Le travailleur de fabrique: organe du Syndicat belge des ouvriers de fabrique

68 0
01 June 1914
close

Why do you want to report this item?

Remarks

Send
s.n. 1914, 01 June. Le travailleur de fabrique: organe du Syndicat belge des ouvriers de fabrique. Seen on 23 July 2019, on https://hetarchief.be/en/pid/7s7hq3sm95/
Show text

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Le Travailleur de Fabrique Organe du Syndicat Belge des Ouvriers de Fabrique RÉDACTION ET ADMINISTRATION : RUE BASSE, 152, ANVERS TROISIÈME ANNÉE NUMÉRO 5-6 JUIN-JUILLET Notre congrès de Pentecôte C'était le second congrès organisé par notre organisation depuis sa naissance. Chez le peuple flamand les congrès ont un mauvais renom. Aux congressistes l'esprit populaire n'épargne pas les brocards. Le camarade Janssens le rappelait au congrès par un dicton flamand intraduisible, ce qui a fait le désespoir de Van Roosbroeck, qui faisait office de traducteur. S'il faut en croire ce dicton, les congressistes ont l'habitude de boire un verre, d'en p... autant, et de laisser, en fin de compte, les choses comme elles l'étaient. En a-t-il été de même chez nous? Notre congrès a-t-il été une vaine parlotte ? Certes, nous avons bu un verre. Même deux. Mais nous avons fait de la bonne et utile besogne . Ce fut un beau congrès. Un congrès modèle. Des discussions fraternelles et sérieuses entre Flamands et Wallons. Chez nous la question des langues est résolue. L'ordre du jour a été complètement épuisé... Et dire qu'il y avait 42 propositions de modifications aux statuts !... Jugez donc si nous avons travaillé. * * * Au coup de dix heures, le camarade Luys ouvrait le congrès en souhaitant chaleureusement la bienvenue à nos propagandistes, venus des quatre coins du pays. Soixante-cinq délégués représentaient nos 48 sections. Cette assistance nombreuse montre les progrès réalisés par notre jeune organisation. * * * Dans son discours d'ouverture le président a constaté les progrès de la Centrale, malgré la réaction qui s'est produite après la grève générale.Trente nouvelles sections furent créées depuis deux ans, et notre situation financière est excellente.Grâce à notre journal «Le Travailleur de fabrique» et à la propagande énergique de tous les militants de notre Centrale, nous avons obtenu dans tout le pays, d'importantes améliorations des conditions de travail et de salaire pour nos pauvres ouvriers de fabrique. * * * Tous nos membres ont reçu le rapport de notre Centrale. C'est une belle brochure, de trente-quatre pages, très instructive, fort intéressante, bourrée de renseignements précieux et qui donne une idée exacte de la lutte poursuivie ces deux dernières années. Ce rapport a été approuvé à l'unanimité. Les délégués ont exprimé le désir qu'on y accordât plus de place pour signaler l'activité de nos permanents. Nous pourrions, certes, le faire. Mais comme le faisait remarquer le camarade De Bruyne, nous aurions alors un rapport trop volumineux, trop coûteux et pas lu. Que chaque fédération fasse comme la Fédération du Hainaut où il a été fait un rapport très documenté sur le mouvement syndical des ouvriers de fabrique du Hainaut. * * * Le rapport financier n'a donné lieu qu'à une seule observation. L'affiliation à la caisse de maladie n'est pas obligatoire. Les membres qui désirent recevoir l'indemnité de maladie paient une cotisation supplémentaire dê 10 centimes. Un délégué demande qu'une comptabilité spéciale soit tenu de la caisse de maladie. Actuellement nous ne savons pas si, avec ladite cotisation de 10 centimes, les ressources sont suffisantes. Le secrétaire a fait connaître au congrès que la caisse de maladie se suffit à elle-même et le comité central a été chargé de rechercher un nouveau système de comptabilité. Les contrôleurs ont fait rapport sur l'état de la caisse et ont félicité le trésorier pour la tenue exemplaire de la comptabilité de la section. * * * L'assemblée a réélu à l'unanimité le comité exécutif qui est composé des camarades De Bruyne, Luys, Janssens, Merekmans et Gil-mant.* * * Le rapport du camarade Janssens sur la propagande par les visites à domicile a provoqué une discussion fort intéressante. Cette propagande est un excellent moyen pour réduire au minimum la fluctuation des membres, ce mal dont notre organisation souffre bien plus que les autres syndicats. C'est aussi un excellent moyen pour faire pénétrer l'idée syndicale dans la masse des indifférents. Nos camarades d'Allemagne l'ont employé avec le plus grand succès et nos camarades d'outre-Moerdijk qui, à l'heure actuelle, mènent avec méthode et persévérance la propagande à domicile, obtiennent des résultats inespérés. Plusieurs délégués ont appuyé le rapport et ont préconisé la perception des cotisations à domicile. « Le percepteur des cotisations, disait le camarade Gilmant, c'est le vaillant propagandiste se rendant toutes les semaines ou tous les quinze jours chez les travailleurs, et dans ses conversations avec les intéressés, il arrive à faire des syndicalistes conscients et convaincus, qui deviennent eux-mêmes des propagandistes. L'organisation de la perception des cotisations à domicile est le plus sûr moyen de faire prospérer notre organisation. » De Bruyne abondait dans le même sens. « Depuis la constitution de notre centrale, disait-il, 10,000 membres ont été inscrits et le déchet est de plus de 50 pour cent. Il faut examiner pour parer à cela. Par la perception à domicile, les membres restent dans l'organisation, meme quand ils changent d'établissement. Les visites à domicile profitent plus que les meetings que l'on oublie trop facilement. » Espérons que ce congrès sera le point de départ d'une action énergique et que la propagande à domicile sera partout méthodiquement organisée ! Le congrès a émis le vœu de voir la Commission syndicale organiser une grande semaine syndicale, comme on a organisé la semaine rouge en Allemagne. * * * Le congrès a ensuite abordé l'examen des différentes propositions de modifications à apporter aux statuts. Comme nous le disons plus haut, il y en avait 42. La plupart de celles-ci méritait un examen sérieux. La discussion a été menée rondement. La majeure partie des propositions a reçu un enterrement de première classe ce qui tend à prouver que nos statuts actuels répondent aux nécessités du moment. Les modifications adoptées ne sont pas fort importantes. Pratiquement elles ne peuvent être appliquées qu'à partir du 1er janvier prochain. Jusqu'à cette date rien n'est changé. Nous prions nos camarades d'en tenir bonne note. * * * Nous ne parlerons pas des propositions rejetées par le congrès ou retirées par leurs auteurs.Actons celles qui ont été adoptées. En voici l'énumération : 1° proposition de modifier le titre de notre Centrale; 2° proposition Brabant,d'après laquelle, après six mois d'affiliation, si le membre est victime de ses devoirs syndicaux l'indemnité ne pourra être payée que pendant un terme ne dépassant pas six semaines ; 3° proposition Andenne, introduisant un timbre de dispense en cas de maladie; 4° proposition Brabant d'après laquelle les indemnités de la Centrale ne sont payées que si les membres ne sont pas plus de cinq semaines en retard dans le paiement de leurs cotisations ; 5° proposition Brabant suivant laquelle les membres ont 1 5 jours pour se faire inscrire dans une autre section en cas de changement de résidence ; 6° les propositions de la fédération anversoise concernant la commission du contrôle, la voie à suivre concernant les réclamations et le barême des traitements des permanents. La commission de contrôle se composera donc de trois membres appartenant chacun à une fédération différente. Les congrès, qui se tiendront dorénavant tous les ans, dans une localité à désigner par le comité central, désigneront les fédérations devant nommer un membre de la commission du contrôle.Cette année ce seront les fédérations du Brabant, du Hainaut et d'Anvers.. Les permanents devront fournir un stage de 12 mois au lieu de 6. Un amendement avait été introduit par les camarades de Menm d après lequel un propagandiste ne peut être nommé que pour les fédérations comptant au moins 500 membres. Ce-

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software. 

Er is geen OCR tekst voor deze krant.
This item is a publication of the title Le travailleur de fabrique: organe du Syndicat belge des ouvriers de fabrique belonging to the category Socialistische pers, published in Anvers from 1911 to 1914.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Add to collection

Location

Periods