L'écho d'Anvers

283 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 15 Decembre. L'écho d'Anvers. Accès à 26 août 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/0r9m32nw83/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

No. 66. Mardi 15 décembre 1914. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît 2 fois Direction-Rédaction : ARTHUR DE GERS. Paraît 2 fois a midi et 6 heures. Bureaux : Bergen*op-Zoom, Boschstraat 68. a midi et e heures. EDITION DE MIDI. Avis aux réfugiés belges. Afin de remettre autant que possible en relations directes les membres des familles belges séparés du fait de la guerre, ,,l'Union Franco Belge", établie à Calais, engage les intéressés en Hollande de lui adresser saris retard, tous renseignements les concernant, en indiquant lisiblement : leur nom, prénoms, profession, adresse au moment de l'émigration et leur adresse actuelle. Sitôt qu'un lien est établi l'U. F. B. s'empresse d'en informer les intéressés. Un très grand nombre de dossiers ayant pu déjà être établis ont permis de retrouver un certain nombre de familles. Envoyer toutes communications à M. A. Robbe, directeur de l'Union Franco Belge, 3 Boulevard International à Calais (France) en joignant o. 25 centimes (coupon-réponse).Cette œuvre est purement philanthropique et ne comporte aucun frais. Communiqués officiels. Instructions du ministère des sciences et des arts. Note pour les membres, {non militaires, du personnel enseignant, officiel ou subsidié, qui se trouvent momentanément en France, en Angleterre ou en Hollande. L 1. Règle générale. Il est du devoir des membres 'du personnel attaché aux établissements d'enseignement, officiels ou subsidiés, de s'informer par tous les moyens en leur pouvoir, du point de savoir si les autorités dont ils relèvent ont décidé la réouverture des classes. Lorsque ces autorités ont décidé la réouverture des classes, il pst, en principe, du devoir du personnel de ge rendre à son poste. Ainsi, les professeurs d'Athénée bu d'école moyenne auront à se conformer à la décision prise par leurs bureaux administratifs; les instituteurs primaires adoptés ou adop tables, à la décision prise par leurs comités irespectifs; les instituteurs primaires communaux, à la décision prise par leurs autorités communales.2. Congés et Traitements. Si les 'membres du personnel attaché aux établissements d'enseignement, pf-ficiels ou subsidiés, ont des motifs d'ordre personnel (par exemple: la qualité de militaire réfermé, de garde civique licencié) qui les fempêchent de rejoindre leur poste, ils doivent demander un congé à l'autorité dont fis relèvent. Les professeurs de l'enseignement de l'Etat et les instituteurs (communaux-qui, malgré la réouverture des cours, restent à l'étranger sans congé régulier ne peuvent prétendre à la jouissance de leur traitement. Les bureaux administratifs et les communes ine sauraient être tenus de payer deux traitements, oelui du titulaire d'une place, absent sans congé, lët celui de l'intérimaire désigné pour le remplacer. Le fait, toutefois, de demeurer à l'étranger sans congé régulier ^'entraînera pas la révocation. 3. Collaboration en Angleterre ou en Hollande au fonctionnement d'écoles destinées aux enfants des réfugiés belges. Le ministre des sciences et des arts itie peut que se réjouir de voir les membres du personnel enseignant, officiel ou subsidié, résidant en Angleterre et en 'Hollande, jse consacrer en faveur des enfants des réfugiés belges, à leur mission d'éducation pu d'instruction. Il est disposé à faire parvenir mensuellement à ces agents des acomptes sur le montant de leurs traitements. Ce bénéfice toutefois n'est àccordé qu'aux membres du personnel appartenant à des établissements, dont les autorités compétentes ont ajourné, en raison des circonstances, la jreprise jdes cours. Le bénéfice de la conservation de leur traitement peut être étendu aux agents appartenant à des établissements dont les cours ont repris, lorsque ces agents ont à faire valoir des raisons graves et légitimesi (qualité de militaire réformé, de garde civique licencié) pour ne pas rejoindre leur poste en Belgique. Employés belges de chemin de fer Sur la demande de Ja 'Compagnie des chemins de fer anglais, lesi employés des chemins de fer belges (réfugiés en Hollande partiront pour l'Angleterre pour y être employés aux chemins de fer anglais. Ce départ est fixé au 22 décembre. Une centaine1 sont déjà partis aujourd'hui. Celui qui ne répondra pas à l'appel de ,l'Angleterre ne touchera plus d'appointements de l'administration des chemins de fer belges. Ouvriers métallurgistes. On demande des ouvriers métallurgistes pour travailler aux Etats-Unis. Pour tous renseignements s'adresser Nassau Dillenburgstraat 2 5, La Haye. (Comm. Echo Belge.) En Belgique. Nos pertes Matérielles. M. Henri Masson, avocat près la cour d'appel à Bruxelles, a fait le relevé des pertes matérielles subies par la Belgique après 82 jours de guerre. Depuis lors, elles ont encore fortement accru. Bâtiments, Commerces, Forts, Bâtiments Publics, Oeuvres d'art, Usines. Livres Sterlings Liège et environs 6,916,000 Tirlemont 1,104,000 Louvain 7,432,000 Aerschot 248,000 Malines 1,532,000 Namur 4,786,400 Dinant et châteaux 3,134.000 Charleroi et environs 20,632,000 Mons 136,000 Tournai, Leuze, Ath 100,000 Hasselt, Turnhout, Moll 308,400 Alost 392,000 Termonde 384,000 A la campagne, récoltes, vivres, châteaux, villas 56,722,800 Anvers et environs 20,230,000 Etat : bâtiments, voies ferrées, monuments, ponts, routes, etc. 48,000,000 Dommages: commerce, pertes: sans travail 40,000,000 ê 212,057,600 Soit en Francs 2,544,691,200 A la frontière. KOEWACHT, 12 déc. (N.R.O.) A présent que les frontières sont quasi complètemenO'ermées, les soldats allemands semblent pratiquer une surveillance plus active quant aux personnes qui tentent d'entrer ou de sortir de la Belgique. Toutefois, la faim poussent quelques uns à gagner la Hollande, mais les sentinelles ennemies sont sévères et tirent au 2me avertissement. Vendredi, deux personnes furent ainsi tuées. Nos TélépaiiiiBS, A l'Ouest. PARIS, 12 décembre 3 heures. Les Allemands ont évacué la rive-ouest du canal de l'Yser. Nous occupons actuellement cette position. Dans la contrée d'Atrecht 'Arras) notre aitillerie réduisit au silence celle de l'ennemi. Dans l'Aisne, deux batteries allemandes furent démolies. Dans d'autres contrées également, notre artillerie et même l'infanterie obtinrent l'avantage. Nous avons fait sauter un blockhouse allemand et conquis plusieurs tranchées ennemies. Le Gouvernement Français à Paris LONDRES, 12 déc. (Reuter) Le président Poincaré et ses ministres sont rentrés mercredi a Paris, d'accord avec les décisions préalablement prises. Léopold voi? Battenberg. BERLIN, 12 décembre. La nouvelle annoncée dans les journaux espagnols se confirme : le prince Léopold von Battenberg est mort au champ i'honneur. Léopold von Battenberg, lieutenant au 8me bataillon du Hampshire Regiment, est le frère ie la Reine d'Espagne et le neveu du Roi d'Angleterre. Le «JFriedricb Karl» sombré. PARIS, 12 déc. (Le Temps) D'après des renseignements reçus au Ministère de la Marine Français, le croiseur allemand ïFriedrich Karl» (9050 tonnes) aurait rencontré, fin novembre, ane mine dans la mer Baltique 3t sombré avec une grande partie de son équipage. A Lods. BERLIN, 12 décembre (W.B.) La ville de Lodz a très peu souffert depuis les derniers combats. Quelques faubourgs et usines sont endommagées. Le centre de la ville est quasi intact. Le Grand Hôtel, où l'animation est énorme, est indemne. Le tram électrique circule ;omme d'habitude. Le bombardement de Cracovie commencé, ROME, 12 décembre (officiel, le Vienne, au «Central News). Les Russes ont commencé le Dombardement de Cracovie. Les habitants qui s'y trouvent rncore ont reçu l'ordre de se ^éfugier dans les caves. Le butin des Serbes. NISJ, 12 décembre. Le 9 décembre les Serbes capturèrent 100 officiers, 20.000 soldats, plus de 70 canons, 50 mitrailleuses, 1 drapeau et des quantités de matériaux de guerre. Sur le front Valjewo-Usitze, e 8 décembre, tombèrent en )utre en leurs mains: 28 officiers, 3 médecins, 2237 hommes. Sur le front Nord, près des Dositions au N. de la ligne Ktosmaj-Waronitsa de violents combats se déroulèrent contre l'imposantes forces Autrichiennes : ces dernières subirent des Dertes énormes et luirent en lésordre. Mardi et Mercredi des milliers le prisonniers arrivèrent à Nisj. Leur arrivée impressionna fortement la population: ils étaient iéprimés et mouraient de faim. [ls sont logés chez l'habitant, jui les nourrit. Dépêches de Nuit. A l'Ouest. PARIS, 13 décembre 3 heures. La journée d'hier tut particulièrement calme. Dans la contrée au S. E. d'Y-pres, l'ennemi fit trois attaques violentes, qui furent repoussées. Dans la forêt de Le Pretre nous gagnons énormément de terrain. PARIS, 13 décembre 11 heures. Aux deux extrémités du front, deux attaques allemandes échouèrent: une au N. E. d'Ypres, une aux environs de la gare d'An-spach.Le communiqué allemand. BERLIN, 13 décembre (W.B.) Après l'échec de l'attaque française contre Apremont (au S.[E. de St. Mihiel), l'ennemi nous attaqua sur une large étendue à Flirey, (mi-chemin de St. Mihiel et Pont à Mousson). Cette attaque se termina par une prise de 600 prisonniers français et une quantité de morts et blessés. Nos pertes comptent 70 blessés. Sinon, la journée au front-ouest fut calme. Poincaré à Reims. PARIS, 14 décembre. Le président Poincaré rendit une visite à la ville de Reims et fdicita ceux qui dirigèrent la ville pendant le bombardement.A l'Est. PETROGRAD, 13 décembre. La bataille sur le territoire de Przasnysz "et Ciechanow se déroule normalement. Les Allemands ont recommencé, les 10 et 11 décembre, leurs attaques acharnées sur le front Ilow-Lowicz;, elles furent repoussées nuit et jour avec des pertes énormes pour l'ennemi. En différents points, nous fîmes des contre-attaques à la baïonnette, qui furent couronnées de succès. En d'autres points, sur le front à la rive gauche de la Vistule, seul un duel d'artillerie est à mentionner. En quelques endroits, l'ennemi recula légèrement de nos lignes de défense. Au Sud de Cracovie, la bataille est extrêmement violente. Le 10 décembre, nous capturâmes 4 canons, 7 mitrailleuses, 4000 prisonniers. Le 11 décembre l'engagement fut tout aussi acharné. Aux passages des Carpathes, depuis la Dunajec jusqu'à Bali-grod, (la partie extrême - ouest des Carpathes), d'importantes forces autrichiennes sont apparues : elles essayent de commencer l'attaque générale. PETROGRAD, 13 décembre. Aux environs de Mlawa, nous continuons nos attaques sur tout le front avec succès. Le 12 décembre, nous conquîmes une position ennemie dans la contrée de Prasnycz et Czycanof ; nous poursuivîmes l'ennemi reculant jusqu'à la frontière. Notre cavalerie fit une charge réussie, qui causa de fortes pertes aux Allemands. Sur le front Ilow-Lowicz, les Allemands continuent leur offensive acharmée, ce qui leur coûte cher: nous remportâmes une position d'assaut.» Au N. de la Bzura et d'autres points sur la rive gauche de la Vistule, il n'y a que quelques combats isolés. Au S. de Cracovie, la bataille continue, sans apporter unchan-gement à la situation. Dans -les Carpathes, il y a des hauts et des bas continuels. Le communiqué allemand. BERLIN, 13 décembre (W.B.) En Pologne-Nord, nous avons romparté une quantité de positions ennemies. Nous prîmes au cours de ces opérations 11.000 Russes et 43 mitrailleuses. En Prusse orientale et en Pologne-Sud, pas de nouvelles. Le communiqué Viennois VIENNE 13 décembre (W.B.) En Galicie occidentale, l'aile gauche Russe fut défaite près de Limanowo, et forcée de battre en retraite. Toutes les attaques sur le reste du front ont échoué. Nos troupes ont franchi les Carpathes, continué activement la poursuite des Russes et livré plusieurs batailles. Ce midi, les Autrichiens ont repris : Neu Sandec (S. E. de Limanowo), Grybow, Gopliœ, Zinigrod, (3 places à l'est de Neu Sandec). La province de Zemplèn est nettoyée ; nos troupes tiennent bon aux passages de la Bukovine, sur la ligne Suczawa-Tales. Aucune bataille en Pologne-Sud.Au Nord de Lowicz, nos alliés continuent l'attaque avec avantages.A Cracovie. BERLIN, 13 décembre (K.N.) Des avis privés, reçus a Vienne, disent que les Russes sont refoulés à 40 km. de Cracovie", aux côtés N.E., E. et S. La ville est toujours alimentée : l'armée fournit la viande pour la population. Il y a de la farine pour 4 ou 5 mois. Le sucre fait défaut. Les charbons, l'alcool et le pétrole suffisent. Bombardement de Batoum, PETROGRAD 13 déc. (T. A.) Le 11 décembre, vers 2 heures, le « Goeben » et le torpilleur Turc Berk-i-Satwet tentèrent de bombarder les forts et la ville de Batoum, mais sous le feu de nos forts, le « Goeben » s'éloigna bien vite. CONSTANTINOPLE, 13 déc. (W. B.) Le grand croiseur Sultan Jawoes Selim (alias « Goeben ») mit Batoum en feu, le 10 décembre. Les batteries Russes répondirent, mais sans succès. (Conciliez-moi ces deux dépêches ! Cherchez le bluffeur !) Victoire des Monténégrins. CETTINIE, 13 décembre. Les Monténégrins continuent leur offensive. Nous avoB s pris Visegrad et capturé en quantité vivres, équipements, et prisonniers.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'écho d'Anvers appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Bergen-op-Zoom du 1914 au 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes