Informations belges

118 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 14 Mars. Informations belges. Accès à 19 fevrier 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/222r49kc5p/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

N° 27 o 14 Mars 1917 INFORMATTIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première . de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 53, rue des Gobelins, M-.E HA.VR.E (Seine-Inférieure) France. (xx) — La légende des conventions anglo belges. Le « Arnhemsche Courant » sur la manœuvre allemande. — La dernière manœuvre allemande consiste à accuser la Belgique d'avoir, dès 1906, manqué à sa neutralité en concertant avec l'Angleterre des arrangements secrets contre les Allemands. D'après ceux-ci, la preuve de la culpabilité de la Belgique se trouverait dans des documents qu'ils ont saisis à Bruxelles et qui ont trait non pas, comme l'a dit la " Norddeutsche Alige-meine Zeitung "— par " erreur de lecture " ! — à des conventions, mais à des conversations entre deux officiers anglais et belges. Le journal " Arnhemsche Gourant '" (n° du 20 février 1917, édition de midi), relevant les dernières accusations allemandes le jour même de leur publication, fait à leur sujet les commentaires suivants : « Mais enfin, que démontrent ces archives bruxelloises ? Rien, sinon que les diplomates Belges, n'étant pas plus bêtes que ceux des autres pays, entrevoyaient bien que la formation del'Entente cordiale, comme conséquence de la Triple-Alliance, augmentait le danger de la guerre européenne. Personae ne pourra prétendre qu'en cela il faut voir un reproche à l'adresse de l'Entente qui se défendait contre la formation de l'Alliance Allemande. « La « Norddeutsche Allgemeine Zeitung, » le porte-voix du gouvernement allemand, va de nouveau rechercher ces archives bruxelloises à l'occasion de la note du gouvernement belge accompagnant la réponse de l'Entente à la proposition de paix, où la Belgique est dénommée o puissance strictement neutre ». La « Norddeutsche » fait donc usage des archives bruxelloises afin de démontrer la non-neutralité do la Belgique. « Le journal invoque les rapports du baron Greindl, du colonel anglais Barnardiston et d'autres qui ont trait aux pourparlers avec le général belge Ducarne à propos d'un débarquement de troupes anglaises én Belgiqae et dans le Nord de la France. D'après ce plan, 100,000 Anglais devraient débarquer à Calais, à Boulogne et à Cherbourg du 3e au 15e jour de la mobilisation belge et, alors, d'après le plan, le transport aurait lieu de Boulogne vers Bruxelles, de Calais vers Louvain et de Cherbourg vers Charleroi. Ces transports commenceraient à partir du 16e jour de la mobilisation et devraient être terminés le 17e. Ce plan a été remis en 1906 par l'état major anglais à Barnardiston afin d'être présenté au négociateur belge Ducarne. « Il est possible que ces données soient authentiques et ne soient pas privées de contexte ; mais alors, leur valeur n'est que problématique. Nous ignorons si le Gouvernement belge a approuvé ce plan ; mais, même si cela est le cas, on ne peut pas trouver pkis, dans tout ce plan, qu'un schéma défensif pour la défense de la Belgique contre une attaque allemande. La force minime de l'armée anglaise débarquée (100.000 hommes contre les millions d'Allemands), indique que ce secours doit tout simplement être considéré comme un secours momentané à l'armée belge qui, après l'occupation de la ligne de la Meuse, ne disposerait plus de réserves suffisantes à l'Ouest du pays. D'ailleurs, pour une attaque, on aurait bien pu transporter cette armée anglaise un peu plus à l'Est que Charleroi et Bruxelles. « A notre avis, par cette nouvelle publication, le Gouvernement allemand n'a pas réussi à montrer les pourparlers Anglo-Belges autrement que comme des mesures préventives d'une puissance garante contre le manque de parole, attendu mais non moins injuste, d'une autre puissance garante. » (xx).— Un geste généreux du grand écrivain italien, Gabriele d'Annunzio. Il donne 2,000 fr. aux œuvres des permissionnaires belges et des enfants belges déportés. — D'après l'Information (no du 12 mars 1917) le grand écrivain italien, Gabriele d'Annunzio a réparti aux œuvres suivantes les trois mille francs du prix Bonaparte que lui a décerné le Comité des Gens de Lettres: œuvre des permissionnaires belges, œuvre des enfants belges déportés, œuvre des amis des soldats aveugles. Tous les belges lui seront reconnaissants de ce geste généreux.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Réactions 0

Plus de réactions

Emplacement

Sujets

Périodes