Le bruxellois: journal quotidien indépendant

249 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1917, 21 Juin. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 26 avril 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/2f7jq0tn81/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles - Province - Etranger ^ mois : Fr. 4.50. - Mk. 3.60 Les bureaux de poste en Belgique 1 et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les 1 janv. 1 avril I juillet 1 octob. On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois 1 Mois Fr.3.90-Mk.2.40 Fr. 1.50-MU.20 TIRAGE : UO.OOO , PAR JOUR Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 5.00 Nécrologie 3.00 Annonces commerciales . 1X0 » financières. „ 1.00 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.50 La grande ligne LCO TSHAGE : HO.CGSI PAR JOUR Rédacteur en Chef : René Armand ■ Icœrsa! Quotidien Indépendant m Rédaction, Administration, Publicité, Vente : Jj BRUXELLES, 45, RUE HENRI MAUS g Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS BERLIN, 20 juin. — Officiel de midi : Théâtre da la guerre à l'Ouest. Groupe d'armée du leîd-maréchal prince héritier Rupprecht de Bavière: Entre Ypres et la Lys, la lutte d'artillerie a pris, particulièrement le soir dans certains secteurs une grande intensité. Depuis le canal de La Bussée jusqu'à la Scarpe l'action d'arti'.lerie a été également vive. Au sud-ouest de Lens, les Anglais ont attaqué sur la rive nord du ruisseau de Souchez. Sur les ailes, ils ont été repoussés. Au centre, ils ont réussi à pénétrer dans nos tranchées avancées. Par une vigoureuse contre-poussée nous avons empêché que 'des contingents anglais rapidement amenés aient pu létendre ce succès. Dans l'avant-terrain devant nos ■positions au nord de St-Queniin des rencontres ont 'eu lieu ernre nos postes et des détachements de patrouille anglais, qui ont dû céder devant notre feu. .Groupe d'armée du Kronprinz allemand: Le long de l'Aisne canonnade se ravivant seulement par endroits. En Champagne occidentale la plus grande partie du terrain, que nous avions perdu le 18 juin au sud-ouest du Mont Haut aux Français, ta été repris par une vigoureuse contre-attaque, exécutée par un régiment de la « Mark ». Sur les autres fronts, rien de particulier n'est arrivé au cours des actions de tranchées habituelles. BERLIN, 19 juin. — Officiel du soir : L'activité combattive s'est ranimée à diverses reprises en Flandre et à l'ouest de la Champagne. A part cela, rien de nouveau. Sur mer. Le butin sous-marin en mai : BERLIN, 19 juin. — On annonce ofjicieilement que 869,000 tonnes de jauge marchande brute ont été cornées en mai par les mesures belliqueuses des Puissances Centrales. De ce fait et en y joignant les pertes de guerre connues ultérieurement, 3 millions 655,000 tonnes brutes du tonnage marchand ■utilisable pour nos ennemis, ont été anéanties depuis le début de la guerre sous-marine à outrance. BERLIN, 19 juin. — Officiel ; Nouveaux succès sous-marins dans l'océan Atlantique 24,000 tonnes de jauge brute coulées. ■Parmi les vaisseaux coulés se trouvent trois grands vapeurs Anglais, dont deux étaient escortés de destroyers, ainsi que le vapeur anglais « Amor » i'jaugeant 3473 tonnes chargé de 5,000 tonnes de céréales.AUTElICtflEN VIENNE, 19 juin. — Officiel ; Théâtre de la guerre à l'est. Dans le secteur de Valeputna, nous avons repous-sé une attaque russe. A part cela, rien d'intéressant. Théâtre de la guerre italien, Sur le haut plateau des Sept-Communes et dans la vallée de Sugana, entre Asiago et Brenta, une nouvelle bataille d'artillerie bat son plein depuis hier matin à l'aube.*Rien de nouveau à signaler à l'isonzo. Théâtre de la guerre au Sud-Est, Situation inch'ingée. BULGARES SOFIA, 19 juin : Front en Macédoine : 'Au nord de Bitolia, entre les lacs de Butkowo et de Tacluno, activité d'artillerie et entreprises de patruoilles sur la rive gauche de la Strouma. Sur le restant du front faible activité d'artillerie. Front en Roumanie : ,Feu d'artillerie et d'infanterie près de Mahmu-'dia et de Tukea. PKÂÊlÇABà» PARIS, 19 juin. — Officiel, 3 h., p. m. : En Champagne la lutte d'artillerie a été violente entre le Mont Blond et le Mont Cornillet. Une forte contre-attaque ennemie sur les positions que nous avons conquises hier dans cette région a été brisée par nos feux. L'ennemi a subi des pertes sérieuses et a laissé de nouveaux prisonniers entre nos mains. Des tentatives ennemies sur nos petits postes au nord de Saint-Quentin et vers la tranchée de Ca-ïonne ont échoué. Rencontres de patrouilles en forêt de Parroy. Nous avons fait quelques prisonniers 'dont un officier. PARIS, 19 juin. — Officiel, 11 h., p. m. : Aucun événement important à signaler en dehors d'une assez grande activité des deux artilleries dans la région de Ciaonne. RUSSE PETROCRAD, 17 juin. — Officiel ; Front à l'Ouest: Fusillades. Dans Le- secteur de Lysiec, au sud-ouest de Stanislau, nos détachements de reconnaissance se sont frayé un passage à travers les obsta-ëles de fil de fer barbelé de l'ennemi; ils ont repoussé et dispersé un avant-poste. Nos aviateurs mnt lancé des bombes sur différents points importants silués à l'artière des lignes ennemies. Front en Roumanie et front du Caucase : fusillades.ITALIEN! 1 ROME, 18 juin. — Officiel : La nuit du 17, notre feu a enrayé des tentati-ces d'attaque dirigées par l'infanterie ennemie contre nos positions établies sur le mont Moscuagh, sur le haut plateau d'Asiago et sur la hauteur 652 du Vodice. Hiert nous avons encore une jets entra vé des mouvements de troupes ennemies dans la vallée de l'idria et dans le bassin de Gargaro. Sur le Carso et au nord-est de Jamiano, nous avons avancé et amélioré un latge secteur de notre front. Hier, près de Coritzia, nos aviateurs ont descendu deux appareils ennemis; l'un d'entre eux est tombé à l'est de Vertoiba et l'autre dans une prairie près de Benzitano, dans la vaJ-ée du Vipacco. La nuit, deux de nos aviateurs ont efficacement bombardé une concentration de troupes autrichiennes dans les environs de Tolmino et des batteries ennemies établies sur le Hermada. ANGLAIS LONDRES, 18 juin. — Officiel ; Aujourd'hui, à l'aube, l'ennemi a dirigé une énergique attaque locale contre les positions dont nous nous sommes emparés à l'est de Monchy-le-Preux. Après un combat acharné, nos troupes ont dû abandonner certains avant-postes établis devant la nouvelle position principale que nous occupons sur la Colline de l'Infanterie. Au nord de la Scarpe et près d'Ypres, violente canonnade. Ce matin, nous avons fait 21 prisonniers, tandis que l'ennemi tentait vainement de reprendre les positions qu'il a perdues sur la Colline de l'Infanterie. La nuit, nous avons gagné un peu de terrain sur le front de bataille près de Messines, dans la direction de War. nelon. Près de Lens et au nord d'Armentières,l'artillerie a été r,clive de paît et d'autre. Dernières Dépêches Les combats à l'Ouest. Berlin, 19 juin. — Au front de Flandre, le feu d'artillerie est resté modéré. Seules certaines parties de la position de Wytschate ont été exposées à un feu très lourd,mais isolé. L'artillerie allemande a continué avec succès à combattre les batteries anglaises. Le feu à distance des lourds canons de terrain plat, a détruit partout les communications ennemies, même la nuit. Au front d'Arras des patrouilles allemandes ont ramené à diverses reprises des prisonniers, des tranchées anglaises, notamment à l'est, de Croisilfes où une seule patrouille allemande filt 17 prisonniers. Collisions entre patrouilles dans la région de St-Quentin.Au front de l'Aisne, les Français ont de nouveau fait deux attaques infructueuses, qui leur valurent des pertes considérables, dans le but de reconquérir le saillant montagneux perdu au nord-ouest de la ferme Hurtebise. Sur le Hochberg, il n'y a à signaler que le minime succès partiel menitiorané par le communiqué français. Une forte attaque teintée vers 10 heures du soir, dans le but d'étendre les minimes succès remportés, a échoué avec des pertes considérables pour l'ennemi. Les combats à l'Est. A l'est, nous avons copieusement bombardé en guise de représailles pour les bombardements russes, la gare de Weiki, au nord-est de Postawy, ainsi qu'un campement russe au nord-est de la même localité. Contrairement au repos qui existe à présent sur tous les théâtres die la guerre, le front le plus important actuellement, est celui da Thessalie. Faute de succès n'importe où contre les Puissances centrales, l'Entente fait grand bruit de la marche triomphale de ses troupes, dans ce pays neutre non défendu, et sans moyens de défense. Le nouvel et dernier espoir de l'Entente. Berlin, 20 juin. — De Paris à la « Gazette de Voss » : Malgré tous les avertissements le gouvernement franais ne fait rien pour remplacer son tonnage marchand. La crise des transports s'aggrave et jouera finalement le rôle principal. A Paris, la Russie ne compte plus pour rien. C'est l'Amérique qui est à l'ordre du jour actuellement, l'Amérique avec son flot d'or, ses millions de soldats et ses avions qui, au printemps prochain, couvriront de bombes l'Allemagne. Reims et St-Quentin. Berlin, 19 juin. — Le radiottéilégramme français du 19 juin, à 1 h. 45 du matin, annonce que 2,000 grenades sont tombées sur Reims te 18 juin.Il ressort pourtant des dernières listes des batteries allemandes qu'il n'y eut pas plus de 55 grenades déchargées contre la ville de Reims, notamment sur dîs batteries reconnues dans la ville. Peuit-être cet te information française effacerar-t-elle la mauvaise impression qu'a pioduite l'inutile et barbare destruction de St-Quentin. Ou est-ce peut-être pour mettre en lumière le courage du président Poincaré dont le radiotélégramme du 18 juin a annoncé la visite dans cette ville tant bombardé»? Le radiotélégramme se trouve d'ailleurs en contradiction avec son information de fort bombardement, vu qu'il ne cite qu'un civil tué et 3 blessés. Démission de l'ambassadeur anglais à Paris. Berlin, 20 juin. — L'ambassadeur anglais à Paris, Sir Francis Bertic a, dit-on, présenté sa démission depuis une semaine déjà. On cite Asquith comme premier candidat. Le roi de Grèce en Suisse. Lugano, 20 juin. — Le roi Constantin est arrivé mardi soir dans cette ville. La gare était gardée par des troupes. Plusieurs journaux annoncent que le roi se fixera provisoirement à Thusis dans les Grisons.Les événements en Chine. New-York, 20 juin. — Le « Sun » apprend de Pékin qu'un certain nombre de navires de guerre japonais sont arrivés dans le port de Shanghaï ; on y attend également une escadre américaine. Les gouverneurs militaires révoltés exigent 'a neutralité de la Chine. REVOLUTION RUËâE. Le résultat de l'emprunt russe. Stockholm, 20 juin. — L'emprunt de .lia liberté n'a donné en tout que 1.2 milliard de roubles, au lieu du minimum de 3 milliards escompté. La cause de l'accident ds Pétrograd. La Haye, 20 juin. — L' « E:;change Telegraph » apprend que la formidable explosion qui s'est produite dans le port de Pétrograd, et qui a coûte 'a vie à un grand nombre de personnes, a été causée par la déflagration de grandes quantités de matières explosives ang aises, qui y étaient emmagasinées. -,os difficultés du ravitaillement en Boukharie. Stockholm, 20 juin. — D'après des nouvelles arrivées de Taschkent, l'émir de Boukharie a dispensé la population du paiement de la moitié des impôts de cette année, à raissn de la difficulté de ravitailler le pays. Les prévisions sur la récolte russe. Stockholm, 20 juin. — D'après les dernières statistiques publiées sur l'état des récoltes russes, le blé d'hiver est en majeure partie pourri au point qu'il a dû être retourné. L'état des semailles est tout au plus médiocre dans les régions les plus favorisées ; dans la partie occidentale du pays, il est en dessous de la moyenne. De grandes étendues de terres ensemencées, où les semaines se sont gâtées^ n'ont pu être ensemencées à nouveau. LA GUERRE SOUS-MARINE. Berne, 19 juin. — De Paris au « Progrès de Lyon » : Les deux barques « Françoise Georgettè » et « Eugénie Mathilde » ont été bombardées et coulées le 19 juin par un sous-marin. Un troisième navire de pêche a été coulé, de la même manière, le 10 juin. Rotterdam, 19 juin. — Du «. Maasbode » : Les navires « Syrien » (1004 tonn?s) et « Hernies » (3795 t.), de Helsingfors doivent être considérés comme perdus. Les navires de -pêche anglais « O-cean », « Pride », « Onward », « Torbay » et « Lass Carian », ont été coulés, de même que les navires de pêche français « Eugénie Mathiide », « Françoise Georgett© », « R. 1 [>65 » et « Madeleine ». En outie, les uavirr-'s ac^Liiaavts « Seirrum Svèndrup », « Syvia », « Viœe«t » et « Candace ». - DÉPÊCHES (RepioUuites de l'édition précédente.) Une démarche en faveur de la paix. Berne, i8 juin. — Reuter aussi bien que l'Agence Télégraphique de St-Pétersbourg, nous transmettent des,communications au sujet de la transmission d'une offre de paix allemande à St-Pétersbourg par l'intermédiaire du conseiller fédéral Hoffmann, chef du département politique, et par celle du conseiller national social-démocrate suisse Robert Grimm, séjournant là-bas pendant ces dernières semaines. Voici ce que l'Agence Télégraphique Suisse nous apprend de source autorisée : Le 27 mai, l'ambassade suisse à St-Pétersbourg a demandé au conseiller fédéral Hoffmann, séjournant temporairement en cette ville, de bien vouloir transmettre un télégramme où il était dit en substance : « Un besoin de paix générai se fait sentir. La conclusion de la paix est une nécessité urgente tant au point de vue politique et économique qu'au point de vue moral. Ce qu'il y aurait de plus dangereux, ce serait de voir troublées ces négociations par une offensive à l'Est. Si ce trouble ne se manifeste point, une liquidation serait possible dans un temps relativement court. » On priait ensuite Hoffmann de bien vouloir instruire Grimm des buts de guerre connus de9 gouvernements, c^ci devant faciliter les négociations. Le 3 juin, l'ambassade suisse à St-Pétersbourg reçut le télégramme-réponse chiffré suivant : « Le conseiller fédéral Hoffmann vous autorise à faire à Grimm les communications verbales suivantes : L'Allemagne n'entreprendra point d'offensive, aussi longtemps qu'un bon accord avec la Russie est possible. Les pourparlers réitérés que j'eus avec des personnalités éminentes, m'ont donné la conviction que l'Allemagne poursuit une paix honorable pour les deux parties, avec la Russie, paix impliquant des relations commerciales et économiques futures étroites et le soutien financier nécessaire à la restauration de la Russie ; elle s'engage à ne pas se mêler des affaires intérieures de la Russie, à une entente cordiale avec la Pologne, la Li'thuanie et la Courlande en tenant compte du caractère particulier de leurs peuples, et à rétrocéder les territoires occupés contre1 la rétrocession des territoires occupés par la Russie en Autriche-Hongrie. Je suis convaincu que l'Allemagne et ses alliés entameront immédiatement des négociations de paix concernant les buts de guerre, avec la Russie et ses aliiés. A cet égard, je m'en réfère à la conr.-nunica-tion faite par la Norddeutsche Allgemeine Zeitung » où la question des annexions est traitée à fond, d'accord avec Asquith. L'Allemagne ne désire pas d'extension territoriale pour s'agrandir, ni aucune extension politique et économique. Ce télégramme fut déchiffré par des gens non désignés à cet effet et publié dans le « Social-De. mokraten », l'organe du Suédois Branting, à Stockholm. Cette démarche a été entreprise par le conseiller fédéral Hofiman sans la moindre influence et avec l'idée de provoquer une paix rapide dans l'intérêt général du pays. Commentaires suisses. Berlin, 19 juin. — Le « Berner Tagewacht », organe, socialiste de la nuance Zimmerwald, consi dère l'affirmation du gouvernement russe, d'après lequel Grimm serait un agent allemand, comme une pure calomnie. Le « Berner Tageblatt » dit également que jamais Grimm n'a été un agent de l'Allemagne.Les journaux annoncent que le conseiller national Grimm est rentré à Berne. La plupart des journaux suisses, tels que le « Basler National Zeitung », 1© « Basîer Nachrich-ten », la « Neue Ziircher Zeitung », le « Berner Bund », le « Berner Tagblatt », s'accordent à déplorer le cas Hoffmann-Grimrn, qui serait de nature à porter ombrage à la neutralité suisse. Entretemps le conseiller Hoffmann a envoyé sa démission de membre du Conseil fédéral en protestant contre la saisie d'un télégramme chiffré par des personnes non autorisées, et en déclarant qu'il avait agi 90u® sa propre responsabilité, dans l'intérêt de la Suisse, chaque jour malmenée davantage par la guerre, et qu'il préférait se retirer plutôt que d'être une source de méfiance et de désunion au Conseil fédéral et nuire peut-être ainsi à sa chère patrie. On parle du Genevois Ador, président de la Croix-Rouge internationale, pour le remplacer au sein du Conseil fédéral. Celui-ci a accepté avec regret la démission du conseiller Hoffmann, et en rendant hommage à ses services. (N. D. L. R.) Démission du cabinet viennois , Vienne, 28 juin. — Les journaux du soir répandent le bruit d'après lequel le président des ministres Clam-Martinitz aurait offert à l'Empereur la démission du cabinet tout entier, par suite des décisions du club polonais de ne pas approuver le plan budgétaire provisoire du gouvernement actuel. L'Empereur s'est réservé la décision. Le Comité du budget, convoqué demain pour discuter le plan budgétaire provisoire, ne siégera pas. Vienne, 18 juin. — L'empereur Charles a reçu aujourd'hui le président du Conseil en audience privée.Vienne, 19 juin. — D'après les journaux, un long Conseil ministériel aurait été tenu hier, où l'on aurait résolu de présenter aujourd'hui à l'Empereur la démission globale du cabinet. Vienne, 19 juin. — Le président du Conseil, Clam-Martinitz, d'accord avec la décision prise hier au Conseil de cabinet, a remis aujourd'hui à l'Empereur la démission de tout le cabinet. L'Empereur s'est réservé de décider. Combat entre navires russes et japonais. Berlin, 17 juin. — On mande de Kurrachee (Indes Orientales) viâ Amsterdam au « Bsrliner Lo-kal-Anzeigôr », qu'un vapeur anglais aurait assisté vers la mi-mai à un combat entre navires de guerre russes et japonais près de Vladivostock.Les Japonais se rendirent maîtres des navires russes, apparemment occupés par des mutins, et les remorquèrent. Au cours d'une mutinerie, un gran dnombre d'officiers russes auraient été assassinés. Le Japon et l'Amérique. La Haye, 20 juin. — Le correspondant de Washington du « Hollandsche Nieuwsbureau », annonce du Japon, que le Japon a décliné les propositions des Etats-Unis de se joindre aux autres Etats qui veulent s'occuper des affaires intérieures de la Chine. Défense aux socialistes italiens de se rendre à Stockholm. Lugano, 20 juin. — D'après le « Corriere délia Sera », le gouvernement italien a décidé de ne donner à aucune condition, l'autorisation des passeports pour Stockholm. Le roi Constantin arrive à Lugano. Berlin, 20 juin. — Le roi Constantin est arrivé hier soir à Lugano. La gare était rigoureusement barrée militairement. Différents journaux annoncent que le Roi prendra séjour provisoirement à Thusis dans le canton de Graubunden. Le règne de la terreur en Grèce. Berlin, 20 juin. — Le dictateur des puissances, « protectrices » de la Grèce, M. Jonnard, a ordonné l'arrestation de MM. Gunaris et Metaxis. Les journaux anglais déclarent carrément que, si le roi Alexandre s'imagine pouvoir continuer la politique de son père, il comprendrait mal le9 conditions posées, sous lesquelles ill aurait obtenu le trône. La dictature Jonnaxt. Genève, 19 juin. — D'Athènes à l'Agence Ha-vas : Jonnart a remis, le 17 juin, à Zaïmis, une liste de personnalités indésirables en Grèce. Un calme complet règne. La Bulgarie et ia nouvelle situation en Grèce., Sofia, 19 juin. — L'officieux « Narodni Prava » écrit : La question de savoir si le peuple grec sera entraîné à présent de force dans la guerre, sera bientôt tranchée par l'Entente et par Venizelos, l'homme à sa solde. Nous regarderons avec calme et sans trembler l'adversaire dans les yeux. La Bulgarie ne craint personne. Elle sait défendre sa liberté et son droit. La tragédie grecque est celle d'un peuple et d'un roi dignes, qui n'ont point voulu se courber devant l'étranger et ont su dignement défendre leur honneur. La tragédie grecque est en même temps une honte pour des peuples civilisés tels que l'Angleterre et la France. Les délégués américains à Stockholm. On mande de Stockholm que le>s délégués du parti socialiste américain, MM. Goldfarb et Davidovitoh, sont arrivés dans la capitale suédoise. Ils ont eu, mardi, un entretien avec le Comité organisateur de la Conférence. REVOLUTION RUSSE., La paix ou la guerre. Berlin, 20 juin. — La séance générale du Conseil des ouvriers et soldats russes a élu une commission, composée ds 15 membres, qui doivent voter la guerre ou la paix. Révélations sur le front russe. Stockholm, 19 juin. — Du « Sozialdemokraten » : Une offensive aux fronts russes du Nord, de l'Ouest et du Sud, pour ne pas parler du front du Caucase, est improbable. Certes, l'ambition militaire pourrait séduire l'un ou l'autre chef pour entreprendre des offensives locales, mais o;s attaques locales resteraient constamment des actions sans connexion. Actuellement l'armée du front est influencée dans ses buts, ses résolutions et ses entreprises par trois forts courants : par l'activité de Kerenski visant surtout à des démonstrations extérieures, par la propagande antimilitariste des partisans convaincus de la paix (Boischewistes), et finalement par l'activité secrète des partisans de la'ncien régime. Il existe de grands nids de partisans de l'ancien régime au front. Comme ils s'abritent sous une étiquette extérieurement démocratique, ils ne sont pas reçoit-naissables à première vue. Ces ennemis de la liberté russe travaillent au front d'après ce principe : « Nous ne pouvons reconquérir le pouvoir que par la violence. » Une notable partie du corps des officiers âgés appartient à oes propagandistes. Il existe des preuves notoires qu'il y a au front des organismes directs dont la tâche est de renverser à tout prix la souveraineté du peuple et de rétablir l'ancien régime. Dans la troisième armée, on a découvert une ligue secrète des officiers, à ramifications très étendues, dont la tâche était d'écarter les éléments les plus démocratiques dans l'armée. De nombreux officiers démocraies sont déjà tombés victimes de cette ligue secrète, qui s'étend sur tout le front. C'était surtout de jeunes officiers enthousiastes, imbus des idées de Tolstoï, de Dostoïevski, de Gorki, d'Hegel, et qui avaient une grande influence sur les soldats, qui sont tombés sous lî couteau de cette société secrète. Au cours de ces derniers mois, plus de 4,000 jeunes officiers ont disparu 6ans laisser de traces. On cite des cas où des soldats furent accusés d'a-vois assassiné leurs officiers, alors qu'en réalité ils avaient été écartés par la « Garde noire de ta mort )> des Romanoff. On a trouvé également un projet de meurtre contre Kerenski. Internement de l'ancien tsar dans une forteresse, Pétrograd, 19 juin. — Le Comité des ouvriers et soldats de St-Pétersbourg a décidé, au cours de sa séance de jeudi dernier, de transférer le couple impérial dans une forteresse d'Etat. L'Angleterre et les millions du tsar. Du « Berner Tagewacht » : Après que son trône et sa couronne s'en sont allée au diable, Nicolas e'cccupe en qe îrornent d'assurer au moins la par tie de sa colossale fortune mise en sécurité çn Angleterre; or celle-ci est toujours encore assez conséquente. pour lui assurer une vieillesse exempte de soucis. Ce qu'il possédait en Russie a été confisqué, comme on le sait, par le gouvernement provisoire, mais il s'agit ici d'une bagatelle d'environ 500 millions de francs, que l'ancien souverain de toutes les Russies avait déposés à lia Banque d'Angleterre. En 1905, notamment, lors de la grande ré-volution, il avait transféré en Angleterre la plus grande partie de sa fortune privée, afin de disposer au moins du numéraire nécessaire en cas de besoin ou au cas où son trône serait renversé. Voici maintenant que le Conseil des ouvriers et soldats exige que ces millions amassés reviennent au peuple russe. On s?mble toutefois n'éprouver en Angleterre qu'une mince envie de satisfaire à ce désir du peuple révolutionnaire. L'opposition proviendrait moins du côté du gouvernement que du côté du roi d'Angleterre, qui ne peut visiblement se résoudre à voir son « cousin », son ancien neveu et allié, réduit à la mendicité. En tout cas, ces millions occasionneront encore baaucoup de tracasseries aux hommes d'Etat, si tant est que la peuple russe continue à réclamer les sommes disparues, dans l'intérêt du pays affranchi. En cas de besoin, le millionnaire Romanoff serait encore un bâte plus désirable que ne le serait un ex-Tsar sans ressources qui, de même que l'ancien roi dfe Portugal, ne servirait qu'à être à charge de la famille royale anglaise. La mission italienne à Pétrograd. D'après des nouvelles de Pétrograd, envoyées à la » Stampa, » de Milan, l'entretien qui a eu lieu entre la mission socialiste italienne à Pétrograd et le Conseil des Ouvriers et des Soldats a fait apparaître de grandes divergences de vues. Tandis que les italiens demandaient la continuation de la guerre, puisqu il n'y a pas le moindre espoir de voir une révolution éclater en Allemagne et — subséquemment — de voir le peuple allemand travailler à établir une paix équitable, les socialistes russes ont persisté dans leur opinion qu'une paix équitable est possible, sans qu'on continue à verser le sang. Des divergences da vues plus profondes encore se sont manifestées entre les Eusses et les Italiens, en ce qui concerne l'avenir de la Dalmatie et du Levant. Choses de Russie. Stockholm, 19 juin. — D'après le « Journal de la Bourse » de Pétrograd, l'ancien gouverneur de Finlande, le général Seyn, qui est détenu à la forteresse Pierre et Paul, serait mis en liberté incessamment. L'ancien secrétaire d'état pour ia Finlande, le général Markoiî, a été nommé présiident de la commission de mobilisation qui a été créée auprès du grand ciac-. major russe. Berne, 18 juin. — De New-York au « Progrès de Lyon » : Le vapeur pétrolier américain « Morenc » a été coulé à 7 km. de distance. La « Gazette de Voss » écrit que 300 coups da canon ont été déchargés au cours du combat livrée entre un sous-marin allemand et le vapeur améri cain coulé « Moreni ». Absterdam, 18 juin. — On a amené hier, à Ymui-den, l'équipage, composé de 16 hommes, de la bar. que norvégienne « Perfect », chaigée de céréales, qui faisait route de Bahia, à Copenhague, et fut coulé par un sous-marin dans les eaux des îles Shetland. (Les îles Shetland se trouvent dans la zoot* barrée.), 4m® Année - M. 9j9 - Ed. H Jendi 21 jiain 1917

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes