La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie

302 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1915, 13 Octobre. La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie. Accès à 25 avril 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/v40js9jv17/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

JOURNAL QUOTIDIEN ADMÏMISTR ATION ET RÉDACTION l} Monta.ffns-au^-Her'bes-Potaffères, BJFÏÜiXEZLX/JSS BUREAUX:DE 9 B 17 HEURES Jos. MORESSÉE, Directeur f Pctitcs annonces Ia ligna, Ie. <S.i0 i Réclame avant les annonces . — 1.09 Corps de jOurnal — 4.03 Faits divers . — 8.00 Nécrologie — 2.00 LE NUMÉRO s IO CENTIMES Aujourd'hui: SIX. pages. ^ nou LI GUERRE r ■<a I'e^ 436° jour ds guerra Ss _ cés Les communiquós publiés dans notro nu- sièt méro drhier ont relevé lo 10, dans 1'Otoest, ser qutólques engagements d'infanterie et uno L' > aotion d'artillerie assez suivio dans diverses la? sections du front. (Jee documents, touieiois, qi8 no font nullement ressortir quo les hot>ti- not1 licós aient pris lo nouivoau dóveloppesncmti suf qu'on s'attendaifc depuis le 25 septianfore ft paa leur voir prendre, c'cst-ft-dire dcipuis le dé- qu« but do 1'énergique offensive des Alliés. Au taijj contraire, 1'ensemble des indications qufiU I fournissenfc laissent plutöt l'impreesion dfun ralentissement cPaetivito. ^an Faut-il en dóduiro que les nouvelle® atria- nut ques projetées par les Alliés n'ont pas en- Sof core franchi complètement le stade de leur préparation, ou bien faut-il penser quo les d ai opórations dans 1; Ouest vont recommencer pl<| ft languir coimne auparavant Les avis, natureilemeait, sont tirès partagfés ft eet ce® égard1. Les critiques militaires d'outro-lUiin, p'J basant leur opimon sur i'impcxrtanco des |ot? portos subios par les Alliés, portes qurils b® e^ timent hors de proportion aveo les résul- rf^' tats essenuiell«jo <^nt looaiux obtenaie, oonsi- tr|': dèrent que la grande offensivo n'a aboufci a}( qu-'a uti échec. Ils no ctoieufc guère pos- ajP siblo qw'ello puisee encore se renouivoler avec une vigueur pareillo ft cello du début. l^n Kn tout cas, ils lui dénicnt touies chances do succes désormais, ft raison des messures °XK efficaces prises par 1'ótat-major allemand pour parer aux proohains assauts, si viö-lents qu'ils soienü. Du cófcé des Alliés, on no met pas en douto qu'après une période do consolk«satdon 3 inévitable, do nouvellos et vigoureuses afcta- ] ques sei'ont réitérées contro lo front alle- bai mand. ?ai Les deux partis sont en sommo d;accord vis poivr admottro que les AJliés no sonfe pas pai au bout de leur effort, tout en diffiórant d'avis sur kis condifcious dans 'esquedles cct K effort pourra éfeo renoufvelé. A tout prendro, ' il semblo logiquo d'adfmettre qu'après la iwo- ltaJ gres^ion notablo réalisee au début par 1'of- fensivc énergique des AlliOs, celle-ci a ren- VölJ cpntré dos obstaeles qui 1'ont eanpöchéo de g so dt ^eloppeop do Ia fapon rapido et ïrünter- ^ rompTie que pi'óvoyaiö Fordre du jour du lQ cuaróchal Joffre. On sait quo co brusque {xu tiiouTornerit offensif avait été pitócéctó d'un j bombardecnent dont 1'intensitó no poustTa raj] ötro quo difficijlement dépassée, et quo la vaillanco dés troupos qui y ont pris part a I étó proclamói sans réserve {Kir Bcrlin. Si S malgrré cela il n'a pas réussi ft proVoquer rin' uno rupturo du front, c'est quo les Alle- étó mands ont fortifié et armé leutrs lignes i'lot de tello fa^on que co résultat n'a gu^ro de do chanoe d'êfcre réalisé (Ju jour au lendemain. son C'ost du roste pourquoi les hóstilifcée, au liea I (favoir dója repris leur allure extraordinai- mai remont fougueuse d'il j a quelques jours, cad traversent en co moment uno phaso beau- nelJ èoup moins paasionnante. ^ * * * I Dans 1'Est, les Russes -ont mainteaiui par pr[, leutrs oontr<wittaques V^nimation dans lo rr0I soeieur de D'imabourg. Do son cotó. 1'offen- mvo menée par 1'ailo gauche des années I von Lircsingen a provoqué de sérieucx oom- I bats entro Ia Sfcochod et la Styr, wur la l'as Borezriiaka et la Wiesielucka supérieure, bul^ Sur lo restant du front, Tactóvibé des belii- pol< gérants 6'ost visiblement ralentio. fiée * I * ♦ sen, En Serbie, les Aissti-o-Allemands achovent do disp®sei* les arm-óes qui ont franchi la c.)e Drina, Ia Save et le Danube. Entro la Drina inférieure et. le Danube, ils se trou-vent encore dans la Matschwa. Plus a 1'est, lo pagsage du Danube par leurs I troupes prés de Chabafez et d' Obrenowatz I est terminé. Au sud de Bolgra/Ie, les Serbos 40,( se sont rotirés sur les hauteurs boisées. riv( Cortaines de oes liauteurs ont étó concfudsew troi pao* leurs adversaii-os, mais ils eo dis|>osent visiblement ft résistor sur les airtrea, que ^ üomino, ft 5ö5 moirés d'altitude, lo mout ^ Avala. Dans le secteur do Semendria-Poshare- ~ vatz, a l'est de la Morawa, les troupes von ^ * Gallwitz ont marohé de 1'avant. du» mol SUR MER vil Xtomkee, 11 occobro : J7iigenco Reutei- annonce quo de vapcur s'a< anglais „Thorpwood", jaugeant T.U84 tx>n- i[ j nes, a étó couló. L'équipage a óté sauvó. J1 Tf Tlr 11 rvnt^-kJir-A • T qaé Le Théatre des Opéralions en Serösa II A Ijq colonei Immaimel, 1'éerivain militaire ■ L bion coimu, coiiisacro dans le „IXig" de fcrat Berhn un articlo au raouveau thóatre des opórations on Oriënt. Examinant. d'abord L 1'armée serbo, lo codlaborateur du „Tag" pai coustate qu'après la guorre aveo la Bulga- %t rio 0:1 aoüt 1913 jusqu'ft la conflagration p générale qui sudvit I'attentat de Seivajevow, qr<) la Sei-bie a mis otilement ft profit les quel- ques mois do 1914 pour consolider effica- p oomoat son armée. En temps do paix, 1'ar- Atli mée comptait environ 75,000 hommes, soit ^lai 2 p. c. do la popu&ation. Après la mmvello ^'" ï loi milibairo de 1'autonmo do 1013, la pre- ^ nuèa-e levóo fournissait dix divisions et la ' S- seconde levée ft peai pres autant, co qui I. [ P°rta l'^fectif do 270,000 ft 280,000 hom- Bat es. A ces effeetifs il convient d'ajouter Ia sou - „Jandwehr et la „landsturm" avec 220,oOO 7# ,s hommes, de sorte que 1'armée serbo peut Lifcó \ ü 10 0valll^o & 500,000 com'xittants. Dispo- T>êr .; ut, grace a 1'Entente, do sommes consi- oxic lérable^ aboiKlamment pourvue d'ar mes, do My \ oanons Travals et do munitions, la Serlne yt ® ««nawnoé l» gnorro en 1314. Les portas fi.-, Si.1)ie3 dans J«s comljats aveo l'artn.(« a..tn-. chionsia no scat jias oonnues, soukaneat ■ noiis siavotts quo les épidémies y mit été 1 A terrihlas oi ont failli déeimer 1'arméo et la 4 X popiuilation. Quello est la valour aotueüo de dip] mée 9 A ootto quiostion», il seraifc diTfi- pei do fouxnir uno réponse exacte. Oe quo ave s savoas, c'est que lo systèmo de dé. ixu \q du pays est dirigó plus pai-ticuldèro- ft - Lt contro la Bitlgarie. Sur le front nord du ouest, dono dirigó contre la Hongrio et hai Bosnië, on no rencontre que des t'oru^ res ïes dómodóes. Les travaux de défense do leu grade et de Semeaidria datent du temps taii Tiues. II est vraf qu'on les a renfor- do< d'ouvrages on terre et de nouvolles bat. gea 2is, mals ils no sont pas en étab de ré* est er ft un assaut sérieux et ne sauraiont ?ir de rem^mrt a la ligïio du Danube. on est do mömo des travairx exéont/'s ft 1 Save prés de Schabatz et de Mitrowitsa,- soi ►iqu'on oet endroit la rivière, ti'ès limo- \rn se, présente quelques difficultés. La lignes tro la Drina inférieure a étó abanxlonneo^ rie les Serl>es après qu'il leur 6tn.it apparu \ ma ■ sa dófoose oontre les Autriohieus n'é' c t g*uère possiblo. k iQ oentro do la rósistaneo serbo est le ( lt prinoipal diiigtó contre \a Q3luilglario, tra s lo trianvgle Nisch-Piro^ Zajecar. II do- Jmii ie los routes et les ehemints de fer vers giffi a et Uskub, donc la voie naturelle vers ;Bulgario et la Macédoine. Ces routes jam lleurs 6ont bcin-ées par le groupe sup- tent jotentairo de la Wranja. Les données |ocl D'^os quant ft la force de rósistaneo do bpi | ti-avanx supplómecrtaires font défaut. ^ai te force repose prineipalement sur les dé- ^ »es nakirelles du pays, une orêto do trés itos monta^ines roehouses qui, aux envi- \ s do N'isch,. atteagnent jusqu'ft 800 mè- j >. II est incontestablo que ces monbagnes : e leurs routes impraticab!e=j assu.reront : Sorbes un po int d'appui dont 1'inipor- i . oo n'ost pas ft dódaigner. Au surplus,] hic iver y est d'iuio rigueur oxoessive et le^' t>Lo mdantos chutes do neige y rerwlent leaf mi ^tions m ilito ires tres d'fficiles. / qu AMS LES BALKANS S ■ ter Ifi nofrthrA ? P'1 -G „Peiit Parisien" annonce que lo dé-quement des üroupes anglaises et fran- t*1' sed continue ft Salonique. Toute uno di- cei ion, aocompagnée de son artillerie, est ■tdo sanyodi pour 1'intéi-ieur du pays. ^ ne itocldiolm, 11 octobre : de ja pa-esso prétend quo lo gouvernement ien a interdit les mtinifestatious de sym-iiio qui étaient próparées ft Ilomo en fa-ar de la Serbie. of ia, 11 octobre : mi sou»s-marm rus se a étó rem-orqué drms lort de Varna ; ses machines étaient dó- mt tCB. ,"0 -O sous-marin se.ra réparó et prendra g dans la floifoo bulgare. ,r^( ^aris, 11 octobre : iur la proposition du ministi'e do la ma-3, lo vico-amiral d'Ajtige^-D'ufouriLe't) a nommó commandixnt supérieur de la in? lo de guerre franpaise, en remplacement tio 1'amiral Bouó de Lapeyrèro, qui quifcto pei poste pour motifs do santé. do Ai vice-amiral dJ A rfcige- D u.fo urn et a com-ïdé, depuis lo début do la gu-eirre, 1'es-ro syi'ienno, puis Fescadro des Darda-gs. vic .thènes, 9 octobi*e : a cavalerie bulgare a étó concentréo loipalement prés do Kustendiil, ft la Ltiore serbo-bulgare. ~ - 'aris, 11 octobre : ° le ►'après une dép^cho envoyée de Sofia ft enco Ilavas, la protoction dos in^óröts ] ;ares dans les pays qui viennent da rap-r leurs représent-aiits de Sofia sera conv ^ aux minlstres suédois. ^ e gouvernement hollandais auiraifc con- ^ ;i ft la création d'uno légation bulgare ft h Haye et» ft la nominatiion de M. Mi-'f, représentant de la Buiigarie ft Lon- 1 ;. M. Michcff se rendra duectoment de ] Ldres ft La Ilayo. col Efe: 'arisi, 11 octobre : , 'ca avis de soufree privée annoncenb que m' 00 hommes d'infanterie turque sont aris par fer ft Burgas, en Bulgarie. Oes upes 6oronü transportées ft Varna. 1 tondres, 11 octobre : ^ n mande do Bucarést aus „Daily Tele- Ph" : ^ - Lo gouvernement bulgare a demandé im a Koumanio qu-'ello faciLito la traverséo • territoire rouanain au»x 6,0Cö Bulgaros uilisés qui regagnent leur patrio et. qui j\ ment d'Allemagno et d'Autriche-Hongrio. es reprósentants des puissances do PPoi- ^ o ft liucarest ont demandé, de leur eóté, 1 gouvernement roumain, qu'il veuillo bien isurer si, parmi ces mobiltsés balgares, te so glisse pas d''officiers aliemands. .thènes, 11 octobro : ,e quartiei' général des Alliés a étó éta- dans trois hötels do Salonique. I>es- ] ïpes de toutes les armos ont éfcé débar- ( es et campent aux environs do la ville. ru attaché militaires italieh, francais et mand sont partis pour Salonique. .thcinee, 11 octobre : os direotions de 1'armée et de lVlminis- L. ion serbes ont étó transférées ft Kiragu-cz.efi Serbes ont retiré leurs troupes do ( ban ie; ils n'occupent plus quo Tirana na| Elbassan. q es nou velles de Constantiople oonfirmont les Alliés rotirent def» trcntpes des Dar- cj^t ^lles pour les envoyer ft Salonique. BOl) 03 oommandants de navires arrivés ft (|tó anes r i^portent qu'une forte escadro an- j-(r! so bloque depuis trois jours Dédéagivtch ^j( a oöte bulgaro. ma jfia, 11 octobre : aor o ministre de Gréce s'estrendu ohez M. ^ oslawof, pour lui affirmer, au nom de 4011 gouvernement, que lo nouveau ministr-ro et mis s'en tient au principe de la neutra- 011. armée et qu'il attaché une grande im- |1!1' cinoe a co quo les relations a.mfcales infl tant entixj les deux pays et qui réi>on- 1 ; ^ leurs intéréts» scient maitntienues. l?r Hadoslawof a exprimé la grande satis- 'j?1 ion que le gouvernement éprouve do ln 5 déclaration. ver tur thènes, 11 octobro : inti 'no nouvelle affaire de vols de documents au omatiques, ft laquelle, assuroiton, dea coïi sonnes connues pour être en relation c la diplomatie de 1'Entente, ne tfsmient i ótrangèi-es, cause uue grande émolion Vthènes. On a.urait voló, dans lo Cabinet Roi, plusieui's dociunents de la plus ito importanco, faisant partie de la cor-pondance privée du Souverain. Le vo r, après avoir oulvert lo tiroir du ©ecró-e avec une fausse clef, n'a pris quo les mmorite róellement importants en négli-ut tous les autores. Uno enquête sévère ouverte. Jerlin, 11 octobro : )'après le ,,'Berliner Tageblatt", les huit ;s-marins aliemands qui sont arrivés a rna sonant renforcés prochainement par :s auti-es unités, de sorte que la ©ulga-disposera d'uue flottillo de on^o sous-rins.iofia, 11 octobro : )n mande de Rome qu'au moment do ismet-tii-o ses passoports ft M\. 8üanizoAV, ïistro bulgare, M. Sonnino, ministre des . lires ótrangèares, lui a déolaró qu'il ro-ttait vivement les événement* qui avaient anóla rupture do* relations diploinatiquc6 ro los deux pays et que, si Ia gtu^rre itait entro 'Pltalio et la Bulgtiriei, les irations militaires seraient p^iu'suïvios js haine. DÉPÊCHES DIVERSES Paris, 11 octobro : fVu cours du consedl de cabinet tenu r, la président, qui, pendaut 1'iudisposi-n do M. Deicassé, assui'0 l'nitxirim au uistère des affaii-es ótrangères, a annoncé 'il fera cetto seuiaine, ft la Ghambre et Sónab, des déclarations concernant la si-ktion dipio^na4ique et qu'il se met tra en-tö, de nivUne que let> ministix?s ccmpé-lüs, ft la disposition de la Oommission riemen taire. La déelaration de M. Viviani est, semble-, motivéo par 1'agïuation qui regno da-ns •fciins iniiieux parlemenUiireT-ï, qui passent cette fois. (lécidés a oijteuir quo des Lucas- secrètes soient tenues. Lo gouvar-inent: espère éviter ces séances on faisaut 5 déclarations aux deux Chambres. * * ♦ tPilan, 11 octobre : 3n mande de Paris au „Secoio" que Delcasdé, ministre des affaires <é4ran-:es, donnerai^t sa démission, paree qu il un fidversitire' irfiSduetiWè du déba.rquo-nt des trou[>es ft Salonique. L'Aügkte>rro so serait ógalemeut ctócidóo que con-into et forcéo ft violer la noutralité icque. ■* * * Paris, 11 octobro : \I. Mi Uerand, ministro de la guerre, a italló un comisó consulratif. pour 1'avia-n militaire. .(Je comité est comp^isé de •sounalités scientifiques el: industriedles et: sp<3cialLstcs. • ♦ * Paris, 11 octobro : Le contre-amiral Guópratle a étó pronsa o-amiral. Le nouveau vice-amiral a jrtis •t, dès le dfébut, aux opórations dans les rdauelles. * ** • ♦ ïome, 11 octobro : I. Saland'ra est parti dimancho soir pour front. * * * Sorlin, 11 octobro : V.u cours d'un vol de reconnaissanco etuó le 20 octobi'e, un hydroplane a jete bombes sur la garo d-3 Jliga. l/avion renux3 indemno ft son port d'attacho. <f O Vashington, 11 octobre : jq Foireagn 0'fiice anglais, dans une ré-to n.ote adïessée au gouvernoment des its-CJnis, rei>ousse le reproclio qu'il eai-verait lo commerco des neutres pour (ies tifs intéressés. * » * 'éfcrogracï, 11 octobre : >'après la „Birschewija "WjoJomösti", Schavosto-w, le nouveau ministro dö 1'in-ieur, a déclaró que la guerre a modifié conceptions politiques. Après "la guerre, nouveau groupement do partis est néees-l'O. Une politiqno modérémeiit progres-e a les meilleures chances d'abouAir. Le c progressiste actuel est ufeilo, mais son igrammo repose sur trop de principes > le grand public no lïeut pas oo'mpren-. La nouvelle politique devra, entro au-5 clios^is, arriver ft diminuer 1'int'l uence nomiquo de I'Mlèmtigne ; die d?vra ,leRiient s'o]>noser iuvniédiateanent au ron- riseement d<« prcd'uits aliimenltiires. » » ♦ ^ondres, 11 octobro : >n annonce la mw>rt du fils unique de i Llvard Kipling, le célèbro poète imperia- ; o, tuó sur le front. II avait 18 ans. a perte du " Goisath „ m n'a pa.s encoro racoiité, écrifc un jour-iüilien, coinment lo ouirassé anglais oliatii" fut coulé aux Dardanelles. dans nuit du 12 mai. II ótait ft 1'intérieur <ii 'oit et tirait slu* les forts tures pour tenir 1'act.ion du corps francais. Quatorzo iroyors le protégoaient, répartis en deux Les parallèles qui, alternativement, mon-nt ft i^etite vite^se vers la nier de Mar-•a et doscendaieut on so laissant entrai- par lo courant. | ai nuit était trés obscure, sans lune; i i les navires avaient mas<^ ié leurs feux on les disiinguait ft pcuie. Vers miuuit, crut voir passer ft droite du „Goliafe t lxitimonts an lieu de 6ept: on no s'en i aiéta- pas. Les deux lignoa reen ontrent, f.scendircnt lentement : toüt ft coup une oille partit. Le cuirassó at te int au mi- i ; coula en quelques miiutes, tandis que i trus disparaissait, fuyant ft toute allure s Constantinople : c'était un torpilléur ' ï, montó par dos Allomands, qui s'é-ait i ■oduit dans 1'une des lignes anglaises et, i moment propice, avait tiré ft 500 metree ima ft 1'eaercico. COMMUNIQUÉS OFFIGIELS Communiqués aiieaictads Berlin, 12 octobre. — Officiel de midi : Thjéatïe de la guerre ft 1'Ouest. Au nord d'Arras, les Francais ont continué ft attaquer. Deux attaques partioiles [jat été dirigóus contro les trauchces que aous avtions reoouqui&es lo 8 octobro au >iki ouest de Loos ; ces deux attaques ont Schouó. Sur notro front >11 nord-est de Sou-ïhez ft l'est de Neuvillo, des attaques eiuie-mios assez imparlantea se sont écroulêes sous notro feu qui, par ondroits, a cansé les p<3rtes trés contóüdérablcs aio: aissail-ants. Les Francais n'ont róu6si ft pónetrer iaas notre toute première ligne qu a deux sndroits de peu d'étendue. En Champagne, les deux cötés do Tahuro, les attaques en-lomios so sont égaloment torniinées par un öehec sérieux dos assaiilants. Alalgré une violente canoxmade préparatoire, nullo part L'udveröaire n'a pu gagner do teiTain hier soir. Ce matin, il a do nouveau eesaiyó en vain dte forcer nos lignes au tnême endroit. Théatro de la guerre ft F Est. Armóos du maréchal von illindenburg : Sur le front ouest de Dunabourg, nous avons pris d'assaut, sur une largeur de front do 2 ^ kitomètros, la position enno-mie situéo ft 1'ouest d'Illuxt. Nous avons capturé 3 officiers, 367 soldate' et une mi-ci*aiUeuso, puis avons ropoussé des contre-attaqueö russes. Armées du maréchal prince Lóopold de Bavièro : Uien do nouveau. Armées du général von Linsingen : Pros do Jezierce, la cavalerie ennemie a évacué le ohamp de ba.taillo. La situation ies troupes allemandes do 1'armée du général von Bothiner no s'est pas modifiée. Dans lesjBalkaaSv : Sur tout lo frorït, notre offensivo fait de bons progrès. Nos troupes ont pris hier • d'assaut la vilie et la forteresse de Semen-dj:ia.* * Vionne, 12 octobre. — Officiel d'hier ; F ront russo. Ili/ïr, Voffou^ive ltj-:sc a Ixxiucoüp diminuó d'ihtonsitó sur tout notre front nord. L'en-nemi n'a pliw entrepris quo queltjues at taques contre nos lignes de la Strypa; elles ont échouó complètement contro celles des jours derniers. Entre la '/icleznica et le Styr inférieur, 1'ennemi a été rejeté vers le nord-est. Front italien. Hier, sur notre front du sud-ouest, il n'y a pas eu non plus de oombats import >rts. Une attaque iUilienne dirigée contre le Mrzli Vrh a étó repoussée par le feu de notro artillerie. Front du Sud-Est. Dans la M icwa et prés d'O'orenovac, riea de particulier. Les forces aiistro-hongroises et alleman-rles qui ont pa-;só j^ar Belirrade, ont rejeté les Serbes de leurs retranehemeuls situés au sud-es; et au sud-ouest do la ville; ft ec:to occasion, nos troupes ont pris d'assaut la Montagne Verte et lo Vellcy-Vracar. Dans 'la rjgion de Semendria et de Po-zarova'c, les divisions do nos alliés ont de uouveau sérieusement piogre^sé. Lors do la prise do Belgrado, nos trou-[>es ont oapturó 9 canons de navire, 26 ca^ nons do campagne sans affut, 1 projecteur, 'e nomiweux fusils, l>eaucoup de munit;ons i?t d'autre matériel de guerre, 10 officiers H plus de fiOC soldats serbes. L'ennemi a Subi des pertes sanglantes trés élevées. T.a flot ilte du Danube a dragué un cer-tain 'nombre do mines fluviales ot de mines narinos russes. o * « Oonstanfcinople 7 oetobro (notaixlè on trans misfsón). — Offi o'xU du grand quartior 'éiiéral : Aux Dvirdanelles et sur les an+res théT^ tros do la gu-eiTC, pas de modification ft dma-er. Tl ,'a étó établi qu'un crand navire cfo ran«fx)rt. ainsi quo Ie croiseur auxiliairo ..A'ara"» ja.ugoant 8,W)0 tonne». ont ótf'-. 30u 1 ós vws Ia mi-se]»tambro par des bous-marins aliemands. * * » Constnntinople, 8 octobre (retardé en : :raiisanissioi)i — Officiel du grand quartier général : \ux Dardanelles, prés d'Anaforta., par des iets do bombes, nos colonnes V\ reconnnis-;anee ont forcó los soldats ennemis occunés inx travaux de rotranchement, ft interrom-pre leur ouvrage. Le 7 rvtoljre, prfts do Kamikli-Liman, no-ire artillerie a touché un croiseur enneani, ]ui s'e^t rapide.ment r^t.ir^ Sur l'ile d'ïmlvos, un incendio s'est dé claré ot» a du ré jusqir'au. soir. Prés d' Ari-TVirnu, faible fusillade mu-;uo!!o et iets de bombes. Pr'iS do Seld-ul-iBahr, sur 1'aile gauche, lotre artillerio a détruit la position enne-nie par div<^ iets de bami ies. Pour lo roste, rien de nouveau ft signaler. * * * Constantinople, 10 octobre. — Officiol du £rand quartier général : Le 9 oc'obre, sur lo front des Dardanel-es. prés d' \naforta, notre artiUerie a. rtV lu.it au sileneo les batteries onnemies qi.ai mm hard ai ent notre aile gauche. Prés d'Ari-Burnu, une m^ne que nous ivons fait- oxploser, a détruit une mine xinemie en voi« de eopstrnction. La nosition do 1'arti'leiae eunemio prés de Korfodero, a été détruite r>ar un f'Mi e*fiaa«'e Ie notre artillerio. L'ennemi a été contraiat 1'évacuer eet'e position. Pres do Sodd-u^Bnhr, dans la nuit du ) octobre, nos colonnos de reconnaissanco ?o 1'aile gauche ont jeté des bomlies sur les iranehces ennemies et sont rentrées avec du [>uün- Pour le resto, rien de nouveau ft signaler. Communiqués des armées aÜiées Paris, 11 octobre. — Officiel de 15 heures: Ou ne 8ignale, au cours de la nuit, qu un bombardement assez intense do L' art Let ie ennemie au nord de la ticarpe et en Champagne, sur notre arrière-front dans la ré-gion de öoua-in. Nos batteries ont partout efficacemenl riposté. De nouveau^ renseignesnents confirment quo los violen tes attaques lancóes par le*i Aliemands, au cours des derniers jours, contro le front anglais et francais drsvant Loos et au nord, n'ont abouli qu'ft un g-ravo échec. L'assaut princi^al a éfcé donnó par un offectif de trois ft quatre di^sions, qui ont étó complètement repoussécs et dis-persées.♦ » o Paris, 11 octobro. — Officiel do %\ heures: Nous avons sensiblemont progressó daais le bois ft 1'ouest du chemin de üouchez ft Angros, dans la valiée de la Souchez et ft l'est du foriin du bois de Givcnchy. Nous avons óg^iiement gagné du terrain sur les crêtes vers La Folie. Une centaino de pri-sonniers, apparteaiant au corps de la garde, sont restés entre nos mains. En Champagne, nous avons eulové, par. une vigourease attaque, la totalité d'un ouvrage enneani au sud-est du village de Tahuro, sur le fianc du ravin de La Goutte. Nou»s avons fait, sur ce point, cent huit prisonniers, dont deux officiers. Nos canons ont efiicacement contrebatUi les pièccs ennemies qui bomoardent vioiomnient nos nou-vellosi positions. Actions réciproques d'artillerie particulio-rounait intenses aux Eparges, au bois Le Prêtro, au nord de Reillon, on Lorraine, • iinsi que dans les Vosges, au sud de Steiubach ot aux environs do Thann. ♦ " * Iiome, 10 octobro. — Officiel du grand quartier gónéral : L'ennemi a développé uno grando acti-vitó dans 1'établissement de ses travaux do déiensü et do ses voios do communication, bien qu'il ait été forteineait gênó par le feu efficjico do notro artillerie et par les coups de niain hardis de nos détachements. I-o long du front do 1'Isonzo, pendant la journée du 9 ot la nuit du 10 ootobro, après une forte préparation par 1'artillerie eö des jets de bombes, l'ennemi a fienté, avec d'iniportantes forces, d'attaquer nos positions sur la rivo droite tlu t>.lalienilc, dans le bassin de Pletzzo, sur le Mersli-werch, dans la région du moato Koro, a Dolja, diins le secteur de Tolmino, prés do Phiva, ft Lagcra et sur 1'Isonzo moyen. II a étó repoussó jxirtout ave.c de fortes pertes. QueKiues prisonniers sont resfcés entro nos m^iiiis. <« ♦ Péti'ograd, 10 octobro. — Officiel du grand ctat-major géneral : Dans la région de liiga, le calme a rO-gné. Un avion eanemi a .jeté des Ixmibes sur la gano de Nizgal, ft 30 Idiomutie© au nord de I>winsk. Dans 1e eombat livró prés du viakige de PaScJiilina, au nord de Garbunowka, sur lo c hem in do fers nous avons fait'. 1DO prisonniers aliemands et nous avons pris des mi-ii'aiUeu'seto.Uier, los comsbats ont étó particuj ièrement, acharnés dans la région de Garbunowka et de Paschilina ; vers la soirée, ils ont di-mmuó d mtensité. Sous lo feu de l'ennemi, nous» avons du abandonner Garbunowka, qui a étó pris et repris plusieura foÊ5. Au coua'S d'une attaque contre .petto localitó, nous avons fait 250 prisonniers et nous avons pris sept mitrailleuses. Lee attaques allemandes contro le vi!-lago de Paschilina se sont déroulóes tout d'alxird favorableaner.t pour l'ennemi; tou-tcfois, vers la soirée, son offensdve a cfcj eirrayée ft l'est du village. Au surt-ouiest de Dwinsk, notre artillerie a doscend'u un avion ennemi, qui est tombé dans los lignes allemandes. Sur le front qui s'étend de Dwinsk jus-({u'au Pripet, rien d'imporaant ft signaler. Da ns la région situód au nord de l^jacho-witschi, ft 19 kilomètres au sud-est de -Ba-ranowit.sclii, nos patrouilles d'infanterio oni entrepris une reconnaissanco nocturne qui a bien réussi et au cours de laquelle elles sont entróes dans les tranchées allemandes, ont tuó plus de 2-00 hommes et ont fait prisonniers 3 officiers ot 453 soldats. Nos pertes ne s'élèvont qu'ft 50 liomme» appro-ximativómeaio.Au sud du Pripet, des détachecu:nts ennemis ont occu}^)ó le viliage do Wolka Borez-niana&a, ft 4 kilomètres au sud-est de Pozog. Dans la région de Nowosiolki, en amont de Czartorvsk, sur le Styr, l'ennemi a réussi ft jjasser sur la rivo dreite de la rivière. A 6 kilomètres ft l'est do Kolki, dans ln région de^ Milaszow, lo co nbat continue. De-con^re-aönques ezinemies dans la duention do Garajmowka, ft 17 kilomètres au" sud-est de Kolki, au sud-est; de Miliaskow, ont été repoussées. A l'est do Buczacz, snr la Sferypa, 1'en-nemi, qui atfcaquait m s troupes, a été a son tour at'.i/-.rAó par notro oavaloi'ie. Cel3e-ei est tombée sur lui en grandos masses ot 1'a forcé ft so retiror. Nous avons fait 150 prisonniers environ. ♦ * * Péörograd, 9 octobre. — Officiel de 1'état-major de 1'armée dn Caucase : Sut plusieurs' points du front, il n'y a en quo des rencontres d'une importance secondaire. La situation est généralemont in-changée.* * * Pótrograd, 10 octobro. — Officiel de l'êttat-major de !a marine : I«e 7. octobre. deux do nos torni-l^in's qui' trouvaient ft hauteur de la c'tndo 1'Asie Minen.re, ont oouM 1D voiliei*s tu.ros, chargés de pnroduifcs destin és n 1'armée. ,, Q.uinze hommes dos équipages enn^m'S ont été conduit.s ft Sébj^^tor>ol; les au tres rfé>-ta.iont s^ivós ft la edfco ft 1'approche des torpillesurs. ♦ * * Pétrograd, 10 octobre. i— Officiel de 1'état-major do 1'arméo du Oaucase : Petiis oombats dans la région cotdèce e£ sur la rivière Archawa, au sud de Chopi. Dans la valiée de 1'Archawa, duels> d'artiilerio.Au Kud-a^t du lac do Toi^oiuu, des pa-trouilloa ennemies ont étó disporsées pai no^re feu. * * • Nïsch, 10 oötobi-e. — Officiel : I^es oombats c<>ntinuent sur tout lo front du Danube et de la Save. Aprcs un eombat m ou vemen té, Belgrado e6t tombé entre les mains des Aliemands. Le but pouirsuivi par l'enuemi est de marolier de 1'avant par la valléo do la Morava. Momentanément, U essay o de couper Kospolatz de Dubravitza. 11 concentro ses efforts prhiciiiaux ft obte-nir co résultat. Prés du village de Dronovatz, l'ennemi a subd des peres comvid«raWles au cours de sos attaques infructueuses. Sur le cours inférieur de la Drina, les A ufiti-o-Al Iemands ont étó rajetés sur Vffle qu'ils occupaient avant lo début des opórations.Dépêches Diverses Milan, 11 octobre : Uno grève a óc.até dans les XTsines mé-tallurgiquos Armstro'ng, ft PozzuoLi„ prèa do Naples. Cinq mille ouvriers chöment, dit l',,Avanti". * * ♦ Londres, 11 octobro :<■ IAjE vening Standard'' pul>lie une dó-pcChe de Rome disant que le Pape en ver ra un représentant officiel ft Tokio ft 1'occa. sion du couronnement de 1'empereuir du> Japon, qui aura liea au mois de novembro. Mgr Petrelli, dólég'ué apostolique aux Philippijnes, sera désigné ft cct effet ot ie-niettra ft l'Empereur une lettro autograp^io du Souverain-Pontifo. t- * ♦ Rome, 10 octobre : Le ministro de la guorre rappeüle sous les drapeaux tous les alpins de la classe do lS'SG rouvoyés en oongó dél'initif et tous les sldieurs de la territoriale d>o la classe de 188G. ♦ Ratisbonne, 11 octobro : G ^ maüin, ft 4 h. 50, on a ressonti un treinblcment de terre assez violent, qui a duró piusienrs secondes. + * * Eot-terdam, 10 octobre : Divers journaux ont reou de Londres la nouvollo (}ue le Coiiseil des ministres au-rait décidé l'étjablissement du service général en Ang.oterre pour tous les- honmnis agés de 17 ft 5ü ans. Sir Eidward Groy aq-rait donné lecture de coraamnications des gouvernements russo et francais, qvii d©-mandeait uno partici|)ation plus largo de la part de 1'Anghtorro aux nouveilx» actions miöiRiires. Lord Ivitchenor aurait alors af-firmó que cela n'était possiblo que si 1'on établissaib lo service nulitairo obligatoire et général. * * ö Wisby, 11 octobre » A la suite dl'uno violente tempêto, un grand nombro do mines flottantes sont vennes échouer ft la cöto orienüalo do 1' Ecosse. La navigation est trés dangereuse dans ces parage». • * m Washington, ll octobre : M. Lansing, secrétaire d'Etat, a déclaró qu'au cours d'uno conférence tenue ft Nfow-Y"ork ]>ar les représck^tiants des Etats-Ujiis, de la Kópubliquo Argontme, du Brésil, du Chili, de la Bolivie, do 1'Uruguay e® du Guatemala, il a éto décidé a l'unauimïté oe reocxnna.tre lo gouvernement du général Caranza comrao gouvoruement légal du Mexiquo. * » Washington, 11 octobro : M. L-.imsing a étó mformé que, le 0 oo-iobre, JM- G-ranados, ministre de 1?intérieur dans Ie cabinet Huorra, a èöé exécutc comme complice do la tentauve d'assassinat com-miso contre le président Madeii'o. • c Paris, 11 octobre : On prétend ft Paris quo M. Deloass>ó a étó fortement impressionné par la condam-nation de son fils, en Allemagne, poua' re» t'us d'tobéissanco. Sa nntiadie serait do nature nerveo.se. Son rempiacoBieffit provisoire par M. Viviani a irriié Al. Cieenenccau. L',,Hotmmo enchaïné" annonce que lo president du Conseil aura a regier un couipte fonnidable avec lui a Ia séanco plénièjro des oonimjssions du Sénat et de la Chamixre. * ♦ La Haye, 11 octobro : La Chambre hollandaise est saisio d'un pro jet do loi tendant a faire entrer en vv-gueuc lo traité international pour la pro-tection des vies humajues en mor. Ce traité aurait dü entrer en viguour lo lor juillet 1915. Le gouvernement iiibistera p-o-ui* quo la miso ft exécution de cetto loi soit p.ous- sée le plus rapidemeiib possiblo. » * » Paris, 11 octobro : 17anciera póriodique ,,L!CFjuvre", jtn^n». fonnó depnis quelque temps 011 journal quo. tidden, vient d'être Interdit pour qiranze jours. Ijos journaiiix radicaux „Le 1'appel" et „Le Radieal", ainsi quo la „Guerre sociale" de Gustavo llervó, sont suspen<iua pour deux jours. * • ♦ Londres, 11 octobre 1 L'agenco Keuter appiend de Cardiff que les chefs ouvriers nnt commencé wamedi soir, avec grand sucoès, leur cati^xigno ou faveur du ree ru tem ent. 'Des cortèges militaires ont circnlé dnns les ruos et ont j:/ro-voquó un grand enthousiasme. ♦ "" •!< New-York, 11 octobre : Les journaune: amóricains pnblient de longs articles sur les concessions faites par l'Allc5magne dans 1'affairo do l'„Arabic", qui est complètement réglóe. Ils en expri-ment leur satisfactiou et font ressortir que l'accord con el u enlre l'Allemagne et _ les Rtats-Unis exclut le retour de tout incident qui pourraifc comprometti-e les relations entre les deux puissances. » $ * * Rome, 11 octobro : M. Stanao, ministro bulgare & fiomci, Cit parti dimancho soir par train sptóal rtour Cliiasso. II a étó snliité ü la gare par 1'am-bassadeur (TE^agne et par qiieliiues nota. bilitós do la coloniö bulgare. Mercredl 13 Octobre 1915 A tVIercredi 13 Octobre 1915 N* 332

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre La Belgique: journal publié pendant l'occupation sous la censure ennemie appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes