L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations

250 0
01 October 1917
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1917, 01 October. L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations. Seen on 25 June 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/np1wd3qr53/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LA GUERRE Communiqué officiel allemand BERLIN, 3Q septembre. (COïfimuniqué d'hier au soir.) jusqu'à présent, ots ne signale aucun® action de qualque envergure d'aucun de nos fronts d'armée. BERLIN, 39 septembre. — communiqué de ce mid': Théâtre dJ ia giîsrrs à l'Ouest. Par suite du temps couvert, les opérations ont éU moins importantes que las jours précédants auprès tit toutes les armées. En Flandre, îe duel d'artillerie a été viotent sur la côto; il ers a été de même le soir depuis i'Yser ]us' qu'au canal Ypres-Comïnes. sur plusieurs points nous avons rspoussé des attaques de détachements tk reconnaissance anglais. Devant Verdun, à l'oxcepî'on d'une augmentatif passagère du feu de l'artillerie, les opérations son restés® minimes. Nos aviateurs ont encore une fois attaqué los d°ck' et ies entrepôts ci s Londres, ainsi que las villes di Rasvsgaîs, shserness et Margate. Ces incendies on témoigné de l'efficacité de notre bombardement. moi appareils sont tous rentrés 'ndemnes. TSîéâtre de Sa guerre à i'Est. Pas d'opération important® à signaler. ï-"rcnt snasédonien. Canonnades plus violentes cjug d'habitude entre li lac d'iïchrida et la Czerna. * * * Berlin, 29 septembre. .— Officiel : 1. Le 28 septembre, au matin, quelques-ans de 110 torpilleurs, en patrouille devant la côte de Flandre ont rencontré un nombre supérieur de contre-torpil leurs ennemis qu'ils ont pris sous leur feu. Au cour du combat, une forte détonation a été observée sur ui des contre-torpilleurs. Nos bateaux n'ont subi ni dé gâts ni pertes. 2. Nouveaux succès de nos sous-marin dans la Manche et l'Océan Atlantique : 4 vapeurs, vollers et 1 bateau de pêche. Dans le nombre, il y avait Je vapeur armé anglais « Zeca », chargé de 3,300 ton nés de charbon; le vapeur armé français « Saint Jacques », chargé de 4,000 tonnes de charbon; puis !c? voiliers anglais « Ezel », « Laura », « Miss Rose » « Mary O: ■ « Water Lily », « Jane », « Williamson et « Williams », ainsi que le bateau de pêche anglai ~" ÎCtSSt Ci w 3 ». Parmi ies voiliers anglais qui furen coulés, deu\ transportaient de l'argile, les autres d charbon. * * * Dans la nuit du 11 au 12 septembre, des aviateur ennemis ont lancé des bombes sur la ville de Courtn et «es environs; une des bombes est tombée sur un maison et a blessé légèrement le Belge Jean Ds mayere. Communiqué officiel autrichien VIENNE, 30 septembre. (Commisn'qué d hier a soir.) Fronts de l'Est et Albanie. Rien de changé. Front italien. Sur le versant nord du Monte San Cabriele, l'activ f)3 a ccn-idi6raWemer|î augmenté d'intensité. Au aobrtjs d" ChieSi, en judicarie, une attaque itail'enr a été repoussée par nos troupes de couverture. Sur mer. Un dirigeable ennemi ayant, le 18 septembre, atti qué Luisin piceoio, où, du) reste, a ne causa pas moindre dégât, en guise ci3 représailles, une escadrilil lie nos hydropianes est ailée attaquer dans la soiri du 27 sipteiîîtore, ie hangar à dirigeables de Jesj prj d'Ansône. Déjà on septembre 1818, ce hangar et dirigeable qui s'y trouvait avaient été détruits par nî aviateurs; depuis lors, nos adversaires l'avaient rem en état. Cette fois encore le hangar a été atteint. L d'rigeabte qui s'y abritait a fait explosion, en lançai un jet de flammes de 150 mètres de hauteur. L'expli sion a été aperçue par d'autres avions qui se troi va>ent à 20 milles de distance, tous nos appareils soi rentrés indemnes. A la même heure, quelques avior ►ennemis ont attaqué sans aucun succès les environs t Pola et la ville d8 Parenzo. Dans la matinée tju 28 sei tembre, des avions ennemi8, surv»!ant l'Adriat'qi méridionale, ont bombardé, sans résultat, un de n< navires-ambulances portant visiblement les marqui distlnctives obligatoires. — —- ■ - ■ •«■<«»—•—«flaw- Berlin, 29 sep^^nibre. — Officieux : Sur le front de Flandre, la pause d'arrêt a du également le 28 septembre. Pendant la matinée un f< modéré a été dirigé contre nos positions depuis côte jusqu'au bois d'Houthulst. Le feu d'artillerie e nemi ne fut violent que dans le secteur de nos position autour d'Ypres. Durant la matinée les Anglais ne firent même p; d'attaques partielles, mais l'activité des patrouilles des aviateurs fut grande. Au nord et au nord-est d'Ypres nos patrouilles o exécuté avec succès des entreprises dont elles .jamein rent des prisonniers. Vers midi se montrèrent à la côte des forces de coi bat aériennes ennemies qui lancèrent des bombes sa: résultat. A partir de midi seulement, le feu s'acce tua sur le front. A 6 h. 30 du soir il prit uine gran intensité dans la boucle d'Ypres pour se transform ensuite en un feu roulant qui fut suivi d'une attaq partielle dans la région de Zonnebeke. A 7 h. 15 < soir le feu faiblit et fut depuis dirigé contre nos po: tions avec intensité variable. Sur le front de combat principal, dans la régi d'Hanebeke, il nous fut permis d'égaliser l'inflexii de notre ligne avancée qui y subsistait depuis le septembre au soir, et d'avancer encore notre positi< d'une centaine de mètres. En Artois, dans la région de Saint-Quentin, et s le front de l'Aisne l'action de l'artillerie fut violer par moments. Sur la rive orientale de la Meuse le feu 'de l'artillei ennemie s'accentua dès midi et acquit une grande violence sur certains secteurs. Dans la région du bois de Wavrille, près de Beau-mont et à l'est du bois de Chaulnes, des pointes de patrouilles ennemies furent repoussées tandis que nos troupes de choc opérant à l'angle nord-est de Samo-gneux nous ramenaient des prisonniers et des mitrailleuses. _ Dans le Sundgau échoua également une attaque partielle près de Biesel. Parmi les prisonniers faits en cet endroit se trouve un officier. Sur le Sereth inférieur, aunord près de l'embouchure du Putna, près de Caliéni et sur le Danube, à l'ouest de Tulcéa, de forts détachements d'éclaireurs ennemis ont tenté le passage pour pénétrer dans nos positions. Ils ont été repoussés en subissant de fortes pertes. Communiqué officiel français PARIS, 29 septembre (3 heures ^e l'après-mid1). — Grande activité des deux artilleries sur la rive droit1® de la Meuse. Des coups de main ennemis sur nos pas-tes avancés au sud-est de st-Quentin, dans Ja rég'On d'Aiiles, au nord du b°is des Caurières, ont échoué sous nos feux. En Haute Alsace, à l'est tie Seppois, nous avons réussi une incursion dans tes ligna5 enne-' mie5, détruit des abris et ramené du matériel. Rien à signaler sur le reste du front. , Aviation. — Des avions ennemis ont bombardé la ré-, giors de Bar.le-Buc. PARIS, 28 septembre (11 heures du soie). — Aucu-s île action d'infanterie au cours de la journée. La lutte d'artillerie a pris une assez grande intensité sur le front de l'Aisne, notamment dans les secteurs du Panthéon et d'Hurteb;se. Sur la rive droite de ia rvteuSe, le bombardement continue violent de part et , d'autre dans ia région au nord du bois de .Chaume, journée calme partout ailleurs. Dan^ la journée du 27 septembre, deux avions ennemis ont été abattus par nos pilotes. Nos escadrilles ont bombardé dans la nuit du< 27 au 28 septembre, 3 les terrains d'aviation de staden, Rouit-rS, corternarck ' et les cantonnements de la région. 1 Communique officies angiafs LONDRES, 28 septembre. Notre canonnade, nos 5 fusillades et le feu de nos m'trailïeuses ont enrayé une nOyveiie contre-attaque dirigée par l'ennemi contre ^ no3 positions étabilles près de ZOnnebeke. Au sud de . Tower Hamiet et au sud du b°Ss d» Veldhoek, nous , avons nettoyé quelques points d'appui situés près de nos nouvelles positions et dans lesquels des détache-» msnts ennemis tenaient encore. La nuit derrière, nous av°ns exécuté un heureux e<mp de niRIn au suù-ouîst ue Shérisy; nous avons tué LI et fait prisonniers quelques soldats allemands sans s;:btr nous-mêmes de pertes. Les batteries ennemies ont été actives la nuit au sud s de Lens. Le feu de l'artillerie a été intense de part et 1 d'autre sur tout îe front de bataisle. LONDRES, 28 septembre, — Ce soir, des av!on3 ennemis ont attaqué la côte sud-est de l'Angleterre, wous recevons des rapports de d'vers endr°its situés le long de la côte de Suffaik, d'Eseex et de Kent. La plupart des avions n'Ont pas osé s'aventurer prCfon-lt dément dans notre pays. Quelques-uns d'entre eux se sont dirigés vers Londres; mais n'ont pas réussi à atteindre !a cap'tale. On signale qu'à Suffoik, à Essex et à Kent, des b°mbes ont été Ianaée3, Les rsnseigne-. ments au Eujet des dégâts et des vistimes font encore défaut juqu'à présent. x Communiqué officiel italien ROME, 28 septembre. — La nuit du 27 septembre, i- dans la vallée jje Cam«nica et en Judicarie, des déta-e chemer.î3 ennemis se sont avancés contre les faibles e avant-postes de notre ligne ia plus avancée; de vi°-e ients combats locaux se sont engagés, nous avons is réussi à forcer l'ennemi à se retirer, après l'avoir ex-e puisé de deux postes avancés où 'I avait pénétré dès le ps début de s°n action. is Dans !e secteur de Tonale, le feu de notre artillerie e a été extrêmement violent. Aux ouragans de fer lancés lt efficacement par nos batteries contre sss positions, l'ennemi a répondu en dirigeant un violent feu e°ncen-'- trique de grenades incendiaires sur les ma'sons de 't Ponte di Legno. |S Nos aviateurs, continuant hier à chercher à couper le le trafic sur les v°ies ferrées ennemies dan la vallée >• de Bazia, ©nt gravement endommagé les installations 16 du chemin de fer ^e Podbertia. La nuit dernière, mal-ls gré l'épais brouillard, une de nos nombreuses esca-îS t'riiles de lanceurs de bombes a survolé le port f°rtifié de Poia et a lancé efficacement trois tonnes de puissants explosifs sur U'arsenal et sur ïa base de sous-marirss de Scoglio Olive. Le soir, des av'ons ennemis ont Survolé l'ISonzo supérieur et ont b°mbardé plu- ré sieurs centres habités; ni dégâts ni victimes. :u la Communiqué officiel russe vs PETROGRAQ, 28 septembre. — Sur les fronts du nord-ouest, du sud-ouest et roumain, fus'ilades et ^ combats d'éciaireurs. Oan3 la Baltique, ^ ia côte au sud do l'île d'ûesel, nt une canonnière de l'escadre Ochotski a été c°uiée par è- une mine ou par un sous-marin. Le soir, la mer a rejeté à 1a côts une chaloupe por-n- tant oîize matelots dont quatre étaient blessés. is le % Dépêches diverses lu ' ' ~~ — ii- Amsterdam, 29 septembre. — Oin annonce que le « Times » mande de Buenos-Ayres : )n — Le gouvernement a l'intention d'instaurer par )n décret un tribunal d'arbitrage pour la grève des che-27 minots, au cas où les ouvriers n'abandonneraient pas }n volontairement la décision à un tribunal d'arbitrage et ne voudraient pas reprendre immédiatement le travail, ur Les compagnies de chemin de fer vont être invitées te à laisser circuler les trains pour le personnel militaire et de la marine. En cas de besoin, l'état de siège "ie sera déclaré. Copenhague, 29 septembre. — Les élections pour le Landtag finlandais ont été projetées pour le ior octobre. Les socialistes n'ont pas encore reconnu la dissolution de l'ancien Landtag et veulent absolument réunir cette assemblée. La situation en Finlande est très tendue. S $ Berlin, 2g septembre. — Sulvant'la «Knegszeitung», l'« Humanité » signale la première attaque des socialistes contre le ministère Paimevé. Ils exigent du gouvernement des renseignements au sujet des déclarations de M. Ribot que le goivernement russe aurait protesté contre la publication des traités secrets de l'Eintente et serait cause de K ur non publication. Les socialistes sont en possession d'une déclaration de Pe-trograd d'après laquelle, depuis le renversement du Tsar, la Russie n'aurait jamais fait une demande semblable^à la France, mais dernièrement encore sollicitait la publication des documents secrets. L'interpellation ^les socialistes est signée par 212 députés. Berlin, 2g septembre. — La « Kriegszeitung » apprend qu'on mande de Rome que mercredi soir se sont produites à Naples des manifestations suivies de troubles qui duraient encore jeudi soir. L'on n'a pas encore publié d'autres détails. Le ministre des affaires étrangères est parti pour Naples dans la nuit de jeudi à vendredi. Rotterdam, 29 septembre. — D'après le « Rotter-damsche Courant», le public.ste Dillon écrit dans le « Fornightey Review » un article très pessimiste au sujet de la situation générale dans lequel il se demande notamment si une victoire vaudrait bien les sacrifices que l'Entente doit faire dans ce but. En ce qui concerne l'Alsace-Lorraine, Dillon écrit que l'on ne peut tenir aucun compte de la population de ces deux provinces. Au cas où on lui en laisserait le choix, elle nie se déclart "ait nullement en faveur d'un retour à la France et l'on ne pourrait espérer non plus qu'une Allemagne démocratisée rendrait l'Alsace-Lorraine à la France. Et la reprise des deux pro vinces par La force sera une t^che aussi difficile qu'un démembrement des deux puissances centrales. L'on vient à se demander si les frais exigés laisseraient encore quelque bénéfice. Londres, 29 septembre. — Reuter annonce que le roi a signé aujourd'hui au1 cours du Privy Council, une ordonnance interdisant l'exportation de certains articles vers la Hollande et la Scandinavie. Helsingfors, 29 septembre. — Suivant une communication officielle, le gouverr eur général a décidé aujourd'hui d'ouvrir une action judiciaire contre le président et les membres du L'aadtag qui, par force, ont pénétré au Landtag dissous, et y ont tenu une assemblée.i_ Petrograd, 29 septembre. -P L'agence télégraphique de Petrograd mande d'HelsicVfors : Après que k préside»®. «L SaîcvS les "scellés de* portes de la salle de réunion au Landtag, 80 député; socialistes ont tenu une assemblée qui dura 1 1/2 heu re, au cour,= de laquelle furent adoptés les projets de loi concernant la journée de travail de huit heures, l'é galité civique des Juifs, l'exécution de la souveraineté de l'Etat par le Landtag et la responsabilité du Séna vis-à-vis du Landtag. Le centre et la droite n'ont pa: participé à cette séance. Copenhague, 29 septembre. — On mande au « Ber lingske Tidende », que les brasseries suédoises seron probablement obligées de cesser leur exploitatioi avant le Nouvel An par suite du manque d'orge, at tendu que la pénurie des céréales pour la panificatioi ne permet pas au comité pour la répartition des céréa les d'en fournir aux brasseries. Vienne, 29 septembre. — Le 6oir, des avions italien; ont entrepris des attaques contre Parango et Pola. I n'y a pas eu de dégâts militaires. De nombreuses bom bes tombèrent dans la mer. L'attaque était plus faibli que ies précédentes. Simultanément une de nos esca driiles d'avions attaqua le hangar à ballons de Jessi près d'Ancône; il fut atteint en plein et détruit. Ut dirigeable se trouvant dans le hangar fit explosion e une grande flamme incendiaire a pu être observée. Sur mer • Stockholm, 29 septembre. — La « No voie Vrémia annonce que des bateaux de patrouille allemands on tenté de pénétrer dans le golfe de Finlande. Ils on rencontré des sous-maries anglais et russes et il ei résulta un combat violent mais de courte durée. Il pa raîtrait que les sous-marins russes et anglais furen obligés de fuir à la hâte et qu'ils auraient subi de avaries. Le même journal annonce que l'activité de éclaireurs allemands dan-s la Baltique est extraordi na:re. Les Allemands, prétend-on, chercheraient à blo quer le golfe de Finlande afin d'empêcher tous mou vements de la flotte russe de la Baltique. Copenhague, 29 septembre. — Le « Berlingskr T: dende » mande de Stockholm — Le vapeur suédois « Bengvick » allant de Rottei dam à Goeteborg avec 2,000 tonnes de houille dest: nées aux chemins de fer de l'Etat suédois a été captr ré par les Anglais dans la mer du Nord, Carnet d'un curieux Passant, l'autre jour, dans une des rues lt plus fréquentées de l'agglomération bruxelloist je m'arrêtai devant l'étalage d'un de ces hov quimHes de guerre) qui mettent en grands et raetères sur leur vitrine : Lièvres d'occasion. Ayant vu urne pièce théâtrale> je pénétrai dan le magasin et je dematidai à la patronne d Vétablissement de vouloir bien m» donner lt l rre que je désirais acheter. — Combien, madamq? — Cinq francs! — Vous dites ? — Cinq francs ; monHewr! — Mais, madame, ok livre coûtait un fran avant la guerre; je ne \m'explique nullement i raison pour laquelle vôfus demandez cinq fois s valeur pour -uH volume sali et déchiré! — Mais, monsieur, les pommes die terre coi taient huit centimes (Avant la guerre et ma'nt, nant combien donc? — Ce n'est pas un livre. — Et le savon? — Cela n'a aucun rarpport. — Mais parfaitement. 1/ous ne voudrez tout de ttiême pas, puisque tout le monde augmente ses prix, que nous autres, qui soignons pour la j nourriture intellectuelle, nous fassions autre- j m'int. Si vous désirez acheter ce livre, payez cinq francs ; si c' est trop cher, laHsez-le, je suis certaine de le vendre. -—E h, bi&n, madame, je ne vous félicite pas! ■— Si vous croyez, mon bon monsieur,que c'^st avec vos félicitations que je peux payer le beurre, les œufs, le lait, la viande, le café, la chicorée. Et puis, en voilà assez, je n'ai pas de comptes à vous rendre. Si vous n'avez pas d'argent, eh bien alors, vous n'avez pas besoin de vous monter une bibliothèque! G. RED. Petite Chronique LE PAIN EN HOLLANDE Nous avons dit il y a quelques semaines que la ration de pain en Hollainde n'est plus que de 225 grammes, la carte hebdomadaire de 2,800 grammes devant servir pour onze jours. Afin d'engager tout le monde à l'économie de pain, le bureau de distribution avait supprimé la délivrai-san de pain par les hôteliers et restaurateurs à leurs clients quand ceux-ci prennent des repas chauds. De l'ordre donné les clients déduisaient qu'il leur était loisible d'apporter leur propre pain quand ils iraient manger dehors. Or, le bureau des communiqués de la loi de distribution vient d'avertir les hôteliers et restaurateurs que non seulement ils ne peuvent servir de pain avec les plats mais ils ne doivent même pas tolérer que dans leur établissement les clients apportent le pain pour l'ajouter aux plats servis. Les plats commandés doivent être mangés tels que, sinon les mesures d'économie de pain manquent leur but ! D'autre part, les ménagères sont invitées à faire à domicile des repas chauds qui permettent de se passer autant que possible du pain. Il est vrai qu'en Hollande les ménagères ont encore la ressource des pommes de terre et de la viande à bon marché. En effet, un correspondant hollandais nous écrit qu'il vient de faire sa provision d'hiver »n Chromqy© bryxeîloîse POUR LES PETSfS PROPRIETAIRES A la dernière séance du conseil communal de Koe-: keiberg, M. Sergyseis, conseiller de la droite, a attiré . l'attention de ses collègues sur la situation pénible ; dans laquelle'se débattent les petits propriétaires dont les maisons ne rapportent quasi rien, et qui se trou-i vent obligés néanmoins d'y faire effectuer des réparations sous menace de les voir se délabrer complète-® ment. Il fit également ressortir la situation particulière-: ment difficile des pauvres locataires habitant ces im-1 ■ meubles. L'hiver prochain la plupart de ces malheureux logés ! d'une façon peu confortable s« trouveront probable-. ment sans charbon; ils ne pourront se protéger efficacement contre le intempéries. M. Serg5'sels a émis le vœu de voir la commune fai-; re des avances d'argent aux petits propriétaires dans 1 le besoin dont la ou les maisons ne rapportent plus . rien, pour leur permettre de restaurer celles-ci comme . ii convient. CeStie avance constituerait un prêt remboursable après ia guerre et dont la garantie serait constituée ! par les immeubles mêmes. t L'assemblée n'ayant pas étudié suffisamment la question, a décidé de la renvoyer devant une section spéciale. A L'HOTEL COMMUNAL DE SCHAARBEEK 1 Les deux groupes dont l'acquisition a été décidée i en dernière séance du Conseil sont destinés à l'orne-t mentation de la salle des mariages et représenteront 1 l'un la commune unissant les époux, l'autre la famille - présentent son enfant à la commune. Ces deux groupes t symboliques, qui formeront pendant, sont d'un grand s effet décoratif et sculptés dan.s une note artistique 5 sobre, mais .élégante et d'un grand effet. VENTE DE POMMES DE TERRE La troisième distribution a commencé aujourd'hui lundi, à Saint-Gilles, pour les n. 1 à 3500; demain on servira les n. 3501 à 7000; mercredi les n. 7001 à 10500; jeudi les n. 10501 à 14000; vendredi, les m. 14001 à 17000;' samedi les n. 17501 à fin. Rpîaoïnnement 1,330 grammes. Prix : fr. 0.35. LJPpremière distribution comportait 600 grammes pour une semaine, la seconde 760 grammes. La troisième vaut, à elle seule, autant que les deux premières, B équivalant à la ration de 190 grammes par jour, qui nous a' été promise. Espérons que cette ration sera régulièrement servie. # >}: * Pou. s"J|p;éer à la ration de pommes de terre, on débite à Sai.nt-Gilles des rutabagas jaunes, d'exceilen-> te qualité, à 45 centimes le kilo et dont le prix sera ;- prochainement abaissé à 40 centimes, assure-t-on, grâ-[. ce à un achat de 40.000 kilos, effectué par le Comité local. ^ — — •- Tribune des réclamations La soupe à Saint-Gilles. Plusieurs de nos lecteurs se plaignent de la soupe débitée à Saint-Gilles, qui est peu consistante et de vient souvent aigre, pour peu qu'on la conserve. La soupe fabriquée à la cantine d,e l'avenue Paul de 6 Jaer pour environ 18,000 personnes, contient des principes nutritifs- en quantité suffisante. Elle paraît «clai a re» parce que le Comité National a limité, dans une a mesure trop radicale, les pâtes qu féculents qui entrent dans sa composition et elle devient facilemen' aigre, notamment à cause des choux, imposés égale ment par le Comité National, qui y sont incorporés. La fabrication de la soupe saint-gilloise est l'obje de soins minutieux et éclairés, mais il n'est pas pos sible de garantir toujours la cuisson, l'appropriation, parfaite de la quantité considérable de légumes nécessaires à une consommation si importante. Un de nos amis, qui a goûté la soupe nouvellement apprêtée, l'a trouvée bonne mais il a constaté que la plus grande partie des légumes employés restaient au fond de l'assiette. Une ménagère qui emploie journellement une dizaine de 'rations de soupe, a trouvé le moyen d'approprier cette soupe en la rendait plus « liante », par conséquent plus a'; iante : aussitôt rentrée chez elle, elle Temet sa soupe au feu, après l'avoir malaxée et passée à travers ti|ie écumoire. Il est néanmoins souhaitable que le Comité National se montre moins chiche de féculents, de façon à permettre une amélioration réclamée par tous. Arrêtés et Avis allemands AV3S. — Dispositions réglementaires de l'arrêté cju 31 Juillet i9173 concernant la saisie et la livraison obli-gatoira cîas objets d'installation en cuivre, laiton et bronze. Article premier. — Obligation de livrer. — En vertu de l'article 3 de l'arrêté H. G. A. 22928 pris à la date du 31 juillet 1917, par Son Excellence M. le Gouverneur général en vue d'étendre la saisie et la livraison obligatoire des objets d'installation en cuivre, laiton et bronze se trouvant dans les ménages ainsi qu'à l'intérieur ou à l'extérieur des bâtiments et conformément à l'article 5, 30 et 4e alinéas, de l'arrêté H. G. A. 24895 du 31 juillet 1917, tous les intéressés (voir § 7 de l'arrêté C. C. IV A. 23418 du 13 décembre 1916) sont mis en demeure de livrer les objets rentrant dans les catégories visées par l'article 2 du présent arrêté. Art. 2. — Catégories d'Objets à livrer. (Les chiffres indiqués entre parenthèses à la fin de chaque catégorie sont les numéros d'ordre de l'arrêté H. G. A. 22928 du 31 juillet 1917.) 1. P!aques destinées à protéger les planchers devant les cheminées (garde-cendres); encadrements de cheminées ; porte-pelles (porte-pincettes) avec leurs accessoires ; portes de cheminées, de»poêles, de fourneaux de cuisi- » ne et de foyers; (I) 2. Portemanteaux; étagères, casiers, etc., pour vêtements, chapeaux, cannes, etc.; porte-pa- ra pluies; (3) 3. Patères (crochets) de portemanteau; (4) 4. Patères (rosaces, etc.), embrasses et porte-embrasse ^)our rideaux, poignées (clochetons, etc.) pour cordons de rideaux; (5) S- Tringles (baguettes) et anneaux (boucles) pour rideaux, draperies et portières; (6) 6. Ornements (clous, boutons, têtes de lances, pommes, "fleurops, etc.) démontables (vissés, fichés, chevillés) des grilles, des rampes d'es:-calier, des patères en fer ou en bois pour portemanteaux, des portemanteaux, des étagères, casiers, etc., pour vêtements, chapeaux, cannes, etc., des garnitures de portemanteaux, des porte-parapluies et des lits; ' (/)' 7. Plaques protectrices, y compris les équerres fixées sur les escaliers, par exemple les équer- ffes servant à maintenir le linoléum; plaques • protectrises placées sur le dessous des portes de toute sorte, des comptoirs ainsi que des colonnes, pilastres et piliers; (9) 8. Bouilloires (bassinoires) à eau chaude; (,10) 9. Pompes à eau (et leurs tuyauteries) inutilisées et se trouvant dans les maisons; (11) 10. Chandeliers de piano et poignées de piano; (12) ■ 11. Appareils d'éclairage non fixés (y compris les chandeliers et les lampes portatives de table). Ne doivent pas être livrées, les lampes à huile, pétrole, essence, etc., là où on ne dispose pas du gaz ou de l'électricité; (13) 12. Revêtements des corps de chauffe (des appareils de chauffage) ; (14) 13. Rampes et poignées de baignoires; (15) 14. Douches de baignoires et de baiins; (16) 15. Appareils d'éclairage fixés à demeure et soit non reliés aux conduites, soit inutilisés; (18I 16. Marques (jetons) de contrôle d'usine; jetons de vestiaire et autres; (19) 17. Objets d'ornementation; (20) 18. Tous les objets des classes 50 à 64 de l'arrêté H. G. A. 24895 du 31 juillet 1917 qui se trouvent dans les exploitations commerciales ou industrielles ainsi que dans les bâtiments et jardins publics et dont la déclaration n'était pas exigée Un vertu de l'article 4, 4e alinéa, d'.idii arrêté), leui poids ne dépassant pas 20 kilogrammes par classe; 19. Rampes d'escalier; (2) 20. Barres d'appui et grilles des fenêtres et portes de toute sorte, y compris des portes • tournantes et battantes, des portes d'ascenseurs, etc.; (8) 21. Piliers, pilastres et revêtements de panneaux des façades; (27) 22. Tringles de supports, tambours (avec coffres), etc., des stores (marquises); (23) 23. Balustres et main courante des rampes et des balustrades de balcon; . (17) 24. Clapets et grilles de ventilation; poignées et tringles commandant les clapets, les coulisses, etc., de ventilation; (22) 25. Poignées, espagnolettes, crémones, menottes, clinches, boutons, etc., et garnitures des portes et fenêtres; poignées de sonnette; (21) 26. Tuyaux et conduites (y compris les raccords) des installations sanitaires et chalets de nécessité; (24) 27. Paratonnerres, y compris les parties placées sous terfre; (25) 28. Dômes d'édifices, toitures, gouttières, conduites de décharge et balustrades. (26) Art. 3. — Dispositions concernant la livra'sori. — La livraison des objets des -catégories 1 à 18 d'e l'art.-2 doit se faire par communes et par quartiers conformément aux instructions données ci-dessous. Dans les localités où les intéressés recevront un avis spécial les invitant à livrer, le fait de n'avoir pas reçu un tel avis n'exempterait pas de l'obligation de livrer. Dans ce cas, bien au contraire, on serait temti de li-\ :er en même temps que les habitants des maisons voisines. Les dépôts de livraison seront ouverts tous les jours (excepté le dimanche) de 9 heures du matin à 4 heures du .soir. Les personnes tenues de livrer devront faire opérer à leurs frais le transport aux dépôts de livraison et le démontage des objets fixés ou encastrés dans la maçonnerie. La livraison pourra se faire par l'intermédiaire d'un mandataire. Le paiement des objets aura lieu au moment même de la livraison et entre les mains du porteur, d'après le poids constaté au dépôt de livraison et aux prix fixés à l'article 4 de l'arrêté H. G. A. 22928 du. 31 juil- LUNDI Ie1 OCTOBRE 1917 10 CENTIMES LE NUMERO 4e ANNEE. — N. 268.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title L'écho de la presse internationale: journal belge quotidien d'informations belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1917.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods