La Métropole

373 0
15 September 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 15 September. La Métropole. Seen on 19 May 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/n58cf9k83p/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

LA METROPOLE 21e Année "" No 234 édition A B EDITION DU SOIR 5 Dis It un Mardi septembre 1914 -u LA GUERRE Magnifiques succès des alliés Ils rébccupent Reims eta liens Le plan allemand en échec Les communiqués officiels francs les Allemands se retire sur Saint-Quentin tes Français réoccupent Reir La Lorraine française évacu Anvers, 15 septembre. — La Légation France nous communique le texte du t gramme suivant adressé par M. Dftlca ministre des affaires étrangères, à Klobukowski, ministre de France en I gique. De Bordeaux, 15 septembre, 1 heurt du matin : Notre mou rement offensif a conti: iur tout le front. Le 13, à notre aile gauche, la oavalt btnçaiao a occupé Montdidier et Roy< Les forces allemandes se replient d miens ;nr Péronne ©t Saint-Quentin. A l'Est de Reims ell^s s'étaient orgî rées définitivement (définitivemen hier, sur la ligne dey anciens forts I mont, Vitry, Nogent-l'Abesse. Mais jourd'hui le quartier général d'une nos armées a pu s'installer dans la vilU Reims. Dans l'Argonae, les troupes alleman étaient hier,, au nord de la ligne Tri oourt, Issoncourt, ayant abandonné 1 taque du fort Troyon sur la Meuse. La Lorraine française était totalera évacuée .ier soir, l'ennemi se retirant ^ Chateausadine, Dieuae, Sarrebourg. La retraite des Allemands est généra Paris, 14 septembre. — Communiqué 3 heures. — L'ennemi oontinue à se reti sur tout le front. A l'aile droite, le mouvement de retrj des Allemands est général. De Nancy i Vosges, à la fin de la journée d'hier territoire français était, de ce côté tot« ment évacué. (Havas. Les Français sont rantrés à Amiei L'ennemi semble vouloir résis Paris, 15 septembre. — Le commuai" de 11 heures, hier soir, dit que sur ne aile gau he nous avons rejfiint partout arrière-gai des et même le gros des trou de l'ennemi. N03 troupes sont rentrées à Ami abandonné par les forcia alleinan< L'ennemi semble faire têts sur le fr jalonné par l'Aisne. Au e&ntre il sen également vouloir résister sur les h •.ours au Nord-Ouest et au liord de Rei Entre l'Argonne et la Mtuse il a co] !»ué à se retirer. Sur l'aile droite et en Woevre, n ivons réussi à dégager le fort Troyon, avait été violemment attaqué à plusie reprises ces jours derniers. En Lorraine nos détachements, Lan ci {a poursuite de l'ennemi, gardent, cou partout d'ailleurs, contact avec les A mands. La situation morale et sanitaire de armées denaeare excellente. (-Havas] le passage le I'Aisi Nombreux prisonniers alternant L armée du Kronprinz repoussi Lond.es, 14 septembre. —(Communi du Preesbureau ec date du 14 septemb Durant toute la journée d'hier, l'er mi nous disputa le passage de l'Ai* Cependant malgré la difficulté de pa ge du flenve en face des l>rees eonsid< bles, nous parvînmes à brprerscr la ri re au soleil couchant. Sur notre droite et »otta gauche, les »ées françaises réussirent «n mourerc similaire. Nous avons encore fait de nombr prisonniers. Le quartierr-général français anne que l'armée du prince-'),?ritier allem; fut re poussée et obligée de changer quartier-général de Samt-Monchouli Montfauooa. Le rapport du is ' général Frencii Le plan allemand Comment il fut mis en échec Nouveau butin Les aviateurs anglais complimentes is Landres, 14 septembre. — Voici le com muniqué du maréchal French, relatant lej opérations de l'armée anglaise et de l'ex {jJj crème gauche française du 4 au 10 septem bre : de Le général von Klnck altéra la di-rec-Slé- tion de son armée, qui, depuis la bataille >®é, de Mans, poursuivait un mouvement co-M- iossal qui devait amener l'enveloppemeait iel ctes alliés et un désastre similaire de Sedan, et l'Ourcq pour retenir la sixième 1 50 armée française. Décidé à croire l'armée anglaise hors d« combat, l'ennemi porta tous ses effort* contre le gros de l'armée française qu'il 'rie essaya Je couper et d'envelopper. Lundi l'avance était générale sur l'aile gauche 'A- française. Ayant reçu des renforts, nous poussâmes au Nord, ooopérant avec la ni- /me arméo tandis que la VIme armée t?) avançait à l'Est oontre les Allemands qui *ri- se trouvaient le long de l'Ourq. au- Ceux-ci commencèrent alors à se retirer de dans la direction du Nord-Est et furent •de repoussés mardi sur 'a Marne. Le combat sur l'Ourcq fut très sangui-des rvaire, les Allemands y ayant de grandes au' forces d'artillerie. Mercredi nous triom 'a-t* phâmes de la résistance offerte sur le Petit-M or in. ent Les Allemands se retirèrent précipitâmes ment au Nord après un combat sans trêve. Notre armée fit 1500 prisonniers. Elle prit 4 canonS, 6 mitrailleuses et 50 fourgons. L'ennemi eut do- nombreux tués et blessés. . Le fait notable de ces eombats fut le brillant succès de no8 aviateurs, qui fu- krent complimentés par le général Joffre. Selon des information l'ordre de retraite fut reçu par les troupes ennemies avec un amer désappointement, surtout se sa r,r chant si près de Paris. (Renter's Tel. Co.) flte T, L'armée allemande démoralisée / La situation des allés is est très favorable , Anvers, 15 septembre. — Con ira unicatiot! ter le la légation britannique en Belgique. — , Dans le rapport du War Office s vu- Les opé-jué r» trions du 4 au 10 septembre nous lison* tre «noore : leb I/o 7 septembre, les forces anglaises et pes Françaises oommenoèrent une poursuite énergique et infligèrent à l'ennemi des perte* enP considérables. Un grand nombre de traînard» les a^emands ont été capturés dont la majeure partie semblent avoir été sans nourriture j1? pendant au moins deux jours. En effet «Jûjis 'ette section de la ligne rie bataille, les AMe-au- mands semblent être démoralisés ©t sont en-ns. f>JÎD3 à se rendre par petits g:rouf»es. La si iti tuation générale est très favorable aux aJàiés Dans Tes villages occupés par l'ennemi, i dus x commis des ravages stupides et bruta-nx -j u ■ ^uir la foi de témoignages irréfutables, 3 est ^ta.bli que les habitants ont été maltraités. u h Quant aux aviateurs anrlais, qui ont et» cé>l7-rrtés par le général Joffre, quoique leui ® à mission principale fut de déterminer les po-tmc étions de l'ennenri,ils ont attaqué des avions lie- rlTemards et en ont détruit o'nq. Ainsi iV '>nt établi une supériorité individuelle qui e?' nos aussi utile pour nous que nuisible à l'ennemi Une ba'aile près is de la frontière suisse ? ja Rome, n sept. — On rapporte de BAk ib que 90,000 nommes furent engagés hier dam? , une furieuse baïuaslle qiw diura toute la jour * rsée entre Thamn et Scnntoeim. re : Los Allemands occupaient la vallée é< ■ne- Gebwemier an pied des Vo€^es françaises, ne. Des deux cfttes on chargea à dJirvenses repri-îsa- ses à ki baïonnette. ,ra- Les Ak'etnarxls, qui reçurent des renfortf riè- Par tra*n,s blindés, envoient des centaines oleseés à Bâie. (Exchange TeJegr. Cy.) • Noce. — Cette dépêche a été «xmiise at bureau de la presse de Loncires Cfuâ, e>r en^ ne s'opiposaryt pas h sa pubEcation, n'arssume aucune r«aif>onsai!>i3Srté quant à son exactkud/-îux Rome, 12 sept., 8 h. 45' soir. (Retardée er tramsrmsakMi). — Une dépêche de Bâle d*i noe qu'entne Bk^-heim et Serenz la cavaierk md appuyée par l'artiîWie, a anéanti \ deux esc.i<l<ronis de cavalerie allemande. . 1 Tous leurs chevaux furent iués, h morta-1 A 'it>6 parmi trompes allemandes étant trèi élevée. (Exchan^e Tele^raph Cy.) El ALLEMAGNE ! La oonfianoe est remplacée par I* douti De longs trains de blessés arrivenî toujours Londres, 14 septembre, — Une dopêch* de lundi, de Stockholm au Daily Tele-r/rapk, décrit lo changement dans l'opinion publique à Berlin. Ces deux dernières semaines la fouk wihousiaste qui combla les rues, il y a une quinzaine de jours, a disparu, la confiance a été remplacée par le douite. Ce changement oonunença après la bataille de Lcmborg.et augmenta à la nouvelle que l'armée de von Kluck abandonna le projet de capturer Paris. Le deuil devient de plus en plus La mode. Chaquo journal publie une page de cartes encadrées do noir, annonçant la mort d'un frère, d'un maj-i, d'un fils. Toutes les nuits de longs trains comblés de blessés, arrivent à Berlin. La faim en Allemagne Les denrées ont augmenté de 15 p. c. Les sans-travail sont légion L'industrie frappée à mort Londres, 15 septembre. — Officiel. — Oom muniqué par la légation britannique en Belgique : Dans le presse viennoise, on annonce qu< 1es prix des denrées en Allemagne ont augmenté de 15 %. La presse allemande commence à se rendrt oompte qaio les industries allemandes seront airrêtés bientôt par la cessation de l'importation de matières premières. Elle commence à comprendre que la suprématie de Ta flotte britannique est incontestable, qu'elle est en naoeuro d'empêcher tout* mportation en Allemagne, tandis que le tr-fic maritime anglais se développe sans entraves.Le nombre de sans-travail augmente rapidement en Allemagne. La récolte en Angleterre est de bfauconf supérieure à la moyenne, surtout pour le froment, les pommes de terre, et les houblons Pas d'argent Kropp et l'emprunt deguerre Rome, 12 septembre. — Le M essayer 0 publie un télégramme de Berlin, disant que la firme Krupp a souscrit 30 millions de marks-à l'emprunt de guerre allemand. Les journaux de l'Empire publient des appels enthousiastes au public, l'adjurant de sousorire, mais il appert que jusqu'à présent la lisite des souscripteurs est très iaaigre. (Central News). Les Allemands autour de Maubeuge Paris, 12 septembre. — Tous les villages environnant Maubeugo, ont beaucoup souffert de la soldatesque allemande. Comme dans nos contrées, les Prussiens s'y sont livrés à des actes de brigandage inqualifiables. Il en est de même pour les villages de la frontière belge, près de M aube ug<e. Un de ceux-ci, abandonné de ^es habitants, pendant le combat, a été entièrement saccagé; les teutons y ont enlevé les meubles des châteaux, les vêtement», le linge et jusqu'aux literies des enfants. Le bétail ©t les ehevaux ont été tués à coups de fusil pour le simple plaisir de soldats ivres. Les fromenîs en baisse La durée de la guerre raccourcie Nevr-York, 14 septembre. — Les prix des froments oat baissé sur les nouvelles des victoires des armées alliées, ce qui sera de , nature à raccoorcir 'a durée de la guerre. (Heu ter's Tel. Co.); 7 SEPTEMBRE (3 SEPTEMBRE L'extrême avance des Allemands Le recul des Allemands Un soldat belge tué par une balle dum-dui allemande i Un certificat officiel Les soussignés déclarent que le nomir Van Wittenbergen, René, soldat au 7e c ligne est entré à l'ambulance de la rue c . Bom, 11 (Institut Belpaire), la nuit d ; 12 au 13 septembre. ^ Il était atteint de plaies des deux fess< occasionnées pa*- une balle dum-dum. C< plaies out déterminé la gangrène et pr< voqué le décès ondéans les douze heures. Ce dont ils ont été les témoins. Anvers, le 14 septembre 1914. (signé) Docteur Beokora, médecin princ eipal; Docteur R. Dolbeke, médecin. R. Baseleer, gestionnaire ; L. Duykers et Auguste Dupon secrétaires ; Mary Alice Hayes et Agnès Mar Higgs, certificated English Nui so3 ; Mme R. Van de Vorat, attachée la pharmacie. (Copie certifée conforme par M. Augu: te Dupent, avooat). Les Russes en Prusse Orientât! Ils préparent le grand com Pétrograde, 15 septembre. — Un con muniqué officiel, expliquant les opér? tions qui ont eu lieu en Prusse oriental* dit qu'entre le 28 août et-le 7 septembr< les Allemands ont continuellement amen des renforts à leur front. Cette manœuvre menaçait de place dans une position grave les troupes du g( néral Rennenkampf. Vers le 14 courant,après des combats qn ooutèrent cher à l'ennemi, nos troupe parvinrent à sortir au oomp'et de leur s buation difficile et ocupèrent de3 pos: tions leurs permettant l'initiative pou des opérations ultérieures. (Reuter's Tel. Co.) L'Italie demande la pern Londres, 15 septembre. — Une dépêch de Rome, en date du 14 septembre, dit qu le comité exécutif du parti radical adopté une résolution priant le gouvern< ment d'abandonner* la politique de net tralité et de ne pas manquer l'op-porti nité d'obtenir pour l'Italio se3 frontière naturelles et de participer au règlemen qui se fera en accord avec les principe démocratiques. Le journal le M essayera déclare que de manifestations populaires devraient ave-i tir le gouvernement du danger qu'il y a maintenir une attitude désintéressée. (Reuter's Tel. Co.) Les Allemands repoussés sur le Tanganik« Londres, 14 septembre. — (Retardée pa suite de tempête). — Une dépêche de Reu ter's TeV^ram Company, datéo de Cape town, dit : Une dépêche de Livingsrkyne dit que 1 force allemande attaqua Abercorn, prè du lac Tanganika, mais elle fu't- repoussé avec de grandes pertes par les Anglais qui perdirent deux hommes. Le président Wilsoi recevra demain la mission belge Londres, 15 septembre. — Une dépêch de Washington dit que M. B-ryan a an noncé, aujourd'hui, que le Président Wii son a consenti à recevoir mercredi, à 1 Maison Blanche, la eommission belge, ve nue aux Etats-Unis pour protester oontr les atrocités allemandes. (Reuter's Tel. Oo.) L'assurance de la guern Confirmation anglais* Londres, 14 septembre. — (Retardée pa suite de tempête). — A la suite de la de mande du gouvernement belge, le gouver nement a décidé d'aooepter les assurance de guerre pour les cargaisons des navire belges aux mêmes conditions que les navi res an&laûv (Iteuter's Tel, Co.J Les députes 1 pi se batten Comment ils ont pris un viliag lé aux Allemands L'un d'eux est nommé capon u Paris. 12 septembre. — Ainsi qu'on 1' ■s annoncé, un certain nombre de députa « ont pris du service dans l'armée frai >" çaise. M. Maginot, qui fut sous-seorétaij d'Etat à la guerre, s'est engagé à titi privé et vient d'être nommé caporal poi; l" un beau fait d'armes. Accompagné de six hommes? dont deu étaient ses collègues au Palais Bourboi il reconnut et occupa un village, situé 4 kilomètres au-dehors des avant-post* français, et qui était occupé par la oavj y lerie allemande. (Reuter's Spécial). * Exhortations inutiles - Un ordre du jour allemand Paris, 12 septembre. — En entrant Vitry-le-Fiiançois, les alliés victorieux trot 3 vèrent. dans une maison qui avait été ooci pee par l'état-major du VHInie corps d'<w inée allemand un ordre du jour dont voi r* is texte ; Vitry4e-François, 7 soptemhn Soldats! ' Lo but de notre longue et pénible marcl ; a é1>é atteint. Les troupe® françaises princ e pales ont été forcées d'accepter la batail a,près avoir été oontânueilllèment repoussée r La grande décision est certainement imm - ttonte. Demain (mardi) toute la puissani de l'armée allemande, aussi bien que celle c j notre corps d'armée, sera engagée sur toul s ta ligne allant de Paria à Verdun. Pour sauver le sort et l'honneur de l'Ail magne, j'attends de tout officier et d» toi soldat, malgré les durs et héroïque® oomba r de ces derniers jours, qu'ils feront leur d voir jusqu'au dernier souffle. Tout dépend du résultat, de demain! (Signé) Li'entenant général TULFF ron TSCHEPPE und WERDBAOE commandant le VTTIe corps. * Oe fait montre que le haut oommandemea-allemand n'attachait pas moins d'important e que le général Joffre à la bataille de ! e S la me. a On en connaît aujourd'hui le résultat. , (Reutsr) i- i La traîtrise allemand! s ils font sémillant de se rendre " et démasquent des mitrailleuse A Haecht, les Allemands ont à nouvea répété leur truc ignoble, qui consiste à ai borer le drapeau blanc, à jeter leurs ai mes et à se rendre. Au moment où les nôtres s'approchaien J d'eux pour s'en emparer, ils ont ou ver leurs rangs et démasqué des mitrailleuse? ; Bluff germanique s L'Allemagne prétend qu'elle a fait construire secrètemen cent Zeppelins ^ Sait-on comment, pour palier le désastreu affet' de leur défaite en France, les Allemand essaient d Impressionner les populations de pays noutfnes ? Un de nos correspondants d Hollande nous en donne un délicieux échai lilion. l>e>9 Pruœiena répandent en oe moment 1 bnuiût qu'aiprès leurs fameux mortiers de 4 (qu*i ont cÊpé on tout et pour tout cinq ocarp e \ Liéf?e), iils préparent une aotre sunjxis " aux ai'iés. Ils ent, diseaiit-iils, fait construire secrèt< 1 (ivnt plus de cenit Zeppelins, et une énorm - lotte d'aôropla/nes, qui aipporaîtronit éub e cernent sur Londres, le bombaixlenorut < rranisformeront Oxford, a/u cours de la mêm .KUÂt. en un second Louvain I Ce sonit là, évidemment, des bla^Jiwsf gr< 3??>q»ues qn'ill n*egt pas mauvais de démeniii On sait déjà que des 12 Zeppelins qu« po« 2 cédait Attila II au début de la guerre, il s } -este tout au pkis sept. Tout ce que tes Allemands auraient p j faire de pkus, c'est <le constru-ine secrètemen Ï :aiq et a<u «rand niaxiknum six dirigea bles IÎ3 diffposei-aiiem donc d'une flotte de doua r ott treize aéronefs. Or, chacun d'eux ne pet . iransporter que trois, et quelquefois quatr onnes de munitions. Toute la flotte pourrai lonc transporter une ccnqurintaine de tonn<3 5 de. poudre, soit cinq cents lx>mbes. Ce n'e<-s :>as avec oela qu'on peu>t détruire même dan les circonstances les plus favorable®, un ur.-i.»/i^. .n.i mAmfi une GÊîite. ville- Tous au travail J • La nysrpe sconomf&uo '' Brevets pris par des Allemands en Angleterre " Leur annulation au point de vue belge e e L'Agence d# brevets J. Grevers & COj nom» informe que les décision* prises par le gouvernement a.ngtai3 concernant les brev«rte, a/joordea à un ennemi, ont la portée suivante - pour les Bcdgea : '. Toute personne non ennemie peut deman-à der la licence d'un brevet anglais accord* » à un Allemand ou À un Autrichien. La gou-vernement britannique fuce le montant et les conditions de ces licences permettant de fabriquer, utiliser et vendre les objets bre-_ v»tés. Ainsi un Belge pourra entreprendre en An-6 gleterrre la fabrication d'un article allemand 1 breveté dont il a pu constater le succès. * Cette décision est plus logique que si tout brevet anglais pris par un ennemi était simplement annulé, paroe que sans monopole, personne n'exposerait les frais de première exploitation. à 1 Les compteurs à gaz et à eau »- r- Bien aue nous possédions d'excellentes fa 31 briques ao compteurs à gas et à eau, le* compagnies du gax sont tributaires des firmes allemandes.'' Cire carnouba, cérésine mèches pour chandelles ie La firme P. J. Bert, 40, marché du Ven-1- dre»:li à Gond, serait heureuse d'entres- en re-lotions d'affaires avec maisons belge», aa-i- glai»e« ou françaises, pouvant lui fournir ia 1- cire oarnouba. la cérésine, ainsi que les mé-v chea préiiarées et tressées pour chandelles, e L'on dit que les cérésmes sont des spéciale lités allemandes I Mais M. Duquenne-Scuvie nous écrit qu'à Liège on les fabrique aussi bonnes et aussi bon marché qu'en Alfemap^ie ; il tient des adresses liégeoises à la dispositioa des clients I Le houblon acheté en Belgique rentrait comme houblon allemand. Choque année 10 à 20 négociait» majwis venaient acheter à Ai<*.t et à Popo imghe, parmi les houblon culture ou «a i>ocn.«ie, co qu'il v avait de ineiJu^ur ei ds pi us tin. Les Houblons verts ou verdâtrts et pimicipaleinent ceux en petites olocbes étaient enlevéa avidement. On les pavai; 6 j 1U francs plus que 1e cours, puis on les t*-ïiit expodier en Allemagne. Làr oe» m-euw* houblons subissaient un treillage, et un mélangé, puis une classification pouT les faire revenir en Belgique en balles rondes de 150 a 21)0 kg. dans de lourds sacs de 7 à 10 k. et qu'on vendait à nos brasseurs sous les noms de Hallertauer, Spalter, Wurtei. ■ .err-ger etc., à de3 prix 25, 50 et même 100 ira. plus ohers qu'ici en Belgique. Le remèds à ■x3ia: que Les brasseurs demandent à leun fournisseur» de produits belges, un houblon [x>uvant remplacer cej'ui venant de 1"\l!*-ma-gne, et on leurs soumettra des échantillons pouvant bien rivaliser aveo les houblons allemands.Les souris blanches pour expériences On peut se procurer des souris blanches che* M.. Pelgrims, rue Rembrandt, 17. Les magasins allemands d'Anvers Les personnes qui connaîtraient des ma^s-sins appartenant à des Allemands dans l'agglomération anversoise et qui continueraient leurs affaues bous un nom ou sou» une étiquette quelconque, sont priées d'en donner connaissance avec indication du genre d'affaires, rue Ommeganck. 42. Anvers. Une femme dans t l'armée française e Paris, 14 sept. — L'enthousiasme guerrier s qua règne en oe moment en Fnanoe est actessi^ par ce fait cf-ic rapporte le « Petit Parisien » Les autorités militaires ont renvoyé à Paria, malgré ses protestations, une blanchisseuse <k> vingt-huit ans qud, après avoir - revêtu un costume de zouave, s'était joinr*-à une compagnie marchant sur M eaux, en prétextant qu'«il» était égaré, et avait par- * ticàpé avec une grande bravoure à la bataille J cfud s'etât <lérou!lee a/ux enivirons de cette ville. % 5 Un ancien soldat j se fait arracher j toutes -ses dents Londincs, 1^ sopt^ — Le tribunal de simple police du Guakifooia a «réprimandé» un ancien soldat du 6ome King's Royal Rifles, du nom de Harry Le Teuf, qui, ayant vouJu regagner son amCien régiment, avait été écarté par le médecin militaire de la station de recrutement à cause de ses mauvaises denms. Il avait aikwT» pris un taxi et s'était fait | arracher toutes ses dents. Le Teuf lui promit que son régtknent payerait la note, mais il n 'avait pas d'argent pour régler le taxi et le chauffeur le conduisit au bureau de police. Le Teuf a déclaré au juge qu'il allait se s faire placer un râtelier et qu 'il pa venait tout s !e monde dès qfu11 aunak touché sa première s paie.. e î L'aide britaunlp ; Admirable générosité des Australiens e Londres, 15 septembre. — Une dépêche. dô Melbourne annonce que le gouverne- * ment australien a décidé d'aider chaque " mois et oe jusqu'à 1a fin de l'année, cent 1 veuves belges, à venir à Victoria, et a leur j y procurer ae l'occupation. L'agent général de Victoria à Londres, a reçu, hier, de son gouvernement 10.000 e L. 8. (25.000 francs), pour les réfugiés 1 i>elges se trouvant en Angleterre. L'agent général de la Tasmanie à Lon-' dres, a reçu une nouvelle somme de 85 L. ~ S. de la Tasmanie du Nord, pour le fonds 1 des réfugiés belges, le total ainsi versé a s'élevant à 000 L. S. (Reuter'o TeL Oo.) 20,000 prêtres dans l'armée française Paris, 13 sept. — D'après une lettre d'ur prôane firanx?ais écrite sur le champ de bataii^ et reçue à Paris, le nombre de membres du clergé français oui servent en oe moment (a France dans l'armée, s'élève actuellement à plus de 20,000. (Reucer.) Sur Mer Un croiseur coulé Copenhague, 13 septembre. — Ce matir le petit croiseur «Hela» fut coulé pal une torpille d'un sous-marin ennemi. Presque tout l'équipage & été sauvé. (Reuter's Tel. Co.) >-®cok A ANVERS Actions d'éclat ORDRE DE LEOPOLD Le maréchail cfas logis Leclerc. J., du oonpt de ha gendarmerie, eM nommé chevalier rai reconnaissance des actions d'éclat acoompâea par lui au coure; des engagements de la pr» nviène partie de la campagne. Garde-civiqne PROMOTION Voulant honorer tout particulièrement 'es grands services rendus par 1m garde omqus d'Anvers, S. M. le Roi a promu au grade ds iieutenanit-génénailj le généraU-major Mois, A,, chef de la garde civique d'Anvers. Ouverture des écoles Les institutrices et instituteure diplômés sans emploi, — les porteur» du diplôme ds rogent ou do régente, — les élèves aea écoles normales «t des écoles normaleo agréées q ai ont terminé leur Sme année d'études, eon4 priés de faire oonnaitre leur adress» à U. Karel Heins. inapsoteur principal ds l'enseignement d'Anvers. L'inspection scolaire connaît trop bien les sentiments patriotiques et ls culte du devoir qiu animent les élèves et le» ancien» élèves de nos écoles normales, pour ne pas être assurés que tous se présenteront pour remplacer 1*» inetilmteurs et les institutrices dont les «ervic«e sont requis ailleur». L« bureau ds l'inspection (n. 07, rue 4s ! ' E&oaut) est ouvert tons les jour» de 14 à 17 heures. L'Inspecteur mnclpsL K. HEINZ. VOIR SUIT* au YERa*

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title La Métropole belonging to the category Oorlogspers, published in - from 1914 to 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Subjects

Periods