est retirée au major de réserve Vanhée, aux capitai-nes-com mandants Delaunoy et Halkin. * • En revanche, les officiers ci-après ont été promus pour actions d éclat : Chevaliers de l'Ordre de Léopold : le capitaine en second Del-fosse, régiment des grenadiers les lieutenants Gérard et Flebus le sous-lieutenant Pardoen et l'of ficier militaire Rolin-Jacquemyns le capitaine en second, adjoint d'état-major Courboin et le sous-lieutenant De Rode. En reconnaissance pour le courage remarquable et le dévouement au-dessus de tout éloge dont ils ont fait preuve en allant clu cher sur la rive opposée de la rivière qu'ils défendaient, malgré un feu d'artillerie et d'infanterie très intense, quarante hommes, dont quinze blessés et un officier gravement atteint, ainsi qu'une mitraillleuse, les militaires suivants sont nommés chevaliers de l'Ordre de Léopold : les caporaux De Buck et Meeus, lu 7* régiment de ligne. Sont nommés chevaliers de l'Ordre de Léopold II,le maréchal des logis Burgraeve, le sergent Noe, les caporaux Depauw, Ivens, Lempereur; les soldats Sty, Van Boxelaere, Van der Stickelen, D'hal, Louillet, Genon,Hageman, Hoeman et Van Meulebrouck; le sergent Duchaine ; les soldats Hazebrouck. Natavitz, Hendrick, Lignon, Verlinden et Van Ros-brouck.Le 7e régiment de ligne, en récompense de sa belle conduite au feu pendant les journées du 18 au 23 octobre, est décoré de la croix de chevalier de l'Ordre de Léopold. Les 1 le et 12e régiment de ligne, en récompense des actions d'éclat accomplies au cours des engagements de la campagne et notamment à Dixmude, sont décorés de la croix de chevalier de l'Ordre de Léopold. Les drapeaux de ces trois régiments porteront la décoration militaire. Ont été nommés officiers auxiliaires : Dans l'infanterie : Deliège, sergent; Van Santé, 1er sergent-major; Hougardy, élève à l'école militaire; Patris, sergent; Segers, élè\-e à l'école militaire; Lermi-niaux, sergent; Wery, adjudant; Van Damme, sergent-fourrier; Hullebroeck, sergent; Declercq, ier sergent-major; Milcamps, sergent-major; Simon, adjudant secrétaire ; Bodart. sergent-major Nys, sergent; Detoere. lersergent-major; Bernaerts, 1er sergënt-ma-jor; Van Buggenhoudt, sergent-major;. Bussers, id ; Gykière, id.; Haesen, sergent, élève à l'école militaire: Vandeloise, 1er sergent-major;Geyskens, id.; Moedts, sergent-major; Rober, sergent; Mon-jgenast, adjudant, élève à l'école militaire; Lambier, élève à l'école militaire; Deborger, sergent; Cop pens, 1er sergent; de Ribeau-court, maréchal des logis; Moiny, adjudant. Dans la cavalerie : Schlogel, 1er maréchal des logis; Verhulst, maréchal des logis; Servais, id.; De-ryck, id.; N'ihon, adjudant; Soudant,id ; deBrabandere, maréchal des logis; van Malcote de Kessel, id.; Wouters, maréchal de logis; Mottard id.; Sundheim de la Gueva, id.; Coumans, adjudant; de t'SercIaes, maréchal des logis; van der Rest, id.; Aughuet, 1er maréchal des logis chef; de Cal-waert, 1er maréchal des logis; Goffinet, maréchal des logis. Dans le corps des transports : Verstraeten, maréchal des logis chef; Matheys, 1er maréchal des logis chef. Dans les comptables des corps de troupes : Ruyffelaert, adjudant secrétaire d'état-major; Dochy, id. Dans l'artillerie : Verbeke, 1er maréchal des logis; De Barsy, maréchal des logis. Dans les services administratifs : Collignon, sergent. La Guerre Sur le front occidental Bulletin allemand affiché à Grand. 22 nov., 6 heures. — A l'est la situation reste inchangée. Communiqué officiel français. Paris, 21 nov., 3 h. de l'après-midi (Reuter). En Belgique, notre artillerie remporté un succès sur celle de l'ennemi. Près de Verdun ainsi que dans les Vosges nous avons progressé légèrement; sur divers points nous sommes solidement établis à moins de trois cents mètres des positions allemandes. Dans les tranchées. Il est remarquer que par ces jours d'hiver les tranchées forment un abri contre la violence du vent, qui souffle de la mer sur les champs mélancoliques et marécageux entre Nieuport et Dix-mude. Ce serait une erreur de croire que la vie dans les tranchées àl'Yser réunit le maximum d'inconvénients. Ces tranchées sont aussi préservées et aussi confortablement construites que l'intelligence humaine permet de le faire. Les hommes qui se trouvent pour la grande partie du temps en dessous du niveau du sol, se sont endigués de telle façon que le vent, la pluie ni la neige ne peuvent leur nuire beaucoup. Quelques soldats ont eu le bonheur de pouvoir s'emparer de poeles à pétrole et dansces-cas là les petites chambres aux murs de terre sont parfois plus chaudes et plus enfermées qu'il n'est recommandable au point de vue hygiénique. Sur le front oriental Bulletin allemand affiché à Gand. 22 nov-, fr heures. — En Pologne, le combat autour de Lodz continue.La lutte au sud de Plozk et dans la région de Lodz ainsi que près de Czenstochau continue.Communiqué officiel autrichien. Vienne, 21 nov. (Wolft), — L'offensive austro-allemande contre les forces principales russes en Pologne progresse sur tout le front. Dans les combats au nord-est de Czenstochowa deux bataillons se sont rendus. Le prince Auguste-Guillaume blessé. Berlin. 21 nov. (Wolff). — Le prince Auguste-Guillaume a été blessé lors d'un accident d'automobile. Il a une fracture do tibia et est blessé à la joue. Le prince Auguste-Guillaume, né en 1887, est le quatrième fils de l'empereur. Communiqué officiel russe Le combat entre la Vistule et la Wartha continue sans qu'un résultat décisif soit obtenu. Sur quelques points les troupes russes ont fait des progrès, spécialement au nord-est de Lodz où nous avons pris aux Allemands une batterie lourde et des mitrailleuses et plusieurs centaines de prisonniers. En Galicie les Russes ont occupé Wisnicz, Grelice, et les cols de Ujsak et Dukla dans lesCarpathes et ont fait 3000 prisonniers autrichiens.Le 19 novembre, la flotte russe a hombardé le port de Chopa sur la côte de l'Asie Mineure, port qui servait de base aux Turcs pour leurs opérations militaires dans les montagnes de la frontière transcaucasienne. Les casernes, dépôts de munitions et de vivres ont été détruits par le tir russe. Des aviateurs anglais jettent des bombes sur Friedrichshafen Berlin 21 nov. (Wolff)—D'après le journal Seeblatt de Friedrichshafen, deux aréoplanes semblant j français ont survolé à midi la j ville; ils tentèrent une attaque contre le chantier de la Compagnie de constructions de dirigeables et jetèrent six bombes qui n'ont cependant occasionné aucun dégât. LJn aréoplane a été descendu mais l'autre a pu prendre la fuite. Autres détails Friedrichshafen, 22 nov.(Wolff) — Vers une heure de l'après-midi deux aréoplanes anglais apparaissent au-dessus de la ville et tentèrent une attaque contre le chantier des dirigeables. Un aviateur qui volait à une hauteur d'environ 400 mètres au-dessus des halls du chantier, fut immédiatement descendu à l'aide de shrapnels et du feu de mitrailleuses partant de la caserne installée spécialement pour la défense contre les ballons. L'autre aviateur qui volait à une assez grande hauteur et qui croisait continuellement au-dessus du hall réussit à se sauver; toute-lois il serait tombé plus tard dans le lac de Constance, suivant une information non encoreconfirmée. Les aviateurs jetèrent cinq bombes dont une partie tombèrent près du hall. Deux maisons de la ville ont été endommagées, un homme tué et deux femmes blessées.L'officier anglais qui montait l'aréoplane qui a été descendu, est gravement atteint et a été transporté à l'hôpital. Les hatiraents du chantier de construction de dirigeables n'ont subi aucun dégât. L'Allemagne et le CMIi. L'Exchange Agence a, dit la Nieuwe Rotlerdamsche Courant, reçu l'avis officiel chilien que le navire allemand - Karnac » a été retenu à Antofagosta, par ordre de l'autorité chilienne, parce qu'il livrait du charbon aux vaisseaux de guerre allemands. Suivant le même télégramme les croiseurs allemands -Leipzig., et « Dresden » n'auraient pas obtenu du charbon à Valparaiso. Deux torpilleurs chiliens ont empêché un croiseur allemand de capturer deux vapeurs anglais, l'« Orousa » et le « Cohisa », dans les eaux terrritoriales chiliennes. En lialie. Contre la Neutralité. DelaNieuwe Rotterdamseke Cou rant : Les partis radical, réformiste et démocratique se sont mis d'accord sur les points svivants : 1" Opposition contre la neutralité de l'Italie. 20 Protection des intérêts politiques et économiques de l'Italie. 3° Réannexion des provinces italiennes de l'Autriche-Hongrie. 4° Coopération avec la Triple Entente, afin de faire triompher le principe national et d'éviter des conflits dans l'avenir. Un comité exécutif a été nommé pour régler l'action en vue de ces idées. L'Italie et les Balkans Zurich, 20 nov. — D'après un télégramme adressé â la Kôlnische çeitunç, de Roueonécrit à YAvanti de Milau, que les interventions de Sonnino afin de former une nouvelle ligue balkanique ont obtenu un résultat. Entre la Serbie et la Bulgarie on aurait trouvé un terrain d'entente ; la Serbie s'engagerait, après la fin de la guerre, dans le cas où la Bosnie-Herze-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire belonging to the category Liberale pers, published in Gand from 1856 to 1923.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection