L'écho d'Anvers

459 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 29 Decembre. L'écho d'Anvers. Accès à 26 août 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/ft8df6kx55/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

No. 80. Mardi 29 décembre 1914. L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande. Paraît 2 fois Direction=Rédaction : ARTHUR DE GERS. Paraît 2 fois a midi et 6 heures. Bureaux: Bergen=op=Zoom, Boschstraat 68. a midi et 6 heures. EDITION DE MIDI. En Belgique. Le roi-soldat. ROME, 27 décembre. (Corrière délia Sera.) Là où les villes sie font plus rares et les dunes plus sauvages, un homme se promène seul sur la plage. Il va, insensible au froid, les mains derrière le dos. Sur la haute casquette d'officier belge reluisent les insignes de général. Une petite capote noire de coupe bourgeoise, sans aucun galon, s'adapte à sa haute stature. Souvent, à cette heure crépusculaire, le promeneur, solitaire longe le rivage désert. Son œil distrait erre sur la mer ©t sur la plage. Une gravité imposante imprègne son visage. Le roi Albert ne ressemble plus que vaguement à ses portraits. Les intempéries ont bronzé sa peau et le chagrin a accusé les lignes de son visage, lui donnant une physionomie vigoureuse et marquée. L'effroyable tragédie du peuple heJge se reflète, semble-1-il. sur ce ;visage. La marée s'est retirée. Sur la plage découverte passent les patrouilles qui vont renforcer les sentinelles le looig de la côte. Le roi s'arrête pour les observer. Il aime ses soldats et leur fait tout le bien qu'il ne peut plus faire à son peuple. — on jour, camarades. Les hommes répondent : ,,Bonjour, sire". Et quelques-uns, moins au courant de l'étiquette: ,,Bonjour, roi." Les troupes l'adorent. C'est pour lui que cette petite armée pourchassée et s'acharnant contre un ennemi formidable vibre d'un prodigieux orgueil de victoire et se sent la supériorité indestructible qui vient de la conscience du bon droit. A Anvers. Les prix des vivres. Pain frs. 0.40 le kg. Sucre 1.— Sel 0.10 Beurre 3.40 Pétrole 0.70 Bœuf, porc, veau 3.— Charbons frs. 50.— les o/oo kg. Les 480,000,000 de francs leur passent sous le pez PARIS, 26 décembre (Reuter) (Le Journal) L'impôt de guerre de 480 millions infligé à la Belgique tombe à l'eau. Toutes les proclamations au sujet de cet impôt, apposées sur les murs de la ville de Bruxelles, ont été recouvertes d'affiches blanches. Le Journal de Paris affirme que le secrétaire d'état des Etats-Unis, M. Bryan, a réclamé par l'intermédiaire du ministre Whitlock, cet impôt constituant une violation de la convention de La Haye. Afin de remplacer partiellement cet impôt, le gouverneur militaire a décidé de frapper d'un impôt de 25 francs, toutes les pre-sonnes non-mariées, âgées de plus de 27 ans. Nos Télégranmes. A l'Ouest. PARIS, 25 déc. : 11 heures, Devant Nieuport, nous avons fait quelques progrès. Au N. de Lens, nous avons repoussé une attaque Allemande. Près de Puisaleine, nous avons repris une tranchée et maintenu le terrain conquis malgré diverses contr' attaques allemandes. Une attaque de nuit de l'ennemi dans les Vosges échoua. PARIS, 26 déc.: 3 heures. Le canonnade n'a pas été intense sur le front de la mer à la Lys; le brouillard empêchait les opérations. A Lihons, une trançhée prise à l'ennemi fut perdue, mais reprise après un vif combat. Dans la région de Perthes, notre artillerie réduisit au silence les batteries bombardant les tranchées que nous avons récemment conquises. Trois contr', attaques allemandes furent repoussées.Dans la Haute-Alsace nous avons fait de grands progrès. Devant Cernay, nous atteignîmes la lisière du bois sur les hauteurs O. de la ville. Nous nous y sommes maintenus, malgré plusieurs contr' attaques. Nous occupons Aspach et les hauteurs dominant Carspach à l'ouest. Le communiqué allemand. BERLIN, 26 décembre (W.B.) Au cours de la nuit du 24 au 25 décembre, les attaques des Français et des Anglais furent repoussées. Nous connaissons à présent les détails de la bataille près de Festubert. Nous capturâmes 19 officiers, 819 soldats, ^mitrailleuses et d'autres munitions. L'ennemi abandonna 3000 cadavres sur ie champ de bataille. Les Anglais demandèrent le temps pour enterrer leurs morts, ce qui fut accordé. Au cours de petits engagements près de Lihons, au S. E. d'Amiens, et près de Frayleval, au N. E. de Compiègne, nous prîmes 200 prisonniers. Hier, la bataille fut violente dans les Vosges, au S. de Die-dolshausen et en Haute Alsace à l'O. de Sennheim et le S. O. d'Altkirch. Dans ces contrées la situation est inchangée. Le 20 décembre, un aviateur français lança 9 bombes sur le village d'Inor, où il n'y a que des hôpitaux. Il n'y eut pas de dégâts importants. En réponse, les Allemands jetèrent quelques -bombes à l'intérieur de l'enceinte de Nancy Les Français bombardent Mets. LONDRES, 26 décembre (Reuter)-(Times, de Paris). On apprend de bonne source que les Français auraient conquis Bois-le-Prêtre, au N. O de Pont-à-Mousson et commenceraient à bombarder les forts de Metz! A l'Est. PETROGRAD, 26 décembre. (Officiel). Sur tout le front sur la rive gauche de la Vestule et en Galicie, il n'y a pas de changement.La nuit du 24 au 25 décembre, et toute la matinée du 25, les attaques allemandes visèrent principalement Sokatsjof et Bo-limof : elles furent repoussées avec pertes énormes pour les Allemands. La battaille sur les rives de la Pilica continue. Au cours du développement de l'initiative Russe dans les Carpathes, deux régiments dé ployèrent un courage extra-ordinaire.Sous un feu meurtrier de l'ennemi et après avoir traversé l'eau glaciale de la Jaskolka, ils repoussèrent les Autrichiens hors de leurs positions. ' Nous primes % officiers et 150 soldats. Le communiqué Viennois. VIENNE, 26 décembre (W.B.) Hier nos troupes, après 4 jours de combats acharnés, conquirent le passage d'Uszok dans les Carpathes.En Galicie, les Russes continuent leur violente offensive avec des forces imposantes ce qui leur permit de REPRENDRE LA VALLEE KRO^NO-JASLO. Aux côurs inférieurs de la Dunajec et de la Nida, la situation est inchangée. Au S. de Tomaszof, notre attaque se déployé «uns une direction Est. Le communiqué allemand, BERLIN, 26 décembre (W.B.) Les attaques Russes contre nos positions â Lôtzen furent repoussées ; 1000 soldats tombèrent en nos mains. En Pologne Nord, au N. de la Vistule, la situation est inchangée. Au cours de nos attaques au S. de la Vistule, à la Bzura, nous fîmes des progrès. A la rive droite de la Pilica, et au S. E. de Tomaszof, notre offensive eut du succès. Plus au Sud, la situation est inchangée. Lté eroiseur Prins Wilheim. SHANGHAÏ 26 déc. (Yang tsekiang). Le croiseur-auxiliaire allemand «Prins Wilheim» coula 4 navires marchands anglais sur la côte S. E. de l'Amérique du Sud. Iiugubre floëi. LONDRES 25 déc. Le colonel anglais F. M. Run-dall et sa femme reçurent en ce jour de fête la nouvelle de la mort de leurs deux fils, tombés au champ d'honneur. Prinee Itouis de Battenberg. LONDRES 26 déc. (Reuter). Le Roi a confirmé la décision d'octroyer une pension de 24000 florins par an au Prince Louis de Battenberg, pour services rendus à la flotte. Lta Suite du IÇaiser. CONSTANTINOPLE, 26 déc. (W.B.). Le général Turc Zekki Pacha, nommé adjudant particulier de l'Empereur Allemand, est arrivé à Berlin. Sous-marin Français eoulé. PARIS 26 décembre. (R.O.) Les journaux italiens annoncent qu'un sous-marin français, appartenant à l'escadre de l'amiral Peyrière, coula près de Pola, en essayant de torpiller deux vaisseaux de guerre Autricheins. L'équipage fut sauvé et fait prisonnier. lies Serbes marehent sur Serajevo. PETROGRAD, 27 décembre. (L. M. P.) On confirme la marche rapide des Serbes sur Serajevo où les soldats du roi Pierre seraient sous peu. Lies pertes Autrichiennes en Serbie. ROME 27 décembre (Fr.) On mande de Nich à la Tri-buna que les Serbes ont enterré 40000 cadavres autrichiens. Attaque Anglaise de Cuxbaven. BERLIN, 26 déc. (W.B.) Le 25 décembre, avant midi, de petites iorces navales anglaises arrivèrent dans la baie allemande et au moyen d'hydroaéroplanes des bombes furent lancées sur les bouches du fleuve, les navires à l'ancre et le gazomètre près de Cuxhaven. Les bombes n'ont pas touché et il n'y a pas de dégâts. Sous notre feu, les hydroaéroplanes se retirèrent vers l'ouest. Nos dirigeables et nos avions poursuivirent les Anglais et jetèrent des bombes sur deux torpilleurs et sur un s/s convoyeur. Sur ce dernier on aperçut un commencement d'incendie. Le brouillard empêcha de continuer la bataille. En Serbie. VIENNE 26 décembre (WT.B.) Depuis 10 jours, le calme règne ici. A la Save et la Drina, il n'y a que quelques escarmouches. Une attaque des Monténégrins contre le fort de Bileca fut repoussée. Dans le Caucase PETROGRAD, 24 déc. (P.T.A.) Aux environs de Dutah, les Turcs tentèrent en différents points de prendre une attitude offensive. Ces attaques furent néanmoins repoussées, après quoi les Turcs se retirèrent. Sur les autres points du front, la situation est inchangée. Crise ministérielle au Japop. TOKIO, 26 décembre (R.O.) Après que le Parlement eut rejeté la proposition du Gouvernement de donner plus d'extension à l'armée, l'empereur déclara les chambres dissoutes. En Afrique. LE CAP, 26 décembre (Reuter) Mercredi, une escarmouche eut lieu entre une partie d'un commando anglais et une patrouille de 60 Allemands à la rive nord de la rivière Orange, dans le Car-narvon. Les Anglais eurent 2 tués et 1 blessé. Les Allemands 1 tué et 2 blessés. LesAllemands se sont retirés. La Préméditation . de l'Autriche. ROME, 27 décembre. (Inf.) La Finanza italiana établit que quelques mois avant l'envoi de l'ultimatum à la Serbie, des banques austrohongroises avaient placé dans les banques privées italiennes d'importants stocks de consolidés et de bons du Trésor austro-hongrois, avec de fortes primes, sans exiger le payement immédiat des titres souscrits, et avec report après le mois d'août 1914. « C'est la preuve, écrit le journal, que déjà l'Autriche préparait la guerre. » Aujourd'hui, plusieurs de ces banques italiennes refusent de prendre livraison des titres et demandent qu'un décretprononce l'annulation des conventions qu'elles ont passées avec les banques austro-hongroises. lia réserve allemande. ROME, 27 décembre (L.M.P.) Le correspondant de la Stampa. à Bâle annonce que les contingents allemands répartis dans 1 empire, et constituant, en dehors du landsturm, la réserve prête à entrer en action, sont ainsi composées: à Berlin, trois corps d'armée; à Hambourg, 60.000 soldats; à Brème, 30.000 ,, à Hanovre, 40.000 „ à Duseldorf, 30.000 ,, à Cologne, 60.000 ,, à Coblentz, 30.000 „ à Wiesbaden, 15.000 „ à Mayence, 25.000 _ „ à Metz, 80.000 „ à Heidelberg, 15.000 „ à Carlsrube, 60.000 ,, _ à Strasbourg, 80.000 „ à Fribourg, 35 000 „ à Stuttgart. 50.000 ., à Ulm, ' 70.000 „ à Munich, 60.000 „ En calculant les contingents moins importants répartis dans les autres petits centres, on estime que les réserves de l'Allemagne atteignent actuellement 1.000.000 d'hommes qui, avec les nouvelles classes appelées, comprendront au printemps prochain près de 2.100.000 d'hommes.Les chiffres cités se rapportent à la situation établie au commencement de décembre Une partie de ces contingents a été très probablement envoyée depuis sur le front russe. Dépêches de Nuit. Torpilleur Anglais Coulé. LONDRES 28 décembre. Un torpilleur anglais, au cours d'une violente tempête, échoua contre les rochers à St. Andrew. Tout l'équipage put se sauver dans les embarcations. Steamer Hollandais coulé LONDRES, 28 décembre. Le s/s hollandais «Leersum» rencontra une mine la nuit dernière et coula. Cela se passa entre Scarborough et Filey : 17 hommes de l'équipage furent sauvés et débarqués à Scarborough ; il y a 2 manquants. Le «Leersum» appartient à la Oostzee-Maatschappij d'Amsterdam.Attaque du hangar à Zeppelins de Bruxelles LONDRES, 28 décembre. Mardi dernier, le commandant Davids, de la section aéronautique, survola sur biplan la ville de Bruxelles ; il s'agissait de lancer une douzaine de bombes sur le hall à Zeppelins, où un «Parceval» devait être remisé. Le commandant jeta 10 bombes, mais les nuages de fumée qui s'échappaient du hangar empêchèrent de donner les etîèts causés par les projectiles. Bruxelles minée. PARIS 28 décembre (V. D.) Une Bruxelloise, arrivée à Paris, affirme qu'un Major Allemand lui déclara que la ville de Bruxelles est complètement minée et que les Allemands feront sauter les édifices, dès qu'ils seront obligés d'évacuer la capitale.1

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'écho d'Anvers appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Bergen-op-Zoom du 1914 au 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes