Le bruxellois: journal quotidien indépendant

216 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 16 Mars. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 26 avril 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/xg9f47jr29/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g % Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Alfc. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours 1«3 l Jaw. 1 Avril 1 Juillet ! Octob. On peut s'abonner toutefois pour les aeux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au P de : é 2 Mois ! Mois ® Fr.3,00-Mk.2.40 Fr.t.50-Mk.l.20 TIRAGE sifO.OOO PAR JOUR L- ANNONCES — La îigne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . 1.50 » financières. . . l.tX? PETITES ANNONCES La petite ligne 0.50 La grande ligne LCO TIRÂCE: §10,000 PAR JOUR Rédacteur f.n Chef : ' 4 «_ sa 'Rédaction, Administration, Publicité, Vente : 8 Roxié As-mand | ■ QIË£:àlfllGII H BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS ( DERNIERS COMMUNIQUÉS OFFICIELS tgsHgy*' IjTiTTnBf Ws *2 ALLEMAND» BERLIN, 15 mars. — Officiel de midi : Théâtre de la guerre à l'Ouest. Le temps étant pluvieux, le jeu d'artillerie es demeuré minime dans la plupart des secteurs. E; Champagne, des attaqués françaises sur la péril nord-ouest de la côte 185, au sud de Ri pont, il on pu se développer par suite de notre feu de destruc tion. Des poussées d'éclaireurs dans la région de l Somme et sur la uvc ouest de la Meuse, où w posie de campagne français au sud da Cumières < été enlevé en plein jour par un élan énergique, twu ont amené un certain nombre de prisonniers. Théâtre da la guerre à l'Est. Front d'armée du ieiclmaracbai général Prince Léopold de Bavière: Près de Wiloniez, sur le Stochod, et près de fan nica, au sud du Dniester, des entreprises de no troupes de choc ont cté exécutées avec un plein suc ces. Plus de 100 prisonnieis et plusieurs miiuulleu ses et lance-mines ont pu être t amenés. Fient en Macédoine: Sur ies deux rives du lac de Prespa et au non de ■JAonasiir, les Français hier également ont. fui intervenir de grandes forces pour une attaque avei le même insuccès riche en perles qu'aux fours pré cédsnis. Entre Czerna et le lac de Doit an, des attaques as se: faibles des antres troupes de l'Entente ont étt , rep ussées. BERLIN, 14 mars. — Officiel, soir : Par le temps pluvieux la fournée a été calme c l'ouest. A l'est, vive activité d'arlllerie, piès de Brze-zany.De n -uvelles attaques de l'Entente sur les deu> rives du lac de Prespa on! échoué. La guerre sous-marme. BERLIN, 14 mars. — Officiel : Récemment nos sous-mar ins ont coulé 17 vapeurs 2 voiliers et 3 vapeurs de pêche, formant mi tota brut de 48,000 tonnes. L'un des sous-marins a couh entre autres un petit croiseur ennemi à 8 cheminée< et le « O 27 », aménagé spécialement en guise di piège à sous-marins. Sur ce dernier nous avons jai prisonniers un lieutenant, un officier de pont et hommes, dont l'an était grièvement blessé. AW£WCriiœH •" V7E:rvfB, Tf mûrs. — Tfjjîciël*} riléâtre de îa guerre à l'Est. Les entreprises des Groupes d attaques, signalée; hier dans la région de Bizezany ont obtenu un pleii succès. Après avoir dé irait de fond en comble ici installations de combat enne; i s, nous avons fai prisonniers 2 officiers russes, 255 soldats, plasieur: mitrailleuses et des lance-mines. En repoussant le: attaques d'avions de combat ennemis, nos aviateur, ont lancé des bombes sur la gare de Radzin'iloff. Théâtre do la guerre italien. L'activité combatiive a été en général mininu hier. Dans la région de Gorizia, nos aviateurs on jeté des bombes sur le camp ennemi près d'incinico Théâtre de la guerre au Sud-Est. Dans la légion du liiioral est-albanais on conti nue à se baitre. Les Français ont attaqué- à diverse, reprises, mais sans succès, nos positions entre le. lacs d'Ochrida ci de Prespa. tp'RÂK^A 3S PARIS, 14 mars. — Ocicici de 3 h. p. m. : Dans la région de Lassigny, nous avons exécut< divers coups de main sur les tranchées ennemies e mis en fuite une reconnaissance ennemie. Au nord est de Soissons, une tentative de coups de main su nos postes près de Soupir a été aisément répons sée. Dans la région Butte-dii-Mesnil - Maisons-dé Champagne, l'ennemi a lancé hier vers six heure deux violentes contre-attaques sur les ouvrages con quis par nous; l'ennemi n'a pu aborder n-os posi tions en aucun point et il a subi de fortes pertes. L lutte à la grande s'est poursuivie toute la nuit ave acharnement entre la côte 185 et Maison$-de-Chàm pagne, oà nous avons conquis de nouveaux élément de tranchées. Dans la région sud de Saint-Mihie. hier dans la journée, une Opération vivement me née par nos traupes nous a permis d'enlever l feime Romainville et de faire une treniajne de pn sonniers. Nos détachements ont en outre pénétr sur quatre points différents dans les tranchées et vernies entre la Vie use et la forât d'Apremont, pou: se jusquà la deuxième tranchée ennemie et ramen de nouveaux prisonniers. Pendant la nuit, lutte d'ài tillcrie assez vive dans tout ce secteur. Nuit calm partout ailleurs. PARIS, 14 mars. — Officiel de 11 h. p. m. : Au cours de ia journée, nous avons continué progresser à la grenade dans la région de Maison. de-Champagne, malgré un violent bombardement c l'ennemi, qui a fait usage d'obus lacrymogènes.S: la rive gauche de la Meuse, noire artillerie a ex< culé des tirs de distraction sur les organisations ci nemies. Un observatoire a été détruit près c Monifaucon. RUSSE PETROGRAD, 13 mars ; Stir le Iront à l'ouest, au sud-ouest du lac de N reez, dans le secteur de Zanarelsch-Stahovlsy, ain que dans la région de Velitz, à 36 versies au s::, ouest de Kovel, l'ennemi a fait des attaques au mey: de gaz. Nous y avons repoussé les tentatives de l'e. nemi par noire feu. Sur le restant du front feu rêc proquê et combats de palrouPles. En Roumanie, échange de feu entre détachémen de reconnaissante, EÏALÏEN' ROME, 13 mars : Au front du Trenlin, pendant la journée du 12, canonnade habituelle et de faibles combats entre d tachements de reconnaissance au nord-est de Cim t w Sï3 BSS5 SS 98 '■*» «SSP* go, (Jadicarie), sur les versants du Mont Seluggi (Posina) et dans la région de la source du Bodei (vallée de ScxUn et de la Drau}. t /ta front Julien l'artillerie ennemie a cté plus in j tcn.se hier dans M bassin de Tolmein. Sur le Karsi un détachement da U7me régiment d'infanterie t pénétré par une attaque imprévue aans les ligne ennemies au sud-ouest de Lacati, a comblé les ouvra j ges retranchés de l'ennemi, incendié des abris et ra j mené 24 prisonniers et 1 mitrailleuse. L'advetsair< l a tenté quelques heures plus tard une cor:trc-atta 5 que. H a été arrêté et dispersé par notre feu. ANGLAIS LONDRES, 13 mers : A la suite c'e twtie bombardement d'hier, l'ennem a abandonné son système principal de défense U long de la crête antérieure des hauteurs à Voues de Bapautne sur te front de 3 milles et demi. Peu dont la journée nos troupes qui s'avançaient ont re foulé les arrières gardes de l'ennemi dans cette rc gion dans une profondeur d'une mille et ont occupt / la vi'lage de Grevillers ainsi que le bois de Lou l part. A l'est ci au nord-est de Gommecourt nous a . vens également réalisé des progrès sur un front d'ut mille environ. —■ Dernières Depeches , La Révolution à Pétrograd NOUVEAUX OEI'AILS Berlin, 15 mars. — On mande de Stockholm ai « Beriiner Lokai-Anzeiger », que la révolution es également dirigée contre i'Angleterre. Une granew démonstration a eu lieu devant i ambassade à Angle terre, où de nombreuses vitres ont vo!o en celais Une foule nombreuse s'est rassemblée devant le dé pûc de Lady Buchanan, ja femme de i'ambassadeui ■ anglais, dans lequel des dons anglais pour les sol dats au front étaient emmagasinés. Le personnel di • de pôt s'est enfui et les magasins ont cté démolis Une quantité de matières de pansement a été jeté, dans la rue et incendiée. 1 Des nouvelles fort inquiétantes arrivent aussi d'au très parties du pays. Dans le gouvernement de Vol ea, le feu fut mis à de nombreux moulins par les ré- 4 .. , • cVTv-V 'ft .*V« v'tvliA. ^CTI il v « ' il emmagasiné de grands stocks de marchandises.Dan; »e district de Bousouiousk, tous les moulins sont de venus la proie des flammes et plus de 100,Ou») pt/udf de provisions ont été défruits de ce fait. Démission do i'ifuîstre Ha terre françaii Genève, 15 mai;;. (Télégr. Privé.) — L'Agaac-, Havas annonce : A la suite des incidents à la Cham bre, le ministre de la guerre français, le généra f Lyautey, a donné sa démission. Au sujet du cours de ces incidents, l'Agence Ha vas annonce : La Chambre s'est réunie UKrcred en séance secrète, pour .a discussion des imerpei 5 latioûs relatives à 1 aviation militaire. A 9 h. 50 di s soir, la Chambre est rentrée en séance publique. Li président lit les ordres du jour pré&entés. Le gou vernement accepte i'orure du jour Eynac. Ceiui-c prend nt/tiiîcaiion des déclarations du guuvcruemen et compte que le gouvernement s'occupera d'aine '• ner une coopération étroite des différentes branche. * de l'aviation et développera d'une manière plus in tensive toutes les formes de i'aviaîion. Le mini sir r de ia guerre, généra] Lyautey, déclara qu'il étai d'avis qu'il vaudrait .mieux qu'il n'y ait pas de dé bat et qu'il serait convenable d'attendre que le s mesures prises aient manifesté leur résultat. L ministre fait remarquer qu'il ne suivra pas non plu les orateurs sur le terrain technique dans la scane a secrète, parce que ce!a pourrait compromettre la di c fense nationale. Les paruies du général furent ac cueillies par de vives exclainations de protestation s Quelques députés demandent que l'on rappelle 1 général à l'ordre, d'autres voient dans ses parole une offense du Parlement. En dépit de i'interventio a du président de la Chambre, M. Deschaael, les cri de protestation continuent. Renaudei présente un é demande de séance secrète, qui est adoptée. A 9 1 ■- 40 m. soir, la séance est interrompue et la sa'! évacuée. é Un télégramme postérieur de l'Agence Havas d encore : La Chambre a terminé la discussion de e interpellations relatives à l'aviation militaire et a a< cepté à l'unanimité l'ordre du jour pur et simpi accepté par le gouvernement. Pendant la séance s< à crête, le ministre d; la guerre n'a pas pris la pr rôle. 11 ne s'est pas montré au banc du gouvern, '.e ment. ,r La démission de- M. Lyautey est un rude coup pot la France. On avait placé de grandes espérances e ses capacités éminéntes, et l'on au~*y'ciait de lui ■e victoire. En outre, sa démission signifie un grar affaiblissement du cabinet Briand. Berlin, 15 mars. (Télégr. privé.) —On annon'< de Genève au « Beuiner TageWatt » : Le grout 2~ de Clemenceau a décidé de ne pas introduire d'i: si : terpeiiation au sujet de la politique générale, ma de persévérer dans sa méthode actuelle de l'abste-n tion au vote. Dans le milieu gouvernemental, régi V une certaine confusion au sujet de cette attitud l~ Le conseil ministériel s'est occupé également de : situation intérieure, sous prétexte que quatre de s; 's membres, notamment Ribot, Lyautey, Cl&nentel Thomas, n'ont pu revenir en temps utile de Lo: dres. Berne, 14 mars. — D'après le «Gaulois», lesche la de l'opposition ont déclaré dans les couloirs de é- Chambre, qu'ils persévéreraient dans leur attitui s- jusqu'à cc que Briand ait compris qu'une collsbor s I tion du Parlement avec lui n'est pas possible. Vu i { situation actuelle, il n'est guère possible qu'un ii I cident ne se produise pas à la première occasion.O cite comme successeur de Briand, le misistre R , bot, avec Barthou et Painleicé comme collaborateui ■j les plus importants. L'« Action Française » comb; s très énergiquement l'idée de renverser le cabine Par contre, Clémenceau croit quie les derniers ir cidents de la Chambre ne' sont pas le résultat d 3 manœuvres ; on ss montrerait mécontent à la Chan bre de la crise économique et de celle des transport! chose qu'on ne peut empêcher. L'« Œuvre » cent, nue : Briand ne dispose à vrai dire plus d'une ms jcri.'é, mais reste néanmoins au pouvoir. Néanmoiii cette fois-ci il n obtiendra fien par de belles parole ' e( de beaux discours, mais sera finalement forcé d ' se retirer. Le Départ des GSiâmeurs : susp&nriy fusp'â mmë ordn Berlin, 14 mars. — Des Belges influents apparte nant aux divers partis out. récemment adressé à S M. l'Empereur une demande d6 suspendre la de 1 portation forcée des ouvriers belges vers l'AHems gne et de rapatrier les Belges déportés. On vien d'informer les signataires que les vœux exprimé par l'intermédiaire du Gouvernement Général et de autres autorités compétentes seraient soumis à l e xamen attentif de Sa Majesté, tout en réservan , sa haute décision finaïe. Sur ces entrefaites est ar [ rivée une ordonnance de Sa Majesté, par laquelle toutes les personnes déportées à tort en AHemagn comme chômeurs pourraient rentrer immédiatemen 1 en Belgique, et par laqueiîe toutes les déportation forcées de chômeurs beiges vers l'Allemagne étaien suspendues jusqu'à nouvel ordre. L'ASSerrtagns et ia Chine Amsterdam, 15 mars, -r L'Agence Reuter mand de Washington : Le gouvernement chinois a romp les relations diplomatiques avec l'Allemagne. Liberté de pressa pour las neutres en Amérique. Ber.in, 15 mars. — Du « Beriiner Lèkal-Anrei ger » : On mande de New-York, que les autorités d marine américaines ont communiqué aux journaiis tes des pays neutres, qit. 1 ^ po^j.^nt. téiô&rgçài■ • ticïnsra la censure. Oh compte sur leur amitié e sur leur patriotisme. Vente de navires norvégiens à l'îtaiie. Berlin, 15 mars. — On .maude de Copenhague a <; Beriiner Lokai-Anzeiger » . Le «Nationaltidénde mande de Bergen, que récemment 10 vapeurs ont ét vendus par ia Norvège à l'Italie; parmi eux figur J le vapeur « Lovli », jaugeant 11,000 tonnes, vend pour 11 millions de couronnes. Les pertes anglaises. Rotterdam, 14 mars. — Les listes des pertes pi ' buées par les journaux anglais des 5, 6 et 8 mars contiennent les noms de 226 ofScicrs, domt 70 tués [ et 3,440 soldats. L'épilogue d'un incident du voyage de M. Gâiaïd. On annonce à Paris qa'O.vcar Pilug e; les quatr autres personnes qui furent arrêtées à Pontar.ier ps les autorités françaises au moment où M. Gerarc ambassadeur des Etats-Unis à Berlin, arriva e France, ont été autorisées à poursuivre leur voyage Les combats à la Marajowka. Berlin, 14 mare. — L'avance des puissances co. lisees à la Narajawka, qui nous valut outre le but! mentionné, 2 ouiciers, 25t> hommes, 7 mitrailleuse | et 2 lance-mines, a précédé une entreprise rus.; s j Les Russes avaient préparé une exp.o.-Ln circula | re de mines Quatre galeries avaient été établie s contre nos positions ; deux d'entre elles mesuiaiei de 00 à 90 mètres do longumr e: etaient déjà chai géès et comblées. Nos pionniers oîit fait sauter tôt tes ces galeries et oui en outre méthodiquement i foncièrement renforcé toutes ces positions. Elles fi rent occupées jusqu'à ce qvs tous ces travail s eussent été accomplis en tout repos.Le communiqi ,î de l'armée du 13 mars annonce que le nombre c prisonniers faits près de Zloczow-Tarnapol s'e: c élevé à 337. Les combat3 à l'ouest et en Macédoine. e Berlin, 14 mars. — Des attaques anglaises oi échoué près d'Armentières, ue Btcqnoy et de Gr< lt vilîers. Ni les feux violents de mines moyennes s lourdes exécutés préalablement, ni ia tentative d'à taqûe par surprise sans préparation d'artillerie, n'o e pu se rendre maîtres de !a garnison allemande. Pa .. tcut, l'ennemi fut repoussé avec de fortes pertes !_ en abandonnant de nombreux blessés sur place. F 5_ Champagne, les assauts furisux des Français cont la hauteur perdue 185 ont perduré. La hauteur m me ss trouve solidement en notre pouvoir, apr lr comme avant. Les troupes françaises opérant < a Macédoine entre les lacs d'Ochrida et de Presp 'a n'ont pas combattu avec plus de chance que les /! liés ati nord et au nord-ouest de Monastir. L'attaqi prononcée sur uu large front après une violente a je tion d'artillerie préparatoire a été renouvelée à t ■3 verses reprises, mais chaque fois, elle fut repotiss i_ avec de lourdes pertes, Lorsque les Alliés passère ;9 à la contre-attaque, les Français se retirèrent av v une rapidité frisant ia fuite. ie Contre- NorthcliSe. 2. Rotterdam, 15 mars. — A Zurich a paru le pi sa mier numéro du journal « The Great Anti-Nort î-3 cliffe Mail », qui prend position, sous le mot d'ord et « Northcliffe miist go » coritri le gfeatest war-mo r- ger » du monde entier. M. Goorexnan victime d'un accident, fs Londres, 15 mars. — L'Agence Havas apprend la Havre que, d'après les journaux, le ministre d'E ie belge, M. Cooreman, a été grièvement blessé da a- un accident d'automobile. ia J Mort de la duchesse do Oonnaught. t- j Londres, 15 mars. — L'Agence Reuter annonce n de Londres que la duchesse de Connaught est morte 1- mercredi. s Dans la navigation néerlandaise, 11 Amsterdam, 15 mars. — L'« Algemeen Hanrl&ls-blad » annonce que le gouvernement néerlandais a retardé provisoirement le départ des navires affiel tés par le gouvernement, départ .qui avait été fixé aejourd'hui, jeudi. Le projet Souds et les sous-marins. Frontière suisse, 14 mars. — Les journaux pari-s siens publient le texte du projet Goude concernant s la lutte contre tes sous marins, projet qui a été a adopté par les commissions de la guerre et de la marine à la Chambre. 1. Créer d'urgence une direction générale, chargée d'organiser et de renforcer une guerre aous-a marine offensive et défensive. » 2. Spécialiser les arsenaux de marine en vue de la construction de bateaux-patrouilles et de chasse-sous-marins, de sous-marins à torpilles, de sous-marins à canons et de sous-marins à mines, ainsi qu'en vue de la construction de navires marchands. t 3. Désarmer les navires qui sont dévalorisés par le développement de ia guerre sous-marine et af-3 fecter leur matériel aux divers fronts et sur mer, notamment sur les navires marchands, sur les ba- I teaux-patrouilios et sur les chasse-torpilleurs. —- ■MMBB'W» tu» — î DEPECHES t (Reproduites de l'édition précédente.) 5 , , , - La Révolution à Féiro|rad Pétrograd, 14 mars. — lé»égiamme ue i ag„i.c3 téiegrapmque de Pétrograd. — La révolution a écia- * té à Pétrograd. Une amputation executive,composée de 12 membres de la Douma a pris Je pouvoir, rous les ministres ont été mis en prison. La garnison de ia capitale, forte de 30,0^,0 hommes, s est jointe aux révolutionnaires. Jeudi (mercredi?) le troisième jour de a. révolution, I'orure a é.e rétabli à Pé«ro-grad. Le député Engelhardt a été nommé par ia dépuration, commandant de Pétrograd. '• i(. }' ^-„riyMsur-Ivrein, 14 mara. — Do Stcduiolm à } Oa" ,uJ :a l'i-auetori"»": un- tnaaae' Uc l'inlancter qu'à Helsiagfdrs on ignorait encore samedi soir, le premier mot des troubles de St-Pétersbourg, par contre le bruit citcuait que l'ambassade anglaise avait loué plusieurs immeubles à Heisingiors, pour le cas ou elle aurait été forcés de quitter St-Pétc-rs-a bourg. Copenhague, 14 mars. — D'après ies informations de Pétrugrad aux ..journaux suisses, les révolutionnaires auraient fait sauter le pont de la Neva qui relie le réseau des chemins de fer russo-finlandais. Des rassemblements extraordinaires ont eu ïieu jeu-' di dernier sur la perspective Nevvski, l'artère priu-'' cipaie de St- Fétersbourg. Des soldats essayèrent de ies disperser et placèrent des mitrailleuses capables de déblayer toute une rue. Plus tard la foule arracha un gendarme de son cheval, le piétina jusqu'à ce e qu'il fut mort et jeta le cadavre dans une boutique. * Les soldats reçurent alors l'ordre de charger la ' foule à :'arme blanche et blessèrent 150 personnes II Baie, 14 mars. — Du « Schweizer Press Telegra-rhe » : On mande de St-Pétersbourg à l'agence Fournier, que tous les journaux de St-Pétersbourg - sont interdits. La Bourse est fermée et ia circulation n dans ies rues interrompue. Le commandant des trou-s p.s de Sï-Pétersbourg a lancé une proclamation inter-disant tout rassemblement dans ies rues. La presse i- parisienne se montre très affectée des nouvelles de s St-Pétersbourg et lui consacre de nombreux articles. lt Les émeutes à Saint-rétersbourg. Borlin, 14 mars. — De Stockholm au « Tag » : Des voyageurs russes arrivés en Suède, qui ont assisté •' aux journées terribles des troubles de St-Péfers-bourg, déclarent que les causes de ceux-ci ne rési-x, dent point dans la cherté de la vie. 11 s'agirait ■e bien piutôi d'émeutes politiques, dirigées principa-e lement contre ia guerre. La police a cherché à fai-re attribuer l'excitation populaire aux prix du pain eî de la viande et provoqua elle-même des piiiages de magasins de denrées, jeudi les ouvriers grévistes quittèrent les fabriques en rangs compacts et se di-rigèrent vers le centre de la ville en criant : A bas le 5Î Tsar ! Qu'on nous donne la paix ! lis y furent reçus à coups de feu par des policiers arrivés en grande lf quantité, et de nombreux ouvriers furent tués. Ce r- fut le signai d'une révolte générale. Le gouverne-st ment essaya d'abord une conciliation par l'intermé-•n diaire de .d Douma de l'Empire. Sur le désir expri-'e mé par Galiti'ne, Rodzianko donna lecture d'une déclaration conciliante, mais toutes ces tentatives 53 restèrent vaines. Dès ia nuit de vendredi à samedi ies :n grands greniers de la fabrique de cartouches de la a> rue Golodajo, sautèrent. Le lendemain matin toute la ville était sens dessus dessous. 10 D'après des tableaux concordants, St-Péîersbourg c" ressemblerait à un théâtre de la guerre. Le peuple prend d'assaut les magasins et les bâtiments pu-:s blics, et la police tire des coups de feu. Duos les rues nt principales des mitrailleuses sont dressées. Le tra-^ vail est suspendu partout, eî l'on prévient tes gens de ne pas s'aventurer dans ies rues-. Les journaux ne paraissent pas régulièrement. De grandes affi-e- ches invitent le peuple à rester chez soi. h- La politique économique après la guerre, re Berne, 14 mars. — L' « Humanité » et le « Jour-n- nai du Peuple » commentent en termes très favorables une brochure de la « Ligue pour les droits de {'homme », au sujet de la politique économique aprè; lu la guerre où l'on combat l'exclusion du commerce tat allemand et son boycottage systématique. L' « Ac ns tion Française » attaque les deux journaux en question, ainsi que la « Ligue » et demande l'union na tionale e.'i matière commerciale, politico-c3nunej» ciale et industrielle. La Mexique et l'Union. Genève, 14 mars. — Du « New York Herald » de Paris : Le cousu! américain à Mexico a engagé les citoyens des Etats-Unis à rentrer au pays. Rotterdam, 14 mars (Havas). — Près da Philadelphie on a coupé les fils télégraphiques et on a détruit également les rails de plusieurs grandes lignes de chemin de fer de Pennsylvanie et d'autres régions. Pour économiser du toanage. Amsterdam, 14 mars. — Le « Times » annonce que te ministère des affaires étrangères a informé l'Union cotoonière de Liverpool, que la gouvernement aliait interdira toute exporration de coton brut, sans autorisation spéciale, en vue d'économiser du tonnage. Les vaisseaux hollandais retenus en Angleterre. Amsterdam, 14 mars. — De Rotterdam à i' « Algemeen Handclsbiad » ; De nombreux vaisseaux hollandais, chargés de céréales, se trouvent encore dans le port de Faimouth, sans qu'on pourrait dira quand i.s pourront reprendre leur route vers ia Hollande. On dit à Rotterdam que les navires néerlandais ont reçu l'ordre do mettre le cap sur Truro, petit port du Cornouailles, par suite de l'encombrement du port de Faimouth. Les embarras de l'Amirauté. / '' La Haye, 14 mars. — Les pourparlers se poursui- r' vent entre l'Amirauté et les représentants des Chambres de navigation anglaises au sujet de 1 armement des navires marciiancs. L'Amirauté anglaise est dans l'embarras faute de pouvoir se faire fournir assez de canons pour- satisfaire à toutes les demandes ; e-iie a passé un ordre important aux Etats-Unis, mais ;i ne peut être exécuté en ce moment, le gouvernement américain ayant besoin de tous les canons à tir rapide pour armer ses propres navires. Les fabriques de canons américaines ont reçu l'ordre de ne plus livrer jusqu'à nouvel ordre ies canons achevés et ceux en cours de fabrication. Un Anglais commente le curne de l'Angieieïïe. Nous lisons dans le « Deutsche Tageszeitung » : Amsterdam, ! 1 mars. — Dans uu commentaire au sujet des discours de Snowoen et de Treveiyan, le « New Stausruan » publie encore queiuues déiaiist • des-discours-«es doutes il la Chsmbre' des Cota- ' ' mtines, au sujet desquels les journaux anglais gardent en grande partie le silence. Une grande partie du discours de Snowden a prouvé que l'Allemagne n'est pas série responsable de ta guerre, qu'elle est même moins responsable et qu'eue s'est moins préparée à la guerre que les pays de l'Entente. Snowden a également parié des cruautés qu'on reproche à l'Allemagne et déclara que les plus grandes cruautés étaient plutôt à charge de l'Angleterre. Le» exécutions et les flagellations commises par les An-g ais ont provoqué i indignation en Angleterre. Le « New Statesman » demande si ia perversité peut être plus grande et répond : « Peut-être bien, car Treveiyan a déclaré qu'il valait peut-être la peine de continuer la guerre pour rendre indépendantes toutes les nationalités dans les Empires européens. » Avant l'exécution de Briand. ' ( ^ Baie, 14 mars. — Du « Schweizer Puss rele- sj graph » au sujet de l'ajournement des interpellations concernant la politique gouvernementale, jucqu'au 20 mars . La situation du ministère reste fiottantc, mais toujours extrêmement tendue. Lors de la seance de ia Chambre, à laquelle prirent part Briand, viviani, Glémentel et litam, et à laqueue assistaient ua nombre imposant de députés et d'auditeurs, on discuta ies événements se rapportant au scrutin oe vendredi dernier, où 22 députés se trouvant en congé avaient été englobés dans ia majorité gouvernementale.Le député Favre se iivia à de violentes aua^ues contre Briand, au milieu d'un grand tumulte et d4 vifs incidents, ii dit que celui-ci n était plus ca^aoïc de diriger le gouvernement et ne disposait plus d« ia majorité. Le groupe oppositionnel «pour l'Action nationale* avait décidé dans la matinée de ne point taire d'interpellations et de s'abstenir au cas où ia question de contiance serai! posée. La Chambre passa donc à l'ordre du jour et uiacu-a ia question des assurances auxi aires oilicielies. Ceci donna lieu a de nouveaux et viis incidents. Le député Bouge de Marseille, fut violemment pris à partie par les- socialistes. Il y eut du vacarme et la trauquidité ne put être rétabie avant longtemps. Le projet fut ensuite adopté en première lecture. Le « Gauiois » apprend de milieux parlementaires, qu'on y considère ia situa-ion ministérielle comme trcc tendue,et que ie verdict ne pourrait être ajotyné pendant longtemps encore ; la décision devrait se produire dès mercredi ou jeudi, lors de la discussion de l'interpellation concernant l'aviation; il est probable qu'une partie de la séance de la Chambre, aura lieu à huis-clos et non publiquement. Le « Gaulois » apprend en outre, qu'on ne croit pas à ia retraite volontaire de Briand. On cite parmi ses successeurs possibles : Ribot qui aurait comme collaborateurs principaux, Barthou et Painlevé-; la président de la Chambre, Deschanel, qui deviendrait président du Conseil, ainsi que îe séuateur Pams, qui fut autrefois candidat à la présidence de la République et évincé par Poincaré. La situation économique en France, Christiania, 13 mars. — Le correspondant à Paria du journal « Tidende » lui écrit que la situation i économique en France devient de plus en F1 us cri< tique. Par suite de la diminution des transports, la pénurie de charbon est extrême et diverses denrées, le beurre et les pommes de terre notamment, sont presque introuvables. " CINQ CENTIMES Vendredi 16 Mars 1917 4m* Année - N, $85 - Ed. B failli «» toaa»e«»»bk»cabek: ■i«'rnniwu"»«,.ir w i u—naoB—af

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Périodes