La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

229 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 06 Mai. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 23 juillet 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/q814m92x89/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Jeudi 6 Mai 1915 N° 179 Jeudi 6 Mai 1915 TllB «fajarâ-gSS^âhiTi .*wmm. LABELGIQUE ADMINISTRATION ET RÉDACTION JJ# Iiuc Montague«de«8ioiQ, £», KSfclJXIiSLILiES Bureaux : de 10 à 17 heures JOS. MORESSÉE, Directeur. JOURNAL QUOTSÛ3EKI ^ / LE^NÛM|Rt5'"'s lO cJ^lyfMES /V . -. . ? La petite ligne . .fr. 0.40 l Réclame avant les annonces 1.00 ANNONCES { Corps du journal 4-.00 ! Faits divei's ........... s.oo f Nécrologie 2.00 LA GUERRE 276m* Jour de guerre i La journée de lundi n'a été marquée, dans l'Ouest, que par la continuation de l'oifensive des Allemands dans le secteur nord-est d'Yprès. L'attaque qui les avait portés la veille jusqu'à la ferme Fortuin, au sud-est de Saint-Julien, s'est développée et les a mis,suivant la dépeclie de Berlin publiée naer, en possession dg_Zevecote, de Zonnebeke et de En ce qui concerne la gfuerre dans l'Est, il serait puéril de dénier une signification sérieuse aux combats successivement poursuivis ou engagés sur de nombreux points du front, depuis les environs ck Mi tau, capitale de la Courlande, jusqu'à la frontière de la Bessarabie. Us font clairement prévoi[ un nouveau et prochain développement des hostilités. Mais pour l'instant l'attention est concentrer toute entière sur la bataille qui se développe dans la Gahcie occidentale. Pétrograd ne nous dit encaçe "en dç ses péripéties : par contre, les dépêches de KerJ'.n et de Vienne annoncent que l'offensive aiffi-tro-a lemande continue à gagner du terrain, 'et quelle aboutit des à présent à la capture d'un nojjh- Westhoek, ainsi que du Polygonenveld et des Non-ne'Bôschen. Ces différents points sont indiqués sur notre carte déjà parue des environs d'Ypres, que nous reproduisons à la demande de plusieurs de nos lecteurs. Ils y verront que les Allemands sont parvenus à occuper la partie nord-est du triangle défendu au delà d'Ypres par les Alliés. Nous avons exposé le 29 avril que les positions des Français et des Anglais y étaient devenues précaires, depuis la récente offensive qui a permis aux Allemands de déplacer leur ligne Bixschoote-nord de Langemarck vers le sud jusqu'à celle délimitée par le nord de la ferme D'Hondt, Saint-Julien et Gravenstafel. Cette modification leur a en effet fourni la possibilité de prendre les positions des Alliés sous le feu croisé de leurs canons, postés au nord près de Kersselaere, à l'est à Broodseinde à 2 kilomètres au nord-est de Zonnebeke, et au sud à Veldhcek. L'avantage marqué qu'ils se sont assuré de la sorte, explique qu'en dépit des efforts vigoureux réitérés par les Alliés en vue de se réinstaller au nord et au nord est d'Ypres, sur l'ancienne Ligne de bataille, leur aile droite formée par les troupes anglaises a finalement dû se résigner à céder de nouveau du terrain à l'adversaire, dont l'offensive vise manifestement à rendre intenable leurs positions à l'est d'Ypres. bre de prisonniers et d'un butin de guerre de pies en plus considérables. Aucune indication géographique ne permet encore de repérer la nouvelle Iigiie sur laquelle les Russes se disposent à faire front. Installés depuis plus de quatre mois dans la régiorr, auront eu soin certainement de s'assurer, à l'arr rière des positions qu'ils viennent d'être forcés d'à-; bandonner, des lignes fortifiées successives. Uné des premières et des plus importantes de ces ligne^ et sans doute celle délimitée par la Wystocka>! qui part de Rado-Cyna, à l'est du col Dukla, eiÇ suivant une direction nord-sud qui la fait passer pa| Zmigrod, Jasto, Pilzno et Mielec, puis court se" jeter dans la Vistule à l'est de Polaniec. La Wys| tocka coule^ à peu près parallèlement à la Biala? d'abord et à la Dunajec inférieure ensuite, à une", distance d'une trentaine de kilomètres. Entre la li-gne Dunajec-Biala et la Wistccka, il est à présume^ que l'appui de positions secondaires permettra auxi Russes d'enrayer leur mouvement de retraite. C'est? sans doute surtout dans la région située au sud-esff de Gorlice qu'ils s'efforceront de limiter leur recul," pour empêcher que puisse être compromise la liaisons indispensable entre l'aile gauche de leur armée, qui. se bat dans la Galicie occidentale, et l'extrême ailJ droite de leur armée des Carpathes, avancée comme* on sait jusqu'au nord de Bartfeld. SUR MER Londres, 4 mai : Le vapeur Minier a été torpillé hier, à proximité des île* SciLly, sans avertissement préalable. L'équipage a été sauvé; il avait pas^e la journée dans un petit canot ballotté par la tempête. Londres, 4 mai : A propos de la perte de l'EdaJ, le « Daily Tolegraph » annonce que le. navire a été torpillé samedi matin, à 6 heures L équipage, composé de 24 hommes, a débarque aux îles Scilly. L'EdaJ avait à bord des céréales de La Plata et se rendait à Manchester. Rotterdam, 4 mai : Les chalutiers Martaban et Mercury, de Hu.lt, ont été coulés par un sous-marin. Les équipages ont été sauvés.i rois autres chalutiers ont été poursuivis par Le même sous-marin, mais ils ont pu s'échapper. Londres, 3 mai : Un sons-marin allemand a torpillé samedi le vapeur norvégien American, jaugeant 6,000 tonnes. La malle norvégienne Sterling a sauvé l'équipage, qui a été dé-bàrqué dimanche soir a Newca-stle. Le sous-marin a également Ls/ncé deux torpilles sur le Sterling, l'a jejoint et arrêté. Toutefois, le Sterling a été autorisé à continuer son voyage. Londres, S mai : Le Gulflight est arrivé aux îles Sciîly. Le chargement d'huile ne paraît pas endommagé. Le vapeur no région Baldwin a été coulé hier matin par un sous-marin allemand dans la mer du Nord. L'équipage a été sauvé et est arrivé à Leith. Le. Baîdwin jaugeait 1,130 tonnes et a été construit en 1903* il éta;t Attache au port de Drontheim. ' Londres, 4 mai ; Le chantier à vapeur Mercial qui était parti le 20 mars de (Vnmsby, a été officiellement déclaré perdu. Londres, 3 mai : Lo chalutier à vapeur Barbados est arrivé endommagé à larmoum. La capitaine était Messé. Le navire ? ramené 17 hommeô de .l'équipage du Columbia Le Ba --ba-ios 3.est servi de deux ,petits canons dans sa lutt. contre toi'iDilleur ennemi. Londres, 4 mai : L'équipage du vapeur Mobil est rentré en Angleterre samedi soir. Il paraît que le navire n'a pas été t-oi'-njlle, mais qu'il a été coulé par un sous-marin à coups de canon-. Geflo, 4 mai T * Un voilier rentrant a remarqué qu:e le phare le Langkaer, au sud de Mariehamn (Alands), a été détruit hier matin par un incendie. Comme deux.expfe-sionc ont été entendues, on croit que le phare a été incendie par les grenades lancées de navires de guerre ennemis. Ymuiden, 4 mai : Le vapeur Vliestroom a rencontré hier, dans la mati-née, a environ 10 milles d'Yrauiden, un zeppelin. Après avoir survolé pendant une demi-heure le navire, le di-rigéante a^dieparu dans la direction ouest. ^ur les îles YVadden, on a aperçu hier un dirigeable allant a loue-st; pdus tard, un autre dirigeable se dirigeant vers l est. Londres, 3 mai : Le vapeur Southerner, appartenant à l'armement américain Walrer Arrnstrong et Company, à Savannah. transportant une cargaison de coton de Charleston à Rotterdam, a reçu ordre de se rendre à Swansea, où le chargement de ooton a été saisi. Amsterdam, 3 mai : Sur -La réclamation du propriétaire de la cargaison du vapeur néerlandais Zaarastroom, qui avait été amené a Zeeorugge par le3 Allemands, la partie du chargement qui n'était pas de la contrebande de guerre a été libérée. La Haye, 3 mai : Les autorités maritimes néerlandaises ont fait une enquête au sujet de l'accident survenu en mer à un avion allemand. Les aviateurs, amenés à. bord du bateau-phare Noord.hinder, ne seront pas internés, mais remis ' en liberté comme étant des naufragés . Londres, 4 mai : D'après usie information Lloyds venant de Nagasaki, Je vapeur japonais Fuki-Maru aurait couLé par suite d une collision a-vec le vapeur japonais Daschi-Maru. 30 hommes sont noyés. |- tes Négociations Sias-Japooaises • Le Japon a tourné ses regards vers la Chine.< L'envoi: ' de troupes japonaises eu Occident et. l'intervention dans-la guerre Aux côtés de la Russie, de la France et de l'Angleterre n'ont pajs paesàonné le peuple nippon. Celui-ci n'en a pas vu T intérêt pratique immédiat; il a préféré s'occuper de ses intérêts diireoif; et profiter des circonstances pour Rassurer chez ses voisins dju Céleste-ii.in-pire une situation prépondérante qu-e pewonne n'était en mesure de lui contester. Le 18 janvier dw.iiic.r, le minière du Japon à Pékin remettait au président de la liépuiblique chinoise "îou-a-n Chi Kaï une série de vingt et une demandes destinées à s'assurer les droits et privilèges de l'Allemagne dans le Shant-U'ij.g eft à garantir aux sujets du. mikado mie incontestable suprématie en Chine.' Oc3 prêtentiom- ne sur-prirenib ipeut-ètre pas trop la Chine. Elle s'attendait à ces exige nées, qu'elle commença par repousser. D''autre part, les puissances qui ont d'importants intérêts en^ Chine estimè5Pe.nfc que la Longue liste des demand-es japo-'; naises empdéuait sujr le principe de la porte ouve-rte. En-Ajigik-iteirre, l'opinion se montra émue. Le Japon couse©-^ tit donc à reanandei* son cahier de i^even<lications e-t il ■ vient de présenter de nouvelles propositions à Pékin. -Ces d|emanides oomprennein.', toujours d-e>:i coneessioms dej chemins de fea* identiques h celles qui sont déjà aceior-j dées à cï'auiui-es étran^eis, mais de Japon subordonne le consentenlent de la Clrine à la conclusion d'un accord-sur ce point entre le Japon ci les- intéressés. Le gouver^ nemient clu mikado -renonce à sa 'demande d'erganisey* la poliicee-n M-andelrouria et en Mongolie, ce qui eût virtuellement substitué son administra lion à celle de J& Chine dans ces po-evinees. Mais leç clausetï dii prej ?t; ntippen donnent aux Japonais daii.-s ces régions des fcag&s économiques considérables qui cotn-stiluent un v^ ritable monopole, et en outre au Shantung- ils se subriti-tuent aux droits dés Allemands en y ajoutant quelque*;; nouveaux privilèges d'un rayonnement p'us étendu. î:' Les exig-enees du Japon restent des plus vastes ; cll^ deimaniden/t à la Chine de n'aliéner o-u de ne concéder è des tiers aucune partie de ses cotes, aucun de ses poi*t|, • aueune de ees îles, de ne pas contracter d'emprunts ^ l'étranger, de ne pas accorder de concessions, &ans assentiment-, de n'engager que des conseillers i'.iehu-iv ques japonais. En ce qui concerne l'exploitation nehesse.fi du pays, le Janon perle curtout ses regardia sur la partie de la Chine- où les intérêts étrangers soé't les moins nombreux. Dan-.s le Yang-Tsé, toute-foi;-, £4 diplomatie nipponr.';. .v-eut Rassurer le contrôle de compagnie d© H an-Ye-Ping. Cette, vaste entre priée oom!)ri:r«d les concessions des mines de fer à Tayé (Kiang-Si), deeT -mines de ch.a-]-bo^ de Ping-IIsiang (Kiang-Bi), et des établissements meta® lurgiques dp Hanyang (Kou-Pç). Elle fut fondée il y ■£ une quinzaine d'années par l'ancien fyçcré4-aire d- ^ Hung Tchang, Sheu ïïsunheuaï', qui peut être considéré comme le père des chemins de fer en Chine. S h en. e§ constituant la compagnie, voulait fqrrr;er u:i ense.nibie destiné à subvenir aux besoins nationaux en ce ooneeame la métallurgie-, et pereneUre au paj's de n e pluè' dépendre de l'éta-anger pour la constiraction de ses eh:? -mins de fer. La 'société, qui tenait à doter ses ~ ses hauitis fouameaiux et ses ate-K-ere d'une infiniàtioàS modèle, ne p'-ossédait pas de capitaux suffisante pour-: une auiasi énorme effitrepri»-e. 1UU se trouva dès ses dé-"; buts aux ;prii>es avec des difiie-uît^ô d'arr< 11t. Le© banques ailemandeB firent des avances à la société,-contre- des fournitures de machines, mais Ja Chine crai-;; gnait de laisser les Européens pénétrer d.ana la direction de l'affaire. Les Japonais s'en aperçurent. Us prêtèrent'; l'entreprise plus- de 125 miilJi.ons de francs, et aecep-, tèrent en- re-mboursemeait une redevance onnueJle en mimerai de fer de Tagé et des sau/mons de fonte de Uan^ Yang.^ Iles établissements métallurgiques qu'ils possèdent à l'entrée de la mer intérieure se trouvent ainsi pourvus de matière première à très bas prix. Le Japon ne possède p-as de mines de fer ; c'est la. raison pour laquelle il formule -ses exigences actuellement sur Les mines de Han-Ye-Ping, dont la possession lui parait etre une question vitale. Le Japon compiètc ainsi la situation exceptionnelle qu'il se créo dans les provinces chinoises du nord par une mainmise sur tout essor métallurgique de la vallée du Yang-Tsé. Le peuple japonais appuie vigoureusement J-es demandes de son gouvernement. Il comprend le superbe avenir qu'elles réservent à l'empire-du Soleil-Levant. L'opinion est très déterminée, à en imjposer l'aboutissement. La Chine résistera par les procédés habituels à sa di- ; plomatie, mais en lin de compte elle cédera. Lee circonstances^ actueJiles lui sonit défavorables. Les puissances * européennes, les Etats-Unis ont leurs paiéoceupatdons etj leurs intérêts tournés ailleurs. L; Angleteare, la Russie,^ et la France, son/t «absorbées par l'immense tâche qui leuivl incombe, et le mikado a été. leur collaborateur. L'Ame-f rique laisse les affaires do Chine suivre leur cours, quitté^ a y revenir pJus tard. En attendant, le Japon se pcur-ï>-voit. Dans la Chine indolente l'activité nipponne s S taille un champ d'action tellement vaste- que sa puis-? sance économique ne pourra y suffire. C'est à ses alliéïf de la grandie guerre, c'est aux Etats-Unis que l'empirej du Soleil-Levant devra demanider le concours financier' nécessaire pour mettre en valeiH' les privilèges qu'il s3 sera fait accorder, lorsque la paix aura rétabli en Eu# rope une vie monnaie, ; Si le Japon réussit à rétablir queilque ordre dan® l'existence touffue de l'immense Chine, les Céleste,^ s acc-ommoderont peut-etre d'être ainsi bousculés dans".-leur atonie 'sécuLaire par leurs voisins, -Extrême-- O rie ni taux comme eux, mais qu'une extraordinaire viitalit^i pousse avec une force irrésistible au dehors de leuri' frontières pour se développer et prospérer. Les grande^ • puissances de leur côté se résigmeent à voir le Japon-poursuivie en Ch:ine-_ son chemin. Elles ne sauraient l'aiv rêter dans les conditions mondiales actuelles. Mais elles savent que l'entreprise dans laquelle l'empire du Soleil-Levant s'est lancé est trop importante pour qu?il puisse la mettre en valeur sans leur concours. Ont*ne 'J'ignore pas à T0H0. ' -. ^ -v V' ——-7-^ PRisSIïïïlm'de guerke M. Max Tùrman étudie dans le « Correspondant » l'œurre de l'Agence genevoise des prisonniers de guerre : — A côté, dit-il, des interrogations écrites concernant le sort de tel ou tel soldat disparu, il y eut, de plus en plus répétées, les questions orales posées soit par des familles amies résidant à Genève, soit par des parents venus tout exprès de France ou d'Allemagne, malgré les difficultés des voyages, espérant qu'une visite à l'agence pourrait mieux et pins vite les renseigner-. Ces visites ont atteint un total très élevé : du 15 octobre au 15 mars, on a reçu, à l'agence, 35,783 personnes. Naturellement, on a dû organiser un service spécial pour la réception : de 30 à 40 par jour qu'il était au début, en effet, le chiffre dès visiteurs s'éleva bientôt à 80, à 100, pour monter k 200 et à 250, voire même dépasser 400. Mais les lettres arrivent infiniment plus nombreuses encore. C'est par milliers que se comptèrent bientôt quotidiennement les correspondances reçues; 6,000 8,000, 10,000, 15,000; en novembre, il parvint, par jour, une moyenne de 25,000 cartes ou missives. Ce fut le maximum. Le dépouillement et le classement de ce courrier, que l'on peut qualifier de « colossal », exige un très nombreux personnel où l'on doit rencontrer des collaborateurs capables de lire la plupart des langues parlées en Europe. COMMUNIQUÉS OFFICIELS Communiqués allemands Berlin, 3 mai (Officiel) : Le 1er mai après-midi, un sous-marin allemand a torpillé et fait sombrer le contre-torpilleur anglais ,-Recruit, près du bateau-phare de Gallop. Le même ■ jour» près du bateau-phare de Noordhinder, i.1 y ■ a eu un combat entre 2 bateaux allemands clWant-fposte et quelques chalutiers anglais qu. étaient arômes. Un chalutier fui détruit. Une division de con-Jtre-torpilleurs anglais intervint dans le combat qui |se termina par la perte de nos bateaux d'avant-pos-?te. L'Amirauté britannique mande que ïa pli|s grande partie des équipages a été sauvée. * * Berlin, 4 mai (Officiel) : Le 3 mai, un dirigeable de la marine allemande a eu un combat dans la mer du Nord avec plusieurs sous-marins anglais. 11 a jeté des bombes sur les sous-marins et en a fait sombrer un. Les navires ennemis ont en vain canonné le dirigeable qui est rentré indemne. a * * Berlin, 5 mai (Communiqué officiel de midi) : Théâtre de la guerre à l'Ouest. Les Anghns continuent à reculer dans la direc-lion d-e la tête de pont qui se trouve à l'est et tout près d'Vpres; leurs pertes sont des plus fortes. Nous avons pris la ferme van Heule, Eksternest, le | parc du château de Herenthage et la ferme Het Pappatje. Entre la Meuse et la Moselle, on signale u'n regain d'activité. Dans le 'bois Le Prêtre, au >.;ord-ouest de Pont-à-Mousson, les Français ont attaqué hier avec de cn'os effectifs. Malgré une longue canonnade préalable, leurs efforts ont échoué r^râce à notre feu qui leur a causé de fortes pertes. Dans le bois dJAilly et à l'est, nous avons pris l'offensive; nous y avons progressé sensiblement et fait jusqu'à présent 10 officiers et 750 soldats prisonniers.Théâtre de la guerre à l'Est. Nous avons repoussé des attaques venant du sud-est et dirigées sur Raszinie. En ce moment, nous poursuivons l'ennemi. D'autres attaques russes ont également échoué près de Calvaria, au nord-est de Suwalki et à l'est d'Augustowo. Nous v avons fait i en tout 500 prisonniers. Sur tout le restant du front, il n'y a eu que des corps à corps isolés, qui se sont tous décidés en notre faveur. Théâtre de la guerre au Sud-Est. L'oûensive^ des Alliés au nord des « Waldkar-pathén » a déjà forcé h er la troisième ligne défensive des Russes. Les ennemis, rejetés sur tout ce front, se retirent sur la Wisloka. L'importance de , notre victoire est prouvée par le fait que les Russes, a la suite de la rupture de leur front, commencent à |évacuer, dans les a Waldkarpathen », leurs positions au sud-ouest de Dukla, qui sont à présent me-gnaoees au nord. La rapidité de nos progrès nous ■empêche de dresser dès maintenant le relevé de notre butm. D'après les nouvelles reçues jusqu'à cette ,|ieure, le nombre des prisonniers semble dépasser mooo. ■A * * * ;; Constantinop 1 e, 4 mai. (Officiel dn Grand Quartier général à la date d'hier) : ^Pour gagner du terrain, l'ennemi, qui se trouve à •^'étroit près d'Ariburnu, a essayé aujourd'hui de flaire avancer son aile ga.ur.he. Nos contre-attaques |l'ont rejeté dans les rochers des vallées, puis vers *îe rivage; ses p-ertes sont grandes. Pendajit ce com-\ bat, notre artillerie a mis le feu à un transport en-; nemi. Les autres transports qui se trouvaient à la côte se sont alors éloignés rapidement. Hier, le cuirassé Agameninon a été atteint de 4 obus pendant qu'il essayait de bombarder indirectement Bulair. Ne pouvant continuer son tir, il s'est retiré. Sur une île inhabitée, située devant Bodrut dans la mer Egée, nos gendarmes ont eu une rencontre avec 7 matelots armés et un officier d'un sous-marin ennemi qui tous ont été tués. Sur les autres fronts, rien d'important à signaler. ^.4.—.— — Coïamartiqués dos armées aillées Paris, 4 mai (Communiqué officiel de 15 heures): Au nord d'Ypres, sur le front anglais, Les Allemands on:t fait, hier soir, une attaque qui a été repoussée .par les Alliés. En Argonne, nous avons entrepris une attaque près de Bagatelle et gagné du terrain. Paris, 4 mai (Communiqué officiel de 23 heures): En Belgique, nos progrès dans la région de Steenstr&ête..continuent. En Champagne, les Allemands ont entrepris près de Beauséjour trois attaques successives qui ont été repoussées avec des pertes sensibles pour l'ennemi. En Argonne nous avons avancé près de Baga-telleT"STrr"fe~terrain gagné nous avons trouvé les corps de nombreux Allemands qui avaient été tués dans les combats du 1" mai. Une nouvelle attaque nous a permis d'étendre nos gains dans le bois Le Prêtre. * * * Londres, 3 mai (Rapport du maréchal sir John French) : Les Allemands ont entrepris samedi une attaque contre la colline 60 et, dimanche, ils ont attaqué à P™Xïfflitc 3e Sarfit-Julien. Ces deux attaques ont été repoussées. Nous n'avons pas perdu de terrain et nous avons infligé de fortes pertes à l'ennemi. Hier, un avion allemand a été obligé d'atterrir dans nos lignes. *• «• Pétrograd, 3 mai (Communiqué officiel du grand état-major général) : A l'ouest du Niémen, le combat a continué hier sur le cours supérieur de la Szeszupa. Samedi soir, un bataillon ennemi a entrepris une attaq.ue sur le village de Sosnia, près d'Ossowiec, mafs il a été dispersé par le feu de la forteresse. Sur la Bzura, il y a eu des escarmouches assez importantes, près du village de Mistrewitze. Samedi soir, un combat très violent s'est développé sur le front situé entre la Nida inférieure et les Carpathes, dans la région de Gladischew. A gauche de la Vistule, l'ennemi a entrepris hier six attaques que nous avons repoussées. Dans la région de Tarnow et plus au sud, le combat, d'artillerie a été très violent. Il y a eu des combats acharnés dans la région du Strij. Nous nous sommes emparés du mont Makuw-ka, au sud-est de Golowetzcko, où nous avons fait prisonniers 300 hommes et 10 officiers. Sur le Dniester, l'ennemi a entrepris deux attaques vaines près de Zaleszczyki. La flotte de la mer Noire a bombardé les ouvrages de défense du Bosphore. Le feu a été très violent et a occasionné une explosion et uri incendie au fort El Mas. Les batteries turques ont activement répondu au feu, mais sans succès. Nous avons détruit un charbonnier et deux grands voiliers. * * Pétrograd, 4 mai (Communiqué officiel de l'état-major de Varmée du Caucase) : Le 1er mai, nous avons, dans la région d'Artwin, repoussé les Turcs qui voulaient passer à l'offensive.Dans la région de Choy Dilman, un combat se déroule. Il n'y a pas de modifications sur les autres fronts. Dépêches diverses Stockholm, 4 mai : Le gouvernement a demandé au Parlement dç voter un crédit de 11,500,000 couronnes pour dépenses militaires extraordinaires ; soit 5,311,000 couronnes pour achat ek- matériel d'intendan 1 5,718,fXX) couronnes poui matériel d'artillerie è<t 430,000 couronnes pour matériel du génie. » * pimkerque, 3 mai : Lys A LV iiia-çi-ds ont commencé à bombarder violemment. Fin nés. teis dcgAt-s sont considérables. Deux aviar teurs âllëma^s ont repéré le tir de l'artillerie. Athènes, 4 mai : Le décret de dissolution d-e la Chambre a été officiellement publié aujourd'hui Les élections législatives on* été fixées au 12 juillet et la nouvelle Chambre se réunira Je 25 juillet. * * * rékin, 4 mai : V-oici le résumé de la réponse chinoise aux exigence» japonaises : 1° b'hnjitung: affaire terminée. 2° Mandchourie : la Chine donne au consul japonais le droit d'être présent aux séance^ des tribunaux chinois pendant Les déba.bs de tout conflit sine - japonais. 3°^ iLanjepimg : la Chine est d-'accord potir ne poioit saisir, au profit de l'Etat, la société et adimet qu'elle devienne une entreprise sino-japorua-ise. La Chine promet do ne point solliciter de capitaux étrangers pour payer les redevances au Japon. 4° Pas de cession de territoire ; la Chine retire mémo les cessions consenties au cours des négociations. 5° La Chine ne cède pas sur la question relative a«x armes, a,ux munitions et aux conseillers à nommer pour le6 chemins de fer du Yangtsé; mais elle cède daîis la question des écoles, des églises et des hôpitaux et accorde au Japon des droits de préférence à Fukien. Fst de Mongolie : la Chine cède sur la question des chemins de fer, des droite commerciaux et des emprunts locaux. On peut dire-, en résumé, que la Chine sacrifie Fukien et l'Est de la Mongolie pour essayer d'éviter la guerre avec le Jn.pon. On saura, la semaine prochaine, si. cela est possible. * .. Londres, 3 mai : Un télégramme de Colon (Panama) au « Times » rapporte qu'un incendie a détruit la moitié de la ville, y compris les principaux quartiers d'affaires. Les dég&ta sont évalués à dix millions de frajics. * * * Rome, 3 mai : M. Zographos, le ministre jrrree des affaires étranr?è-es, a assuré à un représentant de la « Tribuna » que la Grèce n'interviendra cl-a-ne la Lutte qui si ks intérêts supérieurs de la nation l'exigent-. Il a ajouté : Nous gard'eromo eans doute les territoires acquis à la suite de la guerre des Balkame, territoire» qui présentent une importance économique et stratégique et qui sont habités par dtes Grçcs. L~s principes d« notre politique sont : aucune diminution de territoire ni réduction de nos intérêts. En ce qui concerne La situation en Orient, .l'Italie et la Grèce pourront facilement s'entendre, si noue iiKfiOr trons tous -deux notre bon-ne volonté. Ce«- deux peuips«a ont besoin l'un do 1-a/utro, il y a de la place pour t<*as les deux. Toutefois ko intérêt.9 réels ne peuvent êisy lésés par des considérations senti-mentales. » * * *» Londres, 3 mai : On mande d'Alexandrie au « Mornmg Post » que Ui gouvernement a interdit l'exportation du colon en Italie et en Suisse, craignant qu'il ne soit vendu en A!'"" magne. Le marché du coton est, par suite, déprimé» * * * Avezzano, 3 mai : Hier, à 10 heures, urne nouvelle secousse sismique £ été observée. # * * Stockholm, 4 mai : Au cours d'un banquet offert par la ville de Gothen-burg, à l'occasion du lancement du cuirassé Sverig, le •JEtoi a prononcé un discours qui -contient les paroles suv vantes : — La, conflagration mondiale, qui menaçait depuis longtemps et qui est devenue finalement une réalité^ continue se3 ravages. Jusqu'à présent, nous avons réussi à maintenir notre pays en dehors de la lutte. J'espère sincèrement qu'il pourra, en être encore ainsi dans l'avenir. Pour nous, les dangers d'être «entraînés dans la guerre actuelle restent Les mêmes qu'au début des hostilités. J'ai toujours cru qu'il était de mon devoir de chercher à maintenir, dans l'intérêt primordial (fo la patrie, la nieutra'lité l'a plus stricte, et le pays ïïurt entier m'a approuvé. » Le Eoi a exprimé l'espoir que personne, en SufoSa, par ses paroles ou ses actes, ne rendra plus difficile ^ situation du pays. * * Rome, 4 mai : Comme conséquence des résolutTons prises hier par le Conseil des ministres, le Roi n'assistera pas à Pir,&u« \guration du monument des^Mille, a Qur r'o. l^Qrae, 3 mai : En^*4^o^a.de la situation internationale, le Cabinet a décidé qu'aucun ministre ne quitterait Pome-ei» ce moment. * * Londres, 3 mai : Un avion allemand a été aperçu à Douvres aujourd'hui, entre 11 heures et 11 1/2 heures; il venait de la direction d'Ostende. Lorsqu'il s'est trouvé à environ 3 milles du nier de l'Amirauté, l'artillerie a ouvert le feu contre fui et l'a empêché d'approcher. L'aviateur s'est éloigné alors dans la direction de Folkestono.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes