Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes

622 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 29 Septembre. Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes. Accès à 27 juin 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/zp3vt1hg45/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Nosse Gazette veut l'djoû totes les samainnes comité de rédaction: WILMaRT, J., rédacteur en chef. — E. LAMBRECHT, MARIOTTE. directeur-fondateur: E. LAMBRECHT. secrétaire de la rédaction: Maurice BERNARD, Soesterweg, 163. les manuscrits engagent la responsabilité de leurs auteurs et ne sont pas rendus. adresser la correspondance au bureau de rédaction: village elisabeth 62, amersfoort. les abonnements commencent le dimanche de chaque mois. — la correspondance doit nous parvenir le mardi au plus tard. Pour nos Morts! Yoici l'hiver. L'hiver, avec, bientôt, son manteau de neige, avec ses frimats. Parmi les jours de fête ou de deuil que la saison nous ramène, le premier, celui qui frappe au cœur plus que tout autre, c'est la Toussaint. Ce sera bientôt le 1er Novembre. Ce sera la troisième fois que nous verrons cette date au calendrier en terre d'exil. Ce jour-là, chez nous, „là-bas", à l'autre côté des fils électrisés, nos frères, nos femmes, nos sœurs déposeront, sur la tombe des êtres chers, les fleurs qui leur diront qu'on ne les oublie pas. Ce jour-là, au pays occupé, la foule, en longs cortèges silencieux, ira déposer, sur les tombes des héros tombés pendant la campagne, les fleurs qui leur diront que le souvenir de leur sacrifice reste dans toutes les mémoires. Ce jour-là, au front, nos camarades de l'Yser iront déposer des fleurs sur les tombes de ceux qui ont donné leur vie pour défendre le dernier lambeau de territoire belge. En Hollande, il y a, disséminées un peu partout, des tombes de soldats belges, de petits soldats qui sont morts sans avoir la consolation de revoir les leurs, ni sans avoir la pensée que leur mort, du moins a été utile ou bonne à quelque chose, de petits soldats qui, transplantés de chez eux ici, se sont étiolés comme les fleurs se fanent quand on leur coupe la tige, et qui s'en sont allés vers l'inconnu, vers l'abstrait, là où l'on ne souffre plus.... Ceux-là, bien peu penseront à eux, si ce n'est leur famille, qui est au pays, et qui pleurera en pensant qu'ils sont abandonnés et que personne n'ira saluer le cher disparu. Et bien, il ne faut pas que cela soit! Il faut que le 1er novembre, chaque tombe de soldat belge soit fleurie, par des mains amies, pour que l'on sache que nous n'oublions pas. Et pour ce faire, notre petit bulletin a décidé d'ouvrir, dans ses colonnes, une liste de souscription pour que chacun apporte sa petite part, même la plus modeste, à cette manifestation de fraternité et de reconnaissance à ceux qui ne sont plus. Camarades internés, pauvres diables sans le sou, vous qui avez déjà tant donné pour tant d'œuvres et qui avez tant besoin du peu que vous recevez, faites quand même, à la prochaine solde, une retenue, ne fusse que d'une cent, pour nof malheureux frères d'armes! Civils, riches et pauvres, artisans, bourgeois, rentiers, envoyez-nous votre obole pour fleurir la tombe de ceux qui sont morts loin des leurs et dont le tombeau serait délaissé. Ligues du souvenir, ligues patriotiques ou autres, sociétés philantropiques ou d'agrément, groupement belges, envoyez-nous vos fonds pour nos camarades morts en exil. „Amon nos Autes" lance un vibrant appel à tous, sans distinction de race, de langue ou d'opinion. Ceux qui sont morts n'étaient, à nos yeux, ni Flamands, ni Wallons, ni d'opinion religieuse, ni libres-penseurs! C'étaient des Belges! Ils étaient de la grande famille belge, si dispersée aujourd'hui. Remplaçons donc leur famille! Donnons à leurs vieux parents, à leur femme, à leurs enfants, la consolation de savoir que le cher disparu n'est pas abandonné. j. Que chacun nous envoie quelques sous qu'il aura récolté et nous aurons vite assez d'argent pour remplir le but que nous nous sommes assignés. Que ceux qui savent où repose un de nos frères de malheur nous fasse savoir l'endroit de la sépulture afin que pas un ne soit oublié. „Amon nos Autes" publiera la liste des dons reçus NUMERO 13 PRIX: 2 CENSES ET D'MEIE 29 SEPTIMBE 1917

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Amon nos autes: nosse gazette veut l'djoû totes les samainnes appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Amersfoort du 1917 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes