Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire

200 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 09 Fevrier. Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire. Accès à 18 avril 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/kp7tm75c3q/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Mardi 0 février 1915 no centimes le numéro 59me année - N° 40 JOURNAL DE GAND ABONNEMENTS : SELGIQUE : 8 fr. par an ; 4 fr. pour six mois ; S fr. pour trois mois Pour l'étranger, le port en sus RÉDACTION & ADMINISTRATION : 3, RTJiL' IDE TTL-A-ISTJDREï, 3, G-A-ItTID TÉLÉPHONE 665 ANNONCES : Voir ie tarif au bas de la dernière page du journal. I La Neutralité Américaine IDans son numéro du 3 février dernier, la « Kûlnische Zeitung » consacre une étude à la neutralité de l'Amérique. L'auteur commente et discute les termes de la lettre que M. Bryan, secrétaire d'état des Etats-Unis, a adressée le S 23 janvier 1915 à M. le sénateur Stone. Le journal de Cologne fait ressortir que la neutralité des Etat-Unis est plutôt apparente que réelle. En conclusion, l'auteur caractérise comme suit ia réponse de M. Bryan : « C'est le point de vue de la puissance britannique qui trouve ici brutalement son expression sur des lèvres américaines. L'Angleterre possède la suprématie sur mer, dès lors il n'y a plus à tenir compte ni de droit ni d'équité ; on peut fouler aux pieds les conventions internationales et l'idéal du droit du gens. Voilà ce que proclame l'homme dont l'ambition jadis fut de jouer le rôle d'apôtre de la paix universelle. Nous sommes convaincus que les Américains-Allemands et leurs partisans donneront à cette épître la réponse qu'elle mérite. Mais son contenu nous intéresse également, car M. Bryan parle au nom du gouvernement américain. Sans exagérer l'importance de ces déclarations, ce serait cependant une erreur de les dédaigner. Nous savons maintenant ce que nous avons à attendre de la direction de M. Bryan aux affaires américaines, tout comme l'Angleterre semble le savoir. »Le langage de M.Bryan n'aurait pas été toléré jadis à Washington. Au surplus son attitude pèche contre la logique. Car du moment qu'il veut garder la neutralité des'deux côtés, il doit admettre que du matériel de guerre soit également fourni à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie.» La neutralité américaine n'est plus qu'une voile qui dissimule une servilité zélée au profit de l'Angleterre. «Voilà ce que nous savons désormais. C'est d'après cela que nous aurons à régler notre conduite. Si l'Amérique- est d'avis que seule ta force brutale est digne de respect, nous aussi nous laisserons la parole à la force brutale ». Nous avons cru devoir reproduire ce passage à titre purement documentaire, afin de montrer à nos lecteurs comment est appréciée outre-| Rhin, l'attitude vis-à-vis de l'Allemagne, des Anglo-Saxons de la Grande-Bretagne et de l'Amérique du Nord. ÉCHOS Les flls en fer barbelé Sait-on que ce furent les Boers, lors de leur résistance héroïque aux Anglais, qui inventèrent j les fils en fer barbelé qui jouent un si grand rôle actuellement dans la défense des forteresses, des positions et des tranchées ? La hausse des comestibles Différents orateurs se sont plaints au Parlement anglais du prix excessif des comestibles. Henderson a parlé de « prix de famine ». Un autre membre s'est plaint de la cherté du charbon. Asquith a promis qu'une commission s'occupera de la question. D'un autre côté le « Hamburger Fremden-blatt » annonce que le gouvernement allemand prendra des mesures contre la hausse, par bonds, de la viande, constatée dans ces derniers ' temps. Exposition belge à La Haye Une exposition belge est ouverte en ce moment à La Haye au salon de Kleykemp, où elle obtient énormément de succès. Parmi les exposants, qui sont tous des plus connus, citons : Alfred Verwee, Vict. Qilsoul, Théod. Verstraete, Baseleer et Courtens. Secours aux indigents à Anvers A Anvers toutes les personnes sans travail | (femmes et enfants) au-dessus de 18 ans sont i soutenues par le fond de chômage.Les personnes au-dessus de 21 ans touchent 0,60 fr., les autres 0,40 fr: par jour. Le chef du ménage et les enfants au-dessus de 18 ans sont pris en considération ; la femme seulement si elle est veuve. En tout, on subsidie ainsi 33.148 sans travail. Ces secours montent à plus de 100,000 fr. par semaine que la Ville seule paie. Le Conseil communal d'Anvers a refusé jusqu'ici tout secours étranger pour soulager îa misère. Une interview de Winston Churchill Le ministre de la marine anglais s'est laissé interviever par un rédacteur du « Matin». Il s'est plaint que la flotte anglaise n'ait pas de prise sur la flotte allemande, qui s'est mise en sécurité. Un seul sous-marin allemand, dit-il, qui quitte sa base et trouve un but dans nos vaisseaux, fait évidemment plus que dix sous-marins anglais qui ne trouvent devant eux aucun navire allemand. LA GUERRE La situation Les communiqués officiels ne nous ont pas appris grand chose la semaine passée. Généralement il ne s'était passé rien d'important ou rien de nouveau. Les différents fronts n'ont donc subi aucun changement, si ce n'est que par ci par là une tranchée a changé d'occupants. Si nous relisons les communiqués français et allemands, il n'y a eu en Flandre que des duels d'artillerie. L'infanterie y joua donc un rôle tout à fait de second ordre. Ce n'est que dans les dunes que quelques attaques se sont produites. Au sud de la chaussée de La Bassée à Béthune, l'infanterie est plus active. Un violent combat doit avoir eu lieu dans les environs de La Bassée et d'Arras ; les pertes anglaises, d'après le « Daily Chronicle » doivent être évaluées à 4 1/2 compagnies. Des combats entre les infanteries ennemies ont été notés sur le front Perthes-le Mesnil les Hurlus-Massiges. L'encerclement de Verdun rencontre une âpre résistance chez les troupes françaises. Sur la frontière alsacienne tout est resté en état ; les combats se livrent le plus souvent dans les environs de Ober Burnhaupt et de l'Uffholz. Quant au front oriental, l'offensive russe, cela se déduit des communiqués russes mêmes, est arrêtée. Au début, cette offensive semblait devenir sérieuse; en effet, sur toute la ligne entre Gumbinnen et la Vistule, des attaques russes furent annoncées. Le front suit à peu près la frontière de la Prusse orientale; les Russes attaquaient donc dans les directions est-ouest et sud-nord. Ces derniers jours on a parlé beaucoup de la contrée de la Sucha. (La Sucha est un affluent de la Bzura et se jette dans cetfe rivière un peu au nord de l'embouchure de la Rawka.) Deux villages furent souvent cités : Borzimow et Bolimow; c'est à l'ouest de ceux-ci que les combats ont eu lieu et que les Allemands sont parvenu à prendre le village Humin. Tandis qu'au nord de Humin (au sud-est de Sochaczew) le combat est tout en faveur des Allemands, les luttes au sud de ce village n'ont jusqu'ici rien de décisif. Le long de la Pilica et la Nida tout est calme, tandis que le long du Dunajec les communiqués annoncent une offensive austro-hongroise. Dans les Carpathes les Autrichiens sont parvenus à reprendre tous les défilés qu'ils avaient perdus; tout y redevient calme, comme c'est d'ailleurs le cas pour la Bukowine. Le front austro-serbe promet de devenir intéressant; on annonce du renfort autrichien et du renfort serbe. Nous croyons cependant qu'il nous faudra attendre encore quelque peu, avant d'apprendre que des changements se soient produits. Sur le front russo-turc, la bataille de Choï semble avoir eu pour résultat la reprise de Ta-briz par les Russes. Sur d'autres points les Turcs ont avancé quelqne peu. En Egypte on annonce une grande offensive turque, tandis qu'en Mésopotamie il y a eu de petites escarmouches entre Turcs et Anglais. On n'a rien annoncé celte semaine des colonies africaines. Quant à la guerre sur mer, à noter l'attaque de sous-marins anglais dans la Baltique contre le navire allemand «Gazelle», puis l'apparition déjà commentée dans le « Journal de Gand », de sous-marins allemands dans la Manche et surtout dans la mer d'Irlande. Au sujet du « Karlsruhe » rien de nouveau, mais on annonce la destruction du « Batovo » par le « Kronprinz Wilhelm ». Et pour finir un mot au sujet de la guerre dans les airs ; rien de sensationnel : les visites habituelles à quelques villes situées dernière le front. En résumé, tout fut relativement calme cette semaine ; quelques-uns se plaisent à dire : c'est le calme avant l'orage. Sur le front occidental Bulletin officiel allemand affiché à Gand Grand quartier général. — 6 février. — Au nord de Massiges de nouvelles attaques françaises restèrent sans résultat. Une attaque française dans l'Argonne a échoué. Communiqués officiels français Paris, 4 février. — Au nord de la Lys, des combats d'artillerie, qui furent très violents dans les environs de Nieuport. Le 3 février les Allemands nous ont attaqués près de Notre-Dame de Lorette (nord-ouest de Lens). Dans toute la vallée de l'Aisne, des combats d'artillerie. Les trois al.aques annoncées dans le com muniqué du 3 février contre Perthes, le Mesnil les Hurlus et Massiges. furent entreprises chacune par un bataillon. A Massiges les Allemands ont employé une mine qu'ils firent exploser.Nous avons construit de nouvelles tranchées à peu de distances de celles qui étaient devenues impraticables après le combat. Dans l'Argonne la journée fut calme. Dans la vallée de la Woevre et de la Seille des escarmouches entre avants-postes. Dans les Vosges, dès patrouilles adversaires se sont rencontrées. Nos troupes ont attaqué au nord-est de Kohlschlag (nord-ouest de l'Hartmansweiler Kopf.) Le dégel est général. Paris. 4 février (soir). — En Belgique et au nord d'Arras des combats d'artillerie. A l'ouest de la chaussée de Lens à Arras, nous avons attaqué une tranchée de 200 à 300 mètres. Le leu de notre artillerie fut très actif. Dans la vallée de l'Aisne nos batteries ont bombardé sans cesse les positions ennemies. Près de Verdun nous avons obligé un aviateur à descendre; il fut fait prisonnier. En Alsace nous avons résisté à une attaque allemande près de l'Uffholz. Un aviateur allemand De la frontière hollandaise, 5 février. — Le « Daily Telegraph » annonce qu'on a repêché le corps d'un officier aviateur allemand en uniforme.On a constaté que le défunt avait un éclat de schrapnell dans les poumons. On croit qu'il avait prit part à l'attaque des aviateurs contre Sheerness à la Noël. Opinions anglaises Le " New-York American » a interviewé un certain nombre d'Anglais connus au sujet de la guerre. M. G. Wells dit entre autres : « Les Français et nous avons été surpris au moment où il nous manquait des fusils, des munitions et du matériel de guerre et, lors de leur première offensive, les Allemands atteignirent presque Paris et nous étions sur le ooint d'être battus. r: - ce moment nous rassemblons des armées.» A. Conar Doyle, sir Gilb. Parker, sir E Preemantle, Lord Strachey, sir Cyprian Bridge sont à peu près du même avis. D'après Parker la guerre durerait encore six mois, d'après Strachey un an. Les autres s'abstiennent de toute prédiction à ce sujet. Sur le front orientai Bulletin allemand affiché à Gand Grand quartier général, 6 février. — Les attaques russes à la frontière de la Prusse orientale, de même que celles au sud de la Vistule, dans la contrée entre Humin et -la Bzura, furent repoussées. Le nombre des prisonniers est de 1000; nous avons pris 6 mitrailleuses. Communiqué officiel autrichien Vienne, 5 fév. — En Pologne et en Galicie occidentale la situation ne changea pas. Les attaques, que les Russes répètent chaque jour, sont repoussées chaque fois avec fortes pertes pour eux. Dans les forêts, nous avançons lentement. L'offensive russe en Bukowine arriva au milieu de janvier dans la vallée supérieure de la Modowa. Une avance vers les Carpathes fut empêchée par nos troupes à Jakobeni et Kirlibaba. Nos soldats ont repris l'offensive le 22 janvier et sont parvenus à reprendre Kirlibaba. L'ennemi se retira les jours suivants dans la direction des Kimpolunget Moldawa. Ces derniers jours nous avons livré de nouveaux combats. Nos troupes, malgré le terrain impraticable et le mauvais temps, sont parvenues dans la vallée de la Moldawa, y ont repoussé l'ennemi et ont pris Izwor, Moldaw et Breaza. Le nombre des prisonniers faits dans les Carpathes est de plus de 4000. Le quartier général Le « Daily Telegraph » annonce que le quartier général du maréchal von Hinderbourg serait à Leczyca (sur la Bzura). Le prince Joachim 1 s'y trouverait également. Les aviateurs L'agence Havas annonce que jeudi dernier plusieurs aviateurs allemands ont survolé Ha-zebrouck. Ils ont jeté des bombes sur la gare. Il n'y a eu que des dégâts matériels. En Hollande Un aéroplane français De la Frontière hollandaise, 5 fév. — Les ! deux officiers français qui ont atterri mercredi dernier avec un biplan sur l'île de Nord-Beve-land, ont été internés. Ils étaient partis de Dunkerque; l'un d'eux 1 parle le néerlandais. Un paysan a refusé de leur vendre des vêtements.Le biplan était armé d'une mitrailleuse et d'une carabine. f,. .<% En Italie Opinion de Giolitti Dans une lettre à son frère politique Peano, que la « Tribuna » publie, Giolitti proteste contre l'accusation d'avoir machiné, avec l'aide de von Bulow, la chute du ministère actuel. Au sujet de la neutralité italienne, il déclare qu'une guerre peut être nécessaire quand il s'agit de l'honneur ou des conditions vitales d'un pays. Ce serait cependant une erreur de s'y laissér entraîner dans un élan de pure sentimentalité.L'Italie pourrait vraisemblablement récolter des fruits sans prendre part à la guerre. Mais la décision à ce sujet appartient au gouvernemen actuel, qu'il appuie. Cette dernière opinion est discutée et interprêtée différemment par les organes italiens. *..0 En Mer Les survivants de l'Emden Le « Dusseldôrfer General Anzeiger » écrit ce qui suit au sujet de l'arrivée des survivants de l'Emden dans la Mer Rouge : « La nouvelle que les survivants de l'Emden étaient arrivés à Hodeida a étonné tout le monde. On sait que les troupes débarquées aux îles des Cocos, ayant appris que l'Emden était perdu, s'étaient emparées d'un vieux trois mâts anglais « Ayesho ». L'équipage de l'Ayesho se composait en tout de 44 hommes, y compris 3 officiers. Le navire était armé de quelques mitrailleuses et de petits canons. Après s'être approvisionné à Padang (Sumatra) le shooner prit de nouveau la mer. En novembre 1' « Ayesho » s'empara du charbonnier anglais <> Oxlord ». L'Oxford reçut le nom de « Ayesho » et l'équipage de l'Emden s'installa sur le nouveau navire de guerre allemand, qui attaqua plusieurs navires anglais. L' « Ayesho » arriva dans le golfe d'Aden. passa par le détroit de Bal el Mandeb, et arriva ainsi à Hodeida. » (Le détroit de Bab el Mandeb, gardé par les navires de guerre anglais et français, a une largeur de 31 km. Il est divisé en deux parties par l'île de Perim; le canal le plus large a 21 km. de largeur). Le vice-amiral Sturdée Le vice-amiral anglais Sturdée qui battit le vice-amiral allemand von Spee aux îles Falkland est arrivé à Plymouth. Il s'est refusé à toute interview. Les sous-marins Londres, 5 février. — On craint que le navire Borowdale de Sunderland, en route de Londres à Granville, ait été attaqué par un sous-marin près de St-Malo. On est sans nouvelles des navires,Sorata et Drcania. Nouveaux sous-marins anglais D'après une nouvelle de T « Associated Press », le Canada construit 20 sous-marins anglais, dont 10 doivent être livrés pour l'automne prochain. Un démenti Berlin, 5 février (Wolff). — La Légation russe de La Haye a annoncé officiellement qu'un sous-marin russe a coulé le 29 janvier un torpilleur allemand dans la Mer Baltique près de l'île de Moen. L'agence Wolff déclare que cette nouvelle est fausse. En Bulgarie Roumanie et Bulgarie L'envoyé de Roumanie a rejoint son poste à Sofia et a eu une longue conversation avec Radoslawof, président du Conseil. La Roumanie aurait promis de faciliter le ransit par son territoire pour les marchandises lestinées à la Bulgarie. On assure que les relations entre les deux says se sont améliorées et n'ont jamais été lussi étroites que maintenant. En Roumanie Neutralité roumaine D'après le « Berlincr Tageblatt » l'envoyé •usse à Bucharest a protesté contre le fait que juatre navires russes chargés de matériel de juerre et qui avaient dû se refugier à cause l'une tempête à Sulina ont dû quitter ce port indéans les 24 heures. Le ministre-président a déclaré que l'autorité 1e Sulina a agi ainsi conformément à ses ordres :t aux devoirs que la neutralité impose. Sur ie front anglo-turc En Mésopotamie Constantinople, 5 fév. — L'agence Mili annonce ; Des Mahométans qui se sont enfuis de Bassora rapportent que les Anglais ont détruit toute la ville. Toute la population s'enfuit. En Dscheddah, les Anglais ont bombardé, de la mer, différentes mosquées. En Egypte La situation Zurich, 5 févr. — Le Corriere délia Sera publie une dépêche du Caire, datée du 30 janvier, d'après laquelle 20,000 Bédouins montent sur la ligne Siwa-Sellum contre la frontière égyptienne. (Sellum est située au nord de Siwa près de la Méditerranée). L'oasis de Siwa est déjà occupée par les Sénoussis. A Suez on a concentré en ce moment 4000 Européens et 20,000 Mahométans. En Afrique Communiqué officiel Pretoria, 4 fév. — Les troupes gouvernementales sont entrées en contact avec les avant-postes allemands dans les environs de Sandfontein, à la frontière sud de l'Afrique occidentale allemande. Notes de la journée Gand, le dimanche 7 fevrier 1915. Ainsi que nous l'avons annoncé, une nouvelle fournée d'une quarantaine de gardes-civiques récalcitrants ont été appelés à comparaître, samedi matin, devant le tribunal de simple police — présidé cette fois par M. Callaert, juge de paix du 2e canton — pour refus d'obtempérer à la réquisition de M. le Bourgmestre. Le juge de police a acquitté tous les contrevenants par un jugement motivé dont nous, donnons ci-après la traduction : « Attendu que le fait de la prévention ne tombe « pas sous l'application de l'art. 556-5° du code « pénal; que sans doute cette disposition est « simplement énonciative (verklarend), ce qui « est exprimé par les mots « ou autres calami-« tés » ; mais qu'en tous les cas, le fait à t'oc-« casion duquel la réquisition a lieu, doit être « occasionnel, et en outre urgent, de telle ma-« nière que l'assistance nécessaire doive être « portée sans aucun retard : « Attendu que l'obligation de faire le service « de police que l'autorité communale de Gand « a voulu imposer aux prévenus, ne répond pas « aux conditions susvisées. « Par ces motifs, « Le tribunal acquitte les prévenus des trais « de la poursuite ». Encore une fois, c'est on ne peut plus clair et un jurisconsulte ne saurait s'y tromper ! Il reste encore à M. l'officier du ministère public près le tribunal de simple police la ressource de soumettre la question, le mois prochain, au juge de paix du 3° canton, M. Dutry, siégeant comme juge de police. Quant au parquet du Procureur, on n'est pas fixé — à l'heure où nous écrivons — sur ses intentions d'interjeter appel, ou non. On rendrait, croyons-nous, un service signalé à la partie poursuivante en se conformant à l'adage : « Laat dat potje gedekt ». Nous avons rencontré samedi matin, au sortir de l'audience de divorce, un homme bien malheureux ; c'était un mari qui s'efforce en vain, depuis près d'une année, d'obtenir la rupture du lien conjugal. — Ah ! Monsieur, me dit-il, je n'ai vraiment pas de chance, et je me demande quand finira mon supplice. Voilà des mois que je parcours, dans tous ses méandres, le maquis de la procédure ; et depuis juillet dernier, mon procès n'a pas avancé d'un pas. Tantôt c'est le défaut de signification, rendue difficile par l'absence de communications, qui tient tout en suspens; tantôt c'est le changement de local qui provoque une remise ; ce matin, c'est pour un autre motif — l'absence d'un magistrat — que toutes les affaires, y compris la mienne, ont été renvoyées à une date ultérieure. Ce sont chaque fois des courses nouvelles et des pertes de temps, car mon conseil m'a dit que si j'étais absent à une seule audience, je risquais d'être déclaré déchu de mon action, la loi exigeant ma comparution « personnelle » à chaque acte de de la procédure. Et si ce n'était que cela I Mais je dois, en vertu d'un jugement rendu au début de l'instance, payer à ma femme une pension alimentaire; plus la procédure se prolonge, et plus se prolonge aussi le temps pendant lequel i! me faudra payer à une épouse coupable une somme relativement considérable, et qu'il m'est douloureux de lui allonger.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Journal de Gand: politique, industriel, commercial et littéraire appartenant à la catégorie Liberale pers, parue à Gand du 1856 au 1923.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes