Les élections en temps de guerre

Les élections en temps de guerre

Photo de profil de Redactie
Redactie 18 avril 2018 113

En raison de la guerre, il n'y eut pas d'élections communales en 1915. Les conseils communaux en fonction demeurèrent simplement « au pouvoir ». Même si la formulation est trompeuse. Le bourgmestre et les échevins continuèrent à siéger, mais ils étaient subordonnés à l'occupant allemand. Ils pouvaient tout au plus essayer de protéger leurs habitants des règlements allemands en ne les appliquant pas à la lettre. Mais ceux qui exagéraient prenaient un risque. Les Allemands remplaçaient ou déportaient les bourgmestres ou conseillers communaux ne collaborant pas suffisamment. Le bourgmestre de Baesrode fut ainsi démis de ses fonctions et incarcéré pendant trois mois pour avoir averti les habitants que les Allemands projetaient une rafle pour enrôler de la main-d'œuvre.

N'y avait-il alors pas d'élections politiques en temps de guerre ? Que du contraire. Début mars 1918, des consultations populaires eurent lieu pour le Conseil de Flandre. Cet organe controversé, mais autorisé par les Allemands entendait obtenir l'indépendance flamande en collaborant avec l'occupant allemand. Le Conseil se considérait comme le précurseur d'un futur parlement et gouvernement flamand, mais n'avait nullement l'ambition de représenter l’ensemble des Flamands. Les « élections » se déroulèrent donc de façon peu démocratique. Pour pouvoir voter, il fallait d’abord avoir déclaré par écrit être partisan de ce qu’on appelait l’activisme. Seules les personnes en faveur de l'indépendance de la Flandre et préparées à collaborer avec l'occupant à cette fin pouvaient participer à l'élection de ceux qui siégeraient au « gouvernement flamand ».

Photo : La « Commission des mandataires » du Conseil de Flandre se considérait comme le précurseur d'un gouvernement flamand.