La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

491 0
18 February 1916
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1916, 18 February. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Seen on 26 June 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/cv4bn9zh5g/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Vendredi 18 Février 1916 JOURNAL QUOTIDIEN. — Z»e Numéro t 1CX Centimes 2m' Année. — N* 457 LA BELGIQUE PRIX DES ABONNEMENTS m r^ois fmars-i <v o o ADMINISTRATION ET REDACTION r Petites annonces la ligne, fr. O.-iO * 1- * " 9.i, RfontcigTie-aux-J&erhes-F'ot&g'ères,, "Ftn.TnnxT.r.fsfj _ I Réclame avant les annonces . — 1 oo Le» demandes citibonne-neit sont reçuos BUREAUX • DE 9 à 17 HEURES PRIX DES ANNONCES < Corps du journal .... — 4.00 exclusivement ' f Faits divers — 8.00 «ux eulchcta des bureaux de poste. JoSi MORESSÉE, DiRECTEUH * Nécrologie . - i - 2.00 dams les balkans Bornes, 16 février : M. AitioCtd, ministre d'Italie à Durazzo, est ronfiré à Rome et s'eaft longuement entretenu avec M. Soiuuino. Bucarest, 16 février : a Le miaisfcrâ roumain de la guerre a dé-cnété la saiane do tant le gros béuil. Bucarest, 15 février : On- mande de Tunscha au journal „Mi-nerva" qur'à la séance des sempivoa de la | Bessarabie qui vient d'avoir lieu, on s'est occupé de la défense du pays. On a déli-k béiù également, à la demande du gouverne-^meat, sur le point de savoir si la Btsso-| rabia dloit être cédée à la Roumaine. Let> . seinptvoé oui répondu négativement à oette | question. Athènes, 15 février : Les journaux annoncent que le préfet grec (te Morina négocie avec le préfet- bulgare do Monastor en vue de rétablir lee ooxuïn iitfiioations par ohemiu de feu? entre Florina et Monascir. Athènes, 16 février : Le ministre de la guerre a avisé télégra-pkiquemeut les chefs de corps d armée qu'il es autorise à accorder un congé do quarante-cinq jours à tous les. territoriaux do ia classe de 1892. Athènes, 16 février : M. IiaklamaoK», ancien chargé d'affaires à Pétrograd, a été nommé ministre da «Grèce à Parie. Berne, 15 février : L'Agence télégraphiques suisse apprend! de Marseille que la Skoupchina serbe se réunira, au début du mois de mars, à l'Opéra àe Nice. Athènes, 16 février : M. bkuludis a déclaré à la Chambre que le* Alliés donneront aux habitants de Salo-nique toutes les . faciiitée pour se rendre un village à l'autre et pour pouvoir vaquer à leurs affaires. Il a exprime ensuite son espoir de pouvoir annoncer bient.tl que les Alliés autoriseront de nouveau ie ravitaillement de la Macédoine comme précé-demment.B uoaresfi, 16 février : M. Pierre Carp, retour do 6oix voyage en Autricire-Hongrie, vient d'être repli par lc - > coi de» Roumanie. L'audience a duré p-lu-^ lieurs heure». Athènes, 16 février : Le roi de Grèce a reçu en audience tous iets officiers et membres de la mission italienne, qui s est occupée de la réorganisation de ia gendarmerie. Ils s'embarqueront immédiatement pour l'Italie. Pérrograd, 16 février : L*i „i\ovcrie Vreinia.' ' apprend de source diplomatique que les deux pivsidonts- du ; Oonsâl, iaiM. Bratianu et lUdosla-vufr, ont Sconféro il v a quelques jours, en territoire S bulgare, pour régler eux-mêmes une s^rie f de questions d'intérêt immaiiut. Pendant cet échange de vues se serait produit un rapprochement évident cutfre les gouvernements roumain et bulgare, ce qui aurait provoqué de la méfiance chez led puissances de 1 Entente vis-à-vis de la Roumanie. Vienne, 17 février : La „ Correspondaj:ize Rundschau" annonça que M. Jestetzk, membre de la Douma, a fait- savoir à un journal publié eni Bessarabie qu'à Pétrograd on lui avait assuré, de source autorisée, que la Russ4e ne son-goaifc pas Iq moi,,s du monde a faire des concessions de territoire à la Roumanie. Athènes, 17 février : Les journaux annoncent que, suivant un accord intervenu entre la Grèce et îei Allies, ceux-ci paieront, après la fin de la campagne, des indfâmiites: pour les p^Ls fr s Par les comaier^nts et les particules gveus par suite du bombardement de BWonjique. Le gouvernement grec dressera la liste des dégâts. Berlin, 17 février : La „Norddeutsche Allgomeine Zeit-ung" écrit cq qui suit : dtt «""«àUer Michaelielles, ÙAUc^e à Sofia, que telui-ci prenne du repos. vnlf S® dil>1<,ma,''iue de Sofia ne pou- ObfriWf Vae;U1î eu 06 mon"K*', lo comte Obeidoitff, ministre d'Allemagne à SCliris- en BuJ- Le colonel Flouse Le colonel House, l'homme de confiance du pa-^rfent Wilson, s'est ûit iniei-viewer à Londres, apn» si visite à l'aris, Geueie Baie et Berlm. Voici les termes dans lesl quels 1® „ Daily Telegraph» relate dé-oiara&ons : — Comment eroyez-.vous, mon colonel, que finira la guerre ? — Je n'eu ai rien entendu dire: ie n'v pense pas. ' -1 ' —- A votre i«tour, vous aurez sans doute a taire votre rapport au Sénat 1 ~ Je no sais pas ce que je ferai. Il se F6 que je n aie rien à communiquer. 1. „'.ie,<U,on?6 au ^ du bat do sa visite, le colonel fit observer que co but était <xm.hu 1115 P18 répéter ce qui avait OCja eW publie a ce sujet. prîii2 ! V6z"vous Tu Ie Kaiser ou 1e kron- ~ ^ ï'Ja's pa» cette fois-ci. J0 no suis rasce que quatre jours à >Beran. N'avez-vous recueilli aucune imiïres-«°n mi sujet do la durée de la guerre Î! Pas la moindre. Pouvez-voua considérer votre vovaoe oomuie uu sucoiVs 1 -—Mais, répondit le colonel tout pemsif, nia do 00 que l'on entend pai- le mot uojee. jQ ^ oopamiant assez, satisfait... ■Ji6 ^ui me oouoerne." .' voilà un Américain qui s'y en-œ<*i^jQia>0 538 ^ à M P"8 80 oomçro. SUR MER Stockholm, 17 février : Le ministre d'Allemagne a fait hier, au ministère des a£faires étrangères, la communication suivante : — Très prochainement, on pL'icera en mer des obstacles et des niines, en dehors des eaux t^-ritoriaJes shédoisos. Dès que des infoi-mations plus précise»! arriveront, les instructions nécessadatet» seront données à la havigation. ItëFtCHESJJiVEKSES Paris, 15 février. : Le ,,Temps'; publie une lcfttre du front, qui dcorii um moyen innové par les soldat» français en vue dp se protjéger coniire les gaz asphyxiai. A proximité des tranofeéaî sonb diâjpos&s des pameas rempas de pailie ou de detri-(jus iiîfiamm«,j»ies. Dès qu'un, nuages de gaa asphyxiant aia»or>o<S, on. inonde ces matière de pétr«io et on y met le fea. L'épais nuage de' ftsaéa q;ni se d%age ituwtsitjt soulève ia couche d'ttir empoisonnée, q^i passa au dessus des tranchées sans en incotnmo-(iar les oceiîjjfcates. Les sokki» français no se servent pas volonâbesrs da masque protecteur coiitre ie* gaz asphyxiante, qu'il leur esta assse. dsïi- 0-ile de mafere ^ant) donné qu'il ■Ma compose de deux parties séparées, aî&v ohées avec des liens ; ils réclanieuit un masque d'une s-xÙ3 pièce, que l'on pourrait fixer en un mouvement. « # * Hcmei, 15 février : Se basant sur des- renseignements paria à source autorisée, la „Trrbuna" dtemmt la nouvelle publiée par l'„Idea Nazâon&le" disant qae M. SaLndra se resuira en mars prochain à Paris, pour répondre à lat visite de) AI. Briand. ^ • Londres, 15 février : On mande do ^Vashington au ,rMorndng Post" que M. Wilson est) rentré hier soir à la Maissn Blanche. Il etxisoet des motiis de croire que le gouvernement adoptera le point de vue allemand et qu'il ne d'-ï«u&ra pas sealement aux navires marchands ar-més de quitear les porrsa américains, miws 1-efuisera rn&me de délivrer des iKu^sf^wrts aux Américains qui désireraient voyager à hord. de pareils bâtiments. C'eîAe nouvelle n'est touuc#ois pas confirmée d'autre part. Borne, 15 février : T^e ÎVJournai Officiel-" publie nu décret mettant sous s&ftiwstre tous1 les bienfe que des sujets titres porssèdent en Italie. Tokio, 16 février : La crise qai existe etntre le Parlement et le m-mist^r» condnue. A peine (Le conflit ^vcc la première; Chambre, au sujet de 1 'a/uarti'ss^nient de la dette^ etst-ii aplani, grâoe aux conceaûons faites par le gouvernement, que oeiai-ci e-^t de nouveau on désaccord avec la deuxième Chambre au sujet de la lïnrifr*$ion par la Ru^si" des pêchetrirjj .japonaises dons les eaux d'Exfcrêkne» Orient, ainsi qu^à propos de l'augmentation des droits d'entrée frappant en Russie les produits japcvia.is. La deuxième Chambre do-manda au Cabinet de prendre des mesures de représailles. ♦ * * Tokio, 16 février : La, société japonaise qui existe en! Chine a prié le gouvernement japonais de profiter de la guerre européenne ^x>ur intervenii-énergiq^esnent en Chine. Elle eist d'avis qu'en agissant ainsi, le Japon, pourrait s'assurer à tout jamais la prodominancei en Extrome-Orient. # ♦ Pétrograd, 15 février : I>e Conseil des ministres russes a décidé d'affecter 1 million et demi do roubles à l'achat de froment pour la Jttidande. « Londres, 15 février : La Grahaim Whifce Association Companv dément l'information d'après laciuelle 1 aviateur Graharn White aurait été grièvement blessé. L'aviateur est en bonne sauté à Londres et s'occupe activement cûo L'exécution des commandes passées par le gouvernement.» Berne, 13 février : Pendant le mois de Janvier, l'administra-tîion des postes suisse a expédié aux prisonniers de guerre urne moyenne quotiJieniiie d*3 282,310 lettres1 et cartes, dsj 16,237 petits paquets non enregistrés jusqu'à 35^) grammes et de 73,921 paquets recommandc'si jus-qu ;i 5 kilogrammes. Elle a re;u et réexpédié &,G5S mandats-poste pour un montant de 112,246 francs. Comparativement au mois de décembre 1915, ht moyenne des lettres et cartcw a augmenté pendant le mois écoule de plus de 30,000 par jour. ^ * Copanhagno, 16 février : L« papier-monnaie du Danemark étant tombé à un cours plus bas que celui' de la ouede, de.? difficulté ont surgi pour les dé-entre les cli-nniiw; de fer d'Etat des " pays- La. Suade cuige le p^ioimaitl en or, mais le Danemark fait observer que ce mode de paiement n'<5T mfimo pas usité ^ la f * m I.Ttxem4>l'jxg, 15 février : La droite ayant décidé do no pas assister à la séance de la Chambre d'aujourd'hui où devait être discutée la situation politique, le Parlement n'était pas on nombre- Il a dù s'ajourner à vendredi. « * Berne, 15 février : Les recettes douanières de la 'Pédératdon suisse se avait élevées en 1915 à 54 .<So3 000 ' francs, soin 5,853,000 francs de moins que la total des prévisions de l'avant-projeé budgétaire ab 10,276,000 francs de moins que le total d'os recettes do l'oxetrcice 1914. Loudres, 15 février : La population^ «Je Londres a été avièéa hier sotr que ce soir, entre 6 et 7 heures. a«ra lien au dmsus do la ville un #&, 3'<C. sai, ne présaotant aucun danger, de d«i»i nouveaux ea»eiie de d&e&pe eoirire lea a*"i pelins. * • * Berlin, 15 février : En Tiiuringe», eévi»as^n* de violentes ten p<?tas de neige, comme aussi dans lh régio de Cas»sl, où les trains ont suhi des r< tards. Sur le Bas-Ivhia, dans la régian. d IXiascldporf, la. neige toml$ «a abandnna ■Çmfiu, à Dresde un formidabi-a orage a» e lieu la nuit et a eaus^' d'importants dégâèf • * « Lug«ao, 15 février : Les lignes de tramways à valeur de Be)r game-Sarnico et de Bergame-Lovcre, trè imporfiatites au point^ de vue éoonomiqu€ ont cçMmâ leaw ctxploitsUÂou faui» de oharboi ^ ^ Kome, 15 février : Ce matin, vers 4 heures*, fiea avilccvs cm nemis cmt survolé Rimini et ont qne^ ques bombes. Efficaoesmeait canonn«s pa i'artillerie de défense, il» se éloigné dans la direction du nord-est-. Les diégftt sont mimmea et il n'y a qua qpelauefi ti vils bks«és. • » » Madrid, 15 février : Au cours d'ufio conférence préeûiée pa k» o»nte Romaaoî>e«, pré^àsnt du Contes c-es ministres, M. Goacalàs H«:itoria, anc-iw ^wrwairc dTEfet des affaires ètoxxçc ree, a f.iit ueio d^dtrakCkna csri«i#6 a» csufi de la poîùe^qiîfi} <y^pa^»oiîi. ,.rl ewt ioâkspé&sv. oie poor l'E^»a^ne, a-t-U cMt^ d'oecu^-efr m. la o6tg africi-.Êie, en t&ce des dle« C«a<arèes Beu^ _ territoire <Ju glofco qmi tsoih «:oor< sans Dfc9,Jipe. Elte (S»i| occuper /fflVmwi lini, au swd c^u Kftr©«, et Téu^^ dans teirritoire» aïricsssa« ©«'«lie pour empêcher <v*ie ville da pft «v- cn^r-lefi nKUAK d'une noire nation, au d&Ai cecr tain des mbévète piw&sAnc#* m^ferT«a néennm. Le cornas ^juanoara et un cetr tom nombre do notabiiité& q^ii u© torouvaieei (fans l'auditoire ont félicité l'orakto cL son exposé 9 ^ • « Otteivm, 16 février : Ek déposant le projet dei loi réWf a«r widgefc, la minore vfeg finanoesi a fait rc» sortir que, par suite de raogrocinfcttion à?/ rsoeSfefts et la dintia*iAiciii des dépenses, Icé rangées onà éfe6 »u^*iaares da 57 m ue dollars à cedles de l'cacKC-'ca aatariara*. Jus^u à présent, le Parl«nen^ a vofcj l5c millioos pour d^peosc« de guerre; on ùBfÂaai que le goav^-amwxil dwn<toàera euicorei an moins une oe-ntaine dh miliions de cîûJIms La sriuatbon finaneiàre dai Carwa^îa c-a très satisfaisante, grâce à VetseeUlc^te ré-coite etJ aux com rutwad^ dej matériel d< guerre passées dans le pays. * * * Ixmdkx^s, 16 février : 'Un arrkiô royal; «àjfenrî l'importation', i moins quelle ne soat spé<mleme«nt auto ri sée, dlu papiar, ckn carton, de la pulpe, d'e; chiffons et d'autres matières premières) servant à la fabrication du papier. Est défendue égaleanoi-t l'entrée dans h pays des reviwj^ de plus de seize pages, «' roxcepic>on d!a quelques exemplaires remis par la x^oste, du tabac, des cigares, des ci garettes, c&j bois pour meiiuisicasi, dicÉ pierres et des ardloises. Ult autre ai-rêté royal défend aux naviree anglais, Ces bateaux de cabotage excesp^s, de prendre la mer sans l'autorisation; du ministère du commerce. Pétrograd, 17 février : La presse annonce qu'on a découvert, sur La ligne de chemin de fer Windau-Eybinsk, plus d'un million de pouds de sucre et un demi-million environ de pouds de farine dont on ignorait absolument l'existence. Les employés du chemin de fer ont. été arrêtés. * « m Genève, 17 février : Dans la gare de marchandises de Châ-lons-sur-Marne, un wagon chargé de munitions a fait explosion ; celle-ci a causé des dégâts énormes et a détruit les communicai tions télégraphiques avec Epernay et) Paris, o Péfcrograd, 16 février : D'après les journaux de Pétrograd1, la droite du Conseil de l'Empire et d^ la l->ouma a décidé de ne pas prendre part au voyage des parlementaires russes en Angleterre, quoique ce voyage ait lieu sur l'invitation expresse du gouvernement anglais. » ♦ » .Londres, 16 février : Le ,,Tiines", parlant de l'entrevue dtj M. Briand avec le cardinal Mercier, à Rome, fait ressortir que cette rencontre est d'autant plus intéressante qu'on se rappelle le-Épie que M. Briand a joué dans la. sV fcjon de l'Eglise et de l'Etat en France,/^ Strasbourg, 17 février : Le Conseil de district de la Basset-Alsace a adopté la résolution suivante : Le Conseil forme les vœux les plus chaleureux pour les enfants de l'Alsace qui protègent à l'est et à l'ouest la frontière de ia patrie. Les membres du Conseil protestent expressément contre l'opinion, exprimée en Prances dans des miliefcx officiels et autres, qui représente l'annexion à l'Alsace-Lorraine à la France comme étant le but pnn-cinpal de la guerre. Ils affirment. leur conviction que la prospérité économique de l'Al-sace-Lorraine, qui pendant une période de travail pacifique de quarante-cinq ans à concouru à la prospérité économique fët politiqua ie l'Allemagne, ne peut rester intacte qu'en appartenant- à l'Empire allemand, et que sa prospérité dans l'avenir n'est- possible qu'en connexion avec la vie populaire allemande tout entière. # » Berne, 16 février : L i>ai'- suite des nombreux envois faite en franchi^ de port aux prisonniers de guerre, le service postal suisse accuse une diminution do recettes de 9 millions de francs pour IW5, soit 3 francs par UHe d'habitant. C'est à un beau sacrifice, parmi tant d'autres, que la Suisse fait en faveur des victimes de la guerre. Londres, 16 février : * Le gouvernement a fait arrêter réccanmen' douze chefs ouvriers, dont deux Irlandais accuses d'avoir engagé les ouvriers à ré-mster au service militaire obligatoire. Copenhague, 16 février : La pro{>o«feion d'arbitrage faite par l'arbitre institué par le gonvemeonent dianoi» été aocepfcée par les patrons et les ou vriera des industries tesjctiles. Après sohv El tion à FamiaUe de la plupart! des confite ouvriei-s, l'arbitre a recommandé à l'aaso-t. ciation des i^atrona de retirer leur ineiistc^ , le c&bkvrer usa grand locii-out. Si ceite pro j position était acceptée, les ouvriers du fer, r> eux aussi, cessei-ateut la grève qu'ils viennent de commeiioer. * Pétrograd, 16 février : La „ Gazette de la Bourse" annonce cpie lo gouvernement a l'intention de re^reindixi lo nombre dJeu visiteurs do la capitale. Il ao sera pluto permis de venir à Pétrograd qu-'aux personnes qui ont vraiment queiq^e chose à y faire,. « ♦ <« Berne, 16 février : 1 Les conditions d'importation jdhn sucre 3 sont dterveciuds telles en Suisse que les com-5 merçants ne peuvent plus acheter ni introduire cette denrée; aussi le Conseil fouirai] a-t-il décidé d'établir le monopole d importation.Les conitïuvemâong seront punies d'un^ r amende da 25 francs à 1,000 francs. I Le cfer;<artt>meiv<i milikÀre est chargé de i faire respecter le monopole. f _ . * * s Pans, 17 février : L'ansSaentation des dépenses de l'Etat c français provient presque exclusivement des , dipes->ses du ministère de ia guerre. D'après 5 le ,,Temps", cette augmentation s élève, t cj«aç>a.ra<ivecnent au premier trimestre, à 48o millions de francs rîedi que pour le sorviee s de l'artillerie. Desi autre* augsuentotions de i dépenses, 83 millions environ soqt absorbés • par le matériel pour l'aviation; 13 millions pour les chemins de 1er militaires, 67 mil- • lions potir lee frais des mouvometits du t transport des tetjupea et -1E. l/2 ' mUiiioim envi-1 ron pour Itâ campements dtes tax«i|>efll ooionia^ les. La ckesrté de la vie a. ren lu in£vi»bie une augittestaiion de dépenses u environ 2-1 millions pour les fourrages eti plus de 35 mil-L lions pour l'entretien. L/auginentation demandée pour la solde de Ifarmée 6 élève à ; 7 millions. Au fco&il, les demandes de crédit, depuis i le 1er août 1914 jusqu'au 30 juin 1016, y compris les douzièmes provisoires accordés \ avant le début de la guerre pour les cinq i derniers mois de l'année 1914, s'élèvent à 46 y2 milliards de francs. ♦ # m Milan, 16 février : Aujourd'hui a eu lieu l'enterrement des s victimes de l'attaque aérienne qui a été faite contre Milan. Aucun discours n'a été prononcé. Le cardinal Ferrari assistait au ser-"v ioa funèbre célébré dans la cathédrale de t, Milan. L'archevêque de Milan a diîj les absoutes.Berne, 17 février : Le ,,Bund" annonce que le premier > échange de prisonniers de guerre malades a , porté sur un total de 1,747 hommes eavoyes on Suisse, doat 883 Français et 864 Allemands.(Berlin, 17 février : Le ,,Berliner Lokal Anzeiger" rapporte que de violentes temp&es de neige e»:> dc^ pluies diluviennes ont causé de graves dégâts dans la région du Ithin et du Meui. Sur La i'igne de Mayence à Worms, cinquante poteaux de télégraphe ont été détruite. Dans ie Taunus, le service des chemins uo fer est suspendu en plusieurs endroits. Le niveau des eaux du Khin supérieur, du Nectar et du Mein monte rapidement dan^ Ift vallée de Fulda et dans celle de la Vverra. Un ouragan a éclaté la nuit der nière, accompagné d'orage, do grèlo et de fortes chutes de pluie. Eu Hollande aussi sévit une violente tenu pâte. * Hambourg, 17 février : Une forte teftipô'e du sud-ouest a com-mencé à sévir mercredi après-midi et a dégénéré en ouragan dans la soirée. Dcj.i avant 9 heures du soir des canons du Stit-fang et du canal ont annoncé l'arwoche ^ >in ra&-deHtnarée; lear f^u, qui s'est pro longé jusqu'à 11 heures; du soir, faisait craindre un grave danger pour le Wasser Kante. Vers 1 heure de la nuits à Iiam bourg, la vitesse du vent était de 9 mètres et le niveau dies eaux atteignait 7 m. 07. A Copenhague, le 16 février, à 9 h. 5. 10 niveau d'eau était do 6 m. 90 et dès 11 h. 1/4,, il avait atteint 7 m. 75. * Londres, 17 février : On miade de Washington au «.Moraine: Post", en date du 13 : — Lo président Wilson rentre aujourd'hui. On ne sait encore quelle atiitude il prendra vis-à^vis de la menace des Allemands de détruire, sans avertissement préalable, tous les navires marchands armes. Son entourage croit que aa décision serr. favorable à l'Allemagne. Une personnalité très haut placée a dit au correspondant du „Morning Post" que ,j0ut gouvernement a le droit naturel de fixer les conditions auxquelles des navires peuvent entrer dans les ports du pays qu'il gouverne. Il est absurde de d'ire qu'un gouvernement qui modifie à cet égard' sa manière de voir primitive pose un acte contraire aux règles de la neutralité. Le plus ancien et> le plus influent des journaux die Washington, le „Scar", dit que la nouvelle mesure prise par lo gouvernement allemand ne laisse ]xvs de choix aux Etats-Unis, qui n'ont d'autre ressource que d'accepter le fait accompli et de tout faire pour empêcher les Américains de voyager à bord de navires marchands armés. • — . * * Rome, 17 février : Mardi soir, le cardinal Meroier a étiê re;u en audience par le Pape. Leur entrevue a duré une heure. * _ . * ♦ Paria, 16 février : (D'après le „Matin", on commencerai*) à manquer de lait à Paris. En province, les prix monteraient d'une façon inquietante. i La population se sert beaucoup dès à pré-saut de lait condensé, parce qu'on ne peut i plus se procurer de lait frais dans lesquar- : tiers du centre et qu'il devient également ; très rare dan» les quartiers efxceaxtriquee. Luxembourg, 16 février : De la proclamation adressée au peuple I pai la grande-duchesse — proqlamatioo où -'41e se déclare pour up ministère de coalition — il faut retenir : — l/a&watâon du paye e«t tout entière *>nc«û4ré« vtrs l'avtnir. Le peuple voit ap-^ro<^ier le jsur où »on sort se décidera. Ce <era la tâôiie du gouvernement à venir die ■irwwtr ses és'^tiées. Il ne pourra suiîire à cotte tâche qu'en possédant la confiance lie toi» les ljuxessbourgeois. Et ceia ne peut é!k*e que si tous les partis ce sentent a-pipe^s à coilaborer à l'œuvro commune. I^ea qu«s4ions cpii vont sa poser sont du domaine de la politi<ju« kitérieure, et eliès sond toliem«3t i«iportûnte3S que la moitié de la po^«4Rti«n ne doit pas être exclue de i^éiaboraéioii de leur solution. « * 4 Berlin, 16 février : La question du remplacement du ferro-inanganè«4e dans la fabrication de l'acier est résolue. Les matériaux sont fabriqués au moyen de matières premières indigène» qui se trouvent en qu»»tifcés &sffum#tee dans le t>aye. Le nouve^ui procédé rendra l'A'le-.nagne àifirÛKreuiwU i.î4«^ef«iAnki de l'étranger povir le ferre «tftr^Tiîièse. e * • Lon<i*e«, 16 février : Lors (fe la derni^e des Jt^pe£i?is •îur l'An^ksfesrre, une activité fyb.Le a régné d*n« lee bureaux des éfcvts-ma.jsrs : les (iem»\des da retifc»£nrfinf»î*8 nobsi2aascî:tt af-fiuflj«Qt aiLx appareils téléphonais». 1x3 War O^fir»- veut éviter à lfeveciir un pareil es*c<œ*l*x-«*<n* cA il a doaaawdé au public de ne pas iaaporkun®r le» lxire^vux, qui trarw»c*4te»<i 1(¥> ordres et} renseigna- avec ia pkvs grande célérité. La Ctirrêsps^&si és Prisonniers Il résiike des chiffres coœsmnBÎqu^ à la pres&a que la correspondance des prison-nie3.« cfe guerre en Allemagne prend des proportion*» insoup>»jwi.ées. Il eavRe, en ef-fesè, à liteuro actueile plus de cent cinquante camps de pr^onniois (stammlagor), qui ont usm [X>puUuon moyenne de 10,u(X) hoaxtiies. On oon-joit les diiî'icult'rs i.Jiér«ites au fonetiofmesaewt normal d'un service postal do ce«e unporuinco, non t*us tant à causa du iwm-bee oonawl<srabie d envois de toute es^îècQ, mats snnoitf à oa.K» da l'origine àiféreu«e de ces oo.vo»4,dîont .ep aii-e&^es sont liookées dans Wutes les Langues étrangères, et la pkipart du toaijiS mal eoiiujs et partant très dâfrioilcs à déchiffrer. On sait que le sorv ee posW des camps est assuré par les admiai^atLous des pa^ s neutres. C'est akisi que La Suisse se ojar^c des envois de la Fronce et do se> possessions; la poa<te néerhui'îaiso expédîie Les oa*-vois de la Grande-Bi'etagne et de ses colonies; la poste fiRi^doKe se charge des envois russes. C'est une oharge assez considérable que les neutres ont assujaée là, vu que toutes les expéditions, y compris les paquets postaux, les mandats et les envois cfiregvs^és. se font franco de port. La ^ ccircai-e sur les envois postaux est exercée par les autorités m'ciit&ires avant que lo oeurrier soit remis à l'adcuimstra-i.ion de la po«te allemande. Vu l'àn-porHance de ces courriers, il e-fc de toute nécessdtjé d'indiquer sur l'adressa lo nom du car;iip occupé par le perso^mage auquel l'envoi est adr^sé. Il est impossible à l'administration do faire suivre les envois d|un camp à l'autre jus<|u'à c» que le destinataire soit atteint. Cette négligence est la causa principale que beaucoup d'envois n'atteignent pas leur destinataire.Aussi 'es changements de résidence doivent-ils être «Moédiaiement port'és à la connaissance des intéressés. Cependant il est obvié dans La mesure du possible au retard! occasionné 'ans la distribution des envois portant des adresses inoom-p4è:e3 ou inexac'e*. Le bureau central de Berlin, qui ec/lationne tou-.esi les adresses, se charge au besoin de "aire parvenir l'envoi à destination, encore ju'il faut des graphologues experts pour .'Chiffrer certxwnes adresses venues du fin fond de ia Russie, et dont F écriture a do ■rranckn accointlunces avec oedle de« ancâeais Aztèques. Ainsi que l'on a pu s'en rendre compte, ia correspondance des prisonniers consiste surtout (feins l'envoi de cartes postales. Au nu-eau central de Berlin, les employés dé-•in'frent journellement 30,000 cartes " venues ie Russie, ce qui n'est pas une mince besogne. Les chiffres suivaa,fe donneront une 'aible idée de l'importance du service postal des camps : A l'entrée en Allemagne, les prisonniers doivent mensuellement plus de 4 1/2 miL-lions d'envois, cartes, lettres, mandats, pa-:iiets; à la sortie, co chiffre monte à 7.2 aillions. Dans ce total, les Russes émargent pour 3.4, taillions; les Français et les Belges pour 7.2 millions; les Anglais et les coloniaux pour 1.2 milLion. Ces chiffres ne concernent que la posta impériale; il y a encore les prestations des jostos bavaroise et wurfcembotigooise, ce qui accroît considérablement 1e total. Une réosnte communication faite à l'Aca- . démie d'agriculture nous appoita quelque i renseignements sur les besoins de la« popu- r lafeion parisienne en viande de bouche ie. j Au cours de l'année 1915, il est arrivé, an* seul marché de la Viliette, 317,305 tUsK île gros bétail, plus d'un million oh demi *j de moufcona, 255,810 veaux et 658,100 porcs. f Le „ventre de Pariai", comme'disait Zola, 1 n'est pas uu vain mot. j Comparés à ceux de 1914, ces chiures dlV- r notent un déficit de 11 p. o. pour le gros . I>étai4 et te mouton, 22 p. c. pour le vaau f 3t) 4 p. c. pour lo porc. Lo prix de vente du gros bétail a aug- t meiv& de 20 p. c.*, c'esh-à-drre beaucoup f plus que ceux du mouton et du veau, qui e >nt monté de 6 à 14 p. c., et oelui du j.orc le 26 p. c. Le journal français qui publie ces chiffres îéclare ,,déplorer qu'on ait gaspillé aussi 'ollement qu'on l'a fait des brebis etj des ignoaux, dont La perte posera lourdement m 1916, en dâpit des apparences satàsfai- U lantds dlu troupeau algérien" d Communiqués Officiels Communiqués allemands Berlin, 17 février. — Officiel de ce midi : Théâtre de la guerre à l'Ouest. Pas d'événements d im[>oi^Ànca pariiciiiicre. Les travaux de débiuie«netH sxécut..'s dans notre nouvel position pivs d'Obrrseptnous ont encore fais dcc^uriir huit lance-mines français. Théfrfre de la guerre à l'Est. Vive action d'artillerie dans la jiavtàe nord (ki front. Nos a\iateurs ont at^aé Dunabour-g ci les i:is Lallations du chemin de fer près de Vilejka. Dans les Balkans. La «situation n'a pas changé. c » * Vienne, 17 février. — Officiel d'hier î Front russe. La situation n'a pas ckmigé. Front italien. Les luttes cferfeil&erie continuent sur le front du territoire du littoral et dans la région avojK««uate qui Ltit partie du front de Cari.itîiie. Dans le secteur de Doberdo, on s'est battu aussi à coup# de lanca-mmes et de grenades à main. Au Javorcek, nous avons, pmir la huitième fois, enlevé un peste avanc' italien. Le terrain d'accès à noire nouvelle position dans la région ch\ Roaaben est- jonché da cadavres d'eaïi«mis. * « * Ccrastan tinople, 17 février. •— Officiel du quartier général : Sur le front des D»rdarielles, lo feu de notre artillerie a forcé à 6'éloigner un mo-nitor ennemi, qui tentait dé s'approcher de la côte aux environs cFAlan-Déré, et im croiseur qui se montrait au large de Kaba-Tépé.lUen à signaler des autres théâtres de la guerre. Communiqués des armées alliées Paris, 16 février. Officiel de 15 heures : Aucun événement important au cours de la nuit. En Champagne, nous avons repris à la grenade queiq-uee boyaux à l'est de La route de Tahurt>^?uœisçj«y. c * © Paris, 16 février. — Officiel de 23 heures : Bu Artois, aux abords de la route de Lille, nous avons fait jouer un oamouflct qui a bjWteversé les travaux de mines do l'ennemi.Tirs de notre artillerie, sur des convois de ravitaiHesnent au nord de Tracy-lo-Val, à t'est de l'Oise, et dans la région de Bcrry-a-u-iBao, vallée de l'Aisne. Au sud-est de Saint-Miniei, bombardement dos organisations ennemies en forôt d'A Piémont-.Rien à signaler sur le reste du front. ^ * Londres, 10 février. — Off.ci:! du quartier général bnfeioiiqtic : Apres un virent bombardement de tout le front qui s'étend d-'l'pres jusqu'au saillant qui foi-me n^Cra position au sud.1 (te lloogo, l'euKJCBûi a entrepris plusieurs atla-quies d'infanterie. Entre le caml ïp.retMJo-mines' et le cheâuin de for, 1 ennemi est entré doits notre DrancJiée la jh.us avancée sur u«ae largeur d?environ 600 yards. Toutes ses autres attaques ont échoué. Le violent bombaruement continui? dei pari et d'autre. «■ v Rome, 15 février. — Officiel du grand quartier générai : Sjikr rieonzo supérieur, le comlxit- d'artil-leriei a coia-tiimé hiei* avec violence. Dans les seoteurs du Mrzli et du Vodiil (Krn), nous avons détruit des retrancho-men'ts et des abris ennemis. Sur la hauteur da i'udigora, dies pa-trouites aukioieuses se sont avan<Y'cs" vers les ret-rauchememts ennemis et y ont lancé de nombreuses bombes1. Sur le Karst, notre artilleiie a encore (té-trait quelques tranqhécs eainemies et a mie on fudte leurs d^eiseurs, qui ont été en pairie atteints - par noire fusillade. On signale des attaques d'aviateurs enne-mis contre Brentonico, dans la vallée de Lagarina, cont"e Sohio dans la vallée do I^éogra, et contre Latisana, dans Li pairie le Ta^liamento. Les dx^ûts sont pea importants. L'otta-que aéiien/ie contre Stfiio ei été arrêtée par unie de nos escadrilles priâmes. Près de Gorz, un de nos a\ions a at!&-jué un aviateur ennemi et l'a forcé à rebrousser chemin. * * Pétrograd, l'5 février. — Officiai du grand îtat-major général : Des avion» allemands ont survolé le sec-eur de Riga ; dans cette région, le feu a ingmenté d'inteiKsité. Dans lô secteur de Dwinsk, le combat ;estl jtounîuivi autour de rcnUonnoir dç tvine creusé près d'Tlluxt et que nous i.vons finalemeint occupé. Entre les lacs de Meddum et de Dem-iien, nos troupes ont occupé une partie de a forêt- sifuw au- sud-ouest de Ruge.ntuschKi. Au sud du Pripet, dans la région de ezierec, à 23 kilomètrosf-au nord-ouest de tafalowka, des oosaques du Don ont raîa-ué un poste autrichien et l'ont- anéanti. Siïr la St.rypa supérieure, nos o :< tenants de recoimaissance ont inquiété i on-iemi pondant tente La nuit. I^e feu ou\©t ar nos patrouilles dans une partio de e-ttfe osidion a continué toute la journée. Sur la Strypa. moyenne, n<^s batterie ont iré sur quatre avions ennemis; l'un d'esiix , été atteint, et il est tombé dans les ligne* nnemies. Dépêches Divers e s Londres, 16 février : Le Japon a obtenu de la France que? le irif minimum sera apjiliqué aux marchan-Lses uuDortéefl du Japon esn

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie belonging to the category Gecensureerde pers, published in Bruxelles from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods