Informations belges

253 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1918, 31 Juillet. Informations belges. Accès à 22 août 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/g73707xk16/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Informations Belges Observation importante Les difficultés inhérentes à l'état de guerre rendent actuellement impraticable le contrôle régulier des nouvelles de presse concernant la Belgique occupée ; lorsqu'il s'agit de nouvelles indirectes, il est seulement possible, en certains cas, de s'assurer de l'exactitude de leur texte ou ae leur substance, par un contrôle de leur source première de publication. On aura donc égard aux classifications ci-après : (x) signifie : Information indirecte et qui, tout en présentant des caractères suffisants de vérité, n'a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xx) signifie : Information indirecte qui a pu être contrôlée sur texte de presse ou sur document. (xxx) signifie : Information de source officieuse ou officielle belge. Les notes à.'information directe et personnelle ne sont précédées d'aucun signe. Adresser les communications de service : 29, rue Jacques-Louer, JLE HA.VRE (Seine-Inférieure) France. (xx). — « La Belgique, objet d'amende honorable et non pas d'échange », écrit le publiciste Maurice Muret. — La Gazette de Lausanne du 24 juillet 1918, sous la signature de M. Maurice Muret, publie un article intitulé « La Belgique et la Suisse » dans lequel l'auteur souscrit aux déclarations de M. Balfouv. M. Muret regrette qu'il se soit trouvé en Suisse allemande des voix isolées pour marquer à l'Allemagne une sorte de reconnaissance de ce qu'elle a attaqué la Belgique et non pas la Suisse. Il rappelle les paroles mémorables de Cari Spitteler : « Caïn a assassiné Abel. Après quoi Caïn abreuve de calomnies ce cadavre » par lesquelles le grand poète a passé condamnation sur l'Allemagne, et il dit en terminant que « la Belgique, conquête non valable, reste au-dessus de la mêlée ; elle doit, antérieurement à toute discussion, être restaurée et indemnisée et ceux qui l'ont mise en l'état où elle est doivent lui demander pardon à genoux, car la Belgique est un objet d'amende honorable et non pas un objet d'échange. » (xx) — La coopération de la Belgique à la guerre. — L'effort militaire belge ne s'est pas limité à l'Yser, on le sait. Les soldats du roi Albert ont pris aussi une part glorieuse aux opérations de guerre dans l'Est Africain et en Russie. Dans ce dernier pays, la coopération belge n'a pas pris fin avec le départ du vaillant corps des autos-canons qui vient de terminer, aux Etats-Unis, une marche rendue vraiment triomphale par l'ardente sympathie des Américains. En effet, Il Secolo ,(21 juillet 1918), signale une information reçue de Moscou, à la date du 18 juillet, par les Berliner Nmeste Nachrichten, et dans laquelle il est dit que des officiers belges, avec des officiers français et anglais, organisent la résistance militaire en Mourmanie. (xx). — Les pêcheurs belges victimes de la barbarie allemande. — Les survivants de deux chalutiers, un anglais et un belge, coulés par les Allemands le 26 juillet 1918, rapportent ce nouveau trait de la barbarie allemande. ^ Les équipages des barques détruites se trouvaient, depuis plusieurs heures déjà, sur le pont du sous-marin lorsque, un patrouilleur ayant été signalé, le pirate plongea sans avertissement préalable... Trois Anglais et un Belge périrent. Les autres furent secourus après avoir passé trois heures dans l'eau. (xx). — La signification allemande des mots : « Occupation amicale » — La police allemande dans le Grand-Duché de Luxembourg. — Un habitant du Grand-Duché de Luxembourg écrit à un de ses compatriotes réfugiés, au sujet de l'action policière allemande dans son pays : « La police secrète allemande ne se lasse pas un jour de mettre la main sur quelque bon et courageux citoyen grand-ducal qui a le tort d'exprimer trop ouvertement le dégoût sans cesse croissant qu'éprouve la population luxembourgeoise à l'égard des envahisseurs detestés. « Les arrestations pour « motif politique » se succèdent sans interruption ; et tout cela dans le plus grand et plus profond silence, sans le moindre commentaire de presse .. « Viennent d'être arrêtés : « M. Worré, employé au service de statistique ; M. Max Kuborn, représentant de commerce ; M, Thielen, employé des postes à la gare de Luxembourg. « L' « occupation amicale » du Grand-Duché ne présente pas beaucoup de différence avec l'occupation de la Belgique. Partout, ce sont les mêmes procédés brutaux et hypocrites : délations, mouchardises, amendes, emprisonnements, fusillades, ce sont les mêmes moyens de « pénétration pacifique » les mômes fleurs de civilisation qui germent sur le fumier de la « Kultur ». (xx). — Les « aktivistes » belges jugés en Suisse. — Dans son n° 36 du 24 juillet 1918, le journal hebdomadaireSc/Mm^ensc/ie RepublikanisclieBlaetter con- • sacre une étude au mouvement 'aktiviste' flamand en Belgique.Tout en reconnaissant que la « majorité » wallonne du pays n'a pas toujours été pressée d'écouter les doléances flamandes, l'auteur nie qu'il puisse être question, en ce qui concerne la Belgique, d'une guerre de race comme en Autriche-Hongrie et en Russie. « Il est encore moins vrai », ajoute-t-il, « que les Wallons aient traité les Flamands en Belgique comme les Allemands traitent les Polonais, les Danois et les Alsaciens. » L'auteur fait une charge à fond contre les « aktivistes » et le « Conseil de Flandre » qui après que leur pays a été dévasté et pillé viennent remercier ceux qui ont transformé leur patrie en un cimetière et en uu amas de ruines et ont privé le peuple de ses biens idéaux et matériels ...» « Mais si le bailli allemand de Belgique croit, en exhibant une série d'imbéciles comme ceux qui composent le « Conseil de Flandre », pouvoir démontrer à l'univers N° 767 31 Juillet 1918

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Périodes