L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations

294 0
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 05 June. L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations. Seen on 23 July 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/cv4bn9xx75/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

MARDI 5 JUIN 1917 7 CENTIMES LE NOMERG 4e A.mm,. - ,& m L'ÉCHO DE LA PRESSE Rédaction et Administration : 20, RUE DU CANAL, 20, BRUXELLES. Adresse? les lettres et communiqués à ia Rédaction. Les annonces et demandes diverses à l'Administration X fe 2 #»&• £*% à 3 & «à» e «--■% * if"-*" iN s c.hNÂ i iÛftsALc. JOURNAL BELGE QUOTtOIEH ÛISFÛBiJffiûSS PRIX DE* ANMMNftM fautes anncaoss, la ligne fcr. Réclame avant les annonces, 4« page . , , . #.88 » » b 3* pag-e. , » , !.SS faits divers ». Nécrologie „ !.?£ ON TRAITÉ A FORiÂiï Nos chers petits ! —- Yos regards sont-fmts d'innocence,comme vos chairs sont formées de lait. Tout est pur en vous, tout est chaste, divin. Yo-s âmes sont fraîche-s, ainsi que les sources, pures ainsi que le ciel saus images et pleines d'espoir ainsi que les premiers rayons du soleil. L'existence humaine s'ouvre; et vous allez, mes doux troupeaux, aux prunelles claires, comme les cortèges qui se mettent en marche aux sons des orchestres qui s'animent; la fatigue n'a point encore rompu vos jarrets, la désillusion n'a pas séché votre cervelle, vous ne voyea devant vous que la fête... Yoilà les belles paroles qu'Eugène De Molder adresse à nos enfants et que jeudi soir, en revenant du dispensaire de l'œuvre philanthropique « Les Sans-Souoi » d'Ixolles, J*ai relues avec émotion. On m'avait invité à me rendre 20, rue de Berlin, à IxelLes, pour assister à la visite des nombreux enfants qui, chaque semaine, se rendent au local des « Sans-Souci », afin d'être examinés par un. médecin et de recevoir tous les médicaments et réconfortants que leur état nécessite. Librement, obéissant à ma conscience, il me plaît aujourd'hui de payer un tribut de reconnaissance aux a Sans-Souci » d'Ixelles, lesquels, depuis 1909, .se sacrifient au bien-être de nos chers petits. Ce fut le 20 juillet 1909, à l'issue d'une fête intime, que MM. Tique et Williot fondèrent le cercle philanthropique « Les Sans-Souci » d'Ixelles, avec le but principal : « Soigner les enfants malades nécessiteux de la commune et, le cas échéant, les envoyer, sur avis du docteur, en congé de convalescence ». Aussitôt, on organisa l'octroi des soins médicaux, pharmaceutiques et dentaires aux nombreux enfants ixellois et toutes les semaines une consultation gratuile fut établie où, régulièrement., une quarantaine de petits malades viennent chercher le réconfort nécessaire. Pour accomplir une si lourde tâche, de grands fonds étaient nécessaires, car, indépendamment des services signalés, on accordait également les iBufs et le lait à tous les enfants âgés de moins de 12 ans. Or si, avant la guerre, la situation financière de la société était florissante, aujourd'hui k fonds de réserve est épuisé et les «t Sans-Souci » doivent subvenir aux innombrables besoins d< leurs protégés par le bénéfice des concours orgo nisés à leur profit et le déficit est couvert pai l'intervention généreuse de. quelques membres L'actif président du cercle, M. G. Yonderhoc ven, la cheville ouvrière des «t Sans-Souci », secondé puissamment par MM. les docteur: Crickx, Bellière et Winteroy, le dentiste His-tiaux, et le membre fondateur M. Tique, tra vaillent avec un dévouement constant pour pou voir maintenir bien haut et fièrement la devisi du vaillant cercle. Cependant, de jour en jour, d'heure en heure la situation s'aggrave. Les œufs deviennent- d'tii prix inabordable et le lait honteusement exploi té par des sans cœur est falsifié dans des condi tions désastreuses. Nos enfants s'étiolent; no pauvres petits se meurent; il importe, dès lors que tous ceux qui le peuvent s'unissent dans ui fraternel effort pour vaincre le mal qui fauch tant d'existences. Qu'importe la difficulté journalière de 1 vie, quand il s'agit de notre jeunesse, quand i faut apporter à nos petits le réconfort de la san té, tous, nous devons grouper uos forces pou sauvegarder le plus beau patrimoine de la na tion. Nos enfants! L'évocation même de ce mo me donne l'audace de clamer à tous ceux qui m lisent le chaleureux appel de mon cœur pour a der par tous les moyens « Les Sans-Souci » à ac complir hautement la noble tâche que, depu 1909, sans défaillance, ils ont assumée. Tâche si noble et si belle, si large et si fécor de, que les qualificatifs Les plus élogieux si raient indignes de la définir. Pauvres petits qui demandez à vivre, c.hei gosses aux yeux ternis de faiblesse qui quémai dez notre concours, enfants adorés de tant cl mères éplorées, qui, désespérés, vous adresse à nous, je vous réponds, de toute mon âme: « 1S craignez rien, jouez en paix, les « Sans-Souoi veillent sur vous et la population bruxelloif tout entière sera prête demain pour faire cor me les « Sans-Souci » ou tout au moins accour à leur aide ». Haut les cœurs, pauvies petits, nous vouloi être et serons près de vous ! ! G. R. Carnet d'un curieux Ce fut daiis le couloir du tribunal corre tionnel que fortuitement je rencontrai ce vie-i Nestor. Je le connaissais depuis de nombreux années; il avait fait tous les métiersj nagé da toutes les eaux et avalé tous Ies alcools qu'on l payait. Pas mauvais garçon, mais fainéant coi me deux, tapeur incorrigible, il excellait à r conter des histoires gaies. On écoutait, on ria> et mon .V est or buvait. Quand je le vis, je vie dù « ça y est, Nestor va m-e taper! » Eh bien, non, je suis trompé, Nestor était triste maussade, de méchante humeur. Comme je lui demandais le motif de sa présence ait palais de justice : — Témoin dans une affaire de coups et blessures.'— Ah! —- Comment ah! Pourquoi ah? J'ai de s yeux, mon vieux, et je sais voir aussi bien que toi! — Tu es fâché, Nestor, que tu mordes ainsi] — Oui, je suis furieux! C'est dégoûtant! - — Mais parle donc, je t'écoute. — Rcgarde comme tout a augmenté. Le pain, le beurre, les légumes, les tissus, les chaussures, Un pantalon coûte cinquante francs, une chemise dix. — Que veux-tu, c'est la guerre! — Je le sais pardi bien! Un franc cinquanU pour une bouteille de gueuze, comment v^ux-ti à ce prix encore en boire? Je te répète, c'est honteux; on augmente tout) même les contributions. Un pauvre petit sc}d°dam coûte 1 franc. Seulement, ici, rien! Pas un centime mon cher ■ — Comment cela ? — Bien oui! Je v'iens de toucher ma taxi de témoin! Un franc! Le prix d'avant la guer re! C'est idiot cela! Comment veux-tu què j'aillt boire la traditionnelle bouteille de gueuze avec ce franc? Ce n'est vraiment pas la pein> d'être témom, si on ne veuf pas payer le prix dt jour! G. RED. ■no rraavK «IIIWI |||M»IHH»I"II' ' H LA GUERRE Communiqué officie! allemand l BERLIN, 3 juin. (Comm'uniqué d'hier au soir.) ' La situation n'a pas changé BERLIN, 3 juin. (Communiqué de midi.) Théâtre da ia guerre à l'Ouest. Front des armées du prince royal Ruppr-echt d Bavière : Dans le secteur de Wytschaete, te vigoureux comba d'artilkrie a également continué hier. Entre Lens « Quéant l'action est restée de même animée. Au cour de la nuit les Anglais ont attaqué près de Loos, a ruisseau de Souchez et au nord-est de Monchv. Il ont été repoussés. Dans certains éléments de trar c'nées de Lens on combat encore. Front des armées du prince impérial allemand : L'action combattive a été en général minime le Ion de l'Aisne et en Champagne. Des poussées de recor naissance, effectuées par nos détachements spéciau d'assaut, nous ont valu plusieurs lance-flammes, a Chemin-des-Dames, au sud-est de Filain, et quinz prisonniers sur l'Aisne. Front des armées du feldmaréchal-général duc A brecht de Bavière : Sur la rive droite de la Meuse, plusieurs détach ments d'éclairéurs ont été repoussés près de Haudii , mont, de Combles et de Saint-Mihiel. i Au cours de la nuit du 31 mai au ier juin, des avi; - teurs anglais ont canonné à coups de bombes un cam situé dans la région d'étape, tuant un des prisonnie; français et en blessant 91. Nos escadrilles aérienni 3 ont jeté des bombes avec une efficacité! constatée si ' des installations de lignes ferrées, des dépôs de mue 1 tions et des campements de troupes devant le fro 3 Arras-Aisne. * * * 1 Au cours de combats aériens et par le feu speci I de défense, les adversaires ont perdu hier dix avion Théâtre de !a guerre à l'Est. La situation en général n'a pas subi de modifie tion. En Moldavie des poussées roumaines, prononcé pondant les deux dernières nuits ont été 'rejetées ent ^ la vallée de la Susita et celle de la Putna. e Front en Macédoine : > A l'ouest du Vardar, des attaques de plusieurs coi pagnies déclanchées au sud de Huma et près d'A g, schak-Mahlé ont échoué avec des pertes sanglant devant les positions bulgares. # * * L~ Berlin, 3 juin (officiel). — 1. Dans l'Océan Atla tique, 30,500 tonnes de jauge ont été détruites par n sous-marins. Au nombre des navires coulés, il y ava ■3 deux vapeurs anglais, dont les cargaisons comp: liaient, entre autres, 7,000,000 de kilogrammes d'hu pour la marine de guerre anglaise et 10,000 balles ■© coton pour l'Angleterre; un grand vapeur français, •Z cargaison, inconnue, ainsi que des voiliers russes "e route pour l'Angleterre avec 8,000 tonnes de froma 2. Nouveaux succès de nos sous-maîins dans la Mé II terranée : De nouveau un assez grand nombre de 1 i® peurs et de voiliers, jaugeant, au total, 33,700 tonn 1- ont été coulés. Parmi ces navires, il y avait : le 1 [r peur armé anglais « Harpagus » (5,866 tonnes), alk de New-York à Marseille avec de l'huile et de la fa ne; le vapeur armé anglais « Caspian » (3,606 tonne is allant du Chili en Italie avec une -cargaison de 5•' tonnes de salpêtre, un vapeur, en route de Valet pour la France avec une cargaison complète d'ac: sulfurique; le vapeur armé français « Italia » (1,: " tonnes), faisant le service postal entre Corfou et 1 rente; un vapeur armé anglais de 3,500 tonnes; vapeur armé français du type du « Biarritz a (2,1 tonnes) et le transport français t Modjerda » (i,< c- tonnes), bondé de troupes et allant d'Afrique vers ,x Midi de la France. es Communiqué officiel français EARIS, 2 juin (3 heures de l'après-midi). — Sut III Chemin-des-Dames, activité des deux artilleries. D; le secteur d'Hurtebise-Craonne-Chevreoix, quelqi faibles tentatives ennemies sur divers points, not£ t, ment au nord-ouest de la Ferme Froidemoait, à l'on de Cerny et sur le petit poste que nous avons enl hier à l'ennemi au sud de Chevreux, ont été aisément repoussées. Dans la région des Côtes de M^use, nous avons réussi un coup de main à l'est de la Fiéveterie (sud-est de Danloup) et ramené des prisonniers. Nuit relativement calme partout ailleurs. PARIS, 2 juin (11 heures du soir). — Les deux artilleries se sont montrées particulièrement actives au cours de l'après-midi dans la région au nord de Laf-faux, vers Hurtebise et sur le plateau de Californie et de Craonn-e. Aucun événement important à signaler sur le reste du front. Communiqué officiai anglais LONDRES, ier juin, — A.'r, ie champ de- bataille, nous avons gagné un peu de terrain à l'ouest de Ché-risy.Des escarmouches entre patrouilles ont eu lieu près de Gouzeaucourt. Près de Loos et da Piegsteert, des attaques ont été couronnées de succès. Un détachement spécial d'assaut ennemi a été repoussé le matin au nord-ouest de Boursies, sur la route Bapaume-Cambrai. Un détachement de nos troupes • a pénétré dans les positions au sud d'Ypres et y a bombardé à coups de grenades à main un ce; tain ' nombre d'abris. ' Pendant la journée une violente activité d'artillerie n'a pas cessé de régner dans la région au sud-est , d'Epehy, sur les deux rives de la Scarpe et dans le secteur d'Ypres. Au cours de la nuit du '30 au 31 mai, des attaques à coups de bombes ont été efficacement effectuées par 1 nos aviateurs sur des distances éloignées contre des ; dépôts do- munitions ennemis et contre des gares. 1 Au cours de luttes aériennes, deux avions allemands ont été abattus hier et un autre a été contraint à descendre. De nos avions, aucun 11e manque. Communiqué officiel italien ROME, 1er juin. — L'activité de l'artillerie a été remarquable dans le secteur septentrional du Carst et dans le secteur entre Gorice et Plava. Dans la région de Vodice, l'ennemi a rassemblé de nombreuses troupes dans la nuit du 31 mai et a dé-clanché une violente attaque contre nos positions sur les hauteurs 592 et 652. L'assaut préparé par un feu d'artillerie violent et exécuté avec entrain et acharnement, a échoué complètement devant la ferme résistance de nos troupes et sous le feu efficace de nos batteries qui dispersèrent des masses de réserve compactes. L'ennemi a subi de très grosses pertes et nous e a laissé 83 prisonniers dont 3 officiers. Dans la vallée supérieure de la Dogua et dans la 1 vallée de Posina se sont déroulés favorabement pour I nous de petits combats entre avant-postes et éclai- 5 rcurs ennpmis. II La nuit dernière des aviateurs ennëmis ont fait, sur s Udine et Cervignano, une attaque au cours de laquelle ils lancèrent des bombes incendiaires. Le feu de nos batteries de défense força les aviateurs ennemis à renoncer à l'exécution de leur entreprise. On signale = des dégâts matériels peu importants et une personne a été blessée. Nos aviateurs s'élevèrent aussitôt et, x à titre de représailles, bombardèrent les installations u militaires de Barcola au nord de Trieste. Ils rentrè-e rent indemnes à leurs bases. 1- Communiqué officiel russe PETROGRAD, 31 mai. — Sur 1-e front à l'Ouest, fusillades. Nos aviateur^ont jeté des bombes sur la voie fer îée Libàu-Romny, à proximité du village de Sola, e' sur la gare de Voigiany du chemin de fer de Bologu Sedletz. Il a été établi que les projectiles ont attein: leur but. ;s at COMMENTAIRES ALLEMANDS Berlin, 2 juin. •— Le combat d'artillerie en Flandr augmente d'intensité. Les batteries allemandes effi al cacement appuyées par les aviateurs, poursuive® s> avec succès la lutte contre les batteries anglaises. Au fro/nt d'Arras, le feu a été très violent au nord d la Scarpe, dans la région de Pelves, Monchy, et ; a~ l'est de Bullecourt. Nos aviateurs ont constaté 1 bonne portée des batteries allemandes. Le butin al es lemand fait les 30 et 31 ruai, près de Monchy, s'élèv re à 3 officiers, 58 soldats et 10 fusils à tir rapide. Dans la région de Saint-Quentin, les Françai avaient projeté contre les tranchées conquises par le n. Allemands, le 29 mai, une contre-attaque qui échou u. néanmoins sous le feu destructeur des batteries « lance-mines allemands. Les pertes françaises ont ét extrêmement lourdes près d'Allemant. Après i'irrui tion des troupes d'assaut allemandes, une partie d la garnison française tenta d'échapper vers l'arrlèr -11" en rase campagne; mais les fuyards furent pris sou Ps le feu de l'artillerie et des ipitrailleuses allemandes f 11 • poux ainsi dire totalement abattus. Le butin en lanci \s'~ mines, mitrailleuses et fusils à tir rapide n'a pu ei ■'e core être dénombré. Dans la matinée et dans l'aprè: df midi, les Français tentèrent plusieurs contre-attaque: a qui furent toutes nettement repoussées. Vers le so: en Us prononcèrent une nouvelle et forte contre-attaqu.i Mais sous le feu destructeur de 'artillerie allemand! i1" immédiatement dirigé sur les tranchées françaises, le ra" troupes d'assaut françaises ne purent sortir de- leui tranchées. ra" Au sud de Cerny, la position allemande fut égali lI?t ment avancée et gardée en dépit des contre-attaque rl" A l'ouest de Brimont ainsi que près du Hochfcerg, d( s)> patrouilles allemandes ont ramené des prisonnier ■°° Les pertes françaises lors des combats de ces demie; 'ce jours près du Hochberg ont été lourdes. Une seu oe compagnie n'a pas compté moins de deux cent cii quante morts devant son front. > •a" A l'est de la Champagne, l'activité d'artillerie a é un animée par endroits, notamment près de Tahur 152 L'artillerie allemande a entrepris un feu destructei efficace contre des batteries françaises reconnues. le la hauteur 304 et près de Verdun des patrouilles a lemandes ont ramené vers midi, 26 prisonniers, appa tenant à dejpc régiments français différents, qu'ell-avaient fait au cours d'une poussée heureuse cont le les tranchées françaises. Une patrouille française L„s été repoussée près de la côte du Talou. u , Au front russe, l'activité d'artillerie s'est raninv ies en plusieurs-endroits. Un commando russe de poursi ■m" te, fort d'une colonne, a été repoussé dans la région 1 est Bokorodzany. své En Macédoine, des patrouilles bulgares ont repou sé trois attaques successiv-es précédées d'une préparation d'artillerie près d'Altschak-Mahle. En d'autres endroits deux compagnies bulgares ont fait une poussée couronnée de succès et ont ramené des prisonnies s et du butin. Dépêches diverses La conférence da Stockholm. Paris, 2 juin. — La séance secrète a été suspendue vtndredi soir à 7 h. 10 et sera reprise aujourd'hui à 2 heures. Au cours d'une séance commune qu'ont tenue leurs délégués, tous les partis du Sénat ont voté à l'unanimité la résolution suivante : — Tous les groupes politiques du Sénat déclarent que le gouvernement seul a le droit de négocier, en dehors du pays, au sujet des questions qui touchent à l'existence et à la dignité de la nation. Ils décident d'interroger le gouvernement au sujet de l'attitude qu'il a l'intention de prendre concernant la conférence de Stockholm. Comme suite à cette décision, une interpellation, signée par les chefs de tous les groupes du Sénat, a été déposée. Paris, 2 juin. — La « Libre Parole » publie la statistique suivante des sommes que, d'après les données officielles, les pays de l'Entente doivent aux Etats-Unis : Angleterre, 1,131,400,000 dollars ; France, 650 millions de dollars; Italie, 289,724,890 dollars?' Russie, 123,500,000 dollars. Amsterdam, 2 juin. — Au sujet des négociations que poursuit à Berlin la délégation des armateurs et pêcheurs d'Ymuiden, les journaux hollandais annoncent que les délégués auraient déjà obtenu des départent nts des affaires étrangères et de la marine allemand i quelques concessions concernant l'exercice de ia pêche et le dédommagement des dégâts causés. Ils espèrent obtenir encore plus. Leur retour peut en conséquence encore être retardé. Berne, 2 juin. — Les journaux lyonnais apprennent de Rio de Janeiro qu'une escadre américaine devait arriver hier dans ce port. Il se confirme que le1 gouvernement brésilien a décidé d'autoriser les Etats-Unis à créer plusieurs bases navales pouT sa foltte sur la côte brésilienne. Le projet de loi relatif à la rétractation de la déclaration de neutralité du Brésil est discuté au Sénat. Berne, 2 juin. —■ L'agence Havas mande de Rio de Janeiro que, par 47 voix contre 1, le Sénat a accepté en première et seconde lectures, la proposition de rétractation de la neutralisé brésilienne déjà acceptée par la Chambre. Berne, 2 juin. — On mande de Rio de Janeiro au'à la Chambre a été présenté un projet de loi en vue de renforcer l'armée par des volontaires et des recrues et tendant également à l'organisation militaire de la garde nationale et du service des chemins de fer. Bern", 2 juin. — Les journaux lyonnais mandent de Madrid : Hier a eu lieu u» conseil ministériel qui, avec une courte interruption, dura depuis u heures du matin jusqu'à fort avant dans la nuit. Le gouvernement a ordonné télégraphiquement aux autorités provinciales d'interdire toutes manifestations dans les assemblées publiques où l'on parlerait de la situation internationale.M. Burell, ministre de l'intérieur, a déclaré à la sortie du conseil qu'en ce qui concerne les importantes négociations diplomatiques, que l'on espère voir se terminer bientôt, le gouvernement estime que toute manifestation publique relative aux questions internationales pourrait être dangereuse pour les intérêts du pays. En conséquence il a été défendu d'organiser des manifestations au cours d'assemblées quelconques.Le conbeil des ministres s'est occupé également de <'arr"station d'officiers à Barcelone. Parmi les inculpés se trouve le général Alfau, qui sera remplacé par le général Marina, ensuite un lieutenant-colonel, un ; major, deux capitaines et deux lieutenants de la garnison de Barcelone. Le comte del Sorallo serait nomme t commandant de Madrid. L'on croit en outre que plusieurs officiers supérieurs de Barcelone seront démis. i Vienne, 2 juin. — La « Neue Freie Presse s mande 1 que dans les cercles parlementaires polonais on an- - nonce que l'empereur aurait, en son audience d'hier e accepté l'offre de démission du ministre Bobrzynski. Aucune décision n'aurait encore été prise en ce qu s concerne la succession à ce poste de ministre pour lr s Galicie. a x— t Berne, 2 juin. — D'après l'a Avanti », la crue des é -eaux a causé à Milan, dans les rues, aux bâtiment: - publics et privés, des dégâts s'élevant à plu» de dn e ^millions. e La« Gazette Ufficiale » publie un arrêté ordonnan s la saisie de tous les stocks de beurre. Rotterdam, 2 juin. — Suivant le 1 Nieuwe Rotter damsche Courant », le « Manchester Guardian 9 expri nie sa satisfaction de voir que M. Churchill rentre ai cabinet, renforçant ainsi l'élément libéral qui agit in dépendamment. Le correspondant parlementaire des « Daily News mande que Lord Cowdray, chef du département d s l'aviation, aurait l'intention de démissionner. L'oa croit fermement que M. Churchill pourrait lui succé der. Dans les sphères gouvernementales, l'on doute d ce que le Dr Addison quittât te ministère des muni s tions. Lord Devonport restera à la tète de son dépar tement jusqu'à ce que son successeur soit désigné II y aura probablement avant lundi des décisions a I sujet des changements ministériels. Berne, 3 juin. - Le « Morning Post » est extraordi é nairement vexé de ce que Ramsay Macdonald ira à P< „ trograd et dit que le gouvernement qui accorde u ]r passe-port à Macdonald se rend coupable d'une fa.v) A te contre tout sentiment patriotique et cause des don 1. mages incalculables à l'affaire des Alliés. La délégs r_ tion de personnes privées à l'étranger ne pourrait s ?s justifier que lorsqu'il s'agirait d'y aller prouver qu re l'Angleterre est invariablement décidée à poursuivr a la guerre jusqu'à la victoire et que toute idée de pai est désespérée aussi longtemps que l'Allemagne re«t it impunie et n'est pas repentante. le Ratt-irdam, 2 juin. — On mande de Batavia dans 1 prçss-e indo-néerlandaise, via Hong-Kong, s- — La Chine centrale et septentrional^ est menact par la famine. La récolte du riz a souffert énormément de la sécheresse des derniers mois, La population commence à émig'rex en masses nombreuses. Amsterdam, 2 juin. — L'« Algemeen Handelsblad » mande de Londres : Il semble que le Dr Addison quittera le ministère des munitions pour occuper un poste de ministre sans portefeuille au département de la guerre. Lord Cozens-Hardy, actuellement « master of the rolls », a l'intention de se retirer; il serait remplacé par Sir George Cave, actuellement secrétaire d'Etat de l'intérieur. Le président du « Local government Board » démissionnera probablement pour motifs de santé. L'on ne prévoit pas encore qui serait son successcur. Londres, 2 juin. — L'agence Reuter annonce : — Le ministre de l'agriculture a déclaré que, d'après une évaluation superficielle, la Grande-Bretagne aura besoin de 94 millions de livres de pain par jour. Il 11e croit pas que la récolte de 1917-1918 donnera cette quantité, niais si chacun fait son devoir, en économisant 'es denrées alimlentaires, l'Allemagne n'arrivera pas à affamer l'Angleterre, En Russie. Amsterdam, 2 juin. —- D'après une dépêche Reuter, 1e ministre du commerce Konovaloff aurait démissionné par suite de divergences de vues avec M. Sko-béleff, ministre du travail, en ce qui concerne des mesures économiques et financières qui paraissaient nécessaires dans la crise actuelle. Par ia démission du ministre du commerce et de 1 industrie, l'élément bourgeois du cabinet de coali tion du prince Lvoff est encore affaibli sens.blement. Alexandre Ivanovitch Konovaloff est encore jeune, tout comme le ministre de la guerre Kérenski et le ministre des affaires étrangères Tereschtchenko. Avec Jéfranoff il dirige les progressistes qui, avec les cadets, s'appuient principalement sur les gros industriels et sont aussi partisans de la guerre et de l'Entente que ceux-là. Leur organe est l'« Utro Ros--ïi », de Moscou. A la Douma d'Empire, M. Konovaloff, qui est député pour Kostroma, s'est montré brillant orateur. Christiania, 2 juin. — Suivant une dépêche particulière de Londres à l'« Aftonbladet s, le général Ja-cubovitch aurait déclaré au département du ravitaillement russe que tout était prêt pour l'offensive. Une seule chose ferait encore défaut ; ia conscience du devoir chez les soldats, qui quittent le front et qui ont gêné le service d'approvisionnement en vivres et en munitions. Pttrograd, 2 juin. — Le 26 mai, au cours de la séance du conseil des ouvriers et soldatss le ministre démocrate-socialiste Tzérételli a soumis au comité exécutif du conseil, avec l'approbation des autres membres du cabinet, l^s «xtrait» plus importante des traités secrets de l'ancien régime. Il s'agissait principalement des actes des ministères de la justice, de l'intérieur et des affaires étrangères. Parmi les 'derniers extraits «e trouvaient aussi des communications très importantes au sujet du traité d'alliance anglo-franco-russe, au sujet des traités russo-serbo-monté-negrin, anglo-russo-japonais, la convention de Londres de 1914, le traité maritime anglo-russe et le traité russo-roumain. Ces communications ont soulevé le plus gros intérêt. L on croit qu'après avoir pris connaissance de ces traités, le conseil des ouvriers et soldats renoncera à ses exigences de publication. Le révolutionnaire de l'extrême, Tchenkéli, qui remplace actuellement M. Lénine, absent, a déclaré que son groupe ne pouvait admettre que ces traités soient gardés secrets, car ils constitueraient alors une trahison ('es intérêts de la nation. Paris, 2 juin (Havas). — Le gouvernement russe a accepté la démission d-e l'ambassadeur Isvolski et chargé M. Seva^topoul de la direction de l'ambassade. Copenhague, 2 juin, ■— Le « Politiken » mande de Petrograd : — Une réunion de ministres éminents a eu lieu cians le cabinet de M. Rodzianko, au palais de la Douma. La séance a été orageuse. M. Milioukoff a déclaré qu'il n'avait pas donné volontairement sa démission de ministre, mais qu'il avait été obligé de quitter son poste. Finalement fut accepté une résolution qui invite expressément le gouvernement provisoire à observer à l'avenir, comme par le passé, comme principe de la politique extérieure russe, la fidélité absolue vis-à-vis des Alliés, car d'elle dépendraient les intérêts vitaux et l'honneur de la Russie. Stockholm, 2 juin. — Le « Svenska Dagbladet » apprend d'Haparanda : La grande grève s'étend toujours dans la ville finlandaise d'Abo. Revolver au poing, le personnel de la milice oblige tes commerçants et les banques à fermer leurs maisons. Depuis mercredi le conseil municipal est enfermé à l'hôtel de ville. Il ne reste plus d - pain que pour deux jours. La disette de viande s'accentue encore. Le comité des ouvriers des chantiers du district fortifié d'Ato menace d'intervenir par la f«r^-. ce des armes au cas où le calme ne se rétablirait pas. 1 Sur -mer ' Bilbao, 2 juin. — L'équipage du vapeur nervégien « Hiram », coulé le 28 mai, a été débarqué à Bilbao. T.e vapeur transportait du minerai de fer du Portuarat en France. Copenhague, 2 juin. — Le ministère des affaires étrangères annonce que le schooner danois « Thy-• ra », qui se rendait d'Haïti en France, a été coulé dans la mer du Nord. Rotterdam, 2 juin. — Le « Maasbode » signale que - les navires suivants ont été coulés : Le voilier norvégien « Whinlatter », tes trois va-J peurs norvégiens a Hector », ® Norhang » et « Unita », r le vapeur grec « Aristide », les voiliers « Débora s et - « Grudun ». « Ç Copenhague, 2 juin. — Suivant un télégramme de e l'ambassade danoise à Londres, le bateau « Konsul e Nielser^», allant de Buenos-Ayres au Danemark avec: x une cargaison de graines de lia, a été coulé dans l'At-e iantique, Berne, 3 juin. -— Le « Journal de Samt-Gall » écrit a au sujet de la résolution du gouvernem-ent allemand d'accorder un nouveau délai de sortie aux vaisseaux, ie neutres se trouvant ep Angleterre : Ce ne. sont pas le»

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1917.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods