Mata Hari

Mata Hari

Photo de profil de Redactie
Redactie 13 octobre 2017 66

Un siècle après sa mort, Mata Hari demeure un concept. Les gens se souviennent surtout de l'image de la femme fatale, de la dangereuse double espionne qui utilisait sa sensualité pour soutirer des informations militaires. Dès le 14 octobre, le Fries Museum se penchera sur la femme derrière le stéréotype.

Ce n'est pas par hasard si c’est précisément en Frise qu’une exposition est en préparation. La danseuse exotique qui enjôlait Paris à la belle époque est née Margaretha Zelle dans une famille frisonne aisée. Elle épousa un officier qu'elle suivit dans les Indes néerlandaises. Après le décès de leur fils, leur mariage vola en éclats. La Hollandaise se rendit à Paris, où elle s'inventa le personnage de la princesse javanaise « Mata Hari ». Le public parisien tomba sous le charme de la mystérieuse danseuse de caractère et le reste de l'Europe lui emboîta le pas. Mata Hari reçut des propositions émanant d'Italie, d'Autriche, de Vienne et d'Allemagne. Juste après l'éclatement de la guerre mondiale, elle partit six mois à Berlin. 

Mata Hari, een gedicht van Gaston Burssens (Vlaamsch leven, 18 augustus 1918)

Mata Hari, un poème de Gaston Burssens (Vlaamsch leven, 18 août 1918)

Le reste de son histoire est moins évident. Le fait est que son voyage en Allemagne et ses nombreuses escapades avec des militaires hauts gradés attira l'attention des autorités françaises. Début 1917, elle fut arrêtée, accusée d'espionnage et condamnée à mort après un procès bâclé. Le 15 octobre 1917, elle mourut devant un peloton d'exécution dans les bois de Paris. 

Le bruxellois. Journal quotidien indépendant, 1 augustus 1917

Le bruxellois. Journal quotidien indépendant, 1 août 1917

La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie, 17 oktober 1917

La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie, 17 octobre 1917

On ne sait pas avec certitude si Margaretha Zelle était une espionne ni pour qui elle officiait, de quelle manière et dans quelle mesure. Elle fut peut-être la marionnette d'une guerre de propagande. Les Français pouvaient de toute façon faire bon usage d'une histoire détournant l'attention des pertes militaires. Les textes de son procès ont été divulgués cette année. Même après une analyse plus poussée de ces documents, le rôle que Margaretha Zelle joua ou qu'on lui attribua malgré elle restera partiellement noyé dans la brume.

Exposition Mata Hari, le mythe et la jeune fille : https://www.friesmuseum.nl/te-zien-en-te-doen/tentoonstellingen/mata-hari/