La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

762 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 09 Mai. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 24 mai 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/xs5j961z3x/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Dimanche 9 : : vHS . . --••••• • ■ ^4gg^%^^feCTi!y6e*' N1* lS2 Dimanche 9 Mai 1915 LA BELGIQUE ADMINISTRATION ET RÉDACTION JJ5 |ine Moul«£«e-<ie-Sioii, S, EitftUX.EL.UES Bureaux : de 10 à il heures JOS. MORESSÉE, Directeur. JOURNAL QUOTIDIEN LE NUMÉRO : 10 CENTIMES i La petite ligne fr. 0.4-0 l RActaro* »\ant les annonces 1.00 utNONCES i C • ps du jiHirnal 4 00 J J F.tils divtrs . S.OO ! 1 ïî ( N«croli«^ia 2.00 LA GUERRE 279"" Jour de guarr» On a vu, par les dépêches publiées hier, que pendant la journée du 6, les belligérants ont visé surtout, dans l'Ouest, à consolider leurs nouvelles lignes établies par les récentes batailles dans les secteurs nord-est d'Ypres et sud-est de Verdun. Les quelques contre-attaques engagées de part et d'autre pour faire diversion n'ont pas suffi pour entretenir une réelle animation sur le et c'est pourquoi le communiqué de Paris lancé à il heures du •car a pu se Tésumer en ces quelques mots : « La journée a été calme. Rien à signaler. » Sur le front oriental, en revanche, !a bataille en fagée depuis dimanche dans l'Ouest de la Galici et des Carpathes Se poursuit avec acharnement. Dan Je secteur qu'enferment à l'ouest la Dunajec, ai nord Sa Yisfaile, à l'est la Wislocka et au sud l; route de Tamow à Pilzno, les Russes résistent, mai en petit nombre seulement suivant Berlin, sur le bwds de la Vistule, tandis que le restant de leurs rares se retire sur la Wislocka. Plus au sud, l'of-fmsive austro-allemande a abouti à l'occupation du •territoire compris entre Tarnow et Pilzno au nord, a Biala à l'ouest, les contre-forts des Carpathes au nd et la Wislocka à Test. A partir du nord de Jaslc et jusqu'aux environs de Zmigrod, cette offensive a même dépassé la Wislocka et a débordé au delà d< la Jaslotka jusque sur la ligne Jaslo-Krosno-Ryma-uow à l'est, et Dukla-Rymanow au sud. Cette der mère ligne commande les routes qui se dirigent vers les Carpathes : l'occupation par l'adversaire de ce[ routes complique particulièrement la situation de l'armée russe qui à la suite d'une longue et meurtrière o.ffensive, s'était avancée sur le versant sud des Beskides orientales. Cette occupation, en compromettant ses lignes de communication, l'oblige en effet à un mouvement général de retraite, d'autant plus difficile à exécuter que la pression de l'ail jgaache de l'armée austro-allemande des Carpathe tir he de la précipiter anormalement, et que, simul tanément, il commence à se heurter au nord aux at laques de flanc de l'aile droite des divisions enne «Bies avancées dans l'ouest de la G-alicie. On doit évidemment s'attendre à ce que l'état-ma-jor russe agisse avec la plus extrême énergie pour limiter les résultats de cette double manœuvre des Austro-Allemands. Pour ceux qui examinent froidement les choses, il n'est du reste pas douteux que cette manœuvre a bouleversé complètement la situation militaire que nous connaissions dans l'ouest d{ la Galicie et des Carpathes. Quant à ses conséquences définitives, elles ne pourront être appréciées en connaissance de cause que lorsque la bataille engagée en ce moment aura pris fin. Dans les Carpathes orientales, les hostilités sont toujours très actives, surtout dans le secteur de Ko-ziowa. Sur le restant du front, les Russes renouvellent sans répit lf-urs attaques à l'ouest du Niémen et au nord du Bobr et de la Narew, mais sans que jusqu'ici la ligne de bat ai Ut s'en trouve modifiée.Enfin, les Russes annoncent qu'en Courîande, au sud de Mitau notamment, des escarmouches se sont terminées à leur avantage. Plus au sud, en Livonie, Berlin a conclu hier à la défaite des Russes au sud de Shadow et à l'est de Rossieny, plaçant ainsi le champ de bataille sur ou proche le chemin de fer qui, par Shawlen, va de Libau à Wilna, ville où il rencontre comme on sait la grande voie ferrée Pé- SURMER — — HIK ^ ' 7 mai : Le Lujdtap^L avait à bord 290 voyageurs de promiè/r 1 classe, 6b2 voyageurs de deuxième classe et 361 de tro gîènse classa, L'equipage comportait 665 hommes. Parn les passagers se trouvaient iî. Alfred VanderbiJt et docteur PearsoD, le capitaliste bien connu qui s'accu j e ; d'industrie pétrolifère. De nombreux vapeurs sont t !-• \és porter seepurs; mais les détails manquent encore. j Le/LusijgUiiâ était le paquebot le plus rapide du moi , de et \rrdeuxième comme tonnage. Il pouvait prendre bord 4,(XX) passagers. Il déplaçait 32,500 tonnes et avai Kne vitesse de 25 milles marins. Il était parti le 1* o le 2 mai de New-York. Il a été torpillé le * mai, { 2 h. 33 de l'après-midi, à 8 milles marins au sud-oues lin Cap Head of Kinsale, à la oôte d'Irlande Londre^» ôraai : Le est encore resté 20 minutes sur eaij après le torpillage. Les passagers et l'équipage cornpoiN taient ensemble 1,900 j>e;rsoimes, 1,978 suivant une au< ire information ; 20 canots ont pu être mis à la mer. D'après uiit information de ï Amirauté, de 500 à GOd «survivants ont é\ débarqués A Çueenstown Beaucoup d'entre eux ont dû être transportas \ l'hôpitai, d'autre^ •ont morts. On * également débarqué un certain nom. bere de passagers à Kinsale. L'amiral du port de Queensl toifii a ervoyé un certain nombre de petites embarca^ fcions à l'endroit où le vapeur a sombré. mmmmfne;ywa r - n»w ^ I>t départ pour l'Angleterre du transatlantique Ma-jf&ùCj de la vVL te. Star Line, a,jXè-j;etar.dé pour cfés SffîS inconnus. Avant samedi, aucun vapeur ne quittera New-York à destination de l'Angleterre. Aberdcen, 0 mai : Trois nftyjrea^aitglais. l'Indooia, le Brennington et r Ane, qui ont été poursuivis par des sous-marins allemands, se sont réfugiés dans Te port d'Âbé73eën~ Lea mat«4ots ont déclaré que Jes sous-marins ont coulé deux autres navires anglais, dont lea équipages ont probablement péri. Copenhague, 7 mai : Le vapeur Frej^^g Rôdbv. port de F île de La.aJa.nd, Tenant de .RiTcTbôging,<£té arrêté près de Nakskov-fords nar"un allemand, qui a tiré deux coups de feu sur lui. Le oapitaine 3u Freia s^eet rendu i bord du torpilleur et a produit ses connaissements. Aprèû véri/ication, il a été autorisé à continuer son voyage. W hi:tbyx<*-rr!Sî7w*0^xs ^Tq ^p^Tma,'r^n' allemand a coulé dans la mer dhi Nord ^ ohaîuEier M^rry Isimgtonj. L'équipage a été sauvé et débarqué à Whdtby. Un autre cbalutier die Gximeby jt été coulé hier à coupa P3^011- Allemands ont remis ni e boussole aux pêcheurs lorsque ceux-ci sont desceniluti ciajis les canots. L équipage- a été recueilli par un chalutier d'Hartlepool. Queemstown, 6 mai : Le vapeur Oayo Romajio d^cljyr^ -ay^>jr -êt-à attaqué |lP0iâèaja s-rajirm allprrarsd. Co dernier a tsucé line torpille, a manqu? sonbuit. On pense qu'il s agit du sous-niann qui a ooulé hier soir le Eaorl of La-yboœa. Londres, 6 mai : Hier, près de Kinnale, le- r.roi*-màts Earl of Lathon a é+é oouJé à coups de canon par un^sôu's-ixiarm allé mand. > Londre®, 6 mai : L'équipage et l'es fw^sager^ du vapfuT Oatbay, de Oo pmhague, qui oe rendait, en Chine, ont débarqué ce ma fcin à Ramagate. On ignore encore si le navire a vraie mine ou s^il a é-t> torpillé ; il a sombré en 20 manu tôt. Il n'y a pas eu de , / L'ITALIE ET LA GUERRE / 11-ii.ix > ■ *«r mfti>wMFHi m afanaBBBB—8B—KCTW»'* W n On télégraphie de Zurich À La « Gazette de Cologne * • I — D'après le© dt«rniereô informations, les adauiux£j.lra ' ttonss des chemins de fer i«usjses ant» été aviisée® de la Kusperuàion du oralic des marchandises e>t dee envois eo grande vi/ûesee sur ta ligne Véroibe- Venise. Après lo rappel w>us le» drapeaux di^s clasees de 1*91, ltS90 et 1889, les hommes apu.ï> au service de la olawse de 1»88 ont aussi été rappeiés. Ils ont été convoqués le 5 mai par lettre et devaient se présenter endéans les 24 heures. Les soldats d'infanterie des clauses de 1876, 1677, 1876, 1879 etTSoO sont rappelés pour le lô mai,. traiis-port des classes déjà ^ép~aFuies" vers la frontiêi-e noi-d-eeiL oofiitnnu^ sans interruption. La « Gazette de Cologne Rajoute : « Tout cela démon- Îfcre sans aucun doute que la situation a atteint le suprême degré de ten/sdon. Cependant, comme nous l'avons dit hier, elle n'est pas considérée à Berlin comane dése«| pérée. Si cependant la rupture se produisait, le gouver^ TH'.m^riif, _aa.it. r.i-A^ bi^ri qu'il trouvera les puissant cee centrales préparées à laTutte. > 1 Cologne, 7 mai : \ On mande de Berlin à la « Gazette de Cologne » que l'état de la question i t al o-autrichienne est inchangé aujourd'hui, c'est-à-dire que la situation tendue existe toujours sans que l'on soit obligé de la considérer comme étant sans issue. Ce sera sans doute Y oeuvre des prochains jours d'éclairer le point de savoir si les négociations, qui ne sont pas interrompues jusqu'à présent. I'mais qui sont devenues critiques, peuvent être ramenées dams une voie moins dangereuse. Zurich, 6 mai . [ Des nouvelles privées de source italienne annoncent jue, dans les milieux politiques, on est généralement 4'avis que la situation est grave. Il faut cependant Remarquer que. ce soir, à 6 heures, le Prinoe de Bulow ^est rendu à la Comsulta et a eu un entretien assez lOjng avec M. Sonnino. On attache à cet entretien une ti&s grande importance. IL'ambassade autrichienne à Rome dément étrcergique-mfent la nouvelle que le Comte Goluchowski viendrait à Rome. / be « Giornéble d'Italia » apprend d© personnes liéri-»vlp M. Giobtti que celui-ci a déclaré tout récemment qual ne croyait pas que l'Italie participerait à la guerre. / "L'armée ttaUenna En Italie, tous les hommes valides sont astreints an service militaire de 20 à 39 anB. Le contingent annuel ést divisé en trois catégories : la première est incorporée dans l'armée active; la deuxième l'est également, mais est renvoyée plus rapidement en congé illimité; la ; troisième catégorie est versée dans la territoriale. Le service dans 1 armée active dure deux ans, après lesquels les hommes vont passer à la réserve une période de 12 ans et sont ensuite versés dans la territoriale. | Les hommes de la deuxième catégorie ne sont exercés i qa'élémentairement. Le total des forces est divisé en 4 armées, qui se compose chacune de 2 à 4 corps d'armée et de 1 division de cavaJerie. L'infanterie italienne est armée du fusil à ré-c. pétition Mannlicher, Une partie des troupes territoriales se sert encore d'un ancien fusil, modèle 1880-1887. Depuis que la guerre européenne a éclaté, l'artillerie a été renforcée. 1.* ir&nÂrzA Oa^ma m trouve à la tête ^eJ^Latrinajojtgénéral. Les commandants d'armée eont l«s généraux Nava, Frugoni, Zu-ccari et Brutato. » DÉPÊCHES DIVERSES Londre«, 7 mai : A propos des derniers combats en Flandre, la « West-i ujijivster Gazette » écrit ce qui suit : f —Nous devons déplorer la perte des positions que nous 1 avons maintenues pendant des mois ; mais cependant la forte avance de notre front a toujours constitué un danger permanent. Notre nouvelle position nous donne d'importants avantages militaires. * * * Londres, 7 mai : L'opinion prévaut généralement au Japon que la Chine, se rendant compte de sa grande infériorité militaire, cédera à l'ultimatum japonais. * * * Londres, 6 mai: Le© propriétaires de charbonnage» se sont émus de la décision gouvernementale interdisant, conformément à f avis d'une commifieion d'enquête, Y exportation des ! charbons en pays neutres à partir ciu 13 mai. Ils préten-! dent que cette décision entraînera, forcément le chômage \ dams des centaines de mine© et qu'il est indispensable [ que le ministre du commerce autorise l'exportation vers ï le* pays Scandinaves, la Hoiktn-de et l'ItaMe. \ Oartakis journaux n'admettent pas la- façon de voir : de© propriétaires de charbonnages et mettent le gcuver-: nement esn garde contre la pression que lJon va tenter d'exercer contre lui. ^ Pendant les trois premiers mois do 1915, l'Angleterre a exporté 5,S73,94j8 tonnes de charbon en pays neutres. * * * Tokio, 6 mai : Le Mikado a décidé que l'ultimatum eeraàt adressé à la Ohmeu * * # Rio-de-Janeiro, 6 mai : Le CongrëVa ouvert sa nouvelle session le 3 mai. Il a été donné lecture d'un message du Président de la République, qui expose le© mesures prises par le gouvernement pour le maintien de la neutralité dn Brésil. Le Message préconise l'introduction du service mili: taire_général. Paris, 7 mai : M. iiibot, ministre des Finances, a déposé à la Chambre un projet de loi portant à 8 milliards le montant autorisé des Bons du Trésor. M Ribot a demandé également l'autorisation d'émettre, ^.060.000.000 de francs d_e du.Tréscv à escompter en Angleterre, pcir ser vir au paieniênV (les achats du gouvernement français [dans co pays. -- * Pékiin, 8 mai: L'armé© et la flotte ont reçu Tordre de se tenir prêtes à partir. Washington, 7 mai : M.. Bry an a déclaré à nouveau que lea Etats-Unis s'en tiennent à la politique de la porte ouvert© et au maintien die l'intégrité territoriale de la Chine. Les Etats-Unis souhaitent que les négociation© sino-japonaises aboutissent à um accord satisfaisant pour les dc-ux mations. Bien entendu, le gouvernement américain ne songe nullement à sacrifia- ce.~ droit© coaK-orda-tairec en Chine ; personne du reste ne lui a demandé pareil sacrifice. COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués «ll^mandis Berlin^ 8 mai (Communiqué officiel de midi) : Théâtre de la guerre à l'Ouest. Nos batteries de la côte ont fait soi! m contre-torpilleur ennemi de vant ■. ZeebfuggeA Su : la plus ~'grànde'pattre cfrv front, ileu, cofcmv •l'habitude, des combats d'artillerie qui, à certain h. "*n<iroits, tels que près d'Ypres, au nord d'Arras î dans l'Argonne et sur les Hauts de Meuse, ont, pa 5 moment, augmenté d'intensité. Il n'y a eu une action d'infanterie que dans les Vosges, où les Fra»n l^ais ont attaqué nos positions près de Steinabriick. |des deux côtés de la vallée du Fecht, après avoii ^préparé leur offensive par une canonnade de plusieurs heures. Nous avons repoussé toutes leurs at jaques en leur infligeant de fortes pertes, g' Théâtre de la guerre à l'Est. ■j Nos troupes marchant sur L-ibau se sont emparées de cette ville et ont capturé i,G00 prisonniers, canons et 4 mitrailleuses. Théâtre de la guerre au Sud-Est. La poursuite de l'ennemi par l'armée de Macken-f ^sen, en contact avec celle de nos alliés, a continué fîbier sans interruption, abstraction faite de quelques ^combats victorieux livrés aux arrière-gardes russes. ?Nos troupes d'avant-garde >nr déjà franchi hier îsoir le Wislok, dans la région de Krosno. La mar-|chs en avant de toutes nos troupes agissant de con-|cert nous a permis de couper la retraite de quelques |forces russes assez importantes, de sorte que le nom-|bre des prisonniers faits en Galicie depuis le 2 mai rpeut être, à présent, évalué à 70,000 environ. Nous avons pris 3S canons, dont 8 de gros calibre. * * * Vienne, 8 mai (Communiqué officiel d'hier): Les avant-gardes des Alliés ont dépassé la Wis-; loka entre Pilz.no et Jaslo, en livrant de continuels f combats aux Russes qu'elles poursuivent. Au sud de ï Jaslo, entre Dukla et Rymanow, de gTOs effectifs fi de nos troupes barrent les routes des Carpathes sur f lesquelles les colonnes russes se retirent sans ordre vers le nord et le nord-est. Ces colonnes ersnemies sont suivies de près par notre armée composée de. forces alliées qui avancent à travers les Beskides. 1-e nombre des prisonniers et notre butin continuent à augmenter; rien que notre !0" corps d'armée a capturé hier 5 pièces de gros ca'ibre et 10 ca.nons de campagne. Pendant ce temps, dans le secteur est des Carpathes, nos soldats on,t repoussé des attaques désespérées de l'ennemi en lui infligeant de lourdes pertes. Ainsi hier, le feu très efficace de notre artillerie a enrayé une nouvelle offensive des Russes contre la hauteur d'Ostry; à cetie occasion, nous avons fait 1,300 prisonniers. Plusieurs détachements ont été décimés par notre feu qui les a pris de flanc. Dans le sud-est de la Galicie, l'ennemi a en vain essayé plusieurs fois de s'emparer de quelques points d'appui. Sur le théâtre méridional de la guerre, pas d'événements. Près de Belgrade, nos mortiers ont détruit des canons de marine de provenance française. * * » Constantinople, 6 mai (Officiel du grand quartier général) : -,..^v_ Devant les .Dii;:«a:;<'lle$. après avoir pris l'offensive contre l'aile gauche des troupes débarquées à Ari Burnu, nous avons exterminé un bataillon et nous nous sommes emparés d'une partie des retranchements ennemis qui étaient très fortement organisés. Notre butin comprend plus de 100 fusils et une mitrailleuse. Nos opérations contre Sedd-ul-Bahr ont de même causé de grosses pertes aux Anglais; nous avons capturé 3 autres mitrailleuses et de nombreuses munitions. Jusqu'à présent, nous avons pris en tout 10 mitrailleuses. Sur les autres fronts, rien d'important à signaler. W * * Constantinople, 8 mai. (Communiqué du Grand Quartier général) : Sur le front des"ITarrlSnëTTës, près d'Ari ïhirau, l'ennemi conserve son ancienne position au sud. Dans les environs de Sedd-il-Bahr, il a attaqué hier matin sous la protection du feu de ses navires. Le combat a duré jusque vers la soirée et nous a été favorable. Ayant contre-attaqué, nous avons rejeté l'ennemi jusqu'à son lieu de débarquement et lui avons infligé des pertes très considérables. Une partie de nos troupes de l'aile gauche a poursuivi l'ennemi jusqu'au lieu de débarquement de Sedd-il-Bahr en le canonnant vivement pendant sa retraite. A Asserbeidschan, dans la région de Dilman, il y a eu des rencontres sans importance entre nos détachements d'éclaireurs et les Russes. Sur les autres fronts, rien d'important à signaler. Communiqués des srmâss allléss Paris, 7 mai (Communiqué officiel de 15 heures): A la fin de la journée d'hier, les Allemands ont tenté une attaque en Argor.ne, près de Bagatelle, celte attaque a échoué. Sur le restant du front, notamment au nord d'Y-i près et dans la région de Vauquois, de violents com-È 1 bats d'artillerie ont eu lieu. * * * Paris, 7 mai (Communiqué officiel de 23 heures)* Dans la nuit de jeudi à vendredi, l'ennemi a en-l trepris deux petites attaques, l'une, près de Frise,! à l'ouest de Pérenne; l'autre en Champagne, près, de la pointe de Beauséjour. Ces attaques ont été re-1 poussées par notre feu. Vendredi matin, le très mauvais temps a empêché toute action ; l'après-mi-di il n'y a eu que de simples duels d'artillerie qui, par endroits, sur les Hauts de Meuse, ont été très violents. ,% Londres, 6 mai (Rapport du maréchal Sir John French) : Il n'y a pas d'événement spécial à signaler sur le front britannique, si ce n'est que nous avons hier soir repris une partie des tranchées perdues sur la hauteur (30. L'ennemi ne nous a attaqués en aucun endroit. i'étrograd, 8 mai (Communiqué officiel de l'état ijor de Varmée du Caucase) : D<ms la région côtière, les canonnades et les fu illades continuent. Dans la direction d'Oitv, notre offensive se pour ■mit. Sous la pression de nos troupes les Turcs s<-etirent lentement. Dans le secteur de Dilman, les Turcs se retire*!' ians la région montagneuse où ils se retranchent, jprès avoir reçu des renforts. * * * Fétrograd, 6 mai (Communiqué officiel du gran-i : état-major général) : Près de Libau, iî s'est livré un combat contre dc-| i: or pilleurs allemands. Des escarmouches au sud de Mitau et près du illagè de Misagola se sont déroulées à notre avan-fage.Dans la soirée du 4, sur la rive droite de l'Orscza, •vous avons repoussé une attaque impétueuse des Allemands. Cette attaque avait été préparée, pen dant 1 h. 1/2, par un violent feu d'artillerie. L'ennemi a subi de grandes pertes. A l'e^t du chemin de fer de Mlawa, nous avons réussi à prendre d'assaut la ferme Pomiany. l,e l'ennemi a. fait des contre-attaques infructueuses. Sur la rive gauche de la Vistule, le calme règne. En Galicie, entre la Vistule et îes Carpathes, les combats ont continué le 5 avec une grande violence. Sous la protection d'un feu très vif, l'ennemi a continué à faire passer ses forces sur la rive droite delà Dunajec. Son .officiasive se_fait dans 1a^ dirgçjiop rie'Pfcçz et de J^sîo. _ Nos^ troupe s ont beaucoup ; ''oufR'rf5"par suite (îeTa force considérable de la grosse artillerie de notre adversaire. L'ennemi a aussi subi des pertes importantes par le feu de nos canons et de nos fusils. Dans la direction..du Strij, nous avons tiré parti de notre succès sur les, oeHleîvdu inont Makonuco. Sur le cours supérieur de la Lomniska, nous avons également obtenu quelques succès dans la soirée du 5. —____________________ D4r*çhes tftesrses Genève, 6 mai : L?\ Compag-nift N- - T> a remis, au Comité in te national de la Croix-Ronyt\ ivn-e somme de 10^,000 francs, à repartir entre toutes les puifsances belligérantes n faveur de® vicfciraes de la guerre. * * * Amsterdam, 7 mai : Un f^rrrtspKvtçd^bn: du « Tyd » &ppjpe®d q.ue le® infor-mateone <ie soufre sji rl«ai<se cofEtormant la _d «^st-ruction complète d'Ypre-îi, où iî n'y a/arait phie une~5e«1^ mm-débout^Boyp&x«aérée». Lee immeubles détruits sont évidemment' en trèa grand nombre maie il resyi^; Uw-joaaia de uomib^vux habitant^ diune ki ville. Ilo passent naturellement la majeure pcia'tie d*u temps dan® les oavee. » " • Amsterdam, 7 mai : On mande de Berlin à. 1' « Algem-een naiïtTeîsWad » que, à propos de l'affaire du vapeur Katwvck,' un accord est intervenu entre les gouvernements a^Whand et néerlandais. Les modalités de cet Pyccord seront prochainement publiées. *** Christiania, 7 mai : L'ambassade londonienne a télégraphié au ministère des affaires étrangères que l'exportation du charbon et du coke d'Angleterre pour l'étranger, à l'exception des possessions britanniques et des pays alliés, a été interdite par un « Ordre en Consei-l » qui entre en vigueur le 13 mai prochain. *** New-York. 7 mai : La République arfremtine cherche à contracter aux E^ats-Unis un emprunt 5 p. c. de 50 millions de dollars.k * « Madrid, 6 mai : A Tanger, l'ambassade anglaise a été supprimée et remplacée par une agence diplomatique. Ce changement. est la conséquence de la reconnaissance du protectorat français au Mar£c par la Grande-Bretagne. L'agence diplomatique anglaise sera dirigée par l'ancien consul Herbert White. *** Stockholm, 6 mai : Une conférence Scandinave, qui discutera les mesures }\ prendre contre les énidémies qui pourraient venir de l'étranger, s'est réunie aujourd'hui à Stockholm. •5.* » Londres, 7 mai : Depuis le 30 avril, on est sa<rhj nouvelles du lieutenant-aviateur 0.-A. Gl^dstoiiCpaStre petît-fils" du célèbre hoinino d'Etat "anglais Pétrograd, 7 mai : Le Tzar est rentré à, Tsarkoë-Selo^ * * * Vienne, 7 mai : ^ Pour la c^Te^pcnd«rr.^ -mitérieurei, F Autriche a mis en circulation dc-ts timbres-poste qui sei-ont payés, suivant lenrr import, 1, 2, est 3 hellec* de plus que les timbres ordinaires. La différence servira à aider les veuve© et les orphelins des sol-dats tués dans les ooambats. Le timbre de 3 heiler représente' un soldat dans une taranehée; celui de 5 hellea', OLne patrouille de cavalerie ; celui de 10 heller, le mortier auibi-ichien de 306 millim. ; celui de 20 helier, 1© dre.adn>ought Viribus Undtu©, et celui de Go hellea1, /un aéroplane. / A la Chambre de3 Commîmes, après avoir déposé le fprojet de budget, M. Uovd George a parlé de l'aide financière conEentis paj- l'Angleterro à ses alliés. — Jjous <jevons. a-t-il déclare, payer les achats.faits à l'étranger par la plupart de nos alliés. » "Cn membre de la Chambre ayant demandé pourquoi, le ministre a déclaré qu'il ne répondrait pas longuement à cette question. «Au reste, art-il ajouté, les motifs de notre intervention financière sont suffisamment évidents. Une coopération étroite entre les Alliés est indispensable et, lorsque nous pouvons être utiles, nous ue devons pas tergiverser. » Açrès avoir rappeé que, pendant les guerres napoléoniennes, l'Angleterre avait également assumé les |charges financières lea plus lourdes, M. Lloyd George |a expliqué qu'en dehors du. point purement financier, £.l'Angleterre rend encore de grands services aux Alliés |par sa maîtrise de la mer, ^élément d'inestimable impor-|tance en vue de la victoire finale, surtout dans une feuerre de longue durée. | Reste à examiner, en dernier lieu, la formation d'une ïeî; V A n ofleterre ne saurait délJîr§T;^'r*"ù'Tîs vcer-fetitflb'lîïflïte. Déjà, un trèrî grefnd nombre d'Anglais sont &u front, mais le moment peut venir où il faudra cana-Sscr l'enrôlement de manière à ne pas entraver la production des munitions, ni celle des marchandises que ^Angleterre exporte, exportation qui lui facilite l'achat, jpour elle et ses Alliés, du matériel de guerre. | — Tout en observant ces limites, a déclaré le ministre, (vj^pjani .enrôler encore un très grand nombre de [soldats en Angleterre. t'i i T E GAZErr e <}jtivre de? Orphe ?ns d? la Guerre. I, CJ.uviv «uv (Vph <Ui la instituée en ■ it^aets deruier « Éxjut» - ];ac.!x>r.agc de 8. E. i eaidinai- ; wch.. v»*qut> de Miiiin-es et nN. SB. I s évêqa^-s vie y_,j Jk-lgique », vf-.t dejev -m<i;K établie, l'è.s kj fw>e«auèr jour, t Ile s'rsi mi^' ré- i..i i à la ti.i ^ 1 - ; f-'-""1.- fa-oe aux iiLMiib-rciiS's et. urgents iukr. iy i .. ;.w (<L IN-ufauee, À l'initifU^vt' <hi coiut-e Ch. V\oefi!e, piré»-xl--a«i, d» Comité oeiitâvû,' 1 G . ;vr»' u prut s>;i: e !• s u <-n vue d a-»wut«rr ••• ; ai-d-? i ti«a prêt t t-.n ■ <iux p rsonnes. a»ux in^.:-t;iti<y..j t-t aas établacements qjiû s!t>ccapi:nt dss orph lûu> de ha gutcxi*. A l'in fâme art i;-. JJe, ''(r-uvr. a. r?, /•-.bi.v pair- lout en B*\-vque, gr-W-» 'x des coneotr ^ *.*■ • - t a trouvé partout. dt*= v- bîiss^in-mrr; o.- us proté/î-c-A, no.- a. elv f- nt peuvent èi-ee recueilii«, mais encore où 1 . i ^'occupera eé-ri- et ave.' »kW »o-aivnt le-jir éihieati^n et <&■ le?I." i-'-crétwi-iU /.é-n-;r«J <>Vst donné \xmr .-.-.tV:l v rlj-er a.tenr ûvement à <« que 'es i'ants r- mi- ili's r. çoiv- »jl, ^Hiure I s recours matériels, t<!«t e-> qn'ii t'.-m j <u.ir eoitKmerw,. r (/u continuer leur instruction ou l'app; niû - .< i ; iné'ti e r.. i Aussi, des njaintenant, les efforts pei^é-, ' 1 3 homims dévoué-s qui ont aeivojné - 0 ik>;>. S. protéger n«)G petits orphelins, wont déjà eouronn»^ 1 a i plein succès.. Nombreux sont !<\s pluc/uîeuts a-uxeu is L notre Œuvre a déjà pourvu à Pruxv.il. • t u p-'.>v tous les jout»&, lev rlemandiee affluant m se ré t.:?.•-•{ et.. auprès de nos délégués camfconaux. En effet. !"Oï, v.re dk-s Orpheline <'-• la Gw rre étespd soin «<?t?os. i>îonSfti»a • nte à tout ce qui eon-e-.-me l'enfance atteint? par V. cir>'xxi-st-;i»nocR dre la guerre. Elle protège et place 1 s orpheî proprement dits; secourt l-s enfants née*-» • -u?; diKLt 'es père-s sont ?ous les drapeamx; vient, en ».id eux c-om- _ -munes, aux ét-Vofts^ rrKnis e-t aux p'-\nsoiv.îirs qui e'weu- (\ pent du sort d>es •'•nfar.ts que la n-c; » i- ' ' et la mJe.^re ont forcés h quitter leur région: travail!au rarvir'-e-tuent d>- nos enfants exilés; en un mot, elle prend sons son égide charitable et soutient toutes loe initiatives oui tendent à aider, à ©c-courir et à rei. ver î'enfan-ee malheu reuse. ^A Paecomp 1 issemenit de cette vaste tâche collaborent, ( ► n même t- mpa que Le C<»m.ité central qui dirige*, les df- i^-t.mées d-1 l'Œuvre, les délégués ou les comités locaux, établie f?ans chaque canton. » On ne peut **onger évidemment à publier la longue liste de mis délégu 's, mais toute personne dérarant ■s'odreFSer à enx pourra 1-e faire aisément en ©e rcn'S^d-gnant a-uprèe du cuiré^doyen de kvir naniton. » Le® concours empressés et dévoués tiennent de tx>Uites pan^s ; aussi nous sommes heureaix de pou voir remercier bous nos collaborateurs et d.n leur d"'re : « Con-tintuons h unir nos cceurs et mult • plions i^>s efforts pour soulager la misère de nos enfants et aider à leur bien et à leur avenir. » * A-u dévouement de nos coRabora+evrs o(t à la rvmpia-thie unanime s'ajoute aueai la pénéirisiité dfe nombreux donateurs, qui spontanément nous envoient, leur aide pécuniaire. Il se conçoit que notre Œuvre, qui s'imp^tae h l'attention et à la eolUcitude de tous, reouiert non wul^menfc le ^voueim^nt, mais a.u-fu dL,ahondc-nteis r^s-soirc,%e. Chaeue jour, }es néoearttés ti»e'6' m-ent^nt. Mais nous sommes convaincus que la gén&ro site de la ebaritahle Beigioue ne tarira p;'f : malfrré tout, o*rand il s'agit de nos cher© enfants, elV donnera et donnera beiauconp. A nos malheureux enfants va la pensée de tous, pré^pnts et abeefnts; pour eux, les coeurs s'ouvrent à la consolation, et la générosité de tous, humïbles et riches, leur e-^t entièrement assurée, > T^e Comité central de l'Œu-vre est actuellement composé comme suit : Tje comte Woeste, ministre d'Etat, président; Mgr •Evrard: M. lecha-noine Simons; M. le vicomte Josoph Du Parc, M. Léon Delacroix, avoca-t à Ta Oour dfe cî*Rsatioîi; M. le vicomte Ouiilla.ume de Spoelb^rgb: M. Théodore Taymans, notaire honoraire du Foi; Mme la comtesse Auguste d'TI; M. Dupret, sénateur; M de Beeker, Pemy, sénateur; M. Raymond Charles, conseiller à la Oour de cassation ; M. Panis, J., avocat; M. G. Duplait-Huvghe, secrétaire gén-éral; M. Richir, secrétaire adjoint.Le secrétariat de l'Œuvre se tient à la difirposi^on de touR pour fournir les Tenseignemrnrt<5 utiles. Prière <î'odjrefï5er la correspondance à M. G. Duplat-Huvrrhc, secirélaire général, nu siè^ social, 30, rned-'s Minimes. T^es dons destinés à l'Œuvre des Orphelins d41 la Guerre peuvent être remis ou envoyée à M. Théodore Taymans, notaire honoraire du Roi, trésorier, 7. place du Petit Sablon, à Bruxelles, ou ou siège social, 39, me des Minimes, à Bruxelles. Nos prisonniers en Allemagne. Nous recevons souvent les doléances» de parents de prisonniers internés en Allemagne, qui se plaignent de ne pas recevoir régulièrement dte leurs nouvo^^s. Ayant constaté que des amis se trouvant dans la même situation étaient mieux partagés, ils attribuent la rareté des lettres qui leur parviennent aux dispositions plus sévères de l'un ou l'autre commandant et nous demandent d'insister pouv obtenir que le régime pestai eoit unifié. Nous ne serions guère en état de faire autre chose que do signal;?!' ici leur désir, ®i nous n'avions sous les yeux un article publié le 12 avril par le « Bien Public » anrionant, au sujet de la correspondance avec les prisonniers, les nouvelles dispositions suivantes : — Le ministère de la guerre français communique à la presse que le gouvernement aïle.mand o- pris de nouvelles disposition*; concernant l'échange de lettres en-t"e prisonniers ('e guerre et Leur famille. Les prisonniers de guerr- ont le droit d'envever chr-que mois deux lettres et f : outre une carte pav -emaine. Les Ict-tres peuvent êti e écrites en_ allemand, en anglais, eti français, en russe, en polonais ou en flamand. L'administratien française a prescrit que- les mêmes règles f?»e-raiiuit anpliquées à la correspondance des priscnniei'3 allemands en France. » La correspondance en « flamand » étant prévue, il semble bien que lté nouveau régime s'applique égakment aux prisonniers'belges. Si jusqu'ici les .nel o tions postales avec certains camps de prisonniers en Allemagne ne 53 sont pajs encore améliorées, la faute n;en est vi'aijsem-blablement qu'à certaines nécessités de la période d'organisation. Celle-ci ma.in tenant ayant pa*i® fin-, on peut à bon droit espén;^* que tes familles belges pounxmt régulièrement recevoir des nouvelles des êtres chers dont iis sont momentanément séparés. Nos soldais internés en ffoîlsnde. Depuis le rétablissement des communications postales entre quelques villes belges ei a Hollande», nombre de personnes ont cru qu'elles pouvaient coiirspondre par la. voie postale avec les soldats belges irr^ ; née en ïlol'iando. C'etov inexact. Jusqu.J.ici il n'a pas été pcsîâ-blc d'oiitoaiser lw servieo de cette correspondance. Los l-ctàres adressées «ux col-1 beiges inJtërc's en Hod-îande ne ps2'viennent •" 'eus© destinataires. (Communiqué.)Contre la tuberculose. Des magasins communaux frn.i actuellement ouverts dons toutee les communes de l'ogglomécatlon. Le Comité national a estimé que.' le nombre, de ce«s magasins devait èfaxi augmenté dans do notables .pro5>o.i Uons, aussi plusieuï® communes vont-elles ouvrir ce nouveaux magasins aun de desser^iir tous lee quartiers. Rappelons que ces magasins sont ouverts à tous «4 epu'il no faut pas être indigent pour y faire oes ach&ts. II faut simp-leuneat êixre muini dJune celte- ck jr.épage délivrée au bureau do la population, carte à l'aido de lar queillo on peut s'approvisionner ume foiij par semaratt.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes