La Saint-Nicolas en temps de guerre

La Saint-Nicolas en temps de guerre

Photo de profil de Redactie
Redactie 06 decembre 2016 60

Dans de nombreux pays d’Europe occidentale, on célèbre la Saint-Nicolas vers le 6 décembre. En Belgique et aux Pays-Bas, la Saint-Nicolas est la fête pour enfants par excellence, bien plus encore que Noël. Saint-Nicolas apporte alors friandises et cadeaux. C’était également le cas à la veille de la Première Guerre mondiale. Plus qu’aujourd’hui, c’était une fête de bienfaisance. Ceux qui vivaient bien pouvaient faire un cadeau, en argent ou en nature.

En temps de guerre, Saint-Nicolas continua à faire sa tournée. Ceux qui avaient suffisamment d’argent reçurent encore des friandises en décembre 1914. Les boulangers se laissèrent inspirer par les circonstances. Des zeppelins, des bombes et des grenades au chocolat s’étalèrent dans les vitrines.

D’autre part, la fête pâtit déjà de la pénurie en 1914. De plus en plus de familles étaient en proie aux difficultés. À Anvers, la Croix-Rouge dut reporter la célébration jusqu’à disposer de suffisamment de cadeaux pour pouvoir en offrir un à tous les enfants nécessiteux.

Au fil de la guerre, la pénurie toucha tout le monde. Saint-Nicolas devint moins généreux. Un poème dans le journal « Vrij België » de décembre 1916 illustre la situation : les chaussons ont été remplacés par des sabots et les gens sont déjà contents avec une tranche de pain blanc au lieu d’un livre ou d’un gâteau sucré.

Saint-Nicolas à l’étranger

En 1914, des centaines de milliers de Belges avaient fui à l’étranger. Les enfants qui arrivèrent aux Pays-Bas purent se joindre à la célébration locale de la Saint-Nicolas, qui se déroulait de la même manière qu’en Belgique. À Breda, des milliers d’enfants néerlandais et belges virent Saint-Nicolas arriver en bateau en 1914. On ne tira pas les coups de canon de bienvenue habituels pour ne pas rappeler la guerre aux enfants belges. Les comités de soutien locaux redoublèrent d’efforts pour leur offrir une belle fête.

En Grande-Bretagne, il n’y avait pas de tradition de Saint-Nicolas. Le grand saint y passa pourtant. Les organisations de réfugiés organisèrent des fêtes de Saint-Nicolas pour les enfants belges.

Op zijn knietjes. Bede aan Sinterklaas, uit België, 1916 - Vrij België (1/12/1916), p. 1

Op zijn knietjes. Bede aan Sinterklaas,
uit België, 1916 - Vrij België (1/12/1916), p. 1