Le bruxellois: journal quotidien indépendant

108 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 01 Octobre. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 16 fevrier 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/7940r9ns15/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

3 — Année - N. 723 - Ed. jg CINQ CENTIMES Dimanche 1er Octobrel9l6 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. B Bruxelles - Province - Etranger 3 m'ois : Tt. 4.150. - 'Mi;. 8.60 Les tttrremnc 'cîc poste en Belgique et à l'Etranger nîr.ffuçptént <}ue des abonnements .TR HttESTUïEL-S; eeux-.ci prennent cours les 1 Jaxv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob. On peut s'abonner.tautefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier .mois de chaque trimestre au prix -de : 2 Mois 1 Mois Fr. 3.00-Mk.2.40 Er.t .50- Mk.1 .20 TIRAGE : SO.GOO PAR JOUR Le Bruxellois ■■■ — . Rédacteur en Chef : | «a.© «S Aï* M » Jsntal IisSÉpgiiÉaa! a 1 \ J'RêdacV^ônj'Acfministrfrtion, Publicité, Vente : S BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAU-S | ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 2.00 Annonces commerciales . 3.50 » financières . . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.10 La grande ligne 0.75 Tf R A G*E: 9 O -O 0O PtfR JOUR Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS BFlllA'N, SU sept. Officiel cle ce midi. liièàlre île ta jjuerre a i'Ouest. (1 armee du prëtoee héritier Hupprt:elu lie Baviere. Comme au jour précédent, les Anejlaïs ont i gaiement attaqua hier avec d'nnportaittes forces entre l'Autre et Courectette, Après des corps à corps aux aspects variés, ils oiit été repousses. Sinon, rien, que de faibles poussées en avant juirt telles et combat d'artiuerie qui a augmenté au cours de Taprés-mith, au nord de la Sot-,nui et dans certains secteurs (i.j, sua du fleuve. utuaiue lie la jjuerre a Plis!. Prum uu it'itiuiaieimu générai prince héri-poiii de iiuviere ; Au front du Utochod, une compagnie de la lé g-iou :poi07umxs a effectue ttna -pxjuttsée -en avant, accompagnée de succès, contre jS'-Ue-uicze. Au sud-ouest de Wiloniec, les tinsses ent vamement attaque. Au cours d'une en-ttcprtse netmto dam la région de ti-ukalowce {au nord de Shorow-/, pendant la nuit au 28 au 2i) septembre, nous avons fait prisonniers J officiers -o^ 'i 0 soldats. ï'ioiii Uu général de cavalerie archiduc Lliaritss : A u sua -Me .Str. Eauzura (région de la Lu-do-waj et au Jioman, des cmttr(f-attetqn.es bien préparé^ de .troupes du leutenaut général von Conta ont obtenu run plein succès. A Str. Alauzura, £ -■officiers,, âiU! soldats ont été .faits prumimens fit ô' mitrailleuses capturées.bans le secteur de Kirhbaba, des attaques russes ont été -rCfjOidéas. li.eairt; uu iu guerre en Transylvanie •; Au front oriental, i armée du nord, ainsi que la -.deutetente armée roumaines ont passé d l'attaque dans les montagnes de Cooertflfny., partant de la hgv.e L'arajd Oderheuen (Szi-jtcle-.JjdvarhcLyy et de .i'otjura-s. Dans les montagnes de Gterge-ny, l'ennemi a eie repoussé. Plus Loin au sud, les troupes de couverture se sont repliée*. Uns troupe-s allemandes ont as-saMi avec succès en avant du rmss«mo de ( Iluar, au sud de Ilenndorf ( Uegèn.j une colonne rjnmiame, l'ont- recelée, ont ftut jtm-wnniers IL officiers, ÔSM hommes et capture m 11 r-util £S«i*8Zfcs. La bataille d'encerclement de Ilerniami-etadt (i\ agy-Stebenj est gagnée. ■Sous le eom-runadenteirt du général von Fal-kenhayn, des troupes allemandes et autrichiennes ont infligé une défaite anéantissante à d'importants tont-mr/ents de lu -première armée rotrmmrte, après uu -combat opiniâtre. Après de lourdesm pertes sanglantes, le reste des-troupes ennemies «n déroute, s'ifsï enfut dans lu j-eyion monta-yncuse cmjjruttvdblet des deux côtés du défilé de la Tour Rouge, occupé déjà au -matin du "G septembre jj/tr nous, dans le dos de l'adversaire. Ici, et tes ont été acvue-ifhes yar le feu meurtrier des troujies bavaroises, sous le commandement du lieutenant-général L\.raff-t von Délmensrtigcn. Lu poussée de dévharge de la deuxième armée roumaine est a~>-rvvée trop tard. A os troupes ont combattu az'Cc la plus grande exasjpération, après qu'elles eurent eu connaissance de ce que les avides liou-maans, oenribaVtaitt tsveic l'Entente jfpwr la civilisation menacée jpivr .i'Allemagne, ont assassiné des blessés sans armes. Le nombre des prisonniersainsi <pue le butin, très élevés, qui en partie est disjtersé dans la région boisée et ■monlajjneuse n'est pas encore dénombré. Dans lu montagne de tlaeinnger ÇtLats-zcgcrij et dans le secteur de Ulehadia, des attaques roumaines ont échoué. l'heaitre (iu (a jjuerre Ous i!a!k:n!S. Pas d'-évcnvments importmits. Nos escadi'dlcs .d'avions ont attaqué avec succès le pont de cLtCmm de fer de C'cmavoda et des campements ennemis de troupes. A'O'iiiUSJttiisli i3 * ¥IWFÇ~K'E, 29 «cy tenébre : i Uuàiru tit; la jjufiis'e à T'Est. Fi'tnri roumain ; Les Roumains vnt été IfOtttes pr-sè de ffagy Szeb&n ( ftermamistadtj. Ajrrès des combats a-charnés les lmiïïetcrs situées au sud et au sud-ouest de la viile sont tombées au pouvoir des alliés. Dans les Carpatlt.es 7a l-utte continue. Jia situation esï inchangée. On a amené avant hier au camp du vuloncl-gin-crdl von Terz-tyans'ky, un tirfaj de l'fl officiers, jitus âe 8,000 konnnes, ainsi que do mXirmlleuses et S canons. FiieàTre de ïa jjuerre italien : Sur le haut plateau du .Karst violent vovfbat italien à l'aidé de canons et de lance-mines contre nos pos'ttons et les espac.es situés derrière celles-n. Au front du Fletmsicl J'cnvemj attaqua hier après-midi grûoe à la protection d'un éj>ais brouillard? le 'CUvdmnl et la 'Cima Buta Al-ta. Il fui repousse. Le jrÀc du Cimone sa trouve constamment exjmné à des feux d'artillerie légère et lourde, TStn dépit de cela Ventreprise de sauvetage fut couronnée de succès.. Nos braves tamqpBt -ont réussi au jtrix de grandes difficultés à y déterrer 7 Italiens, complètement ég*ut$é« Oit à ias «Rcue-tlUr. Théâtre rte ta gtiene au Sud-Ouest. La siivsUimi ont vn'chumgc.e. .TOECS COKSi'Ms TJKSFif.<Ë, 3.0 srpfewlre. (Officiel tht 29j. — Ait fmnt de Fékihie\, canonnade habituelle.. Vans la nuit du SU au 2,7 septembre, un incendie a éclaté dans les positions ennemies. L'ennemi a cherché à l'é teindre, mais 'il en fut em.piclié par notre canonnade.Au front du Caucase, à l'aile droite, escarmouches entre détachements d'éclaireurs. Pas .d'.cvénùment im,por,iant ..sur les autres fronts. BULGARES .SOFIA, 80 .sept. — Communiqué du 29 : Front macédonien : Dans la .vallée de Lervn (Flormaj faible feu d'artillerie. Jbur la hauteur de Kaimaktscha-lan, .vif Jeu d'artillerie. .Nous avons repoussé une attaque nocturne de l'ennemi et axions accujté, .tpariane contte-aitagpi^ une tranchée de sa jjostttQji. jprincipale. Dans la vallée de la iSiouienitM, faible feu d'artillerie et .combat à coups cle mmes, des deux côtés du Wardar <it sur la hauteur .de Jleiasitza Planvna. Au front de ta Jituma, faible feu d'artillerie et combats .ae patrouille^. .Sur le ,littoral de la mer D/jce, la flotte ennemie croise sans cesse. s- rum roumain Le long-du Danube calme. Jlcms la Dobrud-sc.hu, .faible feu .d'uirtilletta. Jdur la côte de la riuir jNonre, im nckvir-ex.de guerre .russe a bombardé le village de .k.apladsaLoty pendant 1 huur.e et 20 minutas^Le bombardement 'resta sans succ.cs. -FRANÇAIS F ALI 16, sept., 3 -h. p. m., officiel ; Sur le front cle la Somme, nos troupes ont réalisé de •nouveaux progrès entre Frégi-court et M or val. Lutte d artillerie d'intensité variable xiu norzl et au sud de la rivière. • Aviation : Dans la jo uni est -du Six au *29, un jokhur .atisaijué par un de nos pilotes s'est Lcmse sur le s<jI au umd. de Itemis. Un autre foUher, sérieuse ment tauaitc, a piqué clans ses Lignes. d'ans, 29 sept., JJ. h. p .m., officiel ; Journée relativement calme sur d'ensemble du front J^e mauvais temjis a gê.nc -les opérations. Aruiue îiitM'Uiin. PAdilS, 29 officiel. De la Strou- raa au r'tirdar, aucun -événement important à signaler. Sur les hauteurs de Kaematchakin, la nuit du 28 au 29, a quatre reprises. Les -buroex oirt y'ïe les troupes assoi/laittCs dans le.crs tranchées de départ, en leur infligeant de lourdes pertes. -Pl-us au sud, dans la région sans action A'infanterie. Nos avions ont lancé ment un complet échec. A notre aile gauche, lu lutte d'artillerie se poursuit activement sans acion d'infsuivre. Nos avions ont lancé plusieurs bombes sur ilomistrr, où une explosion a été oenstate.e. HJ3SJJHAIN RU\CAJiEM'„ ÏSî septembre. — Au front nord-et nord-ouest -dejs .com.baU entre .patrouilles xlans les montagnes de Lhiliman .et .à Lryoer-gyojï. Au sud île iDirnumitstudt, dans la ival-ififc de .l'dti.v de vwlernts combats sint encore lieu. Nos trroup.es ont attaqué.l'ennemi -Ct i'oni repoussé. Il sé relire rapidement dans la di-rJijytion -nord et noril-auest. N-Ous avons capturé -2 mitraillau&es et axons fait 19Û prisonniers dont .2 sff.fvcie-Ks. i'ïonl lKQi-'tëiOBBl. jz&u d'aridlerie rccifproçiue au Danube .Dans la JJo.br-ud&cha, .calme. Guerre aérienne. • Le 26 cle^s avions ennemis ont jeté au cours île la journée des bombes sur Bucarest et les villages .situés jslus au sud. ijuelgues victimes sont, m déjplorar. -Ll js'ngit presque £m.ceptwn-ncliemcnl de femmes et d'enfants. Un zeppelin, a luucé pendant la nuit du 26 au 27 des bombes incendiaires sur Bucarest., qui ont provoqué deux petits incendies qiu ont été iivpidemcnt éteints. Les 'bombes ont tué une femme,-et ont blessé une aittre. Le zeppelin fut -chassé par nafre artillerie. Dans la région de Tvpldza, notre artillerie a forcé un avion ennemi à l'atterrissage. i&jU.aJsikS PjETP»DG.RAD., 2i> septembre.. — JJ.e.s tenta tbo.es xle detache-me-irts,avancés -ennemis pour s'apprucher edé nas tranchées à l'ouest de .Riga ont été .reprwMéfis par notre feu. 'An ..soir du £7 de faibles .détachements ennemis Mit -été prononcé une attaque dans la réjjwn ,au sud-est de Pitbsk, wpnes avoir .lancé ten nombre consulcKaittc de grenades; il fièrent nnmcdia-mCfitt rerpmissés par ie fou <dc nos idétaàlt&niomt* avancés. .Dans la région -de IBis'bttOrw (-0-km. mu nord-est de .Swntmhij .Swmmcln-Earyinrttza, les mi»brefs ont aiQcraomOncé. L'<£nn£nn a aip-.prtué -une résistance opnuâtve et u -effectué des cMi-tre-aétaques réitérées pour .emj>êohcr nos progrès.. Nos Itjfdrttftiviom soies de commandement du lie u tenant de manne Cor go tuer ko, mit effectué, sur la mer Mi'ltique, une attaque, cou.-rorinés de succès, sur la station d'avicHion-en-naniK du lac d'ÀngCrn-et -y -onft lanoé des bombes. Nos avios furent bombardés par les bâtie ries ennemies -et avaient à souten-rr des C0mlutte~av0e 20 avions oimemis. Au eouns de OC vomba-t inégal, ie lieutenant Arsen. tiar-çimC-rfto <\?t mal-heureitsemeiH tonibé a've-c son /'. gdro-arwn. ITALIENS R&J/J2, 20 sept. — Officiel 08 *e-nz. -Activité opiniâtre de i'am&Uor.te ";.,ile-wit contre le. C-imoitC au lac de Grtndu .et -onns .Î?-territoire .-situé entre AmsioJjanm-.CinionMui le haut plateau du £chle,/n noar-i •l'antcrii a pénétré dans un ouvrage ennemi situé dam la région avoisinant Casera et Zebio, elle cul buta les défenseurs\ù i aide Jj grena-ie_s à main-et regagna ex---.;ie ses tranvH-' ». Dan« la partie supérieure d Cordevale F-Cnnemi a répété soti eitUiiput: \on reda pc?.Uion que nous nous avions conquise à i cime du Monte Bief, il fut repoussé et s«,bi de lourdes pertes. Sur le restant dii fibiif activité d'urhll'rie, quchpue^ o.bjxs sont ipvbés sur tiôrz. AÀ&LAiS LO.NDJl i.'S, 29 é'ftembre. — ..Aujourd'hui, nous avons attaqué ti redoute de Souabe, et à présent elle est ei imi^eure partie en notre pouvoir. Ces dern Çrfa aJ/. heures, nous avons fuit, dans cette i gain, près de 600 2)rlson~ mers; cette rJtdajj, ijjji,%t.située sur -un mamelon qui se trouve à ÔUO mètres au nord de Tuiepval, et coittitue le point culminant des crêtes de hauteurs de d'hiepval. Quand on s y trouve on embrhse d'un seul regard tout -le nord de la valliAde 'VAncre. Aux auires pames%te- notre front,nous avons gagné du tenatn\et avons avancé notre ligna au nord et au àid-est de Courcelette. jy?s uvions anglais ont coopéié, ces deux derniers jours comme d'hab tnde au fonctionu'.'rn-int de l'infanterie, qu'ih ont brillamment oisu.tée. De gras dégâts fur nt faits aux batteries ennemies. Dans toute tvne succession de cas, nos avions attaque* on légalement à la mitrailleuse des transports ai ■troupes. Dernieres Depeches La Ureoe «t .'..'Tut ^ ,<s «as...a* « ■ 1 -uuj«i. Baaic;29 j>uji oaubi (s.— Uu « ts'-xoio » : « i)n n'A auusune ii|farmsitian «erconwi, mê me d&ns.ltts.iuiiK'ux cifiœiB de iKame, au-sujet ..de .l'attitude du Igoirv-eraunitait grec. En général, on ttouy-e cKhiH'ux que le ®6oi «e de-e.de à une déclaration cle gucrxe. Quant aux. -ettt'te d'une întervenUon miti«ure -de Jû ; Grèce, .nulle pact on ,ne se l'ait îliu&an à x£ .sujet. Bi 1% tiigkmi&tt'à de l'Entente B'crfio=Mt:n.t de l'ab-teniT, -c t_&t, avant tout, dans i'.dée d'un résultat moral, v-i!uu sueuès .d'iniipi'-'sakm r xua.-.- 1'/^*»»»-' r " et? qui ooiu.tu no la a.e-3 prêt3TiuU.es m- tentions liet-tiies à l'-itadte dont .l'opaiiisii publique .gt! fait l éolio n «sàstent q.ue -d;-ns l'imagination cle nos .concitoyens. ïiévo.le aux indus .\.ieriandaise.s. Amsteiidain, .29 .septembre. — Oji annonce de ^^exaibay.e-au « Algemeon J-landeL-iblad », que d'après un journal ixollarLdo-indoni, la po-jj'iiiatLQn de .ta vallée haute de Toéng .n£ participe pas à .la ïevolte. -Les troupeii néorlan-daissje qui .sont eonceiitréeg .à iDjambi, -se com-pasont.deA-compagniesd.'.uifantssri£, de 6 brigades .de P a dan g et xle AA brigades de policiers armés,wit ensemble 1^01) hommes_L'ex-ploeiom de la révolte .à Lampong avai^t été primitivement ii-xée au 12 octobre. L'iueclion de VViiSOii. Xondres, 29 .^ptembre. — Le « Temps » apprend de New-York en date du 23 septembre, que le oamLdat de Wilson, pour le Sénat, à .New-Jersey, a .été battu .-hidr aux élections (préliminaires par le candidat -démocrate Martine. Délai ;e des Serbes. "Berlin, 30 septembre. — On annonce d'O-fenpestli au « JBorimer Lokal Anzeigfir » : On mande de Salonique : Les Serbes ont subi une défaite sensible près de Kairnatsohalam. Sar-rail leur a par .conséquent envoyé des troupes de couleur comme réserves. Eaiisc de la (jarde ïusse. Quartier générai au-sirodiongrois, 28 sept. — Continuation m interrompue d^s «Morts dé&Ospérés deg liusaes de l'armée TurstyansJiy, dans la rognon de Sehvow et de liorytnioa dans le but de Joreer ie p*Êè&ge <jc ja porte d'accœ du .iront septentrional. .Au début de scyt'-nibr.e, ie Ac >coi|)B sibérien .ayant eubi de lourdes pertes, on fit venir, vers le milieu du mois, les célèbres .régiments de la garde, qui, neuf mois durant, ,n'avaient pas -été au feu, mais étaient néanmoins pia-£arbemfin.t tiercés et diiyaaaaient de fortes réserves que J.im&siLow avaient convoquées v.ers Je Jrb août on vue de la jjouseée décisive poux la coaiquâte de .-Kj>wb1, ce qui -fut empScdié par le® Allemands. C'-Ost aensi que Beïobcazo.w, commandent de la grude, 5nt remplasé par Girrke, auquel on doima msta'xictions de s'-emparer de Wladimirwolhiniky. il e'-y ik&iîrtai à des troupes d'-Alltimands, d'Atitricliiens et de h&nveds commandées p?«' le -fcia-martichal Sznrnay, défenseur du dsîiK d'iisztiker, dont la résistance héroïque infligea à la garde russe un nottvel insuccès. Les combats «ont extrêmement -acharnes, de part iSt d'autre, le rentlomcnt de l'aurtilerie .surhumain. Il y eirt des jour-s où oert.aines parties visibles -du front rraeevaii;ut ji»qu'à 5O.,Q0C obus, at, a ceutsine .oùdroita, aue batteries déuhargeaiant jusqu'à 3,000 coups, les canons qmtés au -rougi: dtswaientt S&tre refroidis par de l'eau glacée et cQrtains d'onfcr'-eux donnant même un nmirbrc de décharges supérieur au ohifrre de gaa-antie de -fabrication : l'acier allemand et .le bronze autrichien te-UBCeaè bon. 'Il {allait agoniser des di«i5ta®itrfs spéciaux pour permettre le tirjQv.and 'le duel d'artillorie eut -cessé, la terrible canwusd'' ftït dirigée -twlusivt mQBt -srrr 1 infanterie, ^t les rSgimf'nls.de la garde .russe assaillante per-divent an -moim 'a m&it-ié de ieiîr eïieetiî. Des prisonniers -relatent que pas un seul homme du régiment Kekskolmsky, coinbatslant directement devant ie leur, n'a pu échapper. Le» gardes Pctrogradski (commandant liono-raire, l Empereur d'Ali 'magnej, eurent à peu près le même sort. En dépit de ces pertes colossales, les gardes bravaient admirablfiment notre fjr. de hairage. So-uyeirt',en nombre sextuple du nôtre, ils pénétraient dans nos positions dont la garnison était bien faible, et y tciiaiczxt ferme r (\n fy*-, i — j cL^ô à inams cà Bcrmb^B gazeuses.. A bz-Jl5tow, 1% liusées -tombèrent dans le dos d'un bataillon allemand assisté d'une compagnie de hun-veds. A Sv/ininchy,des garde Einlandskt percèrent le froirt, a tel point que nous dûmes massacrer les ennemis un à un d'ans nos tranchées. louj, le terrain était jonodié de tu^ile brieés, masques antigazeux, lambeaux sanglants, oada.vres aux blessures béantes. Tout travail de délblayage était imposâtae, car, sans raison, les iiu^ses déchargeaient un fou roulant sur Içs posrUons. C'-étaat toutefois 1 a-vant du champ de bataille qui offrait le plus tn&te aspi.at, avec ses monceaux de cada-vrtfs russes. On n-exagère .donc pas dans les évaluations de pertes ennemias et, on eouiprend que la garde même -î-ésaste pas à une telle bcucherie .11 parait qu'il y a>va.it, .derrière le front, de& bataillon -en ma!re de marche pour rempiacar ceux dé'ti'uits. Ces insuccès n'ont pas^t idement hrjsé la farce de là garde, mais ont oblige l'ennemi à introduire, dans les régiments d élite, des -éléments -de wataur moindre et plus mai équipés : j'ai même vu de ces hommes qui, au lieu de toltse,étaient oii'a.uBtés d'esjjadriiles tressées de chanvre. Deux régiments entiers de la garde ayant été repousses ne purent Teprendre l'attaque que sous le teu de leurs chefs, ce qui eut. ;même pour -suite la révocation des commandaints dès régiments î'ovlwski et 'Bobneki. L'extermination fut t€'le que deux divisions de la garde russes durent etre Tempkcées par un corps sibérien. A la Chambre française. Berne, 80 Septembre. — .tm cours de la séaace d'hier, lemie au Sénat iruiicius, ie Jin-aistire des finance^, M.'lUboi, s est exprimé sur rurgenioe qu'il y avait à convoquei le Slll" itf'l'ôVCiîu'" En "|»re5picâ^So"Ia~si,!nïïtîuû commerciale déîavoi cible qui ne j ait que s'ac-croitre, M. Ribat exigea que tout lut mis en eeixvr» pnnr .mettric en vateur toutes Itis possi-JiiLités de productian ^existant dans le pays. .Avant le vote des douzièmes jorovisoires,, qui furent agréés à runaaiimité, M. Dourner posa la question à reflet de savoir, si à l'avenir on ne pourrait pas établir un budget fixe. .La.régulai lié dans les finances est surtout iié-jeeosa.ir.c' an temps de ^una-re. /L'arrivée des U'oiipes grecques en Allemagne. Gorlitz, 29 septembre. — Le premier transport de nos hôtes jpces est arrivé en gare ici hier après-midi, à 3 h. 27. Il »e composait de 22 officiers, 427 soldais et 15 canons jde montagne. Quelques femmes et enfants accompagnaient, les officiers. Le transjpai-t, commandé par le colonel K.a,rakallas, commaîQ-dant de Ka\ailla, était jalacé sous la direcit.on du premier lieutenant .S.chmidt. Etaient présents à la ré»-ption, l'aide de camp de l'Empereur, colonel von Estorfî, arrivé ici hier du grand quartier impérial, ensuite entre autres le major von buruh, en qualité de représentant du eamniandant de la garu ten, le premier bourgmeetKe Snay, le bourgmestre Mass -fit ILasahevki 'Kiebig, n-epré-sAidant la ville, le commandant de ia gare, colonel-lieutenant Sohaper, et. les officiel® de la garnison. A l'arrivée du train, la musique du bataillon de réserve du régiment d'infanterie de Gourbières (2e «Posnanien uJ 19) joua l'IiymnC national grec. De colonel aide de camp van Estorff s'adrc-ssû à M. Eaia-kali,os auquel il transmit tes ^liuts de l'Empereur ..aui£ troupes grecques. De premier bourgmestre .cuay leur«o«haita .la bienvenue au nom de la. ville de GbrlLz. Da présentation des hommes jeut lieu ensuite a-nx sons de la musique. De re-çui'fint leuiB iusils du wagon de mia-rehTnd_.-ee qui les avait accompagné. On procéda en-suite à la resitsumition des Biliciers et des -soldats dans le lazaret de guQrre de la gïtre, au anoyen de nourriture chaude. Pendant la durée du repas, la musique.se .fit..entendre. A 4 h. 35, un second transport de 27 officiers et 51S soldats étant arrivé, il fut également reçu au-x sont de l'hymne national grec. L'arrivée de *ttransp rt& uit-ai'ieurs est encore iu'oonuue jusqu'à présent. Après le repas, les troupes se rangèrent en file et. marcherait a travers la ville, précédées de la musique allemande. Derrière le corps de musique nnarciiait, le commanaant Karakallos avec s-on état-major, accompagné d'officiers aliemands. Derrière lui flot : la bannière grecque déployée, et-ensurte les troupes, baïonnette au canon. Le cortège parcourut la ville, pour se Tendra de «uite au camp de baraques situé à un quart d'heure de la ville, près de la nouvelle caserne située dam la direct-ion de Moys. 'De camp de baraque s« compose d'un grand nouibre de halh^s spacieuses et de baraques ordinaires. Due partit des officiels se logea dans les hôtels, une autn partie dans des chambres meublées, de telk façon que toutes les dispositions avaient éti prisée pour bien recevoir les hôtes grecs. Lt colonel aiSe-de-camp von Estorff est rentre depuis hier S'éjk au ^grand quartier impérial (inerre murîlime. 'Londres, 29 s':ptemfere. — (Reuter.) — Dloyd annonce que le vapeur anglais « Thur so », 1,244 bonnes, coule. Une partie de l'a quipage a été débarquée. Bottordam, ,50 sfiptemiaa». — IJt.a xeutf queurs hollandais « 2iuiderzee w -et « îGuuw-zee » qui voulaient remorquer à Londres deux -allèges hollandaises et doux .allèges belges, ont été amenés à ijtebrugge dans la nuit de jeudi. Ojjiiiimi de ia prctj&e sur ie liiscoms BBfiîn, 23" sepfniibi. V-r L ailéi'Ot ;r.;uu qtre -toutes lt» olasees -de la -société ont pus au d is-rnnuK pr.ononeé .hier par ie ckanceiier allemand au Jietciistag, résulte le plus clairement-des tribunes et de ta salle bondée. Da pEimjet.se Augusta-Guiàaume etccupait la loge ae la Cour, on remarquait également le prince Wedei et le jeune prince de Bismarck. Da « Kreuzzeitung » s'exprime comme suit au -sujet du discours du chance lier : « U fut relativement court, ce qm contribua à mettre en relief les suj te traités. Le chancelier exposa, au moyen de paroles parfois dures, ia soif de conquêtes et la volonté de destruction de l'adversaire. Il put établir en même tempe que la situation n est nullement de nature à justifier te espoirs de l'ennemi. » De « Berlmer Tageblatt » s'exprime ©onmie suit : « L'on pouvait reconnaître dans ,1c discours une réserve quasi-académique.. Donateur s'est tfi'orcé avec soin d£ voiler ses expressions, de garder la mesure et de plus laisser deviner entre les lignes que s'il s'exprimait ouvertement. Il y a lieu de supposer que cette hésitation et ces arrêts d'e^jjressùjc ne sonf pas l'effet du hasard. De cbanceiiar lui-même a insisté sur ce jxhnt que l'é,ii«s3g"r guettait chaque expression. » Da « Vossi&che Eeituug » est d avis * que c'est entioreiiiUnt .avec -raison que 1e ah.aîce-lier émettait l'opinton que ia politique xou-niame était résolue .^às ie début de jairfi cte la guenfi « une affaire » .et de .se vendre à celui qui devaiit imaiement l'emporter. lis avaient «ru pouvoir choisir à o&t ettet ie .moment piopiee, mais ils avaient compté sans la Russie. De même que l'Angleterre s'est imposée à l'Italie, la itussie a «.xercé sa pression la- Iloumaoïie-.-durent cho sir le moment qui paraissait le plus'favorable à l'Entente. C'est ainsi que la trahison accomplit son œuvre." Le traître perd tout droit et toute dàrectinii tombe -chaque jour davantage aux juarns des excitateurs qui ont décidé de son sort. Des expressions employées au -sujet de la Russie sont fin quelque sorte l'interprétation authentique du discours antérieur, très commtiiïté, au aujet de la délivrance des peuples étrangers de la domination russe. Dans la lutte contre l'Angleterre, le oh .n oelier i>roolame un but unique de guerre, Qt pour atteindre celui,ci, tous les moyens utiles pour abréger la guerre sont bons. Da « Germania » s'exprime ainsi : « Le d,seours du chamelier ne contient pi® de coups de fanfare superflu^, tels qu'en nécessitent les ministres français et italiens, pour mainieniir leg «Rspesdit-iisna populaires a lu température voulue, m des mensonges à la • mode anglaise, mais rien que dés paroles sérieuse^, pieuies dfi vérité, mais aussi pleines de force, afin d'envisager inébranlabiomont les .événements avec sangfroid et avec un courage plein de -confiance. » En ce qui concerne la déclaration à l'adresse de l'Angleterre, le journal s'exprime comme suit : « On comprend par soi-même où -fille tend, alors même que w c-bancehur avait insisté sur des -considéra tu or; toujou-re 'de pius fin plus répandues. C'est une parole claire et nette. ■» » De « -Berlintr Dokal Arizeiger » dit : « Il est clair et intelligible que le chancelier a établi la différence fondamentale entre les sentiments avec lesquels nos adversaires "font la guerre et ceux avftc lesquels nous la faisons. Pour celui qui a saisi estte distinction de nio-t fs, il ne peut être douteux de savoir à qu, I incombe la responsabilité de la continuation de cette guerre. Concuirraïaïuent avec Ifitableau des forces cmnmei-ciiiles dépassant tiute attente fit de la douleur que le peuple allemand a offert au monde étonné, le chancelier a trouvé une parole pour laquelle, daits tout l'Empire, on lui doit des remerciements : « La. voie libre pour tous les hommes capables. Voilà la solution ! » Que cette jkirole devienne seulement une vénté, c'est une nécessité d'Etat qui doit se frayer uu chemin à travers tout. i.e ciacoiirs du <;îi;sneé>HT ai la presse suédoise. Stockholm, 39 sept •iiinre. — Le discours du Chanceliet est hbj> udail pur les jcnuaiaux de toutes tes opinions duigeantés. Le « Stockholm Dugbiad » lui eousnere déjà un article de fond ûélailiô où les conclusions pleines de dignité du discours, au sujet de l'attitude de iu Houmaine, sont mises en lumièie. « L^ Chancelier, dit-il, a ûonné, au aiyei de la façon cton.t Bratia/nu a clrfflohé à mettre sa politique en notion, des appréciations einprein-1 es de bonne toi. Ses coin m uan-ca lions se rapportant aux assurances données encore la veille inôuae de la déclaration d© guerre, constituent, au sujet d'uin monarque, un jugement que l'Histoire enregistrera. Ce jugement atteint -ncore davantage la promesse faite par Bratiamu, le môme jour. » Le « Stockholm Dagbiad » expose ensuite l'âpreté du discours vis-à-vis de l'Angleterre] et s'exprime comme suit sur les paroles du Chancelier ayant trait à la nouvelle orienta^ tin» après la ^uerrê :1t Elias témoignent cl$É

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Réactions 0

Plus de réactions

Emplacement

Périodes