La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

760 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 28 Novembre. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 19 fevrier 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/q52f767r92/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Dimanche 28 Novemero 19T5 A ET G JOURNÀÏj QUOTIDIEN*. TjG~ JSTumero t lO Centimes. s — -- 2m* Anneô. — IMa 37T LA BELGIQUE PRÎX DES ABONNEMENTS: Un mois . .-t. fr. 2.30 L«a demandes d'abonnement «ont reçues EXCLUSIVEMENT lux guichets des bureaux de pcst*. ADMINISTRATION ET RÉDACTION Sit Monia.grzis-auxi-IIer'bes-ZPotaffôres, EttZXZIZILiZjns BUREAUX : DE 0 à 1T HEURES Joa. MORESSÉE, Directeur Petites annonces . ..... la lign», fr. 0A0 Réclame avant les annonces . — 1.00 PRIX DES ANNONCES Corps du journal — 4,00 Faits divers — 3.00 Nécrologie . • — 2.00 : HUIT paves. LA GUERRE 402* jour de guerî'0 | L«a belligérauta restent «or leurs posi lions, dans l'ouest comme dans l'est et ûaig> le sud do ï Europe. 3 lJlus do tteux mois se sont «coults appuis la grande offensive des Franyuiii o/j. Champagne et eu Anois. Elle a provoqué pendant une quinzaine ua jours des alta> ques et des contre-attaques nombreuses et violentes, mais dont le nombre et la violence n'ont fait ensuite que décroître. I'ea à peu mOme, le calme s'est rétabli entré IteUns et. l'Argonne ainsi qu'au nord d'Agi ras. Aucun autre foyer d'hostilités .<fle «'étant allumé dans l'entre-temps, le Êfout dans l'Ouest n'est plus troublé çà et là-,q«ô; par de rares actions d'infanterie d5im{K>Ç-Eiiee secondaire et par des duels d'artlBerié' fréquents et violents, mais dont les conséquences ne forcent guère 1* attention. * • • En flossie également, les belligérante paraissent do moins en moins disposés à entreprendre des opérations sérieuses. Tour à, tour ils prennent l'avantage dan3 do.- actions locales autour de ltiga ou do Dana--bourg, sur la Styr moyenne oui sur la Strypa, sans qu'on puisse dire que dans aucun de ces secteurs l'un des partis réussisse à affirmer nettement sa supériorité. , Eu réalité, les adversaires en présence depuis la Baltique jusqu'au Dniester seip*"? tient s'occuper surtout de préparer la campagne prochaine pendant leur hivernage, hivernage que les Allemands ont organisé avec une minutie et un luxe de précaïutioi^ tels que la ,/.i-asakoje Slovo" dit qu'ils confinent à la pédanterie. * • • Entre Autrichiens et Italiens on peut Aussi tenir les opérations pour interrompues, à cause do l'hiver, dans les hautes régions qui s; étendant depuis l'oue-jt du Tyrol jusqu'à l'est des Alpes carniques. Sur l'Isonzo, au contraire, la bataille est, toujours acharnée et effroyablement meurtrière. Un oïficior neutre qui a suivi certaines de ses, péripéties dit qu'elle dépasse eu horreur tout ce qu'il lui a été donné de voir jusqu'ici. Il admire le courage des soldats italiens, qui n'hésitent pas à se ruor à l'assaut des positions de leurs adversaires par-dessus les monceaux que for-meut les cadavres entassés (.le leurs frères d'armes; il rend également hommage à la bravoure des Ausiro-Hongrois, dont les plus violentes attaques n'arrivent pas à ébranler la force de résistance. * * » En Serbie, la campagne en est arrivée à la phase que l'absence d'une intervention sérieuse en faveur dos Serbes rendait iuiévi-^ table, c'est-à-dire à la retraite vers l'est dar. Monténégro et lo nord de l'Albanie de terne armée, très affaiblie, incomplètementi ou même plus du tout ravitaillée, et poursuivie de toutes parts par ses adversaires. Les Austro-Allemands s'avancent au sud^ouest : de Mitrovica, après avoir, avec la collaboration des Bulgares, ooeupé entièrement les : plaines de Kossovo. Enfin, s'il n'a pas été ^ signalé do nouveaux progrès dos troupes i von Kôvess, qui venaient d'atteindre la fron-. tière monténégrine au sud de Sjcnica, on h annonce, en rovaneio, qu'une autre colonne 1 de cette armée et?t, au sud de Novi-Bazar, • en voie de franchir les monts Mokra. Cette? Indication révèle qu'olle se trouve! à 35 kilomètres à peine au nord d-'Ipek, seule localité notable qu'une partie dos Serbes battant en retraite du secteur de Mitrovica cheichonts à atteindre d&ns l'est du Monténégro. Dans le sud dq la Serbie, nous reston^ 'sous l'impression dp nombreuses dé&shos -'privées affirmant^ là situation diii'fici^i aux troupes ansur le rjw$k par les j;*i , ru ont re# de i ray^freaiforts. JPypA V ' f v -o~ & W^'' Contribution de guerre^ Par ordre du gouverneur général, les conseils provinciaux se réiu liront après-demain mardi", pour d'èliberer sur les IflOySiiS,' OlSSSWtfS!!1 le paiement do la nouvelle contribution de guerre mensuelle do 40 millions imposée à la Belgique. i Cette brève communication no constituera, on peut l'affirmer hardiment, qu'un médiocre jfajrt -de préoçeumtion ]>our nos conciTô) eiiS^1 I?ia3fl,È^fe3nierf l'ahihuico de la première s contribution de guerre do 40 millions par. mois, imposée par t autorité occupante —£ qui pour l'imposer, s'appuyait stir l'article-4*J de la Convention de La Haye — suscita tout d'abord, à la vérité, noe certaine émotion. Cette émotion, to^efoiB. fut su-| perfide) le et très Tphémère : elle~Vo llW srpà, en effet, dès que devint public 1 accord intervenu entre les conseils provinciaux et le consortium de grandes banque^ belges formé à l'initiative et sous l'égide de la Société Générale do Belgique. Rappelons en deux mots en quoi consistait cet accord. Les titres d'un emprunt garanti par les neuf provinces furent pris en report par le dit consortium, qui s'enga- ' geait à faire l'avance des sommes nécessaires pour le paiement de la contribution de guerre. La liquidation des 40 millions à payer mensuellement devait se h ire en bl-let$. de banque belges, que la Société Géné- i raie do Belgique se chargeait de créer et ; d'émettre. Pour remédier au désarroi financier provoqué par le transfert à Londres des réserves de la Banque Nationale de Belgique, la Société Générale avait, en effet, accepté lo rôle de banque émettrice do papier monnaie, en vue do parer aux conséquences néfastes qu'eût pu entraîner un bouleversement complet de notre système fiduciaire, ♦ * * Grâce à cette solution pr: tique, 1 s Belges fie se sont individuellement ressentis jifJF' qu'ici en aucune manière, ni directement ni mdifecternont, des versemont-s consîdéraWof — près d'un demi-milliarvl de francs — efj foctués depuis un an entre les mains di' l'autorité occupante pour les besoins do l'année" et l'jidjninisïiraucin du territoire. En cette période, ou les revenus de la généra-: lité ont largement, diminué ou sont même; complètement taris, il est fort heureux qu'il ait pu en être ainsi. Sans aucun doute, de graves compiicaûons se ^raient produites —" bien des ruines auSs-iî n'auraient pu ■ tr(r évitées — si, au lieu de se trouver en face d'un consortium 'dé baiiques, l'autorité " occupante, forte des droits que lui confère la Convention de Là llayè, avait. deman<^l.-A la fortune privée et prélové" dir^emont sur elle 'le înO'ntâiif dé "la ^ntriljffion oo guerre. On peut donc affirmer qu'en mettant sur pied, dans des circonstances véritable-mont tragiques, la combinaison simple et élégante que nous venons do rappeler, nos grands établissements do crédit ont rendu à la nation un signalé service. Il est d'autant plus opportun de le proclamer en ce moment, que la question se pose de savoir comment il sera possible d'assurer d;':sor-rïTauT" lo paioinënt mensuel des 4j0 millions exigés par le gouverneur général et parle commandant en chef de la IVe armée allemande.* • * Si la Société Générale de (Belgique et les autres établissements financiers qui lui ont jusqu'ici prêté leur concours se décident à renouveler l'Opération primitive, la question est réglée d'avance. Une nouvelle série de : titres — ceux d'un second emprunt garanti par' ! les provinces et assimilable comme l'autre j | à une vraio dotte bolge — entrera dans les. i coffres-forts de la Société Généra le et con-I stituera la garantie des billets que son dé- ; j pariement d'émission versera mensuellement • l'autorité occupante. Tout comme pour les 4S0 millions déjà payés, les contribuables n'auront à se préoccuper que de l'ultérieure consolidation do la dette contactée par les provinces : à première vue, les charges d'intérêt et d'amortissement pouvant en &)ro réparties sur une longue période,' oette con.cî:>]kk)tîon ne spau5>LO pas deivoir constituer pour les contribuables une charge louixle à l'excès. En revanche, si les administrateurs de la ""^So"ci5t3 " G^n^riîî?) Belgique et ceux ; 'les" 'jnit^""i)i^nquès' 'intéressées dans le consortium vonaiont à refuser do s'engager plus avant dans la voie jusqu'ici suivie, où irions-nous ?... Loin de nous, vous entendez bien, la pensée do jeter ici un cri d'alarme. Nous ne connaissons rien des intentions des banques ni des circonstances spéciales dbnt elles peuvent avoir à tenir compte : il esb permis, toutefois, do réfk'chir que rien no ies oblige à prendre de nou-vAin "Toà' fespoîisaKiu^s qui dut une pro-miènr fois sauvé la situation. Leurs administrateurs do peu dent de leurs àmdunairès": : c-c£fo " dépendance leur f;iit une loi ctro te de ne s'engager qu'avec une extrême prudence. Or, la complète ignorance où forcément tout le monde est de la situation financière qui sera faite à la Belgique après la guerre, doit gravement les préoccuper. Bien certai-nement vis d^t^ment, pour les avances qu'ils ôhr jusqu'ici consenties, une garante 'pte l'on peut appeler et qui est eTeetlve-; ment nationale, et sans aucun doute serait ■nationale pareilleme>nt la garantie des nou-ivelles avances qu'éventuellement ils consentiraient. Cette considération est assurément de nature à les influencer si l'on admet — et qui voudrait en douter 1 — que malgré l'étendue des malheurs que la Belgique a subis son relèvement économique ultérieur est certain.' On peut toutefois se demander si oet'C con-sidénàfcJon suffira pour décider la haute fi-nanco boif^e . à continuer; ""'fEâns' "'celte'.'""grave = question"*du règlomtînt de la contribution do guerre, lo concours puissant dont elle nous a jusqu'ici favorisés ? : iFitnnt donné les complications graves qui |pourraient résulter do sou abstention éventuelle, émettons la v<eu de la voir, .à œtte ] beure cri'irfue. d/y;ider de nous accorder, l^ottïmo elle l'a fait précédemment, son ap-Fpui. Elle se créera ainsi un nouvel et in/ | p%Rsnl>lo titre à la reconnaissance de la Be^ique. ^ ® -yr- DAMS'LEB BALKANS Paris, 26 novembre : .Les nouvelles publiées- par la presse française au " sujet de la question grecque sonfl beaucoup {Jus rassurantes. Les représentants à Athènes des puissances de la Quadruple-Entente déclarent que le cabinet Sku-lud'is a donné toutes les garanties demandées pour assurer la sécurité des troupes qui ont été débarquées et qu'il est disposé 'à transférer à la frontière septentrionale de la Macédoine grecque et en Êpire les trou- ; pes grecques postées à Salonique. I, Athènes, 20 novembre : Les Italiens ont proclamé l'état de guerre \ V^alona. Aï il an, 25 novembre : T.e ,,Corriere délia Sera" montre toujours une grande méfiance vis-à^vis de la Grèce, qui no jouera cartes sur tahle, dit-il, que lorsque la viotoire austro-allemande dans les Balkans sortira ses pleins effets. Sofia, 26 novembre : Le journal „Ca,m!xana" annonce que, le 23 courant, Tin conseil de la Couronne se tiendra à Bucarest. Les chefs de partis, plM. Carp, Majorescw, Marghiloman, Fili-Ipescu, Jonescu, Kosetti, ainsi que tous les ministres eti plusieurs officiers supérieurs, y':< assisteront. Paris, 26 novembre s Le „Petit Parisien-*' remarque que la Grèce a répondu sans délai-. Il s'agissait, dit-il, d'abord de prévenir un désarmement; éventtiol des troupes françaises, anglaises et serbes. Il fallait ensuite s'assurer la libre disposition du réseau de Salonique, en partie encombré par la concentration des forces grecques. Enfin, la sécurité des Alliés exigeait une répartition raisonnable des forces grecques tout lo le long de la frontière. M. SJtuludis a donné sur ces trois points des réponses satisfaisantes. En ce qui concerne le troisième, M. Skuludis a donné 'mieux que des asxmrances verbales, car la ^dislocation des troupes grecques a déjà commencé. Sans s'exagérer le résultat obtenu, ou peut copiandant dire qu'il est aoccpflab'e. Paris, 26 novembre : Le „ Petit Parisien" annonce que l'on a ordonné la retraite de toutes les troupes françaises qui se trouvent à Krivolac, Ca-vardar et Demir Capon. Les Français onti tout détruit avant leur départ. Ils ont aussi fait sauter la ligne de chemin de fer. Copenhague, 26 novembre : ' Une dépOche de Stockholm dément La bruit d'après lequel les Eusses auraient rassemblé en Bessarabie une armée destinée à mai^ r4;her contre la Bulgarie. Paris, 26 novembre : Un nouveau conseil de guerre des Alliés Sera réuni la semaine prochaine à Paris. Peux Anglais seulement y assisteront. On js'y ocoupera particulièrement des Balkans et de la question des munitions. lîome, 26 novembre : _ M. Sonnino a rendu compte do la situa^ don en Grèce au cours du conseil des ministres qui a eu lien jeudi. Apres un éo'i|mgo de vues général, on est arrivé à ;laConclusion que la situation «'était sensi-'bMrneut) améliorée depuis que la Grèce a cédé. On s'est encore occupé do l'éventualité, qui est très grave pour les intérêts .italiens, d'ime occupation austro-allemande 'de l'Albanie. Salonique, 27 novembre : Les Français et les Anglais ont envoyé depuis quatre jours <ûx régiments au front. Des r en Forts en artillerie, en matériel do guerre et en infirmiers sont également partis. On dit quo les Anglais auraient l'intention do faire avancer des troupes do Kavalla vers la frontière bulgare. Berlin, 27 novembre : On mande de Genève au „Berliner Ta-geblatt" : —« D'après le journal „Embros", la démobilisation do cinq classes grecques est imminente." (Sous réserves.) Berne, 27 novembre : On annonce que les représentants de l'Tta-lie, de la France, de l'Angleterre ot do la Russie, accrédités auprès du gouvernement serbe, sont arrivés à Andriefca, au Monténégro. i . SUR MER Paris, 25 novembre : Le ministre français do la marine communique que le vapour français „Tafna" a été bombardé <ians la Méditerranée par un sous-m<>—"a allemand. Grôco à la déoiskm •.iu capitaine, lo navire a pu tfcharvpor au danger en virant à temps. Par suite du mauvais temps, le sous-marin; allemand a (iù ralentir sa marche. Quelquos voyageurs et des hommes de l'équipage ont voulu, malgré La défense faite par lo capitaine, descendre des canots à la mer; ceux-ci ont immédiatement chaviré. Lo „Tafna" est arrivé à Marseille. DÉPÊCHES DIVERSES ! Coj;>onha,gue, 26 novembre : On m^imle do Paris à la ,,Nationale Ti-xluarlo " : . — Cti annonce quo le général Joffre s~ra ' nommé président du Conseil de guerre com-Umm des ALUes; il d>onneraài pur suite sa ' démission de généralissime de rarm-*<.tf*an-<;aise. Comme successeur du général «>offre, on pari# du général Foch ou du gcn^ral Peîin. * * * Paris, 26 novembre : Le ministre français du commerce a l'in. tention de prolonger le moratoire pour les traites jusqu'à la fin de la guerre; * * * Londres, 23 novembre : I^e correspondant parisien du „Timea" commente dans les termes suivants It, for» Mat'ion d'un Conseil der guerre commun aux Allies : — Mémo si le nouveau mode de co llabo-ration u^igendraii p.:s des miraclrs, la formation d un petit (Jonsoid de minières responsable et souverain, qui centraflkewat les avis et les rapports des autorités compétentes, serait considéras en France comme ime amélioration du s^st-ane acti^el.^ 1 Rome, 26 novembre : Hier, le Conseil des ministres a discuta la réponse du la Grèce à la Quadrupe-En-lente, réponse dont le gouvernement; a re^u le texte. Il en résulte que la' Grèce accorde aux trou}Xïs aïii<Ses une compltiBa tFaeSLon sur le berritoire gr<rc; eu échange, La Quadruple- Entemto garantit Vin^^ribé territoriale et l'évacuation des régions occupées efl paiera une indemnité à la Grèee. La Quadruple-Entente avait demandé la démobilisatrlon complète de l'aime grecque; toutefois, la Grôee ne veut démobiliser que partiellement. L'attitude de l'Italie, en présence des événements qui se passent dans les (Balkans, n'est pas encore exactement d: fin e. On dit que le Conseil des u^iujLsfcnes a discuté également la question de la retraite de l'armée serbe en .Albanie. î>e Conseil des ministres s'est ensuite occupé de la situation pénible dan9 Iràquilla se débat l'industrie de la s vie en lfcalies, d. » manque de charbon et de céréales qui se fait sentir d;uis le pays et) de l'iuSnXfisance : des moyens de transport. * * * Londres, 26 novembre : Tl est question, dans certains charbonnages anglais, de porter la journée de travail de 8 heures à 9 heures; cette mesure serait étendue plus tard à tous les charbonnages du Royaume. Cette augmentation dès heures de travail aurait pour conséquence d'augmenter la production de l'i % p. o. * ♦ * Londres, 26 novembre : Le 1er décembre, se tiendra à Londres une assemblée, convoquée par dos syndicats, pour discuter la situation financière de l'Angleterre et l'organisation du travail. Le : .premier ministre anglais, le chancelier du ! Trésor et le ministre du commerce pren- ; dront la parole. • * * Berlin^ 25 novembre : Le prochain échange de prisonniefra de guerre invalides français et allemands se fera du 1er au 4 décembre. Christiania, 26 novembre : Sur toute la côte occidentale de Norvège, j de très fortes tempêtes de nerge sévissent ; depuis deux jours. Elles ont occa-i .nné de grands dégâts matériels aux immeubles, aux voies ferrées, aux lignes télégraphiques et téléphoniques. En outre, il y a des naufrages à déplorer. La navigation à vapeur cô-nère a été complètement sus^jendu». On a des craintes sur le sort de ia flottilLe qui est partie à la pcclie aux harengs. ^ ♦ Pétrograd, 26 novembre : M. Ban'c, ministre des finances rasse5?, a autorisé l'exportation de certaines fourrures dans les pay3 alliés et dans les pa^s neutres.* « « Moscou, 26 novembre : Le „Russkoje Slovo" annonce que l'Etat russe se disposerait à administrer lui-même les usines/ Putilow. .* * i* *r * * Londres, 26 novembre : A la Chambre dos lords?, le duo do M.arl-borough a attiré l'attention dui gouveiue-meiit sur les conséquences que peut avoir le recrutement sur la situation de 1 agri cuAture. I^a question dos vivres est d uno telle importance que l'Etat ne peu# p.ss oontinuevri indéfinimsnt à enlever des ouvriers agricoles pour les envoyer au fro.it. Loiixi Selbourno, dans sa réponse, a déclaré que le travail des champs peut tr'-s bien être fait par des femraas, des joules gens et des soldats conva.escents. Ix^rd Parmoor a fait ol>server que, dans les circonstances prosentes, il serA t cii.t;if-nel de garder sur les bancs des éçoles dc^ ^arç.ons qui peuvent se rendre utQes aux travaux des champs. ♦ * Berne, 2Q novembre : Depuis le début de novembre, les arrivage® journaliers de charbon d'Allemagne en Suisse atteignent environ 1,0)0 wagons. La ITaye, 26 novembre : On annonce le dépôt prochain d'un projet do loi demandant un nouveau crédit de guerivj extraordinaire. Celui-ci est évalué à 50 millions de florins. * * * La llaye, 26 novembre : On croit que M. van Nispen, anern pré-sickiiit do la deuxième Chain Vire, remplacera M. Jlegout, décédé, comme ministre hol.an- <lais auprès du Saint-Siège. * * * Berne, 26 novembre : Dans sa séance d'aujourd'hui, le Conseil /ôdéral suisse a décidé de fixer d;-s pri«c maxima pour le sucre, le fromage et le bourre. Rome, 26 novembre : f M. Salandra prononcera vraisemblablement, à la séance d'ouverture de la Chambre le 1er décembre prochain, un discours qui a été arrêté dans ses grandes lignes au cours du Conseil des ministres d'hier. * Rome, 26 novembre : Le ministre du trésor italien pense que 'es nouvelles mesures fiscales donneront une recette annuelle de 140 à 150 millions (fo lire. « ♦ ♦ Capefown, 26 novembre : pS "général Smuts a déclaré, à l'Assem-bloo législative, qne les dépenses de la cam-paffne dans le Sud-Ouest africain allemand, eelles nécessitées pour la répression de la révolte et les frais d'oeoupation du terri-foire allemand ont oonté au total, jusqu'à fin octobre 1S 1/2 millions do £. » $ i* Genève, 26 novembre : On mande aux journaux suisses que le bronze devient très rare en France. Le Conseil municipal de Grenoble a décidé de mettre les vieux canons de bronze de la ville à la disposition du service des monnaies de Paris. # » Paris, 27 novembre : M. Riibofc, ministre des finances, a déposé a la Chambre un projet de loi demandant, pour le premier trimestre de 1016, l'ouverture do crédits provisoires pour un montant de 8,1^2,Si7,000 francs. Dans l'exposé des motifs, M. Ribot dé-claro que la situation financière de la Franco | n'est milloment inquiétante, attendu qu'elle a réussi, pendant les seize premiers mois de guerT-e, à couvrir toutes les dé|7imses, si élevées qu'elles aient été, sans toucher au crédit do la Banque de France et sans imposer de nouvelles charges aux contribuables.M. R.il>ot a ajouté : — Nbos pouvons envisager l'avenir avec confiance, car nous sommes certains que le pays est décidé plus que jamais à ne reculer devant aucun effort ni devant aucun sacrifice pour assurer la victoire finale." * * * Paris, 26 novembre : D'après l'Agence lia vas, c'est M. Herbert Pamueï qui succédera à M. Winston Churchill en qualité do chancelier du duché de ïnncasfer, tout en restant, à la tête du département dos postes ot télégraphes. Près de Vernon, petite ville française située dans le département da l'Eure, ont été édifiés de vastes campements qui abritent 809- invalides belges et 500 ouvriers, appartenant à d'anciennes classes belges rappelées, qui y exercent le métier qui leur convient le mieux. Le programme des promoteurs de cette station do villégiature d'un genre nouveau, prévoit l'hospitalisation de 4,000 invalides qui seraient mis à moine de se créer des occupations régulières et qu'on sauverait ainsi du désarroi moral. C'est M. le baron iBeyens qui a été le véritable créateur et l'organisateur du camp do Vernon, que pour cette raison l'on dénomme couramment Beyens-Ville. Los invalides peuvent y faire leur choix parmi quarantoquatre métiers.On y travaille lieaucoup pour l'armée belge et, quoique les prix de vente au gouvernement no représentent que la moitié de ceux demandés par (Vindustrie privée, on réalise encore un certain bénéfice. Tous les invalides suivent (régulièrement des cours professionnels et reçoivent en outre des leçons do français et ;Vïa flamand, COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués allemands 'Berlin, 27 novembre. — Officiel de midi Théâtres de la guerre à l'Ouest et à l'Est Point d'événements notables. Dans les Balkans. Les troupes austro-hongroises ont oblig l'ennemi à évacuer toute la région au sud uue>it de Mitrovitza jusqu'à la Klina. L nombre des prisonniers faits à MUrovitz; : et aux alentours a augmenté de 1,700. A l'ouest de Pristina, les hauteurs de li ! rive .gauche do la Sitnica ont été occupée par des troupes allemandes. De nouveau t>00 prisonniers sont tombés entre nos mains Au sud de la Dreuica des troupes bul gares ont franchi la ligne approximatif- Uoies-Stimlja-Jezereo-Ljubotin. * • • Vienne, 27 novembre. — Officiel d'hier Front russe. Rien de particulier. Front italien La situation n'a pas changé dans le sec teur de Gôrz; les combats violents conti tuent. Loi adeaques reiterees que t eiiueui dirigea contre le secteur dl'Uslavija, o^ échoué. Sur le versant nord du monta San Mi chele, le combat s'est prolongé jusquja dan la nuit; une attaque contre le sommet d< cette montagne a été étouHxe par net. feu. Les attaques entreprises contre le sec leur de San Martiuo ont été repouss es. Plus les Italiens reconnais.-e..t 1 iuatili' de leur récente offensive, plus ils s'achai nenfc ù, lancer des obus de grt-s ca<!kro c des grenades incendiaires dans la ville d Gorz, qu'ils sont en train de réduire sy? témaûiquement; en ruines. Chaque jour, o; voit augmenter le nombre des maisons ( des églises incendiées et détruites. .Jus qu'ici, on peut évaluer à 25 millions d couronnes les dégâts causés aux bai.r.uante t;in<Jis que le dommage subi par les pre priéfeés particulière^, les œuvres d ai t <: les collections échappe à toute eslmitiou Front du Sud-Est. Les troupes austro-hongroises qui com battent sur la Drina supérieure, ont <ccup Cajnice, après avoir refoulé l'ouneini a delà de Goles et du col de Kozara. Sur la Giljewa-Planina, au Sud ouest) d Sicilien-, les Monténégrins ont aussi été de logés par nos bataillons. Au siud de Xovi-Bazar, nos c<>\onncss s'a vancent en s'élevant sur les pentes de L Mokra-Plianina. Au sud-ouest de la Mitrovitza, nous don nons la chasae à l'arrière-gai-de eerbi?. La plaine de PAmsc'ield est) tout entier en possession des alliés. ♦ ♦ » Constantnople, 26 novembre. — Officie du grand, quartier général : Sur le front de l'Irak", les 22 '23 ne ve^nbre, l'ennemi, couvert par fea di; canons de dix vaisseaux de guerre, a lanc ses nouveauix renforts contre ncxî po>iti n avancées au nord de Koma et, sur le Ti gre, à l'ouest de Ivutul-eniira. Nos troupes d'avant-gaw^es ont causé : l'ennemi des pertes considérables en tJj^s après quoi, elles se sont retirées sur leu position principal#. L'enmrtmi a essayé d porter ses attaques en avant, mais sa ten t.'Mlive a échoué. Nos troupes, passant à 1 eontre-atlAque, ont pris à l'ennemi 1 mitrai] leuse, 2 fourgons da munitions et quaqa<-i prisonniers, el'es ont capturé, en oulrc^ ui qiuitrièane aérophme ennemi. Sur le front du Caucase, rien d impoitar. no s'est produit. Sur lo trout des Dardanelles, combat! d'fiirtiUerie et jets de boml.es. Près d'Anaforta et près d'Ari-fBurnu notre artillerie a détruit quelques iistala tions de mitrailleuses et de lancr4-l>ombes ennomies et a tué un grand nombre dec soldats ennemis qui avaient éfcé logi's dam les environs du débarcadère d'Arid'urnu. Près d'Anaforta, nous avons pris etfica-cemoaul» 6ous notre feu un canon de groî calibre, avec voitures de munitions, qu< l'ennemi voulait mettre eu pasition co; tr-K irotschtepe. Noiis avons tué t-./us les servants ot toutes les b-tes do trait. * ♦ ♦ Constantinopîe, 27 novembre. — Officie du quartier général : Sur le front de l'Irak, les importante forces ennemies qui, ainsi qu'il a été signal^ dans not.ro communiqué d'hier, avaient oo cupé, au prix de pertes énormes, nos posl tions avancées à l'ouest de Kutelomara, on été vaincues grâce à notre énergique con troattaque et obligées de se retirer en dés ordre vers le sud. Nos troupes poursuiven l'ennemi. Sut le front du Caucase, nous avons re poussé, dans la région de Van, l'attaque faite par une partie des forces ennemies e leur avons infligé des pertes. Plus au nord les hostilités so sont bornées à quelque* escarmouches entre patrouilles., Sur lo front des Dardanelles, par en droite, duels d'artillerie comme d'habitude c'est près de Sedd-ul-Bahr surtout que s< prolonge un combat extrêmement violon avec emploi d'obus et de bombes. Pr^s d'Anaforta, quelques cuirassés enne mis, secondés par des moniteurs, ont boni bardé pendant un certain temps nos posi tions ; leur succès fut nul. Notre artillerie a riposté et. atteint lo moniteur, qui a'éloi gna du rivage. Près d'Ari-Burnu, le 25 novembre au matin, nous avons occupé par surprise un< grande partie des tranchées ennemies. Notre artillerie a atteint un transport ennemi qu cherchait à so rapprocher du lieu de dé barquesnent près d'Ari-Burnu, et l'a oblige à se retirer du rivage. Nous avons auss dispersé des troupes ennemies dans les en virons. Près de Sedd-ul-Bahr, l'ennemi a fait sauter trois mines devant nos ailes de gauche et do droite; il n'a obtenu aucun résulta positif ; en outre deux do ces mines ont par eontre-ooup, frappé l'ennemi lui-même. Communiqués de3 armées aiiiées : Paris, 36 novembre.— Officiel de 15 heures j La nuit a été calme 6ur tout l'ensembla du front. Dans les Vosges, la neige est tombée en abondance, principalement dans la région de 'i la Fecht et de la Tluur. * • * 2 Paris, 26 novembre.— Officiel de 23 heures» l Au cours de la journée, canonnade intermittente sur tout le front. L'activité de l'ar- • tillerie a pris un caractère plus vif en Ar-i goimo, où nos batteries ont notamment fait , sauter un dépôt do munitions ennemi dans la région de la Fille-.\lorte. Combat à la . grenade dans le secteur de Courtes-Chaus- 3 sées. Nous avous délogé l'ennemi d'un entonnoir de miue que nous avons occupé. • • * Romre, 26 novembre. — Officiel du grand ■ quartier général : Dans la vallée de Concei, l'ennemi a attaqué, le 24 novembre au soir, nos positions sur le monte Yries, au nord-ouest dui bassin de Bezzecca. Coite a t Laque, préparées • par un violent feu d'artillerie, a été re>- - poussée. 1 ^ .^ur hauteur située au nord-ouest e5ei t (jrorz, l'action a continué hieïr. Les contro attaques opiniâtres de l'ennemi ont été cous-.- cammont repoussées ot n'ont pas empcché i nos troupeîs de fortifier les positions con1» ) qiBiSes et ele les aménager à leur usage. 3 Sur le Karst, le combat a gagné en violence le long du terrain qui descend des . versants du nord du monte San Michele vers llsoiizo, entre Peteano et Boschini. â Conquis par l'ennemi, après une attaque - soudaine, ce terrain a été rapidement recon-b quis £>itr les nôtres et est resté finalemenï 3 en notre pouvoir. Nous avons fait 40 pri- _ sonniei's. 1 • * * t Pétrograd, 2-5 novembre. — Officiel du grand écat-major général : q llier, à la soirée, l'ennemi a tenté d'avan-, cer vers Kemmern, à l'est de Tuckum, - mais il a été repoussé. t ^ Près de la ferme de Bersemunde, le combat continuo. En s'(emparant d'une hauteur située dans cette région, nos troupes ont fait 10o prisonniers et elles ont pris 0 mi-" trailleuses. d A la pointe sud-ouest du lac de SwCntan, nos troupes ont fait de nouveaux progrès. L'enucimi a attaqué, pour la deuxième fols et sans succès, cet étranglement do terrain et les tranchées qu'il a perdues récemment. Dans la région de Smorgon, l'ennemi a ouvert eu certains endroits un violent feu, 1 d'artillerie. Au sud-ouest de la région de Pinsk, sur la m o droiio de la Strumen, l'enncjmi a attaqué lo village de Kouiora, situé à 14 hi-5 lo mètres à l est du hic de Nobe. Nous l'avons repoussé. Le village de N'owc-Podczerenicze, sur la rivo gauche de la fetyr, est resté centre nos mains après une série de combats. Dans les environs du village de Siemiw - kowee, sur la Strypa, au uoi'd^-ouest de s 1 rem oo w la, nos troupes ont attaqué Ten-^ uemi et l'ont repoussé jusqu'à la rivière, s Serrés de près, une partie ele nos ad'ver- - sairos1 a été anéautie par notre feui, une autre partie s'est uoyée; plus de 100 morts 1 et dos blessés sont restés sur le champ de ; bataille. Sur le reste du front, en Galicie, à cer-ï tains endroits, vive activité de l'artillerie. On a observé que l'ennemi se sort, largo-i ment de gaz lacrymogènes. ; pêches Diverses t New-York, 27 novembre : Les banques ont eonsrenti à ouvrir \ 5 l'Angleterre mi nouveau crédit commercial de 50 millions de dollars, contre nantissement de titres britanniques valant 1 1 millions J ' de £. L'avance est faite pour six mois à 4 1/2 p. c. ^ ^ \ Amsterdam, 27 novembre i Le gouvernement anglais ayant décidé que désormais on no pourra plus envoyer ; du caoutchouc dans les ports neutres san» [ son autorisation, le Trust transocéanique néerlandais a fait savoir aux sociétés intéressées qu'il ne serait plus consigné de caoutchouc des Indes néerlandaises au trust transecéanique. -- - BSSqnaai^ j Rôîne, 26 novembre : f Le cardinal archevêque do Cologne von i Hartmann" a eu, hier, une lôrigue entrevne , }■ avec lo secrétaire d'Etat, Mgr Gasparri. Il i a ensuite rendu visite au chambellan du " pape, Mgr Sauz de Semper. L'archevêque : sei*a reyu aujourd'hui par le Saint- Père, f ■ P^gr'ad, ■ I^e gouvernement russe vient d'accorder 4 aux ouvriers chinois la gratuité de transport jusqu'aux mines où ils vont travailler, et ce, pour faciliter leur immigration. | Toutefois, la „Novoie Vremia" met le gou- 5 vopiement en garde contre le trop grand » afflux do cette immigration qui pourrait 1 dégénérer en déluge. L'immigration aurait été embarrassante déjà quand il y avaii encore l'obligation du passeport et autres obstacles. i * ♦ « 1 Pétrograd, 26 novembre : On écrit de Tokio au „Birschewija Wie- • domosti" que les ministres des affaires ■ étrangères, de la guerre et de la marine ont longuement délibéré sons la présidence 1 du chef do Cabinet et en présence de hauts ■ dignitaires sur la situation aux Indes. • * * Paris, 2-6 novembre : ! On annonce de T^ondres aux journaux i parisiens que, sur les instances de l'ambassadeur des Etats-Unis, le lieutenant G og-chen, fils de l'ancien ambassadeur (FAngle-i terre à Berlin, a été mis en liberté et re-i conduit en Angleterre par l'attaché de ma- ■ rine des Etats-Unis. • * t Londres?, 26 novembre : > La National Qalîiery a été fermée pour ' toute la dur*^ de la guerre. On ve.,t pren-i eiro des précautions contre les attaquer des J zefpelbs.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Réactions 0

Plus de réactions

Emplacement

Périodes