L'écho d'Anvers

255 0
17 December 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 17 December. L'écho d'Anvers. Seen on 22 August 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/rb6vx0700v/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

No. 68. Jeudi 17 décembre 1914. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît 2 fois Direction=I\éclaction * ARTHUR. OE GILR.S- Paraît 2 fois A midi et 6 heures. Bureaux : Bergen-0p»Z00m, Boschstraat 68. A midi et 6 heures. EDITION DE MIDI. Payement des employés des chemins de fer belges. Le jeudi 17 décembre 1914, à 10 h. 30, aura lieu à Apeldooru let paiement de® agents de® ,chemins jde fer de l'Etat [belge. On paiera notamment: la. salaires aux ouvriers pour les mois d'octobre et précédentsi ; 2o. traitements des, fo>nc.tiiannaires, employés et commiseioinnés pour le mois de novembre ; 3o. pensionis aux veuves et ouvriers pour le mois1 d'octobre. Le paiement des! salaires aux ouvriers pour le mois de novembre aura lieu ultérieurement. Pomr être ipayés à Apeldoorn les ayants droit doivent justifier qu'ils résident dans une des communes suivantes : Apeldoorn, J£am-pern, Eibergen, Zwolle, Raalte, Hellen,-doorn,, Almelo, Oldeneaal, Enscbede.. Hengelo, D^vente.r, Zutphen, Diexein., Velp, Roos&ndael (GeM.), Ede, ,Wa-geningen,, Veeoeaidael, Eenkuni, Beiek-bergen,, Doetinchem, Borculo et communes limitrophes. Au nom du comité : Le président, J. V. VLASSELAEE. Le secrétaire, DANCKAEES. „Vers le succès final" Le but suprême de la guerre est d'imposer à l'ennemi une paix qui nous soit avantageuse, mlais sans aller si loin, le but immédiat est la destruction des forces, organisées de l'adversaire et, par là il faut eptendre que les forces organisées de l'ennemi doivent être 'mises hors d'état de nuire. Les pertes en blessés et en prisonniers, diminuent la force combative d'une armée au même titre que ses pertes en tués. Seulement, les pertes en, blessés sont susceptibles d'être réparées au cours des opération», tandis que les pertes ein prisonniers ne se réparent qu'une fois la guerre terminée. L'armée en campagne perd ses forces graduellement, 'par les fatigues, les maladies, les blessures et la disparition d'un certain nombrei d'honimes' tués on capturés par l'ennemi. La réparation, 'des forces, d'autre part, s'effectue à la suite de la guéri-soin d'uni grand nombre! de malades et de blessés, lesquels1 s^e.m pressant de retourner sur le front, et par un afflux d'hommes de remplacement. • Les ambulances, et eni général les établissements hospitaliers, .assurent lé traitement 'des malades ou blessés eit a-inènent, le plus- souvent, leur guéri-son, alors que la ministre de la guerre comble les1 Vides de l'armée aul moyen de renforts collectifs ou] individuels, dont il détermine l'importanoe en se conformant aux lois e/t règlement en vigueur. i Le soldat français est le premier soldat du 'monde. Ceitte vérité semble banale, à force d'avoir été exprimée, depuis Napoléon,, par tous ceux qui ont eu l'honneur de commander à des troupes françaises en campagne. Mais la supériorité du soldat français se manifeste aussi en dehors du champ de bataille, par la délicatesse de ses sentiments. Un exemple "fera mieux comprendre ma pensée. Il y a peu de jours, un, soldat, guéri d'une blessure et de nouveau sur le front, 'écrivit de la tranchéei l'admirable lettre que l'en va, lire, à une dame de la Croix-Eouge qui l'avait saigné dans une ambulance de province : Chère ^madame, Perinettezi-moi de vous, appeler ainsi, aucun des1 soldats qui js.ont passés che^ 'vouSs ou quei vous aviez secourus ne comprendrait que je vous appelle autrement. Je tiens à voufe remercier en leur nom et au' mien de l'accueil si affectueusement bon que vous, {nous aveiz fait. Nous eni sonimes tout réconfortés ert si nous avions ibesodii 'de courage, ce seraient de nobles fem'mes comme Vous qui nous en! fourniraient. No,us ferons, nous faisons tout! notre devoir, et, vraiment, on comprend qu'on meure gaiement Ipour de braves gens comme vous et pour , la France. J De longs commentaires affaibliraient la portée d'une lettre qui exprime si bien l'état d'ame d'un simple troupier français porté, par la grandeur ert. la noblesse de sa tâche, à la sensibilité la plus exquise. Le nom de la destinataire? Qu'inv porte ! C'est le vôtre, bonnes Françaises, qui entourez nos soldats de votre sollicitude.C'est le vôtre, datnesi de la Croix-Rouge et femmes de France, qui s,oir gnez nos blessés et atténuez leurs souffrances par vos attentions délicates,. C'est le vôtre, jeunes femmes et jeunes filles qui au passage des trains, réconfortez niosi soldats en route pour le front, et qui confectionnez, à leur intention, des lainages destinés à les garantir du froid et dei l'humidité. Cette lettre, qu'une dame de la Croix-Rouge a reçue d'un soldat français, vous pouvez ein 'être fières, femmes et filles de. France, parce que c'est un peu voufe ^qui l'avez inspirée. Sans doute, votre foi dans le succès final est inébranlable. Croyez bien, que ce résultat suprême, vous1 contribuez,, pour „une bonne part, à l'obtenir. (L. M. iPs. ) Général Bonnal. Nos Télégrammes. L'Italie. ROME, 14 décembre. L'arrivée prochaine du prince de Bulow à Rome donne lieu déjà à de nombreuses infoimations, plus ou moins hasardées, au sujet de l'extension des pouvoirs dont est muni le nouvel ambassadeur. Le journal Idea Nazionale croit pouvoir affirmer que le prince de Bulow offrira à l'Italie le Trentin en échange d'une neutralité permanente, Toutefois, comme une telle cession ne serait certainement consentie à Vienne qu'à la toute dernière extrémité, le journal explique qu'il s'agirait d'une initiative allemande à laquelle l'Autriche résterait étrangère jusqu'à un certain point. La cession du Trentin aurait lieu par degrés. L'Autriche, à l'invitation de l'Allemagne, proclamerait d'abord l'indépendance du Trentin italien, que l'Italie occuperait peu après militairement ; puis, l'Autriche protesterait contre cette occupation, qui serait reconnue par l'Allemagne et l'incident serait résolu pacifiquement par le silence. Quant à Trieste, dit le journal, on s'arrêterait peut-être à une solution amiable, proclamant Trieste ville libre. Lt'ltalie vote un milliard pour la guerre ROME. 14 décembre. M. Carcano, ministre du trésor, a présenté à la Chambre l'exposé cle la situation financière. La guerre a modifié complètement l'état des prévisions pour l'exercice 1914-1915. Il a fallu accorder aux ministères de la guerre et de la marine des crédits extraordinaires s'élevant à environ un milliard. Les recettes normales donneront un excédent de cent millions. Malgré les complications, des crédits importants s'élevant à 2'22 millions ont été consacrés aux travaux publics, ainsi qu'aux mesures que réclament la rentrée des émigrants et le chômage. Les progrès des alliés PARIS, 14 décembre (L'Eclair). Pour se rendre compte des progrès réalisés par nos troupes, h convient ae se reporter au début de septembre avant la bataille de la Marne. A cette époque, les Allemands occupaient une partie du pays dans la proportion suivante : Nord, 80 0/0 de sa superficie ; Pas-de-Calais, 35 0/0 ; Somme, 50 0/0 ; Oise, 55 0/0 ; S< ine-et-Marne, 20 0/0 ; Aisne, 100 0/0 ; Marne, 90 0/0 ; Aube, 7 0/0 ; Ardennes, 100 0/0 ; Meuse, 55 0/0 ; Meurth'e-et-Moseile,'70 0/0 ; Vosges, 20 0/0. Aujourd'hui les Allemands occupent : Nord, 60 0/0 ; Pas-de-Calais, 30 0/0 ; Somme, 16 0/0 ; Oise, 8 0/0 ; Aisne, 55 0/0 ; Marne, 12 0/0 ; Ardennes, 100 0/0 ; Meuse, 30 0/0 ; Meurthe-et-Mo-selle, 25 0/0 ; Vosges, 2 0/0. En Seine-et-Marne et dans l'Aube il n'y a plus d'Allemands. En deux mois, nos troupes ont libéré la moitié du territoire. C'était à souligner. Réunion des f^ois Scandinaves STOCKHOLM, 15 décembre. Sur invitation du Roi de Suède, une réunion aura lieu le Vendredi 18 décembre à Malmô entre les Rois de Suède, Norvège et Danemark. Les ministres des affaires étrangères accompagneront.La réunion a pour^ but de cimenter les relations des tiois états Scandinaves et leur parfaite entente. La réunion aura surtout pour but de discuter les moyens d'obvier aux difficultés surgies à cause de la guerre. lies aviateurs Français BORDEAUX, 14 déc. (Reuter) Un aviateur français vient de mettre le feu à un train allemand dans la gare de Pagny sur Moselle. Défense d'exportation LONDRES, 15 déc. (Reuter) L'exportation des peaux de moutons est interdite, excepté pour les autres parties des Iles Britanniques et les pays alliés. Attentat contre le Bey de Tunis BERLIN, 15 décembre (K.N.) Comme d'habitude le bey de Tunis faisait sa tournée en voiture : un Arabe sauta sur le marche-pied et tenta de tuer le bey. Le cocher fouetta sa monture et de ce chef l'agresseur roula à terre. Il fut arrêté mais ne donna aucune explication sur ses actes. Il lut pendu. Jslavire anglais eoulé NEW YORK, 15 décembre. (Reuter) Un télégramme de Callao annonce que le s/s allemand «Rha-kotis» y débarqua l'équipage anglais du charbonnier «North Wales» (3691 tonnes) coulé par le croiseur allemand «Dresden» : le croiseur eut soin de prendre d'abord le chargement de charbon.Le Prince Troubetzltoï à Belgrade, NISCH, 14 décembre (L.J.P.) Le prince Troubetzkoï, ministre de Russie, est arrivé. Le prince recueille, on le sait, la succession de M. de Hartwig, dont la mort inopinée a précédé l'ouverture de la crise euro péenne. il a ete enarge par n tsar de reconstituer le bloc de Etats balkaniques. Générosité des paysans PETROGRAD, 15 décembn (L. M. P.). Les paysans de la commun Ghliavine, de l'arrondissement d Tschernigow ont donné 501 roubles au profit de la populatioi beige et 500 profit des Serbes. Les Japonais à Kiao-Tcbéou TOKIO, 15 décembre (Hs.) M. Kato, ministre des affaire étrangères, explique à la Dièt que les négociations entre 1 Japon et la Chine relativemen à Kiao-Tcbéou ont été satisfai santés. Le Japon a acquis 1; haute main sur l'administratioi de la voie lerrée de Kiao-Tchéoi à Tsi-Nan. Un drapeau français pris en 187c PETROGBAD, 14 décembr (L. J. P.) Par ordre de l'empereur d Russie, a été remis à l'ambas sade de France à Pétrograd ui drapeau français que les Aile mands avaient enlevé dans 1 Juia, en 1870, aux sapeurs pompiers de Trasne. Ce drapeau avait été trouv par les Russes dans le mess di lie régiment de dragons prus siens dont la garnison est à Lyck dans la Prusse orientale. Ce drapeau se trouve actuel lement à l'ambassade de Franc à Pétrograd. Dépêches de Huit A l'Ouest. PARIS, 15 décembre : 3 heures Malgré des attaques violentei des Allemands, nous avons pi maintenir le terrain gagné auî environs de Hollebeke. Entre la Somme et l'Argonne le duel d'artillerie est moin: violent. En Alsace, l'artillerie lourd* allemande montra beaucouj d'activité et l'infanterie ennemi» prit pied ferme à Steinbach. Sinon nous avons conservé 1< terrain conquis. PARIS 15 décembre : 11 heures Des troupes françaises et Belges ont avancé ; parties de Nieu port, elles atteignirent et occupent la ligne, de Lisière, à Voues de Lombartzyde, à côté de h ferme St. Georges. Nous avons fait une attaqu< dans la direction de Klein Zille belce, au sud d'Ypres, et conquîmes 500 mètres de terrain. En Alsace, nous maintenons les hauteurs dominant Steinbach Sinon, rien de nouveau, Avance les alliés. LONDRES, 15 déc. (Reuter)-(Persbureau).Après quelques semaines d( calme relatif, la bataille a repris au Nord de la France. Grâce à une attaque général des alliés sur la ligne Hollebeke-Wytschaete plusieurs tranchées allemandes furent conquises el une quantité de soldats faits prisonniers. Les alliés ont fortement avancé ; a rt;st. Le communiqué Viennois VIENNE, 15 décembre (W.B.) -, Notre offensive, en Galicie occidentale, força l'ennemi de e battre en retraite et même le e front en Pologne-Sud se trouve 3 (branlé. -, Nos troupes, poursuivant l'ennemi, sans interruption, d'une direction sud, arrivèrent hier sur la ligne Jaslo Rajbrot;fau cours . de cette poursuite et de la dernière bataille, nous primes 31.000 s Russes. e Aujourd'hui nous parviennent a des avis d'un recul des Russes ^ sur tout le front Rajbrot-Niepolo-mice-Wolbrom-Nowo Radomsk-a Piotrokow. 1 Dans les Carpathes, dans la j vallée de la Tarcza, nous avons pris des mesuras contre la marche en avant des Russes. La dernière victoire Serbe e Le communiqué Viennois VIENNE, 15 décembre (W.B.) Par suite de la retraite forcée de notre aile droite, une situation 1 stratégique se produisit qui nous engagea d'évacuer aussi provisoire-9 ment Belgrade, ce qui eut lieu sans combat avec les troupes ^ Serbes. 3 Nos troupes ont bien souffert 1 par les dernières marches et batailles, mais leur moral est ' excellent. (Quand on distille ce petit communiqué de Vienne, pour 3 avouer la prise de Belgrade, par les victorieux Serbes, il faut avouer à l'honneur du Wolf Bureau, que ceux qui rédigent ces communiqués ne sont pas imbéciles. ' Mais le publie goberait-il encore ces nouvelles-là? Réd.). Voi? Bulow. BERLIN, 15 déc. (E.) 3 Le Prince von Biilow part ce l soir pour Rome. : Les Etats Scandinaves. BERLIN, 15 décembre (E.) I Toute la presse allemande commente avec enthousiasme la j prochaine réunion des 3 Rois ^ Scandinaves à Malmô. 31 Les contingents Canadiens. OTTAWA, 15 déc. (Reuter) Un second régiment, unique-. ment composé de Canadiens - Français, est actuellement in-■ struit pour le service en cam- - pagne. t Le premier régiment est en t ce moment prêt à Quebec et attendra le second pour partir 5 vers le front. Explosion dans un eharbonnage. 5 TOKIO, 15 déc. (Reuter). A la suite d'une explosion dans un charbonnage à Fukuo-ka, 800 mineurs furent ensevelis. Avis important. , Nous informons les lecteurs ; de l'«Echo d'Anvers», que notre édition du matin est imprimée et ! mise en vente à Bergen-op-Zoom, à partir de 11 heures du matin, ' donc AVANT l'arrivée de TOUS . les journaux Néerlandais et BELGES, apportés par les courriers de Rotterdam et d'Amsterdam.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'écho d'Anvers belonging to the category Oorlogspers, published in Bergen-op-Zoom from 1914 to 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods