La frontière sous tension, la clôture frontalière entre la Belgique et les Pays-Bas

La frontière sous tension, la clôture frontalière entre la Belgique et les Pays-Bas

Photo de profil de Redactie
Redactie 03 septembre 2015 0
La zone frontalière entre la Belgique occupée et les Pays-Bas neutres devint vite un paradis de la contrebande. Le trafic de lettres, d’informations militaires et de denrées alimentaires foisonnait. Les jeunes désireux de rejoindre l’armée belge y traversaient également la frontière. Au printemps 1915, les troupes allemandes décidèrent de mettre un terme à tout cela. Ils érigèrent une clôture de barbelés de plus de 323 kilomètres mise sous une tension de 2000 volts. À intervalles réguliers se trouvaient des transformateurs, où les soldats allemands pouvaient surveiller les pannes de courant ou les coupures de câbles éventuelles. De temps en temps, il y avait un poste-frontière très surveillé, où il était encore possible de traverser la frontière à condition d’avoir pu obtenir les bons documents. 
 
Le « fil de la mort » avait beau être une clôture effrayante, la plupart des contrebandiers et « passeurs » ne se laissaient pas intimider. Ils imaginaient toutes sortes de combines pour passer à travers les mailles du filet ; des échelles, des gants en caoutchouc, placer des fûts entre les fils électriques... Mais peu d’entre eux maîtrisaient les dangers de l’électricité et il y eut de nombreuses victimes. D’autant plus que les troupes frontalières allemandes tiraient sur tous ceux qui tentaient de traverser le fil.

 

Réactions 0

Plus de réactions