Le bruxellois: journal quotidien indépendant

292 0
close

Pourquoi voulez-vous rapporter cet article?

Remarques

Envoyer
s.n. 1916, 07 Mai. Le bruxellois: journal quotidien indépendant. Accès à 24 mai 2019, à https://hetarchief.be/fr/pid/j96057fh0c/
Afficher le texte

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

3™ Année N° 579. Ed. B CINQ CEHT1HES Dimanche 7 Mai 1916 ABONNEMENT POSTAL, ÉD. g Bruxelles - Province - Etranger 3 mois : Fr. 4.50. - Mit. 3.60 î.es bureaux de poste en Belgique et à l'Etranger n'acceptent que des abonnements TRIMESTRIELS; ceux-ci prennent cours les IJamv. 1 Avril 1 Juillet 1 Octob On peut s'abonner toutefois pour les deux derniers mois ou même pour le dernier mois de chaque trimestre au prix de : 2 Mois l Mois r' 3.00-Mk.2.40 Fr l.50-Mk l.20 TIRAGE : 75.000 PAR JOUR * Le Bruxellois ANNONCES — La ligne Faits divers et Echos . fr. 2.00 Nécrologie 2.00 Annonces commerciales . 1.00 » financières. . . 0.50 PETITES ANNONCES La petite ligne 0.20 La grande ligne 0.50 TIRAGE : 75.000 PAR JOUR * MoRri a Journal Quotidien Indépendant ■ | S«5e: Impression de la note allemande Derniers Communiqués Officiels ALLEMANDS Be lin, G mai. — Communiqué de midi : Théâtre (Jo la guerre l'Ouest. Au sud-est et au sud d'Armentières, nos patrouilles ont exécuté quelques coups de main heureux, à la suite desquels elles ont fait des ■prisonniers et capturé % mitrailleuses et 3 lance-bombes. Près de Givenchy-en-Gohelle, nous avons aisément repoussé une attaque an-glaise tentée contre quelques-uns des entonnoirs que nous tenons occupés. Au nord-est de Vienne-le-Château (ArgonneJ, une grande entreprise de patrouilles française* a échoué après un corps à corps. Sur la rive gauche de la Meuse, les luttes d'artillerie et d'infanterie se sont continuées dans la région à l'est de Ifaùeourt. Elles nous ont donné encore quelques succès, sans cependant être complètement terminées. Au sud de Warneton, le 4 mai, le sergent-major Fran kl a abattu un biplan anglais, mettant ainsi son quatrième avion ennemi, hors de combat.Sa Majesté l'Empereur a manifesté sa satisfaction au vaillant aviateur et récompensé ses exploits en l'élevant au rang d'officier. Au sud-est de Thion-ziile, un avion français a été contraint d'atterrir ; les occupemts ont été faits prisonniers. Hier soir, par suite d'une bourrasque, un grand nombre de ballons captifs français ont brisé leurs câbles et se sont envolés par-dessus nos lignes; jusqu'ici, nous en avons déjà capturé plus de 15. ihefUre de la guerre à l'Est. La situation générale n'a subi aucun changement.Dans les Balkans. Un de nos dirigeables, qui était parti j/our Saloniquc, n'est pas rentié. Les Anglais annoncent qu'il a été abattu et a pris feu. AUTRICHIENS Tienne, 6 mai. — Cornm. ofj. d'hier : Théâtre de ta guerre russe. D - i ôo,nl't,s ont vie i'icet? vti-uinTficr par nos aviateurs contre l-a jonction du chemin de fer à Zdolbunouo, au sud de Rou-no. On a constaté des résultats sur la gare, les ateliers, le matériel roulant et les voies. Plusieurs bâtiments ont été incendiés. Hier, partout activité plus intense de l'artillerie ; .des escarmouches entre patrouilles eurent également lieu. Théâtre de la guerre italien. Nos troupes ont chassé l'ennemi au Rombon après un violent feu -préparatoire de l'artillerie hors de plusieurs positions. Plus de 100 ehasseurS alpins dont S officiers ont été faits ■prisotmiert et 2 mitrailleuses ont été capturées. Dans la région de Marmolata nous avons dispersé pendant la nuit un détachement ennemi sur le versant oriental du Sasso Nudiei. A part cela seulement activité d'artillerie modérée.Théâtre de la guerre Sud-Est. Rien de nouveau. Evénements su- mer • Le Jt mai nos hydroplanes ont bombardé dms la matinée Valona et dans l'après-midi Brindisi. A Valona, des batteries, des installations du port et la station d'aviation ont été à plusieurs reprises efficacement atteintes. A Brindisi nous avons constaté que plusieurs coups ont- atteint des trains d-' chemin de fer des bâtiments de la ligne ferrée et des magasins, en outre des bombes sont tombées dans l'arsenal sur un groupe de contre-torpilleurs, ancrés l'un à côté de l'autre. Plusieurs bombes firent explosion dam la ville. Un avion ennemi qui s'est élevé pour la défense a été rapidement chassé. En revenant le croiseur « Marco Polo » a, été rencontré en pleine mer et l'équipage réuni sur le pont a été efficacement bombardé par nos mitrailleuses. Malgré un feu violent de défense, tous nos avions, ceux de Valona ainsi que ceux de Brindisi sont revenus indemnes. C'onsantinople, 6 mai : Au front, de l'Irak la situation, est inchangée.Le jour de la capitulation de Kut-el-Ama-ra, un de vos aéroplanes, piloté par le capitaine Schûtz, est par-Venu à descendre dans un combat aérien, un aéroplane ennemi qui a été capturé par nous. Le pilote est tué, l'observateur prisonnier. Le capitaine Schiitz descendit le même jour un autre aéroplane ennemi, dont les occupants tombèrent blessés dans nos mains. Au front du Caucase, un de nos détachements de cavalerie a surpris de la cavalerie ennemie, la défit et détruisit également un détachement éclaireur ennemi qui apparut entre temps. Sur les autres parties du front combats sans importance entre des détachements éclaircvrs. I)u restant du front rien d'important à signaler. ANGLAIS Londres, G mai. — Comrn. off. du Jt mai : Hier soir il a régne sur différents po-ints une reprise <l'activité. L'ennemi a attaqué, après une canonnade préparatoire,nos tranchées qui se trouvent à proximité de Monçhy et nous a infligé quelques perles. L'ennemi a fait sauter inefficacement deux mines à Neuville. Au cours d'un petit raid de reconnaissance nous avons bombardé des abris ennemis et avons infligé des pertes à l'ennemi. Près de Ilooge nous avons fait sauter une mine qui a occasionné des dégâts aux installations souterraines ennemies. D'aujourd'hui rien d'essentiel n'est à signa-■ 1er, à part l'activité d'artillerie habituelle. FRANÇAIS Paris, 5 mai. — Officiel, 3 h., A. P. M. : Au sud de la Somme, un coup de main tenté ■par l'ennemi sur nos tranchées de la, région de Cappy a complètement échoué. A l'ouest , de la Meuse, après un bombardement d'une extrême violence, l'ennemi a lancé hier, en fin de journée, une forte attaque sur nos positions au nord de la côte 30Jf. Repoussé sur l'çnscrn-ble du front attaqué, il a pris pied dans quelques points de notre tranchée avancée. A l'est de la Meuse et en Woëvre, activité intermittente de l'artillerie. Nuit relativement calme sur le restant du front. Paris, 5 mai. — 11 h., A. P. M. : Le mauvais temps a gêné les opérations sur la plus grande -partie du front où l'on ne si-gnale que des luttes d'artillerie. A l'ouest de la Meuse, le bombardement a continué avec une violence croissante au cours de la journée sur les secteurs de la côte 301/. Dcvns la région du bois d'Avocourt et du bois des Courettes, bombardement moins violent, mais continu. A l'est de la Meu.se, en IVoevre, activité moyenne de l'artillerie. RUSSES Pétrograd, 6 mai. — Comm. du 4 niai : L'ennemi a déployé un vif feu d'artillerie dans le secteur d'llluxt ,dans la région des positions de Dunabourg et au sud-ouest de cette ville. Au sud de Dunabourg des avions ennemis on lancé des bombes sur de nombreux points de ce front. Dans la région, au sud du bourg de Krewo 2izr.ii U'Tfe. v g-^'.rt-i^ d'ariïFefie i'.vt Cian cours de laquelle nous avons m-s en flammes un ballon captif ennemi qui dirigeait le feu. ITALIENS Rome, 6 mai. — Comm. off. du Jf mai* : Dans la région de Tonale l'ennemi fit au cours du % mai, après un violent feu d'artillerie préparatoire, trois attaques vigoureuses et consécutives contre notre position à Castel-pacci, il fut chaque fois repoussé avec grosses pertes et a dû laisser entre nos mains une trentaine de -prisonniers. Sur l'Adamello, le S mai deux colnnn.es ennemies ont attaqué simultanément le C'rozzou cli Fargarida au nord, et le Col ck Cavento -au sud cle Crozzou cli Lancs. Nous les avons laissé s'approcher jusqu'à une 'centaine de mètres, les avons bombardé alors d'une grêle de balles de mitrailleuses et de fusils et les avons repoussé ensuite en leur infligeant des pertes considérables.Entre Etsch et Brentol l'activité habituelle de l'artillerie et mouvement de trains. Nos batteries ont canonné la gare de Calliano et le fort Dopso del Sommo en atteignant leurs buts à plusieurs reprises. Du Col di Lana on signale une nouvelle attaque infructieusc de l'adversaire contre nos positions, au nord-ouest du somm"t. A l'isonzo moyen notre artillerie a bombardé Tolmein, le point de ravitaillement de l'ennemi dans cette région. Sur tout le théâtre de la guerre une vive activité aérienne. Des avions ennemis ont lancé clcs bombes sur la vallée de la Camonica supérieure, sur la vallée de l'Ansiei, contre la pîaine de l'isonzo inférieur et contre les villes de Ravcnna et Cervia. Il n'y avait que peu de blessés et des dégâts légers. Deux de nos dirigeables ont jeté des bombes au cours de la nuit dernière contre des retranchements, batteries et campements près des localités de Rubbia, de Nicrna et de Bilje dans la vallée du Vappacco, et sur le champ d'aviation Aisovizza, à l'est de G'ôrz. Environ deux tomes de matériel explosif ont été lancés avec des résultats distinctement aperçus. A son retour un des deux dirigeables s'est abattu, par une raison inconnue, sur territoire ennemi à proximité de Gôrz, l'autre est revenu indemne dans nos lignes. Dernières Dépêches La note américaine et la presse allemande Berlin, 6 mai. — Le « Vorwaerts » écrit : Tons tes éléments sensés du peuple allemand qui considèrent les choses avec une sobriété raisonnable et avec te sentiment des responsabilités, avaient la conviction que tes autorités compétentes ne pouvaient agir autrement que de faire échouer chez tes adversaires de l'Allemagne l'espoir d'une rupture avec l'Amérique mesquinement évoquée. Nous considérons la concession extrême à laquelle 1e gouvernement allemand s'est décidé comme un acte de circonspection poli ique et d'approbation dictée par tes circonstances, qui rencontrera dans toutes les sphères autant de vive satisfaction que dans tes cercles de tous tes véritables neutres. Le conflit germano-américain ne peut pas en core être considéré comme entièrement terminé. Malgré cela, n ous sommes con vaincus qu'après l'applanissement provisoire dix différent, qu'une considération froide et réfléchie est créée. Nous l'espérons d'autant plus que la note allemande contient une affirmation que nous tenons pour capitale. On y parte de la conscience allemande en sa force, qui a permis au gouvernement de manifester ouvertement devant le monde entier et à deux reprises au cours des derniers mois, sa disposition à conclure une paix garantissant tes intérêts vitaux de l'Allemagne.La « Post » écrit : * Aucun mot de la note ne peut laisser supposer qu'elle émane d'un vaincu, d'un soumis ou de quelqu'un qui sonne la retraite. Elle est rédigée dans la langue d'un vigoureux à qui la conscience de sa force permet de céder à l'assaillant. Il g est démontré que 1e gouvernement allemand ne peut renoncer à l'usage de l'arme sous-marine. La plus réelle légitime défense dfjte ceci à l'Allemagne en opposition à la méthode de guerre arbitraire de l'Angleterre. La Grande-Bretagne mène la guerre également contre les femmes et les enfants avec la conviction arrêtée de tes acculer à la famine et de forcer ainsi les forces militairement invincibles de s avouer vaincues.Les Espagnols au Maroc Berne, 6 mai. — On mande de Tanger au « Temps » : On a entendu hier ici une violente canonnade. D'après les nouvelles parvenues, les Espagnols ont renoncé à leur but priiicipaj Fooidirick Ain Djedid et se sont installés dans les positions près de Sidi Talka, 14 kilomètres au sud de Tanger afin d'exercer une pression sur quelques tribus ennemies à Qued-Raas. Tanger, ainsi que le restant du Maroc français, restent oa mes. Abdel Malek et les tribus ennemies de l'Atlas central montrent des signes de lassitude. Le vice-roi d'Irlande remolacé aaf Lord Berbg Le « Manchester Guardian » annonce que lord Wimbourn, vice-roi d'Irlande, suivra M. Bir-rel dans la retraite. Lord Derby lui succéderait. Jsjgemeni de « Sîna-îeiner » Londres, 6 mai. — .Un tal^gira.mime d-â Dublin Annonce que les « Sinn-Feiner » dont les noms suivent ont été jugés et fusillés : Joseph Plunkett, Edward Daily, Mi-ohaël O'Honlom et William Pearse. Pour quinze autres rebelles la peine de mort a été commués en une raolusion de dix années; deux rebelles ont eu dix ans de réclusion.Dans un cas, la peine de mort, a été commuée «n huit années de réclusion. D'autres procès sont en instance. La situation en Irlande Frontière suisse, 6 mai. — Le correspondant de Londres du « Corriere délia Sera » annonce l'arrestation du professeur SteLnberger, .61 ans, de l'Université de Gadway en îrdande, où il a travaillé pendant trente ans. Deux autres professeurs, ura fonctionnaire du gouvernement et un orfèvre ont subi te même sort. En dehors de femmes et enfaints, personne ne peut sortir à Dublin sans autorisation de ta police. Pas d'exécutions ilEégaîes Dublin, 6 mai. — Les journaux sont officiellement autorisés à démentir les bruits que quelques rebelles ont été exécutés sans avoir passé au conseil de guerre. Le manque de navires en Angleterre Londres, 6 mai. — Lord Beresford a parié à la Chambre des communes au sujet du manque de navires. Il déclara : L'Angleterre pos-sédait au début de la guerre 11.000 navires de plus de 400 tonnes. L'amirauté en prit 2 à 3.000 II en resta environ 8.853 pour le commerce. Les pertes de guerre ne comportent pas 4 1/2 0/0, mais 14 0/0 du tonnage pour la navigation commerciale. Lord Beresford rappela que beaucoup de navires chavirèrent parce que les canons avaient été mal placés sur des nàvires, qui ne trans. portaient pas assez de lest. La construction de: navires fut retardée,parce que les usines cccs saiees refusèrent de livrer de l'acier pour h construction des navires, au prix fixé par 1< ministre des munitions en Angleterre. Lord Curzon répondit, 43 0/0 do la mariai marchande ont été réquisitionnés par le gou vernement pour des buts militaires et autres 14 0/0 fureur employés pour l'exportation de. vivres et des matières premières, 43 p. c. res tèrent. aux armateurs britanniques sous L contrôle de l'Etat. 500 navires ont été mis i la disposition de la France, de l'Italie et d. la Russie. Les pertes totale» en navires par L guerre ont été compensées par la sai sie et le butin des navires ennemis. La ma rine marchande britannique a maintenant au tant de navires qu'avant la guerre. Lord Sa liabury doute de oes déclarations. Le bill du service obligatoire Londres, 6 mai. — La Chambre des Commu nés a a>coe>pté par 328 voix contre 36 en deu xieme lecture, le projet de loi du service obli gatoire. Le service obligatoire anglais Amsterdam, 6 mai. — Le « Niéuws van de Dag » écrit : Si les derniers 10,000 homme mariés sont formés et incorporés, l'Angleterr sera à bout de sa grande réserve ; elle pourr tout au plus encore étendre la limite d'âg< mais alors elie en aura fini avec les ressource inépuisables dont la presse anglaise s'est van tée dans les premiers jours de la guerre. S cette mesure ne donne pas une année suffisant pour anéantir le militarisme prussien, peut-êtr alors te sentiment de l'Entente en vue de L paix se modifiera-t-il quelque peu. Inquiétudes anglaises au sujet dss combats au canal de Suez Londres, 6 mai. — Le « Times » écrit ai sujet des nombreuses dépêches concernait le combats à l'est du canal de Suez, qui doiven être cor. itérées avec une alten ion ce taine. Tout-la brigade d'Yomen, semble avoir participé au; combats de Kalia, mais cette dernière localiti ne put malgré cela, pas être maintenue. L'arti de termine : Au sujet des préparatifs sur li rive orientale du canal, il a été donné tant di déclarations vaniteuses, que l'opinion publiqu; est subitement étonnée que la brigade de ca valerie se trouve tout d'un coup en face d'uni force ennemie, à 5) milles de Port Saïd et < été battue. Agents anglais arrêtés en Hollande Amsterdam, 6 mai. — La police hollandais* a récemment arrêté deux messieurs et quatri dames, de nationalité anglaise, qui étaient er train de photographier les fortifications di Flessirugue. Le 26 avril une patrouille hollandaise, quittant le fort St-Andries, un des ouvrages fortifiés les plus importants de Flessin-gue, s'aperçut que deux messieurs et quatr; dames manœuvraient d'une façon suspecte, tou près du fort Le chef de la patrouille fit arrêter le petit groupe et constata immédiatemenl que tous tes membres étaient pourvus d'appareils photographiques. Il ies easiluisii daganl l'officier de service et aptes un bref îhtérftf-gatoire, H fut établi que la société avait envoyée dans le but de photographier les for-usoations de Flessinguc. On a trouvé sur tes espions des photographies des forts, ainsi qui la photographie de l'embouchure de l'Escaut puis les passe-ports délivrés par le Foreigr Office et visés par la légation hollandaise à Londres, portant des noms aristocratiques que l'or croit cependant faux ! Le but du voyage indiqué sur ies passe-poits, qui aurait été de rendre visite au camp des internés anglais i Groringue, a été déjà reconnu faux. Les allemands internés en Espagne Cadix, 6 mai. — 700 soldats allemands qu ont franchi le territoire espagnol, sont arrivé! ici. Ils seront envoyés à l'intérieur du pay: pour être internés. Les golfes d'Otrante et de Messines barrés pa les mines Bâfs, 6 mai. — Des équipages de navires rnar cha.nds grecs arrivés au Pirée, racontent que de sois-marins allemands et autrichiens ont placé des mines dans les golfes d'Otrante et d; Messines, et barrent ainsi ces deux golfes pou les flottes de l'Entente. L'occHpatson de Fîorina Rome, 6 mai. — L'Agence Stetani annonce Une nouvelle d'Athènes, arrivée id, ainnono l'occupation de Florina par tes troupes fran çaiseo. Les Français à Fiorsna Athènes, 6 mai. — Trois compagnies fran çaises sont entrées te 2 mai au matin à Flo lina, après avoir coupé les lignes télégraphi ques et téléphoniques. Conduits par leurs agent secrets, les Français ont pénétré dans plusieur maisons et ont arrêté douze grecs, sous pré texte qu'ils étaient des espions, vu qu'ils au raient pourvu de vivres les armées bulgar et allemande. En même temps ils ont arrêté u secrétaire du consulat austro-hongrois de Mo nasfcir, qui voulait retourner à Athènes. Les an torités locales grecques ont protesté et ont de mandé la remise «des prisonniers, ce à qw tes officiers français ont répondu, qu'ils agis saient selon des instructions formelles. Ils soi s partis avec les prisonniers. Le gouverneraei grec a également protesté. Les Etats scauâinaires assurent lesr défease * D'après les journaux de Stockholm, le goi vcrneirient suédois va demander au Riksda des créd.ts considérables pour la défense n; tiouale. Ces crédits 6* il lèvent à 40,300,00 ' couronnes pour le renforcement de l'armé principalement de l'artillerie lourde, du m; tériel du génie et de l'intendance et l'équip ' ment des réserves. Le gouvernement a cte mandé aussi un créd 3 de 12,229,000 couronnes pour le renfort? ment de la marine, dont 4 millions pour u nouveau contre-torpilleur et des sous-marin — D'autre part, à Christiania (Norvège le budget do l'armée et de la flotte a été soi mis au Conseil d'Etat. Dams le budget secr une somme de 12,282,400 couronnes est. deat née à l'armée, et une sommo de 23,208,0( couronne® est destinée à la marine. Dans budget qui doit être publié, oee sommes aa respectivement de 1,250,000 et 806,476 ocu*, ronnes. Le croiseur « Albatros » n Stockholm, 6 mai. — Dix invalides du croî-» s s eur « Albatros », échoué il y a quelques mois e après un combat contre des forces russes, demi a deux officiers et huit hommes sont arrivés ta, !, pour retourner en Allemagne s Le « Maashaven » Harwich, 6 mai. — Lé vapeur hollandais 1 « Maashaven » a été remis à flot, il sera pro- 2 bablement remorqué dans la Tamise. Mandais-poste pour la Suède retenus 3 par ies anglais Stockholm, 6 mai, — L'administration des postes suédoise a porté plainte auprès des autorités anglaises, à propos de la retenue illê-i gale de 15,000 mandats-poste expédiés des s Etats-Unis à destination de la Suède dans le t cours d'avril. Sar mer Londres, 6 mai. — Lloyd annonce : Le vapeur « Runbun » d'un déplacement de 1004 Athènes, 6 mai. — Le vapeur grec « Malcas » qui a/vait à bord des munitions achetés en Amérique pour tes navires de guerre grecs, a été arrêté par des navires de l'Entente et amené à Bizerta avec son chargement. Amsterdam, 6 mai. — Le vapeur de pêche français « Bernadette » a été coulé par un sous-marin a.lemand dans l'Atlantique. L'équipage de 31 hommes s'est sauvé dans tes chaloupes ; huit hommes ont été receuiliis. 26 manquent.; LA NOTE DE L'ALLEMAGNE aux États-Unis (Suite et fin.) Poussés par la nécessité d'une défense légitime centre la méthode de guerre illégale de l'Angleterre, poussée par la lutte pour l'existence du peuple allemand, ceux qui dirigent la guerre de l'Allemagne ont dû avoir recours - ^yaaogrottei'igoureox v€it efficace <lp. la guerr« 'soiœ-màrïne. Oarra cet «tôt .. , allemand ne peut de nouveau qu exprimer ses regrets que tes sentiments ifu mariai res du gouvernement américain, qui s'adressent si chaleureusement aux victimes si regrettées des sous-, marins, ne s'étendent pas avec ia même chaleur aux nombreux millions de femmes et d'en-, 1 far.is exposés à la famine, d'après l'intentoa formelle du gouvernement anglais qui veut ; forcer les années des puissances centrales vie-, 1 torieuses à une capitulation honteuse, au moyen des tortures cte la famine. . Le gouvernement Allemand, et avec lui le i peuple allemand, a d'autant moins de compré-i hension de ce sentiment inégal, qu'il s'est dé-; cl a ré expressément à différentes reprises disposé de s'en tenir strictement dans l'emploi de p l'arme sous-marine aux principes du droit des gens reconnus avant la guerre au cas où l'Angleterre de son côté se déclare également décidée de se baser sur ces mêmes principes pour la conduite de la guerre. Les différentes tentatives du gouvernement des Etats-Unis d'engager te gouvernement britannique dans cette voie ont échoué devant 1e refus strict du gouvernement britannique. L'Angleterre a continué à accumuler atteinte sur atteinte au droit des gens et a dépassé toute limite dans la viola» 1 tion des neutres. Sa dernière mesure,* la déclaration comme contrebande de guerre du charbon de soute allemand, et les conditions qu'elle a posées pour livrer aux neutres du charbon de soute anglais, ne signifient pas autre chose que la tentative d'englober par une exaction inouïe le tonnage des neutres immédiatement s au service de la guerre économique anglaise. s Le peuple allemand sait qu'il dépend du gouvernement des Etats-Unis de faire restrein-'*Tc la guerre dans le sens humanitaire du e droit des gens aux seules forces combattiv-es n des nations belligérantes. Le gouve&Tiomenb américain aurait été certain de ce résultat s'il, s'était décidé de faire valoir énergiquement vis-à-vis de l'Angleterre ses droits inoomtes-,i tables relatifs à la liberté des mers. Le peuplai allemand est sous l'impression que le gouver-,t nemeait ctes Etats-Unis dans la lutta pour l'existence de l'Allemagne exige de oelle-cà une restriction dans l'usage d'une arme efficace et qu'il fait dépendre de l'accomplissement de cette demande kî maintien de ee:"\re-r- lations diplomatiques tandis qu'il se eonte^o. g de protestations vis-à-vis des méthodes arsgj-i,- traires de ses ennemis. Le peuple allemand 0 n'ignore pas dans quelle large étendue ses en->, nemis sont pourvus par les Etats-Uni3 de ma-u- tériaux de toute sorte. i- Dans oes circonstances, on comprendra quo ■l'appel au droit des gens et aux sentiments it humanitaires fait auprès du peuple allemand! î- ne puisse trouver le grand écho qu'un tel aip«i n pel aurait certainement rencontré ici dama s. d'autres conditions. ), Si le gouvernement allemand 60 décide maL, i- gré cela à une concession extrême, c'est en] >b considérant d'abord l'amitié, plus que efflte*, i- naire qui lie les deux grandes nations et «nh, )0 suite la pensée que c'est une vraie catasbroçh^ le de laquelle cette guerre longue et cruelle me^ it naoe l'humanité ïout entière.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.

Over deze tekst

Onderstaande tekst is geautomatiseerd gemaakt met OCR (Optical Character Recognition). Deze techniek levert geen 100% correct resultaat op. Dit komt mede doordat oude drukken moeilijker te lezen zijn met software dan moderne. Dat betekent dat er onjuiste tekens in de tekst kunnen voorkomen. Er wordt gewerkt aan verbetering van de OCR software.  

Il n'y a pas de texte OCR pour ce journal.
Cet article est une édition du titre Le bruxellois: journal quotidien indépendant appartenant à la catégorie Gecensureerde pers, parue à Bruxelles du 1914 au 1918.

Bekijk alle items in deze reeks >>

Ajouter à la collection

Emplacement

Périodes