L'écho liégeois

95 0
01 janvrier 1914
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1914, 01 Janvrier. L'écho liégeois. Accès à 17 juin 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/r785h7cx44/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

L'ÉCHO LIÉGEOIS Rédaction-Administration : 7, rue Trappé, Liège. ELECTIONS LEGISLATIVES du 24 mai 1914 ARRONDISSEMENT DE LIEGE CATHOLIQUES UNIS —o— Votez pour la liste H° 1 Candidats effectifs GOBLET Nicolas, député sortant, HLJSi Liège. ^HS DALLEMAGNE Jules, député sortant, Liège. POLET Hyacinthe, député sortant, Sjljm Fexhe-Slins. HH de PONTHIÈRE Charles, député sortant, Argenteau. BRASSINE Ernest ■ négociant, Qlain. ANDRIEN Pierre, bourgmestre, Cberatte. news DE JACE Léopold, docteur en médecine, Flémalle-Grande. DELVAUX Ernest, ■■ échevin, Anthisnes. DUMOULIN Max, Ml docteur^en médecine, Liège. GOFFIN Henri, bourgmestre, Ans. HANQUET, Paul, fabriquant d'armes, Liège. PIRARD Georges, bourgmestre, jlff Forêt, THIMISTER Victor, pharmacien, Liège. PmhB Candidats suppléants de GERADON, ■■ député suppléant sortant, Esneux. HR TSCHOFFEN Paul, député suppléant sortant, Liège. H FRANGOTTE Henri, HE député suppléant sortant, Liège. H PAQUAY Joseph, député suppléant sortant, Ougrée. «MjKgf WIGNY Henri, 'wÊÊ avocat, Liège. PHILLIPPART Marcel, BE avocat, Liège, m L.tL JYLUJrtl. LE BOIS MORT. Il y a deux ans les Carlellistes, qui avaient bravé la pudeur publique en se montrant sans masque, essuyèrent une des plus phénoménales raclées dont l'histoire politique fasse mention. Ce fut l'élection du dégoût. Alors — « ses malheurs n'avaient pas abattu sa fierté. — » l'héritier de Frère-Orban redressa sa taille, ajusta son monocle et, en sa qualité de grand pontife du libéralisme, fulmina une excommunication solennelle contre tous les hommes d'ordre, citoyens avanl tout, qui avaient apporté leur appui au Parti de la défense sociale. « Bois mort ! » fut la suprême injure lancée à ces intègres patriotes. Cela voulait dire que débarrassé de ces branches inutiles et mépiisables, le chêne vigoureux du Parti libéral n'en serait que plus robuste et sa frondaison plus puissante. A bas le bois mort ! Deux ans se passent. Les Cartellistes, dont les joues sont encore brûlantes des soufflets du corps électoral, s'affublent d'un masque. Piètre masque d'ailleurs, qui laisse voir par ses trous la face immonde de la coalition libero-socialiste ! Et maintenant, quel spectacle ! L'héritier de Frère-Orban a dépouillé sa superbe. Le fier Sicambre adore le « Bois mort » qu'il avait brûlé, sans oser brûler les verges socialistes qu'il adore toujours, en tremblant. Du bois mort ! Du bois mort ! Il lui en faut à tout prix. Il se vautre pour le ramasser. Il appelle à lui tous les hommes d'ordre, il les supplie de considérer que le Parti libéral est le seul parti conservateur.... de l'assiette au beurre, le seul parti du juste milieu qui n'est sui aucun coin ! Et le prix du bois mort monte ton; les jours ; il est incomparable pour faire du bois de rallonge. Lamentable comédie ! Manœuvre cou sue de fil blanc ! Ah ! nous sommes du bois mort ! noui les hommes d'ordre ! Cherchez ailleurs des matériaux pour votre baraque. Nous n'y voulons pas entrer. Connusses libéraux ! Connue leur énergie ! On les a vus devant l'imminence de la grève générale alimenter le feu de h révolte, faire cause commune avec les rebelles, quitte à les désavouer après l'échec de la tentative. On vient de les voir dans la discussion des Assurances sociales, combiner leur action avec l'Extrême Gauche pour faire le jeu des socialistes. On les a vus s'encanailler avec la horde ronge et se liguer avec elle contre la loi scolaire, même contre la loi militaire en refusant les voies et moyens. Une vérité qui saute aux yeux des hommes d'ordre c'est que voter contre le gouvernement catholique serait donner des espérances et un surcroît d'audace à une coalition d'appétits où l'élément révolutionnaire l'emporte. Us ont la perception nette, les hommes d'ordre, de la catastrophe sociale où nous plongerait la défaite du parti-rempart, du parti catholique. A mesure que l'arrogance révolutionnaire éclate et que la faiblesse du libéralisme apparaît avec plus de netteté, les hommes d'ordre se rattachent de plus en plus étroitement au seul parti de la défense sociale, au seul qui soit capable de fonder un gouvernement.En Belgique, le cléricalisme, c'est la liberté, c'est l'ordre,' c'est la paix ! J. J. LA SITUATION. Electeurs ! L'heure a sonné. Pour un jour, pour une heure, pour un moment plutôt, vous êtes roi, vous êtes souverain, vous allez créer des législateurs, vous allez efficacement contribuer au gouvernement du pays. C'est bientôt fait de noircir un point sur une liste de candidats et ce coup de crayon cependant peut avoir une puissante répercussion. L'homme d'honneur n'a qu'une manière de voter ; il vote avec sa conscience, les yeux ouverts sur l'avenir de son pays. Il n'y a qu'un suffrage moral, un suffrage légitime, un seul dont on n'ait pas à rougir, un seul dont on puisse être fier, c'est le suffrage patriotique, c'est le suffrage qui n'est pas révolutionnaire. Le suffrage patriotique est celui que l'on donne aux candidats qui veulent une Belgique paisible, tranquille, une Belgique , où l'on puisse travailler à l'aise et où personne ne soit inquiété à raison de ses opinions. Quels sont ces candidats ? Où sont-ils ceux qui pensent ainsi et qui sont résolus à faire triompher cette politique du bon sens, de la sagesse, de la modération, la vraie politique belge ? Les candidats socialistes ? Mille fois non ! Par définition, ils sont des perturbateurs du pays, les éternels agitateurs, les plus incorrigibles révolutionnaires Seraient-ce les libéraux ? par hasard. Eux, qui par le Cartel ele 1911 ont livré les hôtels de ville de Bruxelles et de Liège à la dictature des radicaux-socialistes ! Les libéraux ? Eux qui, à la veille des élections de 1912, annonçaient par l'organe de 1' « Express » et de la « Gazette de Charleroi » que, s'ils étaient vainqueurs, ils associeraient le parti socialiste au gouvernement ! Les libéraux ? Eux qui, soudés aux socialistes par une chaîne de forçats, n'osent pas répudier le dogme socialiste du Suffrage Universel, stupidement éga-litaire, la formule de la démagogie et de l'universel chambardement ! Les libéraux ? Mais ils sont un quart du Parlement, les rouges l'autre quart et il est plus clair que le soleil en plein midi que, pour prendre place au pouvoir, il faut que ces deux quarts s'additionnent dans le plus formidable des Cartels, le Cartel gouvernemental ! En âme et conscience, il n'y a qu'un vote patriotique, un seul vote moral et légitime, c'est le vote en faveur des candidats de la Liste I, qui ont juré de maintenir la paix dans le pays, de n'inquiéter aucun droit, de ne troubler aucune liberté, de s'opposer virilement, énergiquement à toutes les tentatives de la révolution. ❖ * * On vient vous dir' p ur capter vos suffrages : « Le gouvern nient catholique est assez fort comme cela. Il serait dangereux d'accroître sa puissance. » Mensonge ! Le gouvernement ne peut pas être trop fort pour tenir en respect les ennemis de l'ordre, les facteurs de révolution. On vient vous dire : « Ne pas voter pour Journez, c'est faire passer Lam-brichts » La lutte suprême est circonscrite entre Journez progressiste et Lam-brichts socialiste. Il ne faut plus beaucoup de voix aux rouges pour conquérir un septième siège ; les libéraux ne peuvent qu'à grand peine garder leur troi- 5 centimes ie Numéro. N° 6.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre L'écho liégeois appartenant à la catégorie Katholieke pers, parue à Liège du 1912 au 1914.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes