Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire

123 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 10 Fevrier. Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire. Accès à 22 mai 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/g15t72br4q/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Mercredi 10 février 1915 centimes Ie numero 59meannée — N° 41 ABONNEMENTS: BELGIQUE : 8 fr. par an; 4 fr. pour six mois ; 3 fr. pour trois mois Pour rétranger, le port en sus REDACTION & ADMINISTRATION : 3, KTJE XDE" ■PL.^lSriDR.E, 3, GULSTE TELEPHONE 665 ANNONCES: Voir Ie tarif au bas de la dernière page du journal. Le theatre beige ë Londres Ce n'est pas l'exposition a Burlington House qui est la seule expression d'art beige a Londres. Deux thtëtres londoniens représentent, en ce moment, des pieces d'auteuis belges. Au petit Kingsway-theater la troupe de Carlo Liten dönne « Le Cloitre » de Verhaeren, qui comme représentant des lettres belges, s'est acquit une belle renommée en^-Angleterre. Malg/é cela le monde n'y afflue pas. En general l'Anglais connait peu le francais et la colonie beige préféré des pieces d'un autre genre. Et, c'est qu'il y a, en ce moment a Londres, un de ses auteurs préférés, M. Fonson, qui a mis le temps de son exil volontaire a profit pour composer et faire représenter une piece, qui doit largement suffire a payer ses frais de dépla-cement. C'est le succes en plein. Tout Beige a Londres va au Criterion-theater, en plein centre de la ville, a Piccadilly, voir « La Commandanture ». Comme on voit M. Fonson qui est un homme pratique s'est dépêche pour profiter des événe-ments tragiques, qui se sont déroulés dans notre pays. 11 faut craindre la concurrence en pareille matière. Le programme dénomme son oeuvre : « une comédie tragico-comique ». Cela n'est pas mal rnventé pour divertir les Belges.... de la-bas. En 'somme, puisqu'on vit bien a Londres et qu'on n'y manque de rien, il est permis, il est nécessaire de se divertir. Mals il est de bon ton malgré tout d'etre.... de coeur avec sa patrie restée la-bas, mortellement blessée. Cela doit être en effet une sensation inespérée que de pouvoir, loin de tous ceux qui souffrent et travaillent déja au relèvement du pays, assis dans un fauteuil du der'nier « confortable », verser une larme consolatrice sur le sort de l'ab-sente.... bien entendu quand on a fini de rire. Je vois déja les dames qui se mouchent dis-crètement, qui regardant leur voisine, sont fières de leurs larmes et qui sentent dans leur corsage échancré et opulent fondre leur tendre cceur a la pensee, .-des malheurs qui se sont abattus la-bas... La-bas !... Mais oui, bénévole spectateur, il faut, avant d'etre beige, être surtout «Beulemans» ne füt-ce que pour faire plaisir a M. Fonson. Tout a son temps : les larmes et puis... « une pinte debon sang ». C'est un elixir de longue vie, dont M. Fonson possède admirablement le dosage. II connait sa pharmacie... littéraire, mieux que sa poche, puisque celle-ci grossit toujours. LS'Tecette change d'après les saisons. Som-mes-nous dans la somnolence d'urie paix abon-dante, il prend la bouteille : Sentimental extrac-tum. Quatre gouttes, halte ! cela suffit... Acid, scepticum : 2 gouttes... Vinum bonhomicum : 1 goutte... Extract, idiotiae... 1 goutte. Le tout allonge au jus de langue chinoise. Agitez avant de vous en servir ; remede unique et efficace. En temps de guerre, c'est encore la simplicité même. Les gens qui sont a Londres sont fatigues du travail, neurasthéniques a force de pensera ceuxqu'ilsont laissés la-bas par devoir.. Attendez : rayon supérieur : Sirop de gros rire... Mais ils ont obliges de penser aux malheurs de la patrie : rayon des poisons a têtes-de-mort: 4 gouttes mélodramatiques. Le tout mélange de guimauve d'amour... Ie bel amour!... Nous connaissons M. Fonson comme homme super-habile. Cette fois-ci il s'est surpassé et je Ten félicite. Il a garde contact intime avec ceux qui ont passé la mer avec lui. Il les con-naissait avant; il faut qu'il continue a les connai-tre; qu'il les conduise par la main vers son theatre, partout oü il ira. La l'heureux auteur se tient en habit derrière son guichet, sourit et salue profondément et continuellement en longues files, les Beulemans entrent! H. B. .••>•*»••> LA GÜERRE Sur le front occidental Bulletin offlciel allemand affiche a Gand Grand quartier general, 7 févr.— Au sud-est d'Ypres, nous avons pris une tranchée ennemie; 2 mitrailleuses anglaises sont restées en notre pouvoir. Au sud du canal de La Bassée, l'ennemi est parvenu jusque dans une de nos tranchées. Le cornbatjfcontinue encore. Sur tóüfle front, des combats d'artillerie. Communiqués officials francais Paris, 5 fév. (3 heures). — En Belgique les aviateurs déploient une grande activité. Les dépêches d'hier annoncèrent la prise d'une tranchée ennemie a Pouest de la chaussée d'Arras a Lille, au nord des Ecuries. Au sud d'Arras un duel d'artillerie, de même W'S Pozières (au nord-ouest d'Albert) a Hav (nord-ouest de Péronne) et a Bailly (au sud de Noyon). Dans les environs de Perthes rien de nouveau. Dans l'Argonne une attaque contre Bagatelle. Nous avons repris les 100 metres de terrain perdus d'abord. Dans les Vosges des combats d'artillerie. Sur les autres parties du front rien d'important. Paris, 5 févr. (11 heures du soir). — Dans la nuit du 4 au 5 février, des détachements allemands ont essayé de s'avancer de Notre Dame de Lorette. L'artillerie a été en action dans la vallée del'Aisne, en Champagne et au nord de BeauSéjour.É*gg Nos troupes ont attaque au nord de Massiges. L'ennemi a tenté une attaque. Dans l'Argonne, nous nous sommes installésdans nos nouvelles'positions avancées è Bagatelle.I^ En Alsace une attaque allemande eut lieu au sud de Altkirch. Un aeroplane a jeté des bombes sur St-Dié. Quatre personnes ont été tuées. Le transport de troupes anglaises On dement de Dunkerque la nouvelle d'un grand transport de troupes anglaises vers le continent. Il est vrai que toute la semaine des troupes sont arrivées ici, maïs le premier grand transport sera pour plus tard. Les autorités militaires observent le plus strict silence a son sujet. Un aeroplane Amsterdam, 6 févr. — On mande au Berliner Tageblatt qu'un aeroplane anglais a survolé la ville d'Anvers. L'aviateur ne fut pas atteint par les balies allemandes. Les tranchées francaises Un correspondant de guerre du « Tagliche Rundschau », qui a visite Ie champ de bataille de Soissons, parle en termes tres élogiéux de la facon dont les Francais creusent leurs tranchées. La caractéristique de leur système, dit-il, c'est leur maniere de se fortifier dans diverses positions consécutives, reliées entr'elles et formant un veritable dédale. Si on ne les en empêche, ils peuvent se défendre directement dans une deuxième tranchée après avoir perdu la première. Les dernières tranchées sont cónstruites d'après la nature du terrain et par du tout parallels aux premières. Vues d'en haut elles apparaissent même perpendiculaires. Le Francais ont employé souvent des carrières comme positions ou même pour remplacement de leur artillerie, et a Soissons ces retranchements dépassaient les nótres en hauteur, et aussi par le fait qu'elles pouvaient flanquer nos lignes. Il faut reconnaitre que les Francais profitent partout magistralement de la nature du sol dans l'art de se fortifier. A Furnes Le bombardement de cette ville par les Allemands, qui dure depuis des mois et est repris presque tous les jours, continue. Le 25 janvier surtout il fut particulièrement violent. Une douzaine de maisons furent endommagées; pas de morts, mais quelques blessés. Les autorités belges ont dü suspendre le trafic par voie ferrée entre Furnes et Dunkerque a cause de l'espionnage. Une nouvelle decoration La Chambre francaise a decide de créer une nouvelle decoration : « Croix de Guerre ». Elle sera distribuée aux officiers et soldatsquise sont distingués depuis le commencement de la guerre. Sur le front oriental Bulletin officiel allemand affiche a Gand Qrand quartier general, 7 févr. — Des duels d'artillerie sur tout le front. A part cela, rien d'effectif. Communiqué officiel autriehien Vienne, 6 fév. — Sur tout le front des Car-pathes et en Bukowine, le combat dure encore. La situation en Pologe et en Galicie ne chan-gea pas. Un attaque nocturne a Lopuczno fut repoussée. Communiqués officiels russes Petrograde, 4 fév. (P. T. A.). — Le combat a la Bzura et la Rawka continue avec la même violence. Nos troupes, ayant pris l'offensive, ont passé le confluent de la Bzura et se sont emparées d'un partie de la position ennemie de Dakowo. Prés de Borzimov, Gumin et Voliach Idlowska nos attaques alternent avec celles des ennemis. L'artillerie est continuellement en action. Sur le restant du front de la rive gauche de la Vistule, au sud du cheminde fer de Skiernivice-Varsovie, combats d'artillerie. Nous avons fait sauter le pont sur la Nida, construit par l'ennemi prés de Gerniki. Les tentatives de l'ennemi pour reprendre une offensive locale sur la-Nida, prés de Rembovout, I sur les rives de la Dunajec et en face de notre tête de pont de Konar, ont été enrayées. Au nord-est des Carpathes notre offensive continue dans la region du défilé Uszok. Au sud-est de l'Uszok nous continuons a tenir tête è des forces considerables. Petrograde, 5 fév. — En Prusse oriëntale nous nous sommes avances, le 3 février, sur les deux rives de la Schéschoupe, dans les environs de Landsdehnen. Sur la rive gauchë' de la Vistule le combat sur le front Borzimow-Valia Chiellowska fut d'une extreme violence. Les Allemands em-ployèrent ici, sur un front de 10 verstes, 7 divisions, soutenues par le teu de 100 batteries. Quelques divisions luttaient sur un front d'une verste. (Une verste est egale a 1,067 metres). Une contre attaque commenca dans la nuit du 3 février et eut pour résultat toute une série d'attaques a la baïonnette. Les Allemands ont pris la defensive prés de Borzimow. Nous avons attaque violemment Gunin (Gumina). Nous avons attaque la contrée de Volia Chiellowska que l'ennemi occupe depuis deux jours. Le combat continue avec le même acharne-ment. Dans les Carpathes le combat se déroula sur le front du Duklapass aux défilés de Wyschkow. A Svidnik nous avons eu quelques succes. Dans les défilés des Beskides nous avons oppose a l'ennemi une vive resistance et attaque au moins 10 fois a la baïonnette, a quoi les Allemands répondirent par des contre-attaques. Le 3 février, nous avons pris la resolution de retirer nos troupes de cette position avancée. Les tentatives de l'ennemi de s'avancer par le col de Wyschkow vers Tartarow furent arrêtées. La situation Voici la situation générale sur ce front, d'après le « Daily Telegraph * En ce moment se déroulent en Pologne occidentale et dans les Carpatfe des événements d'importance capitale, En ee qui concerne la Pologne occidentalei|^s attaques allemandes sur la Rawka s'accentuenf. Sur la chaine de montagnes qui sépare la Galicie de la Hongrie les allies austro-allemands continuent a envoyer des troupes fraiches par les défilés. Ces troupes se déploient sur un front qui se développe sans cesse. Il parait du reste que le nombre d'Allemands operant dans les Carpathes est supérieur a ce qu'on supposait. Tout porte a croire que la campagne contre la Serbie, qui était préparée, ou dont, tout au moins, on avait parlé.est remise et que toutes les forces concentrées en Hongrie sont également envoyées vers le nord pour conjurer le danger russe. L'hypothèse a été émise que la crue des eaux du Danube, de la Sane et de la Drina avait ap-porté des modifications dans les plans austro-allemands ; mais il est bien possible que l'affir-mation d'un prochain écrasement serbe n'ait été qu'une feinte pour détourner l'attention des plans véritables et que les armées austro-alle-maitdes étaient destinées de prime abord a la mission qu'elles ont a accomplir maintenant. Le « Times » écrit de son cöté : Les attaques des Allemands contre les positions russes de la Bzura et de la Rawka augmented en intensité. D'après les avis des sommités militaires nous nous trouvons devant une nouvelle phase du développement des plans allemands. Il y a quelques jours seulement on pouvait admettre en toute confiance que la grande pression austro-allemande serait opérée dans les Carpathes, dans la partie centrale, pour faire dériver l'envahissement de la Bukovine. Maintenant on est d'accord que des efforts seront faits en même temps en Gallicie et dans le bassin de la Vistule. Les troupes autrichiennes dans les Carpathes ont recu des renforts importants bavarois et saxons; mais par suite de la crue du Danube leurs operations restent latentes. Les Russes tiennent les Carpathes de Duka a Wyskow. Mais les Allemands veulent un résultat sérieux : c'est ce qui explique l'archarnement sans precedent qu'ils déploient sur la Rawka et la Bzura. Le Tsar au Front Le Tsar est parti le 4 février pour le front. Jusqu'a la gare de Tsarkoë Selo il fut accom-pagné par la Tsarine et les princesses. Le general Pau Des journaux anglais affirment que le general Pau en route pour la Russie serait arrive a Karungi, la nouvelle station frontière suédo-russe. Il y aurait été recu avec beaucoup d'hon-neurs par le gouverneur general de Finlande et paries autorités. Le general Pau aurait confirmé que son but principal était d'inspecter les forces russes et de conférer avec l'fitat-major russe au sujet de plans futurs. En Italië La lettre de Giolitti Comme nous l'avons fait prévoir, la lettre de Giolitti, au sujet de la neutralité pratique et profitable a l'Italie, suscite une campagne de presse fiévreuse. Les feuilles goüvernemen-tales en vue lui reprochent de faire de l'op-position. A la Chambre il y a de violentes controverses et un changement dans la situation parlementaire ne parait pas impossible. Une partie des socialistes ont annoncé qu'ils se range-raient du cóté de Giolitti. Le journal «Avanti» contient un appel pour collaborer a l'oeuvre de la paix. Pour le 21 on fait des préparatifs pour défendre, jusqu'au bout, la question de la neutralité italienne. Au Portugal Dans les colonies portugaises De nouvelies rencontrent ont eu lieu dans l'Angola entre troupes ponagaises et allemandes. Le Portugal expédie des forces nouvelies vers sa colonie. En Mer Les sous-marins Londres, 5 février. — Beaucoup de lignes de navigation ont momentanément suspendu le service. Le « Harrison-Line », annonce que 4 navires qui devaient entrer la semaine passée ne sont pas encore arrivés. L'amirauté anglaise a fait savoir que le navire Vignor est perdu. Le navire avait été transformé pour le transport de troupes.. 194 sous-officiers et soldats de la marin^ et 80 marins, ensemble 274 hommes sont noyés. Londres, 5 fév. — Le depute Stewart a posé au Ministre de la Marine, Churchill, les questions suivantes : Est-il vrai qu'on a vu deux sous-marins ennemis a cöté d'un navire neutre ? Ce navire était-il chargé d'huile, qui provenait de Manchester ? Qui étaient les destinataires et a qui appartient le navire ? Est-ce que le transport d'huile est encore toujours permis sur des navires neutres ? Le député a posé ces questions dans le but de savoir s'il est exact comme le bruit s'en est ré-pandue en Angleterre, qu'un navire danois a ap-provisionné les sous-marins de l'huile nécessaire. Il se pourrait pourtant que ce bruit füt aussi faux que celui au sujet de la base pour sous-marins allemands sur la cóte de l'Irlande. Sur le front anglo-turc En Egypte La campagne turque contre l'Egypte semble maintenant certaine. Les plans tures qu'en Anglelerre on considérait comme illusoires semblent prendre corps et même être en voie d'exécution. Les télégrammes recus de Londres, d'Athènes et du Caire sont d'accord pour affirmer que quelques corps tures marchent contre l'Egypte. Une rencontre eut lieu mardi soir a Toussoum (rive nord du lac Timsah). Les Anglais laissèrent commencer aux Tures la construction d'un pont et les mirent après en fuite par une attaque réussie. Ce combat avait déja été precede par une escarmouche prés d'Imailich (au milieu du canal, rive sud du lac Timsah). Mercredi matin une nouvelle attaque turquefut entreprise contre Kantara, oü déja lasemaine dernière on s'était battu. Les Anglais pretendent avoir repoussé les Tures encore surce point.^ï-i, ' Les dépêches les plus récentes estiment a 12.000 hommes les troupes qui entreprirent cette attaque. Rien que par ce chiffre on voit qu'il est plus que vraisemblable que nous assistons a une tentative sérieuse. Le « Times » ajoute même a ce sujet que les Tures sont arrivés en grand nombre dans ces parages puisqu'ils ont de l'artillerie avec eux. D'après ce journal ils seraient partis d'El Arisj et auraient passé le désert dans la direction sud-ouest. Nous avons déja insisté sur l'importance de ces faits et sur leur repercussion dans la politique européenne. Nous avons en effet souligné que l'Italie, a cause de ses interets en Erythrée et de ses appétits envers l'Abissynie,sa voisine, ne peut en aucun cas permettre la fermeture du canal, dont la neutralité est garantie par la Turquie elle-même. En Bulgarie Attitude socialiste Kyrkow, secrétaire du parti socialiste bulga-re, declare dans une lettre au «Vorwarts», que son parti est formellement oppose a la guerre. Sur le front austro-serbe Communiqué officiel autriehien Vienne, 6 fév. — Rien de nouveau de quel-que importance. En Roumanie Situation calme Le calme absolu règne en ce moment dans le monde politique de Bucharest ; le mouvement irredentiste, dit le «Times», s'est momentanément apaisé. Le gouvernement ne semble pas être d'avis d'abandonner sa neutralité, du moins dans ces premiers temps et quoi-que les préparatifs militaires continuent. L'attaché militaire anglais est parti pour Sofia et le secrétaire de la legation anglaise est parti pour deux mois en congé. Aussi longtemps que la Serbie persevere dans son attitude actuelle, une marche en avant de la Roumanie parait peu probable. L'envoyé roumain est de retour de Sofia, oü il résida huit jours. Il a recu ordre de faire part des sentiments amicaux de la Bulgarie, mais il n'a apporté aucune offre de conoession. Sur le front russo-turc Dans le Caucase Le « Lokal-Anzeiger » reproduit ce qui suit, d'après le «Russkoje Slowo»: Les Tures ont recu en ces derniers temps des renforts impoftants dans le Caucase; Les Russes ont dü évacuer, devant la supe-riorité numérique turque, la province Tschorok. Les troupes turques sont renforcées par un grand nombre de Mahometans. En Perse La situation Les Russes et les Anglais essaient de faiij sortir la Perse de sa neutralité et de l'amenei a entrer en scene contre les Tures dans la province d'Azesbeidsjan. Les Russes déclarent qu'ils se vefront obliges d'occuper les provinces de Magandara, Keilan et Teheran; les Anglais les ports de Mohammerah et Bouchir. Le gouvernement persan aurait refuse malgré tout de changer quoi que ce soit a son attitude. En Afrique Le rebellion Londres, 6 févr. — Du « Düsseldorfer General Anzeiger » : La reddition de Kemp et de Maritz a laquelle on peut s'attendre a tout instant sont d'une grande importance politique et stratégique. En effet le gouvernement devait craindre constamment une attaque de leur part et devait par conséquent diviser ses forces. Plus de 1200 a 1500 boers sont sous les ordres de Maritz et Kemp. Londres, 6 févr.— Le « Düsseldorfer General Anzeiger » publie la dépêche suivante : Pretoria (Reuter). Le commandant Bezuidenhout se ren-dit avec Kemp. En Mexique La revolution Carrahza a demandé a l'embassadeur espa-gnole de Mexique de lui livrer senor Angel Deelaso, agent du gouvernement espagnol pres de Villa. Carranza l'accuse avoir aidé Villa et menace l'ambassadeur de le bannir du pays s'il ne s'exécute pas. Aux Etats-Unis L'attitude de Roosevelt Nous savions déja que Roosevelt était partisan d'une participation des Etats-Unis a la guerre en faveur de l'Entente. Il explique maintenant son attitude dans une brochure • (( Why America should join the Allies ». L'attentat contre I e pont de ehemin de fer L'inculpé, l'allemand von Horn, a été con-darr.né a 30 jours d'emprisonnement pour destruction de propriétés. dans la ville de Vance-I bero. ' i

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Périodes