La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

486 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 29 Fevrier. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 18 juin 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/s17sn02n6m/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ÎVlardî 29 Février 191Ô A B G JOURNAL QUOTIDIEN, • ~ Z.9 Numéro i lO Centimes «..i-T ■ i t imaMgasg r^?aatgK?yc>33Bta-ggpgaa:sriav«*»»^M**»u -*zxsxx?^3^:j?.^£n>œ*socx*i*œx*^& 2m' Année. — N* 463 LA BELGIQUE PRIX DES ABONNEMENTS $ Un mois' (mars) , te. 2.30 Les demandes d'abonnement sont reçus* EXCLUSIVEMENT eu* guichets des bureaux de poste* ADMINISTRATION ET RÉDACTION Ql» Z£ontaffZïe-aux-Iîer'bes-F'oiHffèresi, BFITJSJSILiZJESl BUREAUX:DE 9 à 17 HEURES u'03. MORESSEE, Directeur f Petites annonces . • , . . , lalign#, fr. 0.40 ^"V IL/ Réclame avant les annonces . — 4-00 PRIX DES ANNONCES SI corps du journal ... . — 4.00 VTxp'aits divers — 3.00 i îiécrologia ........ — 2.00 Aujourd'hui; SIS. pags3. j LI GUERRE 575* jour de guerre ' ï/» Allemancte Se maintiennent flâne le fort de Douaumont, vigoureusement contre-atfcaqivés par les Français. A l'est du fort, ils «o soni emparés des ouvrages fortifiés do Harciaucnont, qui «ouvrent le fort cïe qui s'arrête i 1 1/2 kilomètre au notr&ce de Bras. ^ 0 Tandiis qu'au nord do Verdun les Aile mand& ont ainsi successivement refoulé le Français sur 7 à 8 kilomètres, les pose tions tenues par oes derniers sua: l'an te rive du fiecvve n'ont pas subi} d'à modifier tioiï. EjUes s'amorcent en face do iBrabfwii sur-Meuse clan» le secteur dfe Forgea, d'o-elles vont rejoindre l'Argon n g par ifaiar coiia^1. Depuis (Brabûn,t jusqu'aux oavferon do Bras, la rive droite de lit Meuse cai au mains des Allemands : par suite il peu devenir difficile aux Français do se maii: tec/îr «t face de cette section. Bien que d forte® inondations' leur on facilite en. c l moment la tache, leur front sur la ri\ t présentera exactement »ia disposition do cette partie du théâtre de la lutte en' consultant noire cartel détaillée d'aujourd'hui. - w * * La prise fle Duraizzjo, que noutj avions e hier fait prévoir, vient de s'effectuer dhns des concilions qui ont mis à une rude épreuve l'endurance des soldats du général ^ von Kovess. Après la prise du mont Lov-v cen, Pinvasiton du Mion&ânégto s'est diévo-s loppée lentement mais sûrement : les Au-^ trichions se, sont rendus mavtres ocmplèAe-t ment do la c5te dio l'Adriatique depuis Cat-r taro jusque Kowaja, au sud de Duanz^o, e c'estl-Â-dir© sur une distance de 175 kilo-e mètres. o II est vraisemblable qu'ils vont mainte. i Vaux, sitaé à l kaoniètre an swf. Dans la vallée <îe la Meuse, l'avance dea Allemands est de nouveau natafele A o '-iro. mètres au sud de Samogncu*, & oni co. çupé Cftan^uwaiville, village situé au, rorf die ia boucle tpta le fleuve dessine vers l'ouest. A l'est cîe Cliampneuvifie, ils ont franchi la cûte du Talon et scut parvenus pris île la lisière eu! de la région boisée t s 3 £ 3 V, * > gauche est exposé à devoir céder aui?st bien que dïins les plaines de la Wocvre et poulies mêmes raisons. Aux dernàèrea nouvelles, ils ont dû; abandonner ces pfaines, où ils eeoKïsaiœit approximativement la ligtte Mogêvfllo-ouest d'Eteiu-ost de HemwœratoueBt do Marche-Ville, et se retirer, jusque près dbs conero-forts des Côtes lorraines. Le lecteur se re- à" é" KiK nanï, aidés par leurs alliés bulgares, diriger lours efforts contre Valons, c&jà m» cce dans ces derniers temps par diverses! manœuvres de troupes ennemies. Vreisein-Wahhsaeat aussi les Italiens se décideront enfin, dans ce scetear, à e«tr*Ter sérietiffe-meiit Li réalisation de desselus doeit ouj peiit (ire que décris plusieurs mo1» leurs odiver-saires ne fout même plus mj stère. VERDUN Verdun est Le poste avancé vers le nord do la ligne fiortifi^Q Vefcd«3*Touî-Eî*nal. G cz'b une place forte do première c&ksso. Aprè» la guerre db 1870, aa Qoassriictkni suivant les règles moderne fat (a^re^-rise cè poursuivie relàeJie, avec toutes les ressources dont disposent la science et la I tinance». La ceinture fordrifo esi double et na com. porjci pas moins do 50 kilomèfces de diamètre. JJans .son ensemble, elle eoni»rmd S8 ouvrages forufk», dont 17 sent des forip de p™™* ,21 ^ 'Wi4% à dostfo^kw, spécule et jO de3 batterie; forlsfiécB.Le fort, tonnu sous le nom de „Camp des llo-f ' ? ^ conduit le dernier des qua, to grands toroax de d'fenso ,'tabi« e't-c Verdctn e* Sarut-M^id. Les toi auénœi so trouvent à Gémcourt, à Troyou ej au;v Pa-roches.I.os fortifications do Verfun B0nt érigées mr deux r.ves de la Meuse. Elfe do-mioaM la fleuve et ics & ch„!n tVx £ct vooaci d'ABçmttgaa, prnici^ks^Vcellc de la, place est fortsnaaâ protégée siiu.-iSu» g4aa^aphi^e««t»reJfc. La vJaebt siSuéci àr une alt^tija ds Sot ftfss-oi au eooa« d une cuve dont lai W> Wé"' Tout u une hauteur do S00 à SpO mètres. l^es forts ont été principalement am*?.na^és sur les hauteurs. Au-de!à de l'ecioantei for-"'«0, du oôtâ de la fronisfem aJfeeiatkda. ZfeeZ_^ear d'iEpioal, ov.t été construit# "œ torts do bon*^ en î-eRanî des prkici-p«es I»aws des Vosge». Dans i8 secteur • , v a™u'1 queues forte isolrs ont été «grfamsm^ttoSiis A Etoœ. eti à .Prouarf.On a comparé l cr.sem«e de œs forts do bar- T^00 ïo'»!"Ue da Chine qui aurait des solutions do continuité. Os ou-rragœ on efWi, ne sont généralemaiti dis-?"•* ' ™ f°. 1 •™C,cl q«o de 1 à 3 liflomè-très. Ioutefois, chacun, d'eux eonstitue une torce défensive de grande valeur. L'ensvraHe des forts da Verdun a été oon çu de Wta manière qu'il sp oonfond a-,tint que possible avec la configuration naturelle du sol. Le voyageur non initié, en traversant la régirai do Verdun, no s'apercevait j^ière qu'il se "trouvant au milieu d> f rmïlv ihcs f.ji'Lcrcsi^5--, équipées à profusion do 1 toutes les inventions les plus modames dans 1 art de la d-éfoase eles viUœ. n y existe nobimmxsit, d'éïKvrmes abris soutarraans où' Iicanmes jouiassit iI'ium sécuinté— fcm, puivs rebÇve, bien entendu — pendant la ôuréo du bomJ-^tdenvïnt, oC daj fessés pro. £ou<^ et I*Pgœ Cae^uAs do ;mit nittei-si s I œ battenee cukasxécs t* te tout* oufa-sasSe, nî-votante qrn y pullulent complétant ua pou*. raut sysfâme d'artHleric de 30 à <0 canon» - plus gros calibre, pcjîs cosncti* un mil lier de pièces d'artiteie mojeane, air.si 5u'un réseau de nasse* ia«xtrfcabie. La garnison de chacun des forts variait ea tops le paiix de 7qo à 1,000 hominea. La raison d'être de la deuxième ceinfrire Ï5t do protéger éventuellment le recul d is irmées da tmr sei-vir do dépôts ci. d etnpê-Mier 1 ennemi d'utilisgr les commuaicatdons iveo I an-, point central ilo toute l'organi-Jat-ion militaire d'u pajs. \ erdun, malgré sa population peiu i'ninor-ant3 do 35,000 hcbhitants environ, sa r-vige larmi les ville® le-, plus iatéressantes do la trance- par la splendeur do sas églises os uitrès monument", par l'antioui-vj isciori- ;o»°f>il'tOUtiPJJ, la. IGrt qu'Ole a priie -ommo témoin, à. plusieurs gr-ands ino'-ne E" m< l*« .<«0 ^^to-D^hénnaarei y signèrent un t-.-vt: . . ne, connu sous lo nom d» Tra^to &■■ f^f.,TV^TS tutti n l&iS, entre lerapantar d'AilW.-™ la t'TOnoa et là Suède pour Baattra ta à h tuara. & .Trente aas, Verduu fut cédé à la ■ranco a titre défiiiiiif. «o a la C'est da cette époque qae «bta&t les pr*. mie-s grands travaux de fortification del vilic. Vaub^n, le oélàbrel archi'jeote militaix-s y déploya, les ressources de «on g^nio- Ebfia donné La situation géographique de iVerdun aui. frontières do la Frac.ce ët de l'A/leenn gnr, il n'est pas surprenant qu'au cour dos derniers siiîCles, la ville ait passé pn maintes vicissitudes. Ea 179Q, La capitula tiou de la place, marquée par des incident) peu pat^ioiiqj«îS, amena le cotnn3rtn>laa Bouirepaire à se tuer plutôt que de es ren <lr-3 fi l'ennerod. Pendant la guerre c&3 i87c Verdun fut investi, le 25 *r<ptocnbre, eù on pi lu la le 8 novembre de la même année Après la Paiix de Francfort, la France s'es oKo'reâe de tiran^ormer la ville cia ui^ rom part iiufranchii^abla contra l'inrasion étran irère. SUR IViER Londrea, 23 février (Beuter) : Le paquebot tuigiaiM ,.>iuioia" (12,SO tonrea) a coule au large de Oovér. On d qu'il a touché une mine. On no connaît pa . encore do détails jrur le sort de? puseagea ma^i il par.ut que le nombre des vicûrne n'est pas élevé. A bord du vapeur, qui éta. en rrxt:e pour Bomfeny, il y avait 5'ï p-kîs ■ g?M"s. Le liera, àu siniiitre est à deux mille maria» da Dover. La violenoa de l cSjjivSio a fiôt fcivsnfoier lets moirioris daews la vjiÈiç Un autre vapeur qui accourait aux secoui des naufragé® a disparu dans les floi» a^rj ikvoir égaietnent touc&é une mine. 2fi février : 1s.\ Pfâiinf>ular anj Oriental Coaipm\y nn o»nê i qud, des 119 passagers du t,Mnloja" la plupart sont», paraît-il, sauvés; ^Bî'*nâi^ir a 6.vj txiclwS à la poupe par une mine en tîna Douvres et Fsikestone. La mer éfcai houleuse et le ca.pîts»ine a vainement cessày «ie rcafkKier lo navire. Il n'a jm réivîci «Mii t*er> manœuvres, la chkinbi^ des ma chines Ofeant sons eau. Londres, 28 février : Le.^ survivants du ,,Malo)a" sont arrivé hier soir soir à Londres. Ils déclarent qu l'explosion qui a «ïétruit le navire r'cî rjr xiuito à 11 heures, alors que la plupîw dçfi T>assagers se trouvaient sur lo pont. 3. navire s'^st imraécti^rnarfit incliné et il étf'i impossible jar suite d'utiliser une parti* des cj!k*&Is. Les pa^tti^erô qui avaient pri péaeo dans un des canote sont tombé© à 1 mec au moment où on le descendait. Il n' a ras eu- do panique. Plusieurs personne O'--: dftl sauter par-cfossus bord!, le navir t a it coulé en dix minutes. 11 y a de non br x bicfcsés. D'après la Kv{j3 oCficie^le, lo navina ava*. i3 fmmes eô 1S enfants b boiti, eri fca der niers rapports disent quâ lo „Maloja" titans portait ou Ôotai 4-H "personnes. Sur kw- 21' lascars de l'équipage, 83 oui péri. Londres, 23 février : L'équipage du ,,Maloja" a ét<5 en grande partie sauvé. Londres, 28 février : ( Le était un paqueboô jaugean 12,451 touct.^s. Trois cadavres oiit Cii> d\i bai*qi;és à Douvres. On dût que les bie&s'î Jur^rc^it" été pris à, bord d'un navirci ambu lancier. l>s vapeur qui a touché une mina en se portant a.u secours du paquebot ^iLaloja' eéttl'jjRmpress'', jaugeant 2,l$l tonnas. I a cosiiê en l'espace (funo das&i heiure.Uéqui ^age a été sauvé. Docivres, 28 féfvri'?r Le soir, à 10 h. ^, on a encore amené à la oM*3 44 cadavres de pa^s^c.rs et mat-e l&A du ,,liaisja,". On avait cru tout) d>. bord qiw le nombre des victime* serait pei busportoB-t ; mais, lorsque la Kiiarée arrivée, d'autres corps sont veau échboer air le rivage pendant la nuit. Flerytingue, 2S férr.'er : A ucufi vapenr ne psurfcira ârnsin ^ Fles-vn^iro. Lèf bruit court qoa la Soci-it» Zea a*v: ^3-Vyerà proviaoireimaRt sos voyajçfas, étftat vVhiné qu'ayi'os la ]>erj3 du ,,MecJclcnbarg". MÏo ne dispose plxs que da vapwir ,,0ranve-Nassau?. .Ses autros vapeurs, qui sont p quo tous don navires marchwbis, ne i;uit i>Tont jpfiis lêû poi-te pAr curJa du p'an<3 '.'pTigêr qu'offrant les mines. }.SarscSiO, 2S février : Ijo vapeur „St»tnva" vieait d'entrer d£MK le jxsct ôe Marseille. Il avait à bon* l'équi P*^e tîvi naviro aaglois ,,Donobyj;v qui i ét'i :co«ié par. un sous-mariii allemand. Ia ,JX)noby" ja«g®B« 2,96? tonnes. î^ondres, 28 février : Lloyds apprend de Douvres que le va pftiw suédois ,^Lrfit", jaugeant 1,117 ton ner^ a. ooulé. Dix-sept fcui-vivants ont pu èâd recueillis. irmuiden, 27 février : Iâl cnalutter à vapour qui VKWit d'arâ vevf annonce que, dani> la mer du N-ord, iâ .90=.x^marin de nationalisé inconnue csfl api p&ru brusquome^it s9us la quille daibatea:! ^ ooilisien a détcîsâtj la- périscope iii sub-jnorsiMe. Après s'èbee resisei^né sur la la-tiivda où. il &3 trouvait, le sous-marin n ;li^>aru dans la direction do l'ouest. . Flcssing-uc, 27 février : Le paque«bot>-posta „M^ecklenburg", dis la li-gne Zceland, jLu,^3&nt 2,885 tonnes., a friu-~hô une initie en faisant route vora "FEâ-!-înp;ue. II à sombré. La compagnie Zeo-Inud a reif.i un t'iégramme, d'après lequel les pôi't^jgsçê oô l'équipaj?e se trouvant) ù berrl du'-vnnpur hornn^ais. ..Wew!'C,d't;,,i D'après d.;s nouvelles complémentaire,-! lo vaj>e?ir avait quia.: dimanche matin Tilbury Dcêks et éfciit arrivé eu bateauj-pkaro Ga-Lo^per à 11 h. 3C). C'o-:t à cet endroit a tmc'aé imo mine et a coulé. Ou!Jre les 50 hommes. (îe l'^U'ipa^e, il y avait 23 pas-s^çers à- borrl. Tous sont descendue dans le.? «anots de sauvetage et ont été .recncSl-b'.^ j>ar trois vapeurs,- dont lo ,,West)èrd;iV' et, le ■„WitcïGmjt". Lia ^Wesfeerdi;^ est! en rpitt^ pour RiDtxord-«ia, todis que les dmx ar~iree ont continué leur voyago vers l'Afi. g^cfiTe. Lo courrier a pu également C%e sauvé. lyond/nes1, 28 févîrisr : Le vapeur ,,Trignac" a cbuW âàDf? U mer du Nord. Cinq hommes ont é*é saujv^a; vingt-idx ont disparu. îî COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués allemands 9 c {Berlin, 28 février. — Officiel de c© midi . Théâtre de la guerre à l'Ouest, t En tevucoup d'endroits, les luttes d'à - tillorio sont devenues très violentes. , . Sur lo front, au nord d'Arras, uno granc . activité continue à régner dans la guéri . de mines; nous avons démoli la positic t enneu?ie sur 40 mètres do front environ, < - faisant sauter" plûsiours fourheftux. En Champagne, après une efficace cano: nado prépai*atjii*e, nos troupes ont attaqy des ckiux cjt<és de la route de 3ommc:Pyv Souain. Nous avons eiileyé la Jeruie c Navarin et, des doux ©Otés, la positron fi*ai çai^o avoisinanfe sur uno étendue de* frw Je 1,600 mètres. A cette occasion, noi avem» fuit prisonniers 26 officiers et 1^( P sôkfcifô cï capiiiré 9 mitrailleuses et 1 Luic boml*^. 3 Dans la région de Verdun, do nouveau ^: 'renforts importants arerôn^" par l'ennemi ! ^ soat oiicwro épuisas en vaines tentativi c d'a.bfaqucj contre les positions que noi oeoupoas duiiS le fort Doiummont et ai: 0 aletrtours ainsf' quo^sur le ITardâumont. I 1 ûotpô o6té, nous avons complltement chas4 \ l'ecaemi do ia presqu'île formée par le cou< ? de la Meiase pr/js de Cluwmpneu ville. Noi fl avons fait avancer nos lignes dans la d refrtron de Vacherauville et de Bras. Dans la Wocvre, nous avons, en pl prieurs on/lroits, atteint lo versant est fl' i côtes lorraines. - Théâtres de la guerre à l'Est et dans les Balkans. < Kien de nouveau. ï • * * ] fVieemo, 23 février. — Officiel d'hier : c Front rusee. Pas d'ôfénooients pai-ticuliers. 8 Front italien, c Avant-lrfer, sur le font dii territoire < À littoral, vive canonnade et, en outre, coi i bots d'infanterie, peu importants mais vi g leofeî, en plusiewi-s endroits. a Dès avant l'aube, dies cgctachgnen^ a S partenani à la d^etnse do la Vie de po a (Je Gx>rz ont fait une &oi~i':ç du côté « a Pevma, où Tennemi s^esl lai'^S surprend y en jQkdn ©omaicil. Après avoir cotnblô _ u: s iranchue, les nôtres ont ramené 4G priso 0 llkil^Q. Sur la lisière du plateau de Doberâo, apr une forte canonnade préparatoire, l'infante* 5 onncfiivie s'ait portée contre les positions qi , nous occupons cfc» doux côtés du ïionte» Bî . Mioheie et à l'est d'Azzo. 1 Los Italiens, repoussés, ont subi d^. foc.*t pertes sanglantes et, eci outre, laissé ent nos mains 127 prisonniers, dont 6 officier La journée d'hier a éto plus calme. ' Tarvis a encore repu quelques obus-. Front du £*i&-Est. Ce m^ân, nos trouves ont occnp6 DuitiKr. ' -llior déjà, dans la matinée, une Go if» colonnes, affrontant lo feu de l'artillerie d 1 navires iUUirafs s'était avancée e«a franchi sont l'isthme situé au nord ; dans le co rant do la journée, elle gagna Porto», i G km, au nord de Duraazo. Les troup envoyées par l'ic(iim€i cki suii no pure d'abord avancer que lentement, levr nwuv moi-it étant cotravé • par l'artillerie des. n; vires i*&Iie«a ; néacraoïns de nombreais groi pce réussirent à traverser la lagune doa le voisdnago du pont en pataugeoot, à ! na^e ou à l'ai^ de radeaux. C'est air, que ces troupes ont fini par atteindre 1> t razeo eO en ont daiogé . les arri-k,o-§3tt.%d< 5 ifeaiiaiiaes. A la peinte du jour, un do n< bataillons eut entré dans la ville en fe<u. ' î! * « Conisteafcmopto, 2S février. — Officiel c quartier général : Sut lo front des Dardanelles, avant-hie \q feu ûo nos bofrkeries a forcé à s'éloign< «les ooutre-torpilleurs ennemis qui cano; naient les ecivirons d'Ycnischeîiir et d"' O okaii. Des autres front», nous n'avons pas r&) da nouvelles concernant d'importantes m difications dans la situation. g>- Communiqués dc2 armées alliées 5 Paris, 26 février. — Officiel do 15 heuree (jï * La livide est toujo-.irs fipro dans la r 5 £Îon au norâ do Verdun, où l'o^û^Û nue à* porter bGb' "oSforfe sur lo front rSt de la Meuse'. Sous la vi«deïic« d'n bosnfcor;»imont puissant eè ininterrompu d'obi a° jsg{». C--''11 -■ 5 la âerc.ïê u,> noire ii^'ïl [ positions occupées jusqu'i n'aurait pu être augroentéo qu'au prix d^ur •iGuro excessive. D'après los derniers rei seigj'jcsaents, nos troupes résistent héro^qu; mept sur les méafles-^poewonS aux an^vu nSgecfja e^ do l'ennemi, qui i cJUl|A0"t«us"n*rs^S'5?ifices.M9îQlf6' la régio-do J>-aiy\-uiriO!-(-, le.s co?nltf£s en c-oits oî revêtu' uzi caractère d'acharnement partiel lier. , Sur le .front de la WoSvre, les élttneni v avancés que nous avens tenus oornmo "li^ de suryoîllxace egtre Ornes et Heranemoi Ooptiâs" les a-V3ib«te" "de l'année dernière oî o i pi-xi fe c..-.t\ï do il(^is l>our dùi SSSS 'd'ordro militaire, sans a taque do l'adversaire. Notre ariiilerio "H#-3! ri'J ;'î ftWW'CPTlo la rive gaucho de la Meui rf'ipond sans relâche au bombardement ei nemi. * * « Paris, 2G février. '— Officiel de 23 heures En Artois, I/ tS.e do mines. En Chaaipagine, • r«ous ayons complètomer rrii^ûrCs'"'" n no "johtre-attaqua ^éhncmio sur 1 sailîrilTr~])rîs par nous au sud do Sainte ---l'y. ! - i:.■ :-:.ire. tr>Ul .dos" pçTsoniii'ér fâitpar nous dans cetto affaire s'élAvo trois cent forante, (Jont .neuf officiers e vihgtnÇ«c ^s.cri^o^ clei^.' Tirs do cS^irûcR-oiî sur. les ouvrages cimc mis au ndrd de Villo-sur-Tourbe et dans 1 région du Moni-Têtu. Dans la région aAi>j^^d^ VTcrdup, lebom * barcteent coiitdnuo sans a,rrKt n? Poiiftst f rrëir do la Meuse. Aux attaques do l'er neyri» nos troupes répondit [>Tr dè»3 c . r '.t-vjuôa "fffiHCW1" SVW Vî^r^ur sur les d: vers points assaillis. Toutaa lca teaiaiÎTî _ — O ^ nouveilas do l'onnetai dans 1a région, dfc Chanapocuviile et eur la côte du Poivre ont été repensées. Une lutte acharnéo se livre ; autour du fort do "'I^ouaûm®,' qui tst un ifêB&ïft "avancé &> "tUft^SÊSexioai défensive . r-, de la place da VorcLai. La position enlevée ce matin par l'ennemi, après plusieurs as-[Q sauts infructueux qui lui ont coûté dee •q pertes tr^ élevées, a été do nouveau atteinte n et dspaaéjée. par nos Iroupes, que toute» les ai tentatives n'ont pu faire reculer. Au nord-est do Saint-Mihiel, notre artille-L- rie lourde a pris sous son feu les hangars ié es les dé[>ôts près Vigueulles. à L'emittni a tiré pusdours obus do gro?« te calibre dans les directions de Lunévillo c® u 6a Nano/. rt . * * ♦ LS Pans, 27 février. — Officiel de 15 heures: jTj"*2' Daos ia région au nord do Verdun, nos > troupes ont continué à renforcer leurs pcv sidcrtis au cours de la nuit. Aucun ohange-x ment «ur lo front cfat^ue à 1 est do la 0 Meu©e, où la neige tombe avec abondaixe. îs On no Bignsle aucune coirtati-. o nou\ cile de b l'«"iiK<ni ni t-ur li e<-ro ck'. TrJoii, m r 11 • r iô "(Sve' du^Po^vre. Hiër,"~*,enl Tin" de jour-i0 née, une ror^^9fe:tquy eanesnie déclanchée J w âù-tt la région d3 la ferme Hardanmont (à i [0 l'ei^î de la côte du Poivre), a " bidséc T l3 par ks fsux de notre art/ilierie, ?e nos mi-1 i_ trailleuses et par nos contre-attaques. Une ? autre tentative non moins violente dans ht i- rogi'vn du bois do Hardauiaont, n'a £iut eu : ■a plu* de succès. j'ii VV:/j\re, le repli ordonné de nos avact»i>c«tes s'e^t e'ïcctùé" sans le moindre g£he a part do 1 ennemi. A l'oued de la Meuse, aucun» action tf'mfaiiterifC Da&s les Vcsgcs, après une préparation d'arl^érîbT^t^^^ui. a tenté, hier, <i la tombée do La nulé, une forte attaque sur un front do dour kifOTiètres au sud-est de Celles, vallée de ia Pleine. L'attaque a complètement échoué. lu Oe malt'n'Î^ÏÊyff' action de nos batterie© con-û- tre les dépôts de ravitailiemcarit ennemis de 0- • S-tosfevveiler (nord de Munster), a donné de bons rcrultats. P" * * a ni Pan», 27 février. — 0"îficiei de 213 heures!: le Entre Soissons et R«isns, tixs de dt^s^aic- :é iion siir ksi ouvrages ennemis en face de ie Venizel et à l'est do Troron. 1- Dana la région au Vprdnn, après la violence àis actions caigagoes Tea jours .. ^3 pnôccdants, on' «igcAÎo une certain raleiitis-io songent des oïïorts de l'ennemi au cours de t ie i la pumée, sauf entre la hauteur do Douau- 3 a! mont et lo plateau au nord du village de I Vaux, où une forte attaque menée eair nos fx^luons a été ropoussée. A l'est et à l'ouest re de la position de Douaumonfc, nos troupes 3,j egwrreat étroitnn'tnti !es fractionn ennemies q5iwon* pu y pr5nck?e pied et qui ary ma.in-ticonei^ dif^ic^leinent. Aux derniers reaasci- I gnemenR, <Io_ Talon, readuQ iutma- Ijk aussi biëî pour nous que pour , l'ennemi p^r la bombardement des deux artilleries, )S n c3i occupée par aucun des adversaires. I les Vosges, duel d'aruîkriô à 1 s1- rHjartmannslweilorkopf. LV" avons pris sous notre feu et dis- '■ persé un détachement, ennemi dans la région & de Sennones. ^ L-ouîres, 2fi fovrUr. — Officiel dii grand v" quflaiiœr gériAral U-;Unnique : l" La nuit tferniîre, nous avons fait sauter 18 trois miltea près do Ixjos. Lo rcsuhjaï dkâ ■a explosions a été satisfaisant. Ce matin, l'ennemi a ep.fcrcpris une atta-1_ qwe contre nos tranchées &ailks aui eud-cs; * fc Msricooi-t; il a été repoassé. 'S- Près activité réciproque db Var- taerie. n * * » Rome, 20 février. — Officiel clU grand quartier général : f, ^ Sur tout le front, grande activité de l'inv r fanterie. Sur plnMeurs points des ligfcies en>-i- nemies, no«re infanterie a se«né do vivete r- in<ïu'iétiKles ùuw loi rangs dles Autrichiens, e& notro artillorie a pris efficacement sous u son fou les ix»furts qu'amenaient l'ennemi. >• Au nonJ dte ISbri — vallée cio Lagariiti — dans la rég'ion dta Rom bon — botôsin dfe Plezco — et &jt les versante do Pewma, à 1;ouest de Gorz, cfes combats d'ct.it) ('issue "bous a été favorable se sont livré». Sjut ce cternior porôrt, des détachements cnneovi-; r' qui étaient entrés doiis nos tranchée® od r ont «té immédiatement re jetés avec dv v" fortes pertes. a Sur les versante nord du monte San Mï--1 >chele, un do nos dv'tachemoits, après iaa ^ ^m<ô hardie, a occupé un retranchemen: Cpoemi et a FaîA 47 jwisonsniers, x^ii*mi fc^-^ ||ûdb un o®eier. Cd?te [X>«iiion, contre la- 0 JzKr^e l'ai-tillerio ennemie a dirigé un feu !" ^ restée solidiemenfi entre nos u" Pétrogiraeî, 26 février. — Officiel âki grand , «uartier général : \ V En Galicie, dans la région de Michnicze. l' Pur le Dniester, l'ennemi a réussi à s'emparer cFun cV» nos entonnoirs de njdneer. - après l'avoir longuement bombardé. Il a és. * repoussé toutefois par une contrè-afciojquie. t DANS LES BALKANS ^ Eucaresft, 26 février : Q I/„Ind!épen<Mnoe roumaine" apprend que l" la session parlem<?ntaire, qui doit Gtîre dô-riïrée consl'i4utionnelle«neaat fut février, sera prorogée jus«iu'au 15 mars. Bucarest, 27 février : t Oa mande de la frontière rasso-rouma.ino Q qu/à Odessa et dans d'autres villes signées jsUT ia mer Noiro on sa?it parfaitement que fo nombre des bateaux russes coulés dfâns 1 sa mer Noire a beaucoup augmenté dteipwfls \ «ijelque temps. Ces pertes sont causées par "||cs rdin^s flottantes ou par des sons-nxi- ifc^s. La navigation entre les ports dio la r liber Noire et les ports du Danube aurait 1 fpiré fortement restreinte à cause d'à ce.-, t l'i Bucarest, 27 février : - S' D'après das nouvelles de Braïla, la Ccan_ - mission centrale c?importation a. conclu en - Ailenaa^ne des ©eftVate peur La fourn4torc a do diverses mar«ha<»ifâes cfc maâôrcs brute?

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes