L'écho d'Anvers

733 0
28 October 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 28 October. L'écho d'Anvers. Seen on 23 July 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/125q815c0d/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

No. 19. Mercredi *28 Octobre 1914. 10 centimes. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît à Midi. Direction=Rédaction : ARTHUR DE GERS. Bureaux: Bergen=op=Zoom, Boschstraat 68. Paraît à Midi. L'attitude de l'Italie. La politique „ triplicienne " du marquis di San-Giuliano. Les funérailles en grande pompe du marquis di San-Giuliano, ministre des Affaires Etrangères d'Italie, ont eu lieu, ces jours derniers, à Rome. Ces funérailles, dit-on dans certains milieux politiques italiens, ont été également celles de la Triple-Alliance.Le marquis di San-Giuliano, seul peut-être parmi les membres du cabinet Salandra, était resté, en effet, un irréductible partisan de la Triplice. Toute sa politique, d'ailleurs, avait constamment tendu à maintenir l'accord avec l'Autriche, et l'on se rappelle qu'il y a trois ans, il n'avait nullemeut hésité à signer le renouvellement anticipé de la Triple-Alliance aux mêmes conditions stipulées dans les pactes précédents. Mais, comme Je dit très bien le correspandant à Rome du « Journal de Genève», on a certainement exagéré l'influence qu'exerçait, depuis le commencement de la guerre, le marquis di San-Giuliano. On-* a affirmé que le ministre défunt était partisan de la neutralité à outrance et qu'il s'est opposé de toutes ses forces à la participation de l'Italie à la guerre. Ceux qui approchaient de plus près le marquis di San-Giuliano assurent que cette appréciation manque de justesse, vu que le ministre qui vient de disparaître était patriote avant tout et qu'il n'eût pas hésité à se rallier à une politique d'action le jour où il eût compris que la sauvegarde de ses grands intérêts nationaux imposait cette politique à l'Italie, même au risque d'un conflit avec l'Autriche. Quoi qu'on en ait dit, il n'y avait donc pas d'antagonisme déclaré entre le marquis di San-Giuliano et le président du Conseil M. Salandra. Ils marchaient d'accord, et la disparition du premier n'aura donc par pour conséquence un changement immédiat d'orientation. M. Salandra, comme nous l'avons annoncé, a assumé l'intérim des Affaires Etrangères, intérim qui sera peut-être de longue durée. Plus que jamais, au milieu de la crise effroyable qui déchire l'Europe, et qui aura tôt ou tard sa répercussion en Italie, le président du Conseil tient à bien montrer qu'il est l'homme dirigeant de la politique italienne. Quel que soit le ministre qui succédera à M. di San-Giuliano, l'action de M. Salandra restera prépondérante. Un grand coup allemand contre l'Angleterre. Le débarquement d'une armée allemande sur les côtes britanniques ? Il nous parvient d'Allemagne, depuis quelques jours, des nouvelles ayant trait à la préparation par le grand Etat-major général allemand d'un grand coup contre l'Angleterre. Les journaux berlinois, no-tament, envisagent sérieusement l'éventualité d'opérations militaires que l'Allemagne engagerait directement contre la puissance qu'elle considère, à l'heure actuelle, comme cc sa plus mortelle ennemie » : la Grande-Bretagne.La prise d'Anvers et les furieuses tentatives que les armées allemandes font en ce moment pour se rendre maîtresses de la côte de la mer du Nord, non seulement en Belgique mais en France, ne constitueraient-elles pas le commencement de ces opérations ? Notre confrère helvétique, la «Gazette de Lausanne» se pose cette question, dans un de ses derniers numéros, et repre1 à son sujet le récit d un de ses collaborateurs occasionnels revenant d'Allemagne où il a eu, assure-t-il, l'occasion de s'entretenir à diverses reprises avec des personnes appartenant à des milieux particulièrement bien informés.D'après ces personnes, la maison lvrupp, qui a déjà sorti de ses usines le fameux canon de 420, aurait également construit un canon à longue portée lequel tirerait, parait-il, à 45 kilomètres Les Allemands se proposeraient d'installer plusieurs de ces canons au cap Gris-Nez, près de Calais,afin de bombarder Douvres et Folkestone de la côte française. Ces deux villes sont à environ 35 km. du cap Gris-Nez. Les navires anglais étant tenus à distance respectueuse, grâce aux canons en question et aux sous-marins venus de Brème à Calais, on tenterait le débarquement d'une armée sur la côte anglaise, au moyen de vapeurs qu'on aurait trouvés à Anvers, Ostende, Dunkerque, Calais où Ton espère que les Alliés les auront abandonnés avant de se retirer. Un raid sur Londres qui aurait au préalable été bombardé par les Zeppelins, amènerait le gouvernement anglais à capituler.Telles sont les grandes lignes du plan qu'élaborerait en ce moment l'Etat-major général allemand. Quel crédit convient-il d'accorder à ces informations dont l'opinion publique en Allemagne paraît cependant se satisfaire, sans élever, à leur égard, le moindre doute ? Quoiqu'il en soit, il est un problème qui semble résumer toutes les questions qu'on peut formuler en la matière. Et ce problème est celui-ci : Est-il possible actuellement de construire des canons ayant une portée efficace de 45 kilomètres?» That is the first question : comme disent les Anglais. En Belgique. Avis aux Gardes Civiques Belges La seconde réunion des gardes civiques Belges se tiendra : Jeudi 29 octobre à midi, au « Nederlandsch Koffiehuis » Grand' place, à Bergen op Zoom. Le comité espère pouvoir communiquer les réponses à recevoir du Hâvre, Londres et La Haye aux fins de savoir si tous les gardes Belges peuvent rentrer inpunément en Belgique. Nous prions tous les intéressés d'assister nombreux à la prochaine réunion. BERNEAU, 27 octobre. — On a ouvert une seconde sépulture et y a trouvé des cadavres de onze personnes : quatre civils méconnaissables qui avaient été éconduits le 6/7 août de Visé, et sept emplyés de chemin de fer dé l'Etat Belge, les nommés B. (père et fils), L. (père et fils), V. M., R. L. et J. L., dont les noms sont inscrits au consulat belge à Maestricht. Les batailles d'Ypres et Dixmude. Les troupes anglaises ont vécu ici 5 jours critiques, pendant lesquels ils ont retenu 250,000 Allemands, repoussant chaque attaque, par feu d'artillerie, et même par combat à la baïonnette. Vendredi, lorsqu'ils obtinrent des renforts, elles réussirent à refouler l'ennemi à 15 lieues et firent beaucoup de dégâts aux Allemands. Le lendemain matin, ceux-ci surprirent les Anglais, etcaptu-rèsent notamment une compagnie de highlanders : toutefois la ligne coupée fut aussitôt rétablie, et dans une nouvelle contre-attaque les Allemands furent repoussés au-delà de leurs retranchements ; les highlanders furent tous délivrés. Près de La Bassée les Sikhs et Gurkhas ont fait le coup de feu et sauvèrent la situation au moment où les Allemands faillirent remporter une tranchée. Les Hindous, en réserve, îe-poussèrent l'attaque et refoulèrent l'ennemi à la baïonnette. Au cours de la bataille de l'Yser, dans un combat de nuit, les Allemands eurent 2500 morts ; 255 cadavres flottaient dans le canal. Beaucoup de blessés par la baïonnette. Les rues de Dixmude sont encombrées de morts. Ce triste spectacle est la conséquence des ordres allemands, disant que le canal devait être Iranchi au cours de cette nuit-même, fût-ce au prix de plusieurs milliers d'hommes. Les Allemands passèrent donc, mais ne purent arriver plus loin et furent rejetés vers la rive du canal par des attaques à la baïonnette- 3000 Allemands réussirent à pénétrer dans Dixmude : mais la ville devint un vaste cimetière sous le feu meurtrier de l'artillerie Iranco-anglaise. L'Arii?ée 6el|e Les pertes de l'armée Belge sont naturellement importantes, mais on peut dire que c'est une des plus admirables armées des petits Etats qui puissent exister. On ne peut s'attendre à remporter des succès contre un ennemi aussi puissant sans subir de pertes. Les blessés sont emportés régulièrement du champ de bataille: malgré l'état malheureux de plusieurs, on entend fort peu de plaintes. C'est grâce au concours de l'armée Belge que le plan des Allemands a été déjoué, quant à l'occupation du territoire côtier entre Calais et Duinkerque. L'armée Belge entière à réussi à prendre position derrière l'Yser, c." a. d. elle fit en bon ordre la retraite depuis Anvers ; ce fait vaut la peine d'être conté. Elle a échappé à la poursuite de l'ennemi par un acte héroïque de quelques milliers d'hommes, de toutes armes, occupant l'ennemi à Melle, le petit village au Sud de Gand, pendant un temps suffisamment long pour couvrir la retraite du gros de l'armée, qui longeait la frontière hollandaise vers la mer. Grâce à cette poignée de héros, toute l'armée Belge fut sat.vée et son concours actuel provoquera peut-être un nouvel heureux résultat. BRUXELLES, 27 octobre (W.) Il paraît que le gouvernement Belge a l'intention de convoquer les Chambres et le Sénat, qui se réunissent ordinairement le second mardi de novembre, et ce au Hâvre même, oû il siège actuellement. Au départ d'Anvers beaucoup de députés et sénateurs ont accompagné le ministère au Hâvre. A Esscljen, ROOSENDAAL, 27 octobre. Les Allemands sont revenus à Esschen ; ils remarquèrent que le drapeau belge flottait ; cet acte avait été ordonné par le receveur des douanes. Il fut fait prisonnier. Le bourgmestre a dû verser une caution de 1000 francs. Cet incident inquiète la petite ville frontière. Nos Télégrammes. Les Anglais ci? Eéypte. CONSTANTINOPLE, 27 octobre. Les journaux d'Egypte rapportent qu'à la côte tuique, le long de la Mer Rouge, plusieurs croiseurs anglais font le service de garde de côtes. SOFIA, 27 octobre. Le général Rousski, le vainqueur des Autrichiens à Lem-berg, est nommé commandant des armées russes en Pologne. En Galicie lui succède le général Dimitrieff, ancien ambassadeur bulgare à St. Petersbourg qui s' est distingué lors du siège de Przemysl. BERLIN, 27 octobre. L'empereur a nommé le général von Liebert, ancien commandant en Afrique Orientale, et membre du Reichstag, gouverneur du district russe de Lodz, occupé par les Allemands. Sur Mer. VIENNE, 26 octobre. (Wolff). De Sofia au Reichspost : Le dernier numéro du Nowoje Invono de Pétrograde annonce que, sur la demande de f Angleterre, un nouvel accord relatif à la marine est intervenu entre l'Angleterre, la France et la Russie. Il a été décidé que le commandement de la flotte russe de la Mer Baltique et de la Mer Noire serait confié aux Anglais. L'Angleterre s'engage en même temps à renforcer ces flottes par des escadres anglaises. Plan écl;oaé ! PRETORIA, 27 octobre.— Le gouvernement de la colonie allemande de l'Afrique Sud-Ouest avait convenu avec le colonel révolutionnaire Mauritz que la rivière d'Orange serait la frontière fnture entre le territoire coloniale allemande et une république boer indépendante. Dépêches de Nuit. Mouvement révolutionnaire en Afrique du Sud. LONDRES, 27 octobre. — Le gouverneur général des Etats-Unis de l'Afrique septentrionale a informé le ministre des Colonies en Angleterre que le gouvernement a affiché la proclamation suivante: Le gouvernement regrette de devoir vous informer, qu'à l'instigation de quelques uns, plusieurs personnes au Nord de l'Etat d'Orange et à l'ouest du Transvaal se sont laissé entraîner dans un mouvement à main armée contre le gouvernement. La ville de Heilbron a été prise : les représentants du gouvernement ont été fait prisonniers.A Reitz, un train a été arrêté, et des bourgeois de la Landweer désarmés. Dans ces circonstances, la tâche du Gouvernement est claire : il devra agir avec énergie et prévenir tous les faits possibles.Tous les habitants des Etats Unis de l'Afrique du Sud protesteront de toutes leurs forces contre ces rébellions. Le Gouvernement demande l'assistance de tous les concitoyens, qui ont enfreint à leur devoir ; ceux qui se rendent n'auront rien à craindre. A l'Ouest. PARIS, 27 oct., officiel 3 heures. La bataille continue toujours violente entre la contrée de l'Yser et Lens. Les alliés tiennent partout leurs positions, et ont même avancé entre l'ïser et Roulers. Entre Soissons et Berry au Bac, un duel d'artillerie se termina à l'avantage des alliés. Plusieurs batteries ennemies y furent détruites. A l'Est de Nancy, entre les lorêts de Bezance et de Parois, nous prîmes l'offensive et avons réussi à refouler les allemands au-delà des frontières. PARIS, 27 octobre: 11 heures hier soir. Les alliés ont fait quelques progrès aux environs de Dixmude.Les Zeppelins Deux personnes arrivées ici de Hasselt prétendent que pas moins de 8 Zeppelins ont survolé le Limbourg, de dimanche rnidi à lundi soir. A louer. AfiflOflCES. Arthur De Neef à Folkestone Tri-nity Crescent 2 désire avoir des nouvelles de ses frères Laurent et Albert et de sa sœur Marie. 6 Mr. EEMAN, garde civique d'Anvers, demande nouvelles de Mme L. Penasse. Madame FERONT et son fils de Bruxelles, rue de Chamber 102, désire avoir des nouvelles de son Mari Jules Féront, Sous-Lieutenant Ire division d'armée, Parc du génie, Pontonniers. Habite actuellement Stationstraat L 11 Bergen-op-Zoom chez Wed. Dobbelman.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'écho d'Anvers belonging to the category Oorlogspers, published in Bergen-op-Zoom from 1914 to 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods