L'écho d'Anvers

1005 0
11 October 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 11 October. L'écho d'Anvers. Seen on 20 August 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/cj87h1ff3q/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

No. 2. Dimanche II Octobre 1914. 10 centimes. L'ECHO D'ANVERS Direction-Rédaction : ARTHUR de GERS. Bureaux : Bergen=op=Zoom, Boschstraat 68. Remercîments. Hier, le télégramme suivant a été envoyé de Bergen-op-Zoom au nom des réfugiés Belges : A Sa Majesté La Reine Wilhelmina. La Haye. 300,000 réfugiés Belges à Bergen-op-Zoom et environs présentent à sa Majesté leurs )lus vifs remerciements et !^ui seront éternellement reconnaissants de l'accueillante hospitalité de Son peuple si dévoué. Au nom de tous les Belges Louis van Keymeulei?, Professeur à l'académie Royale d'Anvers. Le Bombardement d'Anvers. .OSTENDE, 10 octobre (Reuter.) Les Allemands ont employé pour le bombardement d'Anvers 200 panons,- parmi lesquels des pièces de 30 et 42 ,c.m. Us ont même à leur disposition une batterie de mer d'une puissance de 40 c.m.' 'Avant hier le bombardement pom-mença à 91/2 heures du soir, fut interrompu de 10 heures à minuit, pour redoubler alors d'intensité. Les ambassadeurs de France, Angleterre et Russie quittèrent la ville par la malle yers1 11 heures. Des milliers de fuyards et de blessés sont arrivés ici. Les malles en destination de l'Angleterre sont combles. ROOSENDAAL, 10 octobre. Ce matin 200 soldats Belges sont arrivés de Brasschaet: notre armée fit sauter les forts de Lille et de Beirendrecht. BRUXELLES, 10 oct. (Wplff).; Depuis le 20 septembre, en cas de bombardement d'Anvers, le Gouvernement Belge a accepté notre proposition d'épargner les: monuments historiques dans les limites du possible. Par l'entremise de l'embassade des Etats, Unis, celui-ci dressa le 8 octobre (dâric un jour après Ï0, commën-cjeWeiwsf du bombardement) une! liste des principaux monuments, avec un j)lan indiquant leur emplacement exact. 1 ! On tira . plusieurs exemplaires de ce plan, donnant également les; ambulances et les hôpitaux, et ceux-ci furent immédiatement remis jaux commandants des troupes: assiégeantes^ gui les remirent Ja même nuit aux divers1 parfis d'jar-i tillerie. i Opinion Allemande. 1 Voici un avis du „ Deutsche .Tages Zeitung": j La chute d'Anvers prouve, que pour nous il suffit d'attaquer un seul grand secteur (mêmie le plusi grand) pour rendre intenables tous, les autres travaux de défense de; la ville. Et voilà pourquoi la prise Id'Anvers renferme en elle le point de départ du siège 'de Paris. La prise d'Anvers achève1 non seulement la Belgique mais doit fortement toucher l'Angleterre. Anvers1 était pour l'Angleterre le rem-| part lui permettant de nous jat-! taquer dans le flanc: dans Anvers,! les Belges aveuglés se sentaient saufs sous la protection immédiate des Anglais. Malheureusement le' secours Anglais est resté pans pf-i ficacité et ne put reculer la chute de la cité fortifiée. Voilà pourquoi' l'Angleterre, à notre grande joie,1 est également touchée par pette! défaite. Opinion Anglaiêp. Voici un avis du .,Daily Chro-nicle" : j Dans les annales de l'histoire,' l'Europe n'oubliera pas de si tôt' le refus catégorique formulé fiux* Allemands quant au passage de' leurs troupes sur notre ^territoire neutre. Jamais le monde publiera la résistance héroïque du petit ' peuple Belge dans cette lutte inégale. La Belgique fit primer l'honneur en donnant une seconde ré-; ponse négative, même sous la me-' nace du bombardement d'Anvers.' Anvers peut tomber, mais la Bel-' gique se relèvera. Actuellement' elle est au point pulminant de sa gloire, la face minée par les souffrances, mais auréolée pour son' extrême courage. Sur l'Angleterre plane en ;ce moment le devoir sacré de secourir la Belgique dans ses souffrances' et lui donner les mpyens de re-' construire ses villes en ruines. SLUIS, 10 octobre. Vendredi vers 2 heures de l'après midi les Allemands entrèrent dans la ville par Berchem, après un violent combat entre Belges, Anglais et Allemands durant' toute la soirée du jeudi. Au cours de la nuit et la matinée du ven-' dredi, les Belges quittèrent les forts, se dirigeant au Nord par les Flandres. Aux environs dé Moerbeke la route fut barrée par les Allemands, qui avaient réussi à passer l'Escaut près de Schoon-aerde, investi Lokeren, et pontinué leur marche vers le Nord. Dps milliers de soldats Belges s'aventurèrent alors sur le territoire' Hollandais, tant par la Flandre Zee-landaise, que par Putte. Le désarmement se fit de part pt -d'autre avec tout le calme requis. Le Gouvernement est à Ostende. Le territoire de Gand jusqu'à' la mer est toujours intact; pen-' dant trois jours la pohue des ré-' fugiés ne diminua guère p.ux environs de Hulst. La population les' accueillit avec empressement. ParJ tout se déroulent des scènes douloureuses: des ménages séparés;' des mères cherchant leurs enfants ;' des invalides qui gémissent. Joute la population d'Anvers et du pays de ,W|aes a évacué. Communiqué de l'Ambassade Belge à La Haye. Plusieurs avis détailles sont arrivés au sujet de la lamine qui règne dans toutes les provinces investies par les Allemands. Depuis qu'elle a sévi dan» la ville de Liège, les symptômes s'en déclarent aussi â Bruxelles, et môme certains faubourgs commencent â souffrir. Les moyens d'existence manquent â Namur, â Luxembourg, an Hainaut notamment dans les populeuses ville, de Mons et Char-leroi.Le droit des gens est foulé une fois de plus, et en dépit de l'artiche 43 de la IVe Convention de La Haye, l'armée allemande laisse la population sans la moindre ressource. Le gouvernement Belge proteste avec indignation contre ces actes de barbarie, qu'elle laisse â l'appréciation de tous les pays civilisés. La Chute d'Anvers. Voici un récit détaillé de notre confrère „De Maasbode"; L'avenue de Keyser est «complètement désert, mais rien n'y est. détruit ainsi qu'à la place ,de. la gare. Un seul magasin pst ouvert;' la confiserie de van den EndeJ Nous y achetâmes en' pompagniej de plusieurs soldats Allemands; quelques provisions: tout fut intégralement payé. | Nous traversons la place dé Meir: aucune maison n'y pst endommagée; des troupes Allemandes se rendent à la grand' place, où le commandant siège à l'Hôtel de Ville, Rempart Ste Cathérine /nous cherchons notre famille; ellje! p, fui mais les maisons sont indemnes: une bombe est tombée dans la rue. Marché aux gants la situation est toute autre :beaucoup de maisons y sont démolies; place Verte beaucoup de bâtiments en ruines, et la seconde maison du ,coin, le café National, brûle encore. La cathédrale est toujours debout.Rue Nationale une couple de maisons endommagées, ainsi que rempart du Lombard, où les pompiers travaillent avec un acharnement terrible pour éteindre les commencements d'incendie. Nous regagnons les boulevards pù à îcerr tains endroits une maison ^ été touchée par les bombes. L'endroit le plus dévasté est la rue du palais, où environs ■„ 17 maisons se sont effondrées. Le palais a également été ^at-teint ; rue du compromis 1© £eu fait rage, une dizaine de maisons sont atteintes. La distribution d'eau et le gaz ne fonctionnent plus ' mais les Allemands sont Occupés à restaurer les dégâts fet espèrent être prêts pour la soirée. Rue du Couvent la fabrique de Biscuits est en feu; quelques maisons dans les petites rues avoisi-nantes.Nous retournons par la phaussée de Malines, où il y a quelques demeures détruites, mais les rues latérales ont plus souffert, notamment rue du boulanger, vis à vis du couvent. Boulevard Leopold: 3 maisons; avenue Plantin, rien à voir. On ,voit que les récits de réfugiés ont "été fortement exagérés; peu de personnes ont été tuées ; aucun monument, aucune église ne gont atteints. Au piaximum pn peut estimer 150 maisons détruites par le bombardement. Le commandant de place exige formellement que les1 maisons restent ouvertes et .éclairées Ja nuit. BREDA, 10 octobre (N. R. Gt.)' Depuis jeudi soir les soldats ! Belges quittèrent Anvers ; leur re-; traite fut couverte par le 7me Régiment de ligne qui fit sauter le pont de l'Escaut. Lorsque les; Anglais reculèrent vendredi matin,' le bombardement cessa vers 10' heures. Le Bourgmestre se rendit comme parlementaire auprès dp l'envoyé Allemand: vers midi les! troupes ennemies commencèrent, leur entrée en ville. ; LES CONDITIONS STIPULE-! RENT que les gardes piviques nej seraient pas fait prisonniers, ni désarmés, et qu'aucun homme de' 18 à 30 (ans !ne pouvait être envoyé! en Allemagne. Le bruit pourt que, la Ville devra fournir une indemnité de guerre, de 500.000 frs-! Le Bardn, von der 8chu\etz a été]' nommé Gouverneur. | Aucun des forts n'est défendu; la plupart d'entre eux furent dé-; truits après le départ dés troupes ;j les Allemands ne firent aucun as-j saut. - Dans la nuit de vendredi à sa-j medi le génie fit sauter les forts< de Ertbrand, Brasschaet et Beiren-( drecht et à 7 heures du matin! celui de Stabroeck fut anéanti. ! 2000 hommes sont déjà arrivés 2000 autres suivirent la route; Ouest; ils étaient poursuivis pari une forte colonne Allemande ptj furent donc également forcés dei franchir la frontière. ( Raron- von 'd)efr ScÏÏmetz informai que les citoyens pouvaient tran quillement réintégrer leurs de-{ meures ; quelques uns obéirent, j m|ais le plus grand nombre de réfugiés continua la route d'Anvers* vers Capellen et P(utte. De parlementaire Allemand qui vint réclamer la reddition des forts' arriva évidemment trop tard,! puisque les derniers avaient sauté.! Là destruction d'Anvers, excepté, aM Sud, n'est pas si importante; les maisons de la rue du soulier; sont en feu, .niais les Allemands! prêtent leur concours à l'extinction' des incendies. f Une bombe a endommagé la cathédrale ; des maisons se sont, écroulées "dans la rue fiux lits et dans la rue des peignes, mais la; dévastation a été exagérée. Le pa-; lais du Roi et Ja gare centralej sont intacts. Le quartier général; Allemand siège à l'Hôtel de Ville. Nos Télégrammes La Proclamation du commandant Allemand d'Anvers. Le commandant Allemand de la place d'Anvers a élaboré une proclamation dans laquelle il engage la population de rentrer chez elle, ajoutant que les maisons inoccupées serviront sinon d'abri aux troupes. Il termine en disant que les personnes qui ne se livreront pas à des actes hostiles n'auront absolument rien à craindre. OSTENDE, 10 Octobre. Cette nuit un Taube survola la ville de Gand et jeta deux bombes qui ne firent aucun dégât. FLESSINGUE, 10 Octobre. 6000 soldats fuyards sont arrivés ici : parmi eux 700 Anglais et 80 blessés. TERNEUZEN, 10 Octobre, (sous réserve). 11 paraît que 48 uhlans ont également passé la frontière Hollandaise et ont été fait prisonniers.Les Belges estiment leurs camarades prisonniers des Allemands au nombre de '20.000. Avant de quitter la ville d'Anvers les alliés ont détruit tout le matériel de guerre que l'ennemi aurait pu employer. LONDRES, 10 Octobre. L'amirauté informe que la retraite de l'armée Belge s'est effectuée en très bon ordre : la brigade de marine Anglaise et les troupes Belges furent protégés par du rentort Anglais. PARIS, 10 Octobre, (communiqué officiel) : 3 heures. La bataille continue de façon satisfaisante ; nous tenons ferme sur tout le front, malgré les nombreuses attaques de l'ennemi. Sur l'aile ganche, les combats de cavalerie sont fortement gênés par le terrain peu propice. Au Nord de l'Oise, nos troupes ont obtenu quelques avantages ; dans le territoire de Saint Mihiel nous fîmes également de sensibles progrès. PARIS, 10 Octobre (communiqué officiel) : 11 heures. Un combat de cavalerie eut lieu au Sud et à l'Ouest de Lille, au Sud de Lens et au Nord d'Arras : l'engagement fut violent, pendant que l'ennemi multiplia ses attaques acharnées sur les hauteurs le long de la Meuse. PETROGRADE, 10 Octobre. L'état Major général informe que la bataille sur la frontière de la Prusse Orientale continue toujours avec la même violence. Les troupes Allemandes en retraite de la ville de Lyck ont fait santer les ponts sur leur passage. VIENNE, 10 Octobre (officiel). Hier les Russes tentèrent un nouvel assaut des forts Sud de Premyszl ; l'attaque fut repoussée ; ensuite la retraite des Russes fut générale ; ils furent obligés d'évacuer le territoire à l'Ouest de Premyszl. déjà occupé par la cavalerie Autrichienne. Aux environs de Lancut cinq ou six divisions russes, malgré leur résistance, durent rebrousser chemin et repasser la San; une brigade d'infanterie et une division de cosaques furent refoulées à l'Ouest de Deynow ; nos troupes continuent la poursuite.SAS VAN GENT, 10 Octobre. Le nombre de soldats Anglais qui ont franchi la frontière Hollandaise s'élève — à ce qu'on assure — à environ 13000 hommes.ROOSENDAAL, 10 Octobre. A la Clinge (Flandre Zeelan-daise) arrivèrent 2000 soldats Anglais sous le commandement du Major Henderson: ils furent remis entre les mains des autorités Hollandaises. Avis important. Dans une réunion tenue pe ^latin, il a été décidé d'envoyer des parlementaires à Anvers pour pon-naître les conditions dans lesquelles les Anversois peuvent rentrer.M. M. Laurent Fierens, Charles Leclair et Edm1. Reusens ont pris cette l'initiative et nous publierons au plus tôt le résultat de leurs démarches. — jMj. Tegtelaar de Rotterdam est arrivé ici avec 3 grands vapeurs,-charges de vivres pour Jes réfugiés Belges. I B a décidé ^'embarquer gratuité-'ni{e\ytt des fuyards qui voudraient se rendre, à Rotterdam ou autres destinations des environs. Remercions chaudement M. Te-gelaar pour se belle pt humaine initiative. Service des Postes sur Anvers. Le directeur-général des Postes et Télégraphes informe que jusqu'à nouvel ordre plus aucun envoi ne peut s'effectuer de la Hollande vers Anvers. ANNONCES. Bericht aan de Merxemenaren. Aile dagen vergadering van 10 tôt 11 en van 3 tôt 4 uur in het lokaal „Koren-beurs" Potterstraat I 73. Avis aux IMerxemois. Réunion tous les jours de 10 à 11 et 3 à 4 heures un local „Korenbeurs" Potterstraat I 73. Le Comité: Les prèsidenf: Victor Cordemans. Dr. B. Timmerman. Les secretaire: Léonard Beijsens. Henry Van Buyten.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'écho d'Anvers belonging to the category Oorlogspers, published in Bergen-op-Zoom from 1914 to 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods