Informations belges

83 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 04 Septembre. Informations belges. Accès à 17 juillet 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/086348kn5t/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

N° 445 4 Septembre 1917 INFORMATIONS BELGES Observation importante Les difficultés inhérentes à L'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou de leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur source. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur source. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes d'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 52, rue des Gobelins, LE HA/VR.E (Seine-Iuférleure) France. Réquisition du cuivre, des chevaux et du lin en Belgique occupée.— Dans toute la Belgique, les Allemands ont réquisitionné le cuivre. Ils prennent cette fois tout ce qu'ils trouvent : boîtes à lettres, anneaux de buffets, cadres, plaques, accessoires et outils de bateaux, etc... Le tout devait être- livré pour le 20 août. Après cette date, des gendarmes se livraient à des visites domiciliaires. A Esschen, près de la frontière, tous les chevaux ont été enlevés. Dans la région de Courtrai, les réquisitions de lin prennent des proportions fantastiques. Un souvenir de l'invasion allemande de 1914 en Belgique : un type d'affiche allemande. — Au début de l'occupation en Belgique, l'administration allemande a toléré et même encouragé la réimpression des affiches et proclamations officielles placardées par les autorités militaires ou par le gouvernement allemand. Plus tard, constatant l'effet, très défavorable pour elle, produit par ces publications sur l'opinion publique tant en Belgique qu'en pays neutres, l'administration allemande les a interdites dans le courant de 1915. Un de ces petits livres, qui a échappé aux saisies, intitulé « Souvenirs historiques. Liège et ses affiches de guerre. Affiches placardées à Liège et environs, du 4 août au 1er mars 1915. — Les éditions Brian Hill, 106 b, rue de l'Arbre-Bénit, Bruxelles-Ixelles », — reproduit, entre autres affiches que l'on peut qualifier de barbares, celle apposée sur les murs de Chockier, près de Huy, le 21 août 1914 et qui, semble-t-il, n'a point encore été livrée à la publicité. Elle dit, notamment : « Il y aura des perquisitions dans les maisons. Si l'on trouve des armes, la maison sera incendiée avec les personnes occupantes. Celui qui tentera de s'échapper sera fusillé. » (xx). — Arrêté allemand au sujet des attentats contre les chemins de fer. — Les innocents paieront pour les coupables. — Un journal belge teutonisé (n° du 29 août 1917), publie ce qui suit : « Attentats contre les chemins de fer. « Avis du gouverneur de Bruxelles et du Brabant ■en date du 22 août 1917. « De nouveau, dans ces derniers temps, des dégâts ont été commis aux installations des chemins de fer ainsi qu'aux fils des télégraphes et des téléphones. Je me vois par conséquent obligé de prendre des mesures plus rigoureuses à l'égard des coupables et des communes. « Chaque commune est responsable des déprédations commises, sur son territoire, aux voies ferrées, etc. Elle est obligée de surveiller les mauvais éléments de la population et d'aider à la découverte des coupables. Ceux-ci sont punis avec la plus grande sévérité, selon les lois de guerre. Lorsqu'il s'agira d'enfants que leur minorité judiciaire soustrait à la peine, des mesures pénales seront prises à l'égard des parents parce qu'ils n'auront pas exercé une surveillance suffisante. « Lorsque les coupables n'auront pas été découverts, les contributions pénales qui seront imposées aux communes seront plus élevées. En cas de négligence de la part des communes dans la surveillance des mauvais éléments de leur population ou en cas d'insuffisance de l'aide prêtée à l'occasion de la recherche des coupables, on appliquera des mesures pénales telles que l'interruption rigoureuse de la circulation, etc. « En outre, à l'avenir, dans des cas spéciaux, je ferai prendre des otages. « C'est pourquoi j'adresse un appel pressant à toutes les communes, aux personnes influentes et aux classes éclairées de la population pour qu'elles aident à empêcher les attentats contre les chemins de fer, les vols de fils, etc. » (xx). — La crise alimentaire à Anvers. — D'après une information du «Ylaamsche Nieuws », reproduite par le Nieuwe Rotterdamsche Courant (numéro du 4 août 1917, édition du soir), les pommes de terre étaient introuvables à Anvers, au commencement du mois d'août 1917. Les Allemands exercent une telle surveillance aux portes de la ville qu'il est impossible d'introduire même un kilo de tubercules dans cette dernière. Le pain est rare et, depuis plusieurs mois, on ne distribue plus de riz. Les habitants reçoivent, tous les deux mois, quelques grammes de chicorée et 75 grammes de café, lequel, dans les magasins particuliers, se vend 42 francs le kilo — parfois plus. Le beurre manquera pendant le mois d'août. Eu égard à la pénurie de graisse et de lard, la cuisson des pommes de terre et des légumes se fait à l'eau.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Informations belges appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Le Havre du 1916 au 1919.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes