Le bruxellois: journal quotidien indépendant

284 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 01 Fevrier. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 24 mars 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/k93125rf2j/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Jouraal Quotidien indépendant Rédacteur en Chep : en é , Armnnd Rédaction, Administration, Publicité, Vente : BRUXELLES, fô, RU!-. HENRI MAUS ■ abonnement postai, éd. g Bruseflcs - Province - î franger 3 mois î Fr. 4.50. - Mit. 3JliO Us bureaux êz ponte :a Ee2gi«}ïre et b l'Ur*wf?< r'acwimrHt <*r • «tes afxmnvjr»et'U rWMKSlVWiKSîoywi-cJ jafyfn uj cc»3ts î<i 1*)a»V. 1 Avtît I JfiLLÏîT î Ocr^SK -On n«j{ ï.'âî»0ttff touîefoià pouf îc> «tfux «Vjrnier^ mote oi» mênt? pour lé1 riernieî mois de cl;sqiiô iviniestre ^t*. pF»ï tl? • 2 Mots * T Mots Fr 3.00-Mk^.40 Pr l.SO-^i î.20 TSRÂGSE : !«O.OO0 P*R JOUR ANNONCES — La ligne Faits divers et fxiios . fr. 3.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales '. 1. 0 i.« fi;;. odères . . . 1.00 PET1TFS ANNONCES î.a ;>etUc ligne 0.50 L» grande 1. .ne L<*0 TfRACSEî'fO-OOO PAR JOUR DERNIERS COMMUNIQUES OFFICIELS M.u.iuA<ii)a BERLIN, 31 janvier, midi, officiel : IhéJirc tic la pierre à l'Ouest. Le i,ci rigoureux et d'abùiidunUs tombées de n^ige ont restreint l'action. A la frontière lorrain», près de Leinirey, la lutte d'artillerie a été intense depuis inùii. Le soit, les français on' attaqué tint piutii de nos positions; ils ont été repousses. lucane tle t;i «pierre à l'j tst. • H-oiti au feltiuiurecliul admirai prince Lcopoitl do Itavierc ; Sm lu rive est de l'Aa, nos tioupes ont iris d'as-mut une position tusse dans la /orée et de là ont repoussé plusieurs vigoureuses < ontre-aitaques; 15 officiers et plus de 900 soldats ont rte faits prisonniers, et 15 mitrailleuses captuiées. l'fout ou y «rclilflue Joseph; Après une canonnade violente, les Russes ont ul- a plusieurs reprises les positions au nord <ù la renie de Vakpulna. Deux vigoureuses attaques Oui échoué. Pai un troisième assaut, un détachement russe a réussi << pénétrer dans un point ri appui.Uruupo d'armée du fiiMmuréchal s!' nérat v fif » \tok«««en : il proximité du Danube, de foits détachements u teUiiicnrs ennemis se sont avancés; ils ont été refoulés par les postes oit ^naiis. FroiU luacetluniCM : Des écltiircnrs allemands ont ramené; plusieurs lUniens prisonniers a'me reconnaissance dans ta boucle de lu Czerna. Bt.RUN, 30 janvier. — Officiel, soir : A l'ouest activité eomhatiive de tranchées habituelle. V A l'Est de nouveaux combats sur l'Aa sont terminés en aoi'-e faveur. tsur mer. BERLIN, 30 janvier. — Officiel : Au mois de décembre 152 navires marchands ennemis, représentant un tonnage total de 329,009 tonnes ont Hc perdus par suite du fait des mesures de guerre des Puissances Centrales .Dans ec total l Angleterre ligure pour 240,000 tonnes. En outre, 65 na rites marchands neutres leprésentanl 60,500 tonnes, ont été eoalés pour avoir passé de la contrebande « tennemi. Le Mai j*mw meia- du A-' j.»m fnvv. s'élève ainsi à 415,'00 tonnes. Depuis le dcbni de la guerre 4,021,500 tonnes Je navires marchands ennemis oui été perdus pat les mesures de guerre des Puissances Centrales, et ce dapiès les pc'les de guerre publiées dans le courant de l'année. Dans ce ehiffie l'Angleterre inter rient poui 3,069,000 tonnes, qui représentent à peu près 15 p. c. du tonnage anglais au début de la guerre. Dm mit le même laps de temps 401 navires neutres représentant un total de 537,500 tonnes ont été coulés ou jugés de banne prise par les forces de combat maritimes allemandes, du chef de transport de contrebande. BERLIN, 30 fanv. -- Nous apprenons de source autorisée, qu'au début de la guerre 09 navires ennemis représentant tin tonnage de 189,000 tonnes dont 75 navires anglais avec un tonnage total de 175,000 tonnes ont été saisis dans les poits des Puissances Centrâtes. AUTRICHIENS VIENNE, 30 janvier. •— Officiel : l'héâtre de la guerre a l'Eisl. /îucuii événement particulier sur tout le Uonl. riieàlre de ta «uerre italien. Des entreprises de nos troupes dans la région de Gorz ont encoie été couronnées de succès. Près de Çostagnevizza des détachements du régiment d infanterie n. 1 ont pénétré, dans les positions ennemies, se sont rendus maîtres de plusieurs compagnies italiennes, et ont détruit leurs tranchées, après quoi ils ramenèrent prisonniers 6 officiers et 140 soldats et capturèrent 2 mitrailleuses. A l'est de Vertoïba, des détachements du régiment d'infanterie de la Lanisturm u. 2, ont exécuté un coup de main analogue, qui leur a valu 27 prisonniers et la capture de 2 mitrailleuses. Les localités que nous occupons entre le lac de Gurds et la vallée de ! Adi-ge se sont trouvées également exposées hiei au feu ennemi. BULGARES SOFIA, 31 janvier. Officiel du 30 janvier : Front en Macédoine : Dans quelques secteurs seulement, fiable canonnade, sauf dans les secteurs ai: nord-ouest de Bila-lia (Monasiir). Dans la région-de Aiaglena et dans la vallée du Wurdar, par endroits feu de tirailleurs et des mitrailleuses, ainsi que des lance-mines. Au sud de Sercs, engagements entre patrouilles. Front en Roumanie : Rin d'essentiel à signala. FRANÇAIS PARIS, 30 janvier, 3 h. p. m., officiel : Sm la rive gauche de la âlcuse, une attaque à la giethide dirig e sur une de nos tranchées dans la région de la côte 304 a été. brisée par notre feu,sans aucun nvtre résultat qiu des peites pour l'ennemi. Au nord de Badonvaler, un coup de main cnni mi a échoué. Nous avons fait des prisonniers. En Hau-ti Alsace, nos batteries se sont montrées actives 'lans la région éi i'csi di Srppois. Canonnade intermittente sui te teste du )i<ut. PARIS, 30 janvier, Il h. p. m., officiel : Entre Sofssons et Reims, nous avons arrêté net, par noire feu; deux tentatives de coups de main; l'un dans le secteur de Soupir, l'autre dan s la ré gion de Heaitlne. A lions a'artillerie assez rives en Lorraine et sur quelques secteurs des Vosges. ^..Canonnade intermittente sur le resfe du front. Sur uter, PARIS, 31 janvier. (Couru, ojf. du ministère de lu marins, française.) — Le vaisseau de la compa-g<iie maritime des Chargeurs Rtunis <Amiral Ma-gono, qui tianspoiij.it 900 hommes de tioupes dans la légion de Salonique et qui était accompagné du lùiUre-torpilh ur ».4rc», a été torjyillc L 25 janvier pai un soiis-marùi ennemi. Le périscope ne fut aperçu qu'au moin'ni oét la iorpilk avait d' jn < té-lancée. L » Amiral Magonu a sombré en dix minutes. 109 hommes ont été sauvés pat le conlte-toipil-leur accompagnaient et pai le CGnlre-torpilteur ' Bombarde» ai'i se houvuii M patioitille non loin du lieu d'accident ei qui est arrivé en pleine vitesse. U commandant et l'équipage du «Magon», ainsi que la iroupt s ont montré une attitude excellente. L'état-major et l'équipage de l' nArc» ont donné des preuves de la pins grande abnéga'ion. Les hommes se sont jetés éi la met à plusieurs reprises, malgré le mauvais temps, afin de s'approcher des soldats du navire torpiii ' et pour les ramener « bord. La plupart des victimes ont été tuées immédiatement ptu l'explosion. RUSSES PETROGRAD, 29 janvier. — Officiel : . Dans la légion ae Riga, l'ennemi s'est bonté à bombai det nos uanchées au sud-ouest du village de Potntoza; à 10 ventes au sud de Brzezany, durant la nuit du 26 au 27, nos troupes se sont emparées à la baïonnette de la première ligne de tranchées ennemies, malgré une série de contre-attaques a-eharnées, prononcées par les Turcs, qui ont été repoussés et au subi de sérieuses pertes .Nous sommes rentrés dans nos positions, après avoir fait soûler six galeries de mines ennemies et bouleversé les tranchées de n .s advetsaires. Les Turcs nous oui ensuite attaqué à deux reprises, mais ils ont été rejetes. En nous emparant des tranchées ennemies no-us avons fait prisonniers l officier et 28 soldats turcs. Au cours du combat livié le 27 janvier au nord-est de Jaeobeny, nos détachements ont fait prisonniers 30 officiels et plus d'un millier de soldats.ITALIENS ROME, 30 janvier. — Au front du Trentin, l'ae-lii'ité habituelle de l'artillerie. Au front julien, l'ennemi a tenté quelques petits coups de main contre no* tilfjï' s fil 1 «'-jfMUSÉ Uii. i'A- sur le Harst ; il fut toutefois re/missé partout, ait cours de combats brefs mais vifs. Il a laissé quelques prisonniers entre nos mains. ANGLAIS LObDREù, 29 janvier. — Nous avons effectif une poussée contre les ligues ennemies au nord-est de Vermelles, au cours de laquelle nous avons iancé des bombes dans les abris ennemis qui ont infligé de» pertes à l'ennemi. Nous avons pénétré dans les positions ennemies au nord-ouest d'Armentières et nous nous sommes avancés jusqu'il h troisième ligne et avons détruit les abris et ce qui s'y trouvait. Dans les transitées, un iiothbre considérable d'Allemands a été tué également; quelques pi-isonnicrs ont été ramenés. Une assez vigoureuse activité d'artillerie a régné au noid de la Somme dans le secteur d'Y près, où nous avons provoqué un incendie dans les positions ennemies. Notre artillerie lourde a travaillé au nord de l'Ancre et contre le quartier général ennemi u Lens. Nos avions ont accompli beaucoup de travail heureux; quelques combats aériens ont eu lieu, av tours desquels un avion ennemi a t ' détruit. L'n des nôtres n'est pas rentré. Dernières Dépêchés \n Ht'iehstng, Berlin, -31 janv, — La commission centrale du Reichstag se réunit en séance cet apr." s micîi à 3 b. Le Chancelier assistera à U séance, et l'on t'attend à ce qti ii y fera des déclarations importantes rcla-ti\es ;< la situation générale politique et militaire. Tout fait prévoir que la séance aura une importance spéciale. Car nous apprenons que les députés n'appartenant pas Jl la commission ont également été sollicités expressément ù assister à la séance à titre d'auditeurs. La «Berliner Borscnzeittuig» annonce que le Chancelier fera probablement des communications importantes relativement à des décisions prises. 11 exposera les motifs qui ont engagé à prendre ces décisions. M tiiii'i ste du Ciniv.il d'Elu polonais à Wiison. Varsovie, 30 janv. - Le conseil d'Etat provisoire a adressé, ditns sa dernière séance, au président américain Wiison ic télégramme suivant au sujet de sa note pacifiste : Le conseil d'Etat provisoire du Royaume dé Pologne qui a été convoqué conformément à l'acte du 5 novembre 1016, par lequel les monarques de l'Allemagne et de 1 Aua'iche-Hongrie ont ptoclaino solennellement ia résurrection de l'Etat Polonais, a pris connaissance avec bonheur, Monsieur le Président, de votre note. C'est la première fois dans la guerre actuelle, qu'un chef d'un puissant Etat neutre et en nvme temps le premier représentant d'une grande nation, ait déclaré officiellement, qu'y, sa conviction l'indépendance do l'Etat Polonais est la seule solution juste de la question polonaise et la condition essentielle d une paix petmanente et équitable. Le conseil d'Etat provisoire polonais, comme début du gouvernement de l'Etat qui est sur ls point d'être consumé, voua adnsse, Monsieur le Piésiden», en son nom personnel et au nom de la na.ion polonaise, sa profonde reconnaissance et ses respectueux hommages pour cette noble et prudente appréciation des droits (lu peuple polonais. Comnwut on s'ima>;i<: ait ia u>t' rre <*t Roumanie. Nous 'isons dans les » Deutsche Kriogsnochrie'u-tenu : La demande de l'Entente que la Roatnauiç soit égaletftent indemnisée lors ia conclusion de fe paix, est très encourageante, si ca Ht te desciip tiou faite par le correspondant de guerre de 1' «Al^ geme-en Handels'olad » au sujet de l'opinion qui règne dans la vr'le conquis., de Bucarest et dans laquelle il expose les raist-us pour lequelks Hs Rott manie s'est laissée entraîner dans la guerre. Le Hollandais demande : Est-ce que l'orgueil es: jamais tombé si rapidement et si radicalement? Et il donne la réponse suivante ; Dans les cinq jours que j'ai passés à Bucarest, je me suis entretenu avec de nombreux Roumains : des gens du couple, de la classe moyenne, des soldats et officiers prisonniers, des politiciens, des adversaires de Braiianu — ses partisans s'uant réfugiés à Jassy. Tous cs<j entretiens mont laissé l'impression que les Bucp.restois, qui généralement s'occupent assidûment de 'a politique et avant tout de la politique étrangère et de la .validation de leur idéal de la Grande Roumanie, ne voyant pas et y comptant bien, qu'après la déclaration de guerre à l'Autri-che-Hongtiê, l'Allemagne ne serait pas intervenue. Des Roumabis intelligents m'ont déclaré à différentes reprises : « Si nous eussions su que l'Allemagne aurait aidé i'Autriche-Hongrie, nous n'aurions jama's abandonné notre neutralité. » La Roumanie s'était imaginé ce qui suit : Guerre avec l'Autriclte-Hcngrie ! Rupture des relations avec l'Allemagne, ia Bulgarie et la Turquie l Invasion de la Transylvanie, où il y avait jusqu'ici des troupes ennemies! Une victoire facile sur !a Monarchie du Danube, qui était très occupée contre la Russie et l'Italie ! La Roumanie agrandie par l'annexion du territoire hongrois jusqu'au Theiss! La grande Roumanie réalisée par la répétition de ia taciiqtvs de 1913, mais avec un peu plus de déplcyemtnt de forces î Voilà ce que Bratianu s'était imaginé. Cest ainsi qu'agissait la Reir.e, dont l'influence politique ne peut être prisé trop haut,en 'aveur d'une guerre con tre les puissances centrales.1 Et le Parlement qui se maintient et tombe avec le gouvernement, ainsi que la clique des fonetfonna-'res, qui donnent le ton, mais qui arrivent et n2rter,l,^e le tcuverucimcnt. l'ont énergîquement appuyé)] L'abus d'^s navires-hûpMa tix par l'Kateott. Berlin, 30 janv. — Le gouvernement allemand possède des preuves convaincantes qu'on abuse de nouveau des navires-hôpitaux ennemis pour le transport des munitions et des troupes. Il a communiqué ces preuves par voie diplomatique aux gouvernements anglais et français et déclare en même temps que le transit des navires-hôpitaux entre la ligne Flam'oorough Head-Terschelling d'une part et la ligne Ouessant-Landsend d'autre part, n'est pas vu de très bon œil. Il est loisible aux puissances ennemies d'opérer le transport de leurs blessés et des matedes appartenant à l'armée, par des voies situées en dehors de cette région. Au cas où elles voudraient continuer rius longtemps un emploi plus abusif des navires-hôpitaux, contrairement au droit des gens, le barrage des voies maritimes resterait question réservée. La question des muni lions et «kis vivres à Londres. Amsterdam, 30 janv. — Les journaux de Lon-dies publient un appel pressant à 20,000 femmes, pour travailler dans les fabriques de munitions, à raison de 27 à 30 shillings par semaine. Le contrôleur du ravitaillement dément ia communication de Henderson, d'après laquelle le ravitaillement de le population s'opérerait par voie de ration. D'un autre côté, les journaux anglais annoncent l'introduction des cartes pour une certaine catégorie de vivres, et qu'un plan aurait déjà été élaboré dans ce sens. Poliliqur navale des alliés dans la Méditerrannëe. Londres, 30 jan". — A ia conférence maritime qui a été ren-ie à l'Amirauté, afin de discuter ta politique navale des alliés dans la Méditerranée, ont assisté les délégués suivants : Sir Edward Car-son, l'amiral Jellicoe, le commodore Halsey, le vi-ce-amiral Sir Henry Oliver (Angleterre), le ministre de la marine Lacaze, le chef de l'Amirauté de Bon, le contre amiral Fatou, l'attaché naval de Lostende (France), le ministre de la marine Corsi, le contre-amiral Msrzolo, l'attaché naval Villarey (Italie). Y assistaient en outre : le ministre des munitions italien, général Dallolio, le directeur du département de la navigation française de Joly et le sous-secrétaire d'Etat italien pour l'offlcc de transport Ancona. La conférence a étc ouverte par un discours du premier ministre anglais, qui a expose aux délégués les propositions anglaises pour une collaboration plus intime et plus efficace des flottes alliées dans la Méditerranée. Déclaration d'un ministre attelais. Louât 31 jua\ .-i. — D'après lo « D<j :Ly Mail » lord RlioutMu, du eabtucJ, a dit d-ans u :0 réunion, à N wpoii : « Le gou-\ ixrjm :. t a le droit absolu dû meUi:j au service du pays, nom. seulement les hommes ai âygo mililait , mais aussi l'ens tubk do ia fur-t u; - publique H (oui <> L-i juopi'iétéa du ]>;iys..i> 1 a ajouté qu'il tiA croyait loul fo s pas qu'il fût déjà è< s-.rii de teoomh à pai-uHi< «u- HUI'C. 11. W'iUon us-j de son droit de. veto, X w-York, 31 ja.'ivier. — M. Wiison u opposé ' ia vélo au projet de loi sur l'immigration déposé réc'-'nini! ni à la. Cliambi d. s i<?-présentants, et te;.xla: l à défe ike aux illettrés ; "accès, du pays. DEPECHES (Rep/oduiies dt l'édition précédente.) La sHnaOott mHitoieis Berlin. 30 Janv. - Les Français ont renouvelé également hier vainement leurs tentatives de reconquérir les tranchées perdîtes sur te hauteur 304, qui dominent la vallée encaissés: d'Esmes et >» ro. 'e très importante qui y donne- accès. Après une vigoureuse action d'artilleiic pendant la journée, les préparatifs pour une attaque française ont éte reconnus vers 5 heures du soit. Un violent feu d'artillerie allemand a fait avorter l'attaque. Vers 7 h. ou soir, les Français ont prononce une poussée, qui a été- repoussée facilement et supéitcurcuunt. Une attaque, déeianchée à nouveau à 7 h. 45 m. a subi le même sort. La nuit s est passée dans le calme. Au front russe le froid sensible, dans quelques secteurs jusqu à 20 degrés au-Uessous de in o, gêne l'activité combattive. En Roumanie un froid rigoureux règne également à côté de violentes tour mentes de neige. Ia» froids «**» Kea»te<\ Paris, 30 janvier. — Les journaux français a» noncent que la dernière teaapéte «le neige, qui a sévi sur tout le midi de la France, était accompagnée d'une température excessivement basse, qui a causé de grands dommages aux cultures de ces provinces et les a tnème détruites en certains endroits, A Bordeaux, le thermomètre marquait 3 degrés sous zéro ; periouî 1 eau était recouverte de glace. Secousses sismiquf; Vuti-kh»'. Gratz, 30 janvier. — Le 29 on a ressenti dans cette ville une faibie secousse sismiqne, tandis que de la Stvrie méridionale on signale un violent tmn blement du sol. Tenipèlc de jreMje eu Italie. Berne, 30 janvier. — Les journaux suisses annoncent que de nombreuses provinces italiennes ont souffert de tempêtes de neige effroyables, accompagnées de froids extraordinaires. A Venise, au moment de la marée, la tempête a chassé l'eau jusque dans les nies et sur (et places publiques. A proximité du pont-rail, le Liùo était recouvert d'une mince couche de glace. A Florence, tous les fils téléphoniques se sont rompus. Les communi-" ticiis pur chf œiu de 1er entre Rome et Turin on. été interrompues par suite de 1 amoncellement de ia neige sur la voie et de la rupture de ponts. Les victimes du lr*'iiiflf.it»a.tt de t<yrre aux Irndes néteTtandaisife. La Haye, 30 Janvier. — Le département des colonies vient dêtre informé par le gouverneur-général des Indes néerlandaises, que lors du tiemble-ment de terre, qui s est produit dans l'île de Baii, 800 personnes à peu près ont été tuées ou blessées, d'après les renseignements déjà reçus. Le ntdilansme prussien. Berlin, 30 janv. — On évrit d'Amsterdam au «Vorwarts», au sujet de l'action paciuste socialiste: Snowden a déclaré récemment, ûaus une réunion, que si des gens parlent de te destruction du militarisme prussien, ils parlent d une chose qui n'existe pas. Le iniiitatisme n a pas de limites géographi ques. En commentant la note de réponse à Wiison, Snowden a demandé : Quel intérêt i'Angleterre a. t-eîie à ce que te Russie possède Constantinople ? Finalement il attaque véhémentement les projets de 1a coaterence économique de Paris. Ii n'y a pas de paix possible pour l'Europe, si i une moitié des nations veut peidre l'autre moitié économiquement. Si 1 Angleterre se joignait à une pareille communauté protectrice, sa tiotte deviendrait le plus gros outil de tyrannie du monde. Opinions tiutU'iutcs. Bei lin, 30 janv. — On annonce de Lugano au «Berliner Tageblatt» : Le général Marazzi réclame dans le «Giornate d'iîalta» I introduction d'une dictature militaire de l'Entente. Ce n'est que de cette façon que 1 Entente peut battre les Puissances een traies qui lui sont supérieures par leur organisation et leur commandement. Marazzi dit au sujet de te situation militaire : Au front de l'Ouest, les Anglais et les Français sont beaucoup trop éioign :s de 1 Allemagne pour pouvoir atteindre Je territoire allemand, et quant au front de l'Est, comme les Russes pourront difficilement délivrer îa Roumanie, la presqu'île du Ba'kan petit être considérée comme perdue. La Chine viendrait aussi a lu Conférence dv la Paix. Stockholm, 30 janvier. — On mande de Pékin que le Parlement chinois a nommé une commission spéciale pour s'occuper des questions qui seiont soulevées par les représentants de la o'nine, à la conféi encc de 1a Paix, après la fin des hostilités. Le rationnement ni Angleterre, La Haye, 30 janvier. — Le « Nieuwe Rotter damsche Courant » apprend de Londres que le député ouvrier Andersou, membre de la commission gouvernementale, pour les prix des vivres, a dit dans un discours, prononcé à Leicester, que sous peu la population sera mise à te ration, suivant un système de cartes d'alimentation. L'éptii&em ut d'1 la Franco et de l'itaHe. Lrgano, 30 janv, — Le « Popolo d'Italia » s'attend à une décision très prochaine de te "guerre, te France et l'Italie étant sur le point d'être épuisées faute de ressources linancières et faute d'hommes. Renirrriiincnts de l'I'kraino à M. VVUson. On mande de Berne que le bureau ukrainien établi en Suisse a exprimé son admiration et sa gratitude à M. WiLon, au nom des Ukrainiens. L"s e n rit'u-es ojiitMo:».-> d'un ip'néfai ilali» n. Rome, 30 janvier. — Le général Marazzi a écrit dans le « Giornale d lialia » un article, dont on télégraphie quelques passages curieux. 11 demande- rt'it que fou instituât un- dict&it're militaire dans les pays de l'Entente. D'aprîst lui, seule cette die-letiire pourra mettre l'Emene à m^me de 'oattr les Puissances Centrales, qu'il estime supérieures put leur organisation et leur commandement. Au sujet de te situation militaire, le général Marazzi atrait ajouté : Au front de ! Ouest, les Anglais et les Français sent beaucoup trop krigoés de l'Allemagne, pour arriver à atteindre le territoire allemand ; en ce qui concerne ?e frtnt de l'est, il convient de considérer les Balkans comme perdus, car les Russes pourront bien difficilement délivrer te Rcumanie. ViiM*i «Pw i ;jiiwtmI anglais. Londres,, 3<) janv. — i-u générai de brigade Vv'al-tei Long, fils aine du seorttaiie a fcîat ces Colonies. M. \\ aller Long, a t.e tue a 1 ennemi. Ur» diseooïH du onihs.'fv ir-n ritals-ï'nî-, a t^mslauMitopif. O.'ttstaatinopîe, 30 tsr;.. — Le nom eau ministre ries Etats- Unis, M. Abraham Eifcus, a prononcé uu important discours à te séance annuelle de te Lnam-bre dC-Xoinraerèt américaine à Constantinopie, à. laquelle il assistait pour te première fus. L'orateur a déclare qu'il espère qu après te signature de la paix, au rétablissement de laquelle le président Wilaou travaille sérieusement, les relations économiques erttre les Etats Unis et ia Turquie pourront se développer et que de nouvelles lignes ae navigation, promises au plus bel avenir, seront créées entre l'Amérique ei te Turquie. Le ministre a répété avec insistance que te paix doit apporter à toutes les nations te iiberté des mers. M. E'Vus a déciaré ensuite, pour donner un exemple de te force économique des Etats-Unis, que ! Union possède actuellement un stock d'or dépassant ceux de tous tes pays belligérants réunis. fr'rn de la oreve <)<' Saraifosse. Madrid, 30 jan.v. — Les ouvrier? métallurgistes <.!„ Satagossc ont repris le travail. La situation poiiuque au iapon. L' «Agence télég aphique oe Péirogra^» apprend de Tokio que te motion de méfiance déposée à la Chambre, à l'instigation du parti Kokttminto, portait 230 signatures. Le parti Ko'kuminto compte sur un important accroissement de voix en sa fa\ eut1 aux prochaines élections. La guerre niartiitm'. Berlin, 30 jaiiver. — Un de nos sous îrta.itis a coulé du 18 au 25 janvier, en dehors des destroyers angla:s déjà signalés officiellement, encore 17 navires jaugeant globalement 18,050 tonnes bru tes. Parmi le charg ment des navires coulés, il y avait 5000 tonnes de blé, environ 7000 tonnes de charbon, ensuite notamment du bois de mine, de te phosphate et autres marchandises de contrebande.Christiania, 30 janv. - D après une information dit « Sjoffaortst'denae » de Bergen, te vapeur « -Hallbjerg a appartenant au port de Bergen a quitté New-York à destination de Bordeaux avec un chargement de marchandises variées .Depuis lors on eet sans nouvelles. Maintenant le capitaine mande de Vamdrups que le vapeur a ét« coulé le 4 décembre, par 2CJ de latitude ouest et que l'équipage a été sauvé. Le journal estime qu'il n'est pas improbable que le vaisseau ait été coule au cours de 1a récente croisière allemande dans l'Aitantique et que l'équipage de ce navire norvégien est le même, qui avec d'autres marins est arrivé à Swinemtinde, le ol décembre, à bord du vapeur « Yarrovdale », capturé par les Allemands. Marshal (Danemark), 30 janv. — Le brick-schoo-ner « Vega » de Copenhague, qui faisait route de l'Angleterre vers fa France, avec un chargement de poix a été coulé le 24 janvier par un sous marin allemand. L'équipage est arrivé au Morbihru en France, Las Paimas, 29 janv. (Reuter). — Le vapeur hollandais «Maaslandij a débarqué 10 hommes de l'équipage du vapeur norvégien i.Tha ras étend», qui a été coulé par un sous marin allemand. Berne, 30 janvier. — On mande de la Corrgne, aux journaux !>onnais, que lequipage du vapeur anglais coulé ; « Jevington » et des vapeurs nor>é-giens « Dornstadt » et « Fulton » ont débarqué ici. Copenhague, 30 janv. — D'après le Lîoyd, le vapeur danois « "O. B. Suhr » J 1,000 tonnes) a été coulé. Le « Natior.altitende » déclare par contre : « Il n'existe aucun motif pour croire que le vapeur ait été coulé. Il est bien plus probable que le vapeur a sombré après avoir touché une mine. Le navire transportait des marchandises variées d Angleteire au Danemark.Il n'existait d 'ailleurs aucun motii pour couler le navire. En outre, ii est probable que la catastrophe s'est produite dans te mer du Nord, non loin de Newcastle. c'est ce qui rend également vraisemblable que le vapeur aurait heurté une mine. L'équipage a été sauvé par le vapeur danois « Jacobsen u qui faisait route pour Copenhague. Le vapeur danois « Express » a ramené ici hier, l'équipage dn vapeur norvégien « Decox », qui a été coulé, d'après les dires du capitaine, vendredi matin daus le Sksger-Rack. Il était chargé de bois et {aisait route de 1a Norvège veis l'Angleterre. La tempête sévissant, le sous-marin resta près des canots où se trouvait l'équipage. Un \apetir qui s'approchait reçut du sous-marin 1 ordre de stopper. Mais il changea brusquement son cours et prit te fuite devant le sous-marin.Vers midi l'équipage lut recueilli par le schoouer danois « l ugen » qui le transmit quelques heures plus tard à bord du vapeur « Express». Près du Skigen, le vapeur fvt arrêté par les glaces dans lesquelles il se trouva pris pendant 20 heures. En outre les équipages des vapeurs danois « Omsk » et « Nornta » qui avaient été cotïiés le 10 par un sous-marin, ainsi que celui de vapeur danois « Dagmar » qui avait heurté une minî et sombré le 18, devant la côte anglaise, sont arrives ici à bord du vapeur danois « La Cour #, 4me Année - N. 842 - Ed. B 0 CEMTIff^S Jeudi 1 Février 1917

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes