Le bruxellois: journal quotidien indépendant

248 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 23 Fevrier. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 24 avril 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/125q81673g/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

4"*® Anne) - N. 86 ■ Hcj. S CENTIMES Vendredi 23 Février 1917 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. Bruxelles - Province - Etrange) 3 mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.6( Les bureaux de poste en Belgiqm «t à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ccux-c; prennent cours les Uahv. 1 Avril i juiiiet , 0cto». deux Ç|"t.s'abonn.er toutefois pour les dernier mwrS^n'°'iS mêrae Pour le prix de • chaque trimestre au 2 Mo's I Mois Fr 3.00 - Mk.2.40 Fr.l .50 -Mk.l .20 TIRAGE :ilC,OQO PAR JOUR Le Bruxellois annonces — La ligni Faits divers et Eclios . fr. 5.0C Nécrologie 3.0C Annonces commerciales . 1.5( » financières . . . 1 -0< PETITES ANNONCES La petite ligne La grande ligne. . . « • • LU TIRAQE i "SO.OOC PAR JOUR m liirial lïisti Indépendant ■ R bruxôxes, 45ram£ henrt mauTj DERNIERS COMMUNIQUES OFFICIERS ALLEMANDS BERLIN, 22 février. — Officiel, midi : Théâtre de la guerre à l'ouest. Groupe d'armée du feld-marécha! princ héritier Euppreoht de Bavière: An sud d Armcntières, après une intense can nade, plusieurs compagnies anglaises ont péni dans notre position; une vigoureuse contre-pous les■ en a aussitôt rejctces. En débarrassant les tri chées, nous^ mons compté 200 morts anglais; soldats ont été emmenés prisonniers. Des pouss> d'éclairenrs enemis au sud ouest de Warneton, sud du canal de La Bassée et entre l'Ancre et Somme, ont tchcué. Théâtre de la guerre à l'Est. Front d'année du leldmaréchal générc prince Léopoîd de Bavière: Au sud ouest de Riga et sur la rive sud du l de Narocz, des entreprises de détachements russ. s élevant jusqu'à la force d'une compagnie o échoué. A Lalasy, sur la Schtschara et dans pli sieurs endroits entre le Dniester et les Carpathi boisées, quelques coups de main de nos dêlacht ments d'attaque ont été exécutés avec succès. Front d'armée du général colonel archiduc Joseph: et Groupe d'armée du feldmaréchal général von Mackeisen: Par un temps de rafales de neige, l'action n'. Hé que minime. Front en Macédoine : A l'est dn Vardar, les Anglais ont tenté de s'in staller> devant notre position; ils ont été chassé; dans un combat d la grenade à main. AUTRICHIENS VIENNE, 21 février ; _ Théâtre de la guerre à l'Est. Pas d'événements particuliers. Théâtre de la guerre italien. Le combat d'artillerie sur le front du littoral a été de nouveau assez intense l'après-midi. Durant la nuit un avion ennemi a jeté, sans résultat, des bombessur nos positions du Carso et sur quelques lo-caliies.Dans le secteur de Judicarie, nous avons abattu par le feu de nos mitrailleuses, un avion italien ri ri /LuUm t _ _ servateur grièvement blesse. BULGARES SOFIA, 22 février. Front en Macédoine : Entre le Vardar et le lac de Doiran, feu d'artillerie intense qui augmenta d'intensité vers minuit, notamment aux alentours de Matschinkovo.Des détachements d'artillerie ennemie qui cherchaient à marcher de. l'avant, furent arrêtés par notre tir de ban âge. Sur le restant du front, faible activité d'artillerie. Nous avons dispersé par notre feu des patrouilles ennemies sur les versants méridionaux de la Belasitza Planino et dans la plaine de Seres. Un avion ennemi a jeté rans résultat des bombes sur la gare d'OHsschylan. Front en Eoumanie: A l'est de Tulcea, feu d'infanterie et de mitrailleuses sur les deux rives du bras St-Geaiges. TURCS CONSTANT!NOPLE, 22 février. — Officiel du 21 février : jrront du Tigre: Faible lutte d'artillerie et d'infanterie réciproque.Front du Caucase: Des mouvements de reconnaissance, effectués par m faible détachement ennemi contre let avant-postes de noire aile droite ainsi que contre notre aile gauche, ont été repoussées à notre avantage. Nous avons capturé dans une position une certaine quantité d'armes et de matériel. Pour le reste, l'ennemi a dirigé nn faible feu d'artillerie contre notre position de l'aile gauche. Sur les autres fronts, pas d'événements d'une importance particulière. FRANÇAIS PARIS, 21 février. — Officiel de 3 h. p. m. : Aucun événement important à signaler au cours de la nuit. PARIS, 21 février. — Officiel de 11 h. p. m. : Activité des deux artilleries dans la région de h Butte-du-Mesnil et sur la rive droite de la Meuse, vers le bois des Caunières et vers Bezonvaux.Les tirs de notre artillerie ont allumé un incendie dans les lignes adverses à l'ouest du Grand-Chenois. Un coup de main ennemi sur un de nos petits postes du secteur de la ferme des Chambrettes a échoué sous les feux de ces derniers. Journée calme partout ailleurs. RUSSES PETROGRAD. 20 février. — Officiel ; Dans la région de Slaveniine, grâce à un fei concentré, nous avons repoussé une attaque prononcée par un bataillon ennemi. Avant-hier et hier, nos aviateurs ont livré m certain nombre de combats aériens qui se sont ter minés en notre laveur. Un de nos avions, pilott par le lieutenant Pamsoti, a forcé deux appareils al lemands à rebrousser chemin. Sur le iront en Roumanie, duels d'artillerie e opérations de reconnaissance. ITALIENS ROME, 20 février. — Officiel ; Sur te haut plateau d'Asiago, dans la nuit du h février, un détachement ennemi a pénétré dan nos tranchées creusées dans la neige. Il est enlr dans un de nos retranchements établis dans les en viions de Casera Zebio Pastorille. Après un. vio chiens ont subi des pertes sensibles et hissé qi ques prisonniers entre nos mains. Nous avons de nouveau dirigé un tir précis S la gare de Tarvis. on.. ANCLAïS hé LONDRES, 20 février. iée S""s la protection d'un violent bombardeme m- 1'" a complètement détruit nos tranchées, de fo 39 détachements ennemis, appuyés par des tance-fia 'es rnes, se sont élancés hier soir à l'assaut contre t au lre petit poste avancé au sud de *e Transloy. No lu avons pénétré au cours de la nuit à l'est d'Arme ticres et à l'est d'Ypres dans les lignes allemand et y avons causé de graves dégâts. L'ennemi a fi U hier soir sauter une mine au sud-ouest de Wytscha te, qui n'a pas occasionné des dégâts. Les tranché u ont été copieusement bombardées pendant la fou 'S née à Sailly-Saillisel, La Bassée, Messines et ft-y nt schacte. i- Pemieres Dépêches Démission d'un ministre hollandais. La Haye, 22 février. — Le Bureau de Corres pondance de La Haye annonce que le ministre de finances, M. Van Gijn, a offert sa démission. Soi i successeur, qui serait déjà désiené sera nommi prochainement. y Les mesures contre la contrebande en Hollande. ; La Haye, 22 février. — La Première Ctsmbre s voté le projet de loi visant la répression énergique de la contrebande. ~8 gouvernement anglais et la navigation néerlandaise. La Haye,22 février. — Le Bureau de Correspondance de La Haye annonce que les navires néerlandais qui sent prêts à prendre la mer sur lest, à destination des Etats-Unis, ont reçu du gouvernement anglais l'autorisation de partir, à condition qu ils fassent escale à Halifax et qu'i'<- ne touchent à aucun port situé au sud du cap Hatteras. Cette avance du gouvernement britannique n- doit pas ~tre considérée comme une règle générale pour l'a ve.nr. il sera,statup-sur nbamsA f..' r:3Xti\'liIΣr Londres, 22 février. — Le comespo'rîun.n « Daily Mail » ê Madrid annonce que M. Gérard, avec quatre autres membres de l'ambassade des Etats-Unis à Berlin, est arrivé mercredi à Madrid. L'Amérique et le Mexique. Londres, 22 février. — L'Agence Reuter annonce que M. Fletcher, le nouveau ministre des Etais-Unis au Mexique, est arrivé à Mexico. Un de ses premiers actes sera de protester contre la saisie des mines appartenant à des étrangers et non exploitées encore au 14 février, que le président Car-ranza se propose de décréter. La catastrophe d'Arkangel. Copenhague, 22 février. — D'après «Poliiiken», le journal « Haparanda Nyheter » annonce que l'explosion de munitions survenue à Arkhangel le 27 janvier provoqua une. catastrophe terrible, qui a coûté la vie à des milliers de personnes. Le journal écrit : D'après les dires de témoins oculaires, le plus grand dépôt de munitions du monde a sauté. L'explosion avait entièrement le caractère d'un tremblement de terre. Les stocs de munitions et de matériel de guerre occupaient nn emplacement de 2 kilomètres de long et de 1 kilomètre de large. Les explosions se sont suivies coup sur coup. A la suite de la première, la gare du chemin de fer, située à une distança de 2 kilomètres, a été détruite. On évalue le» dégâts matériels à plusieurs centaines de millions de roubles. On croit généralement que la catastrophe ne doit pas être attribuee à la négligence, mais que malgré la sévère surveillance, quelqu'un a réussi à introduire une mâchée infernale dans le dépôt. On a arrêté jusqu'ici r00 Finlandais suspectés de participation à l'attentat. La situation à Athènes. Rome, 22 février. — Le correspondant d'Athènes du « Corriere délia Sera » mande que la note des Puissances de l'Entente prouve que la situation ne s'est pas encore éclaircie. Le gouvernement grec présume que l'attitude assez raide de la France doit être attribuée aux intrigues des vénizélistes, qui influenceraient les ministres de l'Entente. Les journaux athéniens affirment que certains milieux français veulent amener le gouvernement français à occuper Athènes pour des motifs politiques. La Suède doit souhaiter la défaite de l'Angleterre. Stockholm, ?.l février. — L'écrivain militaire Ernest Liljendahl traite dans l'« Affonbladet » les principes juridiques concernant la guerre s«i:s-marine allemande, et démontre que l'Angleterre était le pays où le droit des gens fut tout d'abord foulé aux pieds. Liljendahl déclare également que la situation est celle-ci : Depuis deux ans et demi , l'Angleterre maintient le blocus de la faim, mais on ne peut obliger au nom d'aucune morale le peuple allemand à se laisser mourir de faim. Longtemps assez il a résisté et toléré la navigation neutre à destination de l'Angleterre. Mais à prése'i f l'heure décisive a sonné : l'Angleterre a chois: comme arme le blocus de la faim: l'Alemagr.e lu: répond par la même arme. C'est là son pleir droit. Le peuple de Kant établit ici un « impérati: catégorique .> qui a pour but de vaincre l'Angléter ? re. Ceci signifie avant tout pour la Suède, le re s foulement de la Russie vers l'Asie. Avant la guer s re, nous n'avions rien à reprocher à l'Angleterre Mais ceiie-ci combat pour l'extension de la tyran nia russe en Europe. C'est pourquoi nous avon: • l' - A i J - 1 > K TvT mu iet- ne pouvons ril mi-:ux que de suspen re le | plus possible ligation vers l'Angleterre, j sur afin de sauverlos propres marins. En outre, nous pou y delà la Baltique, prendre plus de contaelAllemagne. Si l'Angleterre est atteinte patfcis, l'Entente sera affaiblie, de telle solrtel neutres graviteront dans n ' l'orbite des Pu] Centrales. C'est par là que | 4 les intérêts de te prendront une meilleure n~ tournure. 10- us Appel Mftteuis anglais. n- Berlin, 20 fé — Le correspondant du es ! « Deutsche Taj g » à Rotterdam constate iil 1 d'après des info: i de toute première source, ». s que depuis l'enfirigueur du blocus, nos en-js i fiemis n'ont pas lréussi à capturer ou anéan-r- ! tir un seul sous* On peut Ivre depuis quel- I (. j ques jours danslies ateliers de guerre an- I glais, une grande» s'adressant à tous l^s ou-| vriers et ingénieJjomettant de grosses primes J en argent comptAelui qui pourrait déccûvrir | un moyen efficacfJ :tru.ire les sous-marins al-j lemands. Cet appfc inventeurs émane de 1 A-J mirauté anglaise. B' - j SapAe valeurs. s ! Zurich, 21 févrl- De La Haye à la « Nou-i | velle Gazêtte de Zu » : Les Allemands ont saisi : j à bord du -< Pr'ink drik » des valeurs hollan-j daises s'élevant allions die florins, qui étaient j expédiées à LondrfeU lins d'être réglées d'après I les devises aàglaisâ/argent a été déclaré pcii- ! Malvemifis sn Kussie. | Rotterdam, 22 féCr. — On sait qu'il y a un j procès pendant ceifeWicien ministre de 'a gw <"• { re russe Suchumijïf, ta « Ri'skoje Wolja «an | nonce maintenant m. 'fcie Suchumlinow aura egs î lement à répondrejtvant la justice pour des fait; | du même genre. Eji a été arrêtée, mais elle peu | rester chez elle, où elle est surveillée, avec soi I mari malade, contre diversement d'une caution c j 100,000 roubles. j *' Un nouvc4x.; journal allemand, î Sofia, 19 février. —' Aujourd hui a paru le pi -| mier numéro du joutai allemand « Deutsche Ba l:an Zeitun^ », f,Lcm L'emprunt italien. Berne, 21 février. — D'après les journaux mil! i nais, la clôture des signatures pour le quatrièir j emprunt de guerre a été ajournée du 25 février a i 10 mars. A la Commission principale du Eeichstag. j Berlin, 21 février. — La Commission principe du Reichstag s'est réunie aujourd'hui avant miel Les délibérations auxquelles assistaient les s:cn taires d'Etat Dr Helfferich, ven Coppelle, com Rredern et Zimmermann, étaient de nature cc-nf dentielle. Le secrétaire d'Etat aux affaires étrai gères a fait, avant le dépôt de l'ordre du jour, d< communications confidentielles au sujet de l'évi lution de la situation politique depuis le 31 janvie II a traité de l'attitude des diverses puissances nei très et a parlé d'un prochain livre blanc contena les écrits échangés dans la diplomatie. Le sscréts de d'Etat disserta longuement ensuite de la situ tion née de la rupture des relations diplomatiqu' avec l'Amérique. 11 termina, aux applaudissemen de la Commission, en exprimant sa vive confia: ce que nous atteindrons au moyen des sous-mari: le but proposé. Le secrétaire d'Etat de l'office ir périal de la marine exposa que les espoirs fond par la marine sur la guerre sous marine sans me ci, avaient non seulement été réalisés, mais déps ses. La fin de son discours fut couverte d'appla dissements. Etant donnée la manière systématiq de la presse anglaise de voiler par ordre gouvern mental tous les coulages de navires, il est d'ailleu difficile de poser dès à présent des chiffres ce tains. Les chiffres publiés il y a quelque temps da un grand journal quotidien berlinois, au sujet -tonnage coulé — nous en avons les preuves main — ne sont pas du tout exacts. On ferait bea coup mieux, avant d'être en possession des cons( tatiens officielles, de ne dire plutôt rien, que de < ter ces données sommaires, qui ne sont utilisé par nos ennemis que pour créer de l'agitation cc tre nous et amoindrir ou voiler les effets de guerre sous-marine. Bien que toute une série sous-marins ne soient encore rentrés à leur p d'équipement, de leur raid s'étenc'ant à leur ray d'activité et d'après les instructions reçues, le : crétaire peut assurer que les résultats obtenus c passent les espoirs fondis par la marine. 11 est jouissant de constater qu'il n'existe aucun mt de n'avoir pas même à déplorer la perte d'un si sous-marin depuis le début de 1a guerre sous-n rine sans réserve. Les mesures de protection d' on a tant causé dans la presse anglaise et au P lement anglais, ne dépassent point la mesure n-maie, s'il faut en croire les sous-marins rentrés voyage. La navigation est pour ainsi dire nulle d; la mer du Nord. Quant à la navigation, elle quasi suspendue. Si l'on considère la situation di son ensemble, la marine peut envisager avec plus grande confiance le développement ultrri. de la guerre sous-marine. Le9 espoirs que foi sur elle le peuple allemand sont pleinement le tirnes par les résultats acquis jusqu'à présent. Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur fit remarq que le ravitaillement de l'Angleterre en matières première nécessité augmentait de jour en jour.l fournitures en vivres, bois de mines et charbon tes par l'Angleterre aux Alliés et aux neutres décembre 1916, et le recul contre le mois de cembre 1915 est sensiblement plus grand que . prouvent que le ravitaillement bntan- i niaue approche de son point dangereux. De meme tei au point de vue commercial, on peut compter en e oute certitude sur la complète réalisation de toutes et les espérances inhérentes à la guerre sous-manne Après îe dépôt de l'ordre du jour, le secrétaire n d'Etat aux Finances, comte Rœdern, prit .a par . Pour faire des déclarations confidentielles concer- E nant la situation financière. g La guerre maritime. c, Londres, 21 février. — La « Gazette ^ dres « annonce que jusqu'à contre-ordre, seuls e s navires britanniques ou alliés pourront accoler Plymouth. L'Amirauté a défendu aux puote*. eh£ osrs de travailler dans les ports et eaux temtona les du Royaume-Uni depuis Yarmouth jusqu a St- Abbey Road. Berlin 22 février. — Comme nous t'apprenons, c tes huit membres américains appartenant^ aux équipées des navires marchands ennemis captures et transportés en Allemagne par le « Yarrov.'dale », ont été mis en liberté. Quoiqu en raison de la * tuation les Américains pouvaient être traites; com-me prisonniers de guerre, on avait dec.de, depms longtemps, mais exceptionnellement, leur mise en liberté, attendu qu'ils ignoraient avant ,eur depa qu'ils seraient traités en Allemagne comme prisonniers de guerre en leur qualito de membres de l'énuipage d'un navire marchand arme ennemies nouvelles arrivées ici d'Âmerique apres k ru^ure des relations diplomatiques, au sujet de la ®-des navires allemands et de l'internement des équipages allemands, semblaient toutefois^ ^cons- lier de ne pas mettre ces hommes en lîberte avant q ■ n'eût reçu une communication officielle au su>et de l'incident. 11 a donc été procédé a cette mise e liberté après qu'on eût reçu officiel.em.nt ■ que les navires allemands n ont pas ete saisis en ; Amérique et que les équipages n'ont pas ete inter- î n" Londres, 21 lévrier. (Reuter.) — Le voilier an-; giais « Centurio »> (1,828 tonnes) a été coule. Berlin 21 février. - Deux sous marins retour de voyage ont coulé 24 vapeurs, 3 voiliers et 9 bateaux de pêche. Parmi les vaisseaux coules, il y en" a un jaugeant brut 9,100 tonnes de charbon, un de 3,000 tonnes de minerai de^ fer,un de ^3.500 ^t^ un vapeur de 2,700 tonnes de matériel de guerre pour l'Italie, un de 400 tonnes de zinc, un de 800 tonnes de marchandises diverses, et un de 300 Q tonr.es de fers à chevaux, le tout jaugé brut. En outre, parmi les vaisseaux coulés se trouvait un tank à vapeur jaugeant brut 7,000 tonnes. Un canon a été capturé. e Londres, 21 février. — Le vapeur allais « Bri-i. gade », jaugeant brut 425 tonnes, a été coulé. ie DEPECHES (Reproduites de l'édition précédente.) >s >- Los neutres. Lss Brésiliens raillent Wilson. r. Nous lisons dans la «Gazette de Cologne» : i- Le journal «Le Brésil», paraissant à Paris, jette it de nouveau une lumière éclatante, dans son numé- i- ro du 4 courant, sur les contrastes existant entre i- l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud au point ;s de vue des idées pacifistes de Wilson. ts Dans un aperçu chronologique au sujet du déve-i- loppement de la doctrine de Monroë, l'auteur fait is ressortir comment, depuis le gouvernement de y Roosevelt en 1902, cette doctrine défensive s'est îs transformée de plus en plus en une doctrine impé-r- rialiste — offensive — et ce d'une façon assez s- rapide, après que l'Europe eût assisté, les bras u- croisés, au spectacle édifiant comment les EtaTs-xe Unis annexèrent les dernières colonies de l'Ès-e- pagne, Cuba et Portorico, dans leur sphère d'in-rs térêt. Depuis cette époque, on ne dit plus : « L'A-r- mérique aux Américains », mais : « L'Amérique us aux Américains du Nord ». Roosevelt déchire le :lu traité de 1848 avec la Colombie et prend le Pana-sn ma. Il brandit le « big stick », en sa qualité de u- politicien-surveillant, sur la tête des républiques :a- latines américaines et confirma ainsi le droit de ;î. surveillance des nations fortes sur les nations fai-ss Mes. Sous Taft, la diplomatie du dollar atteint une n- grande renommée ; elle s'exerça par la surveiiian-la ce financière des républiques insolvables de l'A-de mérique Centrale, sous le prétexte de les protéger 3rt contre leurs créanciers européens. Wilson pro-on pose aux républiques latines, dans son célèbre disse- cours de Mobila, un traité de garantie réciproque lé- au point de vue de leur intégrité, de leur souverai-•é- neté et de leur égalité vis-à-vis des Etats Unis. En itif même temps il intervient, les armes à la main, :ul dans les affaires du Mexique et met la main sut ia- San Domingo et Haïti, où débaïquèrent des mate-rat lois et des fonctionnaires américains, ar- Benjamin Jefferson, l'ambassadeur américain at ïr- Nicaragua, gouverne cette république et lui impose de un traité de cession relatif à l'isthme de Nicara-ms gua. Et voilà le principe défiguré qui est devent est « un principe de pillage et d'extorsion », que M ms Wilson propose à l'Europe comme une fermuli la pour la paix, pour l'union et le droit! ;ijr L'impérialisme des Yankees a transforme, pa1 ide ces événements, la doctrine de Monroë, et son ori gi_ gine si généreuse et si désintéressée, « en de: chiffons de papier sans valeur », et, après tout cela Jer M. Wilson veut encore jouer le rôle d'arbitre di (je monde et apporter aux peuples la Charta-Magna d> es la paix idéale, dont il rêve ! ! ! Fai- A la Chambre des Communes, en Londres, 20 février. — A la Chambre des Com dé- munes, ira député a demandé au gouvernemen le si certains navires signalés comme perdus avaien ltion d'annoncer combien de navires ont été cou-; ni où ils ont été coulés, ces indications pouvant re utiles à l'ennemi. Les informations concernant la perte ou les ava-îs de navires seront communiquées officiellement l'armement intéressé ou aux bureaux du Lloy . n conséquence, si des nouvelles paraissent _ au ijet de bâtiments torpillés par des sous-marins, [les ne se basent pas sur des informations ofîi-gIIcs»Lo rationnement en Angleterre. Londres, 21 février. - Le « Times » annonce ue les restaurants ont été rationnés pour le sucre t pour la viande. La politique économique en Angleterre. Londres, 21 février. — D'après le «Daily News». ,n envisage une nouvelle réduction des importa- ions de papier et de pâte de bols, qui avaient oe£ ité diminuées de moitié. On négocié avec la --e en vue d'amener ce pays à restreindre ses existions vers l'Angleterre, exportations qui se sont augmentées sensiblement pendant • a1':'-3 écoulée. La récolta de îroment en Angleterre. Le « Daeens Nyheter », de Stockholm, apprend de Londres que, malgré les mesures prises par les autorités, la récolte de froment pourrait bien rest-r en-dessous de celle de l'année derniere A cause -n résiderait dans les dégâts occasionnes aux semailles d'automne par l'hiver rigoureux. On doit donc s'attendre à une nouvelle hausse du froment. L'âge militaire en Angleterre. Le « Times » écrit qu'il est très probable que le gouvernement anglais portera 1-ge nui.air. 41 à 50 ans. La disette en Grèce. Amsterdam, 21 février.- Le correspondant athénien du « Times » annonce : Le blocus mari., ne, commence déjà à faire sentir son influence. D -manche on n'a distribué que les /'8 ou pain. U four avant on n'a rien su se procurer avant midi. Il paraît exister une grande disette de riz caroni et de légumes, pour lesquels on paie des nrix exorbitants. Le nombre des mendiât* a considérablement augmenté.Comme jaous 1 avonsmen- ~-sures,* iiu'irt laminer 1 îfitfxjfffliôn des vivres"." Les journaux suisses annoncent que d'après des informations italiennes, une disette de pain s'est produite à Athènes. La population ne reçoit plus que 125 grammes par tête d'un pain de qualité médiocre. Les représentants de l'Entente accusent les autorités grecques d'avoir caché des dépôts de blé. On a distribué du blé dans quelques îles dépendant du gouvernement vénizéliste. Un démenti de M. Gérard. Paris, 20 février. — Le «Journal du Peuple» an nonce que M. Gérard a prié les journaux de démentir formellement qu'il ait jamais accordé d'interview à certains journalistes parisiens. La censure a supprimé la suite de l'information. Explosions on France. Paris, 21 février. — D'après le « Petit Journal », une explosion qui s'est produite dans la poudrière de Sevran Livry, a coûté la vie à six personnes. Les dégâts matériels sont considérables. A 'a suite d'une explosion,dans les ateliers de Verpallière (département de l'Isère), cinq ouvriers ont été grièvement blessés, tandis qu'un autre a o,r' Fermeture du port de Pfymoath. Christiania, 21 février. — La légation norvégienne à Londres annonce que Plymouth, le pert da guerre anglais, vient d'être fermé à la navigation neutre. Plus de charbon pour l'Italie. Lugano, 21 février. — Dep>uis une quinzaine, les journaux italiens ne publient plus d'informations relatives aux entrées et aux sorties de navires dans les ports italiens. Le correspondant à Gênes du « Sole » conslate qu'une hausse du fret de 10 shillings à la tonne, consentie pour le transport du charbon en Italie par les gouvernements français et anglais dans le but d'attirer lès navires neutres, n'a donné aucun résultat. Les importations de charbon à Gênes ont complètement cessé et les dépôts sont épuisés. L'emprunt russe. D'après le « Djen », les souscriptions à l'emprunt de guerre, ont été clôturées le 13. Les obligations dont le placement avait été entrepris par les banques privées, n'ont pu être placées. Il n'y avait de demandes ni de la part du capital moyen ni du petit capital. La guerre sous-marine. Londres, 21 février. — Le voilier anglais « Centurio » (1,828 tonnes), a été coulé. Francfort-sur-Meîn, 21 février. — De Christiania à la « Gazette de Francfort » : La Norvège a perdu jusqu'ici 47 navires dans la guerre. Berlin, 21 février. — D'Amsterdam à la « Ga-i zette de Guerre » : Malgré le système anglais de tout voiler, la conviction se fait jour, que la guerre : sous-marine à outrance sera le tombeau du commerce maritime anglais. Les pertes totales des armateurs anglais, depuis le début de la guerre, ne peuvent encore être évaluées, même approximati-> vement. Le Lloyd avoue, que depuis le 1 février , 200,281 tonnes ont été perdues. Dans ce nombre i ne figurent que des paquebots et des vapeurs de : pêche, non compris les navires de surveillance et les bateaux de pêche. Les plus gravement atteints, sont les armateurs de Londres, Liverpool et Gla» gow. t Frontière suisse, 20 février (Havas). — Ont en-t core été coulés le 17 février les vapeurs anglais

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Ajouter à la collection

Périodes