Les chiens sous l’occupation

Les chiens sous l’occupation

Photo de profil de Redactie
Redactie 05 janvrier 2016 66

On réquisitionnait tellement de chevaux et d’ânes en Belgique occupée que les chiens devaient encore plus assurer la force de traction qu’avant la guerre. Ils étaient attelés à la charrette à chiens et tractaient le lait du laitier, le pain du boulanger et les enfants du fermier. Les Allemands, qui ne connaissaient pas cet usage, condamnaient les charrettes à chiens qu’ils assimilaient à de la cruauté envers les animaux. Des règlements apparurent pour interdire aux adultes de s’asseoir sur des charrettes à chiens. En septembre 1917, on leva un impôt de 40 francs pour la possession de chiens. Un montant que beaucoup ne pouvaient pas payer. Ce même mois, les chiens d’une hauteur au garrot de plus de 40 cm furent réquisitionnés par l’occupant. En guise de rébellion ou parce qu’ils ne pouvaient pas payer l’impôt, de nombreuses personnes tuèrent leur fidèle compagnon à quatre pattes. Lorsque la faim se faisait sentir, de nombreux chiens étaient également tués par leur maître.