Le bruxellois: journal quotidien indépendant

263 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 28 Novembre. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 19 fevrier 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/x921c1wf0v/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles - Province - Etrange* 3 mois : Fr. 4*50. - Mk. 8.69 Les bnreeuM de poste en Belgique et à l'Etraag^ n'acceptent que des abonaenients TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les I Jâztv. ! Avril î Juillet î Ocrcm. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers nsols ou même pour te dernier mois de chaque trimestre £îs prix da : 3 iWois I Ko» Fr.3.90-Mk.2.40 Fr.f^D-Mk.î.2» TISÎA€S:©0.000 PAR JOUR 1 ■ - ■ a Journal MMlsa IkMpnlutf a mm II II I IN I > « frWMU' Ml—B—MX ni Hl IIH IU 1,1 l'WI'M'IiH M I, I I I I ■IIIB —C3M3W—Il IITIHHIII il lE ANNONCES — La iiga* Faits divers et Echos. fr. 5.09 Nécrologie 2.GÔ Annonces commerciale» . 1.5S » financières. . . 0.53 PETITES ANNONCES La petite ligne G-4® La grande Signa 0.75 TIRÂC3E:90.C00 PAR JOUR —— — — 1 , » —— —'— —■ mu, iwtgac- v-r-.Etrr-^^jv/> ■ PiHHiiSS COMMUNIQUÉi ©FryŒLS ÂLL£toAl?iÊ>3 BERLIN, 27 novembre, officiel de midi .• i UeâLre de !a guerre a l'Ouest. Dans la région de la Somme, le feu n'a été- que modéré. Les Français, sans préparation par l'artillerie, ont tenté le soir de pi tiétrer dans la partie méridionale du bois de St-Pierre-Vaasi. Le feu des mitrailleuses des occupants des tranchées et le feu de barrage de i artillerie intervenant premptemerti, les ont repoussés. Groupe d'armée du hronprlnz allemand. /I l'est de St-Miaiei, un coup de main français sur Xtn de nos postes a échoué. linéaire de la guerre à l'Est. Front du général feto-marêchal prince Leopold lie Bavière : Rien d'essentiel. Frem uu tjeuerai-c«4onel arehidac Joseph. Dans les Carpaiiies, des détachements df éclaire or s russes, dans ta région de Luaova, plusieurs bataillons, au nord de la vallée de Begrisora, ont été repoussés.Les troupes allemandes et austro-hongroises du lieutenant général comte Krafjt von Delmensingen s'avancent su nord des deux côtés ds l'Ait et ont rejeté l'ennemi derrière le secteur de Topcloga. A l'est de Tigvem, le régiment d'infanterie saxon n. 182, excellemment squieau par le régiment d'artillerie de campagne de ia Merck n. 54, mis en position juste devant £ ennemi, a percé les ligues ennemies et pris à l'adversaire en prisonniers 10 officiels et 400 soldats et en butin 7 mitrailleuses. Le secteur de Vedea est atteint en-cteça et aursc'à û' Alexandria. La ville même a été prise. Nos troupes ont repoussé, partant de Turau-Severi/i, le restant du groupe é'arm.ee roumain d'Orsova vers U sud-est. Ici d'autres forces lui barrent le chemin. L'ennemi battu a perdu, à côté des pertes sanglantes, 28 officiers, 1200 hommes, 3 canons, 27 caissons remplis et 800 chariots chargés. Des ports du Danube entre Or soi'a et Roustchouk ont été mis en sûreté, /usquà présent, 6 vapeurs et 80 bateaux remorqués chargés d'une cargaison précieuse.Théâtre de îa jjuerrp aux Balkans. Groupe d'armée du fetdmaréehai général von Maekeusaa ; Dans la Dobrouascnti, plusieurs attaques, pro- >: S '^2Z pï~ ds .r 'îf i'r"c"" ' " x échoué. Une poussée de nos bataillons hongrois a chassé l'ennemi du terrain situé devant nos positions à l'est d'Erchesco. L'armée du Danube réalise, brisant h rêsisiancè des Roumains, des progrés. From macédonien : Au lac de Préspa et à ia Czerna, violente latte d'artillerie. De vigoureuses attaques dirigées contre la hauteur 'à l'est de Parolova se sont écroulées, grâce à la persévérance tenace de bataillons ds chasseurs allemands. A l'est da Wardar, les Anglais ont bombai dé vigoureusement les positions allemandes. Une poussée qui y suivit a été rcjetée. Sur la Stroumm, combats entre détachements d'écluireurs. BERLIN, 25 novembre (communiqué ojfic. d'hier soir). — Exception faite d'une poussée échouée, prononcée le matin par tes Français au sud-est de Bon-thavesr.es, rien d'essentiel à annoncer de la région de la Somme. Dans la Valachie, des progrès méthodiques. Dans la Ltpbruascha et au front en Macédoine, des combats favorables à nos armes. ÂU i'>UCir.»*£NS VIENNE, 26 novembre, itiisàitu ue ia guerre à l'Est. Front d'armée du générai von Mackensen L'armée du Danube a auemt ta région d'Alexandrie. La traversée du fleuve, renaue particulièrement difficile par la haute marée, est due à la brillante participation ae la jiotiUe impériale ci royale du Danube, commandée par le capitaine de vaisseau de ligne Laactt, et à celle ces aem.hements de pionniers austro-hongrois, communes par le générai Caugl. Près (TUmlulet, au nord de Sistowo, un Far mon ennemi a été abattu par nos avi/uteurs. Front du coioiwi-jfeJieral arcuitiyc Joseph : La cavalerie aliemanae, commandée par le lieutenant-général comte Sclunetlow, a rejeté à l'est de l'Ait inférieur une division ae cavalerie ennemie. Rimnik Valcea, dans la vallée de i'ÀU, a été prise; plus loin vers l'est, où l'ennemi oppose encore uns résistance opiniâtre, nos troupes se sont approchées de Curtecd ae Argesch. Une nouvelle attaque de compagnies russes dans la région au sud-ouest de Bekas, est de nouveau restée sans résultat. Front du tekimareebal général prince Léopoîd de Waviere : Des détachements russes, qui s'avenaient le long du Styr supérieur, ont été dispersés par notre feu. Théâtre de la jjuerre italien. Le combat à artillerie a été ae temps en temps un peu plus vif survie haut plateau du Corso. Dans la région frontière de Carinthie, l'artillerie ennemie a bombardé quelques localités. Une de nos escadrilles d'avions a jeté des bombes sur les inslal. lahons de la gare et sur les baraquements de Tol-mezzo.Situation inchangée. FRANÇAIS PARIS, 26 novembre, 3 h. p. m., officiel : A l'est de Màisons-de-Campagne, un coup de main 'dirigé par l'ennemi sur un de nos petits postes a clé aisément repousse. Partout ailleurs nuit calme. PARIS, 26 novembre, 11 h. p. m., officiel: Sur le front de la Somme, assez grande activité des 'deux artilleries sur le front Ablaincovrt-Pressoire. En Champagne, une attaque ennemie lancée vers 4 heures sur an saillant de notre ligne à l'est d'Aube-rive, a été repoussée par les tirs de barrage et les feux de mitrailleuses. Journée calme sur le reste du iront. PARIS, ?s5 novembre ; Armée d'Orient. Dans la région au nord et à F est de Mor.astir, hSU violente d'artillerie. Aucune action d'infanterie pat suite du mauvais temps. A l'aile gasche des Alliés, les Italiens ont réalisé de nouveaux vrogrès vtrs Trnova nord-ouest de Monasiir). Les avions anglais ont bombardé tes campements ennemis de la région de Nechori (embouchure de la Siroumja. mi&Bss,s PETRGCRAD, 25 novembie (officiel). — Aasad-oueit de Riga, nos détachements d éelaireurs, couverts par le tir de bai rage de notre artillerie, ont pénétré dans les tranchées ennemie.%. lis se sent emparés d'une irJlr aille ose et ont fait quelques prisonniers. ■ Au nord-est de Smoigon, des troupes ennemies, fortes d'environ deux compagnies, ont procédé à l'attaque vers la soirée, après une préparation 6i'artillerie ; elles furent rejettes dans leurs treacâées par le feu de aos batteries, de r os lance-bombes ti ds nos lance-mines. Sur le reste du front, canonnade habitselia. ROUMAIN BUCAREST, 25 novembre (officiel). — Sur le front nord et nord-ouest, à la frontière de Moldavie, la situation est inchangés. Sur la frontière septentrionale de la Valachie, jusque dans ia région de Dragoslavcle inclusive ment, faible canonnade. Dans la vallée es l'Ait, l'er.n- mi a de nouveau attaqué sur tout le front mais iî a été repoussé, A Qlienie, nos troupes se re'irem sur la rive gauche de t'Ait, dans la région de Draganesci et ds Slatina. Sur le front méridional, tout le long du Danube, canonnades et fusillades. Près de Slaz (istazu),situé à S kilomètres à f ouest du confinent de-l'Alt et du Danube, et près de Zim-nicea, l'ennemi a débarqué des troupes. Au nord ds ces localités, nous aidons arrêté k marche de l'ennemi.Rien de nouveau, à signaler dans la Dobroaâschs. ITALJLENS ROME, 25 novembre (officiel). — Au sud de la rouie Lc.ppio-faori, à droie de tÀdige, nous avons tepousst, iiàe jaie\e t-r.ni me Cxtcrrtée star» ta direction de Sano. Sur le reste du front du Trentin, combats d'artillerie. Notre artillerie a contrarié des mouvements ds troupes ennemies dans la zene de. la vs'Me de l'Adige et dans le bassin de l'Àsiico supérieur. Au front des Alpes Juliennes, f eniiierie ennemie a fait preuve d'une pins grande activité contre nos positions d Ursic-Vrsic-Sâonte Nero et à l'est de Gariûa. Des aviateurs ennemis ont jeté des bombes sur Agnedo, Grigno et Prenieiano, dans ia rsUce de Sugana. Deux personnes furent blessées. Un incendie qui s'était déclari dsns un wagon, a été aussitôt éteint. Nos aviateurs, qui se sont immédiatement élevés, ont mis l'escùdre aérienne ennemie en fuite. ANGLAIS LONDRES, 26 novembre (officiel du 25, durant la tournée). — Les batteries et les mortiers de tranchées ennemis ont fait preuve d'activité contre nos lignes au sud de l'Ancre. Notre artillerie lourde a canonné des points importants situés derrière le iront de l'ennemi. Le temps est toujours à la tempête.Dernières Bepêcftes La déeiaratîon d» Venizelos à l'Allemajjnû. Rome, 27 nov. — Au sujet cie îa déclaration de gnerre de Venizelos à l'Allemagne et à la Bulgarie, le tcCorriere aeila Sera» écrit : J^es puissances de l'Entente ne reconnaissent diplomatiquement que le cabinet Zambros à Athènes; 1 Entente ne considère Venizelos que comme une personne qui est compétente pour recruter des volontaires pour les buts de l'Entente. La déclaration de guerre peut par conséquent avoir tout au plus ia signification de donner aux Grecs recrutés le caractère de combattants réguliers. La situation en Grèce. Sofia, 25 nov. — Toute la presse proteste contre te nouvel acte de violence de l'Entente envers ia Grèce. Le «Mir» écrit : L'expulsion des représentants diplomatiques de îa Quadruplice n'est qu'une nouvelle tentative pour entraîner îa Grèce dans la guerre ; mais aussi longtemps que le roi Gonstantin et le gouvernement grec ne mobilisent pas l'armés grecque et ne nous l'envoient pas sur le dos, nCus ne nous considérerons point comme étant en état de guerre avec la Grèce ; nous estimons que les tracasseries et les humiliations que l'Entente fait subir à îa Grèce constitueront le meilleur terrain peur former cette entente future entre k Bulgarie et ia Grèce, qui est si nécessaire pour le repos et le bien-être des pays balkaniques. Rotterdam, 27 nov. — Toutes les nouvelles d'Athènes sont d'accord pour établir que la crise entre le gouvernement et l'Entente a atteint son point culminant. Sans aucun doute, le parti militaire en entier s'opposera par la force à la cession de L'artillerie grecque. Le grand-duc Nicolas chez le Tsar. Baie, 27 novembre. — L'agence Havas répand la nouvelle russe suivante : Le grand-duc Nicolas a remis le commandement en chef de l'armée du Caucase, pour reprendre un commandement important en Europe. Le grand-duc serait déjà arrivé au quartier générai du Tsar. Le Tsar a accordé un congé pour raison de santé au général Alexejew. Celui-ci sera provisoirement remplacé par le général Gtirko, commandant d'une armée de réserve. Le Danubo affranchi. Nous lisons dans 1s a Bercer Tagsbktt », 24 aa-vembrs : Pendant ^ue le gros de notre armée d'hv-vasion a dépassé depuis lon^emps Crajova, un détachement collatéral, dans uns percée auciacieuso à l'ouest, a occupé Turn Sev. la. Cette localité, située vis-à-vis ds la cime de fteyJîia, est très connue de tous les participants à la e mpagae serbe. Comme à cette époque, ia ville est maintenant in.nûia, dans ses propres murs, d'une ; vicdoa importante entre nous et nos courageux alliés dan3 le sud-est. Lorsque le drapeau allemand ha tout à coup hissé sur Turn Severin, on entendit de Kladowa, les salutations des canons bulgares. Par l'avance victorieuse dans îa petite Valachie, le deuxième affranchisse;"',] - ai da trafic da Danube entre les puissances centrales et la Bulgarie est terminé ; le premier affranenisserneat a été sscoœpQ 0 y a un an par le nettoyage «te la cime de Negotfca. A cette époque, ia première CÀpédhioa à s remorque austro-hongroise a pu franchir la Porte de Fer sous la protection de moaitors et un trafic fluvial put alors commencer, sous les yeux if,s Roksishîs, entre les ports hongrois et bulgare é a Danube, Vidni et Lem Palanka. Ce trafle ûuvial, qaî déchargeait essentfcJr lament nos chemins de 1er,, cessa b>rs de la déclaration de guerre roumaine. Des centaines de chaloupés à remorque furent csatraintes à l'inactivité dans la Hongrie tn-jrkifcr ;>î, et nos montons ne parvxcrest, que de temps en temps, dans des poussées nocturnes, à causer c,s dommages à l'ennemi, Ote la direction de la rivière. Par «'écrasement roumain; dans îa Varachse, le bnf btoctts roumain du Datrabe a cessé. Bientôt îe fleuve affranchi deviendra de nouveau ta Een important entre les Bulgares et irons. L'iutam tfÇspajgaéSp^rt i*>ur Vienne. Madrid, 2& nov. -— L infant Ferdinand est parti pour Vienne, aux tins de représenter le roi Alphonse sus solennités funéraires ce l'Empereur défunt. La tanstes en itessie. Berlin, 27 nov. — Oc rsade de Stockholm sa | aBcritser Loka! ÂBBetser» : D'après le «Kusskoîe : Slowo», la famine régnersut dans le gouvernement de i Saratow. La farine fait complètement défaut. Dans I toutes les villes on signcla de nombreux cas de famine. A Ghorabtzçk on Cnsie 2,689 cas de typhus i -o'»" <■•«*«• ■>« ^ 7v-; "-4.V Les dessers tte la «Ivjràee de Stwrme?. Rotterdam, 25 nov. — Dans un article de fond, le «Daily Chronicle» écrit suivant le «N.Rotterdam-sche Courant» : La critique dont on gratifie Stiir-mer et ses subordonnés parait reposer sur deux fondements : Elle est due tcut d'abord à l'écroulement du service de ravitaillement en Russie qui, dans quelques villes russes, a dégénéré en famine, et ensuite aux tentatives faites en fa;eur d'une pais hâtive. En ce qui coaee ne cette dernière accusation, nous pouvons simplement dire que, quels que puissent être les faits, l'histoire de ces dix derniers jours démontre que la Doua'.a et l'armée sont absolument opposées à use paix hâtivement conclue et sont d'accord pour dée'arsr qu'il est nécessaire de remporter une viesoire déiinitive. Trepoff accordera probablement tente son atteattea à la question du ravitaillement. Le déikît ea France. Berne, 28 nov. — La statistique ofgcfslle accus» us déficit de 1,300,000,009 de iraacs pour l'exportation française pour te seul mois d'octobre, et de 11.5 milliards pour tes dis premiers mois de l'année courante. L e*Temps» dit que ies dettes contractées envers l'étranger dépassent îe résultas du dernier emprunt de guerre. Le nouvel aÉft&assadeor viennois» Vienne, 26 nov. — L'ambassadeur comte Tedei a pris aujourd'hui posrossion de l'ambassade allemande. Vers midi, le comte Wedel a rendu visite au baron Burian, ministre des affaires étrangères. Un homma^s polonais à la mémoire de François-Joseph. Vienne, 26 nov. — Parmi les nombreuses gerbes déposées sur le cercueil de l'empereur François-Joseph, iî y en a une émanant de la maison polonaise du jubilé impérial à Vienne, portant cette dédicace : * Au plus grand bienfaiteur des Polonais ! » Dans les restaurants parisiens. Le itTemps» annonce que ies restaurateurs parisiens ont décidé d'augmenter de 10 p. c. les prix des repas. . . Manque de benzine en Hollande. Amsterdam, 27 nov. — La circulation locale des automobiles a dû être complètement arrêtée, par suite du manque de benzine. Des navires venant d'Amérique chargés de benzine destinée à la Hollande, sont retenus depuis longtemps, dans les ports anglais et n'ont pas encore été relâchés en dépit des instances faîtes par les Hollandais. Pas de journaux anglais en Hollande. La Haye, 27 nov. — Depuis dix jours, aucun journal anglais n'est arrivé en Hollande. Il est vrai que par suite de la capture de nombreux navires, sur la route maritime entre la Hollande et l'Angleterre, la navigation a été pour ainsi dire complètement arrêtée. Toutefois, un navire anglais est arrivé ces jours-ci à Koek van Hoîiand avec 800 à 900 sacs postaux à bord, sans apporter un seul journal anglais, en dehors des quelques exemplaires destinés » la légation anglaise de La Haye. Conîércnec pour !;■ paix aKWkUaio à New-York. New-York, 27 nov. — Une conférence de personnalités américaines s'est réunie dans cette ville, afin de délibérer sur 1a paix mondiale. MM. Grey et Briaad ont adressé à îa conférence un message dans lequel ils ont exprimé leur sympathie pour le mouvement. Le comte Bornstcrf a adressé à îa conférence une lettre dans laquelle il a rappelé la décia-! ration faite par M. von Bethmarm-Holiweg au Reicks-I tag, et le sénateur Stone a exprimé l'adhésion de l'Amérique. La presse italienne ei la paix, Lugs.no, 27 nov. — La publication de la motioa pour la paix de la fraction socialiste da la Chambre, avait été d'abord interdite à la presse italienne.Elle ne fat autorisée que phss tard. L' «Avanti» écrit à ca sujet : Alors que nombre de personnes se prononçaient en faveur de ia paix dans das conversations privées, seuls ies socialistes ont caé le faire en pr~ blic. La presse bourgeoise prend ea général une attitude évasive. Le «Secoio» qualifie la motion de mauvaise farce, car la soi-dêant ccaformito des buts de guerre n'existe pas ea réalité. Lutte entra Français et Chinais. Genève, 27 nov. — Au Cretssot, nos violente bagarre a ea lieu entre un groupe d'ouvriers chinois qui travaillent dans les fabriques de munitions locales, et des ouvriers français. Un Chinois a été tué d'un coup de revolver, plusieurs autres ouvriers ont été blessas. Les baraquements eà logent les Chine is sont gardés militairement. Un nouveau cardinal. Rome, 27 nov. — Eu hommage à l'empereur Chartes, le Pape èlèvera, à l'occasion du Consistoire, 1 archevêque de Prague à îa dignité de cardinal, La politique d'économies en A:.ji<;îerre. Londres, 27 nov. — Par décret du département du commerce, l'emploi da froment pour la fabrication des bières et des autres boissons du môme genre a été défendu. Par suite du prix élevé, les brasseurs employaient depuis longtemps le froment au lieu d'orgs. La guerre maritime. Berlin, 27 novembre. — D'après la « Vossis.che Zeitung», k plus vive inquiétude règne dans tous tes milieux anglais a» sujet de l'activité des sous-msrias aiiemanos. Christiania, 2 Eïiavcœbre. — La franchise norvégienne a toujours été convaincue de îa droiture et de la légalité de la guerre sous-stsrtee allemande.. L'article de ce jour publié par le « Handels og Sjo-ferœsïidende », qui esr le journal des armateurs norvégiens, est sa nouvel indice de cet état de choses. Cet article émet l'opinion que c'est une affaire de commerce et de destruction. Rotterdam, 26 nov. — D'après le «Nfcuwe P.at-terdamscàe Courant», le «Mesafcg Fosfa» écrit à ce 0«Jî.-'-o en r rixvr? «^£av fcrt»C. ttt-îl-aui X 1; A i Ua magr.e pour l'exécution de ses plans de guerre." Jusqu'ici on n'a pas encore inventé une contre-arme pour ces engins et le résultat c'est que, par écart de la théorie, ce n'est pas l'Angleterre qui bloque l'Allemagne, mais l'Allemagne qui bàoque effectivement l'Angleterre. Nous précisons que si l'on tolère plus k'isgi.mps que ies choses restem comme elles sont, nos compatriotes s''éveilleront avec un ébranlement nerveux, 11 est vrai qu'il n'y a pas lieu à panique, mais a y a lieu toutefois d'intervenir énergiquemsat. Le public dépend naturelîesa&at en cela du gouvernement. Si celui-ci ne justifie pas la confiance qu'en lui a accordé, il apparaîtra tôt ou tard que son inertie et l'incertitude de la direction de la guerre auraient les mêmes conséquences graves qu'une trahison.Le kDrîIv Mail» écrit : Ce n'est pas seulement la guerre sous-marine qui provoquera l'éfennement du public, mais encore le fait que des contre-torpilleurs allemands puissent arrêter impunément des navires neutres et anglais et les ramener à Ze*e-fcrogge.DEPECHES (Reproduites de l'édition précédente.) / Venizélos déclare la guerre f à ia Bulgarie ' Athènes, 25 novembre. — tTélégr. de l'sg. Ksu-tar.) — Par suite de la déclaration de guerre du gouvernement provisoire à la Bulgarie, la Grèce se trouve en fait en guerre avec la Bulgarie, parce que les Alliés considèrent la triumvirat à Ssicsique comme gouvernement grec actuel. Amsterdam, 26 novembre. — D'après une dépêche ds l'« Exchange Teîegrapb Company », le gouvernement de Vénizélos a déclaré îa guerre à la Bulgarie.Notice : Même en admettant l'authenticité de cette information, cete déclaration de guerre serait considérée par les puissances centrales comme non avenue, vu que le Roi Constantin seul possède le pouvoir de faire un acte pareil. Si jamais Vénizélos ou ses acolytes tombaient dans les mains des troupes des puissances centrales,leur sort est réglé d'avance, c'est-à-dire qu'ils seraient tout siirpîement pendus, comme bandits de grands chemins. L'Angleterre et la Hollande Berlin, 27 novembre. — On mande de'î.a Haye au « Berliner Lokal Anzeiger h : Le tra£c automobile à Amsterdam est complètement suspendu à cause du manque de benzine. Des vapeurs qui se trouvent en route de l'Amérique pour la Hollande avec des cargaisons de benzine, sont retenus depuis longtemps dans tes perts anglais. Toutes les réclamations de la fart de ia Hollande sont demeurées jusqu'à présent stériles. Oa augmente à Paris. Berne, 27 novembre, — Le « Temps » annonce : Les hôteliers et cafetiers parisiens ont décidé use augmentation générale des prix de 10 p. c. La bataille lan^aissante dte îa Somme. Grandv quartier général, 24 novembre. — Les coups sensibles que les ennemis alliés ont reçus par l'échec de leurs dernières attaques, né sont pas suffisamment réparés pour qu'ils puissent songer à continuer avec acharnement tes attaques de la Somme. Une entreprise anglaise jusqu'à l'ouest et le j sud vers Serre fut enrayée par notre feu de barrage. Au nord de Serre on observa une aiiaque à gaz an." glaise qui fut inoffensive. Des poussées de 'patrouilles entre Gueudecourt et Loshœufs, exécutées sur une étendue restreinte, ont été repoussées. L'activité de l'artillerie même a été très liraitôa dans les derniers jours proportionnellement à la situation de la bataille de ia Somme ; dans le secteur entre Sailhsel et la bois de St-Pierre-Vaast seulement l'ennemi a lancé uns grêle d'obus qui ne diminue pas en intensité. Au sud de la Somme et sur tout le restant du front de l'Ouest, en dehors de la Flandre, où le feu s'est aceru, le combat d'artillerie main tint son activité journalière. En Champagne les batteries lourdes ont commence leur feu. En Champagne les Français oa» lancé deux fois des émissions de gai. Ua monitor anglais, qui se tenait à distance respectueuse de la côte, .a bombardé inefficacement Westende. L-a liisene de eha?boo en JFJfauec. Berne, 26 novembre. —- A Séoter-en-Aaaois, la compagnie du gaz, des eaux eî ds l'électricité à dû cesser l'exploitation, les provisions de charbon étant épuisées. La disette en charbon est attribuée s. la crise des transports. La même journal annonce de Bordeaux : S I9 gouvernement n'y porto bientôt remède, le» plus importantes industries militaires de k ville seront paralysées. L'administration de la ville attribue l'arrivage défeeteux du charbon à la peno'de nombreux vapeurs neutres, qui devaient apporter du charbon à Bordeaux. L'amfaassauear américain retourne à Berlin, Berlin, 25"novembre. — Selon l'ambassade américaine les bruits d après lesquels l'ambassas»er Gérard, ne rejoindrait point son poste à Berlin, sont dénués de tout fondement, il se réadmit effectivement sous peu à Berlin . L'opinion (J'aa ofùeter roumain sur l'armés roumaine, — Osomsion intksersjitiblô. , Avtresea et MaeAteusea» — imiuikx! contre (a Russie. Nous lisons dans le « Berliner Tageblatt »: Quartier le la presse de guerre, 24 novembre. Voici un homme exténué, la visage jauue. Actuellement officier, en temps de paix instituteur de vil--- iage. il reste assis, indifférent, peadaat quelque temps. Ensuite il se lève, entendant parler des grsa-"ûc, rcooraaios et crie d une voix fié vî ers- se : Tout cela n est atiribuable qu'à un seule chose, c'est que nous n'étions pas prêts. Nous n'avons ni canons, ni mitrailleuses, ni -matériel téléphonique. Comment pouvlez-vous alors intervenir dans 1* guerre? Nous espérions que 1a France nous fournirait ia nésessaire, comme la Russie l'a obenu d'elle. Mais nous n'avons.reçu que des casques e*i acier et aos soldats-paysans les jettent. A tous ies points de vue, nous sommes a-bsalument mal équipés. Les vêtements d'hiver pour nos hommes manquent. Les dépôts sont vides, comme en temps ce paix. On défendit simplement aux officiers l'entrée des magasins sous prétexte du secret militaire. Ce que les Allemands et tes Autrichiens font en grand, nous le copions en petit. Ils déplacent inopinément des armées et des corps ; nous le faisons par bataillon et même par quelques compagnies. Ce n'est pas d4 ia stratégie, c'est de la jongeierie. C'est ainsi qu'os a déplacé notre compagnie qui était corapictejaern incohérente, d'Orsova à Preceai. De cette façon, tous nos contingents as troupes sont déjà désorganisés en ce moment. Nous n'avons plus un seul régiment qui ait quelques cohésion. Une confusion indescriptible règne sur toutes ÎC3 lignes. L'armée roumaine a l'aspect d'un manteav d'Arlequin, rapiécé au moyen de petits morceaux bariolés.. Nous n'avons ni divisions, ni bri£s:ss, ni régiments, mais là où il y en a, tes troupes sont réparties dans des secteurs et sous-secteurs. Le mécanisme du commandement n'existe pas. Personne ne sait qui est son commandant; tes commandants ne savent pas où sont leurs troupes. Comment i'état-major roumain est-il composé? Etourdi et décousu. Il confectionne toujours ds grandes bottes peur de petits pieds, et a toujours da grands plans, mais jamais des forces à sa disposition.Lorsque nous avons pénétré profondément enl Transylvanie, cm nous jeta dans lo Dobrudscha, Mais îe général Averescu, qui a été te camarade d'école de Mackensen à l'école de guerre, veut absolument se mesurer avec Mackensen. Quelle influence la retraite de la Transylvanie a-t-elle exercée ? Terrible. Brasso nous a démoralisés avant toutei chose. C'était une défaite décisive. Au moment o£t Allemands et les Honveds prirent Brasso et cou* pèrent ainsi la ligne de chemin de fer Brasso-Scpsis-eendgycirgy-Gyorgyo—Szentmiklos, nous ne pouvions plus tenir devant les montagnes. Quelle est l'opinion vis-à-vis de îa Russie? Bientôt l'irritation fut grande, les secours promis n'arrivant pas. Les Russes n'ont envoyé au début qu'un à deux corps de secours dans îe Dobrudscha, Après les défaites de Nagyszebu et Brasso, la Russi» ; écouta enfin nos appels au secours... La'ile méridionale du front russe fut prolongée au delà de Dorr.a-v.'Eira. Les Russes reprirent tes défilés de Tëigyes et de Bekas jusqu'au bas du défilé de Gyimes.Maintenant ils tiennent toute la Moldavie. Qui sait s'i'13 en sortiront jamais î Après fa prise de Crama. Le correspondant de guerre du « Berliner Loka!; Anzeiger », Karl Rosner, écrit dn quartier général > de l'armée von Falfcenhayn, ce qui suit r « La percée victorieuse dans la Petïte-Vaiac'uve, du territoire roumain s'éttndant entre 1a rivière da l'Ail, 1e Danube et îa vallée des Carpathes, progressa, sans arrêt. Nos troupes combattant en Roumanie de-.. vant Craïova, qui, au cours du long chemin de leur marche victorieuse de Tagu Jiu jusqu'ici, durent, engager des combats incessants avec tes fuyari% mm mîfmm Mardi 28 Novembre 1916 3°" Année ■ N. 780 - Ed. B

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Réactions 0

Plus de réactions

Emplacement

Périodes