L'écho d'Anvers

452 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 27 Octobre. L'écho d'Anvers. Accès à 15 juin 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/4t6f18t417/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

No. 18bis. Mardi 27 Octobre 1914. 10 centimes. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît à Midi Direction-Redaction : ARTHUR DE GERS. D .. M... rarait a Midi. „ „ „ _ . . _ Parait a Midi. Bureaux: Bergen»op=Zoom, Boschstraat 68. Edition spéciale de 6 heures La bataille dans les Flandres. Dernière Heure. SLUIS, 27 octo j. La situation à Bruges est loin d'être calme aujourd'hui ; les mouvements de troupes sont ininterrompus. Les cafés peuvent rester ouverts jusqu'à 10 heures du soir, mais sans autorisation spéciale, personne ne peut se trouver en rue après cette heure, Sans permis spécial, la circulation en auto ou en bicyclette n'est pas admise. Hier, les Anglais furent avertis qu'à 6 heures, ils devaient évacuer Bruges, Ostende et toutes les autres villes des Flandres. Cet ordre concerne les hommes de 18 à 60 ans. Les officiers allemands avaient reçu ordre de rassembler toutes ces personnes et de les conduire en groupe à la frontièie Hollandaise. L'autorité supérieure allemande aurait pris ces mesures pour sauvegarder les sujets anglais qui se trouvent à Ostende, Blan-kenberghe, etc., contre un bombardement meurtrier de la flotte anglaise. Des charrettes et des autos pleines de blessés, venant du front, entrent continuellement en ville ; non seulement les hôpitaux de Bruges, mais toutes les maisons privées sont encombrés de blessés. Les trams de Bruges à Sluis apportent à tous moments de nouveaux contingents de réfugiés : ici également les personnes hésitent beaucoup à rentrer en Belgique. Hier de nombreux automobiles avec des prisonniers Belges (3me régiment et grenadiers) et Français (cavalerie), arrivèrent à Bruges. Ils sont internés au palais de justice. Les < familles peuvent rendre visite'de 8 à 11 heures. Un train de prisonniers Anglais arriva de Thoui out : parmi eux beaucoup d'officiers. A Bruges il y a actuellement une forte garnison allemande ; beaucoup de marins, notamment ceux que nous avons rencontrés à Anvers. Les Allemands imputent leurs dernières grandes pertes au manque absolu d'artillerie lourde. Hier, et durant toute la nuit, des trains partirent continuellement avec des wagons chargés de canons, dans la direction de Thourout, pendant que ce matin 19 trains arrivaient à Bruges apportant chacun d'eux 1000 hommes d'infanterie. Ils furent aussitôt envoyés dans la direction de Nieuport. Ces armées sont destinées à couvrir l'aile droite allemande. Dans les rues et les cafés de Bruges, les Allemands chantent avec entrain leurs airs populaires. Les troupes qui amènent les prisonniers racontent qu'en ce moment la bataille près de Nieuport est à son point cul-mihant, et qu'à tout moment on peut attendre le résultat final. Cinq navires anglais apportent des troupes fraîches vers Nieu-poi t : trois vapeurs réussirent à débarquer leurs hommes. Les deux derniers steamers furent malheureusement coulés par les batteries allemandes,fqui se trouvent le long de la côte de la mer; de ce fait, ils encombrent le passage, et empêchent le retour aux trois premiers vapeurst Ce matin, plusieurs trams chargés de poutres partirent de Bruges, sous les ordres des ponton-tonniers allemands et de troupes marines dans la direction de Bruges Port de Mer. Pour le quart d'heure le bruit du canon devient plus perceptible et plus proche, qu'auparavant. L'artillerie tonne continuellement D'après une information de source sûre, le France aurait fait appel à l'Angleterre, et insisté pour que les côtes françaises soient préservées d'une invasion allemande et que le canal soit barré à la flotte ennemie. A Bruges, les mesures prises par les Allemands sont devenues plus sévères : il est défendu de stationner en rue. FLESSINGUE, 27 octobre. 300 réfugiés sont arrivés aujourd'hui d'Ostende. Un second vapeur est attendu à tout moment.Le canon tonne de la direction d'Ostesde. La destruction de Dixmude BERLIN, 27 octobre. De source allemande, on annonce que la bataille au-delà de l'Yser continue favorablement. Dixmude et les villages situés dans les environs directs ont été complètement rasés. Le bombardement de Nieuport. PARIS, 27 octobre. — La ville de Nieuport est bombardée. Les Allemands continuent leurs violentes attaques sur le front de Nieuport à Dixmude, sans arriver pourtant à des résultats décisifs, d'après les derniers avis reçus. Sur le reste du front, dés attaques énergiques furent repoussées au cours de la nuit. Les Pertes Belges. LONDRES, 27 octobre. Le « Daily Mail » apprend du Hâvre, d'après les communiqués officiels belges, que la situation était bien meilleure dimanche que la veille, lorsque les Belges devaient lâcher leur position aux bords de l'Yser. Les nôtres, renforcés par les alliés, firent encore plusieurs attaques. Les Belges, au cours de ces 10 derniers jours, perdirent 10,000 hommes en morts et blessés. Les pertes allemandes sont beaucoup plus fortes. En Belgique. Avis aux Gardes Civiques Belges La seconde réunion des gardes civiques Belges se tiendra : Jeudi 29 octobre à midi, au <c Nederlandsch Koffiehuis» Grand' place, à Bergen op Zoom. Le comité espère pouvoir communiquer les réponses à recevoir du Hâvre, Londres et La Haye aux fins de savoir si tous les gardes Belges peuvent rentrer inpunément en Belgique. Nous prions tous les intéressés d'assister nombreux à la prochaine réunion. Le cardinal Mercier. Un habitant de la ville a reçu de son Eminence, le cardinal Mercier, archevêque de Mali nés, un écrit dont nous extrayons le passage suivant : cc Pendant les douloureux événements qu'a traversés notre patrie, ce fut un réconfott que d'apprendre avec quel charitable empressement votre généreux peuple a accueilli nos fugitifs. La Belgique a contracté envers la Hollande une dette de reconnaissance, dont elle pourrait difficilement s'acquitter. » Nos Télégrammes y Le paip devient rare. HERSTAL, 26 octobre. — Le pain devient rare. Devant chaque boulangerie on a posté un agent de police et un soldat. Le pain n'est distribué que par ration. A Wandre on a mis la vente du pain sous contrôle. On dit que la quantité disponible de grain ne suffira plus que pour quelques semaines. Un journal flamand à Londres LONDRES, 26 octobre. — Parmi les émigrés belges en Angleterre 70.000 sont des Flamands. Va paraître, à leur service, un journal hebdomadaire en langue flamande qui sera intitulé De Stem uit België («La voix de la Belgique»). Le Kaiser a été ep prapce. LONDRES, 26 octobre. Le « Times » apprend que le Kaiser a été dans le quartier-général allemand en France, à Mézières. Accompagné du roi de Saxe, il a visité les forts conquis et l'hôpital, où se trouvent beaucoup de blessés du corps d'armée saxon. HONGKONG, (source allemande) 26 octobre. Les deux ci oiseurs anglais « Minotaur » et « Hampshire », fuyant devant les croiseurs allemands « Gneisenau » et « Scharn-horst », ont trouvé un abri dans le port chinois de Hongkong. Lta bataille d'Aehel. VALKENSWAARD, 26 octobre. Le bombardement du monastère L'Ermitage à Achel a coûté aux Allemands quatre morts et neuf blessés. On s'étonne de ce que personne n'a été blessé parmi le public curieux, R propos du général heman BERLIN, 26 octobre. Les autorités militaires font des recherches, si le général Léman serait la même personne que le sous-officier Henri Leh-mann, originaire de Herzberg, qui déserta en 1870 de l'armée allemande. (Sous réserves. Le bruit ne semble avoir aucun autre fondement que des racontars de caserne). Le procès. SARAJEVO, 26 octobre. Prononçant Sun réquisitoire contre les accusés du meurtre sur l'archiduc-héritier d'Autriche, le procureur du roi-empereur a dit que le prince-héritier serbe doit avoir été au courant du complot. Il requiert la comdam-nation de Princip et de ses complices. Le verdict sera prononcé le mercredi 28 octobre. El? Perse. TEHERAN, 26 octobre. La Russie ayant refusé de retirer ses troupes du nord de la Peise, le gouvernement du Shah prépare une deuxième démarche, plus énergique. Il a formé deux nouveaux régiments, de sorte que ses troupes sont plus nombreuses que le corps d'occupation russe. FRANCFORT, 26 octobre. La « Gazette de Francfort » opine que l'occupation de Valona (Albanie) par des troupes italiennes se lait en connivence avec le gouvernement autrichien. La ebassè aux croiseurs allemands. LONDRES, 26 octobre. Plus de 70 croiseurs anglais, japonais, français et russes, sans compter les croiseurs auxiliaires, font la chasse aux huit ou neuf croiseurs allemands qui infestent les mers mondiales. Dernière Heure. La retraite de Varsovie. PETROGRADE, 27 octobre. Les Allemands se sont retirés sur une distance de 30 lieues: la retraite lut couverte par l'artillerie lourde. Deux jours après les Russes les rattrappèrent. Nous avons repris Lownitz et cette prise nous assure la possession de Varsovie du côté ouest. Du 22 au 28 octobre, les pertes des Autrichieus en Galicie sont estimées à 17 officiers, 4150 hommes, 11 mitrailleuses et 27 canons. Les Russes continuent leur poursuite. La radiographie en campagne. Les rayons X jouent un rôle des plus important dans le traitement des blessés, spécialement dans la réduction des fractures. Les Allemands et les Français possèdent de nombreuses automobiles spécialement aménagées ( qui contiennent une installation ( radiographique complète. Ces 1 voitures ont rendu des services 1 précieux depuis le début de la guerre. < Les Allemands avaient décidé leur création peu avant l'ouverture du conflit. Ils avaient fait établir des appareils de dimensions plus réduites que ceux employés dans les hôpitaux et ( les cliniques, afin de pouvoir les ] monter dans les autos de modèle courant. Dès 1912 ils possé- î daient plusieurs ambulances de ce genre très judicieusement t comprises. i Dépêches parues ce matin. Renfort Autrichien ep Flandres. TERNEUZEN, 26 octobre. Alors que alliés étaient arrivés Samedi à Thielt, à 33 kilomètres de Gand, ils durent malheureusement reculer devant des forces plus importantes allemandes. A Gand, 10.000 Autrichiens sont arrivés hier, comme renfort. Des vivres pour la Belgique. LONDRES, 26 octobre. Mercredi, le premier chargement de vivres pour la Belgique sera expédié à Rotterdam sur vapeur hollandais. Le steamer contient 1000 tonnes de vivres. Sinistre daps le Pas de Calais. FOLKESTONE, 26 octobre. Le vapeur «Queen» est arrivé ici avec 2500 Français, la plupart des paysans des environs de Pas de Calais, sauvés du «Gautheume», qui rencontra une mine près de Boulogne. Au cours du transbordement, la panique fut telle que 30 passagers se noyèrent. Défaite Serbe. VIENNE, 26 octobre, (officiel) L'ennemi poursuivi jusque Visegrad, y fut refoulé dans la soirée du 24 octobre et nos troupes dans cette marche en avant ont atteint, le 25, les bords de la Drina. Jusqu'à la Drina, la Bosnie orientale est complètement nettoyée.Au cours de ces engagements, nous avons capturé 2 canons et beaucoup de munitions. Les Monténégrins se sont séparés des Serbes, et se retirent vers le Sud-Ouest. Près de Auchun, dans le district Save-Drina,fles Autrichiens remportèrent le dessus ; ils prirent d'assaut deux positions fortifiées ennemies, 4 canons ; une grande quantité de Serbes furent prisonniers. Les contre-attaques Serbes furent repoussées. A l'Ouest. PARIS, 26 octobre : 3 heures Hier, le long de la ligne Nieuport-Dixmude, nous avons conservé nos positions. Les troupes Allemandes qui ont traversé l'Yser entre ces deux villes n'ont guère pu arriver plus loin. Entre Ypres et Roulers, entre krmentières et Lille, à l'ouest le La Bassée et Lens, à l'Est i'Arras, la ligne s'est allongée /ers le Sud comme dit dans es communiqués précédents. Il paraît que l'ennemi a subi le fortes pertes ces derniers jours. A l'Est. VIENNE, 26 octobre. Au cours des combats près l'Ivangorod, les Autrichiens jrirent 8000 Russes et 19 canons. A Jaroslaw un colonel s'est •endu avec 200 hommes. A Zaluza, au S.O. de Sniatyn t à Pasinica l'ennemi a été epoussé.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'écho d'Anvers appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Bergen-op-Zoom du 1914 au 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes