Emile Verhaeren

Emile Verhaeren

Photo de profil de Redactie
Redactie 17 novembre 2016 60

Avant la guerre, Émile Verhaeren (1855-1916) était un illustre auteur symboliste. En tant que Flamand francophone, son œuvre reçut un accueil chaleureux en francophonie. Verhaeren devint une personnalité mondaine avec un vaste cercle de connaissances dans le milieu culturel international. Il se lia d'amitié avec le roi Albert Ier et la reine Élisabeth.

Lorsque la guerre éclata, Verhaeren était désemparé. La guerre allait à l'encontre de tous les idéaux auxquels il croyait et qui inspiraient son œuvre. De pacifiste cosmopolite, il devint nationaliste belge. Pendant l'hiver 1914, Verhaeren séjourna en Grande-Bretagne. Il retourna ensuite en Belgique, où il fut invité à La Panne chez le couple royal. Fort de ses connexions internationales, Verhaeren se laissa entraîner corps et âme dans la campagne destinée à faire connaître au monde la misère de la Belgique dévastée. Il visita le front et les hôpitaux militaires. Il écrivit des œuvres telles que 'La Belgique sanglante' et de longs poèmes comme 'Les ailes rouges de la guerre', évoquant le chagrin d'une Belgique en ruines. 

Brief van Emile Verhaeren, Bulletin des gens de lettres et artistes belges du front, 01 januari 1918

Lettre de Emile Verhaeren, Bulletin des gens de lettres et artistes Belges du front, 2e serie 1918, p. 3

Pour la même raison, Verhaeren donna des conférences dans des pays alliés et neutres. Le 26 novembre 1916, après une conférence à Rouen, il voulut sauter dans le train bondé vers Paris. Il glissa sous la rame et ses jambes furent broyées. Des badauds le retirèrent des voies, mais en vain. Le mythe qui entoure sa mort veut qu'il eût encore suffisamment de souffle pour murmurer : 'Je meurs… Ma femme… Ma patrie…', avant de mourir sur le quai.

Une voiture de la Croix-Rouge rapatria son corps en Belgique inoccupée, où il fut enterré avec les honneurs à Wulveringem. Sa veuve reçut des hommages du monde entier. Et même de Belgique occupée. Un an après les faits, la revue contrôlée par les Allemands 'L’Événement illustré' voulut consacrer un numéro à l'auteur. Dix ans après sa mort, Verhaeren eut droit à une nouvelle tombe et à un monument dans son village de Saint-Amand.

De herbegrafenis van Verhaeren in Sint-Amands in 1927. Bron: KIK-IRPA: http://www.europeana.eu/portal/en/record/2048001/Athena_Plus_ProvidedCHO_KIK_IRPA__Brussels__Belgium__AP_10385428.html?q=Emile+verhaeren

L'enterrement de Verhaeren à Sint-Amands en 1927. Bron: KIK-IRPA.