La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

492 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 15 Juillet. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 23 août 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/js9h41m32t/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

r- - - ' 3 15 Juillet 1017 JPUI3.Î-TAI. QUOTIDISèl, ' ^&:..ifeii|iiBfl|fit , ._ 4® Annês, .... Jtf.-^a;■■ ■•—r- cewi* - — rr v,.+a obg - -ar-'»B«tes«as PF.IX DES ABONNEMENTS 2 mon (alût, soptc!.ii>r8(,*'r' 5*i0; 1 mois (août), r. 2.-215. Le demanda «mou ««r e» u, r&iinalta» *« ^'«.VCTW °«* i*"»"* & F** AT-'iSiSIRÀTiOB tî SÊDàCTIOfi: 84. eraaaflM. LA BELGIQUE PRIX D|,S —ES Pell'A) annonces, l'a fîgiié, Ir^âfiED. — mj?.vÏÏnViis aÀnôncés, ^ Cterpsfiiii journal, b ligne, la Ihrae, fi\ 3.ÎS» — iKèvefiltgù, la ii<&2£4 ù; 2.5*3» — kJoin - dtfs Eleveurs, la ligne, fr. J.£9. Ûuro-aus de 9 à 17 h8ur©3. Oîre&'roa et iMtèùuM ; jf £ îf iV\ n"--rM JOÎ. IKOHESGÈE, DIRECTEUR Aujourd'hui : HUIT pages. . LA GUERRE 1,077° jour de gueps*® L'c'firt principal des Eusses s'est coh-eentr-i c^t-'e semaine au sud du Dniester, ou il» sont parvenus à s'établir sur la, ri-e (Licite do la Lomnica inférieure,, -depuis son confluent au nord-ouest de Halioa jusqu aux environs ûs* Kalusz, soit sur une. trentaine de kilomètre©. Leurs progris, doit nous! avu'-s jeudi mesuré l'importance, se sont donc as sez sensiblement étendus, principalement céans La- région de Kalusz, où leurs nouvelles positions, depuis qu'ils se sont em-paivs do la- ville, dominent vers l'ouest inné pointe avancée. X#'évacuation par les Centraux cki bassin de la Luk.o\vica et leur retraite sur la rive gauche de la Lomnica n'a pas <!t6 détermine par des combats de réelle importance. Après deux jours d'une résistance do. t la "supériorité numérique des Eusses leur avait démontré l'inutilité, les Austro-Hongrois se sont lentement repliés sur leurs " nouvelles positions de la _ Lomnica. Depuis, il& y ont résisté à plusieurs attaques locales entreprises par leurs adversaires en vue c!e reconnaître le terrain et semblent pi-Ots à leur tenir- tête désormais. Plus vers le sud, les troupes _ d"u général Broussilof, d-ébouchant de la ligne Bolio-rodCzany-Solctwina, ont tenté d'enfoncer les lignes de l'archiduc Joseph, mais les informations officielles de Pétrograd — qui depuis r instauration du nouveau régime sont empreintes de sLpcéiiti — avouent que .les Austro-Hongrois, favorisés par la nature du terrain, ont emo'ché ce mouvement offensif do se développer. Dans les Carpathes boisées et en Moldavie; les Russes et leurs alliés roumains continuent à déployer une activité inaccoutumée, mais n'ont pas encore entrepris d'opérations suivies. Il en va de moine dans la Galicie orientale, où l'artillerie intervient seule pour le moment sur la ligne Brze-sany-Koniuchy-Zborow. Enfin, si l'animation est assez vive le long du front septentrional sur la Dwina, près de Smorgon et sur la Schtschara, comme aussi en Yolhynie à l'ouest de Luc":, aucune opération sérieuse ne s'est encore engagée jiViqu'ic|i dans ces régions. Néanmoins, il est manifeste que le général Broussilof s'efforce par tous les moyens d:e décider d'autres armées russes à prendre l'oL'ensive sur d'autres sections du front de l'Est. De J.a Baltique à la mer Noire, cj fçont ne mesure pas moins de 2,220 kilo-inèUvs. On a par suite l'iuipressiion que, si énergiques qu'elles soient, les -attaques russes effectuées en Galicie, de chaque côté du Dniester, contre des sections des lignes ennemies do "0 à 40 kilomètres, ne sort point de Tv.f.,:>;a à entraîner des •• ',-uitats décisifs. 'Aussi, ie suc-jôs éventuel d© l'offensive du génér 1 Broussilof, dont- le sort dépend1 évidemment avant tout de la capacité de résistance d'. s Centraux, est-il en réalité l'ô à li possibilité de foire intervenir à bref délai, dans d'auhes régions, de nouvelles masses de troupes. I» suffit pour justifier cette opnnion de rappeler qu'en juin die l'an dernier le généralissime russe a mis en mouvement 2 1/2 millions de soldats, qui ont attaqué huit secteurs différents siur 1,400 kilomètres do front. Or, suivant des indications concordantes, il n'a pu lancer cette fois dans la bataille que 50 divisions, soit de 600,000 a 700i>000 hommes, dont fatalement le champ cPaciion est beaucoup plus limii'é. A tenir compte des événements politiques dont la Kussie est lo théâtre, pareil effort est certes fait pour surprendre, mais au point de vue strictement militaire, il n'en est pas moins insuffisant. * * if Dans l'Ouest, les Allemands entreprenne? des attaques locales, mais très énergiques, et dont ils retirent des avantages sérieux. Notamment, sans parler des assauts tenaces et fructueux qu'ils ont livrés presque chaque jour aux positions françaises, sur le front de l'Aisne, à colles du Chemin des Dames et an noi-d^-oues.t da Verdun à celles de la fameuse hauteur 304,. i's s'on sont pris cette semaine avec succès au secteur puissamment fortifié que les Alliés tenaient depuis octobre 1914 sur La rive droite dla l'Yser, dans la région des Dunes. Les Alliés toutefois sa rendent compte qu'il s'impose d!empêcher les Allemands de &'assurer complètement l'avantage de l'initiative des opérations ; les Français ne se ^ font pas faute de contre-attaquer leur opiniâtres adversaires, et- lea Anglais, de leur eôlé, mettent à réagir la m âme énergie. La politique Intérieure EN ALLEMAGNE Cologne, 12 juillet : On mande de Berlin' à la ,, Gazette de Cologne" : — La crise a atteint aujourd'hui son point culminant, constitué par la question de savoir si la chancelier reste au pouvoir ou s'il s'en va. Le ton de la presse est beaucoup plus calme : en fait d'informations intéressantes, il n'y a guère qu'un ar-âcle de la ,,G£ermania" de ce soir disant jjy»e la situation s'est encore tendue et que rirapr^SKion se renforce que la retraite du chancelier est inévitable : „Ges jours derniers, diit-ellc, on admettait dans les mi-lieuK parlementaires la possibilité de la retraite de M. von B - tlmiann-PIolIwe^, jnais en disant^ que d;îcd Lt il passeiftifc encore pxQ mal d'eau sous les ponts : on ne le dit plus aujourd'hui." « % Berlin, 13 juillet : C'est on réalité la déclaration relative %v fcuis de guerre sur laquelle les pa^te ^ âe la majorité du Eeichsta^ sont tomb-M ') M .ro^te -1 d'accord en ce moment qui est jS \ aceud de la edtuation. L-a formule n-'eqfFa |] p-as encore été jusqu'ici approuvée pa# le % gouvernement de l'Empire. Le voyage à'u i «elcK-maréohal von ITrudenbfui^ et du géné- j ■ral Duderw3or?f à Berlin indujoe rratentiosi ] . gouveviusnaat, inteatéim vrainent très lé- a girjme, de les consulter avant de nae 1 rér-Tîioii. De cette dëcdijion dépsn^rorrè. la So-tution de la crisa et la posture dans ki-uielle la mat-nifé da Koîchsteg se trou-/era vis-à--\-is _ du gouvernement. Quant à : dire potrr l'instant si l'on trouvera un moyen de se met-ire cPacoord au sujet de '^kjt.^-ation ci quelles eer.^çn11 éverùtjuelle-"nt les caaffé.-;yenc-?a du faît qu'on ne < ■:-.vyirv ^t pas à sio mcStre d^acoôrd, c'est ; impossible. » i' Bojiin, 13 juillet*: * | Oontî-,froment à toutes lei informations ij -reliées juequ'ïci, le terts de la résolution 5 relative aux buts de guerre est arrêté depuis longtemps et n'a subi que d.e légères modifications. Il n'est pas exact, d'antre part-, que l'attitude des députés bavarois ait provoqué une scission d'ans 1e parti du Centre. Le nouveau vote émis hier soir par ca parti démontre que tous ses membres-, sauf deux, approuvent le texte de la résolution. Quant aux nationaux-libéraux, ils, persistent à rester hostiles à la résolution, mais ils continuent à s'efforcer de découvrir un joint qui leur permette d'y adhérer après modi'ica-tion.* Bt'rlin, 13 juillet; : A la fin de la séance pléniùre du Eeichs. tag, M. Kaemr.f, président, a déclaré : — La situation ne permet pas en ce moment die fixer une date certaine pour la pro cliaiiue s3ance du Eeichstag.En cionséqnteaic je vous prie de m'autoriser à f'xer la prochaine séance pléniéra. ainsi que son ordr; du jour, ce que je ferai dés que les cInconstances 1e permettront." Berlin, 13 juillet : 1 ^ Hier après-midi, l'Empereur a re m :1 prince, héritier et a entendu les rapports i; chef dlu cabinet militaire, du chef du ç?i)i net civil et du chancelier. Ce matin, l'Empereur a reçu 1e comt I.erchenfelà, ministre de Bavière, et a |en tendu les rapports du chef du Cabinet cj-il du chef du Ca'.inet militaire, du feldimiré cha;l vo'n Ilindenburg et du général Lrj«en. dlorff. i » Berlin, 13 juillet : Vers la fin de l'après-midi, le feld-nÇré chai von Iiindenburg recevra les chefs |de part:s du Eeichstag. Berlin, 13 juillet : On dit dans les milieux parlementaire: que la commission des divers partis defai se réunir à 5 heures de l'après-midi et |iu le chef d'état-major von Iiindenburg defcû assister à ses délibérations, mais que | h réunion a été contremandée et que %c chefs dos partis ont été mandés chez 1 feldsmaréchal. * * Berlin, 13 juillet : On annonce que le Beichstag ne se réu nira pas en séance plénière avant jeudi. L; Commission principale sa réunira probable ment dès le début de la semaine, mais l Commission constjitutionnelie ne se réunir; plus jusqu'à nouvel ordre. On fait- couiri le bruit que le parti national-libéral aurai voté, à l'unanimité moins 4 vjix seulement une déclaration dans laquelle il dit qui considère que la cuise ne pourra dire rose lue aussi longtemps que M. von Bethmann Hollweg restera chancelier, que sa présent-à la chancellerie est un obstacle à la con clusion da la paix, et qu'au surplus u. uouvel homme est seul capable de metu. fin à la crise ; on ajoute que le parti na tional libéral aurait exposa ses objection au maintien diu chancelier actuel dans un lettre adressée ii M. von VaJentini, chef d: cabinet civil impérial. Cette infirma-don oc exacte dans ses points essentiels. Le part national-libéral, qui avait décidé de délibé rer de nouveau aujourd'hui sur la résolu tion relative aux buts de guerre, a ajourn sa réunion. En ce qui concerne les rôfor mes à introduire dans la politique in té rieure, un accord parfait existe au sein di parti sur la nécessité de renforcer l'in fiuence parlementaire. Quant au rescrit d la Couronne visant la. réforme électorale le parti libéral du Eeichstag estime que 1 dernier mot restera au parti libéral de h Diète ae Prusse, mais il applaudit ce res erit, qui est conforme au but depuis long temps poursuivi par tout le parti nationa libéral. * * * Erancfort-sur-Mein, 13 juillet : On mande de Berlin a la ,, Gazette d-Francfort" : — On démerut que le parti national libé ral aurait fait savoir au chef du cabine civil que le maintien au pouvoir de M. voi Beti;:mann-ilodweg empêcherait la crisa à se dénouer. V « 4i Cologne, 13 juillet : On mande de Berlin à la ,, Gazette popu laire de Cologne ' : — La décision esfe prise : le chancelic: de l'Empire, M. von Bcthmann-Hollwog, es relevé do son poste. L'Empereur a San: doute déjii accepté en ce moment sa démis sion. Dans ces conditions, le EeichsUu s'est ajourné à jeudi prochain, dowian ainsi le temps au nouveau chancelier di faire une déclaration au sujet des exigence; du Ileiohstag et de. la nouvelle orientatioi politique. ♦ * * Berlin, 14 juillet : L'Agence Woiff annonce que la- dinii^s.o oft'erie par M. von Bethmann-Hollweg a et acceptée. M. .Uichaëiis, sous-secrétaire du minisièn prussien des finances et Commissaire d< l'Etat pour l'alimentation, succédera ai chancelier de l'Empire. Cette nouvelle n'est pas officiellement confirmée jusqu'à présent. * ^ Berlin, 14 juillet : La ,,Genmania" annonce que le générai von Stain, ministre oe la guerre, a dont) sa démission, sut mut re-:emplo de la plu. part des ministres d:Etat prussiens. * * * Berlin, 14 juillet : L',,Express Korrcspondenz" apprend! que le_ comte Ullrich von Brodcdorn.-Itanteau, ministre dPAllemagne à Copenhague, a été nommé secrétaire d'Etat aux araires étrangères. Il succède à M. Zimmermann. * Berlin, 14 juillet! : A la demande de M. IIoLi, député bavarois, la Commission du parti du Centre du Reiehstag a été convoqjuée. if * * ^Berlin, 14 juillet : l-o ,,Berliner Tageblaft" annonce qui-' l,e >aiui du Centre a décidé hier, à l'unanii&ifo noms deux voix, d'adopter la résolu^lfn-^rojet-é'p pour la paix, même si les mutd >- | Berlin, 14 juillet : | La- déclaration relative aux buts dte guerre ur laquelle le3 parées de la majorité — ^cîaiistcs, Centre ei» parti poi"«J*WLro pi\>-pra^ste — &o sont mis d'accord, e^t ccai-ue comme suit : — Au seuil dte la quatrième ann/e de 'ucri'Si lfi Eeiehstag1 déclare qiïe la phrase uryania, prononcée 1q 4 août 1914, reste >ajoura vraie : ,,^oue n'avons pas da vi-uçs de oooquâleî l'Allôtiia^-e n'a les hnes que pour la di'ense ()e son ind'ii^ew- Ince et de l'intégrité de sou territoi-^' Le Reichstog désire ure paix n^gtooiéa ei, ^•'e sur un accord durable entre les peu-m. Des mesures de violence dans le (îo-jaina^ politique, économique ou financier, pt ihConeiliabiSs avao une pareille poix. D'autre part, "1e Eeichstag est hostile ; tout-projet de barrage économique qui di'. i -raie les nations après la guerre. Seu]e, une paix ^économique, comprenant la liberté de?'mers, ^préparera une entente cordiale et da.able entra les nations après la fin de la g .erre. Guida par ces considérations et pa: ces 2 buts, la Eeichstig favoi^e'-'a éner^i pu-m'esnt 4 la création d'organismes de droit im'rna-{ tional. Toutefois, aussi longtemps qu ■ les I gouvernemenrs ennemis repousseront pareille ï paix et menaceront l'Allemagne et ses Al-| liés de conquêtes et de mesures de vi :once, I le peuple allemand est résolu à rester iaé-| branlablement uni et à contuuer la lutte | pour défendre son droit et celui d'à se# Al-| liés à l'e:dstence et au libre développement f do sa vie économique. Uni, le peupla aile-I mand est invincible." I r;** [; Berlin, 14 juillet : On publio les détails suivants s^r la '1 ^oonléi-ence qui a eu "lieu hier au Rei i-iag enVrô"les chefs^ des partis et le feld-ma;éehal von nindénburg, assisté de son chef '"«tat-v major, le général Ludendorff : — A l'exception du parti socialiste démo-' cratique, ciiaoun des partis était repr-Sent'o 1 par deux membres!. Lo fe^d-maréchal et son " chef d'état-m«jor ont déclaré, dès l'ouverture de la séance, que la» conférence avait -• pour but de permettre u tous les membres - présents de s'éclairer sur les question^ qui > les intéressent. Le général Ludendif r'ii a surtout fourni aux parlementaires test- s les * explications qu'ils comandaient. Le fold-maréehal von Iiindenburg n'est intrrvenu que ix>ur confirmer et compléter les p roies oe son chef d'état-ma.jor. A leur tour, les députés ont donné des > explications aux deux généraux sur crise politique actuelle. Au cours d'une délibération qui :■ duré une heure, la comte "Wcstarp a pa/a-'^ au 5 nom é-es paiiemontairc-s, et ses ex;;li--étions ont visiblement satisfait ^ous les' assâ-'ants. i Le3 généraux et les députés se sont sépn- u rés très cordialement. J ^ - * •- La guerps, sous-mat3 ne LA PERT2 CU <£. KLÉBEK .) La iiresso française publie ies cfctaiU suivants siu- La perte d.u croisour - cuirassé . „Kléber" : [ — Le ,,Kléb€r" venait de quitter Dabar, après une croisière d'un an. Il pas- à 1 5 heures du înu'Jn, en face de Piurres l Noires, lorsqu'une mine t'iouant- lut U|;er-çue. Le capitaine, qui n'avait- pas qu -.it>: la [ passerelle, donna l'ordire do détruire la niino à coups de canon, mais -au mémo instant une autre mine qu'on n'avait pas vue " îit explosion à hauteur du poni. Le ..Kie-^ ber''' lut terriblement secoué, et une c-ùonne 1 d'ea-u s'éleva dans les1 a.irs. ce re.iiant r, compta que son navire était perdu, le com ^ mandant ordonna le sau\%-qui-peut, et le , ,,Mléber" commença à s'en-Tmccr dans les 2 i'iots. A 6 h. 7., uno heure après avoir ^ iiO^u-té la mine fatale, le navire se coucha (t i^tt^ueruent bâbord. Le com.mnn ra-: ;.pré-5 CTpiîé à la n>er, reparut un moment à ta su i lace des flo,ts, puis dis-pau: at définitivement.r. Les matelots sont unanimes à rendre té-^ moignage au sang-froid! du commandant et . des officiers du bora, qui sont cous restés l à leur poste et ont sauvé plusieurs bornâmes de l'équipage. Amsterdam, 13 juillet : 3 On mruido da lloek van Ilolland que le t voil:or ,,Béatrice" a été coulé dans la liaiu - che. « * % [ La Haye, 13 juillet : Le. nouveau barrage des mines an^bhc-s a -fait sa première victime au largo t'.à la côte des Pays-Bas : ie chalutier à vapeur ,,Elisabeth", d ï'muiden^ a touché une ai.lue et- a sauté près de l'ilo do Tersclicding. Des 11 hommes composant; Péquipoge, 'i on« 'Hé tués et 4 blessas, dont 1 grièvement. i L ♦ Eotterdam, 13 ; udlet : Le „Nlcu\vo ItoUej; .vomsehe Courant", apprend de bonne source que les représentants do la compagnie de navigaâon ,,N'e-derlarscl" et. du „Hotterdamsche Lloyd'r uns: que des délégués des chambres de commerce , d'Amsterdam et ;'.e Rotterdam <jnt eu une eonllrencf avec ie président temporaire du ; Conseil des ministres, M. Cort van der Lin-' deo, au sujet des di-Lculiés que renconiie la navigation vers les indes néerlandaises. ' * Eotterdam, 13 juillet : ; Le „Nieuwe Rottei-damsche Courant' ex-5 pose la situation extrêmement- d!.facile faite 1 à la navigation néerlandaise pa-r le nouveau barrage anglais dans la mer du Nord et ajouta : — C'est l'Angleterre qui a commencé, en 1 novembre 1914, à barrer à la navigation neutre des mers entières. L'Allemagne n a l'ait que suivre son exemple quand elle a : docidé la guerre des sous-marins. L'aceiiei) 1 tait par les deux p«i% aux réelamatioasde la Hollande a été très d.lï-.':ont : lors :ue L gouvernement britannique a inauguré mi--thôdfe, ulÉériearement suivie par l'Arlema-gne, ayant pour ef-*et de rendre des mers entières dangereuses au commerce, il a ton-; simplement ignore les p-r- t -: nions die ia Hollandie, alors qu'au contraire le gouvernement allemand a fa.it- preuve die coudcA-cemcS&ncQ en limitant la. région da-a^rc-iso e; en déterminant une route où la s'e-r-tir des navires est garantie." * '* ♦ Eotterdam, 14 juillet : D'après le „Maas'>0Ç[er'', le navire érfin-v-a-is „Artjis-'' (43^ tonnes) a heurté une épawe au large du port ou Havre et a coulé. » Londres, 14 jai'let : Les journaux aiwoaoent qae la njjii.ecu vapeur „Mongolia.", «e la Fen.i.isjlcir an<J Oriental Line d'-olaf-ant 9,501) t-mes, a touoh:' una mine et a coulé au large de I&mtey. . * . i r SUlan, 13 juillet : \ XJAgence Stefaiii annonc-e qne trois Ta-1 .^iirs italiens et 'Jf':; voihcsrs i;,:1 ^cïis oui cOLif'é du 1er au 8 iaillot ,, . L Allemagne ci tes Etats-Unis 1 Paris, 13 juillet : -* Les journaux aaimmeent que \e> général a nomsné l'ancien officier dfo ma-®na Baîccr, contrôleur des briv.ispc-i-ts muri-j|m'ss américains, et qu il l'a* premu en : «âme temps au gri«îe de coion^-1. M. Bç. 1er a de os sa ooanpéwniag 1% sauvcgaiife et Ë surv*e:liai>oô du déOfeRT^Tn-mi de tor.s- le-a ®i vires partant des Etat e-Unis pour la «ran.ee, y compris les ntivireo neutres. Le ^ouvea'u contnVieur se trouve en étroits Tf,sports aveo les mii}isti*ea froojiçais. M. |pJ-er a éw commissaire général du /^ouversement à l'emcsition de San c,i .1914. La Conférence de Steckholm . Stockholm, 13 juill.t : :;.v Au cours d'une séance commune tenue par le Comité néerlando-scandinave et la délégation russe, il a été décidé de coaivoquer péfinitiveinent la Conférence générale pour ie 15 août. « * « raris, 13 juillet : ' I.e ,,Matin" apprend de New-York que le secrétaire' du parti socialiste américain, M. |li:lquist, a reju du Conseil des ouvrier© et SoliSats de Pétrograd ula message, signéda àl. Tcheicljze, invitant 1e parti k se faire roprisênter à la Conférence socialiste in-tey nalionale de Stockholm. M. Hillquist a télégraphié à M. Tcheidize que son parti c&> v^l>osâ à accepter l'invitation, à condition que le gouvernement américain! y consente. Ea situation en Grèce . ; 5'itloniquo, 13 juillet : ' On\mande d'Athènes à l'Agence télégraphique- de la presse : L'évacuation de l'Epire par les troupes, italiennes est imminente. J^es pourparlers relatifs à la remisa à la Grèce de ses navires de guerre légers continuent.£ Le directeur du journal -germanophile,, Es-peiéni" a été expulsé et envoyé à Marseille. DÉPÊCHES DIVERSES . Amsterdam, 12 juillet : Le „Nieuv;0 ltotterdamsche Courant" apprend du Ilavro que il. Vandeivelde est rentré de son voyage en Russie eu en Roumaine. M. Louis de Brouclure reste encore quelque- temps en Russie. M. Yandlerveide s .est déclaré très satisfait du résultai de son voyage et en fera un exposé au conseil de cabinet qui se tiendra vendredi. On y entendra aussi il. P. Hyniaus, qui viendra à cet effet d'Angleterre. * " * Paris, 13 3aillet : La Chambre a décidé de se réunir tous les jours, à partir de ia semaine prochaine, pour terminer avant les vacances, qui commenceront vraisemblablement au début du mois d août, la discussion des projets de loi •sur 1 impôt sar le revenu et sur les orphe-lms do la guerre. Le Séna». a discuté la question de la na-viguimn fluviale. M. Ilerriot a exposé qu'il était uigcnt de rendre le Rhône navigable entre Lyon et Genève, pour permettre à la Suisse de s: soustraire à l'influença économique cie l'Allemagne. Ln pleine péiijdede guerre, celle-ci a achevé la construction du ré-eau de canaux qui sillonne le contre de l'Empire et bientôt sera terminé le canal qui doit rel-er la région industric-Le du Rhin aux riches territoires do l'eet de l'Europe, et lo canal du Danube au lîhin. C'est im exemple que la France doit suivre en achevant son. programme du Rhône navigable,1 en ouvrant è la Sui-sse une voie vers i'< rient par Mar.ei io, la dispensera d'em-, îuiiter la route du Rhin et du Danube. Le Sénat a voté -le proj t c'-le loi sur la mise en éta,t- de uavigab'iité de la Seine en amont tle Paris. ♦ P-erne, 13 ju'lict : Les journaux apprennent que le ministre français du ravitaillement, M. Violette, soumettra au Conseil des ministres une proposition relative aux mesures d'économie qui seront introduites dîs lo mois d ectebro. La vente du pain devra Otre restreinte de 10 à 15 p. c. « Paris, 13 juillet : Les -journaux annoncent cjue M. Louclieur, sous-secrétaire d'Etat, a fait rapport à la Commission administra', ivei de »a Chambre sur l'approvisionnement du pays en char-bon.' Il fait prévoir l'établissement de la earto de charbon et des prix maxima pour les charbons domestique». Berne, 13 juillet :* M. Odier, mmistre de Suisse à Pétrograd, est arrivé à Berne. Il a été re-ni ce soir par M. Adorf: conseilier fédéral, auquel il a fait rapport sur l'incident G rimm-Hoffmann. * « Vienne, 13 juillet : Le comte "YVel-el, ministre d'Allemagne h. Vienne, s'est longuement entretenu hier aurès-midi avec le comte Chemin, ministre autrichien des afFaires étrangères. * 1 * Budapest-, 13 juillet : La- Chambre des dopul-'s a approuvé ie projet créant quatre nouveaux ministères, dont les attributions seront fisses par- le Conseil des- ministres. La semaine pro-cliaine, la Chambre des députés s'ajournera jusqu'en automne. Budapest, Il •juillet :* Ivéjionê'ant au Parlement à une question qui lui avait été posée la semaine dernière, Lo comte Estoriiaxy, président du Conseil, a déclaré catég-oriquomcnt aujourd'hui que le gouvernement s'en tiendra mébranlablement en matière de politique étrangère au programme qu'il a fait connaître. — Il ne peut y avoir i'om rs d'un doute, a-t-u- dit, à ce que nous restions fidèles à notre alliance, qui resîe solide comme roc; la- manière de voir du gouvernement actuel •■'.tant à ce point de vue identique à celle du ;^on y ornement jjréoédent, il poursuivra saijs aucune modification sa politique des al-liances."/Approuvé unanimement par la Chambre, y compris les membres du groupe Kar l.i, le comte Esterhazy ' a répété que les Puis-sànçes Centrales ne font qu'une guerre dé-"ensiye, qu'elles n'ont aucune vistie de con-qu^e, qu'elles ont à diverses r.vise^ fait connaître au monde entier qu'elles étaient disposées à conclure la paix et que par snite la respom: •'/ilitê de La continuation de la guerre retombe sur lenrs ennemis. — Le gouvernement aciracl, a-t-il dit, ne changera rien à son programmé de politique étron=e;- re. Qu'on sache donc bien que si des députés appartenait' à la majorité '• ouvernementalo professent une opinw' différente, c'est sans l'assentiment du pr.'-sdent fia Coo^idl et- exclusivement sous leur îes-ponsat-ij'ité personnelle." En terminant, lo comte Esterhazy a déclaré qu'il n avait aucunement, l'intention do s'immiscer (V-ns les affaires intérieures de l'Autriche, mais qu'il gnr^'it le droit <fe r-rendre position dans la question da dua-îismo e- de La- parité, cette question ne pou-vant ftfr.e rangée, de l'avis notoire (îu pr<'^-sid^ttt thi Coiv«ril dç-A min «très autriokiema lui nvémo, dau.o ia catégorie des affaires m-(4 ;-épures de l'Autriche- Chambre a accueilli avec ,7es d'approbation cette réponse dr ; •iazy. ♦ * # Paris, 13 juillet : On mande de éassy au ,,/oiuu.ai'' : Iée projet de loi sur la r-'^oç-me a^ricOi.e a amené une crise ministérielle. Quatre ministres : MM'. TaUe Jénescu. CaafâflOE'àne, Braldanu et Istrakis ont donné leur démis-sioif. On pense que> dé nouveaux postes ministériels seront créé*. COMMUNIQUES OFFICIELS Çornmimiqtîés des Fuissaaces CesSrales. Berlin, 14 juillet. — Officiel de ce midi: Théâtre de Ja guerre à l'Ouest. ArméejS du feld-maréchal prince héritier Rupprecht do Bavière : SUr la côte, vers le soir, l'ennemi a du rigé une violente canonnade sur nos nouvelles x>ositions. La nuit, des attaques anglaises» prononcée^ près de Lombaitzyd'e sa sont écroulées ^ifis notre feu de défense ; j l'annemi a subi de fortes partes. A l'est et au sud-est d'ipres, ainsi que âans quelques secteurs du front en Artois, le dael d'artillerie a été violent. Au nord, ouest de Saint-Quentin, au cours d'engagements entre avant-postes, nous avons fait pril^âniers un certain nombie. «i Anglais et de Français. Armées cïu prince héritier al'emànoi : Entre Soissons et Reims, le feu de Par. tillerig est devenu |'us intense. Dans l'ouest de la Clampagne et sur la rive gauche de la Meuse, le duel d artillerie. a été violent jusqu'à la tombée du jour. Des attaques de reconnaissance françaises ont été rqpousséeà sur plusieurs points. -Au sud; de Bcis-Soulains, au nordi de Reims', nos troupes d'assaut se sont emparées de parties de tranche es françaises et s'y sont maintenues malgré plusieurs contre-attaques. Au sud^ouest die Somme-Py, notre feu a fait échouer une attaque ennemie qui se préparait. Près du bois d'AvoCourt, nos éclaireurs ont fait des prisonniers. Arm 'Oî du feld-maréchal duo Albrecht <3< Wurtemberg : Dans la plaine de Lorraine, l'artillerie i été plus active que d'habitude. Sur le versant occidental des Vosges centrales, quelques opérations de reconnaissanc ont été fructueuses. Hier, vingt et un avions et un ballor captif ennemis ont été descendus an cours •Je combats aériens et sous le feu cîe nos canons do défense. Théâtre de la guerre à l'Est. Front du feld-maréchal piince L^opoid d Bavière : Près de Dwinsk et de Smorgon, les opô rations continuent à être aciives. Dans la Galicie oii-nta'c, canonnade vio lente dans 1e secteur, de Brzezany seule-mont.'De fort.-s pluies ont entravé les opéra tious au su/î du Dniester; à cet éhdro.t, i n'y a .eu db rencontres locales qu'au- su< do Kalusz. Auprès des autres armées et sur le fron en Macédoine, la situation est inchangée. »* * Berlin, 14 juillet. — Officiel d'hier soir. Lo violent duel d'artillerie engagé dans la Champagne occidentale continue. Dans. l'Est-, l'activité de L'artillerie a augmenté entre la Zloîa Lipa et la Nara-jovka.Au sud du Dniester, de petits combats au sud de Kalusz n'ont pas modifié la situation. * * Berlin, 13 juillet. — Officiel : Dans la soirée du 12 juillet, aux HoofJeu (partie méridionale de la mer du Nord), nos hydroplancs ont capturé le voilier hollandais ,,Agida", faisant voile en destination du I-Iavie avec de la contrebande d guerre. Plus tard, nos torpilleurs ont amen 10 navire à Zêebrugge. * Berlin, 13 juillet.— Officiel: Dans la Manche et fa mer du Nord, no sous-marins • ont encore coulé 6 vapeurs, k voiliers et7bateaux de pcefc-e, entre autres: le vapeur anglais ,,Boi\vay Prince"; le schooher à moteur anglais „Ariel", chargé de paraffine, ;'e naphte et de charbon ; le vapeur armé français „Marguerite ' ; uni vapeur armé d'au moins 6.000 tonnes, convoyé par des aviateurs et eles gardes côtes; un vapeur do grandeur moyenne, chargé ce pâte efe papier, da bois do cuvelage et de bois débité. Un vapour portant sur le flanc le n° 54 a été torpillé au milieu d'un convoi. « e * Vienne, 14 juillet. — Officiel de ce mui : Théâtre de la guerre à l'Est. Au sud de Kalusz, plusieurs combats se sont livrés hier; la- situation ne s est patin odiifiée. Au nordi du Dniester, sur plusieurs points eîu front en Galicie et en VoL hynie, ie feu de l'artillerie a é-té plus intense de paît et d'autre. Théâtre ele la guerre italien. Dans le Kus-enland et sur le front di Tyrol, canonnades modérées. Le teidweb-. les a descetndu son Ce avion italien ai cours or'un combat aérien livré près Levico. Théâtre de la guerre au Sud-Est. La situation ne s'est pas modifie. Sofia, 13 juillet. — Otiiciel : Sur ie front macédonien, activité particulièrement violente tout le long du front. Dans la région de la .Moglena, près de Do-bropova-, une violente attaque ennemie a été repoussée avec des pertes sanglantes pour les assaillants. Près du village de Monte, notre fou a dispersé un détachement d'éciaireurs ennemis. Le long de Ja Strou-ma inférieure, combats entre détachement, avancés. Près do Christian-Éamila, notre feu a diSfxersé une patrouille ennemie. Sur lo front roumain, entre Tulcea et -Mahmuctié, canonnade de minime importance et fusillades. *** Constant;nople, 13 juillet. — Officiel : Sur le front du Caucase, à différents en-dro1 •>, les patrou lies ennemies ont été plus actives que d':habitude; il en a été de morne du duel d'artillerie e> de la fusillade. Toutefois, il n'y a pas eu d'opération d'une importance queloonque. Sur tout le front du Sinaï, violente canonnade et fusillades. D'im^jortants détachements ennemis, après s'être avancés juSQu'è . Koe-el-Dasal et Ubu-Saljum, ee sont d-e nouveau retirés vers le soir. Le 12 j»l-let, nous avons oltsonré des coinjmgnies de itfoorauiissance ennemies. Un violent %u d'açtÙlerie a été dirigé contre Gaza. Ferlin-, 13 juillet. — Officieux : fin Flan<rre, l'oDcomi se montre irKjjuiet èe-y&î» que lioua avems exé-cubâ notr® fructaouse du 10 JuiL^. Le 12 juillet à l'aiîfbe, des- détachements r,r el&iâ olS pris l'offensive à l'est do K^««por* ; ils» out tii repous^'3 ©t ont subi de3 p a-m-sçlaiitea. Pluai'»r.rs prisorniicps ©t quelque» miâpî^-lcii&3a Boni resfc-e entre noa mains. À l otsaci tio Wocâneu, noua avoua en«coro fait dos prioewaiti-fi au cours d'un engagement eutro patronalLet^. Plus't€urs d"staobcirKîï>ls do' recojir>flisfrancc fur»-mis ftpr-'s une couîrto préparation d'art rkfi&r ont fonto d aStaquer nos lignes ^'.blicsa dar^s la r'^icm de Wytsol«u>to ; ils ont été finalement r# p0U39-!-S. La nuit du 1# juïilot, les aviateurs ennjgaua ont continué à des bombea à, l'ajriève de (;otre front eu Flandre ; Ioa expîosion/î n'ont pas oOf<siûiin^ do dÀ>&ts. Sur lo front d*Arra2, l&mxni a guspiilô jrésultaî le tetaud uojnbx.ô da qu'il a lancées contre nos batteries posées dans le secteur SCucbci/.- Arrus. Kou-s avons bombardé avec un succès visibl-a les gares de Nœux-les-Uicce eî d'-Arras. Des attaques do patrouilles anglaises ont dcb.oaâ devant notre vigoureuse défense à l'on =t d'iïul-iuci«.f h, l'est de Moncby et au suù d'Aussant. Sur lo front de l'Aisne, le 13 juillet, à l'aube, l'ennemi a pria, à doua leprises et ù court in>-tervalle, sous un violent feu, nos pclsitions ''Uv-lilics au sud do Filain^ il n'y a pas eu d at-ff.ique d'infanterie. La nuit du 13 juillet, no3 aviateurs ont boni-Dardé des bàraqirements et dc3 lof-alit.'s situé» o.-i faoa do notre front ; volant à une graudo hauteur, il» ont aussi, au moyen de leurs initiai-,-ln;:V(S, attaqué des routes, ^03 projecteurs et des batteries. , ' Une attaque ennemie n'a pa3 Buco.4d«S jr.B n'à pr's?r.t au feu plus violent qui'emtretieat l arfil-lerio cn.nemio dans l'oueèt de la Champagne, •'c-puis le mont Cornillet jusqu'à lest du iront Pôhl. Dans ce sceteur du froat', nos aviateurs ont aussi itj actifs la nuit du 13 juillet. Sur le front en Russ e, do petits détachements ennemis seulement ont tâtonné, dans la r'gio-n do Kalusz. A cet endroit les Ku;S:s oui te.it'. le soir pbî i'-^urs attaques • elles ont ét? n tlcmcnt rep'K.s va. Dan3 la région de Krasrut-lVrar.e, l'infa,: t?rie et la cavalerie ennemies ont fait Icud apparition, ce fjui a provoqué une reen-.'lcsccnca pas^agL^e du feu de l'artillerie. Sur la Lom-iiica, lo oalmc a prévalu jusqu'à- Torero vos ; à l'est do cet end'roit, près de Blutniki, lea Rusées» ont tenté un© attaque partielle qui s'-'si écroul e sous notro îe:>, alors que l'ennemi avait à peine franchi la moitié do la distance qui sépare» ie3 deux lignes. Dans la montagne, feu d'artillerie un peu piua violent par intermittence des deux1 côtts du eol des Taiiare3 se' 1 ment. Lo 12 juillet au soir, do fortes patrouille^ ennemie®, appuyées par l'artillerie, ont attaqué Taupiazyzka ; elles ont ét» repoussûes par noire feu. Sur le front en Roumanie, le feu (T® l'ari'-ile-' rlo est devenu un peu plus violent dans le ^c0-(eur de BraïIa-conHuent du Râàinic et au nord ne Foc?ani. >Jotre artillerie a dispersé dis soi* dats ennemis travaillant prés de Kotuî Lung et prta du coude do la Sereth. A ce dcrni-.-r endroit, nos patrouilles on.t fait des prisonnier.;. Communiquésjàe3 armées allicea | Paris, 13 juillet-. — Officiel ds 3 heures : Au cours de la nuit, la- lutte d*artillerie s'est miontrée parLicnlièrement aciâ'.o diuns la région de Saint-Qtientin, du Panthéon : et sar les deux rives de la Meuse. Des coups de main ennemis à l*c t du sa'liant des Marquises,, près du bois VidLalet, à la cote 304 et au bois d^s Ca-urrières, ont -ous échoué sous ncs feux. -*Paris, 13 juillet. — Officiel de 11 heures; Actions d'artillerie assez violentes dans i les régions au sud-est. de Saint-Quentin et i au ' sud de Filain, particulièrement vois La "Roy ère. t, Les deux artilleries ont été également vives en Argonne et sur les deux ri n es do la Meuse. Aujourd'hui, l'ennemi a violemment bombardé Reims. Seize cents obus sont, t .m . s sur la ville. Dans la pûriode du 8 au 10 juillet, dix avions ennemis ont été abattus sur mnre iront, dont huit à la sure de com -" v, aériens et deux par le feu des mitraillersès. E-n outre, huit ap]jareils ennemis sont - U- n-bés dans leurs lignes avec de graves--avaries.* * !?. Paris, 12 juillet. — Oîficiel de l'armé d;Orient : L'ennemi a tent6 un raid sur les posi-' tione britanniques vers Propovo, à lest du" lac Doiran. Calme sur le reste du front. * * * Londres, 12 juillet. — Oîficiel : 5 La nuit, au sud de Lomburtzyde, 1 ennemi a tenté do prendre . l'oitensive ; son opération a «'choué. Un détachement de reconnaissance allemand a été repoussé à l'aube à l'ouest do Qucant et a laissa un certain nom re de prisonniers entre nos mains. La nuit, nos aviateurs ont lancé on grand nombre die bonnes sur des champs d'aviation et des dépôts de munitions ennemis. Au cours de la journée, ils ont exécuté huit nouveaux raids aériens fructueux. Dix avions allemands ont. été forcés à atterrir; trois de nos appareils manquent à l'appel. * * * Londres, 13 juillet. — Officiel de l'Amirauté : Alors qu'il S3 trouvait à l'ancre, le grand vaisseau de ligne ,,Vanguard'; a sauté et coulé la nuit du 9 juillet, à la suite d'une explosion qui s'est produite dans Ls soutes. L'équipage- du ,,Vanguard" comprenait 7So hommes; au moment do là catastrophe, 95 d'entre euix étaient à, terre. Deux hommes t et un ôfï-der seulement oiat été sauvés-, cq ^ c.ernier a succombé presque immédiatement 1 à ses blessures. ' Une enquête; est ouverte. Lo < Vanguard > lancé le 22 fivrier dé plaçait 19,600 tonnes -, ses ir.aohino.s dévcloppaicnfl line vitesse do 22.1 milles îwirins. il t il nrmé do 10 canons de 305 rum. de 18 canons do 102 ro.ni., do -1 canons <re <17 mm. 0t de 5 nii-trailleua^. En outre, 'il avait trois lance-torpilles ù. bord. Le navire était long do 1&3 îuè-tr: 3, lar . e de 2ô m. GO et avait un fLant d'e.-tt ■ e 8 m. GO. * Eome, 12 juillet. — "officiel : Dans la vallée de Travignolo, la nuit,, grâce à une énergique contr -attaque, noua avons repoussé un détachemeut ennemi qui • avait réussi à pénétrer par surprise 'dans une de nos positions avancées établies su* la deiirv'ïème cime du col Bricon. Sur le reste du front, les oj>ératiions -e sont bornées à d-es unels d'artillerie intermittents et peu violents-. * * * " Pétrograd, 12 juillet. — Officiel : Sûr le front l'ouest, les opérations ont continué à se développer sar le Dnieser sur la Lomnica. Après un combat op' n "U. ire, l'ennemi a été rejeté hors de la ville, de Kalusz, qui a été occupée par noa troupes. A l'ouest de Hohorodczany, sur lo 'ftOsii Gralxny-ka-Posailr.a-Krygvricz, l'ennemi a rnia à profit les Collines pour paralyser notre offensive. Sur le reste du front, la situation est ia» changée- Sur le front en Boumanie et s».r )e frc>afl du Oaucase, la situation ne s'est p<ia mo iifiie Shanghai, 14 jaS&t : A 4 heor.es du matia, 1^ pépu'ilteaina ont atte^uô Pékin, gS servant de c,a~ nons, de rmtrailîe»<€» os Savions, gi* traiû^ps ont été Uesséa. Trois miille *oL» tîats im-y-ériftax ont' été faits psisoaniers. Suivant une information ultérieure (ta quartier général r4publioMn, ces prisonniers ont êfcô faifô apr»3 un combat de deux hesires qui s-est livré au Teeiple du Ci I. Le ^encrai T*chaogsun e'e&t réfuté >. las légation ^Autriche. Le combat avec la reste des troupes impériales '-cantmne dans la partie de la ville interdite, .où -«n gr.imî incendie aévif.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes