L'écho d'Anvers

215 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 25 Decembre. L'écho d'Anvers. Accès à 23 juillet 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/qb9v11wg1m/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

No. 76-77. VftnrlrpHi pt SfitnA/li *?,fi rl^PAinhrA IQlzt L'ECHO D'ANVERS Organe officiel des réfugiés belges en Hollande ■ Paraît 2 fois Direction-Rédaction : ARTHUR DE GERS. Paraît 2 fois a midi et 6 heures. Bureaux: Bergen-op=Zoom, Boschstraat 68. a midî et 6 heures. EDITION DE MIDI. En Belgique. Les Allemands font la guerre ! ! Les autorités ont réquisitionné en Belgique les marchandises appartenant aux particuliers, contre simple reçu, sans désignation de valeur (qui n'a — entre parenthèses — aucune valeur). ANVERS: Coton Frs. 13.000.000 Caoutchouc 11.500.000 Laine 6.000.000 Cuirs 10.000.000 GAND. Coton, fils, etc. 8.500.000 CHARLEROI. ( .livre 1.500.000 Outils, ustensiles 11.000.000 DUFFEL Nickel 1.000.000 MALINES-ST ABROECK. Conserves en boîtes -2 500.000 En temps de guerre, l'ennemi fait des réquisitions en tei ritoire envalhi pour les besoins de l'armée; les Allemands réquisitionnent pour enrichir leurs industries. Les reçus ne mentionnent aucun prix: Vacheteur ? ? doit les stipuler, plus tard, à Berlin. A Gand. Voici les contributions votées à la séance du 7 décembre contre les Belges absents: Contributions Personnelles du Chef : Taxes : 25 à 40 frs. 2 frs. par jour. 40 à 100 frs. 5 frs. par jour. La femme : V2 fr. par jour. Chaque enfant : */% fr. par jour. 100 frs. et plus 10 frs. par jour, La femme: 1 fr. par jour. Chaque enfant : */j fr par jour. Par chef de famille on entend : le père, la mère — veuve ou le célibataire ~ majeur. Si les contributions ne sont pas payées à l'échéance, elles seront augmentées de 5 0/0. Autour d'Anvers. ROOSENDAAL, 23 dec. (D.T.) Dans la province d'Anvers également les Allemands dé-ployent une très grande activité le long de la frontière hollandaise.Tous les travaux de défense construits par les Belges au N. et au N. E. d'Anvers sont renforcés avec soin et améliorés. Entre Heide et Brasschaet, sur une distance de 15 kilomètres environ, les Belges avaient abattu tous les sapins et aménagé une large tranchée derrière un grand réseau de fils de fer barbelés. Au cours de sa retraite l'armée Belge n'avait pas eu le temps de détruire ces travaux de défense. La semaine dernière les Allemands firent une seconde tranchée derrière la premièie; celle-ci fut munie d'un toit-abri, reposant sur pilots de 1 m. 50. La seconde tranchée sert sans doute pour l'apport de munitions : des petits chemins de traverse ont été pratiqués à cet effet. Ces travaux furent exécutés par les paysans des environs, au salaire jourmalier de 3 francs. Ces tranchées sont sévèrement gardées ; nuit et jour des nouvelles sentinelles sont posées aux passages de la voie ferrée vers la Hollande. Les forts et les redoutes ont été remis en état avec une activité fiévreuse. Le fait le plus curieux de tout ceci c'est que les tranchées si minutieusement gardées sont situées du N. E. au S. E. ce qui signifierait une position défensive contre une attaque d'une direction N. E. A Duinbergen. CADZAND, 23 déc. (D. Mb.) Un médecin de Duinbergen (entre Heyst et Knocke), arrivé ici, nous informe que les Allemands dans un but stratégique firent complètement évacuer Duinbergen. Plus personne n'y put continuer à habiter. Les Allemands vont sans doute faire en cet endroit de formidables travaux de défense. A Selzaete. SAS VAN GENT, 23 décembre (D. M.) Derrière l'hospice d'aliénés de Saint Jean-Baptiste, à Selzaete, les Allemands ont creusé des tranchées et placé des canons. Dans les bois autour de Selzaete les travaux de défense continuent également. Plus loin, le long du canal de Terneuzen-Gand, les positions sont sérieusement fortifiées. Aux abords de l'hospice d'aliénés (10 minutes de Selzaete), personne ne peut circuler. La navigation sur le canal, vers Gand, est quasi nulle. On surveille étroitement les ouvriers d'usines et le personnel des bateaux. A Selzaete, les misère est grande. A Bruges. SLUIS, 23 déc. (D.Me.) Avant-hier soir, vers 10 heures, un aviateur des alliés survola Bruges. Il lança 3 bombes qui firent explosion avec un fracas épouvantable et auraient causé de sérieux dégâts. De Thielt. OOSTBURG, 23 décembre (D. Mb.) Un habitant de Thielt nous a communiqué les renseignements suivants: Samedi matin,_ vers 10 heures, une patrouille anglaise opérait à 10 minutes du sud de la ville. La garde allemande suivait les mouvements de la petite troupe anglaise, composée d'environ 60 soldats, parvint à la cerner et à capturer les soldats. On ne peut attacher la moindre importance à la prise de cette petite colonne. Ce mouvement des Anglais ne doit pas être considéré comme une avance : c'est plutôt un peloton égaré en territoire ennemi. A Thielt, tout est acheté et réquisitionné par les quartiers militaires. Les routes aux environs sont pour ainsi dire complètement détruites par le charriage de l'artillerie lourde des Allemands. Il n'y a quasi rien â faire. A la frontière hollandaise PUTTE, 23 décembre (D. Me.) La surveillance des sentinelles allemandes devient de plus en plus sévère. Récemment, nous rapportions que les Belges à la faveur de la nuit allaient et venaient par la frontière : dorénavant cela deviendra moins facile. Les Allemands ont placé en divers points de puissants projecteurs leur permettant d'éclairer toute la nuit routes et sentiers. hi Télégraines. Deux souscriptions populaires. PARIS, 23 déc. (Le Temps). Après la guerre, une souscription populaire sera ouverte (min: 5 cmes; max. 1 franc) pour offrir un objet d'art à la Reine Elisabeth de Belgique et à la Grande Duchesse cle Luxembourg. Dans la flotte anglaise. LONDHES, 23 décembre. (R. O.) officiel. Amiral Sir George Calleghan est nommé comme successeur de l'amiral Sir Richard Poore et devient commandant suprême de l'Escadre à l'embouchure de la Tamise. Communiqué Turc. CONSTAMTNOPLE, 22 déc. (W.B.). Sur le front du Caucase, nos troupes surprirent les Russes par une attaque de nuit sur leurs positions près d'Elagoes — Arhi (30 km. à l'est de Kuprikoi). L'ennemi eut des pertes sérieuses en morts et blessés, et prit la fuite. Les troupes indiennes, qui occupent l'Egypte, se rangent par masses, toutes armées, « nos côtés. [Décidément, les communiqués Turcs ne se contentent plus de mentir, ils deviennent à présent tuut simplement ridicules.] Un vaisseau de transport eoulé ? BEIILIN, 23 décembre (K.N.) A Livourne, on voit continuellement flotter des casques de soldats. Le capitaine Boyle, l'attaché militaire anglais à Rome, constata que ces casques appartenaient au 5me régiment Colonial. On se rappelle aussi la trouvaille d'une ceinture de sauvetage du s/s Argentin «Censena-rio» : tout porte à croire qu'un vapeur de transport de troupes a coulé. Jusqu'à présent aucun avis officiel n'est parvenu à ce sujet. Dépêches de Nuit. A l'Ouest. PARIS, 23 décembre, 3 heures. Nous avons légèrement avancé entre la mer et la route de Nieuport à Ostende, ainsi qu'aux environs de Steenstraete et Bixschoote. A l'Est de Béthune, avec le secours des Anglais, nous avons PRIS GIVENCHY, près de La Bassée, que nous avions perdu auparavant. Dans la contrée de Perthes et Les Hurlus, après deux attaques, nous conquîmes le dernier point de la ligne partiellement remportée le 21 courant. Ici nous gagnâmes en moyenne 800 mètres de terrain. Dans la dernière tranchée, nous prîmes une division de mitrailleuses (personnel et matériel). Une violente contr'attaque fut repoussée. Au N. E. de Beau Séjour, nous avons également progressé. Nous fîmes un sérieux pas en avant dans le bois de La Grade sur un front de tranchées de 400 m. de long et 250 m. de large. La bataille autour de Boure-uilles continue. Il paraît que les résultats, conquis hier matin, n'ont pu être maintenus. PARIS, 23 déc.: 11 heures. Le terrain que nous avons conquis, grâce à notre offensive, entre la Meuse et l'Argonne, a pu être maintenu pour ainsi dire dans sa totalité. Dans cette contrée, nos troupes ont atteint les réseaux de fils de fer barbelés et la route S. O. du bois de Forge, à l'E. de Cinois. A présent ce front suit la route vers le bois de Boneuille. Le Communiqué allemand BERLIN, 23 déc. (W.B.) Les attaques dans les dunes de Nieuport et au S. de Bixschoote furent facilement repoussées par nos armées. Près de Richebourg l'Avoué, les Anglais furent à nouveau rejeté hors de leurs positions. Malgré toutes les contre'atta-ques ennemies, l'avance acquise contre les Anglais entre Riche-bourg et le canal de l'Aire vers La Bassée, fut maintenue et renforcée. Depuis le 20 décembre, 750 prisonniers coloniaux et Anglais tombèrent en nos mains, ainsi que 5 mitrailleuses. Autour du camp de Châlons l'activité des alliés fut énorme. Les attaques au N. de Sillery, au S E. de Reims, près de Souain et Perthes furent repoussées par nous, avec en partie, des pertes sérieuses pour les Français. A l'Yser. LONDRES 23 déc. (Times) A l'Yser les Allemands firent plusieurs petites attaques, qui turent toutes repoussées. Loo, un village à 9 km. au S. O. de Dixmude est bombardé et sur le Iront Nieuport— Dixmude, ; l'artillerie allemande opère aussi. Ramscapelle est aussi bombardée.A Béthune. LONDRES 23 déc. (Times) L'artillerie anglaise a réussi à descendre un aviateur allemand qui avait lancé plusieurs bombes sur Béthune. Les Allemands ont retiré leurs gros canons des hauteurs au S. E. de La Bassée, pour les replacer à environ 16 km. de là. A l'Est. Le communiqué allemand. BERLIN 23 décembre (W.B.) En Prusse orientale et occidentale, la situation reste inchangée.La bataille continue sur la ligne Bzura—Rawka. Sur la rive droite de la Pilica, la situation n'a guère varié. Le communiqué Viennois. VIENNE 23 décembre (W.B.) Les opérations dans les Car-pathes prennent une tournure favorable. Dans le territoire de Latorcza, une tentative d'attaque des Russes près de Volocz (Volovec) échoua. Dans la vallée d'Ung, nos armées capturèrent 300 hommes près de Fenyes—Voelgy ; nous progressâmes également au N. E. du passage Lupkow, dans la direction de Lisko. La bataille continue violente sur le front Krosno—Jaslo— Tuchow et au cours inférieur de la Dunajec. A la Dunajec, la nuit dernière, les Russes firent de vaines attaques. Aux bords de la Nida, la bataille est indécise. A l'embouchure de la rivière, un pont ennemi sur la Vistule fut brûlé. Au S. de Tomaszow, une attaque de régiments venus du Caucase fut repoussée. La bataille livrée par notre allié autour de la ligne Bzura— Rawka continue. En résumé, une nouvelle bataille est engagée sur tout le front. Le communiqué Russe. PETROGRAD 23 décembre, (officiel) Hier nos opérations eurent des résultats favorables sur tout le front, surtout à la Nida, la Dunajec et dans les Carpathes. Des divisions de troupes allemandes essayent de franchir la frontière dans la direction de Mlawa. Entre la Vistule inférieure et la Pilica, l'ennemi fit la nuit dernière et toute la journée des attaques énergiques pour se rendre maîtres des contrées au delà de la Bzura et la Rawka. Nous les avons refoulés dans leurs anciennes positions. L'ennemi subit des pertes énormes : près de Skernowitsch, par exemple, 1000 Allemands tués gisaient sur le champ de bataille. Dans les Dardanelles ROME, 23 décembre (K.N.)-(Tribuna)La flotte franco-anglaise prépare une nouvelle action dans les Dardanelles. Un vaisseau de guerre français tira quelques coups contre les forts du Sud. En Afrique Portugaise. LISBONNE 23 décembre (R.O.) Dans la réunion de ce jour, le ministre des colonies informa que les Allemands firent une nouvelle attaque contre Naulila, dans la province d'Angola. Par suite du petit effectif de troupes portugaises, le commandant de la garnison battit en retraite, afin de pouvoir préparer une contr'attaque fructueuse et disperser les Allemands. L'Empereur François-Joseph serait mourant. ROME, 24 décembre. A Rome le bruit court avec persistance que l'empereur d'Au-triche-Hongrie, François-Joseph est mourant. Les secours de la Sainte Eglise lui auraient déjà été administrés.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'écho d'Anvers appartenant à la catégorie Oorlogspers, parue à Bergen-op-Zoom du 1914 au 1915.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Sujets

Périodes