Informations belges

289881 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 06 Decembre. Informations belges. Accès à 18 août 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/251fj2b17b/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

N°S37 6 Décembre 1917 InformationsBelges Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, ea certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (m) signifie : Information indirecte qui a.pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les oommunioations de servioe : 29, rue Jacques-Louer, L.E HA.VR.E (Seine-Inférieure) France. Echange de télégrammes entre le président Wilson et le roi Albert. — On trouvera, ci-après, la traduction des télégrammes échangés entre le président Wilson et le roi Albert, à l'occasion de la fête patronale du Roi des Belges : Télégramme du président Wilson. « Ce m'est un plaisir de transmettre à Votre Majesté, à l'occasion de sa fête patronale, les souhaits amicaux de la population des Etats-Unis. Je saisis cette occasion de renouveler l'expression de notre profonde sympathie pour les souffrances endurées par la Belgique sous la domination préméditée, cruelle et barbare d'une autocratie prussienne désappointée. La population des Etats-Unis n'a jamais été plus déterminée que dans sa décision de mener à bien cette guerre contre cette force et d'assurer, dans l'avenir, l'obéissance aux lois des Nations et le respect des droits de l'humanité. (Signé) Woodrow WILSON. » Télégramme du Roi des Belges. « Je vous remercie cordialement pour vos chaleureux souhaits. La Nation belge appréciera hautement la sympathie que lui manifeste, par l'intermédiaire de son Président, la puissante République américaine. Elle a pleine confiance dans l'aide de l'Amérique pour sa restauration politique et économique. (Signé) ALBERT. » (xx) — Un soldat belge donne un exemple magnifique d'héroïsme et de dévouement humanitaire. — La citation suivante a paru à l'ordre du jour de l'armée belge : « Storme, Georges, soldat mil. 1915, artil. lourde : Soldat brave et courageux, téléphoniste depuis six mois à un P. O. journellement bombardé, n'a cessé de donner le plus grand exemple de calme et de sang-froid ; déjà blessé une première fois par éclats d'obus, a refusé son évacuation ; vient d'être intoxiqué par des obus toxiques tombés dans son abri. S'est offert pour subir une opération de transfusion sanguine. A subi la soustraction d'une quantité notable de sang et a, de cette façon, sauvé la vie à un de ses camarades. » Georges Storme a été décoré de la Croix de guerre. (xx). — La manœuvre séparatiste allemande en Belgique occupée. — La presse stipendiée pousse à la haine des races. — Le profond mépris que les Belges du territoire occupé, ceux d'expression flamande autant que ceux de langue française, témoignent aux entreprises allemandes des « aktivistes », ne fait pas reculer les rédacteurs des feu'Hes stipendiées par l'ennemi. Assurés de l'impunité, protégés par la « deutsche Polizei », ces servi- teurs de l'ennemi se saisissent de tous les prétextes pour tenter de faire naître la discorde entre Flamands et Wallons. Le Bruxellois, sous-officieux de la « Rommandantur » de Bruxelles, imprimait dans son numéro du 2829 juillet 1917, ces lignes aussi odieuses que mensongères : « On nous écrit de source autorisée que certains directeurs de charbonnages du pays de Liège font tout ce qu'ils peuvent pour empêcher le charbon d'être mis à la disposition des populations flamandes ; comme on sait, les bateaux charbonniers doivent passer quelques kilomètres de territoire hollandais sur la Meuse, et à cause de cela il faut une déclaration d'après laquelle ces charbons ne seraient point destinés ni à la Hollande, ni à la Belgique. Or, cette déclaration que ces messieurs refusent de signer, sous mille prétextes, sont (sic) (N. D. L. R.) ainsi cause du retard mis à servir de charbon la population flamande. « 11 est presque incroyable que la haine des races puisse être poussée à ce point. Le jeu de ces Messsieurs n'est pourtant point sans danger, car nous pourrions, de notre côté, « retarder» l'envoi de pommes de terre, de grain et de beurre à titre de représailles ». On remarquera, d'abord, les mots : « ni à la Hollande, ni à la Belgique » ; mais à qui, dès lors, ces charbons seraientils destinés ? A l'Allemagne ? Il est d'évidence que les maîtres de charbonnage , chez lesquels les Allemands prélèvent, d'office, pour leurs besoins et pour l'exportation en Hollande, à titre d'échange au profit de l'Allemagne, une importante partie de la production houillère, craignent, à juste titre, de voir le peu de charbon réservé aux Belges détourné de sa destination. Cela suffit à expliquer leurs légitimes appréhensions. Ils connaissent, pour l'avoir appris à leurs dépens, la valeur d'un engagement teuton. Mais les feuilles des « Kommandanturen », habiles à travestir la vérité, cherchent à souffler la zizanie entre les Belges. Vains efforts. Les valets de l'envahisseur useront leurs faibles ongles sur le dur granit de l'unité nationale. (xx) — Les déportations sévissent à nouveau en Belgique occupée. — Un collaborateur du Telegraaf, d'Amsterdam (28 novembre 1917, édition du matin), se dit en mesure d'affirmer que les déportations, qui à proprement parler n'ontjamais cessé en Belgique occupée, ont repris avec une vigueur nouvelle dans le pays de Waes (Flandre orientale). « Le Conseil des Flandres (pseudo gouvernement « aktiviste » N. D. L. R ), se réjouissait et se glorifiait d'avoir mis une fin aux déportations en Allemagne », écrit ce collaborateur. « Le Conseil n'a

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes