La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

172 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 08 Decembre. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 24 mars 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/nv9959ds80/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Samedi 8 Décembre 19S7 JOURNAL QUOTIDIEN" — Le Numéro : 15 Centimes 4* Année. — N" 1102 PRIX DES ABONNEMENTS 3 mois (janvier, février, m a. ré), fr.-11.4-0 ; 2 mois janvier, lévrier), fr. 7.60; 1 mois (janvier), fr. 3.80. Les demandes d'abonnement sont ^reçues exclusivement- par les ^bureaux et les "facteurs des postes. — Les réclamations concernent les abonnements doivent être adressées exclusivement aux bureaux de poste» ÀDSJBÏSTR^nSN n RÉDACTION : IKori.'-j.:.Zi s , âra%«iies. LA BELGIQUE PRIX OES ANNONCES Petites annonces, la iigAS, ir. 3.75i Réclames avant les annonces, la b^ne, ir. 1.75.— (>o>^ du journal, la ligne, tr. 7.60.— Faits divers, la li ne, tr. 6.0S». — ftécroloyie, la lii>ne, ir 3»SQ« — Coin des Eleveurs, la lijyne, îr. 1.6ïî. Bureau* cto 9 a 17 neures Direction et Administrant)] : « £ '!îwVv>^-'* lOS mORESEÉE, DIRECTEUR msTCTvre. > • rares ■ -rwz •-.f. .taR. zz-rx» JJ GUERRE: I ,1,223e jour c*s guerre Les Allemands poursui vent, avec une. toile Yigni "r leur àontre^ltengive an «adissaost de Cambrai qu'il ne re-sbe- plus jgfianiî'tâio^j dw 1» belle avance qu'y avaieni gnisc le* 'Anglais "le 20 novembre. La bataille -s'est, ïru sud de Cambrai, apaise aux atemaars »de iL» A;aefptdS«i, qui est...rcsfcëe aux Allemands. Mais it A ouest d; la ville, dans Je secteur de les-. Allemands ont proiionoô d ? attaques violentes et sont fparscenus à d: passer la rouit tie !'• ,>aume à Cambrai. Rérr v-.wcut menaces |k:ir cette attaque de liane, le» Anglais avancés au delà' d'e la ligne Craincourtr-Marc ■ i ug, ont d'à -se résoudre à- baïke on toi rail-. Abandonnant 1<6 vij «este Orain-oourl, Anneu'x^ Caniaing et Noyelles, ils se «ont .retirés sur les . hauteurs qui s «-lèvent au nord et à l'est de rjosyuièics.., .Autx oer-mires nouvelles, ils ou& évacué on outre le village d- Mai-coing. de Islie sorte qu'il leur sera difficile de tenir dans le secteur tic iïUesquières. * * * !L"'3 'Italien» ont srt&i un grave échec sur. le haut plateau au nord-e-t d'Asiag©. Tout J leur système de dé!'c:ise pnissimmgnt organisé du massif do la Maléit^, dont le plus haut sommet- ai ' hit 1,827 mètres, ^'csi successivement écroulé sous les ' a.Uupios des Austro-JJongrois commandés p \x le maréchal von < vin nafl, qui tioui eut maint aiXlnt ia vallée occident, île du la 'Brenta jusqu'En val l-'rcn-zola.- I3icai que ce val., de merne que la ligne Asiago-^orni, qui s'y i^iittacÈas à Voues;, soient -encore sépaiîs de la plaine pas un massif montagneux lor^e de «ix à huit kilomètres et dont les plus hautes cimes s'élèvent jusqu'à 1,500 ni Ire*, la jiei-te d massif de la MelèÉte muiacf d entraîner pour los Ttaji^ns des cons .'quences d antamt plus d,'sngrSûWs -qu'ils vicraiont xî'Bie à nouveau, à -c^tte occasion, aTfaibiis par des partes très sensibles. Les évésesients de Ësjssîe j I.ondi'os, G dC-Geni!?re : Or iiianàe de i'drfj'grad.aîî ,r,Da%r_M;aitL:'; : — La d légation chargéo do -négocier ^armistice » décidé de ne s'occuper que de la fceulo q^esûîon de l'arnix-Siee et JÎe laisser : les négociations de pa'ix a .us «oins d'une 1 Cûnférenoô eiu-opéfenne. ■* * * j Bâle, ? décembre : Le correspondant à -Lonu'es d'un journal d "> oué à l'Lille.Jitû donne les détails suivants sur la mort du général Ducho nîho : — I.e gônéralissùue Ei-^rienko, à la fc'to des troupes inaaamidistes, a cerné le grand quarîiôr générai ru->6 •'tabii à MoiiiLw La foule a arracfaj le général Duchoniue des mains des soldais qui, apr s 1 avoir fait p i-onnie'j, le gardaient dans la gare, et Fa massacré. Le raj!j;oit de Kr rien ko regrette Ont acte barbare et l'attribue a 1 accès de fureur qui a saisi le peuple lors qu'il a appris que le général lioniilof avai]; .roussi à s'e Ta a1 du quartier général. * *< «!< Bcrlm, 7 décembre : D'après une d'Jpécbe de l'étrograd transmise do Rotterdam au -,,i>eilmta.' I^okal An-zei^er M. Troizid a dit qu'il -croît qrte les attaches militaires ét^mgeœs qui se trouvaient au quartier général russe se sont rfefugivs à Kief. , Londi£5, 6 décembre : On mande de i'cirogi^ à l'Agence ilen-ter que 1 on y prête iiui maxima^sics le projet de mettre en liberté les pri^onnle-'s do guerre. Les soldats qui rcntreni. du front °ont autorisia a conserver leur fusil : cela leur permef-Lia, le cas cché;;ut, a dit ftl. Trotzki, de d'îénebe les intérêts dai peuple contrée les bourgeois. •* # Londres, 7 décembre : On mande de Pct-ogi-ad au. ,,T^a'ly Mail'' : r— M. Tratzki a dit au SoAict que le oosi&aL anglais lui ayâait demandé d auuori-s«r le départ de- quciques-utiS de ses com-patriotes, il lui pvait notifié que si v'es, t^uupagnons russes étaient retaaas daias des camps de concan^i'ation anglais, la £Lus&«c n'hésireraix pas à appliquer le mémo tr ii-tement aux contTe-r^volutK)nnaires an^lids rvsida-nt en Russie et qu il avait aj >uié : „11 faut que nos alli s et nos enitômis sa-oheut une fois pour - toutes que le teaqs de» Kcreuski et des JftaJouki.f est passé et que tout citoyen russe, qu il euit rufi.gié poUliqxKS ou so4tfs»t r "volntiî uuuii^ à l'etcan-gor, pe it compï r fiksormâis sur la protection de Tlitat revc.lationnair&.''; Le discours a Où salué par de longues acclamations. ■ * >;•. r'ti ^rad, -6 d"'Cemfcre : La , Pï*avdaJ' auucriKM» que M. Trotski a déclaré lundi au Oonseil ûes ouvriers ei de» soldats qn'a^-fes les négocia-sious peur Ja co lusion do l'anaisli ■ . on e-f a«naraat înimédistcroeiit les négociations générales en vue de la puis. On p:-ut al tendre le c-om-zneuCement de ces n/gor?iaiions ce mois-oi Êïcorc. * * Paris, 7 décembre : Du ,,Peftit Journal" : — M. Trotzki a rfp[olé les troupes russes qui se trouvent encore eu Iranoe. Le ^ôuvor-n^a&OBî m.ixim il.sîs leur orionne de traverser au besoin les pays neutres pour rentrer en Russie. * * Paris, 6 décembre ; On mande de I^trograd an „Tem.p3"' :l — Les maii-imal-istes ont CGnstitrié les groupes suivants ~. 1° soexilistes révolution, naires, gr-oupe Kan^ow, Naten -eoi et Rin downa • 2e" socialistes internationaux d^ MartOsV, 3* civ.rn.it en trai des oi.eminote j 4* comité central des 'employés des télégraphes et des pestes.; o' presse intui^tiona-iiste.Ces groupes formeront un Oesscfi du peuple de 370 membres Lu attendant la réunion de î'Asstia àée cusnstitjuaarte, on oherch ra à oonsftuer un gouverneincj.t q^ù sera rcspensable devant ce Conseil. ML.TC.tor-nof et les minimali^tss refusent d'adhérer à cette nouvelle organisation. » « Londres, 6 d^emlre : On marné® die Pétrograd au ,,Daily Mail" : — L accord conclu par ]es léninistes a Vectra révolutionnaires sociajist&s et les socia-|ittm inrerventionnistes ne signifie nulle-pis-ik qu'ils ont abandonné fût-ce un iota de mm principes.; ce «ont, au contraire, 10s «i?/es groupes qui s'y Bont ralli -s. Eœi dô- njoi^ve, Lénine tri onphe sur tou e la ligne. ' ? Ams-terdam, H décsm' re : On mande de rétrograd1, via Londres, «s .,'i, legr^af" ; — L©s résultais uoa élections pour r Assemblée 'constituante connus jusqu'à présent donneift 2.7(>t),niK> voix aux maxiai; li-tes, 12,2St>,(*aô voix aux cadets et 2.22lt0<X> voix aux minimalistes. 11 probable qu® lOs ré; ah ' i& rtcmplete reufoi eront encore la -situation des partisan- de -M. Lénine- • * Paiis, 6 décembre : •On mande de Pétiogrud qu'un Etat tar-tare a été constitue an Crimée. Un Etat autonome serait aussi en voie de formation dans le Caucase, où un oasa^ue a cté nommé micisrre de la ^uer-ce. Il se ct?nfirme, , d'autre part, que la Si-'bérie .a proclamé sc^n indépendance. Le drapeau sibérien -vert et blanc flotie daug de nombreuses localitiés. * ■H * Londres, 6 d-xeimbre ; On mandé de P trogradiiu .^Daily Mari" ; — Le Congrîïs des casaques tenu à Novo-Tclicrketl a voté une résolution demandant la constitution d'un gouvernemûut composé de délégués des Fédérations du sud-c^t, de la ïlada rie l'Oukraine, de l'ancien Soviet et de tous les autres argauismes ix>- litiques imiportauta — * « ♦ Copenhague, G décembre : On mando d'IIa^raucia à la ,,Berlaigskc TiS^nde" : — La Di^fce d'Esthonie a décidé la convocation d'une assemblée nationale consultative Qui se prononcica sur «on projet de constitution de la piwnce en Etat indépendant. Elle a l'art appel à "tous les £o!- ' dats oi'iginaires de riisthonie, leur demau- "dant de i entrer immédiatement dans l'-ur pa.ys pour s'y mettre à la disposition de la pairie. * * • Berlin, 6 décembre : Le commandant russe de Tornâa s'étani querellé dimanche soir avec des matelots, l'un d© e ux-ci lui a dit brusquement qu il ne vivrait plus le suiQr-ndemarn mardii- IJ répondit "qu'ayant ét'1 trois fos au front et y ayant été trois fois blessé, il lui répu-gna/rt de tomber sons les ■'coups de .ses pro-preg compatriotes : sur quoi, prenant un revolver, il «'est -fait sauter la cervelle. * r * Copenhague, 6 décembre : Le chargé d'afmires £e Russie à Copen- -bague a rânas le 3 décembre, au gouvernement danois une protestation contre la pur biication des traités secrets i>ar les bolche,-vistes et lour prox>osition de jjadx sépiirée. Dqs démarches analogues ont étfi fadtee par tes diplrimâtes russes à Lpnrires, à Paris/ h Rome, à Christiania et à La Haye. L'oiM aastro-itlemaads en Halls Vienne, G décembre : L'empereur Chàrles esc parti aujuurd hui ' pour le 'front sud-ouest. * * B le, 7 d 'eembre : Les ,,-Baslcr .Nachrichtm'-' assurent que !^s troupes -françaises îaii\-ées en Italie entreront prachaiuemaEft en contact avec les Allemands. * * # Genève, 6 déoemore : On mande de Rome à l'Agence Télégraphique de la Presse suisse : — On attend avec impatience La discussion à la. Chambre d'e la er ation des Commis., sions j>ar!encjit..ilXo de ^oon-iroile. .Les diépu-ui8 e'cconp^ t déjà c.e cette question e. M. Caneja, socialisi^refôraa^te,- en a entretenu M le miiiisîj'o Borcnim. A son retour de Paris, M. (>l :ndo receivra à ce sujet des sénateurs et des députés. D'autre part, un grand nombit de dôpu-tés dé-sire'it que le gouvernement fasse un Kposé d. tDiâé des travaux de la Oonfé-r-nce que les Alliés viennent de tenir à Paris. <« * « G-Cnes, 6 déc^-mitre : Le journal ,.,31 Lavoro'^ r Valant • 3» pillage de .ma . son s et de maga sins a poarteuant à des Allemands, exhorte la population à ne pas se livrer à ces mauïfestatiions. La g-uerre navale IMris. 6 d cjmbre ^ On m un: la de Loiicnt au .„Peiit l'aii-ienr' ; x-e vap-O'.r „Jeaniie Cccscil'' a coul- ; quarante 5 3iu.es ont j ri. Le voilier ,, Ncfî-rî>-i?aan& -'îo -i. j --tréma1' a -touché mi r >eii et a -Somnre! * ' «s La Haye, € d ,ceaiy.i-o : Dans le mémoire d^t il a -donné Ij^.uro à ht seconeo Oiiam'tjre, M. Loudon, mmis-ro des affaires; étrangères, dit entre autres : — Le gouv. erueuient hoj?raa^d''-ia a c^u. -Aa-té avec une p. uioie -surpa'ise q«x, pLvCi-sément au moment ou le n»aoque de Louage ne lait qu empirer de jviwr ci. ^our, soixante-d^x navires uec:.andais * restent mu-'ilisés dans ks |raLts anwkrlcaiitts pmee que le guiu\eL'nemcnt américain refusé de leur délivrflf le charbon de soute- A d ï f^quenrcs-reprisès, il a éu iniquement proiosté à ce sujoi et ^ maintenant en droit â espérer qu une solution inicrviendra -sous ,pea. -• Stockholm, 6 décembre : Le ,,G-otrenborgs- Alt'.«iblader- avait, le 2 août -dernier, reproduit J.e.-> déclara.tions d un mate-ot sieuiois qui affirmait que lo ter mai précédent, rAkçma^aie ayant accordé pour la journ'-e libre j[>assage aux navires neuties, les An^a. s aviâeni emp^ ohé les navire su-édois de partir et envoyé on leur lieu et plice des nav rcs anglais battant pavillon suédois qui devaient faire la ohassj aax .sous-mari.;s allemands., pu.s avaieat, qu^ques joui* plus tarxi, for-;é quatorze naviies -sué.k)is chargé de Tivres à p rondin la mer et à traverfiflar la zone alors r «devenue barrée de la mer du Nord. (On sair que des sous-mar ns adesaands cou-làrSfft plasieurs d£> ces navires.) Ces -allégations ayaist par la suite fait l'objet d'un démenti iriLeied, leur auteur, le matelot saéàois, écrivit à la ,,N/a Dag-light Aliehauda'' qu il était prêt à af irmar sous serment qu'il n'avait diit que la vérité. Revenant alors à hi charge, le „Gk>t-tenborgs Altonbliuiet" écrivit : —. Aucime de ces indications n'est eu contradiction avec la manière d'agir carac-térisiique des Anglais au oi>urs de la présente guerra- Quand on sait, par leur pro-pre aveu, qu'ils abusent des navir&s-hôpi aux pour transpoiter sans ôtre inqui tés par las sous-marins et sous la protection de la Croix-Rouge des s )klais valid a, des uiunifcions et des personnages haut places, on peu! croire sans hésiter qu'ils se sont servis, dans es cireonstancos relatées par le matelot, des couleurs suédoises, d autant pius (pi il est avère que depuis longtamps (Ifjà ils en abusent pour dos voyages ordi naires." Le „Gottenborg3 Aftonbladôfc" ayant pour avoir publié cqs lignes, joursuivi ea i jastitse à la recjuéte du ministre d'Angle- . rejre à Stockholm, son rMaot«u.r, M. Sjo-i^erg, a «té admis à faire la preuve .de se* ^PégattonB. Il a donné lecture, entre autre*, rPun outrait du „Daily Mail' du 20 jum 1917 disant que des munitions avaient ét* déchargées du bord d'un navire-hôj/utal au. glais. [1 a fourni un grand nombre 'e té-moigiitigc-s des auteurs desquels il avaw tait légaliser la signature, eonfl-rmant que les Anglais abusaient dos navires-hôpifeiux. Pour tinir, il a lu nombre d'extraits de journaux anglais qui injuriaient la. Suéde et Taccusaient d!e violer sa neutralité. Aprè« examen des documente, le tribunal d» G-oî>-tenborg a acquit le journaliste. Ainsi donc, un tribunal d un pa^ys neutre a reconnu dans un jugement la -légitimité des accu£a,[ions port e* contre l'Angleterre par le „Gbtîfcei.borgs Aftontia&et". L-îi conduite des autorités britanniques à la datt°> du 1er mai 1917 restera à jamais une ïléfcr u sure et une honte dans l'histoire de la marine anglaise. EN AMÉRIQUE Washiugteai, i> à-4ceanbre : M. W'ilson a autorisé M. Mao Adoo à meure les navires américains qui se trou» vent cl ans les points am ricainé sous le coo-trôle du giouveïnemeoit. . 4> * «c Wasliiiij*tou. 4 ducembxe : La commission de» affaires étraiîgè^es de la Chumtoe i).j& rqpr sentants e est déclare t'ai orablo a la âoeiaraition. de guerre des .EtavS-'D.ms a 1'Aut.iciie-Hoi^rie. » •» Washington, 8 décembre •: M. Wilsau a dit à un .membre du Oon-ga-ès que s'il a -demanifo au Parlement de ifliéclaror la guerre ù l'Autriclie-liongrie, c ^ siotiiH- parce qu'il pourra acveinr n^cesr-saire ti'en^'ôyer des troupes américaines en ttal e. Ht » & "ÏVasJimgteai, T> décembre : Une note o?ficieîle déclare que c'est de leur propre c'tuîf et sa us instructioae do gouvcanemaut que le coWiel Johnson^ chef le la mission amérieaiiit en Russie, et l'attaché maiicaire ILerth ont fait les déclarations que l'on sau> au gouveMiement boi-eheviste oonceruaut son dessaô de ;06>nelure une - aix -séparée avec l'Ailgmagnie. DEPECHES DIVERSES Pari^, G décembre : L^llomme i.'ibre" annonce que la Ccn-•feiuace des Allies a anodi&é les bute de guerre tb l'Latents, qui seront publies^à bref délai dans leur 'nouvelle l'orme. * • * « Paris, -{> d Nombre : M. Alaicel Hutm écrit 'dans T„Echo de Pari^" £ue M. l-Ucanemc^eau lui a d clâiv qa il 'est eu net que ie g^n.rail Poch ne collaborera plus au Comité de guerre supérieur Ggo Allies, où il sera reuaputc^ p»r te ganéral Wel;ga,yd. M. Oiemenceau désire pouvoir" 'consulter le général Footi à tout moment. * « |SJ paris, G décembre : Lje ...Matai ' ^nuonOe qu© le gouvernr-moat a ordonne quinze nouvelles arrestations, espérant métire ainsi fin à la propagande pacifiste. * * * Londres, 6 décembre ; M. tloyd -George feoufi're d'un léger re-"frôul-i^1" ' nient. Le banquet qu1 devait avoir .lieu ce «oir et au cours duquel le pT°mj<?r : v.îii:+re se proposait de faire une oéclaïa-ion au. sujet de la leure de 1 >rd Lansdlownc et des buts de guerre des Alàéa, a été remis' à. huitaine» * » * - L&nSreS, B deuembre : ^ Le „ïiir-6â*' annonce que le {premier r^- gimen .uif est arrive eu Palestme. * * # N Paris, '7 d rembre : On mande d tlali.ax à l'Agenice iîxavas : — Le iaoU"« à» la . viîfle a été d tru rte {>ar tme formidable explosion. Les peines" "Sont évaluées à plusieurs miliions de dull rs- La partie septaafr'onaie de la "ilie est eai fl&m-mcs. Il y a flos -oentaiiies de m arts et plus u*un iiniliier de bie^és. * • * Amst^ixlam, G 'd'*cembre : Le lî-Lsreau de oorresnondanoe d'Amster-uam apprend' que le gouyernemeiït anglais a autorisé 1 échange i té égr:in>m<« entre les Pays-lias et l'Angleterre lorsqu ils se l'apportent au commerce des dianiants. * * « I^a îla.ye, 6 dt'-c-embro : .Le t:"N'i ■. wfs Gourai tV oppose -un dément} formel au oruit d'après le'iuel \e* Etats. iïnâfl a-jra.ient effort d'an'aeior les Indes oeci- •taltïs néorlancljiises î>onr T> milliarcfe de llurins. * * * Fra»cff>rt-sai'4&-Mein, G déeeœbie ; On TOîKBfle de < r>i>eiibagae à ta ,rGaaatte de Pi^nelV^rj^ • — Le protîoi:otaîre apostolique au Danemark a àelarë au représentant des iour--r.an\' 'tïtiiov cV provrnoe qu'il estimait que "i Pape ferai. MeitM nne nouvc-3'e nropo-sïtron de paix Pi le mouvemfait en fn-ve if 'Pnne paix sSpar^ ne prend pas trop d^ex-t'wsion en Russie, en événement pourri t > bre attend-ii dans une quinzaine. La note f>u Pa^-e sert,;t er*nr-ue de telle mani'-refrue i'En lente serait forc'y cette fois d'y répondre. * m Christiania» 6 décembre : Jaadi a ét^ ternie, à Christiania, une r*m-'<don préparatoire de d i'gu^s norvéeaens, suédois et danois, sous la présida te© >f Tv'Towindî^ pr Relent du Storthraig. T jv lé-mi m avait pour bat la eonstifcirtiTn d'une ^-•if'rence in^ernarlîrawyataire ffui se réuni-ratt, probablement à Copenhague et s'ooeu-oerait de la sauvegarde des intérêts coro-utu'us des trois Etats scandinavep lors de la sîgnaîure ce la paix et après «ëflûffl. •» * * Berlin, f? décembre : I.e fe'd-maréchal vrrn Hmden^mrg et U> grnéral LaâenjâorTf sr*nt arrivé* à Berltn, rrh ils viennent conférer avec le chancelier dt Pîimpii'e. * ♦ Londres, f> décembre : On mande du froftf roumain au ,,Dai^v Mail" : — Le gouvemerneot roumain il est plu* maître de la situation ni de ses dVision®. I es manifestations pour la paix sur le front rtîFse ont crée une situation quti donne À réfléchir et qui «nftéve toute autorité au goo-vernemeut. T^e ravitaillement de l'armée roumaine est satisfaisant, mais son moral se ressent dos év inemnouts de Rus^e. Prov*s.o«re®ent, les burefliix de poste français n'accervîeat plus d^ tôlégramancs pour 1* Rmamaano» COMMUNIQUÉS OFFICIELS Ccôununiquéfi des Puissances Centrales, | Berlin, 7 décembre. — Officiel de ce midi : Théâtre de la guerr® à l'Ouest. Armées du feld-maréçhal prince hérltior Rupprecht de Bavière : 1 ici canonnade, plus 'violente par intermittence dans ta boucle d'Ypres, s'est étendue vers le sud jusqu'à la Lys. Sur la rive méridionale de la Soarpe, lo duel d'artillerie e.ît devenu plus intensa le ■soir Entre Graincourt et Marcoing, de petites ^opérations nous ont permis d améliorer nos positions. Nous avons pris d'apsaut la ferme de la Justice et purgé le village de Mcrcniug de l'enuomi. Au nord de La Vae-querie, non» avons tenu nos positions mal- fré les attaques exécutées par les Anglais coups de grenades à main et qui ont amené des combats acharnés. L'ennemi, qui avait momentanément pénétré dans nos positions, on a été expulsé .par des contre-attaques.Armées du prince 'héritier allemand : * Sur les deux rives dé la Meuse, la canonnade a été 'violente l'après-midi. "■^Armées du feld-maréchal duc Albrecht do Wurtemberg : Des troupes de landwehr de la Prusse rhénane ont exécuté une hardie opération ; elles -ont pénétré dans les tranchées françaises établies dans le bois d'Apremont et en ont ramené 20 prisonniers. Le lieutenant Muller a remporté sa tront«-sixiéme victoire aérienne. Théâtre de la guerre à l'Est. Rien de particulier à signaler. Front macédonien. Opérations peu importantes. J?ront italien. Î-L'ltant leurs -succès h profit, les troupes du fol'i-marécha! Conrad ont pris d'assaut le morùe Sisemdl. Le nombre d9s prisonnière. faits dans les Sétte Commun! atteint ù présent lt»,000. Berlin, 7 décembre. — Officiel d'hier soir t Au sud-ouest de Cambrai, nous avons chassé do MuTcoing les derniers groupes «n-! nemis qui s'y étaient maintenus. Sur les autres fronts d'armée, rien de nouveau jusqu'à présent. * . n * "Bci'iin, 7 d'cent"-ee. — 'Officiel : Le-, dclgiH's des quatre puissances coalisées et les délégués russes, qui n on* pas quitté l'ejid'ro't où. se pourBudvemt les négo-eiafioas, se -sont «réains h«iar matin es hier aga^s-midti en séance de commission. Us ont l 'digé les .procès-verbaax fies séar.cee précédentes et préparé les tiravaujx poux les séances piénières prochaines. Berlin, 6 décembre. — Officiel : Dans la 7,one_ interdite autour ilo l'Angleterre. nos sous-marins ont nouvellement coulé 1XOOO tonnes de jauge. Parmi les navires détruits, il y avait deux grands vapeurs ar més, dont un lourdement chargé, ainsi que le bateau de pêche anglais "Premier„. ff Vienne, 5 décembres. — Oificiel du soir Sut le- iront italien, combats fruo&ueux : pour nous à l'est die la Brenta. * • Vienne, 7 décembre. —Officiel d'hier soir : Front de l'Est. Hier a été conclue,, entre la Russie et les Alliés, une suspension 'd armes de dix jours commençant, pour tous les fronts russes, le 7 décembre à midi. Les pourparlers continuent au sujet d un armistice. î'ront italien. Le 4 décembre au matin, à la suite d'une puissante préparation d'artillerie, k laquelle coopéreront aussi les batteries allemandes, les troupes du feld-maréchal général Conrad se sont lancées à l'assaut des positions occupées par L ennemi dans la «région de la Melefta Des fortifications_ organisées sur de>e hauteurs absolument dominantes et fortement armées appuyaient la défense tenacement soutenue ; d'epaisses couches de neige et un troid rigoureux rendaient difficile la marche en avant, mais une préparation des mieux soignée et la bravoure de nos troupes originaires de toutes les contrées de 1"Autriche et de la Hongrie ont su triompher-de toute résistance. Avant-hier au matin, le monte Bàdelecche «t le monte Tondarecar sont tombes en notre pouvoir ; h midi, le -Se régiment de tirailleurs de l'Empereur avait pris pied sur le monte Miela. En fin de journée, la résistance des Italiens sur la Meletta s est écroulée devant notre attaque enveloppante. Les renforts de l'adversaire, partis de Valslagna et qui cherchaient à gagner les hauteurs, ont été pris de flanc par uos batteries en position à l'est de la Brenta Dans la matinée d'hier, à la suite d'une lutte acharnée, l'ennemi a perdu le monte Zomo et le soutien de Foza. A 2 heures de l'après-midi, les vaillants défenseurs italiens du monte Oastel Gom'berto ont capitulé après avoir été. pendant vingt-quatre heures, coupés tlo toute retraite. Tout le torruin «Stue -au nord du ravin de la Fren-zela est e» mitre pouvoir. Outre de grandes pertes sanglantes:, les Italiens ont, au cour- de cob jours derniers, laissé entre nos mains plus de 11,000 prisonniers et plus de 60 canons. Grâce h la circonspection de notre commandement, nos pertes sont minimes. Près de Zenson, oft, depuis des se-maine^ déjà, nous occupons la rive occidcn taie du Piave, le 73e régiment d'infanterie, arâ^înwre des environs d'Egor et qui s'est particulièrement distingué sur tous les théft Ires de le guerre, a victorieusement repoussé, le 4^ décembre, plusieurs assauts de forces numériquement supérieures. ♦ . # * Vienne, 7 décembre. — OHiciel de ce midi : Théâtre de la guerre à l'Est. Suspension d'armes. Théâtre de la guerre italien. L'attaque des trempes du feld-maréchal Conrad nous a permis de faire de nouveaux progrès. Des régiments de tirailleurs autrichiens ont brisé, au cours de corps à corps acharnés qui ont 'duré plusieurs heures, la résistance de l'ennemi sur le monte Sisemol. En perdant ce rempart qu'ils défendaient depuis des semaines avec achamempni, les Italiens ont laissé plus d'un millier de prisonniers entre nos mains, ainsi que de grandes quantités de matériel de guerre de toute espèee. Le nombre total des prisonniers que nous avons faits depuis le 4 décembre à l'est d'Asiago atteint à présent plus de 15,000 et le nombre des canons capturés a aussi augmenté.* * * Sofia, 5 décembre. —■ Officiel : Front macédonien : Sur toute !a ligne de front, feu d'alerte ne dépassant pa* la moyenne, un peu plus intense cependant en certains endroits outre le Vardar «t le lac de Doiran. A l'ouest du làc d'Ochrida. nous avons chassé une patrouille renforcée de l'ennemi Des renforts ennemie, composés de plusieara escouades, qui s'approchaient de nés Hgnee de défense au nor{'-ouest du lac de Doiran, ont été arrêtés par notre feu. I>an8 la vallée de la Strouma, près du village de Skumbi, notre artillerie a disperse une compagnie ennemie. Front de la Dohroudcha : Le calme règne. • • * Sofia, 6 décembre. — Officiel : Sut le front eu Macédoine», fôu habituel de dliversion, un peu plus violent à certains endroits. Dans ta région de kv Mo-glena et â l'est du Vardar, nous avoue re-.ooussé des attaque» de reconnaissance **»■ loncées par l'ennemi après une préparation l'artilierie. _ * * Constantinople, 4 décembre. — Of.iciol • Sur le front du Sinai, sur la côte et près Je Jérusalem, le calme a presque partout prévalu. One tentative faite par l'ennemi l'attaquer nôS" troupes au moi'd-isi de Nezlîn i étchoué sous le ieu de nojre ai il „i ie.Violent duel d'artillerie près de Bettu-el-x'cn.a, 3oj>t les Anglais ont -réussi à s emparer momentaueme-iit, mais que nos vaillantes troupes ont repris -le soir même. Nos! positions situées en avant de (B jthanie ont et prises soub une violente c-anonuade. Ailleui*, rifai à signnler * x * Constantino7>le, 5 décembre. — Officiel : iront du Ôinaï s J/activité s'est réduite h des canonnades d'intensité 'moyenne en différents endroits du front. Les combats engagés pour la possession de Betur-el-Foka, et dont nous avons Béjà parlé, furent très acharnes. L'ennemi a essuyé do lourdes pertes sanglantes. Trois officiers et 45 soldats ont été amenés prisonniers. Sur ies autres fronts d'armée, pas d événement particulier. Berlin 6 décembre. — Officieux : Sur le champ de bataille près de Cambrai, le-. Kmgtlftla ont subi, le 0 d-Co'.iabre u-i.e écrasante.' flKtfiidte qui leur a coûtx^ det portes :maiionses. Vprcs l'réliee cea 16 hfxtaillcs qu'ila ont !i,r es en Flandre et qui. de lmr projtve ave" avae -i potrr but la complète do la Iirsï nllôtnande < e-sous-mea-ins, apria avoir ainsi saerifi ' iiuitileDieat la Heur de l'arm • an^iaL-e, lés An^ilaLi ont oîueroh^ une -tfois de plus, prenant l'offent: e contra Cambrai, à. foivcr la victoire à ec ranger de leur côt : ils ont jou6 faux vTi-tatit. Ajfl-^? te-gaina d« terrain du début, antno-ic e au pesqu© annote par les cloches de la cathôô^^ à», -aiiut-Taul, comme un® grande "-vastOTo, ce- priten3.ii suci&b s'est 'bruSqucinont »traci3foi».'K-eu û'hée- d a ftùt creuÎBi' vou<= les espoirs de f'-Ainglctôrr© Affnîolis par ?,•> contro-atiaiives ininf riompuep qu-nous avons d -clanely-o» et pur le feu constant de autre artilteri®, ensuite par la perte inccftA .nte dî m: terrain acheté au pris d® tant de eaerit^OfS. tgs énglaie n'ont pu r ailier à la pression)-des 'Croules r.Jlsmandejà et ont évacué une grande pe'.u^e de leurs positions «n fuyant -do très fortes Nbue ieu concentriqo'-', d^olaneh' h 1r foie d» froi3 eût<!« a d >< irai* ?e3 épaisses ooloraics de j'caïiorot qui codait. Powrsuivnnt éueifii^ueTOfe'U les Anglais, nés trquj.ps se scaru oin\par-o« (,cs villages de Graiiucourt et d' Annous et ont auesi conduis Car.Utiog et Novdie. ainsi crue le l»aut terrai» du bois d< Neufs qui do mina la région. Au sud de Marcoing, nous■,aV8ù= atfsSi avane nos lignes par doa Combats livr s ix l'aida da grc;iaà°s à ma lu. Xos aviateurs oui' cîficiK^incoit bombaoi-1' et mitraillé l'ennemi qui reculait e< lui ont inliigé de Narres perte». Parr 1 les prisonniers que noua avoua faits au coure ( e la bataille de Cambrai et îbont le ac» t.'Ittb 'dt passent à prcêonit 9 000 es trcoîvïiift "20b o'fi icr**. • Outra le« 14<^ camoflÉ1 et 7i6 mitraillette*, j nous noua soinmetï emparés de nombreuix ;tanws j qui, d'trults par ia canonnads. -gienit an tas sur le Champ do bataille. Lee .pertes éstraorii nnirenwoit élevcea que larme fcjfjuaniàfloe a su b'O- dans c^s jours ds coniba'.B acbarn ». peuviépi ! le évacu es, en tcaaiût compte des corps innom. , brables de guerriers -anglai? tomb s '1 abandonné?, sur les hauteurs. (Jane Ira bols, dans vit lageï et Iffi ï^rn os- qL surti?ut dtme le liois (Je -Bourlon. Journellement des combats acharnée se sont livrés poiu la poese^si-on de co lerraia bo:s , ~quo les pft-onçiïer8 anglais ttésigneni s&ue i« nom de « -HaiitctiT.de Bourlon ->. i'e ulant sa j> traite l'onnconi liîa pas h SiV- ?» inceudier e? I t itre eatif^ir sans îc, les vr'lageo tixn- çais qu'il -laissait dnr re lui. les tsa-urfierS en tiors très p0up? s. de la ville do Cambrai, ont é'1 bombarda pw canepis du p.uS ;-rr>8 ca libre et largement arrosés de Ummt>oa par le» aviateurs. Les Anglais les ont d-\a8t^ et, a« lieu d'infliger des jpertes aux troupe® aleinam'cr, ils oui tu et bles ^ f paiaîfâes habitants. Ij& maître dont il h Sraif Ceanibrni après sa. -tortc d -faite ei le^ destructions innl'Le^ et inouïis dont il s'est randlu o&apable tie «ont certes pas de nature à augmenter fti eoufiajiCe des -Eran a fc (Vins cet Alli^ qui. seul depuis le 12 d cei 'ire '0-16, porta la lourde responsabilité de la pa-olongatioa o la -guerre ainsi que de^5 boucl e 'us en mas-e et de ia déva-siaiion de «rC-s Tichee 'territ-.ire® fiUa'çais En Flaiartro. le 5 décembre la 'Camonteiiie devenu^ beaucoup plue violeuie ver3 niidl dep'e-B f' tang de -Bla.eri ■jusqu'au sud d'Tpres. L'a-iicvni a m 'tboùi pionicnt bombard'6 nos (weitions i;r« «ialement ceJtc\s t'vihlies du bois dTHwtlïdH à Bii eb'ere: à certains endroits, il s'esi montj-paff-Éi a:HàremUnt pro.'ligne de muniîiims. Ua.'t» le terrain qui sV'tend devant nos positions noua : avons pris sons un efficace feu '.destructeur ils? mouvementé de Groupe? signal, «e Le 0 d 'aenabre. ' à l'aube, -après une torte préparation de lanc©. îniïtes, de? patrouilles eurremies ont attaqué nos lignes; elles ont té neaeaiont rgpSUBS'e.-;. En Airgofune, -après nue cairciruwujie annei :ie plus violente, isuq opéraiion fraa,.ai-^ n'a pu <-« développer grice à l'action de notre a,-tille:'.e. "anf le ni'tme tcmj'S que lee An^iKi» B.-], i»v saieift une gra\te d faîte pr s do (jamtïr<û I s rapports signalent qu'au cours des combats frac, ûueug livtr s &,;r hauteurs d® TUsaletta. nous avons endor© fait 11,000 prisoniulcii-9 v oi capfui* GO canons, ie qui augmente de nouveau con-i lé. rableiœnt les partes immenses subies vpar les Italiens. nu coûts de la 12e bataille de l'iaonyo. * # Betrlin,- 8 d'0on?bro. — CiKiuieuK : najppoTt (jui vie it d'arrivej.' de la -W^ditor-ran o, du lieutenant oe twaisesau AVendlant, *ui l'attaque imp tueoso qui il a dirigée, le 2i novem-bru, toi*tn3 les forces -a®glaiaes aip.< priate * vaut Uasa, avec l aile droite dé larm e (turyu# de ?alc-cino, dorrr-e uo» d« talls lut Tcs^a us cur c<-b "tîiant tait d'ar . ^ et co iSafctie iuue nouvelle preuve de l'cftprtt Mandate dont sont animée ise «quipagea de nos -sous-nmiin» Par une temp te qui' bala>ai; vers la mer H* sables de le . ojte do Pa.bs.inc, le sous-merin os: orrivé le 11 devant GaSa Aj'aatt franchi, potui faire urne rcoonnntesatre. la ligne dû e-urveil-tance d «a vapem« gar :©-côtes, il a pris aussitôt la d'cision d'":rftttqMer aai cr pu^eole les nexlc t» à 1 ancre dans la rade. Le po»i do preisoirear des eaux, les filets de barrage protecteurs <-t la surveillance des gardes-côus rondâicnt #d.V'>*Ue l'attaque des navires ent enis, qui *se Cro-yaL/a eu sOreté, mais l'élan imq> tuenx e! 1 tr ûte cr<! laboration de tous les moaibiFes dp fCqiutpaçsB bfKtt %e'"US à bout de touîes les dîificuit -s, et on* aboUtS à un Lœffla» r s.,iia< final. i«i£x ut-pSles lancées à j»eu d'i.aervalie ont toueb te but : le premier navire aueint était un grain] contre-torpQ'eur dont les cliemiir es ont été aerfc-cliées par l expioajoa, et le second un mouitor à doux chemin e-s. iiui a Ué touché situ» !» nAt d'tibBeprotion Aus-^fit,>t qiue s ia [xrotfuiftdcur dçs eaux qui ^ta;t d'à peine 15 Htôtres, le lui a permis le sous-marin a plon#jé et e t r.t »um on i>aute mer, Irancbissaat suie ■accroc d'abord la li-me ii>t rieure des chalutiers à vapeur, puid la chajiie d- navires de garde . Arriv« en mtr, à |Q tcaub*) de la nuit il tt vu «ur 11 côte do ntnn-breux proitoteurfi faire dt8 recluarl es ; il e«t probable que 1 e-stfaare, diminni e t'o deux unit s. fouillait l'obscuj it pour d convrir aes sunvivaua et e aoua-raariii allemand. Ce nouvel exploit l>é roiqJue ne témoigne pas setelensant de i'o^prit d'initiative toujours en i-veil e' qu'aucun danger n'eftr«ie die ivotro marine, il d litonrre enxorf « nne f it» de (dus que partmit où l'occasion s'en prostouie no." -ou«- maria» s'aïuploionî à soulager fe front sur ferre. Communiqués «ss armtsa alliée? Paris, 6 diécembre,— Officiel de 3 heures: Noa patrouilles ont ramena des prisonniers, uotainmeut au sud de .Sauit-Quentin, au nord d Ailles et eu Alsace. Sur la rive droite de la Meuse, nos batteries ont contre, batfiu e.fitcaceuiant l'artiillerie ennemie^ 'ri s active aur le frout Louvemont-iiezonvanx. Un oouip de main sur nos poste» au uord de Be®onvaux a échoué. Une autre tentative aiunemie dans la région àe Largitzen (Haute-Alsace) n'a {tas roteitx réussi. Ivuit calma partout ailleurs. * * *• Paiîs, >6 d-cembre. — Officiel il il heures : Au cours de ;la .journée, J. a<;i . ii ' de l'artillerie s'est maintenue bïès -vive ir la ri/-e droite de la Sleuso, doais -la région de Beuumont, ainsi qu en Tlaut^-ALacc. "Un coup de niaiii ennemi à la ChapeioUe est resté san succès; Ki en à signa i Lr .sur lo reste du front. * * Londres, (i 'd '-eembro. — Oiiioi.d : 'La -nuit du 4 -au ô d.ceaibre, celles de nos croupes qui tocctjpuiuùt le s »iHaut que formaient nos positions -dans les environs de iSVu'cI;'-sni4 i^cum <ct do Bourlon .but été ir^piii s sur une courte profondeur \ei>a u/ie- posuion étnbf't nu sud^ouest «de ces eaùroits- Nofcre aeiiian s'es: e/ïeat i"e on bon ordre sans otre (îiitravée 'par 1 ememi qui, tard dans la "Soirée, n'avait pas encopa o)j»irvé notre mouvement. Avant de nous reunr, nous avons mi iiuodiùuemeut d fcrirrt les onviages de campagne allemands al., as sur ie rorrain que .nous tavons abamionn . De .nouvelles at.tiques prononc es hi i sar par l'en nom i dans les env irons -de lai \ ; o-querie ont cfe. eura^'ees. l^cs combats li-caux out continué a eot endroit la nuit. Au sud-ouest du village, nous avons 1 £&• rement tt-vancé motre !iu»ue. * * Lortfti'eï-j G décenibie. — OfriciQi : Cette nuit, '45 avions 'eiffiemis ^environ ont attaque l'Angleterre. 'Le -pi^m-erj»r"»upe e4t arrivé ù 1 h. l'?2 du ma. ai au-cl s de Kent; il a lancé ;des bombes sur diï-férents points -simés 'sur Ha cote et à ;proxi-mité de cebeâi. Le deuxième groupe a stu'vdle notre 'territoire p^u après '3 hetrris du ma'in,; ii romomait -la 'Tamise et a 'survolé le comté de ivent sur une 'cer.asns distance.'Ces deux groupes souiUbae t avoir •pour objectif d pron--.i 'or cies auaques de diversion dans le 'but îfl attirer sur °ux le t'en do ors clirons 'et -de ;rcp 'ror nos -services iîô d k, -e .os aviateur ? er^omis ont prononcé leur '-dt!tique p*'inoipnlc eavii'on une heure plus tird. ■Bttee 4 heures et '4 'h. '%, de us •r-.mroi d'appareils allemands ont survolé la cjtedu comté d'i .^.-x et troi< autres colle■'du comté de -iieur ; ils se sont c.tr'ges vers Lo .ca es én suivant diflOFcrt-tcs routes, semblant a* oir l'intention çt'.c^tn^ucï' la capitale simul?/u.c-ment un no, u-e it. de l e-°t et -du 'Sud-est. Nésmmoiis, tous les 'avions formant l'un des groupes ont été forcés de «tébrornsser chemin soas le feu de uos canons de dé-Tcnse, tandis, que cinq ou six -aiypatre^s an maximum réussissaient 4 survoler Londres. Une ou lieux bombes et. un <Tand "non. io de grenade^ incendiaires ont été lancées vers 5 heures sur différoifts quarti :^ Doux des appareUs ennemis ■so.fit tomb's sous 1' fou de nos cartons de d<-iense; leâts occupants^ soit six hommes, ont été faits jn isonnierg. Quelques incendies " -se sont diciarés à Londres, mats les pompiers se «ont facilement rendus maîtres c.u feu. On croit que le nombre des victimes est minime; touio-fni^, tous les rapports de police -ne sont pa^ encore rentrés. ><os a\i.t)urs se sont 'élevés pour attaquer les avï ms fieuoe'-is; ils sont tous rentrés indemnes. ♦ * v .Rome, 5 décembre. — Osôeial : r Sur le haut plateau d'Asiago^ivs a\clr i considérablement n-enforcé son artillerie et ; après avoir renouvci • et aug-mentô ^ fct-t'ectit's qui avaient) lbe:tneoup souffert tiu 'coura des combats ,pr-cédenis, l ennemi .a attaqué nos positions. La pre'.abtie ■ tuaque qu'ai a prononcée ikier a été rapidement en-rayetj par nos troupe* et l'unique a^anui^a qu'il on a obtenu au prix de pertes gi-gani.esques, a été la conquête de quelques positions, ce qui n'a, pas réussi à é tranler notre vigoureuse résistance- Après une canonnade destructive t 'Clanehée la mat ec qui, coup je de lormid-s vaguess de feu dirigées couitre ic icri-ia situé d rri ro nos positions, a sévi durant de longues lier i. s, t'es troupea ennemies ont -prononcé une dou-'•le ateK,'ue contre 'ia «ciiarnii re du 'front, c'est-à-diro le monte Meletta. Après a voie tenté plf.sieurs fois de progres<en;. 1 ennemi, qui venait du awr^-ouest, a 'échoué et a -tè déi'iiffiti'Vemertt arrête l'après-midi sur ie Sisemol sur les versants sud-o. e>t <iu Me-'erta. !>e 'GnUi-o, l'eanerm a 6fc<? -défini i\c-ment repoussé par de violents corps à corps et a subi de tories pertis; .1 a iaj.ssô quelques centaines de. prisonniers entre nos mains La seconde ait '.que, dirig e du nord-est, a été tproaonc e avec aéb:!riie.ni(aiC [>ar des trouf>es iraîôhes .plus imporiauiess entre le monte Ponrhrec&r et le tmonle P.a-(tpnecce. A cet endr it, nous avoirs t.- tor-cés, après un combat des plus achnrr. , qui a duré .-jusqu'à l'aube ef au cours o jnol 1 ennemi a réussi à occuper quelque^ tîc* m s tranchées., de retirer 3*©s lignes ('.es ; iras ■es plus avancés. Près de "Zeuson, sur le Ha.ve, m* avons ol.serv'' • un important mouvement 'de troupes ennemies. A cet. endroit, un de nos oe-raclienaents d'atiaque, ^ucrgiquemcnt a . j.nvé par nos lvatieries, a d<i,".;it cinq p0 .s p- uts jetés pur l'ennemi, (pi il a *€W®n5te atrivat;. Nos soldats ont infligé des } Cries à ]'oàîi: nemi, fait quelques diz-aines de piisonr'u.vs et capturé des -mitraâl&ii^s. Dépêche» Diverse:. Pétirograd, 7 déeeîniu'c : On usamie du Iront ronmain. à la ,,Pravda'', en date de sanrWti : — Lorsque le gouvcrm.iuout a voulu dissoudre les "Com-ib'-s de ^o'i ktts de l'armé rouina.rnc, -des troubles se sont produits. Lq ministre roumain de la guerre a al -ra donné sa démission. » « ♦ Zurich, 6 décembre ; ' Le ,, Zufcher Tages Anzeigei' annonce ijuc, daus 'la -crainte -que les evet-on-ci s de Russie n 'eiereent mie anîkiesc» f. c 0. e sur l'armée ro|am«iH^, l li^r-rate jirojetde ta Lransférf-r au delà do la mor Jfc'v.'i-e «ur le i ront du Cauca-ie. où elle serait six!jointe ".us Anglais qui y opèa'-e.ut centre les Cures. * * -* Borlui, 6 décembre : A l'issue de la s^mee de la Chat . re les -députés de Prusse, le pic&ulcnt a .it : — L r.e heœfflfuse nvut-\ e-ii u* 7kms {triiro. La diieOt'*on de l'au-mie rouma.ne vifiu à sc»n ton r d oua ri r îles pou1paitl;u,s en v tLe d'un aamistic-e. C't»i un itimwefta pas en avaut vers le but final et un e.:ee. ai présage pour nos délibérations. ♦ » Paris, 6 d cembre : On nutude de Madrid au ,,T^:nps ' : — Une mission spéciale dipU#ou'îti«|ae e<n-voyée j-'Ur les Ltais-L'nis «u K,uveq»o vi^at d'ar.iver à La Corog-ne. iv-ie a •> jioui m caractare eeonomiijue et e^' chur*:^. ce s aboucher avec la légation d Lsp- pot^r nouer des relations économiques pi ■& ou entre les dcuix pays. La nwssum uioj*iSc '-e nombreux moyens de pro,pagtw«ie. "Gp« j'aai^. Uiuiis auraient eu outre l'intention de cr^er Cc-s cdiant'ors navals dans les poits c-sptu. "nols.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes